La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « nervure »

Nervure

Variantes Singulier Pluriel
Féminin nervure nervures

Définitions de « nervure »

Trésor de la Langue Française informatisé

NERVURE, subst. fém.

Ligne, cordon apparaissant sur une surface, ayant l'aspect d'un nerf (v. ce mot B).
A. − Élément de soutien d'une matière, d'une substance souple.
1. BOT. Filet ligneux ramifié en faisceaux dans les feuilles des végétaux, auxquelles il sert de soutien. Les grandes palmes des cocotiers se couchaient sous l'ondée, leurs nervures puissantes ruisselaient d'eau (Loti,Mariage,1882, p.20).Le limbe des Graminées présente le plus souvent une nervure médiane un peu plus forte que les autres, saillante généralement à la face inférieure (Plantefol,Bot. et biol. végét.,t.2, 1931, p.84):
1. L'arbuste derrière lequel elle se cachait à demi, était une plante maudite, (...) aux larges feuilles de buis, aux tiges blanchâtres, dont les moindres nervures distillent un lait empoisonné. Zola,Curée,1872, p.358.
2. ZOOL. Filet chitineux tubulaire qui sert de charpente de soutien aux ailes de certains insectes. Le citoyen Jurine, de Genève, a fait des observations fort curieuses sur les nervures des ailes supérieures dans les hyménoptères (Cuvier,Anat. comp.,t.1, 1805, p.462).Il disséqua des mouches, étonné qu'on pût, avec ses yeux, voir aussi bien des choses qu'il n'avait jamais examinées, le jeu merveilleux de la trompe, les nervures de l'aile, les poils de l'abdomen (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.282).
B. − Élément de renforcement, de soutien d'un matériau rigide ou souple.
1. ARCHIT. Moulure saillante, généralement de forme arrondie, servant de charpente ou de carcasse pour la construction d'une voûte. Les fenestrages de pierre (...) se sont dissous dans l'incendie. Il n'en reste plus que des moignons tout rongés qui font encore des saillies telles quelles sur les grosses nervures des ogives [à Chartres] (Hugo,Fr. et Belg.,1885, p.37):
2. ... sur la muraille montent des colonnettes qui grimpent droites comme des troncs de palmier. Elles appuient leurs pieds sur des piliers carrés, couronnent leurs chapiteaux de feuilles d'acanthe, et continuent au delà par de puissantes nervures qui se courbent sous la voûte, s'y croisent et la soutiennent. Flaub.,Champs et grèves,1848, p.394.
En partic. Motif décoratif en relief placé sur une arête, une cannelure, un angle de pierre. Les lignes de la cathédrale se compliquent et s'enchevêtrent, perdent leur sens, ses voûtes s'encombrent de nervures supplémentaires que l'ornement inutile va bientôt fragmenter (Faure, Hist. art,1912, p.294).
2. TECHNOLOGIE
a) MÉTALL. Partie saillante d'une pièce métallique servant au renforcement de celle-ci. Le terme «nervure» est parfois employé dans le même sens que le mot «raidisseur». Il désigne alors un élément, généralement plan et en forme de gousset, rapporté et assemblé sur deux surfaces planes ou courbes (Constr. métall.1975).
En partic. Nervure (de refroidissement). Rainure saillante permettant la circulation d'air ou d'eau dans un circuit fermé. Les ailettes [des tubes à fumée] sont des nervures longitudinales qui font saillie sur la surface intérieure des tubes (Herdner,Constr. et conduite locomot.,t.1, 1887, p.88).Le collecteur d'échappement doit disperser le plus rapidement possible la chaleur provoquée par le passage des gaz brûlés; à cet effet, il est plus massif et muni parfois de nervures facilitant le refroidissement (Chapelain,Techn. automob.,1956, p.38).
SERR. ,,Filet saillant que l'on réserve sur une pièce, pour lui donner de la force`` (Chabat t.2 1876).
b) CONSTR. Élément de l'armature donnant de la tenue ou une forme particulière à un matériau souple ou malléable. [La] membrure [d'un plan d'avion en forme de] (...) poutre sert de support à des éléments profilés appelés «nervures» et destinés à donner à l'aile un profil convenable (Guillemin, Constr., calcul et essais avions,1929, p.98).Des profilés creux, en acier, soudés sur cette membrure de traction, supportent les nervures (...). Les nervures méridiennes sont comme les nervures circonférentielles, constituées par des planches encollées (Joedicke, Structures en voiles et coques,1962, pp.123-124).
En partic. Poutre de renforcement en acier ou en béton armé, d'un plancher, d'un mur, d'une voûte. Plancher à nervure transversale; nervure de raidissement. La rive du toit en coque de l'aéroport de St-Louis (USA) est renforcée par une nervure massive en béton armé (Siegel, Formes struct. archit. mod.,1965, p.228).
c) MENUIS. ,,Feuillure de forme triangulaire appelée aussi arrachement et que l'on pratique sur les faces des poteaux de remplissage, du côté des plâtres, pour y fixer les lattes de la cloison`` (Chabat t.2 1876).
d) Ligne saillante augmentant l'adhérence et la résistance d'un pneumatique. La surface de roulement plus plate augmente le contact avec la route, tandis qu'une combinaison de nervures sinueuses au centre et de nervures droites sur les bords permet de mieux résister au dérapage latéral (Tinard,Automob.,1951, p.344).
e) RELIURE. Partie saillante que forment au dos d'un livre les cordes ou nerfs servant à relier des feuillets. Il n'y avait à cet endroit qu'un assez gros volume allemand, relié en peau de truie, avec des clous de cuivre aux plats et d'épaisses nervures sur le dos (A. France,Bonnard,1881, p.352).
f) INDUSTR. TEXT. Ligne en relief dans un tissu. Sergés à nervures multiples (...). Quand les nervures vont de gauche à droite, le grain est dit «croisé». Dans le cas contraire, il est dit «anglais» (cas du twill) (Thiébaut, Fabric. tissus,1961, p.70).
g) COUT. Petit pli droit, cousu à la main ou piqué très fin, et, de ce fait, ne pouvant se coucher d'un côté ou de l'autre (d'apr. Lar. mén. 1926). Les groupes de nervures servent à orner les tailleurs, robes et blouses, et s'exécutent dans tous les tissus (Lar. mén.1926).
3. P. anal. Côte, arête formant saillie dans un élément, un ensemble. Remarquez sur ce corps admirable les puissantes nervures qui se prolongent des Alpes aux Pyrénées, aux Karpathes, à l'Hémus, et cette imperceptible merveille de la Grèce dans la variété heurtée de ses monts et de ses torrents (Michelet,Introd. Hist. univ.,1831, p.411).Des arbres énormes, (...) dont les racines jaillissaient brusquement hors de terre et étalaient sur leurs nervures toutes les variétés de mousses et de gazons (Gobineau,Nouv. asiat.,1876, p.300).Le regard a peine à se tenir sur cette figure-là, se bute à des nervures osseuses, enfin tombe dans une bouche profonde et large où rien de blanc n'apparaît (Renard,Journal,1889, p.41).
4. P. métaph.:
3. ... de cette croissance globale de la biosphère, une preuve quasi-mécanique est formée sur notre esprit, sans échappatoire possible, par le dessin matériel auquel nous aboutissons inévitablement à chaque effort nouveau tenté pour fixer, point par point, les contours et les nervures du monde organisé. Teilhard de Ch.,Phénom. hum.,1955, p.150.
Prononc. et Orth.: [nε ʀvy:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Ca 1380 «lien de cuir ou nerf de boeuf servant à renforcer un bouclier» (Froissart, Meliador, éd. A. Longnon, 18944); 2. 1514 «ligne en relief servant d'ornement (dans une étoffe)» (Comptes de l'Ecurie de François d'Angoulême ds B. du Comité des travaux hist. et sc., 1898, p.73: satin cramoysi à nerveures de toille d'argent); 1563 en gén. nervure «ligne en relief (dans une matière quelconque)» (B. Palissy, Recepte veritable, De la ville forteresse ds OEuvres, éd. A. France, p.148); 3. 1542 archit. «moulure en relief» (doc. 25 févr. ds M. Roy, Artistes et monuments de la Renaissance en France, t.1, p.261: filletz ou nerveures de boys de noyer); 4. 1719 bot. (Mém. de l'Acad. des Sciences, p.294); 5. 1723 reliure (Savary). Dér. de nerf*; suff. -ure1*. Fréq. abs. littér.: 112. Bbg. Archit. 1972, p.110. _Quem. DDL t.16.

Wiktionnaire

Nom commun - français

nervure \nɛʁ.vyːʁ\ féminin

  1. (Botanique) Ensemble des vaisseaux conducteurs de la sève formant un réseau à la surface d'une feuille, d'un sépale ou d'un pétale.
    • La principale nervure de la feuille, généralement plus épaisse que les autres, est appelée nervure médiane.
  2. (Entomologie) Sorte de structure qui renforce la membrane de l'aile des insectes.
    • Ce sont les larves des pucerons […]. Complètement développées, ces larves deviennent de jolis insectes, pourvus de quatre ailes diaphanes, presque deux fois plus longues et plus larges que le corps entier, et soutenues par quelques rares nervures. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856, pages 496-519)
  3. (Reliure) Réunion des parties saillantes qui sont formées sur le dos d’un livre par les nerfs ou cordelettes qui servent à relier.
  4. (Architecture) Moulure saillante placée sur les arêtes d’une voûte, sur les côtés des cannelures, sur les arêtes des volutes, sur les angles des pierres, etc.
    • Chaque nervure, chaque arête sculptée, le moindre trait s'argenta. — (Honoré de Balzac, Jésus-Christ en Flandre, 1846)
  5. (Aviation) Armature interne rigidifiant la voilure ou le fuselage tout en structurant la forme aérodynamique de l’aile.
  6. (Technique) Pliures ou ondulation sur une tôle permettant de la rigidifier en augmentant son moment quadratique.
  7. (Minéralogie) Marques sinueuses de certaines pierres.
    • Partout le marbre blanc régnait. De la pierre marmoréenne émanait une douce clarté que les délicates nervures noires qui la parcouraient ne suffisaient pas à affaiblir. — (Claire-Lise Marguier, Le Sceau de la reine, Rouergue, 2014, page 365.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NERVURE. n. f.
T. de Reliure. Réunion des parties saillantes qui sont formées sur le dos d'un livre par les nerfs ou cordelettes qui servent à relier. En termes de Botanique, il se dit des Filets saillants qui parcourent la surface des feuilles de certaines plantes et des pétales de certaines fleurs. Feuille à deux, à trois nervures. En termes d'Architecture, il se dit des Moulures saillantes placées sur les arêtes d'une voûte, sur les côtés des cannelures, sur les arêtes des volutes, sur les angles des pierres, etc. Les nervures d'une voûte gothique.

Littré (1872-1877)

NERVURE (nèr-vu-r') s. f.
  • 1 Terme de relieur. Nom donné aux petites parties élevées qui divisent le dos des livres, et qui sont formées par les nerfs ou les cordes qu'on emploie pour les relier.
  • 2 Terme d'architecture. Partie saillante d'une moulure.

    On le dit aussi des côtes élevées des feuilles, dans les ornements des feuillages.

    Terme de menuiserie. Espèce de feuillure triangulaire dans un poteau de remplissage, qu'on nomme aussi arrachement.

  • 3 Terme de botanique. Filets saillants qui parcourent la surface des feuilles de certaines plantes et des pétales de certaines fleurs, et qui en forment, pour ainsi dire, le squelette. Le pétiole est composé de toutes les fibres qui, par leur épanouissement, doivent former la feuille ; ces fibres se divisent d'abord en faisceaux qu'on nomme nervures, De Candolle, Instit. Mém. des sc. phys. et math. sav. étrang. t. I, p. 354.

    Terme de zoologie. Les tubes cornés qui se ramifient diversement dans l'aile des insectes.

  • 4Se dit aussi des embranchements de chaînes de montagnes. J'ai été tenté, à plusieurs reprises, de considérer les nervures comme n'étant que les résultantes diagonales des secousses [de soulèvement] dont les traces abondent dans leurs alentours, Fournet, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LV, p. 859.
  • 5Passe-poil sur la couture d'un habit.

HISTORIQUE

XVe s. Il se redressa, et frappa le chevalier amont sur l'escu si rudement, qu'il luy alla fendre d'oultre en oultre, si que il fust cheu en deux pieces, si ne fust la nerveure dont il estoit nervé, Perceforest, t. II, f° 126.

XVIe s. Jésus-Christ, auquel tout le corps estant conjoinct par ses nerveures et liaisons, prend accroissement en charité, Calvin, Instit. 846.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « nervure »

Latin fictif, nervatura, de nervare, nerver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Dérivé de nerf, avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nervure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nervure nɛrvyr

Citations contenant le mot « nervure »

  • Le 11 décembre dernier, Arvalis-Institut du végétal a consacré un webinaire au sorgho fourrager. Comme l’a souligné Jean-Luc Verdier, qui anime cette filière au niveau national « Le sorgho (Sorghum bicolor) est une espèce de graminées originaire d’Afrique de l’Est, de la région du Soudan ou de l’Ethiopie, qui présente certains atouts : plutôt économe en intrants, elle fait l’objet de recherches variétale de la part des semenciers ce qui permet des progrès génétiques en termes de productivité et de valeur fourragère. C’est une plante relativement moins sensible que les autres aux déficits hydriques, avec des variétés très diverses dans leurs profils, et qui peut donc répondre à différentes utilisations. » Le spécialiste a ainsi donné quelques éléments permettant de distinguer les deux sous-espèces principales, le sorgho bicolore, monocoupe et le sorgho du Soudan (ou Sudan grass), multicoupe, et à l’intérieure de la première, les variétés à graines, les fourragers (ou sucriers), les BMR (Brown mid rib : nervure principale brune) moins ligneux, les PPS (sorghos sensibles à la photopériode)… Plus de 30 000 ha cultivés en France« C’est une espèce riche et diversifiée, qui connaît un engouement de plus en plus important : si historiquement on la trouvait surtout dans les départements méridionaux, elle s’est développée au nord de la Loire ces dernières années. Les statistiques officielles ne différencient pas les différentes sortes de sorghos (grains, ensilage, utilisation industrielle…), mais les données des semenciers nous permettent d’évaluer à 26% des 120 000 hectares implantés en France la part des sorghos fourragers. Ça représente donc plus de 30 000 ha en 2020, un record historique. »Du fait de son origine tropicale, la plante a d’importants besoins en température. « C’est une des données à prendre en compte pour choisir les variétés adaptées, dans le groupe de précocité qui correspond à son contexte pédoclimatique », précise Jean-Luc Verdier, illustrant son propos par une carte de France présentant les différentes zones climatiques au regard des statistiques météorologiques. Ainsi dans l’Yonne, dans le secteur d’Auxerre, les 1 800°C cumulés en base 6 permettent d’envisager une récolte sous forme d’ensilage fin septembre-début octobre huit années sur 10. « Le catalogue distingue deux groupes de variétés, au regard de leur précocité, moyenne ou plus tardive. Le rapport entre rendement et valeur fourragère, en UFL, est un second élément de comparaison pour décider du choix variétal, pour une utilisation plutôt alimentaire ou la recherche d’une productivité élevée à l’hectare pour la méthanisation. »Soigner l’implantationL’ingénieur Arvalis est ensuite revenu sur les étapes clés de la réussite de la culture. « Une grosse partie se joue à l’implantation, début mai à mi-mai : on est sur une petite graine, qui a peu de réserves, moins de vigueur au démarrage que le maïs par exemple, et de forts besoins de chaleur, d’où l’intérêt de soigner l’implantation avec un sol obligatoirement à plus de 12°C. C’est un élément qui explique des échecs et de mauvaises qualités de levée. » Les variétés mono-coupe se sèmeront de préférence au semoir monograine, à faible profondeur (3 cm) pour privilégier une bonne régularité et respecter les préconisations en termes de densité. « Le respect de la densité est une variable importante à maîtriser, à ajuster en fonction de la réserve hydrique de la parcelle, car la surdensité favorise la survenue de verse, en particulier pour les variétés BMR, moins ligneuses, plus digestes… mais plus sensibles. »… , Les essentiels pour réussir cette culture - La Terre de Chez Nous - Franche-Comté Belfort
  • Euphorbia stygiana forme une touffe dense, drageonnante, faisant merveille en avant de massif d’arbustes, jouant les couvre-sol avec force et grâce. Si elle ne dépasse pas 80 cm de haut, elle peut s’étaler sur 1 m. Les longues (15 à 30 cm) feuilles lancéolées, pointues, charnues, épaisses, sont vert bleuté, avec une nervure centrale plus pâle. Elles ressemblent à celles d’un rhododendron. Ce feuillage devient parfois mandarine en hiver. En mai juin, apparaissent les larges inflorescences vert chartreuse, suivies, en août, de fruits verts, ronds. Une température ne descendant jamais en dessous de -8°, voire -10° en situation abritée du vent, voilà les exigences de cette euphorbe aux nombreuses tiges ramifiées. La Croix, Les euphorbes persistantes, si belles sous le givre
  • Parmi les variétés destinées à la culture en intérieur, le choix de formes, de tailles et de couleurs est très large. De plus, certains offrent une belle floraison hivernale ou sont particulièrement précoces au printemps. Mais c’est bien pour leur feuillage que les bégonias sont, en général, appréciés. Le choix est vaste : des petites feuilles vert foncé à nervure Le Telegramme, Les bégonias : un monde fascinant - Jardin - Le Télégramme
  • Les feuilles persistantes sont de grande taille, jusqu'à 30 à 40cm de long, larges, oblongues, elliptiques, effilées, lisses, brillantes, vert vif et plus pâle au revers, avec une nervure médiane jaune. En hiver, elles ont tendance à sécher sur les bords et la pointe, ce qui donne un effet panaché. Binette & Jardin, Bambou nain (Sasa palmata 'Nebulosa'), très traçant : plantation, entretien

Traductions du mot « nervure »

Langue Traduction
Anglais rib
Espagnol costilla
Italien costola
Allemand rippe
Chinois 肋骨
Arabe ضلع
Portugais costela
Russe ребро
Japonais リブ
Basque saiheskia
Corse costola
Source : Google Translate API

Synonymes de « nervure »

Source : synonymes de nervure sur lebonsynonyme.fr

Nervure

Retour au sommaire ➦

Partager