Manille : définition de manille


Manille : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MANILLE1, subst. fém.

JEUX
A. − Vx. [Au jeu de hoc, de l'hombre, du quadrille] Carte maîtresse. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Jeu de cartes où le dix et l'as sont les cartes maîtresses. Manille contrée ou coinchée, muette, parlée; jouer à la manille; faire une manille. Ce gredin de Rimbaud (...) et moi, les bazardâmes [des oeuvres de Villiers] avant tant d'autres choses en vue d'absinthes et de manilles! (Verlaine,Corresp.,t. 3, 1883, p. 388).On boit la dernière et on fait une manille aux enchères à trois, pour savoir qui paiera les consommations? (Pagnol,Marius,1931, III, 1ertabl., 2, p. 160).
[Au jeu de manille] Le dix de chaque couleur, première carte maîtresse. Il claque une carte contre la table. La manille de carreau (Sartre,Nausée,1938, p. 39).
REM.
Manoche, subst. fém.,pop. Jeu de manille. Mimar descendait prendre son «jus» dans la boutique et elle ne le revoyait pas jusqu'à trois heures. Il avait accepté de faire une «manoche», rien qu'une! (Dabit,Hôtel Nord,1929, p. 186).
Prononc. et Orth.: [manij]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. a) 1696 «carte maîtresse au jeu de l'hombre» (Boisfran, Les Bains de la porte de S. Bernard, I, 2 ds Gherardi, Théâtre ital. [éd. 1700], t. 6, p. 371); b) 1893 «carte maîtresse (dix) au jeu de manille» (DG); 2. 1883 «jeu de cartes où les plus fortes sont le 10 et l'as» (Verlaine, loc. cit.). Altération, issue d'une dissimilation du -l- (peut-être favorisée par l'infl. de main), de malille «neuf de carreau» (1660, Oudin Esp.-Fr., s.v. malilla; aussi menille), empr. à l'esp. malilla «deuxième carte maîtresse dans certains jeux de cartes» (1604 ds Cor.-Pasc., s.v. malo), dimin. de mala de même sens. L'esp. malilla, littéralement «petite malicieuse» (mala [fém. de malo, du lat. malum, v. mal] signifiant lui-même proprement «malicieuse, méchante»), s'est appliqué à la carte qui, ordinairement l'une des moindres en valeur, peut devenir l'une des plus fortes quand sa couleur est atout.
DÉR. 1.
Maniller, verbe intrans.,rare. Jouer à la manille. (Dict. xxes.). [manije]. 1reattest. 1902 (Nouv. Lar. ill.); de manille1, dés. -er.
2.
Manilleur, subst. masc.Joueur de manille. Ceux qui n'avaient pas de tanière s'étaient couchés dans la tranchée, enroulés dans leur couverture. Dans un trou, des voix piailleuses de manilleurs. Tous les autres s'assoupissaient (Dorgelès,Croix bois,1919, p. 43).Le samedi, les manilleurs s'acharnaient. Aux approches de minuit, Lecouvreur qui bâillait regardait ostensiblement la pendule. Il allait d'une table à l'autre, faisant sur les mises des remarques machinales et se raidissant contre la fatigue. Le désir de se libérer de ses dettes lui donnait du courage (Dabit,Hôtel Nord,1929, p. 42). [manijoe:ʀ]. 1reattest. 1919 (Dorgelès, loc. cit.); de maniller, suff. -eur2*.
3.
Manillon, subst. masc.[Au jeu de manille] L'as de chaque couleur, seconde carte maîtresse après le dix. Boubouroche: (...) Donc, tu as deux carreaux, deux coeurs, le manillon de trèfle deuxième, et deux piques par le manillon. C'est bien ton jeu? Potasse: Oui. Boubouroche: Bon! Cache-le! Joue atout (Courteline,Boubouroche,1893, I, 1, p. 18). [manijɔ ̃]. 1reattest. 1893 (Id., ibid.); de manille1, suff. -on*. Fréq. abs. littér.: 11.
BBG.Boulan 1934, p. 79. _ Chautard. Vie étrange arg. Paris, 1931, pp. 437-439 (s.v. manoche). _ Quem. DDL t. 4 (s.v. manillon).

MANILLE2, subst. fém.

A. − Anneau de fer entourant la cheville d'un galérien ou d'un forçat, auquel était attachée une chaîne. Mais, vieux, être tutoyé par le premier venu, être fouillé par le garde-chiourme, recevoir le coup de bâton de l'argousin! Avoir les pieds nus dans des souliers ferrés! Tendre matin et soir sa jambe au marteau du rondier qui visite la manille! (Hugo,Misér.,t. 1, 1862, p. 288).
B. − MAR. Étrier de métal qui se ferme à l'aide d'un axe à pas de vis, servant à assembler deux longueurs de chaîne, à relier deux anneaux. La force du vent était telle que la manille de l'écoute de la voile de cape et celle du tourmentin ont cassé (Charcot,Voy. îles Féroë,1934, p. 49).
Prononc.: [manij]. Étymol. et Hist. 1. 1833 «anneau auquel on attache la chaîne d'un forçat» (Balzac, Lettres Étr., t. 1, p. 67); 2. mar. a) 1868 «anneau d'une chaîne destinée à retenir l'ancre» (Littré); b) 1902 «anneau ou étrier reliant deux longueurs de chaîne» (Nouv. Lar. ill.). Empr. à l'a. prov. manellie «anneau auquel on attache la chaîne d'un galérien» (1512 ds Fennis, La Stolonomie, p. 381; aussi 1548 manilhe, ibid.; 1551 manille, ibid. et 1680 ds Jal., s.v. manille2); issu d'un plus anc. manelha «anse» (xves. ds R. Lang. rom. t. 35, 1891, p. 72b; 1451 ds Pansier, s.v. manega «id.», ce dernier déjà att. en 1350), lui-même du lat. manicula, v. manique. Le sens de «anse» est également att. en fr. au xviies. et survit de nos jours dans le domaine fr.-prov., occitan (cf. FEW t. 6, 1, p. 215b).
DÉR.
Maniller, verbe trans.,mar. Réunir par une manille afin de constituer un ensemble. Maniller un câble-chaîne (Bonn.-Paris1859). [manije]. 1reattest. 1859 id.; de manille2, dés. -er.
BBG.Hope 1971, p. 447.

MANILLE3, subst. fém.

[Chez certains peuples primitifs] Anneau de métal ornemental qui se porte à la cheville ou au bras. (Dict. xixeet xxes.; v. aussi Leloir 1961).
Prononc.: [manij]. Étymol. et Hist. 1. 1543 «bracelet» (Doc. ap. La Fons ds Gdf.); 2. 1723 «anneau porté par les sauvages comme ornement du poignet ou à la cheville et que les marchands européens échangent contre les produits du pays» (Savary). Empr. à l'esp. manilla «bracelet» (1490 ds Cor.), lui-même empr. au cat. manilla «id.» (2emoitié du xiiies. ou xives., ibid.), dimin. de mano, du lat. manus, v. main. Fréq. abs. littér.: 75. Bbg. Hope 1971, p. 447.

MANILLE4, subst. masc.

A. − Fibre végétale voisine du chanvre, récoltée dans les îles Philippines (d'apr. Fén. 1970). Ton lit aux nattes de manille (Leconte de Lisle,Poèmes barb.,1878, p. 189).Le carton cuir qui est composé de feuilles de carton collées ensemble après interposition de colle et de produits à base de cuir (...) ou de fibres textiles (manille, jute, etc.) (Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux,1947, p. 127).
P. méton., MAR. Cordage en manille (d'apr. Gruss 1952).
B. − Paille fine, souple et résistante, récoltée dans les îles Philippines et servant essentiellement à fabriquer des chapeaux. Nous avons repris pour un éphémère été de la Saint-Martin nos cloches de manille roussies (C. Willy,La Retraite sentimentale,1907, 86 ds Quem. DDL t. 16).
P. méton. Chapeau fabriqué en manille et originaire des îles Philippines. Un gros marseillais coiffé de l'insolent manille (Arène,Paris ingénu,1882, p. 223).
C. − Cigare provenant des îles Philippines. Fumer un manille. Dans des cases de bois odorant, étaient rangés par ordre de taille et de qualité (...) les havanes et les manilles (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 565).
Prononc.: [manij]. Étymol. et Hist. 1. 1846 «cigare» (Dumas père, loc. cit.); 2. 1873 «chapeau de paille» (Lar. 19e); 3. 1878 «filin de chanvre» (Leconte de Lisle, loc. cit.). Du nom de Manille, ancienne capitale des Philippines.

Manille : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

manille \ma.nij\ féminin

  1. (Cartes à jouer) Jeu de cartes où le dix est la plus forte carte.
    • Que veux-tu, c'est plus fort que moi ; quand je joue la manille, je ne me connais plus. — (Georges Courteline, Boubouroche, 1910, Acte I, scène 1)
    • Un soir, après le dîner, une fois la vaisselle lavée et rangée ainsi que les bidons et autres ustensiles de table, Niang s'en va faire sa manille avec les soldats européens de la section hors rang. — (Raymond Escholier, Mahmadou Fofana, Crès, 1928)
  2. Au jeu de manille, nom du 10, qui est la plus forte carte.

Nom commun 2

manille \ma.nij\ féminin

  1. Pièce métallique ayant la forme d’un U et fermée par un manillon.
    • J’ai mis mon baudrier, ai pris les outils nécessaires au cas où, pince, couteau, manilles, poulie, et suis parti à l’assaut du mât. — (Ronan Gravot, En voilier autour du monde – Journal de bord, 4 février 2007)

Nom commun 3

manille \ma.nij\ masculin

  1. Cigare de Manille.
    • Fumer un manille.
  2. (Habillement) Chapeau en paille de riz fabriqué à Manille.
    • Un homme coiffé d'un manille blanc.
  3. (Marine) Cordage. Mis pour : « cordage en chanvre de Manille ».
    • Mes pieds sont attachés et mes mains liées sur ma poitrine avec assez de corde de manille pour ouvrir une boutique de fournitures de marine. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 163)

Forme de verbe

manille \ma.nij\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de maniller.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de maniller.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de maniller.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de maniller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de maniller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Manille : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANILLE. n. f.
Jeu de Cartes où le dix, dit manille, est la plus forte carte.

Manille : définition du Littré (1872-1877)

MANILLE (ma-ni-ll', ll mouillées, et non mani-ye) s. f.
  • Terme du jeu d'hombre, du quadrille et du tri. C'est en noir, le deux, et en rouge, le sept de la couleur dans laquelle on joue.

    Autre jeu de cartes dans lequel le neuf de carreau qu'on nomme manille reçoit la valeur qui convient à celui qui le possède.

    Au jeu de hoc, manille est le valet de carreau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Manille : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANILLE, s. f. terme de jeu. Au jeu de quadrille c’est la seconde & la plus haute carte après espadille : c’est le deux en couleur noire, & le sept en couleur rouge.

Manille à la comete, neuf de carreau que l’on fait valoir pour telle carte qu’on veut, pour roi, pour dame, valet & dix, & ainsi des autres cartes inférieures. Il y a de l’habileté à faire valoir cette carte à-propos.

Manille, (Géogr.) ville forte des Indes, capitale de l’île de Luçon, & la seule ville de cette île, avec un bon château, un havre magnifique, & un archevêché. On y jouit presque toujours d’un équinoxe perpétuel, car la longueur des jours ne differe pas de celle des nuits d’une heure pendant toute l’année, mais la chaleur y est excessive.

Cette ville, qui appartient aux Espagnols, est située au pié d’une file de montagnes sur le bord oriental de la baie de Luçon. Les maisons y sont presque toutes de bois, à cause des tremblemens de terre. On y compte environ trois mille habitans, tous nés de l’union d’espagnols, d’indiens, de chinois, de malabares, de noirs & d’autres.

Les femmes de distinction s’habillent à l’espagnole, & elles sont rares ; toutes les autres n’ont pas besoin de tailleurs : elles s’attachent de la ceinture en bas un morceau de toile peinte qui leur sert de jupe, tandis qu’un morceau de la même toile leur sert de manteau. La grande chaleur du pays les dispense de porter des bas & des souliers.

On permet aux Portugais de négocier à Manille, mais les Chinois y font la plus grande partie du commerce. Long. selon Lieutaud, 137. 51′. 30″. latit. 14. 30. Selon les Espagnols long. 138. 59′. 45″. lat. 14. 16.

Manille, île, (Géog.) voyez Luçon.

Manilles, îles, (Géogr.) voyez Philippines.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « manille »

Étymologie de manille - Wiktionnaire

(Nom commun 1) : De l’espagnol manilla.
(Nom commun 2) : De l’ancien occitan manelha (« anse »), du latin manicula.
(Nom commun 3) : De la ville de Manille
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de manille - Littré

Espagn. malilla qui signifie la manille du jeu et la manille, bracelet ; Scheler conjecture que la malilla du jeu est un diminutif de malo, mal, et que, signifiant la malicieuse, elle n'a rien de commun avec la malilla ou manilla, bracelet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « manille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
manille manij play_arrow

Citations contenant le mot « manille »

  • Un concours de belote a lieu ce mardi au « Grand cerf » à La Capelle (02), à l’occasion de la fête communale, inscription 6 €, rendez-vous dès 13h30. En complément des lots habituels, si plus de trente équipes, une carte cadeau en restauration aux trois premières équipes (50 € – 30 € – 20 €). « Rebelote » les jeudi 13, mardi 18 et jeudi 27 août, toujours sur réservations au 06 37 00 87 42. Concours à la Brasserie de l’étang avesnellois les samedi 22 août (manille), dimanche 23 (belote) et dimanche (belote). Pour chaque concours, rendez-vous 13 h... La Voix du Nord, Avesnelles: calendrier des concours de belote et manille du club des AS 59219

Images d'illustration du mot « manille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « manille »

Langue Traduction
Corse manila
Basque manila
Japonais マニラ
Russe манила
Portugais manila
Arabe مانيلا
Chinois 马尼拉
Allemand manila
Italien manila
Espagnol manila
Anglais manila
Source : Google Translate API

Synonymes de « manille »

Source : synonymes de manille sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires