Obsession : définition de obsession


Obsession : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OBSESSION, subst. fém.

Action d'obséder; résultat de cette action.
A. − [Correspond à obséder A] Littér.
1. [Correspond à obséder A 1] Vx. Synon. assiduité, fréquentation; anton. abandon, délaissement, négligence.Votre fille, cédant aux lâches obsessions d'un odieux séducteur, s'est enfuie, abandonnant la maison paternelle et la protection d'une tendre mère (Karr,Sous tilleuls,1832, p.211).Lorsqu'à Fontainebleau le pape obtenait quelque relâchement de l'obsession des cardinaux rouges, il se promenait seul dans les galeries de François Ier(Chateaubr.,Mém.,t.2, 1848, p.470).
En partic. Suggestion répétée du démon. Obsession diabolique. Ce n'est pas tout que de craindre l'obsession d'un démon, et que de prier le ciel de nous en délivrer (Nodier,Trilby,1822, p.146).
Rem. L'obsession se distingue de la possession réelle par le démon, laquelle conduit au délire et à la folie (d'apr. Julia 1964).
2. [Correspond à obséder A 2] P. ext., vieilli. Synon. harcèlement, persécution, tracasserie.Il s'était retiré dans son appartement, autant pour échapper aux obsessions de Laure, qui ne se lassait pas de le harceler, que pour se livrer tout entier à l'amertume de ses réflexions (Sandeau,Sacs,1851, p.24).Deschartres avait la passion de la chasse, et il m'y emmenait quelquefois à force d'obsessions (Sand,Hist. vie,t.3, 1855, p.335):
1. ... Lia à force d'obsessions, d'intimidations, d'importunités, de menaces secrètes des scènes futures, est arrivée à nous faire dire par Saint-Victor, de Berton, avec lequel elle couche: «N'est-ce pas qu'il joue très bien?» Goncourt,Journal,1863, p.1362.
B. − [Correspond à obséder B] Au fig., usuel. Idée, image, sensation qui s'impose à l'esprit de façon répétée, incoercible et pénible; préoccupation constante dont on ne parvient pas à se libérer. Synon. idée fixe*.Obsession angoissante, pénible; l'obsession de la femme, de la mort, des souvenirs; l'obsession de grossir; devenir une obsession; briser, chasser une obsession; se délivrer, se libérer d'une obsession; être en proie à une obsession; tourner à l'obsession; penser à qqc., à qqn jusqu'à l'obsession; se rappeler qqc., qqn avec obsession. Chaque fois que je me trouve (...) devant un visage nouveau j'ai l'obsession de deviner quelle âme, quelle intelligence, quel caractère se cachent derrière ces traits (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Soeurs R., 1884, p.1258).Ce fut l'obsession, par la pensée, par l'image, par tout, la hantise d'autant plus terrible qu'elle se spécialisait, qu'elle ne s'égarait pas, qu'elle se concentrait toujours sur le même point: la figure de Florence (Huysmans,En route,t.1, 1895, p.159).L'obsession de membres de phrases, de mots, qu'on se répète idiotement, irrésistiblement, je ne sais combien de fois (Gide,Journal,1908, p.261).
PSYCHIATRIE. Pensée, image, idée, doute, crainte, impulsion à caractère involontaire et angoissant, qui s'impose à tous moments à l'esprit du sujet, malgré son caractère absurde reconnu et qui constitue le symptôme essentiel de la névrose obsessionnelle (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972 et Man.-Man. Méd. 1980). Obsession hallucinatoire, impulsive, névrotique, pathologique, sexuelle. Nous sommes bien forcés de reconnaître que Matra est en proie à la maladie de l'obsession et, si le terme n'est pas trop fort, au délire de la persécution (A. France,Crainquebille,1904, p.29).Il existe des obsessions phobiques dans lesquelles l'état affectif obsessionnel est représenté par la crainte ou le dégoût insurmontable d'un être, d'un objet ou d'un événement (Porot1960).V. obsédé ex. de Porot et obsessionnel ex. du Pt Lar. méd. 1976:
2. ... le paranoïaque est hanté par l'entourage et cherche volontiers à agir sur lui. La rupture est si réelle derrière l'obsession que jamais un changement de milieu ne guérit un persécuté: il reconstruit un nouveau délire sur le milieu nouveau. Mounier,Traité caract.,1946, p.359.
Obsession de signification. ,,Tendance obsessionnelle à attribuer à chaque parole, acte, fait ou objet une signification secrète dont le sujet s'efforce de découvrir le sens`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Rem. L'obsession est ,,à distinguer de l'idée fixe qui est acceptée par la conscience`` (Moor 1966).
REM.
Obsessionnant, -ante, adj.,hapax. Sources d'obsessions. Synon. obsédant, obsesseur (littér.).La voix des horloges, un sifflet lointain de chemin de fer, tout prend le même accent, plaintif, réitéré, obsessionnant (A. Daudet, Jack,t.2, 1876, p.133).
Prononc. et Orth.: [ɔpsεsjɔ ̃], [-se]. Martinet-Walter 1973 (9/8) [-sε-], [-se-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1470 «siège» (Georges Chastellain, Hauts faits du Duc de Bourgogne ds OEuvres, éd. K. de Lettenhove, 7, 217); 2. 1590 «état d'une personne obsédée par un démon» (P. Crespet, Deux livres de la hayne de Sathan, page de titre); 3. 1690 «action d'importuner sans cesse» (Fur.); 4. 1799 «idée, image, mot qui s'impose à l'esprit de manière incessante» (La Harpe, Cours de littér., t.VIII, 386 ds Pougens ds Littré); 5. 1866 psychiatrie (Delasiauve, Discussion sur la folie raisonnante ds Ann. médico-psychol., t.7, p.431). Empr. au lat. obsessio «action d'assiéger, blocus». Fréq. abs. littér.: 678. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 129, b) 595; xxes.: a) 1307, b) 1667.

Obsession : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OBSESSION, subst. fém.

Action d'obséder; résultat de cette action.
A. − [Correspond à obséder A] Littér.
1. [Correspond à obséder A 1] Vx. Synon. assiduité, fréquentation; anton. abandon, délaissement, négligence.Votre fille, cédant aux lâches obsessions d'un odieux séducteur, s'est enfuie, abandonnant la maison paternelle et la protection d'une tendre mère (Karr,Sous tilleuls,1832, p.211).Lorsqu'à Fontainebleau le pape obtenait quelque relâchement de l'obsession des cardinaux rouges, il se promenait seul dans les galeries de François Ier(Chateaubr.,Mém.,t.2, 1848, p.470).
En partic. Suggestion répétée du démon. Obsession diabolique. Ce n'est pas tout que de craindre l'obsession d'un démon, et que de prier le ciel de nous en délivrer (Nodier,Trilby,1822, p.146).
Rem. L'obsession se distingue de la possession réelle par le démon, laquelle conduit au délire et à la folie (d'apr. Julia 1964).
2. [Correspond à obséder A 2] P. ext., vieilli. Synon. harcèlement, persécution, tracasserie.Il s'était retiré dans son appartement, autant pour échapper aux obsessions de Laure, qui ne se lassait pas de le harceler, que pour se livrer tout entier à l'amertume de ses réflexions (Sandeau,Sacs,1851, p.24).Deschartres avait la passion de la chasse, et il m'y emmenait quelquefois à force d'obsessions (Sand,Hist. vie,t.3, 1855, p.335):
1. ... Lia à force d'obsessions, d'intimidations, d'importunités, de menaces secrètes des scènes futures, est arrivée à nous faire dire par Saint-Victor, de Berton, avec lequel elle couche: «N'est-ce pas qu'il joue très bien?» Goncourt,Journal,1863, p.1362.
B. − [Correspond à obséder B] Au fig., usuel. Idée, image, sensation qui s'impose à l'esprit de façon répétée, incoercible et pénible; préoccupation constante dont on ne parvient pas à se libérer. Synon. idée fixe*.Obsession angoissante, pénible; l'obsession de la femme, de la mort, des souvenirs; l'obsession de grossir; devenir une obsession; briser, chasser une obsession; se délivrer, se libérer d'une obsession; être en proie à une obsession; tourner à l'obsession; penser à qqc., à qqn jusqu'à l'obsession; se rappeler qqc., qqn avec obsession. Chaque fois que je me trouve (...) devant un visage nouveau j'ai l'obsession de deviner quelle âme, quelle intelligence, quel caractère se cachent derrière ces traits (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Soeurs R., 1884, p.1258).Ce fut l'obsession, par la pensée, par l'image, par tout, la hantise d'autant plus terrible qu'elle se spécialisait, qu'elle ne s'égarait pas, qu'elle se concentrait toujours sur le même point: la figure de Florence (Huysmans,En route,t.1, 1895, p.159).L'obsession de membres de phrases, de mots, qu'on se répète idiotement, irrésistiblement, je ne sais combien de fois (Gide,Journal,1908, p.261).
PSYCHIATRIE. Pensée, image, idée, doute, crainte, impulsion à caractère involontaire et angoissant, qui s'impose à tous moments à l'esprit du sujet, malgré son caractère absurde reconnu et qui constitue le symptôme essentiel de la névrose obsessionnelle (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972 et Man.-Man. Méd. 1980). Obsession hallucinatoire, impulsive, névrotique, pathologique, sexuelle. Nous sommes bien forcés de reconnaître que Matra est en proie à la maladie de l'obsession et, si le terme n'est pas trop fort, au délire de la persécution (A. France,Crainquebille,1904, p.29).Il existe des obsessions phobiques dans lesquelles l'état affectif obsessionnel est représenté par la crainte ou le dégoût insurmontable d'un être, d'un objet ou d'un événement (Porot1960).V. obsédé ex. de Porot et obsessionnel ex. du Pt Lar. méd. 1976:
2. ... le paranoïaque est hanté par l'entourage et cherche volontiers à agir sur lui. La rupture est si réelle derrière l'obsession que jamais un changement de milieu ne guérit un persécuté: il reconstruit un nouveau délire sur le milieu nouveau. Mounier,Traité caract.,1946, p.359.
Obsession de signification. ,,Tendance obsessionnelle à attribuer à chaque parole, acte, fait ou objet une signification secrète dont le sujet s'efforce de découvrir le sens`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Rem. L'obsession est ,,à distinguer de l'idée fixe qui est acceptée par la conscience`` (Moor 1966).
REM.
Obsessionnant, -ante, adj.,hapax. Sources d'obsessions. Synon. obsédant, obsesseur (littér.).La voix des horloges, un sifflet lointain de chemin de fer, tout prend le même accent, plaintif, réitéré, obsessionnant (A. Daudet, Jack,t.2, 1876, p.133).
Prononc. et Orth.: [ɔpsεsjɔ ̃], [-se]. Martinet-Walter 1973 (9/8) [-sε-], [-se-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1470 «siège» (Georges Chastellain, Hauts faits du Duc de Bourgogne ds OEuvres, éd. K. de Lettenhove, 7, 217); 2. 1590 «état d'une personne obsédée par un démon» (P. Crespet, Deux livres de la hayne de Sathan, page de titre); 3. 1690 «action d'importuner sans cesse» (Fur.); 4. 1799 «idée, image, mot qui s'impose à l'esprit de manière incessante» (La Harpe, Cours de littér., t.VIII, 386 ds Pougens ds Littré); 5. 1866 psychiatrie (Delasiauve, Discussion sur la folie raisonnante ds Ann. médico-psychol., t.7, p.431). Empr. au lat. obsessio «action d'assiéger, blocus». Fréq. abs. littér.: 678. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 129, b) 595; xxes.: a) 1307, b) 1667.

Obsession : définition du Wiktionnaire

Nom commun

obsession \ɔp.se.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de celui qui obsède quelqu’un, qui est tellement assidu auprès de lui, que d’autres personnes ne peuvent en approcher.
    • Il ne le quitte point : c’est une obsession.
    • Il me fatigue par ses continuelles obsessions.
  2. (Figuré) État psychique consistant dans la présence à l’esprit d’une préoccupation ou d’une représentation, son ou image, que la volonté ne parvient pas à écarter.
    • Nulle part la préoccupation de l’au-delà n'est si forte, ni si persistante. En certaines îles de la côte finistérienne, comme l’île de Sein, cette préoccupation tourne à l’obsession. — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, p.106)
    • C’est ce que j’expliquais hier à Marcel, craignant qu’il n’y vît quelque obsession quasi-maladive, une impossibilité de distraire mon esprit de ce sujet. — (André Gide, Journal 1889-1939, Bibliothèque de la Pléiade, Éditions Gallimard, 1951, page 340)
    • Pourquoi ne pouvons-nous pas partager davantage d'histoires de femmes et de leurs obsessions qui ne paraissent pas ringardes et qui servent de piège à clics ? — (Sasha Grey, Juliette Society, tome 2 : La Chambre de Janus, traduit de l'anglais par Pascal Loubet, Le Livre de Poche, 2017)
  3. (Christianisme) Pensée négative inspirée par le diable ou ses démons, dans le but de couper les hommes de Dieu.
    • Les obsessions [...] porte[nt] au désespoir, parfois même au suicide. Le Père Amorth souligne toutefois que, lorsqu'une personne est suivie dans le cadre d'un exorcisme, elle ne passe pas à l’acte. — (« Lexique des maléfices et autres sataneries », Famille chrétienne, 30 novembre 2010).
    • La possession diffère de l'obsession en ce que, dans la possession, le démon est censé agir au-dedans, et que, dans l'obsession, il est censé agir au-dehors — (« Possession », CNRTL, 2012).

Nom commun

obsession (pluriel : obsessions)

  1. Obsession.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Obsession : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBSESSION. n. f.
Action de celui qui obsède quelqu'un, qui est tellement assidu auprès de lui, que d'autres personnes ne peuvent en approcher. Il ne le quitte point : c'est une obsession. Il me fatigue par ses continuelles obsessions. Il s'emploie surtout au figuré et désigne un État psychique consistant dans la présence à l'esprit d'une préoccupation ou d'une représentation, son ou image, que la volonté ne parvient pas à écarter. Ce souvenir est pour moi une obsession. Cet air me poursuit comme une véritable obsession.

Obsession : définition du Littré (1872-1877)

OBSESSION (ob-sè-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de celui qui obsède et, pour ainsi dire, assiége quelqu'un. Il est toujours auprès de lui, on n'a jamais vu pareille obsession.

    État de celui qui est obsédé. Ces visites continuelles sont pour moi une véritable obsession. Le régent vit clairement par l'obsession où était le roi d'Espagne, qu'il n'y avait rien à en espérer, et ne pensa plus qu'à conclure avec l'Angleterre un traité, Duclos, Œuv. t. V, p. 267.

  • 2 Terme ecclésiastique. État d'une personne qu'on suppose troublée, assiégée par le diable ; ce qui est différent de la possession, qui signifie l'habitation actuelle du diable dans un corps. C'est un grand bonheur pour le genre humain que les tribunaux dans les pays éclairés n'admettent plus enfin les obsessions et la magie, Voltaire, Mœurs, 128.

    Par extension. Cette espèce d'obsession dont il a été tourmenté par le dieu des vers, La Harpe, Cours de littér. t. VIII, p. 386, dans POUGENS.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « obsession »

Étymologie de obsession - Littré

Lat. obsessionem, de obsessum, supin de obsidere (voy. OBSÉDER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de obsession - Wiktionnaire

Du latin obsessio (« action d'assiéger, blocus »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de obsession - Wiktionnaire

Du latin obsessio (« action d'assiéger, blocus »).
(1470) Le mot est tout d’abord employé avec son sens étymologique de « siège, blocus », puis, vers la fin du XVIe siècle dans celui de « état d'une personne possédée par un démon », un siècle plus tard, il prend le sens de « action d'importuner sans cesse » ; (1799) « idée, image, mot qui s'impose à l'esprit de manière incessante » ; de là, vers 1860, le sens psychiatrique actuel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « obsession »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obsession ɔpsesjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « obsession »

  • Je n’ai pas voulu tomber dans le piège de la reconstitution. La durée d’un film ne suffit pas à raconter cette histoire dans sa complexité. Mais il s’agit aussi d’aller à l’encontre de ce qui se dit dans l’actualité, de ce que pense l’Occident. Le film rappelle que le premier pays à avoir été touché par le terrorisme islamiste est un pays musulman. Et surtout, il joue avec cette figure du terroriste, en le montrant qui tue pour de vrai, sans nier son existence, mais en indiquant qu’on poursuit cette image-là alors que la violence peut venir de n’importe où, y compris de ceux qui poursuivent cette image, ou qui réduisent tous les problèmes d’une époque à un type de personne. Le film questionne cette obsession, qui est celle de mon personnage, celle de l’Algérie, et enfin celle du monde entier. Il ne veut pas des explications qui mettent la religion au centre : l’idéologie vient toujours après coup, et le problème de la violence se situe ailleurs. Libération.fr, «Abou Leila» : «La violence est l’obsession du monde entier» - Culture / Next
  • Sur le point de remporter la Liga (le Real reçoit ce jeudi Villareal), le Real Madrid offrirait à Zinédine Zidane un nouveau titre. La Liga, une obsession du technicien français lorsqu'il est revenu sur le banc du Real Madrid le 12 mars 2019. Marca raconte : ‘’La saison prochaine, gagner la Liga sera la priorité. Je ne peux pas dire que nous allons la gagner, mais nous lutteront jusqu'à la fin.’’ Ce message que l'entraîneur du Real Madrid l’a répété à tous ceux à qui il a parlé. Il l’a dit au club, à la presse, aux joueurs quand il a expliqué ce qu'il voulait d'eux. Il l’a répété pendant la pré-saison au Canada et aux États-Unis.» Il touche au but… Sport24, La Liga, l'obsession de Zidane - Fil info - Espagne - Etranger - Football
  • Ceux qui refusent à penser "vieillesse" vieillissent bien moins vite et plus harmonieusement que ceux pour qui leur date de naissance est une obsession. De Marcelle Auclair
  • L'obsession de l'ailleurs c'est l'impossibilité de l'instant ; et cette impossibilité est la nostalgie même. De Emil Michel Cioran
  • L’ego n’est qu’une ombre, une obsession et une illusion. Toute vie est une - et c’est toi-même. De Swâmi Râmdâs
  • Plus l’enveloppe devient une obsession, plus on a tendance à se replier sur soi et, là, on vieillit. De Cate Blanchett / Elle - 19 Février 2007
  • La musique est une obsession qui ne me laisse pas de répit. De Prince / L'Express, 19 octobre 2006
  • Il ne cherche plus à être connu/reconnu cette obsession rageuse qui détruit tout. De Karine Tuil / L'invention de nos vies
  • L'obsession du suicide hante plus de gens qu'on ne croit... De Louis Malle / Les Lettres françaises - 10 Octobre 1963
  • Il y a une certaine dangerosité du narcissisme dans l'obsession de la séduction. De Guy Bedos / Inconsolable et gai
  • L’ambition est un sentiment extrêmement noble. Ce qui la pervertit, c’est l’obsession. De Nicole Kidman
  • Une obsession en chasse une autre. C'est comme la diète. De Wilfrid Lemoine / Le Déroulement
  • En Amérique, le sexe est une obsession ; ailleurs c'est un fait. De Marlène Dietrich
  • L’amour, la seule obsession que tout le monde désire. De Philip Roth / La Bête qui meurt
  • La passion est une obsession positive. L’obsession est une passion négative. De Paul Carvel / Mots de tête
  • Chaque écrivain raconte toujours une même obsession. De Umberto Eco / Télérama - 10 Septembre 2003
  • Écrire, c'est mettre en ordre ses obsessions. Jean Grenier, Albert Camus, Gallimard
  • L'obsession des femmes est vitale, elle correspond à un besoin de vertu. Antonin Artaud, Les Nouvelles Révélations de l'être, Gallimard

Images d'illustration du mot « obsession »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « obsession »

Langue Traduction
Corse ossessione
Basque obsesioa
Japonais 執着
Russe одержимость
Portugais obsessão
Arabe استحواذ
Chinois 痴迷
Allemand obsession
Italien ossessione
Espagnol obsesión
Anglais obsession
Source : Google Translate API

Synonymes de « obsession »

Source : synonymes de obsession sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires