La langue française

Médicament

Sommaire

  • Définitions du mot médicament
  • Étymologie de « médicament »
  • Phonétique de « médicament »
  • Citations contenant le mot « médicament »
  • Images d'illustration du mot « médicament »
  • Traductions du mot « médicament »
  • Synonymes de « médicament »

Définitions du mot médicament

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉDICAMENT, subst. masc.

A. − Substance employée à des fins thérapeutiques pour rétablir l'équilibre dans un organisme perturbé. Parmi les purgatifs tirés des végétaux (...) la plupart, suivant les doses plus ou moins grandes, peuvent être des médicamens salutaires, ou de véritables poisons (Geoffroy,Méd. pratique,1800, p.510).Ce livre [l'Ayurveda] contient d'ailleurs la description des maladies, la prescriptions des médicaments (...) il fait connaître divers moyens thérapeutiques ou médicaments tirés du règne animal, le tout associé à des moyens mystiques (Cl. Bernard,Princ. méd. exp.,1878, p.38).Puis les remèdes agissent moins, on les augmente, ils ne font plus aucun bien, mais ils ont commencé à faire du mal (...). C'est une grande merveille que la médecine (...) puisse forcer à garder le lit, à continuer sous peine de mort l'usage d'un médicament (Proust,Prisonn.,1922, p.182).V. aussi agent ex. 31:
−. On désigne sous le nom de médicaments, toute substance étrangère au régime de l'état de santé, que l'on applique extérieurement, ou que l'on fait prendre à l'intérieur, dans un but curatif. Ces substances médicamenteuses appartiennent au règne minéral, comme le sulfate de soude et le phosphate de chaux; au règne végétal, comme la térébenthine ou l'huile de ricin; et enfin au règne animal, comme les sérums et les extraits glandulaires. Garcin,Guide vétér.,1944, p.15.
SYNT. Médicament à usage externe/interne; médicament de choc; médicament naturel, de synthèse; administration, préparation de médicaments; formule d'un médicament; action des médicaments; intolérance à un médicament; administrer, ordonner, prendre, prescrire des médicaments.
Médicament magistral. Médicament préparé d'après l'ordonnance du médecin. Médicament officinal. Médicament préparé d'avance par le pharmacien. Les médicaments officinaux et les préparations magistrales (Réforme Séc. Soc.,1968, p.46).
B. − P. métaph. Ce qui permet de corriger, d'améliorer. Votre livre n'est que malade, il n'est qu'indisposé. Un très léger médicament suffit pour le rendre à sa propre bonne santé (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1886, p.111).L'Eucharistie est une vigie, est un secours, (...) un médicament spirituel (Huysmans,En route,t.1, 1895, p.238).
REM.
Médicamentaire, adj.,vx. Relatif aux médicaments. Code, méthode médicamentaire. (Dict. xixes.).
Prononc. et Orth.: [medikamɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: me-; 1740: me- en vedette, mé- dans l'art.; dep. 1762: mé-. Étymol. et Hist. 1314 «substance employée à des fins thérapeutiques» (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 1051). Empr. au lat. medicamentum «remède, drogue». Médicament a évincé la forme pop. megement (xiiie-xives. ds Du Cange, s.v. megeicharius; v. aussi FEW t.6, 1, p.596a, note 1). Fréq. abs. littér.: 257. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 214, b) 555; xxes.: a) 325, b) 416. Bbg. Mack. t.2 1939, p.109. _ Quem. DDL t.6.

Wiktionnaire

Nom commun

médicament \me.di.ka.mɑ̃\ masculin

  1. (Médecine) Substance ou composition possédant des propriétés curatives ou préventives, destinées à guérir, à soulager ou à prévenir des maladies humaines ou animales.
    • Le sucre était connu des anciens qui ne l'employaient qu'en très-petite quantité et comme médicament ; il y a 200 ans à peine, il se vendait seulement chez les pharmaciens, à un prix très-élevé. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 119)
    • Ensuite il accompagna le médecin du Zeppelin dans une rue voisine, et força la porte d’une pharmacie où le major choisit les médicaments dont il avait besoin. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 304 de l’éd. de 1921)
    • Dans toutes les batailles de la Grande Guerre, l’armée russe manqua de munitions, ses ambulances manquèrent de médicaments. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
    • Les médicaments s’abîment si vous ne les conservez pas dans de bonnes conditions. Ils peuvent perdre leur efficacité et même devenir dangereux. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire, Cirad / CTA / Karthala, 2002, page 337)
    • Il existe aussi des médicaments (warfarine) dont l'usage est destiné à ralentir la formation du caillot sanguin, à « éclaircir le sang », comme disent certains patients. — (Robert Patenaude, Survivre à la leucémie, Éditions Québec/Amérique, 1997)
    • Environ 25 % du prix de vente d'un médicament sert à couvrir les dépenses publicitaires. — (Matthieu Ricard, Plaidoyer pour l'altruisme, Nil, Paris, 2013, p. 564)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉDICAMENT. n. m.
Préparation servant de remède et employée soit à l'intérieur, soit à l'extérieur du corps. Médicament pour l'usage interne, pour l'usage externe. Administrer des médicaments. Il se ruine en médicaments.

Littré (1872-1877)

MÉDICAMENT (mé-di-ka-man) s. m.
  • Substance simple ou composée qu'on administre à l'intérieur du corps ou à l'extérieur, en qualité de remède. Administrer un médicament. L'opium est un médicament précieux.

    Fig. et familièrement. Cause d'ennui. Cet homme est un vrai médicament ; sa conversation est un médicament.

SYNONYME

MÉDICAMENT, REMÈDE. Remède est plus général que médicament. Remède, tout ce qui est employé au traitement d'une maladie ; un bain est un remède ; la gymnastique est un remède. Mais ni un bain ni la gymnastique ne sont un médicament. Le médicament implique toujours une préparation pharmaceutique. La quinine est un médicament.

HISTORIQUE

XVIe s. Cognoistre la vertu des medicaments, Paré, Préface.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉDICAMENT, s. m. (Thérapeutique.) ou REMEDE ; ces deux mots ne sont cependant point toujours synonymes. Voyez Remede.

On appelle médicament toute matiere qui est capable de produire dans l’animal vivant des changemens utiles ; c’est-à-dire propres à rétablir la santé, ou à en prévenir les dérangemens, soit qu’on les prenne intérieurement, ou qu’on les applique extérieurement.

Cette diversité d’application établit la division générale des médicamens en externes & en internes. Quelques pharmacologistes ont ajouté à cette division un troisieme membre ; ils ont reconnu des médicamens moyens : mais on va voir que cette derniere distinction est superflue. Car ce qui fonde essentiellement la différence des médicamens internes & des externes, c’est la différente étendue de leur action. Les internes étant reçus dans l’estomac, & étant mis ainsi à portée de passer dans le sang par les voies du chyle, & de pénétrer dans toutes les routes de la circulation, c’est-à-dire jusque dans les plus petits organes & les moindres portions des liqueurs, sont capables d’exercer une opération générale, d’affecter immédiatement la machine entiere. Les externes se bornent sensiblement à une opération particuliere sur les organes extérieurs, ils ne méritent véritablement ce titre, que lorsque leur opération ne s’étend pas plus loin ; car si l’on introduit par les pores de la peau un remede qui pénétre, par cette voie, dans les voies de la circulation, ou seulement dans le système parenchymateux & cellulaire ; ou si un remede appliqué à la peau, produit sur cet organe une affection qui se communique à toute la machine, ou à quelque organe intérieur, ce médicament se rapproche beaucoup du caractere propre des médicamens internes. Ainsi les bains, les frictions & les fumigations mercurielles, les vésicatoires, la fomentation avec la décoction de tabac qui purge ou fait vomir, ne sont pas proprement des remedes externes, ou du moins ne méritent ce nom que par une circonstance peu importante de leur administration. Il seroit donc plus exact & plus lumineux de distinguer les remedes, sous ce point de vûe, en universels, & en topiques ou locaux. Les médicamens appellés moyens se rangeroient d’eux-mêmes sous l’un ou sous l’autre chef de cette division. On a ainsi appellé ceux qu’on portoit dans les diverses cavités du corps qui ont des orifices à l’extérieur ; les lavemens, les gargarismes, les injections dans la vulve, dans l’uretre, les narines, &c. étoiont des médicamens moyens. Il est clair que si un lavement, par exemple, purge, fait vomir, reveille d’une affection soporeuse, &c. il est remede universel ; que si au contraire il ne fait que ramollir des excrémens ramassés & durcis dans les gros intestins, déterger un ulcere de ces parties, &c. il est véritablement topiqué.

Une seconde division des médicamens, c’est celle qui est fondée sur leur action méchanique ; c’est-à-dire dépendante du poids, de la masse, de l’effort, de l’impulsion, &c. & de leur action appellée physique, c’est-à-dire occulte, & qui sera chimique si jamais elle devient manifeste. L’action méchanique est sensible : par exemple, dans le mercure coulant donné dans le volvulus, pour forcer le passage intercepté du canal intestinal, comme dans la flagellation, les ligatures, les frictions seches, la succion des ventouses, &c. l’action occulte est celle d’un purgatif, d’un diurétique, d’un narcotique quelconque, &c. c’est celle d’une certaine liqueur, d’une telle poudre, d’un tel extrait, &c. qui produit dans le corps animal des effets particuliers & propres, que telle autre liqueur, telle autre poudre, tel autre extrait méchaniquement, c’est-à-dire sensiblement identique, ne sauroient produire. Cette action occulte est la vertu médicamenteuse proprement dite : les corps qui agissent méchaniquement sur l’animal, portent à peine, ne portent point même pour la plûpart le nom de médicament, mais sont & doivent être confondus dans l’ordre plus général des secours médicinaux ou remedes, en prenant ce dernier mot dans son sens le plus étendu. Voyez Remede.

En attendant que la Chimie soit assez perfectionnée pour qu’elle puisse déterminer, spécifier, démontrer le vrai principe d’action dans les medicamens, les médecins n’ont absolument d’autre source de connoissance sur leur action, ou pour mieux dire sur leurs effets, que l’observation empirique.

Quant à l’affection, à la réaction du sujet, du corps animal, aux mouvemens excités dans la machine par les divers médicamens, à la série, la succession des changemens qui amenent le rétablissement de l’intégrité & de l’ordre des fonctions animales, c’est-à-dire de la santé ; la saine théorie médicinale est, ou du moins devroit être tout aussi muette & aussi modeste que la chimie raisonnable l’est sur la cause de ces changemens, considerée dans les médicamens ; mais les médecins ont beaucoup discouru, raisonné, beaucoup théorisé sur cet objet, parce qu’ils discourent sur tout. Le succès constamment malheureux de toutes ces tentatives théoriques est très remarquable, même sur le plus prochain, le plus simple, le plus sensible de ces objets, savoir leur effet immédiat, le vomissement, la purgation, la sueur, &c. ou plus prochainement encore l’irritation. Que doit-ce être sur l’action élective des médicamens, sur leur pente particuliere vers certains organes, la tête, les reins, la peau, les glandes salivaires, &c ; ou si l’on veut leur affinité avec certaines humeurs, comme la bile, l’urine, &c ; car quoiqu’on ait outré le dogme de la détermination constante des divers remedes vers certains organes, & qu’il soit très-vrai que plusieurs remedes se portent vers plusieurs couloirs en même tems, ou vers différens couloirs dans différentes circonstances ; que le même médicament soit communément diurétique, diaphorétique & emménagogue, & que le kermes minéral, par exemple, produise selon les diverses dispositions du corps, ou par la variété des doses, le vomissement, la purgation, la sueur ou les crachats ; il est très-évident cependant que quelques remedes affectent constamment certaines parties ; que les cantharides & le nitre se portent sur les voies des urines, le mercure sur les glandes salivaires, l’aloës sur la matrice & les vaisseaux hémorrhoïdaux, &c : encore un coup, tout ce que la théorie médicinale a établi sur cette matiere est absolument nul, n’est qu’un pur jargon ; mais nous le repétons aussi, l’art y perd peu, l’observation empirique bien entendue suffit pour l’éclairer à cet égard.

Relativement aux effets immédiats dont nous venons de parler, les médicamens sont divisés en altérans, c’est-à-dire produisant sur les solides ou sur les humeurs des changemens cachés, ou qui ne se manifestent que par des effets éloignés, & dont les médecins ont évalué l’action immédiate par des conjectures déduites de ces effets, & en évacuant. L’article ayant été omis, nous exposerons ici les subdivisions dans lesquelles on a distribué les médicamens de cette classe, & nous renverrons absolument aux articles particuliers, parce que les généralités ne nous paroissent pas propres à instruire sur cette matiere. Les différens altérans ont été appellés émolliens, délayans, relâchans, incrassans, apéritifs, incisits, fondans, détersifs, astringens, absorbans, vulnéraires, échauffans, rafraîchissans, fortifians, cordiaux, stomachiques, toniques, nervins, antispasmodiques, hystériques, céphaliques, narcotiques, tempérans ou sédatifs, repercussifs, styptiques, mondificatifs, résolutifs, suppuratifs, sarcotiques ou cicatrisans, dessicatifs, escarrotiques, corrosifs. (Voyez ces articles.)

La subdivision des évacunans est exposée au mot Évacuant. (Voyez cet article.)

Les médicamens sont encore distingués en doux ou benins, & en actifs ou forts ; ces termes s’expliquent d’eux-mêmes. Nous observerons seulement que les derniers ne différent réellement des poisons que par la dose ; & qu’il est même de leur essence d’être dangereux à une trop haute dose. Car l’action vraiment efficace des médicamens réels doit porter dans la machine un trouble vif & soudain, & dont par conséquent un certain excès pourroit devenir funeste. Aussi les anciens désignoient-ils par un même nom, les médicamens & les poisons ; ils les appelloient indistinctement pharmaca. Les médicamens benins, innocens, exercent à peine une action directe & véritablement curative. Souvent ils ne font rien ; & quand ils sont vraiment utiles, c’est en disposant de loin & à la longue, les organes ou les humeurs à des changemens qui sont principalement opérés par l’action spontanée, naturelle de la vie, & auxquels ces remedes doux n’ont par conséquent contribué que comme des moyens subsidiaires très subordonnés ; au lieu qu’encore un coup, les médicamens forts bouleversent toute la machine, & la déterminent à un changement violent, forcé, soudain.

Il y a encore des médicamens appellés alimenteux. On a donné ce nom & celui d’aliment médicamenteux, à certaines matieres qu’on a cru propres à nourrir & à guerir en même tems, par exemple à tous les prétendus incrassans, au lait, &c. Voyez Incrassans, Lait & Nourrissans.

Les médicamens sont distingués enfin, eu égard à certaines circonstances de leur préparation, en simples & composés, officinaux, magistraux & secrets (voyez ces articles.) ; en chimiques & galéniques. Voyez l’article Pharmacie.

La partie de la Medécine qui traite de la nature & de la préparation des médicamens, est appellée Pharmacologie, & elle est une branche de la Thérapeutique (voyez Pharmacologie & Thérapeutique.) ; & la provision, le trésor de toutes les matieres premieres ou simples, dont on tire les médicamens, s’appelle matiere médicale. Les trois regnes de la nature (voyez Regne, Chimie.) fournissent abondamment les divers sujets de cette collection, que les pharmacologistes ont coutume de diviser selon ces trois grandes sources ; ce qui est un point de vûe plus propre cependant à l’histoire naturelle de ces divers sujets, qu’à leur histoire médicinale, quoiqu’on doive convenir que chacun de ces regnes imprime à ces produits respectifs, un caractere spécial qui n’est pas absolument étranger à leur vertu médicamenteuse. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « médicament »

(1314) Du latin medicamentum (même sens), fait de medicare (« donner des remèdes »), dérivé du grec μηδος (« soin »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. medicament ; espagn. et ital. medicamento ; du lat. medicamentum, de medicari, dérivé de medicus (voy. MÉDECIN).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « médicament »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
médicament medikamɑ̃

Citations contenant le mot « médicament »

  • Pour la plupart de nos contemporains, les mathématiques sont administrées et ingurgitées comme un médicament. De Seymour Papert / Jaillissement de l'esprit
  • Avaler le médicament et négliger la diète, c'est détruire la science du médecin. De Proverbe chinois
  • Une cuiller de sucre aide à avaler le médicament. De Robert B. Sherman / Mary Poppins
  • Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament. De Proverbe chinois
  • Il en est des conseils comme des médicaments ; les plus amers sont les meilleurs. De Rabindranàth Tagore / Amal et la lettre du roi
  • L'ambition est comme un médicament, il faut en prendre la dose prescrite, car elle peut être soit bénéfique, soit nocive. De Marc Allegret
  • Le médicament reste le principal symbole de la puissance du médecin. De Denis Jaffe / La Guérison est en soi
  • L'histoire devrait être un médicament sudorifique. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Si le médicament ne porte pas le trouble et le désordre dans le corps d'un malade, il n'opérera pas la guérison. De Mencius
  • La maladie ne se guérit point en prononçant le nom du médicament, mais en prenant le médicament. De Sankara / Viveka Chudamani
  • Le mal fait supporter les médicaments. De Proverbe maghrébin
  • Ne pas prendre de médicament vaut mieux que prendre celui prescrit par un médecin médiocre. De Proverbe chinois
  • Si le puissant mange un caméléon, on dit que c'est pour se soigner, c'est un médicament. Si le pauvre en mange, on l'accuse de gourmandise. De Proverbe africain
  • En médecine, la mode change aussi souvent qu'en haute couture. Le médicament miracle d'aujourd'hui sera le poison mortel de demain. De Groucho Marx / Mémoires d’un amant lamentable
  • Les médecins administrent des médicaments dont ils savent très peu, à des malades dont ils savent moins, pour guérir des maladies dont ils ne savent rien. De Voltaire
  • Réduire de 79 % le risque de développer une forme sévère de Covid-19, fantasme ou réalité ? Un médicament baptisé SNG001 pourrait bien rendre cela possible, selon des résultats préliminaires dévoilés ce lundi 20 juillet par le laboratoire britannique qui le produit, Synairgen. Ce traitement par inhalation utilise des interférons bêta, une protéine naturelle qui intervient dans la réponse de l’organisme contre les virus. L'Obs, Un médicament réduirait de 79 % le risque de développer une forme sévère du Covid-19
  • « Dans un contexte marqué par une baisse de la consommation de médicaments d'environ 10 % en dix ans, la profession, qui connaît une crise structurelle depuis une dizaine d'années, fonctionne à perte depuis 2017 », selon Hubert Olivier, le président de l'entreprise qui détient un peu plus de 31 % de parts de marché en France - six points de moins qu'en 2007. Cette entreprise du Forez comptant 3.200 salariés livre deux fois par jour les 14.000 pharmacies d'officine et 2.000 pharmacies hospitalières dont il revendique l'approvisionnement. Les Echos, Médicament : OCP Répartition restructure ses activités françaises | Les Echos
  • Le comité d’organisation japonais estime que « le premier point » qui rendra possible l’ouverture des Jeux olympiques, en juillet 2021, « sera qu’un vaccin ou un médicament ait été développé ». Le Monde.fr, Les Japonais conditionnent la tenue des JO au développement d’un vaccin ou d’un médicament
  • Il s’en est fallu de peu. Famar Lyon, un sous-traitant de l’industrie pharmaceutique, semblait promis à la fermeture. Mais à l’heure où la crise sanitaire plonge bon nombre d’industries dans le marasme, cette entreprise doit justement son salut au Covid-19. Parmi les 50 spécialités qu’elle produit pour le compte de laboratoires comme Sanofi ou Merck figure la nivaquine, un médicament contre le paludisme à base de chloroquine. Un atout apparemment précieux en ces temps de coronavirus. Lundi, le tribunal de commerce de Paris a acté la reprise de Famar Lyon par le groupe libanais Benta Pharma, spécialisé lui aussi dans la fabrication de médicaments pour le compte de laboratoires pharmaceutiques. L’entreprise pourra donc poursuivre son activité. L’opération ne se fait cependant pas sans douleur, puisque 124 postes sur 245 vont être supprimés. Libération.fr, Une usine de médicaments près de Lyon sauvée par la chloroquine - Libération
  • Les interactions médicamenteuses, vaste sujet. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) les compile dans un document de 249 pages, et encore, tout ne s’y trouve pas. Une interaction peut augmenter ou diminuer la concentration d’un médicament dans l’organisme, le rendant ainsi toxique ou au contraire inefficace. Elle peut aussi modifier l’effet du médicament. Voici quelques exemples, explicités par nos spécialistes de la SFPT (société française de pharmacologie et de thérapeutique). Femme Actuelle, Médicaments : ces interactions dont il faut se méfier : Femme Actuelle Le MAG
  • Le Tardyferon® est un médicament prescrit contre l'anémie ferriprive et en prévention de la carence en fer chez la femme enceinte. Zoom. Femme Actuelle, Tardyferon : ce qu'il faut savoir sur ce médicament contre l'anémie ferriprive : Femme Actuelle Le MAG
  • Les premiers médicaments connectés ont été mis au point ces dernières années. Leur but ? Permettre aux médecins de suivre au quotidien la prise de comprimés par le patient et ainsi, s'assurer du fonctionnement du traitement. Science-et-vie.com, Médicament connecté : qu'est-ce que c'est ? - Science & Vie
  • Le principal effet secondaire des médicaments prescrits suite à un événement cardiaque, c'est le risque hémorragique. Un nouveau médicament pourrait prévenir les crises cardiaques en évitant ce danger. Topsante.com, Crise cardiaque : bientôt un nouveau médicament sans risque hémorragique ? - Top Santé
  • En mai, il a été révélé que le président Donald Trump – qui était l’un des principaux partisans de l’utilisation du médicament pour traiter Covid-19 après que certaines études antérieures aient indiqué un succès possible – utilisait en fait l’hydroxychloroquine, une forme de chloroquine moins toxique, comme médicaments pour éloigner le virus. News 24, La chloroquine, un médicament antipaludique vanté par Trump, n'inhibe PAS Covid-19, selon une nouvelle étude - News 24

Images d'illustration du mot « médicament »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « médicament »

Langue Traduction
Anglais drug
Espagnol droga
Italien farmaco
Allemand arzneimittel
Chinois 药品
Arabe دواء
Portugais medicamento
Russe препарат, средство, медикамент
Japonais
Basque droga
Corse droga
Source : Google Translate API

Synonymes de « médicament »

Source : synonymes de médicament sur lebonsynonyme.fr
Partager