La langue française

Peloton

Sommaire

  • Définitions du mot peloton
  • Étymologie de « peloton »
  • Phonétique de « peloton »
  • Citations contenant le mot « peloton »
  • Images d'illustration du mot « peloton »
  • Vidéos relatives au mot « peloton »
  • Traductions du mot « peloton »
  • Synonymes de « peloton »

Définitions du mot peloton

Trésor de la Langue Française informatisé

PELOTON, subst. masc.

I.
A. − Petite pelote (v. ce mot A). Peloton de fil; débrouiller, dévider un peloton. Un enfant debout devant lui déroule un peloton de corde (Du Camp,Nil, 1854, p.200).Si vous êtes impatient, donnez-vous des pelotons de ficelle à démêler (Alain,Propos, 1910, p.72):
1. De même qu'on entortille un long peloton de laine autour d'une carte, de même toutes sortes de réflexions, de récriminations, relatives à sa nièce, s'entortillaient autour de sa cervelle grotesque. Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.129.
[Dans un cont. métaph.] Vous jetez un peloton de fil dans mon labyrinthe (...). Le comte de votre capitaine de spahis, c'est le mien (Dumas père, Ctede Morcerf, 1851, i, 1, p.11).Nos facultés déductives nous permettent parfois de dénouer l'écheveau, de débrouiller le peloton, et par là elles méritent l'estime où nous les tenons (Arts et litt., 1935, p.50-12).
B. − Rare, vieilli. Petit amas compact de quelque chose (v. pelote B). Des nuées de glace, ou plutôt de pelotons de glace extrêmement petits (Metzger,Genèse sc. cristaux, 1918, p.127).
PHYSIOL. Peloton adipeux. Nocard a trouvé les capillaires obstrués par des pelotons de streptocoques (Nocard, Leclainche,Mal. microb. animaux, 1896, p.469).
C. − Vx. Peloton d'épingles. Synon. de pelote d'épingles (v. pelote C 1).
D. − Loc. En peloton. En étant pelotonné, recroquevillé. Se mettre, se rouler en peloton. Elle la voyait souvent pleurer; elle se jetait alors à ses pieds en peloton, et demeurait là pendant des heures (Feuillet,J. de Trécoeur, 1872, p.6).[Le chat] était en peloton sur un paquet de vêtements (Léautaud,Journal littér., 2, 1908, p.325).
II.
A. − Vieilli. Groupe de personnes assemblées. Synon. bande, groupe.Dans les mois d'hiver, on est moins entre soi [à l'Académie française] (...) avant chaque séance, des pelotons animés se forment autour de la cheminée (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.12, 1867, p.421).Un convoi suivi d'un peloton de femmes noires en larmes (Goncourt,Journal, 1890, p.1107).
B. − Dans le domaine milit.
1. Vieilli. Groupe d'hommes en armes, de soldats. La milice nationale (...) accourut par pelotons de toutes parts, et se réunit à la garde du jour (Marat,Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p.107).Les brigands se mettent par pelotons (La Martellière,Robert, 1793, iv, 9, p.54).
Feu de peloton. V. feu B 1.Au fig. Un feu de peloton d'injures s'engagea entre les bohémiens et le maître de l'établissement (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.126).
ORGAN. MILIT. Petite unité (dont la composition varie avec le temps et les armes) dans la gendarmerie, le train des équipages, la cavalerie, les blindés. Deux divisions légères, comprenant chacune: 5 bataillons d'infanterie (...), 1 peloton de transmissions (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.622).
2. En partic.
Peloton (de discipline, de punition). Groupe de soldats qui sont condamnés à des exercices supplémentaires; p.méton., ces exercices. Le sergent jetait le lit [mal fait] à terre et infligeait le peloton pour le lendemain (Titeux,St-Cyr, 1898, p.183).
Peloton (d'exécution). Groupe (de soldats) chargé de fusiller un condamné; p.méton., cette exécution. (Être) devant le peloton. À l'arrière c'est le peloton d'exécution qui l'attend (Du Bos,Journal, 1921, p.22).Il meurt courageusement, commandant lui-même: «Feu!» au peloton d'exécution (De Gaulle,Mém. guerre, 1956, p.179):
2. Les condamnés de l'une [une cour martiale] étaient passés par les armes dans le jardin, tandis que l'on traînait ceux de l'autre jusqu'à la caserne Lobau, où des pelotons en permanence les fusillaient, dans la cour intérieure, presque à bout portant. Zola,Débâcle, 1892, p.626.
Peloton (d'instruction). Groupe de militaires du contingent qui reçoivent une formation pour devenir sous-officier ou officier; p.méton., cette formation. Faire, suivre le peloton. Le concours pour officier de réserve qui a lieu à l'issue du peloton d'élèves-officiers de réserve (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p.63).V. charge ex. 1.
3. MAR. Formation tactique où les bâtiments se disposent en triangle dans le plus petit espace possible. Le peloton où se trouve le vaisseau monté par l'amiral est au centre de tous (Will.1831).
C. − Dans le domaine des sports
1.
a) Groupe formé par le gros des chevaux dans une course. Le peloton s'allongeait déjà sur une quarantaine de longueurs. Frangipane était dernier (Zola,Nana, 1880, p.1401).
b) P. anal. Groupe compact de concurrents qui restent ensemble dans une course (course cycliste, course à pied, etc.). Se détacher du peloton; rejoindre le peloton; peloton serré; peloton de tête, de queue. Les coureurs roulent en peloton (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1952, p.175).Chaque athlète se retrouve, après cent mètres de course, en ligne droite et prend sa place dans le peloton qui se regroupe près de la lice (Jeux et sports, 1967, p.1241).
2. P. anal. et au fig. Ensemble de personnes, de collectivités, de choses abstraites ou concrètes qui sont en compétition, en concurrence ou jugées par comparaison entre elles (d'apr. Gilb. 1980). Rochefort apporte le bruit, le pétillement (...). C'est par là qu'il se détache du peloton (Morienval,Créateurs gde presse, 1934, p.151).Ce résultat place l'industrie aéronautique dans le peloton de tête des industries exportatrices du pays (Industr. aéron. fr., 1962, p.13).
D. − P. anal., littér. Groupe plus ou moins compact (d'animaux, de choses). Des pelotons de cabanes éparses et suspendues sur d'âpres côteaux (Dusaulx,Voy. Barège, t.1, 1796, p.127).[Les hirondelles] se ramassèrent en peloton et elles se mirent à tourner, tourner. C'était un peloton compact; mais l'une, sur la même ligne que la meneuse, volait au large (Montherl.,Olymp., 1924, p.349).
REM.
Pelote, subst. fém.[Dans des loc. fig.] a) Arg. milit. Faire la pelote. Être dans un peloton de punition. Ils étaient une bonne vingtaine, là-bas, à faire la «pelote» (...) sous les ordres d'un adjudant (...) après ils allaient aux corvées (Vialar,Morts viv., 1947, p.84).b) Fam. Envoyer aux pelotes. Repousser avec brusquerie. Il recevait plus les inventeurs... Il les renvoyait tous aux pelotes avec leurs maquettes, leurs graphiques... −Allez-vous-en tous, vous torcher! C'est pas travaillé ces épures!... (Céline,Mort à crédit, 1936, p.436).
Prononc. et Orth.: [pəlɔtɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1417 «petite pelote de fil enroulé» (Comptes du roi René, éd. A. d'Agnel, t.2, p.241); b) 1690 (Fur.: On dit figurément en ce sens, qu'on devide le peloton, quand on debroüille une affaire); 2. 1493 «amas en forme de boule, boule» pelotons de neige (Eurial. et Lucr., fo50 vo, éd. 1493 ds Gdf.); 3. a) 1616 «petit détachement de soldats» (D'Aubigné, Histoire universelle, livre III, chap. VII, éd. A. de Ruble, t.2, p.59); b) 1666 «petit groupe de personnes» (Furetière, Roman bourgeois, 230 ds IGLF); c) 1809 «groupe de punis» (Saint-Cyr d'apr. Esn.); d) 1835 école de peloton (Vigny, Serv. et grand. milit., p.97); 1888 peloton «exercice d'entraînement militaire» (Courteline, Train 8 h 47, 3epart., III, p.237); e) 1855 sport «ensemble de concurrents regroupés» (ici, en parlant de chevaux) (Le Sport, 10 mai ds Petiot); 1884 en parlant de sport cycliste (Le Sport vélocipédique, 2 févr., ibid.); 1937 p.anal. et au fig. (L'Auto, 27 mars, ibid.). Dér. de pelote*; suff. -on1*. Fréq. abs. littér.: 362. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 318, b) 516; xxes.: a) 671, b) 587. Bbg. Nigra (C.). Metatesi. Z. rom. Philol. 1904, t.28, p.2. _ Quem. DDL t.2. _ Vaganay (H.). Pour l'hist.du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.123.

Trésor de la Langue Française informatisé

PELOTON, subst. masc.

I.
A. − Petite pelote (v. ce mot A). Peloton de fil; débrouiller, dévider un peloton. Un enfant debout devant lui déroule un peloton de corde (Du Camp,Nil, 1854, p.200).Si vous êtes impatient, donnez-vous des pelotons de ficelle à démêler (Alain,Propos, 1910, p.72):
1. De même qu'on entortille un long peloton de laine autour d'une carte, de même toutes sortes de réflexions, de récriminations, relatives à sa nièce, s'entortillaient autour de sa cervelle grotesque. Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.129.
[Dans un cont. métaph.] Vous jetez un peloton de fil dans mon labyrinthe (...). Le comte de votre capitaine de spahis, c'est le mien (Dumas père, Ctede Morcerf, 1851, i, 1, p.11).Nos facultés déductives nous permettent parfois de dénouer l'écheveau, de débrouiller le peloton, et par là elles méritent l'estime où nous les tenons (Arts et litt., 1935, p.50-12).
B. − Rare, vieilli. Petit amas compact de quelque chose (v. pelote B). Des nuées de glace, ou plutôt de pelotons de glace extrêmement petits (Metzger,Genèse sc. cristaux, 1918, p.127).
PHYSIOL. Peloton adipeux. Nocard a trouvé les capillaires obstrués par des pelotons de streptocoques (Nocard, Leclainche,Mal. microb. animaux, 1896, p.469).
C. − Vx. Peloton d'épingles. Synon. de pelote d'épingles (v. pelote C 1).
D. − Loc. En peloton. En étant pelotonné, recroquevillé. Se mettre, se rouler en peloton. Elle la voyait souvent pleurer; elle se jetait alors à ses pieds en peloton, et demeurait là pendant des heures (Feuillet,J. de Trécoeur, 1872, p.6).[Le chat] était en peloton sur un paquet de vêtements (Léautaud,Journal littér., 2, 1908, p.325).
II.
A. − Vieilli. Groupe de personnes assemblées. Synon. bande, groupe.Dans les mois d'hiver, on est moins entre soi [à l'Académie française] (...) avant chaque séance, des pelotons animés se forment autour de la cheminée (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.12, 1867, p.421).Un convoi suivi d'un peloton de femmes noires en larmes (Goncourt,Journal, 1890, p.1107).
B. − Dans le domaine milit.
1. Vieilli. Groupe d'hommes en armes, de soldats. La milice nationale (...) accourut par pelotons de toutes parts, et se réunit à la garde du jour (Marat,Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p.107).Les brigands se mettent par pelotons (La Martellière,Robert, 1793, iv, 9, p.54).
Feu de peloton. V. feu B 1.Au fig. Un feu de peloton d'injures s'engagea entre les bohémiens et le maître de l'établissement (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.126).
ORGAN. MILIT. Petite unité (dont la composition varie avec le temps et les armes) dans la gendarmerie, le train des équipages, la cavalerie, les blindés. Deux divisions légères, comprenant chacune: 5 bataillons d'infanterie (...), 1 peloton de transmissions (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.622).
2. En partic.
Peloton (de discipline, de punition). Groupe de soldats qui sont condamnés à des exercices supplémentaires; p.méton., ces exercices. Le sergent jetait le lit [mal fait] à terre et infligeait le peloton pour le lendemain (Titeux,St-Cyr, 1898, p.183).
Peloton (d'exécution). Groupe (de soldats) chargé de fusiller un condamné; p.méton., cette exécution. (Être) devant le peloton. À l'arrière c'est le peloton d'exécution qui l'attend (Du Bos,Journal, 1921, p.22).Il meurt courageusement, commandant lui-même: «Feu!» au peloton d'exécution (De Gaulle,Mém. guerre, 1956, p.179):
2. Les condamnés de l'une [une cour martiale] étaient passés par les armes dans le jardin, tandis que l'on traînait ceux de l'autre jusqu'à la caserne Lobau, où des pelotons en permanence les fusillaient, dans la cour intérieure, presque à bout portant. Zola,Débâcle, 1892, p.626.
Peloton (d'instruction). Groupe de militaires du contingent qui reçoivent une formation pour devenir sous-officier ou officier; p.méton., cette formation. Faire, suivre le peloton. Le concours pour officier de réserve qui a lieu à l'issue du peloton d'élèves-officiers de réserve (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p.63).V. charge ex. 1.
3. MAR. Formation tactique où les bâtiments se disposent en triangle dans le plus petit espace possible. Le peloton où se trouve le vaisseau monté par l'amiral est au centre de tous (Will.1831).
C. − Dans le domaine des sports
1.
a) Groupe formé par le gros des chevaux dans une course. Le peloton s'allongeait déjà sur une quarantaine de longueurs. Frangipane était dernier (Zola,Nana, 1880, p.1401).
b) P. anal. Groupe compact de concurrents qui restent ensemble dans une course (course cycliste, course à pied, etc.). Se détacher du peloton; rejoindre le peloton; peloton serré; peloton de tête, de queue. Les coureurs roulent en peloton (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1952, p.175).Chaque athlète se retrouve, après cent mètres de course, en ligne droite et prend sa place dans le peloton qui se regroupe près de la lice (Jeux et sports, 1967, p.1241).
2. P. anal. et au fig. Ensemble de personnes, de collectivités, de choses abstraites ou concrètes qui sont en compétition, en concurrence ou jugées par comparaison entre elles (d'apr. Gilb. 1980). Rochefort apporte le bruit, le pétillement (...). C'est par là qu'il se détache du peloton (Morienval,Créateurs gde presse, 1934, p.151).Ce résultat place l'industrie aéronautique dans le peloton de tête des industries exportatrices du pays (Industr. aéron. fr., 1962, p.13).
D. − P. anal., littér. Groupe plus ou moins compact (d'animaux, de choses). Des pelotons de cabanes éparses et suspendues sur d'âpres côteaux (Dusaulx,Voy. Barège, t.1, 1796, p.127).[Les hirondelles] se ramassèrent en peloton et elles se mirent à tourner, tourner. C'était un peloton compact; mais l'une, sur la même ligne que la meneuse, volait au large (Montherl.,Olymp., 1924, p.349).
REM.
Pelote, subst. fém.[Dans des loc. fig.] a) Arg. milit. Faire la pelote. Être dans un peloton de punition. Ils étaient une bonne vingtaine, là-bas, à faire la «pelote» (...) sous les ordres d'un adjudant (...) après ils allaient aux corvées (Vialar,Morts viv., 1947, p.84).b) Fam. Envoyer aux pelotes. Repousser avec brusquerie. Il recevait plus les inventeurs... Il les renvoyait tous aux pelotes avec leurs maquettes, leurs graphiques... −Allez-vous-en tous, vous torcher! C'est pas travaillé ces épures!... (Céline,Mort à crédit, 1936, p.436).
Prononc. et Orth.: [pəlɔtɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1417 «petite pelote de fil enroulé» (Comptes du roi René, éd. A. d'Agnel, t.2, p.241); b) 1690 (Fur.: On dit figurément en ce sens, qu'on devide le peloton, quand on debroüille une affaire); 2. 1493 «amas en forme de boule, boule» pelotons de neige (Eurial. et Lucr., fo50 vo, éd. 1493 ds Gdf.); 3. a) 1616 «petit détachement de soldats» (D'Aubigné, Histoire universelle, livre III, chap. VII, éd. A. de Ruble, t.2, p.59); b) 1666 «petit groupe de personnes» (Furetière, Roman bourgeois, 230 ds IGLF); c) 1809 «groupe de punis» (Saint-Cyr d'apr. Esn.); d) 1835 école de peloton (Vigny, Serv. et grand. milit., p.97); 1888 peloton «exercice d'entraînement militaire» (Courteline, Train 8 h 47, 3epart., III, p.237); e) 1855 sport «ensemble de concurrents regroupés» (ici, en parlant de chevaux) (Le Sport, 10 mai ds Petiot); 1884 en parlant de sport cycliste (Le Sport vélocipédique, 2 févr., ibid.); 1937 p.anal. et au fig. (L'Auto, 27 mars, ibid.). Dér. de pelote*; suff. -on1*. Fréq. abs. littér.: 362. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 318, b) 516; xxes.: a) 671, b) 587. Bbg. Nigra (C.). Metatesi. Z. rom. Philol. 1904, t.28, p.2. _ Quem. DDL t.2. _ Vaganay (H.). Pour l'hist.du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.123.

Wiktionnaire

Nom commun

peloton \pə.lɔ.tɔ̃\ masculin

  1. Petite pelote.
    • On emploie tant de pelotons de fil à faire cette dentelle.
    • (Figuré) Ce n’est qu’un peloton de graisse, se dit d’un petit oiseau extrêmement gras, comme le sont ordinairement les ortolans et les becfigues, se dit aussi d’un enfant gras.
    • Se mettre en peloton, ramasser, rassembler ses membres, de manière que le corps forme une sorte de boule.
    • Il se met en peloton dans son lit, au lieu de s’étendre.
  2. Balle à jouer à la paume, lorsqu’elle n’est point encore couverte de drap.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Figuré) Petit nombre de personnes réunies en groupe.
    • Ils étaient sur cette place par pelotons.
  4. (Militaire) Petit groupe de soldats, section, subdivision d’une compagnie, d’un escadron.
    • Moins d’une heure après sa chute, le lieutenant Pelardy, contusionnée, un poignet douloureux, avait repris la tête de son peloton. Elle a chargé comme les autres, le sabre en avant. — (Jean-Louis Andreani, Le “bivouac” de la lieutenante-cavalière Pelardy ne fut pas une balade, dans Le Monde, 20 octobre 2005 [texte intégral])
    • Le peloton d’exécution : petite troupe de soldats commandés pour passer par les armes un condamné.
  5. (Cyclisme) Le groupe majoritaire des cyclistes qui demeurent ensemble lors d'une course.
    • Un groupe de baroudeurs, sans tricolore, s’est échappé par l'avant. Mais le peloton des meilleurs a décidé de chasser les courageux. Sans pitié. — (Jean Emmanuel Ducoin, Go Lance, Librairie A. Fayard, 2013, chap. 65)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PELOTON. n. m.
Petite pelote. On emploie tant de pelotons de fil à faire cette dentelle. Fig., Ce n'est qu'un peloton de graisse, se dit d'un Petit oiseau extrêmement gras, comme sont ordinairement les ortolans et les becfigues. Il se dit aussi d'un Enfant fort gras. Se mettre en peloton, Ramasser, rassembler ses membres, de manière que le corps forme une sorte de boule. Il se met en peloton dans son lit, au lieu de s'étendre.

PELOTON se dit encore d'une Balle à jouer à la paume, lorsqu'elle n'est point encore couverte de drap.

PELOTON se dit figurément d'un Petit nombre de personnes réunies en groupe. Ils étaient sur cette place par pelotons. Il se dit particulièrement, en termes de Guerre, d'un Petit groupe de soldats, subdivision d'une compagnie, d'un escadron. Quelques pelotons d'infanterie. Chef de peloton. Aligner son peloton. Feu de peloton. Le peloton de punition. Un peloton d'instruction. Le peloton d'exécution se dit de la Petite troupe de soldats commandés pour passer par les armes un condamné.

Littré (1872-1877)

PELOTON (pe-lo-ton) s. m.
  • 1Boule formée avec du fil, de la soie, de la laine, dont on a roulé un ou plusieurs fils sur eux-mêmes.

    Fig. Ce qui sert à sortir de quelque embarras, par allusion au fil d'Ariane et au labyrinthe. La Bletterie [auteur d'une histoire de l'empereur Julien] devait prendre avec soi le peloton de M. de Saint-Agnan, et s'en servir pour se tirer du labyrinthe où il s'est engagé, Voltaire, Lett. Formont, 13 fév. 1735.

    Fig. En peloton, en forme de peloton, en ramassant ses membres. Se mettre en peloton. La vieille reine était rapetissée de la moitié et toute en peloton, Fénelon, t. XIX, p. 3.

    Fig. Un peloton de graisse, se dit d'un petit oiseau extrêmement gras, et aussi d'un petit enfant fort gras.

  • 2Se disait autrefois d'une espèce de pelote à épingles, que les femmes attachaient à leur ceinture. Quand il me donnerait toute la boutique d'une mercière, cela ne me ferait pas tant de plaisir qu'un petit peloton qu'Arlequin m'a donné, Marivaux, Double inconst. II, 1.
  • 3Balle de paume non encore recouverte de drap.
  • 4 Fig. Petit nombre de personnes réunies en groupe. Un peloton de gens à physionomie savante admiraient, qu'étant aussi jeune, elle [la Dauphine] pût savoir diverses langues parfaitement bien, Scudéry, les Conversations, Dialogue. Là deux petites amies, et ici trois autres en peloton, occupées à causer et à s'entretenir ensemble à la dérobée, Bossuet, Instr. aux Ursul. sur le silence 1. Le peuple s'assemble dans les places par pelotons, Vauvenargues, Lentulus. Pourquoi faut-il que je sois si heureux à Potsdam, quand vous êtes à Paris ? pourquoi tous les êtres pensants et bien pensants, les gens de goût, les bons cœurs ne font-ils pas un petit peloton dans quelque coin de ce monde ? Voltaire, Lett. d'Argental, 27 oct. 1750. Son petit peloton se rassemblait à l'opéra sous la loge de la reine, Rousseau, Confess. VIII.

    Il se dit des animaux. Elles [les cigognes] traversent l'Hellespont, puis, se divisant à la hauteur de Ténédos, elles partent en pelotons et vont toutes vers le midi, Buffon, Ois. t. XIII, p. 385.

    Un peloton de mouches à miel, de chenilles, une grande quantité de mouches à miel, de chenilles, qui sont ensemble en un tas. Les haies sont pleines de pelotons de chenilles.

  • 5 Terme de guerre. Petite bande de soldats. Leur manière de combattre par pelotons, et de se rallier un moment après leur déroute, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 48. Plusieurs petits corps moscovites qui, depuis la grande bataille de Nerva, ne se montraient plus que par pelotons, Voltaire, Charles XII, 3.

    Particulièrement. Subdivision d'un bataillon sur le champ de bataille ou en marche. Les pelotons sont tous égaux en force, autant que possible ; ce qui n'a presque jamais lieu dans la subdivision par compagnies. Feu de peloton. École de peloton. On mit un peloton entre chaque intervalle des escadrons, Relation de la campagne de Rocroi, dans RICHELET.

HISTORIQUE

XVIe s. Ou quand il [un petit chien] couroit si fort, Qu'il tournoit comme une boule, Ou un peloton qui roule, Du Bellay, J. VI, 38, verso. Il tire de son gros quatre pelotons de trois cens hommes chascun, D'Aubigné, Hist. I, 149.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PELOTON.
1Ajoutez :

Fig. Si nous n'étions pas des pelotons de contradictions, Diderot, Œuvr. compl. 1821, t. IX, p. 93.

6 Terme de turf. L'ensemble des cavaliers et des chevaux en train de courir.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PELOTON, s. m. terme de Couturiere ; petite pelote de soie, de laine, de fil, de coton, & autres matieres, filée, dévidée en rond.

On nomme aussi peloton une espece de petit coussinet moins gros que la pelote, qu’on remplit ordinairement de son, & qu’on couvre de serge, d’étoffe, de velours, pour y mettre des épingles.

Peloton, terme de Paumier, ou ploton ; balle à jouer à la paume. On le dit ordinairement de celles qui ne sont pas encore couvertes, & qui ne sont encore qu’en corde.

Peloton, (Fabrique de tabac.) on forme de gros pelotons, ou grosses pelotes de tabac ; comme c’est au sortir du filage qu’il fait son plus grand déchet, & qu’il en fait moins tant qu’il reste en pelotons, on a coutume de l’y laisser le plus long-tems qu’il est possible ; après qu’il a été en pelotons, on le roule ; ce qui s’appelle le mettre en rôles. (D. J.)

Peloton, en terme de Guerre, est un petit corps quarré de 40 à 50 hommes, qu’on tire d’un bataillon d’infanterie, & qu’on place entre des escadrons de cavalerie pour les soutenir, ou que l’on met en embuscade dans des passages étroits & des défilés, qui ne pourroient contenir un bataillon ou un regiment entier.

Ce mot est formé par corruption du vieux mot françois peloton, qui signifie un tas ou un paquet de fil roulé.

Les grenadiers sont généralement rangés en peloton à côté des bataillons. Voyez Bataillon. Chambers.

On donne aussi le nom de pelotons à des petits corps d’infanterie qu’on emploie à couvrir les angles des bataillons quarrés & triangulaires. Le peloton a toujours moins de cent hommes.

L’ordonnance du 6 Mai 1755 donne le nom de peloton à deux compagnies couplées ou jointes ensemble. Voyez & Évolutions (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « peloton »

Pelote, avec la finale on.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1417) Composé de pelote et -on ; (1578) prend le sens de « groupe de soldats ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De pelote avec le suffixe -on.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « peloton »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peloton pœlɔtɔ̃

Citations contenant le mot « peloton »

  • Je devais être fusillé ce matin à six heures. Mais comme j'avais un bon avocat, le peloton n'arrivera qu'à six heures trente. De Woody Allen
  • Une carrière réussie est une chose merveilleuse, mais on ne peut pas se pelotonner contre elle, la nuit, quand on a froid l'hiver. De Marilyn Monroe
  • RÉCIT - Le peloton va renouer avec la compétition à un mois de la 107e Grande Boucle. Le Figaro.fr, À un mois du Tour de France, comment le peloton se prépare dans un cadre sanitaire strict
  • Après la période de repos forcé due à la crise sanitaire liée au Covid-19, le peloton féminin international a disputé ses premières courses le week-end dernier, avec trois épreuves programmées en quatre jours au Pays basque espagnol. Centre Presse, Centre Presse : Le peloton dans le vif du sujet
  • C’est une belle journée, le 14 juillet, pour une renaissance. Faute de pouvoir vibrer pour une victoire tricolore sur le Tour pour la fête nationale, c’est vers le Hainaut qu’il fallait se tourner pour voir un peloton batailler. Le Grand Prix Marcel-Cavalier, anonyme épreuve parmi les 900 organisées chaque année dans la région, a cette fois concentré toutes les attentions, quatre mois presque jour pour jour après la dernière course à s’y être disputée. LA VDN, Cyclisme : à Marly, quatre mois plus tard, le peloton a fait son retour

Images d'illustration du mot « peloton »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « peloton »

Traductions du mot « peloton »

Langue Traduction
Anglais platoon
Espagnol pelotón
Italien plotone
Allemand zug
Chinois
Arabe مفرزة
Portugais pelotão
Russe взвод
Japonais 小隊
Basque judizmendi
Corse platonu
Source : Google Translate API

Synonymes de « peloton »

Source : synonymes de peloton sur lebonsynonyme.fr
Partager