Marre : définition de marre


Marre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MARRE1, subst. fém.

Région. (Centre). Houe de vigneron. (Dict. xixeet xxes.). À force de manier la marre ou le rateau (...) il est resté plié en deux (Genevoix,Rroû,1931, p.75).
Prononc.: [ma:ʀ]. Étymol. et Hist. 1265 «outil de vigneron» (Liv. de jostice et de plet, éd. Rapetti, XVII, 3, 2). Du lat. marra «sorte de houe»; mot dial. usité surtout dans les régions du Centre et de l'Ouest (v. FEW t. 6, 1, p.375b).

MARRE2, adv.

Pop. [Dans des expr.] Synon. de assez.
En avoir marre (de qqn, de qqc.). En avoir assez, être excédé, écoeuré. Quand Trimault eut bien usé d'elle, un matin, après une scène: − Ma petite, j'en ai marre de t'entretenir (Dabit,Hôtel Nord,1929, p.33).Il faut que je rouvre maintenant les trois valises! Eh bien, non et non! J'en ai marre, moi! (Montherl.,Fils personne,1943, iv, 4, p.342):
. − Allons, en avant! Maniez-vous, les gars! dit l'adjudant (...). L'endroit n'est pas bon. − On est éreinté, meugle une voix (...). − Zut! J'en ai marre, j'reste là, gémit un autre à bout de souffle et de force. Barbusse,Feu,1916, p.183.
C'est marre, (il) y en a marre. Cela suffit. Cette fois-ci, y en a marre, j'vais tous les virer (Simonin, J. Bazin,Voilà taxi!1935, p.189).Il en avait eu sa claque des litiges, des réclamations... à propos de tous les brevets (...) c'était marre! (Céline,Mort à crédit,1936, p.683).
Prononc.: [ma:ʀ]. Étymol. et Hist. 1881 adv. maré «assez» (Esn.); 1883 subst. masc. J'en ai maré «dégoût» (ibid.); 1895 J'en ai mar «je suis excédé» (ibid.); 1896 adv. Marre «assez!» (Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., p.176). Orig. incert. Plus prob. déverbal de marer, se marer* «s'ennuyer» (v. Esn.), qu'issu de se marrir (v. marri), cf. les dér. marrement «chagrin, déplaisir» (1050 − xiiies.), marrissement «déplaisir» (xiiiexvies.), marance «affliction, faute légère, toute sorte de faute, d'infraction aux règles» (ca 1200 − ca 1400), etc., dont il reste quelques traces dans les parlers d'oïl; selon P. Guiraud ds Cah. Lexicol. t. 17, pp.10 à 13, le rattachement de maré*, mare à la famille de marelle* et plus particulièrement aux formes merel, mereau, qui désignent différentes sortes de jetons: meriau «jeton servant de monnaie de convention» (ca 1245-1400), méreau «jeton de présence, jeton qui sert à compter» (xvie-xviies.), merelle «jeton», puis «gage, gain», «part due» (xve-xvies.) (v. FEW t. 6, 1, p.368b, 369, 370a) l'amène à donner à mare le sens de «jeton qui sert à attribuer la part qui vous est due dans une distribution», puis de «part» et à avoir son maré, son mar le sens de «avoir sa part», mais cette hyp. n'entraîne pas entièrement la conviction. L'hyp. d'un empr. à l'ar. andek «tu as eu», marra «une fois» c'est-à-dire «ça suffit» (Rob.) n'est étayée par aucun texte venant d'Afrique du Nord.

Marre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

marre \maʁ\ féminin

  1. Pelle large et courbée.
    • (XVIe siècle) Toucherent les piocheurs de leurs marres un grand tombeau de bronze. — (François Rabelais, Gargantua I, 1)

Adverbe

marre \maʁ\

  1. (Populaire) Assez.
    • Bon Dieu ! ne cherchons pas à comprendre. J’en ai marre des analyses et des sondages de rein. — (Léo Malet, La Nuit de Saint-Germain-des-prés, in Léo Malet, t. I, Robert Laffont, « Bouquins », 1985, p. 833)
    • Père Blaise : VOILÀ ! C’est tout ce qu’y a ! Unisson, quarte, quinte et c’est marre ! Tous les autres intervalles, c’est de la merde ! Le prochain que je chope en train de siffler un intervalle païen, je fais un rapport au pape ! — (Alexandre Astier, Kaamelott, Livre II, épisode La Quinte juste)

Forme de verbe

marre \maʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de marrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de marrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de marrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de marrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de marrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Marre : définition du Littré (1872-1877)

MARRE (ma-r') s. f.
  • Pelle large et courbée. Dans certaines contrées de la France, la houe des vignerons s'appelle marre.

HISTORIQUE

XVIe s. Toucherent les piocheurs de leurs marres un grand tombeau de bronze, Rabelais, Garg. I, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « marre »

Étymologie de marre - Wiktionnaire

(Nom) (1265) Du latin marra (« sorte de houe »).
(Adverbe) Déverbal de se marrer (« s’ennuyer ») ; (1881) j’en ai maré (« assez ») ; (1895) j’en ai mar (« je suis excédé »). Le TLFi[1] rejette le lien avec marrir, j’en suis marri, vous m’en voyez marri.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de marre - Littré

Ital. marra ; du lat. marra.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « marre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marre mar play_arrow

Citations contenant le mot « marre »

  • Le problème, c’est que ce n’est pas la première fois qu’il fait des siennes chez sa mère. « Même les gendarmes en ont marre d’intervenir là-bas… Vous aviez l’interdiction de vous rendre à son domicile », lui rappelle la juge. « Mais c’est elle qui est venue me chercher », se défend le jeune homme. , Tribunal de Saint-Malo : « Même les gendarmes en ont marre d'intervenir chez vous » | Le Pays Malouin
  • Si vous en avez marre de tondre votre jardin, participez à ce défi. Journal L'Union, Si vous en avez marre de tondre, le «Punk jardin challenge» est fait pour vous
  • Le spectacle dominical qui me fait le plus marrer, c'est la sortie des églises après la messe. De Dan Franck / Libération - 25 Mars 2000
  • La règle de base pour ses négociations : faites marrer les gens, que ce soit pour les mettre à l'aise ou, au contraire, pour les déconcerter. De Antoine Riboud
  • Familles, vous me faites marrer. De Gilles Leroy / Grandir
  • La pire vacherie que l’on peut faire à un copain que l’on n’aime pas, c’est de lui souhaiter de devenir célèbre. Un peu de célébrité, ce n’est pas désagréable. Au-delà d’un certain degré, il y en a franchement marre. De Abbé Pierre / Servir
  • Être débarrassé de Sarkozy, l’idée devrait m’exciter. Il n’était pas encore président, j’en avais déjà marre de lui. De Delfeil de Ton / Siné Mensuel N°1 - septembre 2011
  • Le cricket, inventé par les dieux lorsqu'ils en eurent marre d'être perclus de stress par le rythme endiablé du base-ball. De Jean Dion / Le Devoir - 23 Août 1997
  • La conclusion résulte souvent de ce moment précis où vous en avez eu marre. De Anonyme / increvables.com

Images d'illustration du mot « marre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « marre »

Langue Traduction
Corse una techja
Basque elikatu
Japonais うんざり
Russe надоело
Portugais engordou
Arabe طفح الكيل
Chinois 受够了
Allemand satt
Italien stufo
Espagnol harto
Anglais fed up
Source : Google Translate API

Synonymes de « marre »

Source : synonymes de marre sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires