Oeuvre : définition de oeuvre


Oeuvre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OEUVRE, subst.

I. − Au fém.
A. − Au sing. dans la plupart des emplois
1. Ensemble d'actions accomplies par quelqu'un en vue d'un certain résultat. Synon. activité, tâche, travail, entreprise.OEuvre colonisatrice, de colonisation; oeuvre d'organisation; oeuvre rédemptrice; l'oeuvre du salut. L'homme ne choisit ni son chemin ni son oeuvre; Dieu lui donne sa tâche par les circonstances et par ses convictions. Il faut l'accomplir (Lamart., Voy. Orient,t.2, 1835, p.260).À cette oeuvre immense de construction sociale, c'est l'immense majorité des citoyens qui doit concourir (Jaurès, Ét. soc.,1901, p.93):
1. ... voir dans le travail une auto-création absolue, ne concevoir le destin de l'homme que dans son rapport avec la nature et les autres hommes, refuser de voir dans l'activité laborieuse une oeuvre libératrice nécessaire sans doute, mais introductrice aussi à une destinée plus haute, c'est fonder l'athéisme sur un immanentisme sans ouverture. Lacroix, Marxisme, existent., personn.,1949, p.33.
2. P.anal. [L'agent est une chose] Action, travail.
a) [L'agent est une faculté hum. ou un produit de son activité] L'oeuvre de l'intuition, de l'imagination, de la pensée. L'oeuvre d'abstraction de la science (Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p.109).[Un édifice accompli] manifeste à la lumière l'oeuvre combinée du vouloir, du savoir et du pouvoir de l'homme. Seule entre tous les arts, et dans un instant indivisible de vision, l'architecture charge notre âme du sentiment total des facultés humaines (Valéry, Variété III,1936, p.81).
b) [L'agent est un phénomène matériel, naturel ou social, ou un phénomène psychol.] Ma souffrance allait en augmentant chaque jour au lieu de diminuer. Non que l'oubli n'accomplît son oeuvre, mais là même il favorisait l'idéalisation de l'image regrettée (Proust, Fugit.,1922, p.448).À côté de son oeuvre de destruction grandiloquente, dont une ivresse d'épouvante peut émaner à la rigueur, elle [la guerre] est aussi une dégradation misérable de tout ce que la civilisation a mis debout (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p.117):
2. Puis après, le temps un instant dompté, reprendra son oeuvre dévorante, et votre chair, aurore palpable, sera emportée tout à coup par la colère du sort ou de l'homme... Cros, Coffret santal,1873, p.126.
3. Expr. et loc.
a) À l'oeuvre (être, se mettre; mettre, voir, etc. qqn). Au travail. Aussitôt, MM. les scientifiques de se rengorger, puis de mettre leurs scribes à l'oeuvre (Marat, Pamphlets,Charlatans mod., 1791, p.295).À la fin de février, je me mets à l'oeuvre, je passe 16 nuits et 16 jours au travail (Balzac, Corresp.,1839, p.575).Au petit jour, ils sont à l'oeuvre, cuisant le pain, repassant notre linge (Gide, Voy. Congo,1927, p.731).
Vieilli. Mettre la main à l'oeuvre. Se mettre au travail. La maison Moyen Âge fut commandée, et l'architecte chevelu mit la main à l'oeuvre (Reybaud, J. Paturot,1842, p.219).
[Le suj. ou l'obj. de la loc. verb. désigne une chose] Être à l'oeuvre, mettre qqc. à l'oeuvre. Être, mettre en jeu, en action. Les moyens vertueux et bonasses ne mènent à rien. Il faut mettre à l'oeuvre des leviers plus énergiques et des trames plus savantes (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p.175).Je retrouve une pensée plus vieille que moi à l'oeuvre dans mes organes de perception (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p.404).
b) Faire oeuvre
Absol., rare et littér. Agir, travailler. Ils veulent Chambord pour en être, l'un gouverneur, l'autre concierge, bien gagés, bien logés, bien nourris, sans faire oeuvre (Courier, Pamphlets pol.,Disc. souscr. acquis. de Chambord, 1821, p. 73).Dans l'Eucharistie et dans les autres sacrements où le prêtre fait oeuvre sur terre au nom et en place de Dieu (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.1, 1840, p.372).
Ne (pas) faire oeuvre de ses dix doigts. Ne rien faire; en partic., être incapable de tout travail manuel, de toute activité pratique. Synon. usuel ne rien (savoir) faire de ses dix doigts.Si tu voyais, dans une de ces occasions difficiles où nous les hommes peuvent se trouver, un savant ou un homme de génie, qui ne sache faire oeuvre de ses dix doigts, tu en aurais vraiment pitié (Nodier, Fée Miettes,1831, p.71).Elle disait (...) que tous ces gens qui étaient là, à bâiller sur leurs portes, sans faire oeuvre de leurs dix doigts, lui donnaient sur les nerfs (Rolland, J.-Chr.,Adolesc., 1905, p.275).
Faire oeuvre + adj. spécifiant ou qualifiant l'activité, l'action.Faire oeuvre scientifique, révolutionnaire; faire oeuvre utile. Il répliqua sèchement qu'il n'avait jamais, même dans sa courte vie, fait oeuvre policière (G. Leroux, Parfum,1908, p.74).
Faire oeuvre + nom de chose indiquant la nature de l'activité ou son but.Le moins surprenant est que dans une allée à l'extase, on ait l'illusion de connaître et de posséder, comme faisant oeuvre de science (on enrobe l'inconnu dans un connu quelconque, comme on peut) (G. Bataille, Exp. int.,1943, p.236).Il prétendait faire oeuvre de découverte et non oeuvre d'expression (Schaeffer, Rech. mus. concr.,1952, p.142).
Faire oeuvre + nom de pers. représentant l'agent auquel est propre un type d'activité ou de comportement.Faire oeuvre d'ami, de novateur, de savant. [Ils] ont fait oeuvre non seulement de très courageux critiques mais de patriotes et de bons chrétiens (Larbaud, Journal,1934, p.287).
c)
α) Mettre en oeuvre
Mettre qqc. en oeuvre. Employer des matériaux en leur donnant une forme et une disposition déterminées. Après enrobage, les matériaux sont le plus souvent laissés en tas pendant quelques semaines et mis en oeuvre à froid, lorsque l'enduit qui les recouvre a pris une consistance presque solide et simplement collante (Bourde, Trav. publ.,1929, p.123).BIJOUT. Mettre un diamant en oeuvre (Ac.1835, 1878).P. métaph. Un fragment de lettre ou de conversation [de La Bruyère] imaginé ou simplement encadré au chapitre des Jugements (...) est lui-même un adorable joyau que tout le goût d'un André Chénier n'aurait pas mis en oeuvre et en valeur plus artistement (Sainte-Beuve, Portr. littér.,t.1, 1844-64, p.409).
Au fig. Utiliser (des moyens), exploiter, mettre en pratique, en forme (une matière intellectuelle, des idées, un plan, une politique, etc.). Un changement d'activité mettant en oeuvre les forces vitales inemployées (Organ. loisirs travaill.,1939, p.22).[Ce Centre national du tourisme] recevait (...) la mission capitale de mettre en oeuvre le plan d'équipement et de modernisation du tourisme (Jocard, Tour. et action État,1966, p.26):
3. ... l'histoire naturelle de l'homme possède déjà les éléments nécessaires à son développement, et il s'agit maintenant de mettre en oeuvre les documents accumulés, de les classer, d'en tirer des conclusions générales. Hist. sc.,1957, p.1352.
Vieilli. Mettre qqn en oeuvre. Mettre quelqu'un au travail, l'employer, le faire agir. C'est à ceux qui mettent les ouvriers en oeuvre à les payer (Ac.1798-1878).Dès que l'expérience a pu apprendre qu'un seul ragoût éminemment traité suffisait pour faire la fortune de l'inventeur, l'intérêt, ce puissant mobile, a allumé toutes les imaginations et mis en oeuvre tous les préparateurs (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.287).
β) Mise en oeuvre. Travail, disposition de matériaux en vue d'une utilisation donnée. Dans les monuments sépulcraux d'Égypte ou de Mauritanie, l'orgueilleuse revendication d'éternité cherche à s'affirmer par la mise en oeuvre colossale de blocs dont l'accumulation défie le temps (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p.159).
Au fig. Utilisation, mise en pratique, exploitation (d'éléments intellectuels ou moraux). Un esprit de premier plan ne peut se sauver de ce dilemme que grâce à l'art, je veux dire en exerçant sa pensée sur un plan nouveau, sur celui de son expression, de son élaboration artistique. (...) il suffit d'aimer l'art de telle manière que ce travail de la mise en oeuvre puisse remplacer la pensée au sens strict du terme (Du Bos, Journal,1921, p.20).Lorsque les amateurs sincères des idées estiment que la philosophie est la mise en oeuvre de la bonne volonté (...), ils admettent implicitement (...) cette vocation, cette prédestination et cette grâce efficace (Nizan, Chiens garde,1932, p.17).
γ) Metteur en oeuvre
BIJOUT. Artisan, ouvrier ,,qui fait la monture des pierres précieuses, perles, etc.`` (DG, s.v. metteur).
Celui qui met quelque chose en pratique, qui utilise et dispose des éléments pour réaliser quelque chose. On trouva parmi ses papiers [d'un inventeur] nombre de plans qui ne demandaient que sa mort pour trouver des metteurs en oeuvre et s'épanouir (Arnoux, Suite var.,1925, p.234).
d)
α) Bois d'oeuvre. [P. oppos. à bois de chauffage] Bois destiné à être travaillé. Synon. bois à oeuvrer.Notre production ligneuse comprend beaucoup plus de bois de chauffage que de bois d'oeuvre ou d'industrie (Forêt fr.,1955, p.15).
β) Main-d'oeuvre*.
γ) Maison de l'oeuvre. [Au Moyen Âge] Auprès des monuments religieux en cours d'exécution, on construisait toujours une maison de l'oeuvre où logeaient l'architecte et les maîtres ouvriers chargés, de père en fils, de la continuation des travaux (Chabatt.21876).
δ) Maître d'oeuvre, maître de l'oeuvre. V. maître1II A 1 a.
e) P. méton.
α) ADMIN. RELIG. Revenus affectés à la construction, à l'entretien, aux réparations des bâtiments d'un édifice religieux. Synon. fabrique.L'oeuvre de cette paroisse est fort riche. Il a donné tant à l'oeuvre (Ac.1798-1878).L'argent ainsi pesé était remis entre les mains des directeurs de l'oeuvre du temple, qui le dépensaient en travaux de construction (Renan, Hist. peuple Isr.,t.2, 1889, p.409).
Banc d'oeuvre, banc de l'oeuvre ou, p.ell., l'oeuvre. Banc d'honneur situé dans la nef de l'église en face de la chaire, occupé par les marguilliers, membres de la fabrique ou oeuvre d'une paroisse. En face, il y avait le banc d'oeuvre, et deux rangs d'hommes, quadragénaires, quinquagénaires et sexagénaires, cossus, pansus et cuissus (Romains, Copains,1913, p.228).
β) AGRIC., région. ,,Mesure agraire d'une superficie de 6 ares utilisée en Auvergne surtout pour évaluer l'étendue d'un vignoble`` (Fén. 1970). V. hectare ex. de Barrès.
Rem. Guérin 1892 donne ce sens comme anc. et le définit ainsi: ,,Mesure de terre, ce que l'on peut labourer en un jour``.
B. − Au sing. et au plur.
1. [Gén. avec une connotation morale ou dans des domaines partic. et des loc.] Acte, action.
a) Exécuteur, maître des hautes, des basses oeuvres. Bourreau. V. exécuteur B 2 et maître1II A 3 d.
b) Littér. ou p.plaisant. (Femme) enceinte, grosse des oeuvres de qqn. Enceinte du fait de quelqu'un. Des lettres anonymes (...) lui apprirent les amours de Beauchêne avec Norine, cette ouvrière de la fabrique, devenue grosse de ses oeuvres (Zola, Fécondité,1899, p.434).
c) THÉOL., MOR.
OEuvre de (la) chair. Acte sexuel. [Dans les anc. catéchismes] L'oeuvre de chair ne désireras Qu'en mariage seulement. Il m'annonce solennellement qu'il a été à Lourdes pour un voeu de chasteté, que lui et sa Ludine se sont engagés devant Dieu à ne plus faire l'oeuvre de chair, tout en continuant à coucher dans le même lit comme frère et soeur (Goncourt, Journal,1894, p.642).Dieu n'aime pas l'oeuvre de chair, et tout au moins lui impose-t-il une loi; ainsi se trouve-t-elle purifiée par ses mains. Moi j'ai accompli l'oeuvre de chair contre Dieu. C'est-à-dire avec le diable (Jouve, Paulina,1925, p.186).V. aussi infra comme synon. de oeuvre mauvaise.
[Désignant une action hum. considérée dans sa conformité ou sa non-conformité avec les prescriptions de la relig.] Vous dites avec raison qu'un des traits caractéristiques de nos opinions morales, c'est de ne s'attacher qu'aux oeuvres indépendamment de la croyance (Tocqueville, Corresp.[avec Gobineau], 1843, p.60):
4. ... dans le Testament Nouveau, «le Seigneur choisit soixante-douze disciples et les envoya deux à deux prêcher devant lui» afin d'enseigner par la parole comme par l'exemple aux ministres de son Église à être parfaits dans la foi et dans les oeuvres, c'est-à-dire à s'affermir à jamais dans le double amour de Dieu et du prochain. Billy, Introïbo,1939, p.142.
OEuvre bonne, bonne oeuvre. Action conforme à la volonté de Dieu; en partic. (surtout au plur.), action charitable faite envers le prochain, notamment envers les pauvres. Faire des bonnes oeuvres. V. aussi infra d, p.méton.Les bonnes oeuvres, les aumônes, les prières chez elle ou à l'église, de rares visites dans le monde (...) formaient tout le tissu de sa vie (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p.166).En polémiquant contre les oeuvres comme source de salut, la Réforme ne s'en prenait que secondairement aux abus (...), elle s'en prenait à une doctrine qui devait être confirmée par le concile de Trente (...) et qui ajoute à la justification par la foi, les bonnes oeuvres qui méritent à l'homme la vie éternelle (Philos., Relig., 1957, p.50-7).
[Dans la lang. profane] Action méritoire. Ce serait véritablement une bonne oeuvre que de faire traduire les 2 livres de son ouvrage historique [de Herder] (Constant, Journaux,1804, p.57).
Expr. vieillie. Bon jour, bonne oeuvre. [Formule employée pour parler d'une bonne action faite le jour d'une grande fête] Ils se sont réconciliés le jour de Pâques: bon jour, bonne oeuvre (Ac.1835, 1878).Le plus souvent par antiphrase. Il a volé le jour de Pâques: bon jour, bonne oeuvre (Ac.1798-1878).
OEuvre de miséricorde. OEuvre destinée à soulager le prochain, matériellement ou spirituellement. Les sept oeuvres de miséricorde corporelle; oeuvres de miséricorde spirituelle. J'accomplissais, en vêtant ceux qui sont nus, une des sept oeuvres de la miséricorde (A. France, Vie fleur,1922, p.304).
OEuvre pie. OEuvre de charité faite en vue de Dieu (d'apr. Marcel 1938). V. pie2B 1.
OEuvre morte. OEuvre bonne en soi, mais inutile pour le salut, son auteur n'étant pas en état de grâce (d'apr. Marcel 1938).
OEuvre mauvaise. Action contraire à la volonté de Dieu. Synon. oeuvre de la chair, d'impiété, du diable, de ténèbres.Ce que sa morale [d'Abélard] fait immédiatement passer au premier plan, c'est l'importance primordiale du consentement interne, sa prépondérance sur l'acte qui la suit. Autre chose est pécher, autre chose accomplir son péché. Il conduit si loin cette distinction, qu'à ses yeux non seulement l'oeuvre mauvaise ne doit pas s'appeler péché, au sens propre du terme, mais même qu'elle n'ajoute rien à la gravité du péché (Gilson, Espr. philos. médiév.,1932, p.145).
[Dans la lang. profane] Acte pervers, immoral. Point de liberté de la presse, point de jurés, point de liberté civile, mais des espions de police, et des journaux à gages, pour vanter cette oeuvre de ténèbres (Staël, Consid. Révol. fr.,t.2, 1817, p.165).
Expr. [P. réf. à la formule liturg.] Renoncer à Satan, à ses pompes, à ses oeuvres. Rodolphe mesura la situation et dit avec un peu de mélancolie car il avait renoncé à Satan comme à ses pompes et à ses oeuvres! Ne craignez rien, mon père, je vais aller ouvrir la porte (Aymé, Nain,1934, p.263).P. plaisant. Le mépris qu'en général je porte à la psychiatrie, à ses pompes et à ses oeuvres, est tel que je n'ai pas encore osé m'enquérir de ce qu'il était advenu de Nadja (Breton, Nadja,1928, p.133).
OEuvre servile. Travail corporel pénible interdit en principe par l'Église le dimanche et les jours de fête. Quand l'Église a fait ce commandement de s'abstenir à certains jours de toute oeuvre servile, il y avait des serfs alors liés à la glèbe; pour eux, en leur faveur, le repos fut prescrit (Courier, Pamphlets pol.,Pétition pour vill., 1822, p.137).
d) P. méton. Entreprise, organisation religieuse ou laïque ayant pour mission de venir en aide à certaines catégories de personnes. On ne sait ce qu'on doit le plus admirer, dans les oeuvres établies ou rêvées par saint Vincent de Paul, de l'ardente charité qui en inspire le dessein ou du génie pratique qui préside à leur règle (Coppée, Bonne souffr.,1898, p.136).Les oeuvres universitaires constituent un service public de l'État à vocation sociale (Éduc.1979):
5. Ce qui fait la grandeur et surtout l'incomparable efficacité sociale de notre Philanthropie catholique (OEuvres de Bienfaisance, Soeurs de Saint-Vincent-de-P., etc.), c'est que, en fait, la distribution des secours matériels n'atteint guère que les résignés, les bons esprits, et ne risque pas d'encourager les insatisfaits, les rebelles, ceux qui n'acceptent pas leur condition inférieure... Martin du G.,Thib.,Mort père, 1929, p.1337.
SYNT. OEuvres catholiques, chrétiennes; oeuvres laïques, sociales; oeuvre privée; oeuvre d'utilité publique; oeuvre charitable; oeuvre de charité; fonder une oeuvre; donner aux bonnes oeuvres.
Parfois péj. Homme, dame d'oeuvres/de bonnes oeuvres. Personne qui agit au sein d'une organisation charitable. Le type de ces grands bourgeois, honneur de la république qu'ils ont fondée. Un homme d'oeuvres, hautement estimé dans le protestantisme français (Vogüé, Morts,1899, p.123).Je pensais à ces vieilles dames des bonnes oeuvres qui «font la charité», donnent vingt francs et exigent la reconnaissance (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p.205).
2. Résultat, produit d'une activité ou d'une action humaine matérielle ou morale; ce qui est réalisé, créé. Être l'oeuvre de qqn; une oeuvre, les oeuvres de l'homme; un chef-d'oeuvre (v.ce mot A); (p. anal.) l'oeuvre, les oeuvres de Dieu, l'oeuvre de la création. Je dirai: −Ce beau jeune homme, c'est moi! Ce marquis de Rubempré, je l'ai créé et mis au monde aristocratique; sa grandeur est mon oeuvre (Balzac, Illus. perdues,1843, p.725).[L'action] aspire à revêtir un caractère d'universalité, à se produire d'une façon qui puisse être comprise de tous, à créer une oeuvre qui vaille par elle-même, et qui soit capable d'exercer à son tour une action (Blondel, Action,1893, p.232).Pas d'ornements inutiles dans cette oeuvre du tailleur royal, une coupe simple, même très simple et un peu lourde (Larbaud, Barnabooth,1913, p.114):
6. Ce désordre par définition ne peut être l'oeuvre du Créateur, puisque toute chose est bonne de ce seul fait qu'elle est son oeuvre. Il ne peut donc être l'oeuvre que de la créature libre, libre de se prendre elle-même pour fin, au lieu de Dieu qui n'a pas de fin. Claudel, Corresp.[avec Gide], 1906, p.65.
Au sing. [Suivi d'un adj. indiquant le domaine concerné] Les réalisations (de quelqu'un) dans tel domaine particulier. L'oeuvre politique, sociale (de qqn, d'un régime); l'oeuvre religieuse (de qqn). Si, de l'oeuvre agricole, vous reportez les yeux vers l'oeuvre industrielle, vous rencontrez partout le même art d'exploiter et d'utiliser les choses (Taine, Philos. art, t.1, 1865, p.256).Son oeuvre scientifique [de Claude Bernard] a été largement diffusée par la publication de ses cours en une série de volumes qui se sont très largement répandus (Hist. gén. sc.,t.3, vol.1, 1961, p.472).
P. anal. L'oeuvre de qqc. Ce qui résulte d'un processus naturel ou de l'action d'un phénomène ou d'une série de phénomènes intellectuels, moraux ou sociaux. Être l'oeuvre du hasard, de l'histoire. Le mal comme le bien est l'oeuvre de la liberté. Le mal que la liberté a fait, c'est à la liberté de le corriger (Renouvier, Essai crit. gén.,3eessai, 1864, p.lxxii).Les déformations spontanées, oeuvre de l'ignorance, sans doute, mais d'une ignorance heureuse et instinctive (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p.103).C'était un trou. On me fit remarquer que dans un trou pareil je me fusse aisément rompu les jambes. Ce trou, personne n'en était responsable: c'était l'oeuvre du temps (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p.181).
Expr. et loc.
Être le fils de ses oeuvres. Ne devoir sa position, sa situation, sa réussite qu'à ce que l'on a fait par soi-même. V. fils I B 2 b ex. de Sand et de Renard.
Couronner l'oeuvre. Porter quelque chose à son comble (en bien ou en mal). Glocester: Qui vous retient? Pourquoi Ne pas couronner l'oeuvre en disant que c'est moi? (Delavigne, Enf. d'Édouard,1833, ii, 9, p.85).
Proverbe. La fin couronne l'oeuvre. Elle [une abbesse] mérita une flatteuse épitaphe, à laquelle la pointe finale et un peu macaronique ne manque pas: Finis coronat opus. La fin couronne l'oeuvre (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.1, 1840, p.51).
Proverbe. À l'oeuvre on connaît l'ouvrier, l'artisan. C'est à la qualité d'un ouvrage que l'on peut juger de la valeur de celui qui l'a fait. (Dict. xixeet xxes.).
À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses oeuvres. Formule des saint-simoniens. (Ds Rob.).
3. En partic. Composition, ouvrage didactique, artistique ou littéraire. Repensant à la monotonie des oeuvres de Vinteuil, j'expliquais à Albertine que les grands littérateurs n'ont jamais fait qu'une seule oeuvre, ou plutôt réfracté à travers des milieux divers une même beauté qu'ils apportent au monde (Proust, Prisonn.,1922, p.375).Seules, la magnificence, la pureté du verbe donnent à l'oeuvre pleine présence et assurent sa permanence. C'est la force du verbe qui fait pour une part la force de l'interprète. Le souffle du poète anime, au delà du personnage, l'acteur qui l'assume (Serrière, T.N.P.,1959, p.161).Raymond Saleilles (1855-1912) est avant tout un juriste. Son oeuvre maîtresse, en matière criminelle, est l'individualisation de la peine (Traité sociol.,1968, p.211).V. aussi éclectique ex. 2.
7. ... dans un livre, tout reste plus mêlé, confondu, et le «sujet» importe bien davantage [que dans la peinture]. Pourtant, l'interprétation du sujet, la ressemblance de la chose représentée, sa ressemblance profonde, et la marque personnelle de l'écrivain qui expose et s'expose, son style, tout cela entre en jeu, fait la valeur de l'oeuvre et la retient de tomber bientôt dans l'oubli. Gide, Journal,1943, p.223.
SYNT. Une grande oeuvre, une oeuvre mineure; les oeuvres complètes, choisies, posthumes de qqn; oeuvre magistrale; oeuvre de génie; oeuvre d'imagination; oeuvres littéraires, poétiques, dramatiques, romanesques; oeuvres historiques, scientifiques; oeuvres musicales, orchestrales, lyriques, picturales; oeuvres cinématographiques, radiodiffusées; créer, exécuter, monter, produire une oeuvre.
Sing. à valeur de coll. Ensemble des compositions (d'un écrivain, d'un artiste, d'un savant, d'une école, parfois dans un genre ou un laps de temps donné). L'oeuvre orchestrale d'un musicien. J'étais transporté d'enthousiasme en entendant définir l'oeuvre romantique. −C'est, disait Marc Ribert, l'oeuvre de révolte et de douleur (A. France, Vie fleur,1922, p.377).Dans les préfaces à Ruskin, et dans maints autres passages de son oeuvre, Proust a merveilleusement marqué que la solitude est le lieu de la vie véritable (Du Bos, Journal,1927, p.362).L'esprit géométrique a le pas dans son oeuvre sur l'esprit de finesse. Mais, géomètre, Bourdelle reste un artiste épique (Arts et litt.,1936, p.18-2).
OEuvre d'art. OEuvre où la mise en forme des matériaux, l'utilisation de la technique tendent à communiquer la vision personnelle de l'artiste en suscitant une émotion esthétique. L'oeuvre d'art n'est qu'un ensemble de moyens et nous arrivons pour l'art à la définition que je donnais du style: l'art est la volonté de s'extérioriser par des moyens choisis (Jacob, Cornet dés,1923, p.15).Toute oeuvre d'art, comme aussi toute intelligence, est et ne peut être autre chose qu'un système du monde en raccourci. Tant vaut sinon ce système du monde, du moins sa cohérence et la profondeur de ses rapports avec l'homme de toujours, tant vaut cette oeuvre (Faure, Espr. formes,1927, p.137):
8. ... je n'attribue pas à la seule musique le privilège de ce «miracle». Aucune véritable oeuvre d'art ne saurait en être privée. Qu'elle soit peinture, sculpture, architecture, ou oeuvre de mots, elle n'est rien si elle n'éveille ces résonances profondes de l'esprit, qui l'illuminent et qui l'emportent libéré de la gaîne du «siècle». Rolland, Beethoven,t.1, 1937, p.20.
Chef-d'oeuvre. V. ce mot B.
C. − Au plur., MAR.
OEuvres mortes. Partie non immergée de la coque d'un navire, celle qui est située au-dessus de la ligne de flottaison. Synon. accastillage.V. ce mot ex. 3 et 6.
OEuvres vives. Partie immergée de la coque, celle qui est située au-dessous de la ligne de flottaison. Synon. carène.La torpille est un engin destiné à attaquer un navire dans ses oeuvres vives (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, p.549).La faible lumière du poste de commandement émerge encore, après que les oeuvres vives ont disparu (Psichari, Voy. centur.,1914, p.43).
Au fig. Partie vitale, éléments essentiels de quelque chose. Pour élever une aspiration, même faible, vers l'intérêt de la patrie, l'État républicain, même provoqué d'Allemagne, a eu besoin de se sentir pressé à l'intérieur, et dans les oeuvres vives de la coterie qui le mène (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p.l).
II. − Au masc.
A. − [Correspond à certains sens de I]
1. Vx. Tâche, entreprise, action. La fortune, écartant l'homme de vertu auquel était réservé un oeuvre plus saint, me choisit pour me charger de la puissante aventure qui, sous la Restauration, aurait pu renouveler la face du monde (Chateaubr., Mém.,t.3, 1848, p.249).
2. Résultat d'une activité, d'une action (v. supra I B 2).
a) Sing. à valeur coll.
Vx. Ensemble de réalisations, de créations (dans un domaine quelconque). Crois-tu ta mission dignement accomplie, Et comme l'Éternel, à la création, Trouves-tu que c'est bien, et que ton oeuvre est bon? (Musset, Rolla,1833, p.19).Si tout connaître anéantit du même coup l'objet et le sujet de la connaissance, tout sentir achève dans la pratique ce merveilleux oeuvre de la science (Blondel, Action,1893, p.7).
Ensemble des oeuvres (d'un peintre, d'un graveur, d'un musicien). [Les 3 dernières symphonies de Mozart] souvent jouées (...) c'est à peu près tout ce qu'un amateur a le droit d'entendre au concert d'un oeuvre d'orchestre innombrable (Ghéon, Prom. Mozart,1932, p.328).Plusieurs [peintres-graveurs] ont un oeuvre gravé fort peu nombreux: on ne connaît qu'une seule eau-forte d'Ingres, une seule de Barye et de Géricault; on en connaît quatre de Théodore Rousseau (Dacier1944, p.113):
9. Tout, dans son oeuvre [de Delacroix] n'est que désolation, massacres, incendies...; tout cet oeuvre, dis-je, ressemble à un hymne terrible composé en l'honneur de la fatalité et de l'irrémédiable douleur. Baudel., Curios. esthét.,1863, p.313.
Rare, littér. Ensemble des oeuvres (d'un écrivain ou d'un groupe d'écrivains à l'intérieur d'une école, d'une période). Tout l'oeuvre de Gide, qui est comme la dégustation éphémère de ces fruits délicieux, qui laissent au palais un souvenir écoeurant (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.72).Taine va tenir pour suspect de verbalisme l'oeuvre entier du XVIIIesiècle −et les récits en particulier de Jean-Jacques Rousseau (Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p.61).
b) Vx. Composition artistique, ouvrage. C'est [Athalie] l'oeuvre le plus parfait du génie inspiré par la religion (Chateaubr., Génie,t.1, 1803, p.354).
MUS. [Accompagné d'un nom de nombre] Synon. de opus.Le premier, le second oeuvre de ce musicien (Ac. 1798-1878). L'oeuvre 21 de Beethoven. L'oeuvre 9 de Haydn (Littré).
B. − ARCHIT. [Désignant dans certaines loc., le bâtiment, l'édifice]
Gros oeuvre. Ensemble des travaux comprenant les fondations, les murs et la toiture. Les fûts élancés à grand diamètre, piliers sur lesquels s'étagent les galeries forestières, fournirent aux constructions les matériaux de gros oeuvre, les pièces de charpente (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p.121).
[Dans un cont. métaph.] Le plus artiste ne sera pas de s'atteler à quelque gros oeuvre, comme la fabrication d'un roman (Renard, Journal,1887, p. 5).
Petit oeuvre, second oeuvre. Travaux de finition, d'intérieur. (Ds Jossier 1881).
À pied d'oeuvre. À proximité du lieu où sont entrepris les travaux de construction. Le récit d'Hérodote surtout est classique, qui raconte l'établissement de la chaussée dallée par où l'on apporta à pied d'oeuvre les matériaux de la grande pyramide (P.Rousseau, Hist. transp.,1961, p.25).
P. anal. ou au fig. Sur les lieux où l'on doit agir, sur place. Ce bataillon devait contre-attaquer sans retard, mais il arrive à pied d'oeuvre très éprouvé par les tirs de barrage subis en cours de route (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p.224).Au commencement. Eh bien, Schleiter se trompe. Trente-trois ans! Rien n'est fini, puisque me voilà forcé de tout reprendre à pied d'oeuvre (Duhamel, Combat ombres,1939, p.276).
Dans, en oeuvre. Dans le corps du bâtiment. Hors d'oeuvre, hors oeuvre. Hors du corps du bâtiment. Un escalier qui fait saillie à l'extérieur des murs est dit hors d'oeuvre; lorsque sa cage est à l'intérieur des murs d'une maison, on dit: dans oeuvre (Vogüé-Neufville1971).
(Mesure) dans oeuvre. Qui ne comprend pas l'épaisseur des murs. (Mesure) hors d'oeuvre. Qui comprend l'épaisseur des murs. La largeur d'une nef dans oeuvre se mesure par ses dimensions intérieures prises d'un mur à l'autre (Vogüé-Neufville1971).
Hors(-)d'oeuvre*.
(Travailler, reprendre, etc.) sous-oeuvre, en sous-oeuvre. En réparant les fondations, sans démolir les parties supérieures mais en les étayant. Vous êtes appelé, vous architecte, dans cette résidence parfaite, pour consolider des planchers, chaîner des murs qui craquent, (...) reprendre en sous-oeuvre des fondations (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p.35).
Au fig. À la base. Après un long intervalle de nouvelles méditations m'avaient porté à reprendre sous oeuvre tout ce grand travail (Maine de Biran, Journal,1823, p.403).Mon goût du net, du pur, du complet, du suffisant, conduit à un système de substitutions −qui reprend comme en sous-oeuvre, le langage (Valéry, Tel quel II,1943, p.226).
DR. Nouvel oeuvre. Construction nouvelle qui modifie une propriété. (Ds Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Dénonciation de nouvel oeuvre. ,,Assignation à une personne qui construit sur votre terrain, ou à un voisin qui élève sur son terrain une construction au mépris d'une servitude qui vous appartient`` (Littré). C'est par la dénonciation de nouvel oeuvre que le possesseur d'une servitude de passage s'opposera à ce que le propriétaire du fonds servant élève une construction qui, achevée, rendra l'usage de la servitude impossible (Quillet1965).
C. − ALCHIM. Grand oeuvre, oeuvre alchimique. Pierre philosophale, objet de la recherche des alchimistes. Gilles de Retz, fort savant pour son temps, chercha le grand oeuvre. La transmutation des métaux ne s'opérant pas, il eut recours à la magie (Stendhal, Mém. touriste,t.1, 1838, p.472):
10. −Hé! (...) dit Eustache (...) vous qui faites de l'or à volonté, comme l'écrivain Flamel? −Point, point! fit l'autre (...) J'y viendrai sans doute à ce grand oeuvre hermétique (...) mais je n'ai encore réussi qu'à transmuer l'or fin en un fer très bon et très pur... Nerval, Nouv. et fantais.,1855, p.228.
Au fig. Entreprise d'une importance capitale, création d'une valeur exceptionnelle. On allait enfin travailler au grand oeuvre de la constitution (Marat, Pamphlets,On nous endort, 1790, p.222).Tous les fragments de Novalis étaient destinés, nous dit formellement Tieck à un grand oeuvre qui devait s'appeler Le Livre (précisément) ou L'Encyclopédistique (Du Bos, Journal,1923, p.361):
11. Pour L.-C. de Saint-Martin, (...) l'esprit de l'homme est le seul et véritable temple. L'homme est le prêtre de Dieu, chargé de porter dans l'univers les décrets de sa providence. Le grand oeuvre consiste à créer −ou plutôt à trouver −au centre de soi-même, lentement, patiemment, la figure du moi céleste dont le Christ nous offre le symbole. Naudon, Fr.-maçonn.,1963, p.112.
Prononc. et Orth.: [oe:vʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Subst. fém. 1. 1remoitié xiies. ovre «objet créé par l'activité, le travail de quelqu'un» (Canticum Habaccuc, 2 ds Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, p.239); ca 1360 etre oevre de diable «être dû à l'action du diable» (Froissart, Chron., éd. G. Raynaud, IX, p.159); 2. ca 1145 uevre «action, fait de faire quelque chose» (Wace, Conception N.D., éd. W. R. Ashford, 986); a) début xiiies. mettre a uevre «mettre en application, en pratique» (Maurice de Sully, Homélies, iii, 102, éd. C. A. Robson, p.86); 1409 mettre en oeuvre qqc. «employer pour une réalisation pratique» (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, 623, 18 ds Runk., p.44); 1832 mode de mise en oeuvre (Musset ds Revue des Deux Mondes, p.611); b) ca 1360 mettre main a oevre (Froissart, op. cit., V, 36); 1559 mettre la main à l'oeuvre (Amyot, Préf., IX, 35 ds Littré); 1611 bois d'oeuvre (Cotgr., s.v. bois); 3. 1160-74 «production artistique ou littéraire» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 3: mes por l'euvre esploitier les vers abrigeron); 1776 oeuvres complètes (Voltaire, Lettres à son imprimeur, avril, p.166); 1831 oeuvre d'art (Balzac, Peau chagr., p.140); 4. 1174-77 euvre «union charnelle de l'homme et de la femme» (Renart, éd. M. Roques, 6072); 1493 euure de char ne desireras (Compost et Kalendrier des Bergiers, éd. Guy Marchant, fol. VI, vo); 1567 [éd.] plur. enceinte des oeuvres d'un tel (Amyot, Thésée, 4 ds Littré); 5. ca 1208 «tâche, action propre à quelqu'un ou à quelque chose» (Villehardouin, Conquête Constantinople, éd. E. Faral, 114); 1862 faire oeuvre de servante (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t.2, p.440); 6. 1225-30 «action considérée dans sa valeur morale ou religieuse» bones ovres feire (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 426); en partic. a) 1457-67 plur. théol. «actions méritoires pour le salut» (Cent nouv. nouvelles, éd. Fr. p.Sweetser, XXXIX, 107, var. de l'éd. consultée par Littré); b) 1821 «organisation religieuse de jeunesse, d'enseignement, de charité, etc.» le plus souvent au plur. (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.2, p.343: la société biblique est une oeuvre protestante); 7. fin xiiies. «travail artistique d'une oeuvre d'orfèvrerie» rice oevre (Philippe Mousket, Chron. rimée, éd. de Reiffenberg, 2576); 1653 mettre une pierre pretieuse en oeuvre (Vaug[elas], Quin., livre 3 ds Rich. 1680); 8. 1379-80 euvre «fabrique d'une église» (Compt. de la fabriq., Arch. Aube, G 1559, fo41 rods Gdf.); 1611 «banc des marguilliers dans l'église» (Cotgr.); 9. 1611 maistre des hautes oeuvres (ibid.); 10. 1567 mar. oeuvres mortes (Amyot, Lucul., 8 ds Littré); 1643 id. oeuvres vives (Fournier Hydrographie). B. Subst. masc. 1. 1529 «ensemble de la production d'un artiste, d'un écrivain» petitz oeuvres latins (Tory, Champ fleury, I, 1ds Hug.); cf. 1647 (Vaug., p.34); 2. 1542 [éd.] «ensemble des travaux exécutés dans un même but» (Rabelais, Pantagruel, éd. V. L.Saulnier, V, 67, var. édit. «définitive»); 3. a) 1490 «intérieur d'une maison» d'où par dehors euvre «détaché des murs d'une maison» (A.N.K272 ds Gdf. Compl., s.v. uevre); 1597 hors d'oeuvre, v. ce mot; b)1572 dans oeuvre (Bref et sommaire recueil de l'entrée de Charles IX à Paris ds Havard 1889, col. 1022); c) 1798 à pied d'oeuvre (Ac.); 1922 fig. «au commencement» (Proust, Fugit., p.659: tout était retombé à pied d'oeuvre, puisqu'il avait épousé une cocotte); 1931 id. reprendre la tâche à pied d'oeuvre (Weill, Judaïsme, p.65); 4. 1626 [éd.] le grand OEuvre alchim. (D'Aubigné, Hist. univ., II, 1176 ds OEuvres compl., éd. Réaume et de Caussade, t.VI, p.360). Du lat. opera, à l'orig. plur. de opus, operis «ouvrage, acte, travail», utilisé dep. Plaute comme fém. sing. au sens de «travail, activité», et qui subsiste dans presque toutes les lang. rom. cf. FEW t.7, p.363b). Fréq. abs. littér.: 19033. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 17227, b) 22958; xxes.: a)33198, b)33987. Bbg. Archit. 1972, p.21.

Oeuvre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

oeuvre \ˈu.vɹə\ (États-Unis), \ˈɜː.vɹə\ (Royaume-Uni)

  1. (Art) Œuvre d’art.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Oeuvre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ŒUVRE. n. f.
Produit d'un travail manuel, d'une industrie. Les œuvres de l'industrie humaine. Il signifie, au figuré, Ce qui est produit par une action quelconque et qui subsiste. Les œuvres de Dieu. Les œuvres de la nature. Ce grand homme mourut en laissant son œuvre inachevée. L'œuvre de la Rédemption fut accomplie sur la croix. L'œuvre de la Renaissance. Telle fut l'œuvre de la philosophie du XVIe siècle. Fam., Ne faire œuvre de ses dix doigts, Ne pas travailler, ne rien faire du tout. Faire œuvre de, Se conduire en. Il a fait œuvre d'homme de bien. Être à l'œuvre, Être au travail. L'œuvre de chair, La conjonction charnelle de l'homme et de la femme. Cette femme est enceinte des œuvres d'un tel, Elle est grosse du fait d'un tel. Mettre en œuvre, Employer à quelque usage. Mettre du bois, des pierres en œuvre. Fig., Mettre tout en œuvre pour réussir. L'histoire met en œuvre les matériaux recueillis par l'érudition. Ce journaliste a très bien mis en œuvre les renseignements qu'on lui a fournis. La mise en œuvre d'un ouvrage, L'utilisation des matériaux destinés à l'exécution de cet ouvrage. La mise en œuvre d'une idée. Se mettre à l'œuvre, Commencer un travail. Mettre la main à l'œuvre, Commencer à travailler à quelque chose. On dit plutôt aujourd'hui Se mettre à l'ouvrage, mettre la main à l'ouvrage. Main d'œuvre. Voyez MAIN-D'ŒUVRE. Exécuteur des hautes œuvres, Le bourreau, l'exécuteur de la haute justice. Être fils de ses œuvres, Ne devoir qu'à soi-même sa situation. Prov., À l'œuvre on connaît l'artisan, C'est par la qualité de l'ouvrage qu'on juge du mérite de celui qui l'a fait. Prov., La fin couronne l'œuvre. Voyez COURONNER.

ŒUVRE se dit au figuré des Productions de l'esprit, des ouvrages en prose ou en vers, considérés relativement à celui qui en est l'auteur. Ce poème est une œuvre admirable. Les Pensées de Pascal sont les fragments d'une œuvre inachevée. Une œuvre inédite. Œuvres poétiques, morales, philosophiques. Œuvres posthumes. Œuvres complètes. Œuvres choisies. Les œuvres de Platon, d'Aristote, de Cicéron. Les œuvres de saint Thomas. Les œuvres de Corneille, de Racine, de Molière. Il se dit aussi des Productions artistiques. Une œuvre d'art. C'est une œuvre attribuée à Raphaël. Les dernières œuvres de Beethoven. Chef-d'œuvre. n. m. Voyez ce mot à son rang alphabétique, à la lettre C.

ŒUVRE se dit, en termes de Théologie, des Actions humaines jugées du point de vue de la religion. Chacun sera jugé selon ses œuvres, selon ses bonnes ou mauvaises œuvres. Œuvre méritoire. La foi sans les œuvres est une foi morte. Vous avez fait une bonne œuvre. Œuvre de miséricorde. Œuvre de charité. Œuvre pie. Voyez PIE. Œuvre morte. Voyez MORT. Œuvres de surérogation. Voyez SURÉROGATION.

ŒUVRES s'emploie absolument pour désigner les Organisations charitables. Il donne tous ses revenus aux œuvres. Un homme d'œuvres. Une femme d'œuvres. Par extension, Les œuvres sociales. L'œuvre antituberculeuse, antialcoolique.

ŒUVRE désigne, en termes de Marine, les Parties qui constituent la coque d'un navire. Œuvres vives, Parties qui sont dans l'eau, par opposition à Œuvres mortes, Parties qui sont hors de l'eau. Il désigne, en termes de Joaillerie, le Chaton dans lequel une pierre est sertie. Voilà un diamant qui est bien mis en œuvre. Il désignait, dans le langage ecclésiastique, la Fabrique d'une paroisse, le revenu affecté à la construction et à la réparation des bâtiments, à l'achat et à l'entretien des choses nécessaires au service divin, d'où l'expression Banc d'œuvre pour désigner le Banc où sont assis les marguilliers ou conseillers paroissiaux.

ŒUVRE est aussi masculin et désigne, en termes de Beaux-Arts, l'Ensemble des œuvres d'un artiste. L'œuvre gravé de Raphaël. Tout l'œuvre de Callot. L'œuvre entier de Rembrandt. En termes d'Alchimie, Le grand œuvre, La pierre philosophale. Travailler au grand œuvre.

ŒUVRE au masculin désigne encore, en termes d'Architecture, la Bâtisse. Le gros œuvre, Les fondations, les murs et la toiture. Maître de l'œuvre, Celui qui a la haute direction sur l'ensemble des travaux d'un édifice.

DANS ŒUVRE, HORS D'ŒUVRE, loc. adv. T. d'Architecture. Dans le corps du bâtiment, hors du corps du bâtiment. Ce petit escalier, ce cabinet est dans œuvre, pratiqué dans œuvre, On l'a ménagé dans le corps du bâtiment. Il est hors d'œuvre, Il est en saillie, hors du bâtiment, hors de l'aplomb des gros murs.

DANS ŒUVRE, HORS D'ŒUVRE se disent aussi en parlant des Bâtiments et parties de bâtiments que l'on mesure en comprenant l'épaisseur des murs, ou en ne la comprenant pas. Cette chambre, cette salle a tant de mètres dans œuvre, Elle a tant de mètres du dedans d'un mur au-dedans de l'autre. Cette maison a tant de mètres hors d'œuvre, Elle a tant de mètres du dehors d'un mur au-dehors du mur opposé.

HORS-D'ŒUVRE. n. m. Voyez ce mot, à son rang alphabétique, à la lettre H.

SOUS ŒUVRE, EN SOUS-ŒUVRE, loc. adv. T. d'Architecture qui s'emploie dans ces phrases : Travailler en sous-œuvre. Reprendre sous œuvre un bâtiment, un mur, En réparer les fondations sans l'abattre et en le soutenant. Fig., Reprendre sous œuvre se dit en parlant des Ouvrages de l'esprit. Il a vu que sa tragédie péchait par le plan, il l'a reprise sous œuvre.

À PIED D'ŒUVRE, loc. adv. T. de Maçonnerie. À proximité du bâtiment que l'on construit. Il tire la pierre à pied d'œuvre. Le moellon se trouve à pied d'œuvre. Amener des matériaux à pied d'œuvre. Il s'emploie aussi en parlant des Ouvrages de l'esprit. Mes documents sont à pied d'œuvre, je suis à pied d'œuvre, Je vais me mettre à la rédaction.

Oeuvre : définition du Littré (1872-1877)

OEUVRE (eu-vr') s. f.
  • 1Ce qui est fait et demeure fait, à l'aide de la main. Celui qui nous a faits est celui qui nous a faits à sa ressemblance ; nous sommes tout ensemble et les œuvres de ses mains et ses images, Bossuet, la Vallière.

    C'est l'œuvre de Notre-Dame qui ne finit jamais, se disait à Paris de choses durant trop longtemps, à cause qu'on prétendait qu'il y avait quelque reste de voûte à faire à cette église qu'on ne voulait pas achever.

    Œuvre de main, travail qui exige une main habile d'ouvrier. Les teinturiers seront payés par préférence [sur le prix des soies saisies et vendues], pour lesdites teintures,… attendu que c'est une œuvre de main, et que lesdites teintures augmentent le prix desdites marchandises, Règlement sur les manufact. août 1669, teinturiers en soie, laine et fil, art. 87.

    Il ne fait œuvre de ses dix doigts, il ne fait rien. Employer ce jour salutaire [dimanche] à ne faire œuvre de ses doigts, Voltaire, Filles de Minée.

    Œuvre à l'aiguille, s'est dit, dans le moyen âge, de mosaïques en pièces d'étoffes cousues.

    Mettre la main à l'œuvre, travailler à une chose. Il a fallu plusieurs fois [pour faire l'Encyclopédie] se procurer les machines, les construire, mettre la main à l'œuvre, se rendre, pour ainsi dire, apprenti, et faire soi-même de mauvais ouvrages pour apprendre aux autres comment on en fait de bons, D'Alembert, Disc. prélim. t. I, p. 318, dans POUGENS.

    Fig. Mettons la main à l'œuvre sérieusement, et commençons chacun par nous-mêmes la réformation de l'Église, Bossuet, Sermons, sur l'Église, 3.

    Mettre en œuvre, employer à quelque usage. Bientôt vous aurez à recevoir une compagnie qui vous fera mettre en œuvre le colombier et la garenne, et même la basse-cour, Sévigné, 8 juill. 1672. L'art de mettre le bois et le fer en œuvre, Fénelon, Tél. VIII.

    Fig. Ce poëte excelle à mettre en œuvre les idées d'autrui. Mettre toute sorte de remèdes en œuvre pour guérir. Je souhaite de mettre en œuvre les résolutions que j'ai prises, Sévigné, 440. Je viens de voir un prélat qui était à l'oraison funèbre [du prince de Condé] ; il nous a dit que monsieur de Meaux s'était surpassé lui-même, et que jamais on n'a fait valoir ni mis en œuvre si noblement une si belle matière, Sévigné, à Bussy, 10 mars 1687. Julien met tout en œuvre pour détruire le christianisme, Bossuet, Hist. II, 7. Ils n'ont pas de quoi mettre leurs vertus en œuvre, La Bruyère, XI.

    Mettre en œuvre des personnes, les employer. Il est excellent ouvrier, c'est dommage qu'on ne le mette pas en œuvre. Mettez-nous en œuvre, et vous en serez contente, Sévigné, 303. Je mettrai l'abbé Charrier en œuvre, quand il sera temps, Sévigné, 567. La princesse de Bade… a un cuisinier admirable, mais elle est bien aise de ne le pas mettre en œuvre sans de grandes occasions, Sévigné, 29 nov. 1684. Je vous dirai seulement que, plus vous me mettrez en œuvre, plus souvent je vous aurai obligation, Boursault, Lett. nouv. t. II, p. 264, dans POUGENS. Les pauvres et les petits ont soin de les [leurs enfants] mettre en œuvre pour en tirer des services, Bourdaloue, Dominic. I, Oisiveté, 279. En s'avilissant à des fonctions qui n'ont de grand que les noms et les passions des hommes qui les mettent en œuvre, Massillon, Confér. Fuite du monde.

    Mettre à l'œuvre, faire commencer un travail à quelqu'un, le mettre à un travail.

    Se mettre à l'œuvre, au travail, agir.

    On dit dans le même sens : être à l'œuvre, être en œuvre, se mettre en œuvre. Elle se mettrait en œuvre, Sévigné, 135.

  • 2Main-d'œuvre, voy. ce mot à son rang.
  • 3Maître des œuvres, officier qui avait juridiction et inspection sur les ouvrages de maçonnerie et de charpenterie.

    Maître des basses œuvres, vidangeur. Dans une ordonnance de septembre 1608, les maîtres de ce métier sont nommés maîtres des basses œuvres.

    Maître des hautes œuvres, le bourreau, ainsi dit parce que son office dépendait de la haute justice. Qu'on fasse ajuster cette salle proprement, afin d'y recevoir tous ceux qui me feront l'honneur de se trouver à la dissection du corps que me doit envoyer le maître des hautes œuvres, Hauteroche, Crisp. méd. II, 1.

    On dit aussi en ce sens : exécuteur des hautes œuvres. Dans la vue d'inspirer plus d'horreur pour le crime, l'entrée de la ville est interdite à l'exécuteur des hautes œuvres, Barthélemy, Anach. ch. 73.

  • 4Au masc. Terme d'architecture. Œuvre, les œuvres, la bâtisse. Les œuvres sont hors de terre, se dit en parlant d'un bâtiment dont les murs commencent à s'élever au-dessus des fondations.

    Gros œuvre, les murailles les plus grosses.

    Dans œuvre, loc. adv. Dans le corps du bâtiment. Ce cabinet est pratiqué dans œuvre. Cet escalier est dans œuvre.

    Hors d'œuvre, loc. adv. Hors des gros murs, en saillie. Cet escalier est hors d'œuvre.

    Substantivement. Un hors-d'œuvre, une pièce en saillie, qui ne fait pas partie de l'ordonnance générale.

    On nomme aussi hors-d'œuvre, dans les bâtiments, certaines pièces, telles que les cabinets, une galerie, etc. qui tiennent au corps de logis par un de ses côtés.

    Mesure hors d'œuvre ou hors œuvre, mesure d'un bâtiment depuis l'angle extérieur d'un mur jusqu'à l'angle extérieur de l'autre mur ; mesure dans œuvre, mesure prise à l'intérieur des murs. Ce bâtiment a tant de mètres hors d'œuvre ou hors œuvre. Non loin du temple d'Apollon, il en existe un second qui, dans œuvre, n'a qu'environ dix-sept pieds de long sur dix et demi de large, Barthélemy, Anach. ch. 41.

    Sous œuvre, en sous-œuvre (avec un trait d'union), loc. adv. Sous la bâtisse, sous le mur. Travailler sous œuvre. Reprendre un mur en sous-œuvre, en réparer les fondations, le rebâtir par le pied.

    Reprises en sous-œuvre, se dit, en bâtisse, de l'opération par laquelle on rebâtit sous la partie supérieure d'une construction.

    Fig. Reprendre un travail sous œuvre, en sous-œuvre, le corriger.

    À pied d'œuvre, à la proximité du bâtiment que l'on construit. Le moellon se trouvait à pied d'œuvre.

  • 5 Fig. Hors d'œuvre, hors de la place ou du temps accoutumé. Cette lettre est écrite hors d'œuvre chez Trochanire, Sévigné, 36. J'écris ceci hors d'œuvre pour vous divertir, Sévigné, 26 juill. 1677. Sans ce gentilhomme qui est toujours chez vous, à ce qu'on dit, je ne vous rendrais pas une visite aussi hors d'œuvre que celle-ci, Dancourt, la Folle enchère, sc. 18. Ces gens d'un état fort commun qui, malgré leur complaisance pour les grands et leur impertinence avec leurs égaux, seront toujours hors d'œuvre, Duclos, Consid. mœurs, ch. 11.

    Qui, dans un ouvrage de littérature ou d'art, est accessoire, ne fait pas partie essentielle du sujet. Cette description est hors d'œuvre. Groupe de figures qui dans un tableau est hors d'œuvre. La liaison des scènes qui semblent, s'il m'est permis de parler ainsi, incorporer Sabine dans cette pièce, au lieu que, dans le Cid, toutes celles de l'Infante sont détachées, et paraissent hors d'œuvre, Corneille, Horace, Examen. Ce supplément de sermon du P. de la Rue sur les quiétistes dura une demi-heure, et se montra tout à fait hors d'œuvre, Saint-Simon, 45, 20. Supposition injurieuse, et tout à fait hors d'œuvre, Marivaux, Fauss. confid. III, 6. Si Olindo et Sophronia [dans la Jérusalem délivrée], près d'être les victimes de leur religion, étaient éclairés et disaient un mot de ce qui doit arriver ! mais ils sont entièrement hors d'œuvre, Voltaire, Ess. poés. ép. 7.

    Substantivement. Un hors-d'œuvre, ce qui dans un ouvrage ne fait pas partie essentielle du sujet (avec un trait d'union). Cette description est un hors-d'œuvre.

    Au plur. Des hors-d'œuvre.

    Terme de cuisine. Mets tels que radis, beurre, anchois, etc. servis après le potage et pendant le premier service (ainsi dits, parce que, originairement, ils ne faisaient pas partie de l'ordre régulier dans lequel les plats principaux étaient rangés). On servit plusieurs hors-d'œuvre. Il n'oublie pas le hors-d'œuvre, le fruit et les assiettes, La Bruyère, XI.

    Quelques-uns prétendent qu'en ce sens l'h ne s'aspire pas ; c'est une erreur.

    Au plur. Des Hors-d'œuvre.

  • 6Au fém. En termes de joaillerie, œuvre, l'enchâssure d'une pierre, le chaton dans lequel une pierre est enchâssée. Son diamant sortit de l'œuvre et tomba.

    Mettre en œuvre une pierre précieuse, l'enchâsser.

    Mettre une pierre hors d'œuvre, la tirer de son chaton et de la bague où elle est. Vendre une pierre hors d'œuvre, la vendre hors de la bague où elle était enchâssée.

    Cette pierre est hors d'œuvre, elle n'est pas encore montée, ou elle est sortie de sa monture.

    Fig. Il met toutes pierres en œuvre, se dit d'un homme vigilant qui emploie tous les moyens pour arriver à ses fins.

  • 7 Terme de marine. Œuvres mortes, la partie qui est au-dessus de la flottaison, et pour laquelle on emploie du bois plus léger.

    Œuvres vives, la partie immergée ou carène, et pour laquelle on emploie le bois le plus dur. Les vaisseaux anglais, beaucoup plus petits que ceux des Espagnols, ne devaient pas résister au choc de ces citadelles mouvantes [l'invincible Armada], dont quelques-unes avaient leurs œuvres vives de trois pieds d'épaisseur, impénétrables au canon, Voltaire, Mœurs, 166.

    Atelier de grosses œuvres, l'atelier où, dans un arsenal, on fait les cabestans, les roues de gouvernail, et autres forts objets d'installation.

    Ancien terme de marine. Œuvre de marée, le radoub qui se donne au vaisseau échoué sur les vases, pendant que la mer est basse.

  • 8 Terme d'eaux et forêts. Bois d'œuvre ou à œuvrer, les bois autres que les bois de chauffage.
  • 9 Au plur. Les œuvres, les labours, façons de vignes ou autres cultures.
  • 10Œuvres blanches, gros outils à fer tranchant dont se servent les taillandiers.
  • 11Toute sorte d'actions morales. Tout ce qui est fait et demeure fait d'une façon quelconque. Les œuvres de Dieu. Les œuvres de la nature. Ô cruel souvenir de ma gloire passée ! Œuvre de tant de jours en un jour effacée ! Corneille, Cid, I, 7. Et faisons publier par toute l'Italie : La liberté de Rome est l'œuvre d'Émilie, Corneille, Cinna, I, 11. Montrons que sa fortune est l'œuvre de nos mains, Corneille, Pomp. V, 1. Quoi ! se pourrait-il faire Qu'à l'œuvre de ses mains Rome devînt contraire ? Corneille, Nicom. IV, 5. L'œuvre perd de son prix à trop délibérer, Rotrou, Bélis. III, 2. Ne faites point, seigneur, par l'offre d'un salaire, D'une action de gloire une œuvre mercenaire, Rotrou, Vencesl. III, 6. Si mon œuvre n'est point un assez bon modèle, J'ai du moins ouvert le chemin ; D'autres pourront y mettre une dernière main, La Fontaine, Fabl. XI, Épilogue. Le démon a fait son œuvre en eux, Bossuet, Var. 11. Dieu avait fait regarder à M. le Tellier le devoir de juge où il était appelé, comme le moyen particulier qu'il lui donnait pour accomplir l'œuvre de son salut, Bossuet, le Tellier. Est-ce Dieu, sont-ce les hommes Dont les œuvres vont éclater ? Racine, Esth. II, 9. Qu'est-ce que toutes ces vanités, tous ces plaisirs pour qui est dégoûtée du monde et de ses œuvres ? Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, t. II, p. 101, dans POUGENS. Jésus…pour y commencer sa mission et faire l'œuvre de son Père, Massillon, Carême, Temples. Ne voulant plus d'œuvre de travail, il m'en fallait une d'amusement, qui me plût et qui ne me donnât de peine que celle qu'aime à prendre un paresseux, Rousseau, 5e promenade. De son œuvre imparfaite il [Dieu] détourna sa face, Lamartine, Méd. I, 7.

    Jamais un tel n'y fit œuvre, locution peu usitée maintenant, qui signifie par exagération que même un maître consommé n'aurait pu faire aussi bien. Il compose des vers admirables ; jamais Boileau n'y fît œuvre. (L'Académie écrit fit ; mais, sans accent, la locution ne se comprend pas : n'y fit, n'y ferait.)

    Ironiquement. Voilà de vos œuvres, se dit à quelqu'un qui a fait quelque grosse maladresse.

    Tu n'auras pas œuvre faite entre nous, tu n'es pas au bout de tes peines.

  • 12Toute sorte d'actions morales. Je me réserve à parler comme je dois d'une si rare vertu en mon grand ouvrage, où je rends à chacun selon ses œuvres, Guez de Balzac, liv. I, lett. 11. Retirez-vous de moi, vous qui faites des œuvres d'iniquité, Sacy, Bible, Évang. St Math. VII, 23. Le cœur sage et intelligent s'abstiendra du péché, et il réussira dans les œuvres de justice, Sacy, ib. Ecclésiastiq. III, 32. Lorsque vous aurez péché devant le Seigneur en l'irritant par les œuvres de vos mains, Sacy, ib. Deutéron. XXXI, 29. Œuvres extérieures : il n'y a rien de si périlleux que ce qui plaît à Dieu et aux hommes, Pascal, Pens. XXV, 127, édit. HAVET. Ainsi les faux justes : ils font de bonnes œuvres et de méchantes, Pascal, Jésus-Christ, 13, éd. FAUGÉRE. Faites des œuvres dignes de pénitence, Pascal, Prov. XVIII. Ceux qui font des œuvres dignes de leur foi, Bossuet, Hist. II, 13. Ne sont-ce pas là, mondain voluptueux et impudique, les œuvres de ténèbres, à quoi se passe toute votre vie ? Bourdaloue, Sur le scandale, 1er avent, p. 99. Je vois des enfants égarés revenir en foule au sein de leur mère [lors de la révocation de l'édit de Nantes], la justice et la vérité détruire les œuvres de ténèbres et de mensonge, Fléchier, le Tellier. Il faut rendre à chacun selon ses œuvres, Voltaire, Zadig, 7.

    Bonnes œuvres, actions inspirées par une morale pure et active. Nous savons que toutes les vertus, le martyre, les austérités et toutes les bonnes œuvres sont inutiles hors de l'Église et de la communion du chef de l'Église, qui est le pape, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 1. C'est de saintes méditations, c'est de bonnes œuvres, c'est ces véritables richesses que vous enverrez devant vous au siècle futur, qui vous inspireront de la force [au moment de la mort], Bossuet, le Tellier. Dirai-je qu'il se renferma en lui-même, et ne montra de ses bonnes œuvres qu'autant qu'il en fallait pour édifier les peuples ? Fléchier, Lamoignon. J'envie bien l'état de cet homme qui passe sa vie en bonnes œuvres, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 210, dans POUGENS.

    En un sens plus restreint, bonnes œuvres, les charités que l'on fait, soit pour soulager les pauvres, soit pour des fondations pieuses ou charitables. Je vous demande pardon, monseigneur, de vous en fatiguer ; mais ce serait une bonne œuvre, et c'est une grande excuse, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 1701. L'évêque de Rennes joignait à ses bonnes œuvres le mérite de les cacher sincèrement et de bonne foi, D'Alembert, Éloges, Vaureal.

    Absolument. Les œuvres, les actions méritoires. Mes frères, que servira-t-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a point les œuvres ? la foi le pourra-t-elle sauver ? Sacy, Bible, St Jacq. Épît. cath. II, 14. Si la reine d'Angleterre avait été plus fortunée, son histoire serait plus pompeuse, mais ses œuvres seraient moins pleines, Bossuet, Reine d'Anglet. Sur le mérite des œuvres, l'Église catholique croit que la vie éternelle doit être proposée aux enfants de Dieu, et comme une grâce qui leur est miséricordieusement promise par Notre Seigneur Jésus-Christ, et comme une récompense qui leur est fidèlement rendue en vertu de cette promesse, Bossuet, Projet de réunion, explic. diff. points de controv. œuvres.

    Particulièrement, dans saint Paul, les œuvres, les actes rigoureusement conformes à la loi et les pratiques minutieuses que les Juifs y rattachaient

    Œuvres de miséricorde, celles qui ont pour objet la charité envers le prochain.

    Gagner les œuvres de miséricorde, faire certaines actions de charité, comme d'assister les malades, etc.

    Œuvres pies, les œuvres que la piété fait faire, que l'on fait en vue de Dieu. Faire des legs aux hôpitaux et autres œuvres pies. Vous repentiriez-vous d'avoir fait œuvre pie ? Regnard, le Légat. V, 7.

    Œuvres de surérogation, celles auxquelles on n'est pas obligé par le précepte ou le devoir.

    Dans le langage général, œuvre de surérogation se dit de tout ce qu'on fait au delà du devoir, au delà de ce qui est nécessaire à l'affaire dont il s'agit. Ce sont des œuvres de surérogation dont on se passerait bien.

    Œuvres mortes, œuvres qui, n'ayant pas une vraie dévotion pour principe, sont mortes, sont inutiles. Toutes ces œuvres de piété, quoique éclatantes, n'étaient que des œuvres mortes, Bourdaloue, 3e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 119.

    Fig. Aussitôt après la nouvelle du combat de Senef, j'écrivis au roi, et je lui offris mes services ; toutes mes honnêtetés et ma bonne conduite sont des œuvres mortes, maintenant que la grâce me manque, Lettre de Bussy, dans SÉV. t. III, p. 418, éd. RÉGNIER.

  • 13L'œuvre de la chair ou l'œuvre de chair, la conjonction charnelle de l'homme et de la femme. L'œuvre de chair ne désireras qu'en mariage seulement, Décalogue. Il est aisé de connaître les œuvres de la chair qui sont la fornication, l'impureté, l'impudicité, la dissolution, Sacy, Bible, St Paul, Épît. aux Galat. V, 19.

    En termes de palais. Cette femme est enceinte des œuvres d'un tel, elle est grosse du fait d'un tel.

  • 14 Terme de jurisprudence. Dénonciation de nouvel œuvre (au masculin), assignation à une personne qui construit sur votre terrain, ou à un voisin qui élève sur son terrain une construction au mépris d'une servitude qui vous appartient.
  • 15 Au plur. Productions en vers ou en prose considérées relativement à l'auteur. Les œuvres de Bossuet, de Corneille. Ses œuvres sont imprimées en tant de volumes.

    En ce sens, il se dit quelquefois au singulier. La Pucelle [poëme de Chapelain] est encore une œuvre bien galante, Boileau, Sat. III. …Lorsque Chapelain met une œuvre en lumière, Chaque lecteur d'abord lui devient un Linière, Boileau, ib. IX.

  • 16Chef-d'œuvre, voy. ce mot à son rang.
  • 17La fabrique d'une paroisse. L'œuvre de cette paroisse est fort riche.

    Le banc de l'œuvre, ou le banc d'œuvre, ou, elliptiquement, l'œuvre, le banc particulier que les marguilliers occupent dans la nef de l'église. Les marguilliers sont assis dans l'œuvre.

    Maîtres de l'œuvre, se disait autrefois des fabriciens, des marguilliers.

  • 18Au masc. Œuvre se dit du recueil de toutes les estampes d'un graveur. Avoir tout l'œuvre de Callot.
  • 19Au masc. On se sert de ce mot, en le faisant suivre d'un numéro, pour désigner l'ordre chronologique dans lequel ont été publiées les productions d'un compositeur. L'œuvre 21 de Beethoven. L'œuvre 9 de Haydn.

    On emploie plus ordinairement l'abréviation op. qui est l'italien opera, et l'on dit : op. 32 de Mozart.

    Œuvre devient du féminin en musique quand on considère la composition en elle-même, sans s'occuper de son rang dans le classement des ouvrages d'un compositeur ; par exemple : une des plus belles œuvres de Beethoven est sa symphonie en ut mineur, laquelle est l'œuvre (au masculin) ou op. 67 dans le classement de son œuvre. Mais œuvre est du masculin quand il s'applique à tous les ouvrages produits par un artiste. Ainsi l'on dit l'œuvre entier de Beethoven, de Mozart, de Rossini, etc.

  • 20 Au masculin, en métallurgie, œuvre se dit du plomb qui contient de l'argent.
  • 21Au masc. en alchimie, le grand œuvre, recherche de la pierre philosophale, c'est-à-dire d'un arcane propre à transmuer les métaux vils en or. Quoiqu'homme de guerre, il s'entêta de la chimie, dans le dessein, à la vérité, de parvenir au grand œuvre, Fontenelle, Du Fay. Cette fameuse recherche appelée le grand œuvre, qu'on doit rejeter en bonne morale, mais qu'en saine physique l'on ne peut pas traiter d'impossible, Buffon, Min. t. IV, p. 269. Une chimie dans laquelle on ne cherchait ni le grand œuvre, ni l'art de prolonger la vie au delà des bornes de la nature, Voltaire, Louis XIV, 31. J'ouvre ma bourse à la science occulte, Mon cœur crédule au grand œuvre a recours, Béranger, Alchim.

    Fig. Je regardais l'amitié comme le grand œuvre, Mme du Deffant, Lett. à Hor. Walpole, t. III, p. 166, dans POUGENS.

PROVERBES

Bon jour, bonne œuvre, se dit d'une bonne action faite un jour de fête. Ils se sont réconciliés le jour de Pâques, bon jour, bonne œuvre. Nous arrivâmes hier, jour de la Toussaint, bon jour, bonne œuvre, Sévigné, 166.

Ironiquement. Il a volé le jour de Pâques, bon jour, bonne œuvre. Un dimanche, bon jour, bonne œuvre, Typhon aux cheveux de couleuvre…, Scarron, Typh. ch. I.

À l'œuvre on connaît l'ouvrier, c'est-à-dire le mérite de l'ouvrage fait juger du mérite de celui qui l'a fait. À l'œuvre on connaît l'artisan, La Fontaine, Fabl. I, 21.

La fin couronne l'œuvre, c'est-à-dire il n'est pas assez de bien commencer, il faut bien achever ; et aussi ce n'est pas assez de bien vivre, il faut bien mourir ; et enfin ironiquement : il a mis le comble à ses méfaits, il a mal fini comme il le méritait.

REMARQUE

Autrefois œuvre était masculin au singulier quand il signifiait livre : un bel œuvre. Aujourd'hui œuvre en ce sens ne se dit guère qu'au pluriel et est féminin. Si maint œuvre de moi, solide autant que beau, Peut tirer un héros de la nuit du tombeau, La Fontaine, Songe de Vaux, Fragm. 2. Je sais qu'il est indubitable Que, pour former œuvre parfait, Il faudrait se donner au diable, Voltaire, Zaïre, Préface.

Œuvre était encore masculin dans le style soutenu, pour des œuvres dont on voulait rehausser le mérite ; et l'Académie, dans son Dictionnaire, donne encore : un si grand œuvre, ce saint œuvre ; un œuvre de génie. Les exemples abondent. Il faut faire de même, un œuvre entreprenant, Régnier, Sat. I. Vous voyez en sa mort un œuvre de sa main, Rotrou, Antig. III, 4. Quelle morale puis-je inférer de ce fait ? Sans cela, toute fable est un œuvre imparfait, La Fontaine, Fabl. XII, 2. Donnons à ce grand œuvre une heure d'abstinence, Boileau, Lutr. IV. Cet emploi est tombé en désuétude ; tout au plus pourrait-on essayer de s'en servir dans la poésie en quelques cas choisis.

SYNONYME

ŒUVRE, OUVRAGE. Si l'on remonte à l'étymologie latine, on voit que œuvre répond à opera, et ouvrage à une forme fictive operaticum ; de sorte que ouvrage signifie proprement la mise en œuvre, le résultat de l'œuvre. Œuvre est donc abstrait, et ouvrage est concret ; œuvre signifie absolument, en soi, ce qui est fait ; ouvrage donne l'idée de tel produit ayant reçu telle forme ou telle façon. Les sciences et les lettres sont les œuvres de l'esprit humain ; on appellera ouvrages de l'esprit les traités, les poëmes, les discours, etc. ou bien les livres qui les contiennent.

HISTORIQUE

XIIe s. L'ovre est fete et fenie, Ronc. p. 26. Tant bon hauberc dont l'oevre estoit safrée, ib. p. 70. D'une oevre en autre [il] lui a fraite et froissie [sa targe], ib. 136. N'i [en une belle femme] perdi pas nature ses oevres ne son tans, Sax. v. Ne soi puent [peuvent] leveir por pies oevres faire à lur proïmes [prochains], Job, 471. Pur ço enveiad sun fiz Joram al rei David, od riches presenz de vaissele d'or e d'argent, e de araim, et de ovre antive, Rois, p. 148.

XIIIe s. Ne vos puis mie nommer tous ceus qui furent à ceste euvre faire, Villehardouin, LVIII. Bertain [elles] treuvent ouvrant d'œuvre très fine et vraie, Berte, LVIII. Quant [elle] ot veü lor œuvre [ouvrage à l'aiguille], si dist : je vous ferai Une œuvre, s'il vous plaist, que vous aprenderai, ib. LVII. S'ele n'a repentance d'œuvre si maleoite [maudite], ib. CXXXVI. El [Papelardise] ne fu gaie, ne jolive, Ains fu par semblant ententive Du tout à bonnes ovres faire ; Et si avoit vestu la haire, la Rose, 429. Ainsinc raison me preeschoit ; Mès Amors tout empeeschoit Que riens à ovre n'en meïsse, ib. 4647.

XIVe s. On ne connoist les faulx par lor fausse raison ; La fausceté de l'homme à l'œuvre connoist-on, Guesclin. 10943. Pour ce que le jour de dimanche est jour solempne, et doit on cesser de toutes œuvres mondaines, Ordonn. des rois, t. v, p. 606.

XVe s. Finablement, ils n'eussent point eu de durée ; car là avoit trop de vaillans hommes qui tous mettoient main à euvre, Froissart, II, III, 39. Tantost mirent les deux chevaliers gens en œuvre, et commencerent à desemparer le mous tier, Froissart, II, II, 210. Ce fut œuvre du deable, Froissart, II, II, 52. Celui-ci se trouva hors d'œuvre, après avoir perdu son espié, Mém. s. du Guesclin. ch. 6. Quelque œuvre que vous avez intention de faire en langue latine, Commines, Prol. Complaire à leurs maistres et leur louer toutes leurs œuvres, soient bonnes ou mauvaises, Commines, II, 6. Qui a royaulme à gouverner, n'a pas œuvre laissée [ne reste pas dans l'inaction], Perceforest, t. IV, f° 12. Est-ce à faire à vous de dire tant d'œuvres [prières] que vous faites ? laissez-les dire aux prestres, Louis XI, Nouv. XXXIX.

XVIe s. Or pour purger ses œuvres vicieux, Trouve l'en point un onguent precieux, Marot, I, 267. Le pont du Guard, qui semble œuvre plus divin que humain, Rabelais, Pant. II, 5. Si me voulez metre en œuvre, ce sera basme de me veoir briber, Rabelais, ib. II, 9. Rien n'est si cher ne pretieux que le temps, employons le en bonnes œuvres, Rabelais, ib. V, 5. Nos consciences sont nettoyées des œuvres mortes par le sang de Christ, Calvin, Instit. 629. En quoy faisant, ferez ung euvre fort plaisant et agreable à Nostre Seigneur, Marguerite de Navarre, Lett. 7. Ayant conduit l'œuvre totale à chef, j'ay pris la hardiesse de la vous presenter imprimée, Amyot, Épît. L'on vous donnera la louange d'avoir glorieusement couronné l'euvre que vostre feu pere avoit heureusement fondé et commencé, Amyot, ib. Es choses qui consistent en action, il fault avoir mis la main à l'œuvre, Amyot, Préf. IX, 35. Aegeus, se doubtant qu'elle estoit enceinte de ses œuvres, luy laissa une espée…, Amyot, Thésée, 4. La galere, estant en cest endroit-là baissée, vint à recevoir le coup du heurt sans dommage quelconque, attendu qu'il donna aux œuvres mortes et aux parties qui sont tousjours dessoubs l'eau, Amyot, Lucul. 8. Toutes les louanges qu'on donne aux princes, sont hors d'œuvre et mal assises, si elles n'ont pour fueille et fondement celle du Dieu vivant, D'Aubigné, Hist. préf. 9. L'assaut ne laissa pas de se donner, mais un retranchement de six pieds en œuvre et l'opiniastreté de la deffense renvoierent tout cela, D'Aubigné, ib. II, 47. Pour les colleges et œuvres pies du roiaume, D'Aubigné, ib. II, 241. Ce bastiment se fera de figure quarrée, de dix à douze pieds dans œuvre en chacune face, De Serres, 763. Je, Phelippe, fis une piece d'oevre à l'agueille, la non pareille que jamais on avoit veu : c'est assavoir que ce fut ung draps taillié et cousu ensemble, auquel draps y avoit plus de huit mil pieces de draps mises et jointes ensemble, toutes de biais et à laine, et sembloit à le veoir qu'il fut peint, tant estoit justement fait, De Laborde, Émaux, p. 408. Mauvaise est l'œuvre qui ne nourrist ne cœuvre, Génin, Récréat. t. II, p. 244. Plus facile est d'œuvre juger qu'il n'est à l'œuvre besongner, Génin, ib. p. 247. Il n'est œuvre que d'ouvrier, Cotgrave Le cœur fait l'œuvre, non pas les grands jours, Cotgrave Tel autheur, tel œuvre, Cotgrave La lettre qu'il [Hippocrate] luy envoya [à Artaxerce] se veoid encores aujourd'huy parmy ses aultres œuvres, La Boétie, Servitude volont.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ŒUVRE. - REM. Ajoutez :

2. Hors d'œuvre s'est dit pour hors d'emploi, inhabile au travail, aux fonctions publiques. Sa santé forte et vigoureuse [de Châteauneuf], sa dépense splendide… suppléaient à son âge et faisaient qu'on ne le regardait pas encore comme un homme hors d'œuvre, Retz, Œuvres, t. III, p. 13, éd. Feillet et Gourdault.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Oeuvre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ŒUVRE, s. m. & f. (Gramm. Critiq. sacrée.) ce terme a plusieurs significations dont voici les principales. 1°. Il se prend pour ouvrage des mains : & adoraverunt opus manuum suarum. Ps. cxxxiv. 15. Il signifie 2°. les productions de la nature : mentietur opus olivæ, le fruit de l’olivier manquera. 3°. La délivrance du peuple juif : Domine, opus tuum vivifica ; Seigneur, accomplissez votre ouvrage. 4°. Les bienfaits : meditatus sum in omnibus operibus tuis, Ps. lxvj. 12. j’ai médité sur toutes les graces dont vous nous avez comblé. 5°. Les châtimens. 6°. La récompense & le prix du travail : non morabitur opus mercenarii apud te. Levit. xix. 13. 7°. Les actions morales bonnes ou mauvaises. (D. J.)

Œuvre, (Métallurgie.) lorsque l’on traite dans une fonderie des mines qui contiennent de l’argent, ou ces mines renferment déja par elles mêmes du plomb, ou l’on est obligé d’y joindre ce métal avant que de faire fondre la mine : après avoir fait ce mélange, on fond le tout, & de cette fonte il en résulte une matiere qu’on appelle l’œuvre, en allemand werk ; ce n’est autre chose que du plomb qui s’est chargé de l’argent qui étoit contenu dans la mine avec laquelle on l’a mêlé, aussi bien que des substances étrangeres, du soufre, de l’arsenic, du cuivre, &c. qui se trouvoient dans cette mine d’argent. Pour dégager ensuite l’argent du plomb & des autres substances avec lesquelles il est joint dans l’œuvre, on le fait passer par la grande coupelle, après avoir préalablement fait l’essai de l’œuvre pour savoir combien il contient d’argent.

L’on nomme aussi œuvre ou plomb d’œuvre celui qui découle du fourneau dans l’opération appellée liquation, & qui a servi à dégager l’argent qui étoit contenu dans le cuivre noir. Voyez Liquation. (—)

Œuvre, (Hydr.) on dit qu’un bassin a dans œuvre tant de toises, pour exprimer qu’il tient entre ses murs tant de superficie d’eau. On dit même hors d’œuvre, quand on parle du dehors d’un ouvrage. Ce terme s’emploie très-à propos pour les escaliers, perrons, balcons & cabinets qui excedent le bâtiment. (K)

Œuvre, s. m. (Archit. civile.) ce terme a plusieurs significations dans l’art de bâtir. Mettre en œuvre, c’est employer quelque matiere pour lui donner une forme & la poser en place : dans œuvre & hors d’œuvre, c’est prendre des mesures du dedans & du dehors d’un bâtiment : sous œuvre ; on dit reprendre un bâtiment sous œuvre, quand on le rebâtit par le pié : hors d’œuvre ; on dit qu’un cabinet, qu’un escalier, ou qu’une galerie est hors d’œuvre, quand elle n’est attachée que par un de ses côtés à un corps de logis. Daviler.

Œuvre d’église, s. f. (Arciht. civile.) c’est dans la nef d’une église, un banc où s’asseoient les marguilliers, & qui a au-devant un coffre ou table sur laquelle on expose les reliques : ce banc est ordinairement adossé contre une cloison à jour, avec aîles aux côtés, qui portent un dais ou chapiteau, & le tout est enrichi d’architecture & de sculpture. L’œuvre de saint Germain l’Auxerrois est une des plus belles œuvres de Paris. (D. J.)

Œuvres de marée, (Marine.) c’est le radoub & le carénage que l’on donne aux vaisseaux.

Œuvres vives, ce sont les parties du vaisseau qui entrent dans l’eau.

Œuvres mortes, comprennent toutes les parties du vaisseau qui sont hors de l’eau, ou bien tous les hauts d’un vaisseau, telle que la dunette, l’acastillage, les galeries, bouteilles, feugnes, couronnement, vergues & hunes.

Quelques-uns disent que les œuvres vives sont toutes les parties du corps du bâtiment comprises depuis la quille jusqu’au vibord ou au pont d’en-haut. (Z)

Œuvres du poids, (Comm.) on appelle à Paris marchandises d’œuvres du poids quelques-unes des marchandises qui sont sujettes au droit de poids-le-roi établi dans cette ville. Voyez Poids-le-roi.

Œuvre, s. m. ce mot est masculin pour signifier un des ouvrages de musique d’un auteur. Voyez Opéra. (S)

Œuvre, terme d’Artisans ; on dit du bois, du fer, du cuivre mis en œuvre. Un diamant mis en œuvre, est celui que le lapidaire a taillé, & à qui il a donné la figure qui lui convient pour en faire une table, un brillant, ou une rose : il se dit aussi par opposition au diamant brut, c’est-à-dire qui est encore tel qu’il est sorti de la carriere. (D. J.)

Œuvre, main d’, (Manufacture.) on appelle main d’œuvre, dans les manufactures, ce qu’on donne aux ouvriers pour le prix & salaires des ouvrages qu’ils ont fabriqués : ainsi on dit, ce drap coûte quarante sols par aune de main d’œuvre, pour dire qu’on en a donné quarante sols par aune au tisserand.

Œuvres blanches, (Taillanderie.) ce sont proprement les gros ouvrages de fer tranchans & coupans, qui se blanchissent, ou plutôt qui s’éguisent sous la meule, comme les coignées, besiguës, ébauchoirs, ciseaux, terriers, essettes, tarrots, planes, hâches, doloires, arrondissoirs, grandes scies, grands couteaux, serpes, bêches, ratissoires, couperets, faux, faucilles, houes, hoyaux, & autres tels outils & instrumens servant aux Charpentiers, Charrons, Menuissiers, Tourneurs, Tonneliers, Jardiniers, Bouchers, Pâtissiers, &c. On met aussi dans cette premiere classe les griffons, & outils de Tireurs d’or & d’argent, & les marteaux & enclumes pour Potiers d’étain, Orfevres & batteurs de paillettes. (D. J.)

Œuvres, maître des, (Antiq. rom.) les Romains n’avoient qu’un seul maître des œuvres, il n’étoit pas citoyen, & il ne lui étoit pas permis de demeurer ni de loger dans Rome ; son office consistoit à attacher le criminel au gibet. L’empereur Claude étant à Trivoli, eut la basse curiosité de voir exécuter des criminels, qu’on devoit punir d’un supplice ordinaire ; mais il fut obligé d’attendre jusqu’au soir, parce qu’il fallut aller chercher le maître des œuvres qui étoit alors occupé à Rome même. Cet office ne paroit pas avoir subsisté dans les premiers tems chez les Romains ; car dans l’affaire d’Horace, c’est à un licteur que le roi s’adresse pour l’attacher à l’arbre funeste, en cas qu’il fût condamné : dans la suite on vit les soldats romains faire la même fonction que les licteurs, fustiger & trancher la tête. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « oeuvre »

Étymologie de oeuvre - Wiktionnaire

Du français œuvre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de oeuvre - Littré

Wallon. oûv ; prov. et esp. obra ; ital. opera ; du lat. opera, ou, pour le masculin, de opere, ablatif de opus ; sanscrit, apas, qui signifie œuvre, et, comme adjectif, actif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oeuvre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oeuvre œvr play_arrow

Citations contenant le mot « oeuvre »

  • C'est une oeuvre d'art créée pour alerter sur les inégalités de genre et sur la destruction de la planète : la vulve géante "Diva" de la plasticienne Juliana Notari fait des vagues au Brésil. France Bleu, Au Brésil, une oeuvre d'art en forme de vulve crée la polémique
  • Une oeuvre ne crée pas nécessairement un auteur. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Toute opinion est transitoire et toute oeuvre est permanente. De Man Ray / A suivre sans se faire remarquer
  • Le seul chef-d'oeuvre, c'est vivre. De Gilbert Cesbron / Journal sans date
  • La vie est une oeuvre d'art. De Georges Clemenceau / L’homme libre
  • Attention, écoutez : l'aube est une oeuvre. De Jorge Guillen / Cantique
  • Agissez. Faites de votre vie un chef-d'oeuvre. De Anthony Robbins
  • Une oeuvre d’art, c’est un monceau de cicatrices. De Jean Lurçat
  • L'auteur doit céder la parole à son oeuvre. De Friedrich Nietzsche
  • A l'oeuvre on connaît l'ouvrier. De Aristophane
  • On doit être une oeuvre d'art ou porter une oeuvre d'art. De Oscar Wilde / Phrases et philosophies
  • L'oeuvre est une sueur. De Jean Cocteau / Le secret professionnel
  • Fais de toi ton oeuvre posthume. De Tristan Corbière
  • L’oeuvre est plus que la formule. De Francis Carco
  • Le sage, sans agir, oeuvre. De Lao-Tseu

Traductions du mot « oeuvre »

Langue Traduction
Corse opera d'arte
Basque artelanak
Japonais アートワーク
Russe произведение искусства
Portugais obra de arte
Arabe عمل فني
Chinois 艺术品
Allemand kunstwerk
Italien opera
Espagnol obra de arte
Anglais artwork
Source : Google Translate API

Synonymes de « oeuvre »

Source : synonymes de oeuvre sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires