La langue française

Nénette

Sommaire

Définitions du mot nénette

Trésor de la Langue Française informatisé

NÉNETTE1, subst. fém.

Pop. Tête (considérée comme le siège de l'intelligence). Réfléchissez un petit peu, Monsieur le Professeur Y! faites marcher un peu votre nénette! (Céline, Entretien avec le Professeur Y, 1955, p.23 ds Cellard-Rey 1980).
Loc. (Ne pas) se casser la nénette. (Ne pas) faire (d')effort pour chercher à comprendre quelque chose, pour trouver une idée originale ou la solution d'un problème. Brusquement il en avait marre; il avait envie de retrouver les copains de chez Bertault. Au moins, là-bas, on était entre hommes, et pas besoin de se casser la nénette à tout bout de champ (R. Ikor, Les Fils d'Avrom, Les Eaux mêlées, Paris, Le Livre de poche, 1966 [1955], p.64).En avoir plein la nénette, par-dessus la nénette. En avoir assez, par-dessus la tête.
Prononc.: [nenεt], [nε-]. Étymol. et Hist. 1944 perdre la nénette (L.-F. Céline, Guignol's band, p.92 cité ds Luce, A Glossary of Celine's fiction, p.192). Orig. incertaine; peut-être formation par réduplication de la finale de comprenette* «faculté de jugement» d'où p.méton. «tête» (v. Hasselrot 1957, p.201).

NÉNETTE2, subst. fém.

Arg. ou pop.
A. − Jeune fille; femme. Pour finir, le héros se fait caser une nénette par la copine d'un copain de boulot (Les Lettres fr., 17 sept. 1969, p.8, col. 2).V. nana ex. de B. Groult.
En partic. Jeune femme avec laquelle on entretient des relations amoureuses. Ma nénette, sa nénette.
Hypocoristique. [À propos d'une pers. ou d'une chose] [Un zouave] sous un tir de barrage... s'adressait à sa mitrailleuse: «T'en fais pas, ma nénette,... tu chanteras aussi ton couplet» (D'esparbès, Ceux de l'an 14, 1917, p.154).
B. − Prostituée:
. Il jouait les cocottes. À dix pfennigs la passe, dont cinq pour la nénette, bientôt, tout le Stalag, chez moi, avait des dettes. J'en ai vu se priver de manger pour baiser. R. Forlani, Guerre et paix au café Sneffle, 4 ds L'Avant-scène, 1969, no428, p.32.
Prononc.: [nenεt], [nε-]. Étymol. et Hist. a) 1917 terme hypocoristique (D'Esparbès, loc. cit.); b) 1954 «jeune femme» (Le Breton, Razzia, p.99). Orig. incertaine; différentes hypothèses ont été proposées: hypocoristique de Nana*; de nénet «sein», v. néné; dimin. fam. et pop. d'un prénom fém. (Antoinette, Jeannette...); de pon(n)ette «jeune fille; prostituée», ces origines différentes ayant pu converger pour constituer le mot (v. Cellard-Rey). Bbg. Morin (Y. Ch.). The Phonology of echo-words in French. Language. Baltimore. 1972, t.48, p.106.

Wiktionnaire

Nom commun

nénette \ne.nɛt\ féminin

  1. (Populaire) Jeune fille ; jeune femme.
    • Une nénette enceinte, c'est pas l’Himalaya, et un contrôle fiscal, c'est pas un mardi noir à Wall Street. D'abord tu largues la nénette, je te file l'oseille en liquide pour les formalités. Ensuite, tu disparais du bureau, […]. — (Marie-Thérèse Cuny, Une garce, Paris : Editions Fixot, 1987)
    • — J'y ai pensé, moi, s'anima Poulouc, et jour et nuit, sans perdre mon temps à courir les nénettes ! — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre I ; Éditions Denoël, Paris, 1975)
    • Archie en a vu, tout au long de sa vie, des nénettes comme ci et des nénettes comme ça, des artistes, des intellos, des philosophes, des politiques, des syndicalistes, des sculpteures, des actrices, des écrivaines […]. — (Jean-Pierre Koffel, Dalal mon amour, Rabat : Éditions Marsam, 2007, p. 59)
  2. (Par extension) (Langage enfantin) Vulve.
    • Alors comme ça, monsieur K m'aurait offert une boîte de gonzesse pour obtenir ma nénette ? — (Lidia Yuknavitch, Dora la Dingue, 2013)
  3. (Populaire) (Vieilli) Méninges ; cerveau ; tête.
    • Comme l'expérience le démontrait, face à deux écueils placés sur sa route, elle évaluait les deux aspects du problème posé, se souvenait de ses tentatives antérieures, raisonnait en fonction de cette mémoire accumulée et tranchait pour la solution la plus réflexive : se creuser la nénette plutôt que de passer en force et risquer le petit désagrément d'avoir fait trempette. — (Yves Pagès, Le théoriste, Éditions Gallimard, 2001, p. 78)
    • Je vais te lui en foutre des questions ! je vais lui simplifier la nénette !
      — Écoute Ottave ! écoute-moi !
      C'est le moment qu'on se dresse un bilan !
      — (Louis-Ferdinand Céline, Féerie pour une autre fois - II : Normance, dans Œuvres de Louis Ferdinand Céline, Éditions A. Balland, 1967, p. 231)
  4. (Vieilli) Brosse souple et douce utilisée pour lustrer la carrosserie des automobiles.
    • […], tout d'un coup je me retourne et je n'arrive pas à croire ce que je vois. Mon père, il nettoie la voiture avec la nénette ! — (Daniel Saint-Hamont, en prologue de Le Coup de Sirocco: Une famille de pieds-noirs en France, Paris : Librairie Fayard, 1978)
    • On ne sait pas grand-chose des opinions politiques de l'homme aux enjoliveurs. Aucune logique ne permet de le classer à droite ou à gauche. Peut-être est-il abstentionniste : les dimanches électoraux il passe sa carrosserie à la nénette et à la pâte à lustrer. — (François Nourissier, « Enjoliveurs », dans Autos Graphie, Éditions Albin Michel, 1990)
    • La famille Kaufman était très fière, car elle venait d'acheter une Simca Aronde […]. Il fallait, rite quasi religieux, la laver régulièrement tous les dimanche matin : lessivage, rinçage, peau de chamois, puis la lustrer à la “nénette”. C'était l'époque de la toute puissance radiophonique ; […]. — (Henri Kaufman, Confidences en direct : les autres côtés du marketing direct, Éditions Vents d'Ouest, 1991)
  5. (Jeux) Au jeu de 421; plus petit score: 221 (deux dés à 2 et un dé à 1)
    • La rapidité avec laquelle Vigot abattait un 421 tenait de la magie. Le nombre de ses allumettes tomba à trois tandis que je continuais à marquer le plus petit nombre de points.
      Nenette, dit Vigot, en poussant vers moi deux allumettes.
      — (Graham Greene, Un Américain bien tranquille, Robert Laffont, 1956)
    • – Qu'est-ce que vous vouliez écouter ? lui demanda le patron en jetant sur le velours vert de la piste les trois dés qu'il avait dans la main.
      221.
      Nénette, annonça son partenaire.
      — (Lorris Murail, Bleu cerise, Gründ, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « nénette »

L'origine du mot est incertaine : Soit du diminutif familier en -ette de nombreux prénoms féminins (Annette pour Anne, Jeannette pour Jeanne, etc.), soit de néné, l'un n'excluant pas l'autre.
Le sens relatif aux méninges, au cerveau, à la tête vient peut-être de comprenette.
Pour la brosse à lustrer, il s'agit d'une marque déposée.
Quant à l'usage dans le jeu de dés, l'origine est plus obscure encore, même si l'on peut supposer que ce soit issu du premier sens... ou du deuxième.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nénette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nénette nenɛt

Citations contenant le mot « nénette »

  •  « Chez mon papy, je dors avec lui parce que je  peux regarder la télé, et le matin j’ai  le droit de l’allumer aussi. Mais lui il baisse mon pyjama et je sens quelque chose de froid sur ma nénette, et moi je n’aime pas quand papy il fait ça. » A la question du psychologue « papy, il t’a déjà montré son zizi ? » elle répondra que non, mais la porte de la salle de bain étant toujours ouverte, « quand papy sortait de la douche il était tout nu et je voyais son zizi ». , Tribunal. Le papy de Lannion reconnaît avoir abusé sexuellement de sa toute petite fille | Le Trégor

Traductions du mot « nénette »

Langue Traduction
Anglais nenette
Espagnol nenette
Italien nenette
Allemand nenette
Chinois 内内特
Arabe نينيتي
Portugais nenette
Russe nenette
Japonais ネネット
Basque nenette
Corse nenette
Source : Google Translate API

Synonymes de « nénette »

Source : synonymes de nénette sur lebonsynonyme.fr
Partager