La langue française

Mécompte

Sommaire

  • Définitions du mot mécompte
  • Étymologie de « mécompte »
  • Phonétique de « mécompte »
  • Citations contenant le mot « mécompte »
  • Images d'illustration du mot « mécompte »
  • Traductions du mot « mécompte »
  • Synonymes de « mécompte »
  • Antonymes de « mécompte »

Définitions du mot mécompte

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉCOMPTE, subst. masc.

A. − Vieux
1. Compte inférieur à celui qu'on estimait et qui procède généralement d'une erreur de calcul. Il y a du mécompte dans votre calcul. J'ai recompté ce sac, il y avait du mécompte (Ac.1798-1878).Thomas Montaigu (...) recruta en Angleterre une armée (...). Il trouva des archers à sa suffisance; quant aux chevaliers et aux hommes d'armes, il eut du mécompte (A. France,J. d'Arc, t.1, 1908, p.124).
2. Rare. Erreur d'appréciation, de prévision, de conjecture. Les philosophes (...) toujours superbes, toujours présomptueux malgré leurs mécomptes, dédaignent, comme de petits génies, ces hommes, enfermés dans l'étroite sphère de leur spécialité (Proudhon,Créat. ordre,1843, p.11).
B. − Espérance déçue. Synon. déception, désillusion; anton. espoir.Avoir, produire du mécompte, s'exposer à des mécomptes. Toutefois, s'il se faisait des illusions à cet égard, il avait assez éprouvé de mécomptes pour se montrer timide (Toepffer,Nouv. genev.,1839, p.426).Je ne vous donne aucune promesse. Vous vous exposeriez à d'horribles mécomptes si vous vous imaginiez que nous sommes fiancés (Montherl., Démon bien,1937, p.1294):
. ... il commençait à parler de politique, à déblatérer contre le gouvernement et contre les Juifs; il rendait Dreyfus responsable de ses mécomptes universitaires. Rolland,J.-Chr., Amies, 1910, p.1221.
Prononc. et Orth.: [mekɔ ̃:t]. Ac. 1694 et 1718: mescompte; 1740: mecompte en vedette, mé- dans le texte; dep. 1762: mécompte. Étymol. et Hist. 1. a) 1erquart du xiiies. «erreur dans un compte, dans un calcul» (Reclus de Molliens, Miserere, 55, 6 ds T.-L.); b) 1258 «erreur (en général)» (Alexandre du Pont, Mahomet, éd. Y. G. Lepage, 1152); 2. 1680 «erreur de conjecture, de prévision» (Mmede Sévigné, Corresp., 6 oct., éd. R. Duchêne, t.3, p.32); 3. 1690 «espérance déçue, désillusion» (Fur.). Déverbal de mécompter*. Fréq. abs. littér.: 166.

Wiktionnaire

Nom commun

mécompte \me.kɔ̃t\ masculin

  1. Espérance trompée, idée fausse ou exagérée qu’on s’est faite d’une chose.
    • J’ai déjà rencontré le mécompte assis à la porte de mes seize ans ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Ç’a été un grand mécompte, et il faudrait que le succès fût bien étourdissant pour couvrir la voix de ma conscience qui me crie : « Raté. » — (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louis Bouilhet, 5 octobre 1856)
    • C’était mon désir, c’était mon espoir. Je comptais sans elle, je comptais sans ce jeune étourdi. Mais si le compte était mauvais, le mécompte n’en est pas moins cruel. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 241.)
    • Jacques, dès les premiers jours, s'insurgea, voulant être lui-même et agir selon sa conscience qui, méticuleuse, lui prépara des mécomptes, des désillusions et une incertitude perpétuelle. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Il convient alors de faire passer les matières épaillées, encore chaudes, dans une batterie écraseuse, sans quoi l'on s'expose à des mécomptes. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Les difficultés, les mécomptes, les conséquences de la guerre et de la révolution même se font sentir de plus en plus vivement. — (Léon Trotsky, Le drame du prolétariat français, 1922, annexe à l'édition de 1964 de Littérature et Révolution, Éditions Lettres Nouvelles))
  2. (Finance) Anomalie sur le montant d’un compte, différent du montant qu’il devrait théoriquement avoir.
    • jamais un mécompte, jamais un retard ; un gaillard qui payait comme un prince — (Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, édition de G. Sigaux, 1981 (date de l’édition), vol. 2, page 809)

Forme de verbe

mécompte \me.kɔ̃t\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe mécompter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe mécompter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe mécompter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe mécompter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe mécompter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉCOMPTE. n. m.
Espérance trompée, idée fausse ou exagérée qu'on s'est faite d'une chose. Il a éprouvé dans ses affaires de grands mécomptes. Cette entreprise ne lui a apporté que des mécomptes.

Littré (1872-1877)

MÉCOMPTE (mé-kon-t') s. m.
  • 1Erreur dans un compte, dans une supputation. Je ne sais s'il y a du mécompte en notre calcul, Guez de Balzac, liv. II, lett. 5. Des mécomptes de chronologie ne ruinent point la vérité d'un fait, Voltaire, Dict. phil. Abraham, 3. Le célèbre maréchal de Saxe tomba dans le même mécompte [sur les frottements et les pertes de force], quand il construisit une galère qui devait remonter la rivière de Seine en vingt-quatre heures, par le moyen de deux chevaux qui devaient faire mouvoir des rames, Voltaire, Dict. phil. Force physique.

    Manque dans une somme d'argent. Car il trouvait toujours du mécompte à son fait, La Fontaine, Fabl. XII, 3. S'il ne l'eût dite [l'oraison de Saint-Julien], il eût trouvé mécompte à son argent, et mal passé la nuit, La Fontaine, Orais. Après la perte de la santé que je mets toujours avec raison au premier rang, rien n'est si fâcheux que le mécompte et le dérangement des affaires, Sévigné, 3 avr. 1680.

  • 2 Par extension, toute espèce d'erreurs, de méprises (sens qui n'est guère usité). Il fallait relever tous les mécomptes dont cet ouvrage fourmille [le Testament politique du cardinal de Richelieu], Voltaire, Mél. hist. Mensonges impr. XVIII.
  • 3 Fig. Espérance déçue, idée fausse ou exagérée qu'on s'est faite d'une chose. Les réflexions que vous faites sur le mécompte éternel de nos projets sont fort raisonnables, Sévigné, 6 oct. 1680. Un roi, quelque bon et sage qu'il soit, tombe chaque jour dans quelque mécompte, tantôt par ses passions et tantôt par celles de ses ministres, Fénelon, Tél. XI. Excusant les fautes, réparant les mécomptes, Fénelon, ib. XX. Tous nos mécomptes sont venus de l'idée que nous avions conçue de vous dans votre jeunesse, Fénelon, Dial. des morts mod. Dial. 15. Ce qui fait souvent le mécompte d'un écrivain, c'est qu'il croit rendre les choses telles qu'il les aperçoit ou qu'il les sent, Vauvenargues, Max. VII. Les idées exagérées et romanesques ont produit plus d'erreurs, de mécomptes et de malheurs que les passions les plus violentes et les plus dangereuses, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 16, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIIe s. S'ainsi n'est que cil qui rechurent le conte metent avant mesconte ou deschevance, car adont convenroit-il que li contes fust recordés, Beaumanoir, L, 6.

XIVe s. Mais s'elle n'y est, c'est mescompte, Et l'on n'en retire que honte, Trait d'alch. 467.

XVIe s. L'indiscrette et prodigieuse facilité des peuples à se laisser mener et manier la creance et l'esperance, où il a pleu et servi à leurs chefs, par dessus cent mescomptes les uns sur les aultres, par dessus les phantosmes et les songes, Montaigne, IV, 161.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉCOMPTE, s. m. (Com.) défaut de supputation, erreur de calcul ; ainsi on dit, il y a du mécompte en cette addition, en cette regle, pour faire entendre que le calcul n’en est pas juste, & qu’on s’y est trompé.

Mécompte, signifie aussi ce qui manque au compte de quelque somme. Il y a du mécompte à mon argent.

Mécompte se dit encore du mauvais succès d’une entreprise, d’une affaire de commerce. J’ai trouvé du mecompte dans la vente de mes grains, &c. Dict. de comm. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mécompte »

Mes… préfixe, et compte ; provenç. menescompte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1200-25) mesconte (de Moiliens). Déverbal de mesconter, le moderne mécompter. Réécrit mécompte, selon l’orthographe de compte, que l’on a réécrit pour éviter l’homonymie avec conte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mécompte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mécompte mekɔmpt

Citations contenant le mot « mécompte »

  • Mais au-delà, qu’est-ce qui peut fédérer les Maliens dans cette tragédie ? Ni les comptes ni les décomptes encore moins les mécomptes… Même pas le nom du village. , Sobame DA : compte, décompte et mécompte - Bamada.net
  • La laideur est un mécompte de la nature, mais la femme qui en est affligée en rend responsable chacun de ceux qui la remarquent. De Marquise du Châtelet / Lettres
  • Aucun obstacle, aucun mécompte, aucun chagrin ne me détourne ou me ralentit dans le but unique de ma vie : le bien-être de tous, et la liberté partout. De La Fayette / Mémoires, correspondance et manuscrits du Général Lafayette

Images d'illustration du mot « mécompte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mécompte »

Langue Traduction
Anglais disappointment
Espagnol decepción
Italien delusione
Allemand enttäuschung
Chinois 失望的
Arabe خيبة الامل
Portugais desapontamento
Russe разочарование
Japonais 失望
Basque berriz
Corse delusione
Source : Google Translate API

Synonymes de « mécompte »

Source : synonymes de mécompte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mécompte »

Partager