Mirer : définition de mirer


Mirer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MIRER, verbe trans.

A. − Qqn mire qqc.
1.
a) Vx. Regarder attentivement. Un antique tableau représentant un chat qui pelotait (...). L'animal (...) se dressait sur ses pattes de derrière pour mirer une énorme balle que lui renvoyait un gentilhomme en habit brodé (Balzac, Mais. chat, 1830, p.5).Il ne se taillait pas une bouchée de pain sans la mirer, la scruter (A. Daudet, Jack, t.2, 1876, p.18).
En partic. Viser (avec une arme à feu). Synon. pointer.Mirer le but, mirer son gibier (Ac.). L'attention profonde qu'excitait en elle le plus petit geste du marquis l'empêcha de remarquer le soin avec lequel madame du Gua la mirait avec un long fusil (Balzac, Chouans, 1829, p.213).
Emploi abs. Après avoir bien miré, il n'approcha pas seulement du but (Ac.1798-1878).Gaspard allonge le bras en mirant... Quelqu'un lui relève le coude, et la balle, au lieu de casser la tête de Robert, se loge dans le linteau (Pourrat, Gaspard, 1925, p.277)
Au fig., fam. Avoir en vue quelque chose. Synon. ambitionner, briguer, convoiter, guigner, lorgner, viser.Mirer une place, un emploi (Ac.1835, 1878).
b) P. ext., pop. Regarder. Synon. pop. viser, zyeuter.Mirez-le donc il se rengorge à présent et roue, ce paon-là! (Cladel, Ompdrailles, 1879, p.195).Il revient, et nous désignant du pouce, par-dessus son épaule, la masse bariolée: − Eh! les poteaux, v'nez mirer ça (Barbusse, Feu, 1916, p.40).
Avec le datif éthique. J'cache rien, mon lieutenant. C'est mes outils. Mirez-moi ça si ça brille! (Genevoix, Seuil guitounes, 1918, p.161).
c) En partic. Examiner quelque chose (à contre-jour, pour en apprécier la qualité). Mirer du drap, du vin. Séduite par sa couleur de vin clair, je le mirais [le rubis] à contre-jour, à hauteur des yeux (Colette, Cl. ménage, 1902, p.10).Tu sais ce que font les ménagères pour voir si les oeufs sont frais? (...) Elles les mirent dans un rayon de soleil pour juger ainsi de leur transparence (Claudel, Ours et lune, 1919, 3, p.616):
1. Maître Laurent (...) lut à plusieurs reprises le titre des fioles qu'il avait mises à part, en mira le contenu à la lumière, profitant d'un rayon du soleil levant qui filtrait à travers les rideaux... Gautier, Fracasse, 1863, p.437.
2.
a) Vieilli. Regarder (son visage, dans un miroir ou dans une surface réfléchissante). L'onde où tu viens mirer ton beau visage (Musset, Coupe, 1832, v, 3, p.330).Tenant à la main un petit miroir dans lequel elle mirait ses dents blanches et se faisait des mines (A. Daudet, Tartarin de T., 1872, p.94).
b) Emploi pronom. réfl. Se regarder avec complaisance (dans un miroir ou dans une surface réfléchissante). Synon. s'admirer, se contempler.Il se mirait, un peu surpris, mais fort satisfait et se trouvant à son goût (Hugo, Rhin, 1842, p.224).Elle demeurait durant une journée presque entière, à se mirer dans l'armoire à glace (Maupass., Contes et nouv., t.1, Allouma, 1889, p.1318):
2. On m'avait appris combien la vanité est vaine et futile la futilité; j'aurais eu honte d'attacher de l'importance à la parure et de me mirer longuement dans les glaces; toutefois, lorsque les circonstances m'y autorisaient, je considérais mon reflet avec faveur. Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.88.
Au fig. Se complaire dans quelque chose. Se mirer dans son ouvrage. (Ac.).
B. − Qqc. mire qqc.Refléter.
1. Qqc1. mire qqc.2[Le suj. désigne un miroir ou une surface réfléchissante] La glace encastrée parmi les moulures du trumeau le mira trop heureux (Adam, Enf. Aust., 1902, p.322).Une grande glace mirait les perspectives (Cocteau, Enfants, 1929, p.138).Le canal abandonné ne mirait plus que des nuages paresseux (Roy, Bonheur occas., 1945, p.390).
Emploi pronom. passif. Se refléter. C'était un grand feu clair, qui éclairait le plafond et se mirait dans les glaces (Flaub., 1reÉduc. sent., 1845, p.18).La fonte des neiges faisait de petits lacs où se miraient les sapins austères et les squelettiques mélèzes (Gide, Feuillets d'automne, 1949, p.1083):
3. La rivière, décrivant une longue courbe, allait baigner au loin une rangée de maisons blanches qui se miraient dans l'eau, la tête en bas. Maupass., Contes et nouv., Père, 1883, p.431.
2. Qqc.2mire qqc.3dans qqc.1[L'obj. désigne un élément de qqc.2] Quatre hôtels presque adhérents, Jouy, Sens, Barbeau, le logis de la Reine, miraient dans la Seine leurs combles d'ardoise coupés de sveltes tourelles (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.148).La berge du canal, escarpée, était couverte de ronces; la digitale pourprée y mirait ses fleurs dans l'eau (Flaub., Champs et grèves, 1848, p.360).
REM.
Mirance, subst. fém.[Surtout au plur.] Synon. rare littér. de reflet.Mes pers yeux, mirances infinies (Moréas, Cantil., 1886, p.226).Voir Adam, Thé chez Miranda ds Plowert 1888.
Prononc. et Orth.: [miʀe], (il) mire [mi:ʀ]. Homon. mir, mire, myrrhe. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1165 «regarder attentivement, contempler, admirer» (Troie, 4345 ds T.-L.); b) 1694 «examiner (des oeufs) à contre-jour à la lumière artificielle ou naturelle» (Regnard, Arlequin homme à bonne fortune, Scène des curiositez, Théâtre italien, G. de Luyne et Gherardi, p.463); c) 1723 mirer les draps (Savary); 2. 1172-90 «regarder dans un miroir (ou une surface polie)» (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 6438); 3. a) 1172-90 réfl. «(se) regarder dans un miroir» (Id., ibid., 6552); b) ca 1170 au fig. «se projeter dans, se complaire dans, s'identifier à» (Id., Erec et Enide, éd. M. Roques, 4601); c) 1694 (Corneille: On dit en termes de mer, que La terre se mire, pour dire que Les vapeurs font paroistre les terres de telle manière, qu'il semble qu'elles soient élevées sur de bas nuages); 4. 1552 «refléter, renvoyer l'image de» (Ronsard, Amours, Œuvres, éd. P. Laumonier, t.4, 64, LXIII, 2). B. 1. 1562 emploi abs. «ajuster son tir, viser» (Maurice Scève, Microcosme, L. II, p.40 ds Hug.); 2. 1574 trans. «viser» (R. Garnier, Cornélie, 498, ibid.). A du lat. mirari «s'étonner, être surpris» d'où «regarder avec étonnement, admirer». B dér. de mire1*; dés. -er. Cf. FEW t.6, 2, p.148a et p.155a. Fréq. abs. littér.: 408. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 592, b) 761; xxes.: a) 762, b) 361.
DÉR.
Mireur, -euse, subst.a) Personne qui mire quelque chose (pour en apprécier la qualité). Un mireur d'oeufs (Ac.1935).Des mireurs levant les pièces [des bouteilles de champagne] entre leurs yeux et le jour mettaient au premier choix: trente-six francs le cent, celles sans bulles ni plis (Hamp, Champagne, 1909, p.109).b) Subst. masc., art milit. Instrument utilisé au xixesiècle par les artilleurs des batteries côtières pour apprécier la distance des vaisseaux ennemis. (Dict. xixeet xxes. excepté Ac.). [miʀoe:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1935. 1resattest. a) 1840 art milit. (Ac. Compl. 1842); b) 1872 mireur d'oeufs (Littré Add.); de mirer, suff. -eur2*.

Mirer : définition du Wiktionnaire

Verbe

mirer \mi.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se mirer)

  1. Viser, regarder avec attention l’endroit où doit porter le coup d’une arme à feu, d’une arbalète, etc.
    • Mirer le but. - Mirer son gibier.
    • Mais il faut dire que le plus spirituel des peintres modernes n’inventerait pas de charge si comique. L’animal tenait dans une de ses pattes de devant une raquette aussi grande que lui, et se dressait sur ses pattes de derrière pour mirer une énorme balle que lui renvoyait un gentilhomme en habit brodé. — (Honoré de Balzac, La Maison du chat-qui-pelote, Houssiaux, 1855)
  2. Regarder des œufs, en les plaçant entre son œil et la lumière, pour s’assurer qu’ils sont frais.
  3. (Pronominal) Se regarder dans un miroir ou dans autre chose qui renvoie l’image des objets qu’on lui présente.
    • …j'allai prendre, de la main de mon acolyte, la serpe et la lanterne au moment où une superbe truite venait se mirer; je l'amenai à la surface. (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)

Nom commun

mirer \Prononciation ?\ (voir la conjugaison)

  1. Regarder.
    • Mirer la puet e veer bien
      El secle n’ad tant bele rien
      — (Partonopeus de Blois, manuscrit de la Bibliothèque apostolique vaticane. 1175-1200. Fol. 26r. b.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mirer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MIRER. v. tr.
Viser, regarder avec attention l'endroit où doit porter le coup d'une arme à feu, d'une arbalète, etc. Mirer le but. Mirer son gibier. Il s'emploie aussi absolument. Par analogie, Mirer des œufs, Les regarder, en les plaçant entre son œil et la lumière, pour s'assurer qu'ils sont frais.

SE MIRER signifie Se regarder dans un miroir ou dans quelque autre chose qui renvoie l'image des objets qu'on lui présente. Se mirer dans l'eau. Par exagération, On se mirerait dans ce parquet, Il est très uni et très luisant. On se mire dans cette vaisselle, Elle est très nette et très claire. Fig. et fam., Se mirer dans son ouvrage, Regarder son ouvrage avec complaisance.

Mirer : définition du Littré (1872-1877)

MIRER (mi-ré) v. a.
  • 1Regarder attentivement (peu usité en ce sens). Plus je regarde et mire ta personne, La Fontaine, Lun.

    Mirer des œufs, les regarder, en les plaçant entre son œil et le jour, pour s'assurer qu'ils sont frais.

    Mirer un drap, regarder à contre-jour une pièce de drap déployée, pour en apercevoir les défauts.

  • 2Regarder comme dans un miroir. Vous aimez madame et ses yeux noirs, Vous y venez mirer les vôtres tous les soirs, Hugo, Hernani, I, 2.
  • 3Mettre l'objet que l'on veut atteindre avec une arme à feu, sur la même ligne que la pointe de l'arme. Mirer une pièce de gibier. Toute chose prend fin, et rien n'en est exempt ; Possible que la mort nous mire en devisant, Garnier, Cornélie, II.

    Absolument. Il mira longtemps, et cassa la poupée. Un énorme boulet, qu'on lance avec fracas, Doit mirer un peu haut pour arriver plus bas, Voltaire, Tactique.

    Fig. Mirer une place, un emploi, y aspirer, y viser.

  • 4 V. n. On dit que des diamants et autres pierres mirent, quand elles ont peu d'angles ou de facettes et que la surface en rappelle celle d'un miroir.
  • 5Se mirer, v. réfl. Se regarder dans un miroir ou dans quelque autre chose qui renvoie l'image des objets qu'on lui présente. Ses yeux, qui demi-morts dans les miens se mirèrent, Bien mieux que ses discours de sa foi m'assurèrent, Racan, Berger. I, 3. Dans le cristal d'une fontaine Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois, La Fontaine, Fabl. VI, 9. Le soir retient ici son haleine expirante, De crainte de ternir la glace transparente Où se mire le firmament, Lamartine, Harm. I, 10. … dans les eaux où le cygne se mire, Musset, Nuit de mai.

    Par exagération. On se mirerait dans ce parquet, c'est-à-dire il est fort uni et fort luisant.

    On se mire dans cette vaisselle, c'est-à-dire elle est très nette et très claire. Tout passa par ses mains [de la propreté], et le vin et la glace, Et les carafes de cristal ; On s'y serait miré…, La Fontaine, Tabl.

    Terme de marine. On dit que la terre se mire pour exprimer que les vapeurs font paraître les terres comme si elles étaient élevées sur de bas nuages.

  • 6 Fig. Se voir, se reconnaître. Trouvez-vous bien noble et bien juste de se faire un mérite de dégrader ce beau gouvernement ? n'est-ce pas l'intérêt commun des grands seigneurs, des grands gouverneurs ? ne doivent-ils point se mirer dans cet exemple [de M. de Chaulnes] ? Sévigné, 6 nov. 1689. Je vous laisse digérer ces réflexions, et je vous prie tous deux [M. et Mme de Grignan] de vous mirer, et de voir si vous êtes de la vieille cour [bons à reléguer], Sévigné, 13 mars 1680.

    Se complaire. Se mirer dans son ouvrage. Tes fils se mireront en si belles dépouilles, Régnier, Ép. I. Le moindre rayon de beauté que l'âme y aperçoit [dans le corps] suffit pour l'arrêter ; elle se mire pour ainsi parler, et se considère dans ce corps, Bossuet, la Vallière. On se fait une idole de son esprit : on se mire dans ses pensées, Fénelon, t. XVIII, p. 36. Qu'il se mirait sans cesse dans son opulence, et croyait qu'un millionnaire était le premier homme du monde, Saurin, Mœurs du temps, sc. 1.

    Un paon se mire dans sa queue, se dit d'un glorieux qui fait vanité de sa bonne mine ou de quelque autre avantage qu'il croit avoir.

    On dit dans le même sens : se mirer dans ses plumes.

SYNONYME

MIRER, VISER. Mirer, c'est tourner la mire vers ; viser, c'est tourner le vis, le visage. Ces deux mots, quand il s'agit de pointer une arme à feu, sont synonymes ; seulement, aujourd'hui, viser est plus usité que mirer.

HISTORIQUE

XIIe s. Li duz Miles se pasme, qui en la mort se mire, Sax. X. Mais se vos ieuz où l'on se puet [peut] mirer…, Couci, II.

XIIIe s. Tant ert [elle était] blanche et vermeille qu'on s'i peüst mirer, Berte, III. C'est le mireoirs perilleus, Où Narcissus li orguilleus Mira sa face et ses yex vers, Dont il jut puis mors tout envers, la Rose, 1581.

XVe s. Et à brief dire, tant donne bon exemple de devotion à ceulx qui le voyent, que grands et petits s'y mirent, Boucic. IV, 3.

XVIe s. Tel se mire qui n'est pas beau, et tel se baigne qui n'est pas net, Marguerite de Navarre, Lett. 3. Et comme les gens de guerre qui s'avouoient à lui se miroient à [imitaient] ses inconstances, D'Aubigné, Hist. II, 159. …Que les canoniers ne se lassent de tirer incessamment, sans bracquer ny mirer, mais seulement à coups perdus et en ruyne, Carloix, V, 25. C'est pourquoi je suis miré et recogneu par dessus ceux de ma vocation, et respecté par ceux mesmes qui ne me cognoissent, Paré, au lecteur. Son arc n'est plus faultier, sa fleche est advisée, Qui mire droict au cœur sans y prendre visée, Ronsard, 213. Nature nous a touts figurez de mesme paste, à fin que chascun se peust mirer et quasi recognoistre l'un dans l'autre, La Boétie, Serv. volont. Dame qui trop se mire peu file, Cotgrave Qui bien se mire, bien se void ; qui bien se void, bien se cognoist ; qui bien se cognoist, peu se prise ; qui peu se prise, Dieu l'avise, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mirer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MIRER, v. neut. (Gram.) c’est diriger à l’œil une arme vers le point éloigné qu’on veut frapper. Voyez Mire, Canon, Fusil

Mirer, (Marine.) la terre se mire, c’est-à-dire, que les vapeurs font paroître les terres de telle maniere, qu’il semble qu’elles soient élevées sur de bas nuages.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mirer »

Étymologie de mirer - Littré

Berry, mirer, comparer ; wallon, se murer ; génev. et norm. mirer, viser : il mire une riche veuve ; provenç. et espagn. mirar ; ital. mirare ; du lat. mirari, dont le sens est admirer. Le sens de contempler, sinon d'admirer, se trouve dans les anciens textes, par une atténuation du sens étymologique. Cette atténuation a conduit facilement au sens de regarder dans un miroir, de viser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mirer - Wiktionnaire

Du latin mirare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de mirer - Wiktionnaire

Du latin mirari.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mirer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mirer mire play_arrow

Conjugaison du verbe « mirer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe mirer

Citations contenant le mot « mirer »

  • Au-delà de la terrible trivialité sanitaire, si humaine, si mortelle, l’enfermement nous serait prescrit pour avoir adulé la vitesse et l’accidentel, la profusion et le fortuit, l’accumulation et la contingence. Le sens de l’essentiel nous échapperait parce que les joies de l’existence sans but et la frénésie des divertissements tous azimuts auraient fini par nous abrutir. Nous serions saturés de bruits, de cacophonies à effet Larsen quand le silence des espaces infinis devrait s’écouter, le menton dans la main tel un penseur de Rodin, sans oublier de se moucher du coude. Nous paierions le fait d’être une multiplicité hybride de têtes folles, des propagateurs fulminants et artificieux et d’insupportables conquérants de l’inutile. Pour revenir à une identité vertueuse, à une belle âme, à un absolu quiétiste, il faudrait se confire dans l’unicité du retrait, se clore dans la méditation et cesser de se mirer dans la vanité d’être soi. Libération.fr, Retrouver le sens de l’(in)essentiel - Libération
  • Organisées le soir, à partir de 18 h 30, les dégustations durent 1 h 30 et commencent par une balade commentée de 45 minutes. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur les terroirs locaux. Ensuite, c’est le moment de mirer, humer et lamper trois ou quatre vins différents. Toutes les semaines, une séance a lieu dans chacune des trois aires d’appellation, le jeudi, le vendredi ou le dimanche. www.leberry.fr, « It’s wine time » : redécouvrir les vins locaux de manières insolite - Sancerre (18300)
  • un mirador c'est pour mirer , fallait faire un tirador ... lindependant.fr, Prison de Perpignan : ils découpent la clôture et se retrouvent au pied du mirador - lindependant.fr
  • C’est finalement au terme d’une heure vingt de questions sans complaisance que Léa Salamé et Gilles Bouleau ont remercié le président de la République dont les adversaires pourront dire qu’il avait choisi une table blanche dans laquelle il pouvait se mirer comme un… SudOuest.fr, Politique : Emmanuel Macron 
ne bat pas en retraite
  • Cela vibre, croustille, craque, joue l’originalité sans le chichi, l’esthétisme, certes, mais jamais au détriment du goût. Là-dessus, un service qui suit le mouvement fait mirer de bien jolis flacons comme l’Invitation signé Jean-Andsré Charial et René Milan, le châteauneuf du pape La Roquete ou encore l’Hauvette et e Mas de Bret, conseillé par Eloi Dürrbach de Trévallon, les « régionaux de l’étape » en rouge et blanc. On n’oublie pas, au passage, le  chef d’œuvre du moment que constitue le saint pierre ciselé cuit à la broche, avec ses ravioles à la fleur de courgette, son assiette creuse contenant crème triple et caviar Schrenki… sublime! Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat, Les-Baux-de-Provence : l’Oustau nouveau est arrivé | Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat
  • C'est peut-être une plume de petit merle, finit-il par penser, sortant de son château et n'arrivant toujours pas à articuler une parole, émergeant d'entre les cartons-pâte où il vit de collages, de déchirages, recollages — il vit aux abris dans le château de repli, de cartes à jouer, de négoce de gosse toujours incapable d'articuler une parole. La plume à la main, la regardant, absorbé, contemplatif, son attention accrochée à elle avec autant de force qu'il en a fallu à la plume pour céder le corps qui la portait — un tout jeune merle pourquoi pas puisque c'est ici qu'ils grandissent dans le platane et non pas les freux ni les hirondelles qu'elle lui avait évoqués par habitude ou plutôt par indécrottable admiration pour ne pas aller jusqu'à la jalousie égarée qu'il avait éprouvée trop longtemps pour les arbres et même, un temps, pour les martinets, ce qui ne manquait pas de le tourmenter encore, de temps en temps. Admirer, c'est un appendice de mirer.C'est pourquoi il vit la plume fine, légère, grise, hampe blanche et corps soyeux, élancée, surlignée de noir, élégante, pas celle d'un canard, pas ébouriffée, pas trapue — il bat les cartes, incapable de sortir une parole un chant encore moins une musique n'en parlons pas. Il s'escrime sur la guitare, le piano portatif, aucun son ne sort de la caverne.Heureusement que le rat est venu le rejoindre comme s'il comprenait, lui aussi grattant toute la journée sans élever la voix, sans presque lever le nez, opiniâtre, patient — il en sortira quelque chose un jour, un cadavre desséché — en plein air, dans l'herbe. Cri sur cri déchiré déchiré cri crié trois fois crié corné. Toujours le même qui fut longtemps mystère, des années, crié par deux, trois fois, quatre quelquefois, seul de son timbre aigu criard qu'il sait voir maintenant, cri s'est montré, une corneille criarde, d'un cèdre à un autre, portant la note, exacte, comme sur une portée. Club de Mediapart, Mystère page | Le Club de Mediapart
  • L'horizon est bouché à l'émeri et du sol poussent des lampadaires occupés à se mirer dans un point d'interrogation. De Marc Gendron / Opération New York
  • Un homme ne doit se mirer que dans les yeux d'un adversaire, et seulement pour une question d'honneur. De Massa Makan Diabaté / Le Coiffeur de Kouta

Images d'illustration du mot « mirer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mirer »

Langue Traduction
Corse brillà
Basque distira egin
Japonais 輝く
Russe сиять
Portugais brilhar
Arabe للتألق
Chinois 闪耀
Allemand leuchten
Italien brillare
Espagnol brillar
Anglais to shine
Source : Google Translate API

Synonymes de « mirer »

Source : synonymes de mirer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires