La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « marmot »

Marmot

Variantes Singulier Pluriel
Masculin marmot marmots

Définitions de « marmot »

Trésor de la Langue Française informatisé

MARMOT, subst. masc.

A. −
1. Vx. Figure grotesque décorant un élément architectural et, en partic., un heurtoir de porte. (Dict. xixeet xxes.).
2. Vieilli. Croquer le marmot. Attendre longtemps en se morfondant. Ta belle amie au bras d'un autre file Et te laisse en un coin, seul, croquer le marmot (Barbier,Satires, 1865, p. 101).Auguste croquait le marmot depuis plus de trois quarts d'heure (Huysmans,Soeurs Vatard, 1879, p.265).
B. − Fam. Petit, jeune garçon. Synon. bambin, gamin.Le marmot prend alors sa voix flûtée et tendre (les enfants ont deux voix) et dit, sans la comprendre, Sa fable, avec expression (Sully Prudh.,Solitudes, 1869, p.27).− Je suis votre fille! s'écrie-t-elle. Et montrant le marmot: − Et voilà votre petit-fils! (Queneau,Loin Rueil, 1944, p. 208).
P. ext., au sing. ou au plur. Jeune enfant. Synon. gosse, mioche, môme, moutard (fam.).Une femme occupée à mettre au monde et à nourrir un marmot, n'a réellement pas le temps de songer à un amant (Balzac,Physiol. mar., 1826, p. 117).M. Fontaine (...) nous a fait M. de Béranger entouré de marmots des deux sexes, et initiant la jeunesse aux mystères de la peinture Couture (Baudel.,Salon, 1846, p. 146).
Emploi adj., rare. Fatal amour! (...) d'autant plus dieu qu'il est marmot! (Hugo,Chans. rues et bois, 1865, p. 49).La même rhétorique aussi vide, aussi creuse que la poitrine de ces hommes marmots (Bernanos,Gde peur, 1931, p. 21).
REM.
Marmotte, subst. fém.,inus. Petite fille. (Ds Ac. 1798-1935, Littré).
Prononc. et Orth.: [maʀmo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1480 «singe» aussi lait qu'ung marmot (G. Coquillart, Les Droitz nouveaulx, 1582 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 209); 2. fin xvies.-début xviies. «petite figure grotesque mise comme ornement architectural» (E. Pasquier, Recherches, III, 33 ds Hug.); 3. 1647 «petit enfant» (ici sans précision de sexe, et fig.) (Voiture, Epitres et lettres en vers, LXXIII ds Œuvres, éd. A. Ubicini, II, p. 400); plus partic. 1668 «petit garçon» (La Fontaine, Fables, éd. H. Régnier, IV, 16, 20); 4. 1690 croquer le marmot (Fur.). Prob. dér. du verbe marmotter*, à cause des mouvements continuels que les singes font avec leurs babines; le fém. marmote «femelle du singe» est att. dès 1170-1200 (La Mort Aymery de Narbonne, 2550 ds T.-L.) jusqu'au xives., le masc. ayant été fait pour distinguer le mot de marmotte*; l'expr. croquer le marmot voisine de croquer le marmouset (v. ce mot) est peu claire, l'hyp. de A.Jeanroy ds Romania t. 23, pp. 235-236 qui lui donne le sens de «tisonner» (v. aussi marmouset 1 b) n'est pas à écarter, bien que la signification en soit plus prob. «marmonner», v. ce mot. Fréq. abs. littér.: 222. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 323, b) 516; xxes.: a) 282, b) 221. Bbg. Bos (A.). Marmot, marmeau. Romania. 1893, t.22, pp.550-552. _ Dauzat (A.), Vaillant (A.). Marmouset-marmot. Fr. mod. 1955, t.23, pp.20-21. _ Mack. t.2 1939, p.134. _ Sain. Sources t.1 1972 [1925], p.93, 185, 191; t.2 1972 [1925], p.46, 48, 268; t.3 1972 [1930], p.112, 149.

Wiktionnaire

Adjectif - ancien français

marmot \Prononciation ?\ masculin

  1. Ébahi, bouche bée.
    • Par Dé, de ce suis bien marmot
      Il n'entend pas ce que je dy.
      — (Farce du goutteux)

Nom commun - ancien français

marmot \Prononciation ?\ masculin

  1. Gros singe à longue queue.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Personne laide.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Petite figure grotesque et grimaçante servant d'ornement architectural.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. Marmot.

Adjectif - français

marmot \maʁ.mo\ masculin

  1. Relatif à Saint-Geniez-d’Olt, commune de l’Aveyron.
    • Société SCI Du Pays Marmot (Saint Geniez d'Olt et d'Aubrac, 12130) — (Entreprise SCI sur entreprises.lefigaro.fr. Consulté le 6 février 2021)
  2. Qui tient de l’enfant, du marmot.
    • Fatal amour ! charmant, morose,
      Taquin, il prend le mal au mot ;
      D’autant plus sombre qu’il est rose,
      D’autant plus dieu qu’il est marmot !
      — (Victor Hugo, Les complications de l’idéal. V : Ô Hyménée !, tome 30, Ollendorf, Paris, 1933, page 49)

Nom commun - français

marmot \maʁ.mo\ masculin

  1. (Sens original) Singe dont la bouche se déforme.
    • Par contre, nul n’affirme que ces singes étaient des marmots. — (Enquêtes du Musée de la vie wallonne, numéros 201 à 208, page 272)
  2. (Par extension) (Par analogie) (Vieilli) Faciès déformé par des rictus. → voir croquer le marmot
    • Come d’un tronc de boys se peut faire la représentation d’un marmot (sic). — (Léon l'Hébreu, Philosophie d’amour, chez Guil. Rouille & Thibauld Payen, 1551)
    1. (Ameublement) Heurtoir de porte d’entrée.
      • La porte, en cet endroit, était garnie d’un gros bouton de cuivre qui représentait une de ces figures grotesques qu’on nomme ordinairement marmots. — (Charles Rozan, Petites ignorances de la conversation, Lacroix-Comon, 1856, page 103)
      • Il frappait le marmot. C’était une porte étroite de bois ouvragé. — (Pascal Quignard, Tous les matins du monde, Gallimard, Paris, 1991)
    2. Personne dont le visage est déformé.
      • […] tous les quatre revêtus de treillis, en godillots, avec leurs gants et leur écharpe de laine ; ( Moineau porte un passe-montagne qui lui fait une tête de marmot ). — (Claude Delmas, Le pont du chemin de fer est un chant triste dans l’air, Flammarion, 1965, page 43)
  3. (Par métonymie) Enfant en bas âge faisant des mimiques (pour une petite fille, on peut aussi dire : marmotte).
    • [L’homme] s’affairant autour de l’humble ménage et de quelque marmot grimaçant, sa compagne, la « popinée », guenon sympathique et rieuse qu’engonce drôlement la robe […] — (Revue des deux mondes, Au Bureau, 1935, page 374)
    1. (Plus généralement) (Familier) Petit enfant.
      • Cependant faites bien mes recommandations à notre marmot, et dites-lui que peut-être j’amènerai de ce pays-là quelque beau petit chaperon pour le faire jouer et pour lui tenir compagnie. — (Jean de La Fontaine, Relation d'un voyage de Paris en Limousin, 1663)
      • Et le doigt de l’oreille est le Benjamin de la famille, marmot pleureur, qui toujours se trimballe à la ceinture de sa mère. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
      • Quelquefois dans les champs, où mon mari m’aurait menée, en m’échappant à quelques pas de mes marmots, en voyant une splendide matinée, secrètement, j’eusse jeté quelques pleurs bien amers. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
      • Rentré chez eux, le marmot fut gâté comme un prince. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1856)
      • Autour d’elle se vautraient, en glapissant, trois ou quatre marmots dans l’état le plus primitif, noirs comme des mulâtres, avec de gros ventres et des membres grêles qui les faisaient ressembler plutôt à des quadrumanes qu’à des bipèdes. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
      • « Tais-toi, la mère !… vous autres, femmes, vous n’y entendez rien. À force de vivre toujours avec les enfants et rien que pour eux, vous rapetissez tout à la taille de vos marmots — (Alphonse Daudet, Le mauvais zouave, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 48)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARMOT. n. m.
Petit garçon. Un drôle de petit marmot. Un vilain marmot. On dit également Marmotte pour désigner une Petite fille. Une gentille marmotte. Ces deux mots sont familiers.

MARMOT s'est dit autrefois d'une Petite figure grotesque, de pierre, de bois, etc. Ce musée possède une curieuse collection de marmots. Fig. et fam., Croquer le marmot. Voyez CROQUER.

Littré (1872-1877)

MARMOT (mar-mot ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des mar-mo-z ennuyeux ; marmots rime avec faux, sauts, repos, etc.) s. m.
  • 1Anciennement, nom du singe. Boucs sautants, satyres, marmots et semblables peintures de galeries, Naudé, Rosecroix, IX, 3.
  • 2Petite figure grotesque.
  • 3 Fig. et familièrement. Petit garçon. Que, quelque jour, ce beau marmot Vienne au bois cueillir la noisette…, La Fontaine, Fabl. IV, 16. Il n'est marmot osant crier, Que du loup aussitôt la mère ne menace, La Fontaine, ib. X, 6. Faites-bien mes recommandations à notre marmot, et dites-lui que peut-être j'amènerai de ce pays-là quelque beau petit chaperon [petite fille] pour le faire jouer, La Fontaine, Lettre V, à sa femme. Ce marmot ! [le marquis de Grignan] entrer l'épée à la main, et forcer ce château, et tuer ou enlever onze ou douze cents hommes, Sévigné, 580.

    Dans ce sens il a un féminin, marmotte. Que nous veut cette marmotte ?

    Au plur. Des marmots, des enfants sans distinction de sexe. Et de n'entrevoir point de plaisirs plus touchants Qu'une idole d'époux et des marmots d'enfants, Molière, F. sav. I, 1. J'embrasse les marmots, car il ne faut rien oublier, Sévigné, 455. Quand tu auras planté là ton ménage et tes marmots, Rousseau, Hél. VI, 1. Puis en vrai croque-mitaine, Tu feras peur aux marmots, Béranger, Myrmid. Nous n'avons, accablés de maux, Pour nous, ton père et six marinots, Rien que ta bêche et ma quenouille, Béranger, Jacques.

    Fig. et familièrement. Croquer le marmot, voy. CROQUER, n° 5, et l'explication de la locution. Contrairement à l'explication donnée par Furetière, M. Boucherie pense que croquer le marmot provient de la fable où la mère promet de donner au loup l'enfant qui crie, et que c'est attendre le moment où l'on permettra au loup de croquer le marmot. Mais cette explication pèche en ce que c'est introduire dans la locution attendre qui n'y est pas, et qu'il faut trouver une interprétation qui de croquer le marmot mène directement à attendre.

  • 4Variété de raisin.

REMARQUE

L'Académie définit le marmot, espèce de singe qui a une barbe et une longue queue, mais aucun singe n'est ainsi appelé dans les ouvrages d'histoire naturelle. Cette définition est donc mauvaise ; et la seule qu'on puisse donner est que marmot était un ancien nom du singe.

HISTORIQUE

XVe s. Elle dit qu'il est debonnaire, Bel homme, plaisant et mignot ; Et c'est un putier ordinaire, Qui est aussi laid qu'ung marmot, Coquillart, Droits nouveaux.

XVIe s. En l'isle de Zocotere, on voit une beste qui s'appelle huspalin, grosse comme un marmot ethiopien, fort monstrueuse, Paré, Monstres app. 3. Or des bestes que j'ay sus dites, Sagon, tu n'es des plus petites ; Combien que Sagon soit un mot Et le nom d'un petit marmot, Marot, le Valet contre Sagon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « marmot »

(1480) De l’ancien français marmot (« petit singe »)
Note : sans doute déverbal de marmotter[1] au sens de parler confusément et entre les dents[2]. Les mouvements continuels que les singes font avec leurs babines[1] (→ voir babouin) et les grimaces qui en découlent ont translaté le sens.
Une confusion possible par assimilation phonétique a pu rapprocher ce mot de l’ancien français merme (« mineur ») avec un dérivé en -ot[3] bien que le sens primitif soit "singe" et non "enfant"[4] ». Voir marmite, marmouset. Le sens familier courant de «petit enfant» a d'abord été employé à propos d'une fillette (1633), puis sans distinction de sexe (1640), puis réservé, au singulier, à un petit garçon (1668)[5]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, marmot, roquet ; ital. marmocchio. Origine inconnue. Henri Estienne, dans sa Conformité du langage français avec le grec, l'a tiré du grec μορμὼ, épouvantail ; mais on ne voit pas comment ce mot grec serait entré en français. Marmot se rattache-t-il à marmotte ou à marmouset ? Scheler demande si marmot ne serait pas un dérivé de l'ancien français merme, qui signifie très petit ; cela n'est pas impossible, bien que le sens primitif soit singe et non enfant. Marmaille paraît tenir à marmot. M. Boucherie croit que marmot vient de l'ancien français m'arme [mon âme] ; mais cela, qui peut-être s'appliquerait à marmot, enfant, ne s'applique aucunement à marmot, singe, qui est le sens ancien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « marmot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marmot marmo

Citations contenant le mot « marmot »

  • Rassurez-vous, vous n’allez pas abandonner votre marmot sous le préau et vous avez toujours le droit d’aller le chercher, les écoles, les crèches, collèges et lycées faisant partie des exceptions aux règles du couvre-feu. Par contre, il vous faut pour cela remplir l’attestation de déplacement dérogatoire et y cocher la case n° 3 : « déplacements pour motif familial impérieux ». , Coronavirus : Couvre-feu oblige, ce que vous avez encore le droit de faire après 18 heures... ou pas
  • «Croquer le marmot», «yoyoter de la cafetière»... Les expressions vétustes constellent la langue française. Certaines, au vu de leur charme, n’ont pourtant pas pris une ride! Florilège. LEFIGARO, Cinq expressions anciennes (et bizarres) qui nous manqueraient presque
  • Loulou marmot s’inscrit dans la mouvance rétro chic : « On avait envie de jouer cette carte, l’ancienneté de l’usine nous conférant le “background” pour s’y essayer », considère le patron, Franck Sordat. L’inscription à l’intérieur du vêtement, sous le col, annonce le pays mais également – ce qui se lit moins souvent – la commune de fabrication. Une fierté qu’il est de bon ton de mettre en avant en période de patriotisme économique. SudOuest.fr, Moulin Neuf lance des sous-vêtements enfants "100% made in Périgord"
  • Il faut que les gens «comprennent le danger de consommer de la viande de marmotte», susceptible de véhiculer la bactérie Yersinia pestis, responsable de la peste, et «la nécessité de se faire vacciner à temps», a insisté Cholban Kara-ool. TVA Nouvelles, Campagne de vaccination contre la peste en Russie | TVA Nouvelles
  • Le nom des marmots est né d'une légende selon laquelle deux enfants vivant avec leur père dans une masure au bord du Lot, avaient apprivoisé une marmotte qui, effrayée, s'enfuit un soir d'orage. Partis à sa recheche, les enfants durent se réfugier dans une cabane. Quand ils rentrèrent au village le Lot avait débordé et emporté leur maison et leur père. Les enfants furent donc sauvés par la marmotte. On les surnomma les marmots. Un nom que tous les habitants de Saint Geniez d'Olt ont fini par adopter... ladepeche.fr, Saint Geniez d'Olt et d'Aubrac. La légende des Marmots - ladepeche.fr
  • Rombies-et-Marchipont : ouverte le 3 septembre, L’îl Ô marmots a été inauguré ce vendredi après-midi (PHOTOS) La Voix du Nord, Rombies-et-Marchipont : ouverte le 3 septembre, L’îl Ô marmots a été inauguré ce vendredi après-midi (PHOTOS) - La Voix du Nord

Traductions du mot « marmot »

Langue Traduction
Anglais brat
Espagnol palo de golf
Italien monello
Allemand gör
Chinois 小子
Arabe شقي
Portugais pirralho
Russe отродье
Japonais がき
Basque brat
Corse bruttu
Source : Google Translate API

Synonymes de « marmot »

Source : synonymes de marmot sur lebonsynonyme.fr

Marmot

Retour au sommaire ➦

Partager