La langue française

Pastel

Définitions du mot « pastel »

Trésor de la Langue Française informatisé

PASTEL1, subst. masc.

A. − BOT. Plante dicotylédone, herbacée, crucifère, des régions tempérées, dont la tige et les feuilles fournissent une matière colorante bleue, cultivée autrefois comme plante tinctoriale ou fourragère. Synon. guède, isatis:
. Une gamme infinie de colorants dérivés de la houille s'offrait déjà aux teinturiers, il y a trente ans. Mais en contrepartie, le Comtat-Venaissin avait abandonné la culture de la garance; le pastel ne fleurissait plus aux environs de Mirepoix, de Lavaur ou de Castelnaudary... E. Schneider, Charbon, 1945, p.307.
B. − P. méton.
1. INDUSTR. DES COLORANTS. Matière colorante bleue fournie par cette plante. On disait que les tissus étaient teints au pastel ou au pastel double, suivant qu'ils étaient passés, une ou plusieurs fois dans la cuve de guède (Havard1890, p.139).Les colorants, tous naturels, −indigo, campêche, garance, pastel, −étaient encore produits en petites quantités alors que l'industrie textile en réclamait toujours davantage (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p.355).
2. Bleu de pastel ou, en appos., bleu pastel. Nuance de bleu (clair, tendre) de ce colorant. V. également pastel2C.Sa robe est bleu pastel ornée de boutons en émail camaïeu (Toulet, Nane, 1905, p.132).Sa tête [d'un oiseau] est brune. Les plumes du dos sont d'un tendre bleu de pastel; tout le dessous du corps est bleu clair; les ailes vont de ce même bleu tendre au bleu le plus sombre (Gide, Voy. Congo, 1927, p.836).
Prononc. et Orth.: [pastεl]. Att. ds Ac. dep. 1694; en 1762, 1798 en tant que synon. de guède. Étymol. et Hist.1. 1393 subst. synon. de guède (doc. 25 avr. ds G. Espinas, La Vie urbaine de Douai au Moyen-Âge, t.4, p.685); 2. 1632 adj. «de la couleur bleue que donne la teinture au pastel» (Inventaire des biens d'African de Bassompierre, éd. Gaspard ds Mém. de la Sté d'archéol. lorr., 1867, p.316). Empr. au langued. pastel, att. au sens 1 dep. le xiiie-xives. (Évangile de l'Enfant Jésus ds Appel, p.48; v. aussi Levy (E.) Prov.), dér. de pasta (pâte*) parce que cette plante était réduite en pâte avant de servir à teindre. V. FEW t.7, p.746b et 750a, note 9.

PASTEL2, subst. masc.

A. − DESSIN
1. Poudre de couleur agglomérée en pâte servant à préparer des crayons. Les pastels fixes sont des poudres solides dégradées vers le blanc, par du kaolin, du blanc crayeux ou du blanc de zinc, aggloméré généralement avec de l'eau gommée (gomme du Sénégal) (Arts et litt., 1935, p.30-4).V. adragante ex. 1, enfariner ex. 1.
2. P. méton. Crayon préparé à partir de cette poudre, pure ou mélangée, et de gomme (d'apr. Bég. Dessin 1978, p.422). Pastels doux, durs, demi-durs, gras, tendres; boîte de pastels; pastels en étuis. La tête de Robespierre, dessinée par David au pastel (Vigny, Journal poète, 1844, p.1215).Nous retrouverons la même probité dans une marine au pastel et dans une vue de Villers-sur-Mer qui enlève, en plein soleil, ses taches crues, comme dans une image japonaise (Huysmans, Art mod., 1883, p.288).Les pastels s'emploient sur une très légère esquisse au fusain (Coffignier, Coul. et peint., 1924, p.742).
En appos. Crayon(-)pastel. Boîte cartonnage, 20 tablettes couleurs (...), 9 crayons pastels (Catal. jouets [B.H.V.], 1936).Crayon-pastel Conté. Contient une certaine quantité d'abrasif ce qui permet de travailler sur tous les papiers et facilite l'estompage (Bég.Dessin1978, p.422).
B. − P. méton., BEAUX-ARTS
1. Tableau, oeuvre au pastel. Pastel défraîchi, effacé, passé; fixer un pastel. Tout le mur du fond [d'un salon] est revêtu de tapis d'Yorghès, doux à regarder comme des pastels anciens (Farrère, Homme qui assass., 1907, p.108).Les gouaches et les pastels d'Auguste, d'une sensualité troublante et d'un exotisme très personnel sont conservés au Musée d'Orléans (Réau, Art romant., 1930, p.52).
En partic. Portrait au pastel. Voici le pastel d'une dame du vieux temps; la figure, effacée comme une ombre, sourit (A. France, Bonnard, 1881, p.279).
2. Au sing.
a) Manière de dessiner en utilisant les crayons pastels. Le pastel apparaît (...), non seulement comme une simple élaboration du dessin, mais comme un aboutissement des techniques dites «sèches» (...). La Tour, Degas, Toulouse-Lautrec ont, avec le pastel, créé une oeuvre tout à fait indépendante de leur oeuvre proprement picturale (Bég.Dessin1978, p.422).V. huile ex. 4:
1. ... dès que le trait domine la couleur, on retrouve toujours quelque chose de cette fantaisie qui choisit la couleur pour plaire, et non pour peindre. Et c'est par là qu'il faut comprendre le pastel, qui reste toujours dessin par la touche et par la matière. Alain, Beaux-arts, 1920, p.285.
b) Genre d'oeuvres exécutées de cette manière. Chaque salon voit se multiplier en peinture, en pastel ou en lithographie «ces rêves, ces choses qui passent un moment devant les yeux» (Barrès, Cahiers, t.4, 1906, p.159).
C. − [Avec valeur caractérisante] Couleur, teinte, ton de pastel(s). Couleur, teinte, ton clair(e), délicat(e), velouté(e). Des fondants aux teintes de pastel (Morand, Bucarest, 1935, p.165).Le monstre [le Grand Canyon] est tout en tons de pastels; il n'en est pas moins étonnant. Bleu gris, bleu ardoise, rose saumon, vert de gris, tout cela en longues striures qui semblent porter la vue de plus en plus loin (Green, Journal, 1944, p.140).
En appos. ou en empl. adj. Coloris pastel. Pour faire plaisir à Molly, tout de suite, j'ai été acheter avec ses dollars un beau complet beige pastel (...) comme c'était la mode au printemps de cette année-là (Céline, Voyage, 1932, p.285).Il faisait beau, une douce journée d'hiver, de cet hiver de Paris qui passe à l'estompe les couleurs pastel des ardoises, des murs, des pavés de grès au crépuscule (Vialar, Carambouille, 1949, p.116):
2. Le non-professionnel gagne à utiliser des peintures déjà teintées (...). Il peut toutefois, pour obtenir notamment certains tons pastels peu courants, réaliser lui-même ses teintes à partir d'une peinture blanche à laquelle il ajoutera soit une teinte concentrée en tube, soit une certaine quantité de peinture colorée de même marque et de même nature. Bonnel-Tassan1966, p.141.
P. ell. Les pastels par petites touches. Rose fondant, bleu pâle, vert tendre: sur le bois, le rotin, la céramique ou les tissus, des nuances suaves de fleurs qui rappellent les aquarelles romantiques pour assortir un décor à la lumière des beaux jours (Madame Figaro, 18 juin 1983, p.86).
Prononc. et Orth.: [pastεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. Subst. 1676 «bâtonnet constitué d'une poudre agglomérée et colorée» (Félibien, p.397); 1678 tableau en pastel (doc. ds Nouv. Arch. de l'art fr., 1883, p.32); 1694 p.ell. pastel «tableau fait au pastel» (Ac.). B. Adj. 1932 «d'un ton clair et doux» (Céline, loc. cit.). Empr. à l'ital. pastello, att. au sens de «bâtonnet coloré» dep.fin xives. (C. Cenneni d'apr. DEI), issu p.métaph. de pastello «gâteau» (le pastel étant constitué d'une sorte de pâte colorée et durcie), lui-même issu du b. lat. pastellus, issu par changement de suff. du lat. pastillus (v. pastille). Fréq. abs. littér.: 212. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 129, b) 412; xxes.: a) 657, b) 174.
DÉR.
Pastelliste, subst.Artiste qui réalise des oeuvres au pastel. Lundi 2 avril. Exposition des pastellistes. Helleu: des pastels où l'on sent un oeil de peintre amoureux de douces étoffes, de tendres nuances passées, de soieries harmonieusement déteintes (Goncourt, Journal, 1894, p.541).Éva Gonzalès (...) mourut prématurément en 1883, pas assez tôt pourtant pour qu'on n'ait pu admirer son talent de pastelliste aux délicatesses exquises (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p.156). [pastεlist], [paste-]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1872 (Littré Add.); de pastel2, suff. -iste*.

Wiktionnaire

Adjectif

pastel \pas.tɛl\ masculin et féminin identiques

  1. Qualifie une couleur ou teinte assez claire et douce.
    • Bleu pastel, se dit d’un bleu très tendre.
    • [Emploi invariable] Mais dans les teintes pastel la gamme des couleurs proposées était étendue, allant du bleu ciel au rose pâle ou au mauve, en passant par les verts tendres et les jaunes crémeux, […] — (Michel Pastoureau, Les Couleurs de nos souvenirs, page 18, 2015, Seuil)
    • [Adjectif accordé] Le non-professionnel gagne à utiliser des peintures déjà teintées […]. Il peut toutefois, pour obtenir notamment certains tons pastels peu courants, réaliser lui-même ses teintes à partir d’une peinture blanche à laquelle il ajoutera soit une teinte concentrée en tube, soit une certaine quantité de peinture colorée de même marque et de même nature. — (Bonnel-Tassan, Travaux d’aménagement dans la maison, Librairie Larousse, Paris, 1966, p. 141)

Nom commun 1

pastel \pas.tɛl\ masculin

  1. (Botanique) (Agriculture) Guède, plante qui fournit une couleur bleue.
    • Le pastel est d’un grand usage dans la teinture, pour donner un beau bleu d’azur, celui du Languedoc est le plus estimé. […]. Les meilleures terres pour semer le pastel, sont les fossés des Villes & Chateaux, & les champs les plus près des maisons, parce qu’ils sont engraissés. — (L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)

Nom commun 2

pastel \pas.tɛl\ masculin

  1. Pastel sec, crayon fait de couleurs pulvérisées, mêlées avec du blanc de plomb ou du talc, pétries avec de l’eau gommée et façonnées en petits bâtonnets. Cette composition donne des couleurs souvent assez claires ou douces.
    • Par le terme « crayon », nous désignons tous les instruments graphiques : feutre, crayon de papier, crayon de couleur, pastel, pinceau, craie, etc. — (Agnès Daubricourt, Jeux d'éveil à l'écriture, Éditions Eyrolles, 2011, p. 97)
  2. Pastel gras ou Pastel à l'huile, crayon fait de couleurs pulvérisées, mêlées à de l'huile de lin.
    • Dessiner au pastel. — Un portrait au pastel.
  3. (Dessin & Peinture) Ce qui est fait au pastel.
    • Et cependant, sans parler des nombreuses copies faites au fusain ou à la mine de plomb par cet écolier, comment ne pas être frappé du sentiment de la réalité dont témoignait un premier essai original, un pastel tenté d'une main très sûre? Ce pastel représente la mère de Louis Pasteur. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 13)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PASTEL. n. m.
Sorte de crayon fait de couleurs pulvérisées, mêlées avec du blanc de plomb ou du talc, pétries avec de l'eau gommée et façonnées en petits bâtonnets. On fait des pastels de toute sorte de couleurs. Boîte de pastels. Dessiner au pastel. Un portrait au pastel. Il se dit aussi de Ce qui est fait au pastel. Un pastel léger, frais, délicat, velouté. Fixer un pastel. Les pastels de La Tour. Par apposition, Bleu pastel se dit d'un Bleu très tendre.

Littré (1872-1877)

PASTEL (pa-stèl) s. m.
  • 1Nom donné à des crayons composés de différentes couleurs broyées et réduites en pâte avec de l'eau de gomme ; peindre en pastel, c'est peindre avec ces couleurs, qu'on mêle suivant les diverses teintes qu'on veut faire. Pastel en poudre d'écarlate, le cent pesant estimé à dix livres, Déclar. du roi, nov. 1640, tarif. Dans la peinture au pastel, les crayons font l'office des pinceaux ; le nom de pastel qu'on a donné à cette sorte de peinture, vient de ce que les crayons dont on se sert sont faits avec des pâtes de différentes couleurs, Dict. des arts et mét. Peintre. Là je trouvai le célèbre Ramon Latour, le plus célèbre peintre en pastel que nous ayons eu, Marmontel, Mém. IV.
  • 2Se dit d'un tableau peint au pastel. Un beau pastel. Les pastels de la Rosalba.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASTEL, s. m. (Hist. nat. Bot.) isatis, genre de plante à fleur en forme de croix, composée de quatre pétales. Le pistil sort du calice & devient dans la suite un fruit en languette applatie sur les bords ; ce fruit s’ouvre en deux parties : il n’a qu’une capsule, & il renferme une semence ordinairement oblongue. Tournefort. Inst. rei herb. Voyez Plante.

Le pastel & le voüede ne sont qu’une seule & même plante, nommée pastel en Languedoc, & vouede en Normandie. Tournefort compte trois especes de ce genre de plante, dont nous décrirons la commune à larges feuilles, isatis sativa, vel latifolia, S. R. H. en anglois, the broad leaved woed.

Elle pousse des tiges à la hauteur de trois piés, grosses comme le petit doigt, rondes, roides, lisses, rougeâtres, se divisant vers leurs sommités en beaucoup de rameaux revêtus d’un grand nombre de feuilles rangées sans ordre, oblongues, larges comme celles de la langue de chien, sans poil, de couleur verte foncée, & quelquefois tirant sur le verd de mer. Ses rameaux sont chargés de beaucoup de petites fleurs à quatre pétales jaunes, disposées en croix, attachées à des pédicules menus. Quand ces fleurs sont passées, il naît en leur place des petits fils coupés en languettes, & applatis sur les bords, de couleur noirâtre, contenant chacun une ou deux semences oblongues ; sa racine est longue d’un pié & demi ou de deux piés, grosse en haut comme le pouce, & diminuant peu-à-peu, ligneuse, blanche ; on cultive le pastel particulierement en Languedoc & en Normandie : son goût est amer & astringent ; on fait avec le suc des feuilles de cette plante précieuse, une pâte seche qu’on appelle aussi pastel, & dont les Teinturiers font un grand usage. Voyez Pastel, Teinture.

Je me rappelle à l’occasion du pastel, que Cambden, le chevalier Temple, & plusieurs autres, prétendent que la Grande-Bretagne tire son nom du mot brith, qui en langage breton signifie du pastel, parce que les anciens Bretons avoient coûtume de se peindre le corps avec le suc de cette plante, qui leur rendoit la peau bleue. Je ne crois pas que cette étymologie soit la véritable quoique le fait soit certain. Ces anciens peuples se faisoient dans la peau, comme font aujourd’hui les sauvages, des incisions qui représentoient des fleurs, des arbres, des animaux, ensuite en y faisant couler du jus de pastel, ils donnoient à ces figures une couleur bleue qui ne s’effaçoit jamais ; c’est ce qui leur tenoit lieu de parure, & que Tertullien appelloit Britannorum stigmata. Leurs successeurs sont bien differens : ils ne se peignent point le corps, mais ils cultivent soigneusement la plante du pastel à cause de son profit, car un arpent de terre où l’on a semé sa graine, rapporte depuis dix jusqu’à trente livres sterling par an. (D. J.)

Pastel, peinture au, (Peinture mod.) c’est une peinture où les crayons font l’office des pinceaux ; or le mot de pastel qu’on a donné à cette sorte de peinture, vient de ce que les crayons dont on se sert sont faits avec des pâtes de différentes couleurs. L’on donne à ces especes de crayons, pendant que la pâte est molle, la forme de petits rouleaux aisés à manier ; c’est de toutes les manieres de peindre celle qui passe pour la plus facile & la plus commode, en ce qu’elle se quitte, se reprend, se retouche, & se finit tant qu’on veut.

Le fond ordinaire sur lequel on peint au pastel est du papier dont la couleur la plus avantageuse est d’être d’un gris un peu roux ; & pour s’en servir plus commodément, il faut le coller sur un ais fait exprès d’un bois léger. Le plus grand usage que l’on tire du pastel, est de faire des portraits ; on est obligé de couvrir toujours cette peinture d’une glace fort transparente qui lui sert de vernis.

Les crayons mis en poudre imitent les couleurs
Que dans un teint parfait offre l’éclat des fleurs,
Sans peinceau le doigt seul place & fond chaque teinte ;
Le duvet du papier en conserve l’empreinte,
Un crystal la défend ; ainsi de la beauté
Le pastel a l’éclat & la fragilité.

Watelet.

Aussi a-t-on vû long-tems avec peine, que cette agréable peinture, qui ne tient aux tableaux que par la ténuité de ses parties, fût sujette à s’affoiblir & à se dégrader par divers accidens inévitables. Des peintres célebres étoient parvenus à la fixer ; mais ils étoient dans la nécessité de redonner, après l’opération, quelques touches dans les clairs, pour leur rendre tout leur éclat. Enfin le sieur Loriot a trouvé en 1753 le moyen de fixer, d’une maniere plus solide, toutes les parties d’un tableau en pastel, & même de n’en point changer les nuances. Il peut par son secret faire revivre quelques couleurs qui ont perdu leur vivacité ; l’académie de Peinture & de Sculpture, paroît avoir approuvé par ses certificats, la nouvelle invention de cet artiste. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pastel »

Ital. pastello, du lat. pastillus, petit gâteau (voy. PASTILLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif, nom 1) De l’occitan pastèl (« guède ») et, plus avant, du latin pasta (« pâte ») parce que cette plante était réduite en pâte avant de servir à teindre.
(Nom 2) De l’italien pastello (« bâtonnet coloré, gâteau ») et, plus avant, du latin pastellus, pastillus (« petit gâteau »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pastel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pastel pastɛl

Citations contenant le mot « pastel »

  • Ce qu'est leur cristal aux fontaines, un verre à nos pastels, leur vapeur aux paysages, la pudeur l'est à la beauté. De Joseph Joubert / Lettres
  • La salle était pleine pour assister à la vente aux enchères de 109 toiles, dont des aquarelles, huiles sur toiles ou pastel, dont le tableau star était celui de Jean-François Millet. , Fontainebleau. Un pastel de Jean-François Millet vendu à 210 000 € chez Osenat | La République de Seine et Marne
  • L'école des peintres de Barbizon sera à l'honneur lors de la vente aux enchères de la maison Osenat ce dimanche. Le pastel, « Les premiers pas », montrant une fillette dans les bras de sa mère qui s'apprête à marcher, dessiné par Jean-François Millet, est proposé aux enchères lors de la vente L'esprit du XIXe siècle, à Fontainebleau. Le peintre, qui a vécu à Barbizon, est notamment connu pour ses fameuses peintures telles que « L'Angélus » et « Des Glaneuses », toutes deux exposées au musée d'Orsay, leparisien.fr, Fontainebleau : un pastel de Jean-François Millet vendu aux enchères - Le Parisien
  • Inauguré ce vendredi par Francis Bouclet, président de la communauté d’agglo, le troisième salon des pastellistes des Hauts-de-France offre à de nombreux artistes la chance d’exposer au public leurs œuvres réalisées avec le pastel, ce bâtonnet de couleur, gras ou sec, utilisé en dessin et en peinture. La Voix du Nord, Marquise: lancement de saison pour Capland, une expo gratuite autour du pastel
  • Dans sa story Instagram, Caroline Receveur vient de s’afficher avec un outfit pastel faisant sensation chez ses fans sur Instagram MCE TV, Caroline Receveur: son outfit pastel fait l'unanimité !

Traductions du mot « pastel »

Langue Traduction
Anglais pastel
Espagnol pastel
Italien pastello
Allemand pastell-
Chinois 粉彩
Arabe باستيل
Portugais pastel
Russe пастельный
Japonais パステル
Basque pastel
Corse pastello
Source : Google Translate API

Synonymes de « pastel »

Source : synonymes de pastel sur lebonsynonyme.fr

Pastel

Retour au sommaire ➦

Partager