La langue française

Pestilentiel

Définitions du mot « pestilentiel »

Trésor de la Langue Française informatisé

PESTILENTIEL, -ELLE, adj.

A. −
1. Vx. Qui a les caractères de la peste (v. ce mot A 2 a) ou d'une autre maladie épidémique à mortalité élevée. Cette espèce de malignité se fait voir dans les fièvres pestilentielles, et sur-tout dans la peste, maladie la plus maligne de toutes (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p.29).[Le] petit-fils de Madame de Rambouillet (...) était mort d'un mal pestilentiel (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.4, 1859, p.449).
Maladie* pestilentielle.
2. Vieilli. Où l'on peut être atteint de la peste ou d'une autre maladie épidémique à mortalité élevée. Marais, marécage pestilentiel.
3. Qui peut transmettre la peste ou propager une maladie contagieuse ou épidémique grave. Air, émanation, exhalaison, souffle, vent pestilentiel(le); miasmes pestilentiels. Dans certaines saisons, des vapeurs pestilentielles s'élèvent de nos marais, corrompent l'atmosphère, empoisonnent l'air que nous respirons (Crèvecoeur, Voyage,t.1, 1801, p.164).Cette invention abominable de fumées pestilentielles et empoisonnées que les Turcs viennent d'appliquer à la guerre (Civilis. écr.,1939, p.32-5):
1. L'amour d'une vierge est aussi assommant qu'un appartement neuf. Il semble qu'on essuie les plâtres. Il est vrai qu'on n'a pas à redouter les germes maladifs, pestilentiels, d'un autre locataire. Renard, Journal,1887, p.4.
B. − Qui dégage une odeur infecte, putride; infect, putride. Synon. nauséabond, puant.Haleine, odeur pestilentielle. Son nez irritable bat des ailes, tourné vers l'escalier où rôde (...) un souffle insidieusement pestilentiel (Colette, Belles sais.,Mes cahiers, 1935, p.188).Seul Jean fume encore, un mégot défait, pestilentiel (Butor, Passage Milan,1954, p.97):
2. ... rien n'était plus doux (...) que les tendresses de ce parfum rencontrées sur un trottoir, au sortir des souffles âpres de la marée et de la senteur pestilentielle des beurres et des fromages. Zola, Ventre Paris,1873, p.623.
C. − Au fig. Funeste, pernicieux. Le système pestilentiel des emprunts, sous lequel les peuples demeurent courbés (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.2, 1823, p.281).Tu fuyais, de la vertu, l'austérité pestilentielle (Colette, Naiss. jour,1928, p.34):
3. Quoique la courette de MmeSicagne soit un foyer pestilentiel de la réaction, Joigneau, quand il a l'occasion de s'y aventurer, rentre ses griffes et s'attarde, s'il peut, à faire la causette... Martin du G., Vieille Fr.,1933, p.1078.
Prononc. et Orth.: [pεstilɑ ̃sjεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) xves. [date du ms.] maladies pestilencieles, vent pestilencial (Evrart de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo11 voet 316b); 1425 fievre pestillenciele (Ol. de La Haye, Poème sur la grande peste de 1348, éd. G. Guigne, 2624); b) av. 1614 pestilential «funeste» (Brantôme, Ducs de Termens, I, 154 ds Hug.); 1756 pestilentiel (Voltaire, Moeurs, Rem., VII ds Littré). Dér. de pestilence*; suff. -iel/-ial (-al*); cf. a. prov. ayre pestilencial (xives. ds Rayn.), pestilencié «corrompu, malsain (en parlant de l'eau)» (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, I, 126, 1), pestilencieux «funeste» (1376, Modus et Ratio, éd. G. Tilander, t.1, p.11). Fréq. abs. littér.: 69. Bbg. Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.125.

Wiktionnaire

Adjectif

pestilentiel masculin

  1. Qui a les caractères de la peste.
    • Des maladies pestilentielles désolaient de plus les Gaulois campés dans des bas-fonds, au milieu d'un cercle d'éminences et sur un terrain brûlant, que tant d'incendies avaient imprégné d'exhalaisons enflammées, et où le moimdre vent les offusquait de poussière et de cendre. — (Histoire romaine de Tite-Live, traduction de M. Dureau de Lamalle, revue par M. Noël, 1re décade, tome 3, Paris : chez Guiguet & Michaud, & chez H. Nicolle, 1810, p. 179)
  2. Qui donne la peste et, par extension, qui est infecté.
    • À Mogador, nouvelle relâche, […]. C’est là qu’ils embarquèrent la Mort Pourpre, et ils remirent à la voile en emportant les germes pestilentiels. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 419 de l’éd. de 1921)
  3. Qui émet une odeur nauséabonde.
    • La pestilentielle odeur de friture à l’huile qui s’échappe de l’entrepont fait le trait d’union entre les cuisines espagnoles et les cuisines marocaines et met déjà le cœur à l’envers. — (Wladimir d’Ormesson, La Question de Tanger in « La Revue de Paris », 1922)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PESTILENTIEL (pè-sti-lan-si-el, è-l') adj.
  • 1Qui a le caractère de la peste.

    Fièvre pestilentielle, toute fièvre dans laquelle il survient des charbons, des bubons.

    Maladie pestilentielle, la peste, et, par extension, les maladies contagieuses de mauvais caractère.

  • 2Qui donne la peste. Vapeurs pestilentielles.

    Fig. Ce germe pestilentiel qui avait si longtemps infecté la terre, Voltaire, Mœurs, Rem. VII.

HISTORIQUE

XVIe s. Il se leva une maladie pestilentielle, Amyot, Numa, 23. Fievre pestilentielle, Paré, XXIV, 10.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PESTILENTIEL. Ajoutez : - REM. On a dit pestilentieux dans le XVIe siècle : Œuvre excellente contenant les medecines preservatives et curatives des maladies pestilentieuses, Guill. Bunel, 1513. C'est le latin pestilentiosus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PESTILENTIEL, adj. (Médecine.) se dit en Médecine des maladies, de l’air & des alimens ; on dit un air pestilentiel, un aliment empesté.

La maladie pestilentielle est une maladie épidémique, dont il meure plus de monde qu’il n’en réchappe, & dont les malades meurent plus promptement que dans les maladies épidémiques ordinaires, les signes propres & caractéristiques de la maladie ou fievre pestilentielle ou de la pestilence sont ; 1° l’épidémie ; 2°. la mortalité ; 3°, les accidens, tels que les bubons, les charbons, le pourpre, la mollesse, l’abattement de tout le corps ; 4°. la cause qui gît dans le vice de l’air & des alimens.

Ce sont ces quatre conditions, l’épidémicité, la mortalité, la qualité des accidens, & la cause commune qui constituent le caractere des maladies pestilentielles ; ces quatre conditions se rencontrent souvent dans les fievres malignes, dans les fievres continues à redoublement, dans les péripneumonies, dans les pleurésies, les dyssenteries, les petites véroles, &c. & alors ces maladies sont pestilentielles.

Les maladies pestilentielles different de la peste, en ce que l’épidémie est plus genérale dans celle-ci ; 2°. en ce que la mortalité y est aussi plus grande ; 4°. en ce que les accidens sont plus violens dans la peste, & enfin la cause de la peste est différente ; car elle est produite par une infection particuliere. Voyez Peste.

La cause de la fievre pestilentielle, est une cause épidémique & souvent sporadique, jointe à une cause particuliere qui est l’infection ; c’est ainsi qu’une fievre maligne simple qui attaquera différens habitans d’une ville, deviendra sporadique, & souvent épidémique ; & si l’infection particuliere, soit de l’air, soit des alimens, se joint à cette fievre maligne, elle sera pestilentielle ; c’est ainsi que la pestilence accompagne la fievre continue à redoublement, la pleurésie, les dyssenteries, les péripneumonies, la petite vérole, la rougeole & le pourpre.

La peste au contraire, est toujours causée par la seule infection particuliere sans cause sporadique : les symptômes de la fievre pestilentielle sont, 1°. l’abattement des forces, d’où dépendent le défaut de la respiration, la foiblesse, l’intermittence & l’intercadence du pouls.

2°. Des nausées, des cardialgies, des vomissemens, par le vice de l’estomac où les oscillations pêchent, & où les bouillons même s’aigrissent ou se corrompent.

3°. Des urines troubles & grasses, où l’huile est comme par floccons, par la laxité des tuyaux secrétoires des reins.

4°. Des sueurs colliquatives, aigres, grasses & fétides par la même cause.

5°. Des bubons aux aines ou aux aisselles, des charbons, des lanieres de pourpre, noires ou violettes, ou bleues ; l’âcreté des humeurs & leur épaississement produisent ces différens accidens. Voyez Bubons.

6°. La gangrene seche & la mollesse des membres après la mort. Voyez Gangrene seche.

7°. Des déjections sanglantes par les selles, des excrétions de sang, par les urines & par la sueur.

Prognostic. La fievre pestilentielle est très-funeste ; en effet, on n’en connoît point le caractere, on ne peut y employer les remedes ordinaires aux autres maladies, sans une crainte infinie & un ménagement inconcevable. Le prognostic n’est d’ailleurs que trop vérifié, par l’expérience funeste que nous donne le nombre de malades qui périssent de cette maladie ; cependant le prognostic varie selon le degré de la pestilence, selon le nombre & la violence des symptômes, selon le dénaturement du sang, selon que la maladie sporadique domine sur la pestilence, ou que la pestilence prend le dessus sur la maladie sporadique.

Voici ce qui doit régler le pronostic :

1°. Plus l’épidémie est grande, plus il y a des malades attaqués en même tems, plus la pestilence est à craindre.

2°. Plus la mortalité est grande, & plus le danger est grand.

3°. La violence & le nombre des accidens, la gangrene des parties extérieures, l’intermittence & l’intercadence suivies dans le pouls, sont des signes très-dangereux.

Curation. La pestilence ou la fievre pestilentielle est très-difficile à traiter ; elle présente cependant deux indications, celle de la maladie sporadique ou de l’épidemie, & celle de la pestilence. Le sentiment des médecins est partagé sur l’administration de la saignée & de la purgation : mais si nous distinguons nos chefs d’indications & différens degrés dans la maladie, nous verrons que l’on peut saigner dans ces maladies, mais moins que dans les maladies inflammatoires ordinaires ; il en sera de même de la purgation. D’ailleurs quoique les cordiaux soient conseillés par le plus grand nombre, il est cependant prouvé par l’expérience qu’ils nuisent fort souvent, & qu’il périt plus de personnes par les cordiaux que par l’usage des autres remedes ; nous sommes donc de l’avis suivant :

1°. On saignera, s’il y a inflammation, comme péripneumonie, pleurésie, &c. s’il y a douleur locale, ou effervescence considérable dans le sang ; si le pouls est plein, fort & tendu ; mais comme il y a pestilence, on saignera de façon que l’on modérera le nombre & la quantité des saignées : hors ces cas, on ne doit point saigner du tout.

2°. On purgera pour vuider les premieres voies pour détourner le venin sur le bas-ventre, & le jetter par les selles ; on employera les purgatifs, & même l’émétique ; on tiendra le ventre libre en donnant de tems à autre des cathartiques ; mais la foiblesse contrindique ces remedes : & il faut remarquer qu’elle augmente assez souvent par la saignée & les purgatifs, au lieu qu’elle diminue dans les autres maladies. Ceci mérite une attention singuliere.

Le remede contre cette foiblesse est l’antidote ou le spécifique propre contre la pestilence ; mais quel est ce spécifique ? c’est ce qu’on cherche depuis long-tems sans le trouver. Les quatre alexipharmaques, les confections d’alkermès & d’hyacinthe, la thériaque & l’orviétan ; les esprits volatils tirés des animaux ; les cordiaux acides sont mêlés avec les précédens, ou donnés séparément, on remarque en général qu’ils ne causent pas une si grande dissolution du sang ; ainsi on peut employer en même-tems que les remedes généraux, la potion suivante.

Potion antipestilentielle. Prenez des eaux de chardon béni ; de reine des prés & d’angélique, de chaque deux onces ; d’eau thériacale de baudron ; de vinaigre thériacal ; de l’esprit de citron, de chaque cinq gros ; de sirop d’œillet, une once : faites une potion du tout dont on donnera par cueillerée, pour soutenir le pouls & procurer une douce moiteur.

On peut employer la thériaque, la poudre de vipere, l’antidote de Tichobrahé. Voyez ces articles.

Enfin, on applique les vésicatoires & les ventouses.

Quant aux amulettes, voyez Amulettes.

Le régime doit être proportionné à l’état du mal ; il doit être analeptique, restaurant & soutenu par les antiputrides. Voyez Peste.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pestilentiel »

Pestilence ; provenç. pestilencial ; ital. pestilen ziale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Composé de pestilence et du suffixe -iel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pestilentiel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pestilentiel pɛstilɑ̃sjɛl

Citations contenant le mot « pestilentiel »

  • Quand cessera-t-on de penser qu'on peut fabriquer des citoyens de demain en éduquant les enfants avec de simples slogans sans rien modifier à l'environnement pestilentiel dans lequel ils évoluent ? De Taslima Nasreen / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • L'amour d'une vierge est aussi assommant qu'un appartement neuf. Il semble qu'on essuie les plâtres. Il est vrai qu'on n'a pas à redouter les germes maladifs, pestilentiels, d'un autre locataire. De Jules Renard / Journal
  • Une fois le vernis de solidarité inter-classe en début de crise sanitaire a séché, les relents de stigmatisation du pauvre comme vecteur de maladies de par son indiscipline sont remontés à la surface. Plongée dans un climat social pestilentiel. , Au Maroc, le coronavirus est trop souvent associé au stigmate du pauvre indiscipliné [Edito]
  • Mais le pire, le plus atroce, ce sont les latrines. Car comment fait-on quand un ancien camp prévu pour 800 militaires, puis pour 3000 réfugiés, finit par en recevoir presque 20000? Il y a le trou familial, pestilentiel, derrière la tente, à même le sol, quand le lieu s’y prête et qu’on est suffisamment à l’écart. Il y a les tentes d’aisance où l’on pénètre un par un et où l’on s’accroupit sur une planche percée au-dessus d’une tranchée défécatoire sans système d’évacuation. Et puis il y a les latrines publiques, j’allais dire officielles, mises en place soit par l’administration, soit par les ONG, et qui focalisent, plus encore, la colère de ces humains privés, ici, de leur intimité la plus élémentaire. Ainsi, à mi-pente de la sorte de rue qui longe les barbelés séparant le camp d’origine de son extension sauvage, cette batterie d’énormes Sanisette de chantier aux portes déglinguées qui ne ferment pas. J’entre. Cuvettes tartinées d’excréments. Cloaques visiblement bouchés et infestés de mouches. L’odeur fétide dont les relents me poursuivront jusque dans le terrain vague, un peu plus loin, où j’irai, histoire de penser à autre chose, taper le ballon avec un groupe de gamins. Et « the line », toujours « the line », comme s’il n’y avait rien de mieux à faire, à Moria, que de s’ali-gner, et s’aligner encore, et s’aligner toujours. Il y a ceux qui s’impatientent, bousculent et demandent que l’on se dépêche. Il y a ceux qui sont là par précaution, sans besoin pressant et parce que, dans ce temps qui ne passe pas, le seul passe-temps est de faire la queue pour tout et rien, toute la sainte journée, c’est à en devenir fou. Humiliation. Supplice. A l’heure où le reste de l’Europe fait assaut d’hygiénisme, Moria est ce lieu d’infection, de corruption, de fétidité. «Anus mundi.» , Lesbos : la honte de l'Europe
  • Epandage massif d'engrais dans les champs voisins ? Problème d'égouts ou de fosses sceptiques ? Nombreux ont été les habitants ou les visiteurs à se demander d'où provenait l'étrange odeur qui a flotté pendant plus de deux jours sur Pontoise. Ce parfum pestilentiel, qui a fait son apparition mercredi matin, a envahi tout le centre-ville.Certains riverains de la Viosne, petit cours d'eau qui traverse Pontoise, ont leur idée sur la question. « La rivière est irisée, trouble, le débit est faible. Et les pêcheurs, d'ordinaire nombreux, ont déserté les bords de la rivière depuis quelques jours. Pour moi, il s'agit d'une entreprise de pompage de fosses d'aisance, venue en pleine nuit pour se débarrasser discrètement de son chargement d'excréments dans la Viosne, affirme Jean-François Dupaquier, président de l'association du quartier Notre-Dame Viosne Gare. Ce n'est pas la première fois, c'est inadmissible ».A la mairie de Pontoise, on est plus dubitatif. « Nous avons constaté cette odeur, mais personne ne nous a alertés sur le sujet ou signalé de dysfonctionnement, assure la municipalité. Elle ne semble pas être liée au territoire même de Pontoise ». L'odeur a en effet été sentie, mais dans une moindre mesure, à Osny et à Cergy. Ce jeudi, le syndicat intercommunal de la vallée de la Viosne (SIAVV) était injoignable. leparisien.fr, Pontoise envahie par une odeur pestilentielle - Le Parisien
  • Malédiction! Ma première bouchée a un goût amer et nauséabond. Les efforts du chef sont réduits à néant. Il aurait pu tout aussi bien remplacer la sauce par du jus de nicotine et le cumin par du goudron. Si au moins ces deux butors se roulaient des cibiches avec de l’Amsterdammer à l’odeur sucrée! Mais non: c’est du tabac bien puant, aux effluves d’égout, de l’écœurant, du pestilentiel. fr.le360.ma, Ils viennent ici enfumer les bougnoules | www.le360.ma

Traductions du mot « pestilentiel »

Langue Traduction
Anglais pestilential
Espagnol pestilente
Italien pestilenziale
Allemand pestilential
Chinois 瘟疫的
Arabe الوباء
Portugais pestilento
Russe чумной
Japonais 疫病の
Basque pestilential
Corse pestilenziale
Source : Google Translate API

Synonymes de « pestilentiel »

Source : synonymes de pestilentiel sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pestilentiel »

Pestilentiel

Retour au sommaire ➦

Partager