La langue française

Marais

Sommaire

  • Définitions du mot marais
  • Étymologie de « marais »
  • Phonétique de « marais »
  • Citations contenant le mot « marais »
  • Images d'illustration du mot « marais »
  • Traductions du mot « marais »
  • Synonymes de « marais »

Définitions du mot marais

Trésor de la Langue Française informatisé

MARAIS, subst. masc.

A. −
1. Terrain, généralement de vaste étendue, recouvert en permanence d'une nappe d'eau peu profonde, où croissent en abondance des plantes aquatiques et parfois des arbres. Synon. palus (vx), palude (vx), marécage.En s'informant mieux, on sut que c'était s'enfoncer dans un pays de marais, d'où l'on ne se tirerait jamais (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 1, 1821-24, p. 248).J'embourbai le chariot dans les marais de la Snowy (Verne,Enf. cap. Grant,t. 3, 1868, p. 216):
1. ... plus loin, la rivière, canalisée jusque-là, s'épandait en un vaste marais. Ce marais (...) était tout le souci de mon cousin (...). À travers l'immense peuple de roseaux qui le couvrait (...), on avait tracé d'étroites avenues où les barques plates, conduites et dirigées avec des perches, passaient, muettes... Maupass.,Contes et nouv.,t. 1, Amour, 1886, p. 737.
SYNT. Marais breton, poitevin, vendéen; marais croupissant, impraticable, impénétrable, limoneux, pestilentiel, stagnant; marais fluvial, littoral; marais d'estuaire; marais à sangsues; assèchement, dessèchement des marais; assécher un marais; s'enfoncer, s'enliser dans un marais.
P. métaph. Les petites villes, marais de commères, excellent dans cette malignité isolante (Hugo,Travaill. mer,1886, p. 120).
Spécialement
MÉD., vx. Fièvre des marais. Fièvre endémique intermittente causée par les exhalaisons des marais. Synon. fièvre paludéenne, malaria.Nous avons traversé une contrée infestée de rivières et Diane a pris la fièvre des marais (Gobineau,Corresp.[avec Tocqueville], 1856, p. 269).
CHIM., vx. Gaz des marais. Méthane. C'est l'occasion, pour Berthelot, de peindre pittoresquement la retraite dans les mines des derniers hommes avec des champignons pour nourriture, avec le gaz des marais, «le feu grisou comme bon Dieu» (Goncourt,Journal,1872, p. 901).
GÉOGR., GÉOMORPHOL. Marais de pente. Marais situé sur une pente à l'affleurement d'une couche imperméable (d'apr. Plais.-Caill. 1958).
Loc., vx. Se sauver par/à travers le marais (Ac. 1798-1878). Se tirer d'embarras en invoquant de mauvaises raisons.
P. anal.
MÉTÉOR. Marais barométrique. ,,Dépression dans laquelle le gradient horizontal de pression associé est faible et la pression centrale différente de la normale de la région`` (Villen. 1974). La situation inverse du marais barométrique est l'aire de hautes pressions, sorte de plateau anticyclonique parsemé de petites proéminences. C'est une situation rare, accompagnée généralement de beau temps mais, parfois, à allure orageuse en été (Delc.t. 51928).
TECHNOL. Réservoir d'eau placé au-dessus d'une chaudière. On désigne sous le nom de marais, un réservoir collecteur contenant de l'eau et placé au dessous des chambres de chauffe (Saillard,Betterave,t. 2, 1923, p. 74).
P. ext. Endroit boueux et parsemé de flaques d'eau. Synon. marécage.Elle s'arrêta contre l'un de ces poteaux sans se décider à franchir le marais fangeux qui servait de cour à cette maison (Balzac,Chouans,1829, p. 240).
2. Au fig. [S'emploie pour référer à une attitude, un état, une situation présenté(e) comme qqc. dont on ne peut se dégager, auquel il est impossible d'échapper] Liebknecht avait commencé par être un révolutionnaire antiparlementaire. Il avait dit et écrit que le Parlement était un marais où s'enfonceraient les énergies socialistes (Jaurès,Ét. soc.,1901, p. 71).Je ne pouvais plus vivre dans le marais, le chaos, la confusion (Guéhenno,Journal homme 40 ans,1934, p. 106).
[Avec un compl. adj. ou nominal indiquant ce qui constitue le marais] Le marais du désespoir. Il mourut (...) persuadé que son nom sombrerait, avec sa vie, d'un irréparable naufrage, dans cet immense marais de l'oubli (Bourget,Nouv. Essais psychol.,1885, p. 253).La violence prolétarienne (...) tend à restaurer la structure des classes au fur et à mesure que celles-ci semblaient se mêler dans un marais démocratique (Sorel,Réflex. violence,1908, p. 120).Il [Jaurès] s'enfonçait tous les jours davantage dans le marais parlementaire (Tharaud,Péguy,1926, p. 235).
HIST. Le marais. [Appellation employée par dérision durant la Convention pour désigner le parti du centre, regroupant les modérés] Synon. la plaine.Il n'y a qu'à rire de vos efforts, leur dis-je, contre la montagne, tant que vous nous attaquerez par le marais et le côté droit (Desmoulinsds Vx Cord.,1793-94, p. 55).
B. − Vx. Terrain bas situé dans l'enceinte ou à l'entour de Paris (ou d'une ville importante) propre à la culture intensive des légumes. Un arpent de marais. Un bon marais (Ac. 1798-1835). Je vous demande grâce aussi pour les petites fèves de marais (Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p. 219):
2. J'ai promis à cet homme [le jardinier] un marais et une maison de maraîcher contiguë à la loge du concierge de la rue Saint-Maur. Balzac, Honorine,1843, p. 348.
En partic. Le Marais. Quartier de Paris aménagé et construit principalement au xviiesiècle sur d'anciens marais qui fut l'un des séjours privilégié de l'aristocratie sous l'Ancien Régime. Bourgeois du Marais; le Théâtre du Marais. Le Marais est constitué par la partie orientale du IIIearrondissement et par la Place des Vosges et ses environs, qui appartiennent au Quatrième (Fargue,Piéton Paris,1939, p.108):
3. Dans les quartiers industrieux, du haut en bas des maisons à cinq étages, des vieux hôtels du Marais (...) on passe les nuits à manier de la gaze, des fleurs et du paillon... A. Daudet,Nabab,1877, p. 98.
Vx. Demoiselles du Marais. Courtisanes habitant le Marais. (Ds Littré).
C. − Marais salant. Terrain situé à proximité du littoral aménagé pour que l'eau de mer l'inonde et s'y évapore dans le but d'en recueillir le sel. Synon. salin, saline.Marais salant du Midi. Dans les marais salans du Midi, le quintal métrique ou le sac de 100 kilogr. coûte au fabricant 70 cent. (Monopole et impôt sel,1833, p. 5).Des marais salants se sont installés sur tout le pourtour de la Méditerranée (Stocker,Sel,1949, p. 94):
4. ... dans la petite ville de Saint-Pierre-d'Oleron, j'avais trois vieilles tantes, qui vivaient très modestement des revenus de leurs marais salants... Loti, Rom. enf., 1890, p. 47.
Rem. Dans le même sens: marais salin, vx. Au fond, et jusqu'à la mer, une plaine immense tachée çà et là de flaques d'un brun acier. Ce sont les marais salins (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 221). Égypte! Je vois une chose plate et de profil, étincelante, comme les marais salins d'Alexandrie (Cocteau, Maalesh, 1949, p. 81).
Prononc. et Orth.: [maʀ ε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.: 1. a) [1086 dans un texte lat. maresc, maresch «nappe d'eau stagnante recouvrant un terrain partiellement envahi par la végétation» (Domesday Book ds Z. rom. Philol. t. 8, 1884, p. 325)] ca 1140 mareis (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 5485); b) 1556 maraiz sallans (doc. ds DAG § 268); c) 1855 gaz des marais (Littré-Robin); 2. a) 1643 Marais nom d'un quartier de Paris (Scarron, Œuvres diverses, éd. M. Cauchie, t. 1, p. 41); b) 1680 «terrain consacré à la culture maraîchère» (Rich.); 3. 1690 «région marécageuse» (Fur.); 4. 1792 hist. «le Tiers Parti, sous la Révolution française» (Chabot, 14 oct. ds Quem. DDL t. 11); 5. 1926-31 marais barométrique (Delc.). De l'a. b. frq. *marisk (dér. du germ. *mari- «mer»), cf. le m. néerl. mersch, maersch «pré; terrain marécageux», m. b. all. mersch, marsch «terre fertile au bord de la mer», ags. merisc «bourbe, boue», angl. marsh «marais, marécage». Mariscus, marescus «marais» est att. en b. lat. dès le viiies. (Nierm.; Nov. Gloss.). Fréq. abs. littér.: 1 097. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 172, b) 1 873; xxes.: a) 1 173, b) 1 101. Bbg. Quem. DDL t. 11. _ Wartburg (W. von). Probl. d'étymol. gallo-romane. R. Ling. rom. 1955, t. 19, pp. 278-283.

Wiktionnaire

Nom commun

marais \ma.ʁɛ\ masculin

  1. (Géographie) Étendue de terrain périodiquement inondée ou continuellement humide, recouverte d’une nappe d’eau peu profonde.
    • […]; le sol s'affaisse en s’asséchant. Pour l'affermir, il faut d'abord brûler les choins, massettes, roseaux, et, pour cela, tenir le marais le plus à sec possible, […]. — (François Rozier, Cours complet d'agriculture ou Dictionnaire universel d'agriculture, t.11, 1805, page 480)
    • Le marais prend dès la dernière grange : peu à peu, l’herbe devient plus rêche, des houppes laineuses y floconnent ; il y luit des nappes de joncs; la reine des près, le glaieul d’eau y buissonnent et, lentement, la sphaigne, la mousse décolorée, commence à régner, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Horticulture) (Vieilli) Terrain, riche en humus, destiné au maraîchage.
    • Dans les marais parisiens, où l’on fait, dans l’année, de quatre à six saisons, ou récoltes, sur le même sol, la série des opérations est très complexe, et la conduite des cultures nécessite une connaissance approfondie du métier. — (O. Bussard, Cultures légumières, 1943)

Forme de verbe

marais \ma.ʁɛ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif imparfait de marer.
  2. Deuxième personne du singulier de l’indicatif imparfait de marer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARAIS. n. m.
Terrain couvert ou pénétré par des eaux qui n'ont point d'écoulement. Pays de marais. Dessécher un marais. Odeur de marais. Les exhalaisons d'un marais. S'enfoncer, s'enliser dans un marais. Fièvre de marais. Voyez fiÈvre. Marais salant, Espace de terre, entouré d'une digue, situé sur le bord de la mer, qui le couvre dans les hautes marées et y laisse, en se retirant, une eau qui s'évapore et dépose le sel dont elle était chargée.

Littré (1872-1877)

MARAIS (ma-rê ; l's se lie : un ma-rê-z impraticable) s. m.
  • 1Terrain non cultivé, très humide ou incomplétement couvert d'une eau qui est sans écoulement. Un rat plein d'embonpoint, gras et des mieux nourris, Et qui ne connaissait l'avent ni le carême, Sur le bord d'un marais égayait ses esprits, La Fontaine, Fabl. IV, 11. Don Francisco de Mellos l'attend de pied ferme [Condé à Rocroy] ; et, sans pouvoir reculer, les deux généraux et les deux armées semblent avoir voulu se renfermer dans des bois et dans des marais pour décider leur querelle, comme deux braves en champ clos, Bossuet, Louis de Bourbon. Songez que Paris, qui n'est pas d'un dixième moins grand que Londres, n'était alors [dans l'antiquité] qu'une petite cité barbare ; Amsterdam n'était qu'un marais…, Voltaire, Dial. 24. Le Don, qui se réunit avec le Donjec, forme, avant que d'arriver à la mer Noire, un lac ou marais fort considérable qu'on appelle le Palus Méotide, dont l'étendue est de plus de cent lieues en longueur sur vingt ou vingt-cinq de largeur, Buffon, Hist. nat. Preuv. th. terr. Œuvres, t. II, p. 152. Immobile au milieu de ses dormantes eaux, Le marais paresseux tranquillement sommeille Sur le limon fangeux qui nourrit ses roseaux, Delille, Convers. I. Marius s'est réfugié dans ces marais de Minturnes, près de la demeure de Scipion, Staël, Corinne, XIII, 4. S'il est vrai qu'il soit très dangereux de s'endormir en traversant les marais Pontins, l'invincible sommeil qu'ils inspirent dans la chaleur est encore une des impressions perfides que ce lieu fait éprouver, Staël, ib.

    Marais verts, marais recouverts d'une couche de gazon ou d'herbages souvent assez élevés.

    Fièvre de marais, fièvre intermittente causée par les effluves des marais.

    Fig. Se sauver par les marais, à travers les marais, se tirer comme on peut d'un péril, d'un embarras, d'un mauvais pas (voy. à l'historique, dans un exemple de Brantôme, l'origine de cette locution). Je me jetterai sans balancer dans la bourgeoisie de Paris, je montrerai les baux de mes maisons… enfin je tâcherai de me sauver par les marais comme je pourrai, plutôt que de payer cinq ou six cents livres pour un homme d'arrière-ban, Sévigné, 13 avr. 1689. Il [Guillaume III] vient de pêcher en eau trouble une île tout entière ; ailleurs, à la vérité, il est battu et poursuivi, mais il se sauve par les marais, et ne veut écouter ni paix ni trêve, La Bruyère, XII.

  • 2Marais salant, terre où l'on fait venir l'eau de la mer pour faire du sel.
  • 3À Paris et aux environs, terrain bas où l'on fait venir des légumes.
  • 4Le Marais, quartier de Paris, qu'on nomme aussi quartier du Temple. Adieu, beau quartier des Marets [écrit ainsi pour rimer aux yeux], C'est avecque mille regrets Qu'une très pressante besoigne Pour quelque temps de vous m'éloigne, Scarron, Poésies diverses, t. VII, p. 26. Tout bon fainéant du Marais Fait des vers qui ne coûtent guère ; Pour moi, c'est ainsi que j'en fais ; Et, si je les voulais mieux faire, Je les ferais bien plus mauvais, Chapelle, Épigr. en réponse à Despréaux. M'ayant entendu demander le chemin du Marais, qui est le quartier le plus éloigné de Paris ; j'y vais, me dit-il, et je vous y conduirai ; suivez-moi, Montesquieu, Lett. pers. 31.

    Demoiselles du Marais, nom qu'on donnait aux courtisanes, à cause qu'il y en avait toujours beaucoup dans ce quartier-là.

  • 5Le marais ou la plaine, se disait du parti du centre à la Convention, composé de modérés ; par opposition à la montagne.

HISTORIQUE

XIIe s. A tant s'en torne très parmi le marois, Raoul de C. 84.

XIIIe s. Gefroi de la Chapele dit que l'en ne puet avoir conduit joint à la meson commune qui reçoit l'aau ou de ciel ou de marois, Liv. de jost. 139.

XVe s. Ils furent informés que ens uns grands marès qui là sont en une vallée, avoit la plus belle proie du monde, Froissart, II, II, 141. Un lieu où il souloit avoir un vivier, qui pieça atterry et vint en prez, et de present est en maresqs, Du Cange, mariscus.

XVIe s. [Au siége de la Rochelle, dans une terreur panique] plusieurs eurent telle frayeur qu'ils aviserent à se sauver par les marais, et plusieurs s'y enfuirent qui furent après reconnus par la boue qui en estoit empreinte en leurs chalesses [sic], Brantôme, Cap. franç. t. IV, p. 281, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARAIS, s. m. (Géograph.) lieu plus bas que les lieux voisins, où les eaux s’assemblent & croupissent, parce qu’elles n’ont point de sortie ; on appelle aussi marais certains lieux humides & bas, où l’eau vient quand on creuse un pié ou deux dans la terre.

Les Grecs ont deux mots pour exprimer un marais, savoir elos, qui répond assez à l’idée que nous avons du mot marais, c’est-à-dire une terre basse noyée d’eau ; & limné, que les Latins rendent également par palus & par stagnum, un marais ou un étang, c’est à-dire un terrein couvert d’eau. Mais les Latins ont fort étendu le sens du mot palus, car ils l’emploient à signifier un lac ; ainsi ils ont dit le Palus Méotide, pour désigner un grand lac, qui mérite bien le nom de mer, & qui est à l’embouchure du Don.

Les marais se forment de plusieurs manieres différentes.

Il y a des terres voisines des rivieres, le débordement arrivé, l’eau se répand sur ces terres, y fait un long séjour, & les affaisse. Pour lors ces terres deviennent des marais & restent telles, à moins que l’ardeur du soleil ne les desseche, ou que l’art ne fasse écouler ces eaux. On est parvenu à cet art pour ne pas perdre le terrein, en pratiquant des canaux par où l’eau s’écoule, & en coupant des fossés, dont la terre sert à relever les prairies & à ramasser les eaux auxquelles on ménage un cours, soit par des moulins, soit par quelqu’autre artifice semblable. On empêche de cette maniere que de grands terreins ne restent inondés. Les Hollandois ont desséché quantité de marais par cette invention, & c’est ce qu’ils nomment des polders.

Il arrive encore que dans un terrein inculte & dépeuplé, les plantes sauvages naissent confusément, & forment avec le tems, un bois, une forêt ; les eaux s’assemblent dans un fond, & les arbres qui les couvrent en empêchent l’évaporation. Voilà un marais fait pour toujours. Il y a de tels marais à Surinam, qui ont commencé avec le monde, & qui ont des centaines de lieues d’étendue.

Les marais qui ne consistent qu’en une terre très-humide, se corrigent par des saignées, & deviennent capables de culture, comme le prouvent un grand nombre de lieux des Pays-bas & des Provinces-unies.

L’art même vient à-bout de dessécher les terres que l’eau couvre entierement. Il n’a tenu qu’au gouvernement de Hollande de consentir que l’espace qu’occupe aujourd’hui la mer de Harlem, qui n’est proprement qu’un marais inondé, ne se changeât en un terrein couvert de maisons & de prairies. Cela seroit exécuté depuis longtems, si les avantages qu’on en tireroit avoient paru sans risque & supérieurs à ceux que cette mer procure au pays.

Il y a des marais qu’il ne seroit ni aisé ni utile de dessécher ; ce sont ceux qui sont arrosés d’un nombre plus ou moins grand de fontaines, dont les eaux se réunissant dans une issue commune, se frayent une route, & forment une riviere qui se grossissant de divers ruisseaux, fait souvent le bonheur de tout le pays qu’elle arrose.

On appelle à Paris improprement marais, des lieux marécageux, bonifiés & rehaussés par les boues de la ville qu’on y a apportées, & où à force de fumier, on fait d’excellens jardinages.

On appelle sur les côtes de France marais salans, des lieux entourés de digues, où dans le tems de la marée, on fait entrer l’eau de la mer qui s’y change en sel. (D. J.)

Marais, (Jardinage.) est une espece de légumier situé dans un lieu bas, tel qu’on en voit aux environs de Paris, de Londres, de Rome, de Venise, & des grandes villes.

Marais salans, voyez l’article Saline.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « marais »

(Vers 1140) En ancien français mareis, du vieux-francique *marisk (cf. néerlandais meers, régional mars), apparenté à l'allemand Marsch, à l'anglais marsh.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, maras' ; Hainaut, marache ; ital. marese ; bas-lat. mariscus. Comme maria (plur. de mare) avait pris, d'après Isidore et d'autres documents, le sens de masse d'eau douce ou salée, on en forma le bas-latin mara, mare (voy. ce mot) ; d'où l'italien marese et le français marais ; cette dérivation s'appuie encore sur le provençal marese, marin, qui vient de mare ou mara. Mais, comme marais a donné maresc, marescage, maraischer, il est probable qu'il y a eu intervention du germanique : anc. flam. maerasch, marais ; holl. maras ; allem. Marsch.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « marais »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marais maʀɛ

Citations contenant le mot « marais »

  • Le mariage : un marais, un exercice d’auto-mystification qui dure la vie entière. De Paul Auster / Léviathan
  • L’eau qui ne court pas fait un marais, l’esprit qui ne travaille pas fait un sot. De Victor Hugo / Tas de pierres
  • L'âme de l'homme est comme un marais infect : si l'on ne passe vite, on s’enfonce. De Stendhal / Lucien Leuwen
  • Sans l'appui de l'égoïsme, l'animal humain ne se serait jamais développé. L'égoïsme est la liane après laquelle les hommes se sont hissés hors des marais croupissants pour sortir de la jungle. De Blaise Cendrars / Hors la loi !
  • Amkhatriou aime venir dans les marais pour y travailler la terre dans sa parcelle. Charles adore s’y dépenser. Hélène s’y balade car elle a « le sentiment d’être à la campagne, tout en n’étant qu’à cinq minutes à pied du centre-ville de Bourges ». Tous les trois partagent l’avis de Daniel, habitué des lieux, comme eux : c’est un espace de tranquillité en plein cœur du centre-ville de la préfecture du Cher. www.leberry.fr, Les marais, un coin de campagne en plein cœur de Bourges - Bourges (18000)
  • La 11e édition du Festival des Hortillonnages d’Amiens se déroule jusqu'au 18 octobre. 50 installations intègrent ces étonnants marais fertiles à quelques encablures de la cathédrale. IDEAT, Festival des Hortillonnages d’Amiens, le musée au milieu des marais
  • C'est la partie la plus connue du marais poitevin : le marais mouillé, avec les chenaux dans le bocage, "Venise verte", Amazonie en miniature. Mais si tout le monde s'y rue, ce n'est pas le seul endroit du marais poitevin à explorer. Il y a aussi le marais desséché, aux vastes étendues vouées à l'agriculture, ou le marais maritime, sur le littoral, qui a la préférence de notre chroniqueur. Au bord de la baie de l'Aiguillon, la route de la Pointe aux Herbes se termine en cul-de-sac. Ici, on pourra déguster des moules de bouchot en ayant la sensation d'être au bout du monde. Europe 1, Le marais sous un nouvel angle, des îles sauvages : nos conseils pour visiter le Poitou
  • Avec les dernières sécheresses, les routes dans les marais en Vendée ont souffert. Le département expérimente différentes méthodes pour réduire l’impact environnemental et augmenter leur durée de vie : fibre de carbone, pieutage, recyclage en place… La Gazette des Communes, Les routes des marais, laboratoire de la Vendée
  • La plante peut se présenter sous deux formes différentes. La première avec des tiges flottantes pouvant atteindre plusieurs mètres et sur lesquelles se trouvent des feuilles rondes (à ne pas confondre avec la grenouillette, aussi appelée petit nénuphar, plante flottante et traditionnelle du marais). L’autre forme est une tige plutôt dressée avec des feuilles ovales et des fleurs jaunes. Dans les deux cas, il s’agit bien de la jussie. Terres et Territoires, Nouvelle alerte à la jussie dans le marais audomarois - Terres et Territoires
  • Sur la route des plages, pourquoi ne pas s’arrêter pour faire un tour en barque dans le marais audomarois. Lieu idéal pour une balade dépaysante en pleine nature, à faire seul ou guidé. La Voix du Nord, Marais audomarois : une balade en barque, incontournable

Images d'illustration du mot « marais »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « marais »

Langue Traduction
Anglais swamp
Espagnol pantano
Italien palude
Allemand sumpf
Chinois 沼泽
Arabe مستنقع
Portugais pântano
Russe болотный
Japonais 沼地
Basque swamp
Corse pantanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « marais »

Source : synonymes de marais sur lebonsynonyme.fr
Partager