La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « muraille »

Muraille

Variantes Singulier Pluriel
Féminin muraille murailles

Définitions de « muraille »

Trésor de la Langue Française informatisé

MURAILLE, subst. fém.

A.− Mur épais, généralement élevé, résistant et qui constitue le côté d'un édifice, une clôture. Abattre, étayer une muraille. D'autres [temples] ne présentaient plus que des restes encore debout, des colonnes isolées, des pans de muraille inclinés et des frontons démantelés (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 186).Elle monta dans sa chambre et se jeta sur son lit, le visage tourné contre la muraille, étouffant dans les oreillers ce besoin de crier, qui était plus fort que tout (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 270).V. borner ex. 7 :
1. Tout d'un coup, au bout d'un sentier, ils se trouvèrent en face d'un obstacle, d'une masse grise, haute, grave. C'était la muraille (...). Alors, ils la suivirent en courant, pris de panique. Elle restait sombre, sans une fente sur le dehors. Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1413.
Couleur (de) muraille. Couleur sombre qui se confond dans l'obscurité avec celle des murs. On ne meurt élégamment que dans ce costume-là [le costume de mousquetaire]. Mettez-le! Voici tout d'abord un long manteau couleur de muraille (Achard, Voulez-vous jouer,1924, i, 3, p. 63).
Passe-muraille. V. passe- A 2.
SYNT. Énorme, épaisse, forte, haute, immense, longue, solide, vieille muraille; muraille de brique, de pierre; crête, faîte, paroi, pied, sommet de la muraille; élever, démolir, percer une muraille; longer, raser la muraille; s'adosser, s'appuyer à la muraille.
Expr., loc. et proverbes
La muraille pousse. ,,Elle bombe et menace ruine`` (Ac. 1835-1935).
[En concurrence avec mur A 2 qui est plus usité] Entre quatre murailles. Enfermer entre quatre murailles. Quelle nuit que la première que l'on passe emprisonné entre quatre murailles! (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 392).J'aime l'été, moi, on peut s'asseoir sur l'herbe, faire des parties de campagne, on n'est pas renfermé entre quatre murailles (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 182).
Battre les murailles (vieilli). Être ivre :
2. ... d'autres [soldats] (...) ayant tout seuls, plusieurs heures, traîné dans la nuit opaque des chemins de ronde, se payaient le plaisir de rentrer à la chambre en se flanquant à froid les quatre fers en l'air et en battant extraordinairement les murailles, histoire de dire le lendemain : − Vrai alors, c'que j'ai bossé, hier! Courteline, Train 8 h 47,1888, p. 249.
ESCR. Tirer à la muraille (Ac. 1835, 1878; Littré).
Se briser, se casser la tête contre la muraille. Se tuer de désespoir. Ne me privez pas de votre voix, ou (...) je me brise la tête contre la muraille, et vous aurez ma mort à vous reprocher (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 180).
Proverbe. Les murailles ont des oreilles. Le malheur ou le bonheur, c'est le secret des murailles; les murailles ont des oreilles, mais elles n'ont pas de langue : si l'on est heureux avec une grande fortune, Danglars est heureux (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846p. 328).
B.− Souvent au plur. [Correspond à mur B] Fortification d'un château fort, d'une ville. Muraille antique; défendre, escalader, forcer, franchir, saper une muraille; maisons adossées à la muraille; ceinture de muraille; créneau des murailles. Vieille forteresse entourée de murailles crénelées et flanquées de tourelles à mâchicoulis (Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 16).Ville qui se protégea par des fossés profonds et de hautes murailles (A. France, Île ping.,1908, p. 420).
[P. méton.; souvent avec le poss.] Ville. Ainsi jadis les Troyens défendirent leurs murailles contre la fureur conjugale de Ménélas (Mussetds Le Temps,1831, p. 47).
Murs défensifs élevés pour empêcher les invasions. La longue muraille, bâtie par Thémistocle, qui unissait la ville au Pirée (Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 128).
Grande muraille (de Chine). Muraille monumentale de plus de cinq mille kilomètres élevée dès le iiiesiècle avant Jésus-Christ pour arrêter les invasions des Tartares. Parlerai-je de la Suède, d'Hilsingland, etc...? Je dirai : là où sont les runes... De la Chine? Je dirai : où est la fameuse muraille (Chénier, Amérique,1794, p. 83).
P. métaph. ou au fig. Ainsi s'élève une muraille de Chine entre ce qui résulte de l'esthétique et ce qui dénonce une éthique, depuis les simples tics jusqu'aux manies morales, les vices du sexe ou de l'âme (Cocteau, Crit. indir.,1932, p. 115).
C.− P. anal.
1. Obstacle naturel qui s'élève à une grande hauteur. Muraille de granit; muraille d'un précipice, d'une falaise. Les réchappés de ce grand naufrage ont des souvenirs terrifiants. Cette muraille de glace qui se montre au hublot (Alain, Propos,1912, p. 131).Les charmilles étaient faites de murailles de verdures aussi hautes que les tours (Pourrat, Gaspard,1931, p. 125).La grande muraille rocheuse de la Maurienne (Larbaud, Journal,1934, p. 311).
2. Personnes formant un front de défense. Les Tarentins, conduisant deux chevaux accouplés, relevaient aux deux bouts cette muraille de soldats (Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 167).
3. Spécialement
a) ANAT. ANIMALE. ,,Partie visible du sabot quand le pied du cheval est au sol. La muraille comprend la pince, les mamelles, les quartiers et les talons`` (Cass.-Moir. 1979).
b) MAR. Partie extérieure de la coque d'un navire située entre la flottaison et le plat bord. Pour rendre le navire capable d'une forte cargaison, on avait dû hausser démesurément la muraille (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 101).
D.− P. métaph. ou au fig.
1. [Correspond à mur D 2] Obstacle difficile à franchir. Muraille épaisse qui sépare les deux sciences [alchimie et chimie], obstacle infranchissable à ceux qui sont familiarisés avec les méthodes et les formules chimiques (Fulcanelli, Demeures philosophales,t. 1, 1929, p. 150).
2. [Correspond à mur D 3] Personne insensible, inébranlable. J'ai fait plusieurs tentatives. Rien à faire. Papa, c'est une muraille. On ne peut rien contre lui. Une muraille. Il est impossible. Il est effrayant. Il a plus de cinquante ans et il ne songe qu'aux femmes, ou plutôt il ne songe qu'à la femme (Duhamel, Terre promise,1934, p. 59).
REM.
Muraillette, subst. fém.,muraillon, subst. masc.Petite muraille. Un grand lézard vêtu de perles, buvant du soleil sur le plat d'une muraillette (Arène, Veine argile,1896, p. 260).Alors, les garçons se sont cachés à l'abri d'un muraillon (Arnoux, Chiffre,1926, p. 119).
Prononc. et Orth. : [myʀ ɑ:j]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 « ensemble de murs épais, mur fortifié, mur d'enceinte » (Bueve de Hantone, éd. A. Stimming, I, 6974 : De Monbranc virent les tours et les pilers, Les grans murailles et les palais listés); spéc. 1758 (Voltaire, Essai sur les mœurs, I, éd. R. Pomeau, t. 1, p. 211 : La grande Muraille qui séparait et défendait la Chine des Tartares...); 2. 1346 « mur haut et épais entourant un espace, un bien foncier » (Archives adm. de la ville de Reims, éd. P. Varin, t. 2, 2epartie, p. 1126). B. P. anal. 1. 1773 mar. (Bourdé de La Villehuet, Manuel des marins : Muraille du vaisseau... Côté du Navire depuis la flottaison jusqu'en haut); 2. 1833 (Balzac, Méd. camp., éd. M. Allem [Garnier, 1961], p. 128 : Un côté du chemin déjà atteint par l'ombre, représentait une vaste muraille de feuilles noires); 1840 anat. animale (Ac. Compl. 1842). Dér. de mur*; suff. -aille*, v. FEW t. 13, 3, p. 245b; cf. le lat. médiév. muralia, subst. neutre plur. « murailles », 873 ds Nierm. A a évincé le dér. masc. en -ail*, a. fr. murail « id. » (1119, Philippe de Thaon, Comput, 666 ds T.-L. : les muralz de Rume). Fréq. abs. littér. : 3 532. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 903, b) 8 597; xxes. : a) 4 671, b) 3 420.

muraille , subst. fém.« étendue de murs élevés et assez épais »

Wiktionnaire

Nom commun - français

muraille \my.ʁaj\ féminin

  1. (Sens propre) Ensemble de murs clôturant un espace.
    • D’un autre côté, il n’existait dans les environs ni pierres ni rochers qui eussent pu servir à élever une sorte de muraille. — (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Une antique muraille encerclait la cité, livrant passage, par une vaste et belle porte fortifiée, à une grand’route bordée d’arbres. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 105 de l’édition de 1921)
  2. (Par analogie figurative) Élévation de matière imposante par sa hauteur.
    • L'aspect de muraille qui présente la banquise du Nord cesse à l’origine du « Nordbugt » ; la lisière des glaces plus lâches et plus morcelées devient inégale et très variée. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Par extension) Paroi verticale monomorphe.
    • C’est, ajoute M. Botta, à l’affaissement de cette muraille de terre, qui s’est en quelque sorte délitée […] — (Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Chaldée, Assyrie, Médie, Babylonie, Mésopotamie, Phénicie, Palmyrène, Didot, 1852, page 277)
    • Cependant nous finissons par découvrir une place inoccupée dans un angle de la kasba, près des murailles de pisé croulantes. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 48)
  4. (Héraldique) Meuble représentant un mur crénelé dans les armoiries. Il se blasonne comme le mur. Il se démarque du mur en occupant une grande surface de l’écu.
    • D’azur à la muraille crénelée de cinq pièces d’argent, maçonnée de sable, qui est de la commune de Mars du Gard → voir illustration « armoiries avec une muraille »
  5. (Marine) Partie latérale de la coque d’un navire.
    • Les murailles peuvent être verticales, ou évasées vers l’extérieur (on dit aussi « tulipées » [...]), ou plus rarement rentrantes au niveau du pont, on dit dans ce cas que la coque est frégatée. — (Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, 1998, page 22)
    • La partie de la muraille qui dépasse parfois du pont vers le haut (pour constituer un garde corps) s’appelle un pavois. — (Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, 1998, page 22)
  6. (Militaire) Paroi de la cuirasse d’une pièce d’artillerie.
    • Les épaisseurs de la cuirasse ( muraille et voûte ) sont progressivement plus fortes vers l’embrasue […] — (Office national de la propriété industrielle, Description des machines et procédés pour lesquels des brevets d'invention ont été pris sous le régime de la loi du 5 juillet 1844, 1894, page 3)
  7. (Architecture, Militaire) Ceinture défensive entourant une ville. → voir cordon de muraille
    • Ce lugubre silence annonce seulement que les hommes sont à leur poste sur les murailles et qu’ils s’attendent à une attaque prochaine. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Quant à la ville […], elle garde encore les traces du terrible assaut de Skobeleff en 1880, murailles démantelées, bastions en ruines… — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, chapitre VIII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Enfin la dernière nous paraît représenter le bosson, ou bélier des anciens, avec lequel on battait en brèche les murailles avant l’emploi de l’artillerie. — (Bulletin monumental, page 337, Société française d'archéologie, 1861)
    • La ville avait la réputation d’être imprenable ; son château s’élevait à l’est et la ceinture de murailles qui entourait la cité venait s’y attacher; des portes, des bastions, des fossés formaient un respectable appareil de défense. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
  8. (Hippologie) Paroi du sabot d’un ongulé.
    • Le sabot est une enveloppe de corne qui comprend la muraille (ou paroi), la sole et la fourchette. — (Yves Bertrand, ‎Ghislain de Halleux, Chevaux et prairies, France Agricole Editions, 2005, page 184)
  9. (Par métonymie) (Habitat) Mur d’une habitation ou d’une ville.
    • Si je meurs, je veux qu'on m'enterre
      Dans une cave où y a du bon vin ;
      Dans une cave, oui, oui, oui,...
      Les deux pieds contre la muraille
      Et la tête sous le robinet.
      — (Chevaliers de la table ronde (chanson populaire))
  10. (Par extension) (Figuré) Structure imaginaire destinée à protéger quelqu’un ou quelque chose.
    • L’équateur est une frontière défendue par une muraille gigantesque qui fait le tour de la planète, comme une ceinture de pierre. — (Serge Brussolo, La Muraille interdite : Almoha, tome 1, Bragelonne, 2012)
  11. (Par analogie d’usage) Ceinture protectrice.
    • Le cercle magique , comme une muraille, non pas une muraille d’airain , car l’airain eût fondu ainsi qu’une cire à ces souffles embrasés, mais comme une muraille bâtie de cet éther dont sont faits les bastions du ciel, arrêta la cohue furieuse. — (Revue bleue politique et littéraire, volume 36, 1885, page 721)
  12. (Écologie) Zone de végétation naturelle.
    • Au total, la perspective du « Projet majeur africain de la grande muraille verte » devrait pouvoir réussir à susciter, encourager et soutenir hardiment une synergie d’action collaborative […] — (Abdoulaye Dia, La Grande Muraille Verte, IRD Éditions, 2013, page 76)
  13. (Société) Bouclier de protection par la communication.
    • La muraille de protection médiatique dont il bénéficie a donné à ces massacres un assez faible écho, mais n'a tout de même pas pu engendrer une amnésie générale. — (ThéOphile Kouamouo, J’Accuse Ouattar, Books on Demand France, 2012, page 67)
  14. (Théologie) Barrière mentale.
    • Elle avoit une haute grande muraille ; c’est la protection spéciale dont Dieu honore son Église , qui la rend invincible à tous ses ennemis, à tous les persécuteurs […] — (Nicolas Leduc, Année ecclésiastique ou instructions sur le propre du tems et sur le propre et le commun des Saints, volume 7, Lottin, 1739, page 603)
  15. (Littérature) (Figuré) Collectif protecteur.
    • […] tandis que se faisait plus épaisse, comme une vivante muraille de protection, la masse de ceux qui connaissaient l’intention de leurs camarades et se chargeaient d’en assurer la bonne réalisation. — (Cyrille, Un mur à Berlin, Éditions Occident, 1969, page 52)
  16. (Psychologie) Système de protection du moi intérieur.
    • Le soir où ils s’étaient rencontrés, lors des fiançailles d’amis communs, le sourire étincelant de Sierra avait vaincu la muraille de protection, pourtant soigneusement fortifiée, qu’il avait élevée depuis des années afin de se protéger […] — (Karen Rose Smith, Marie Ferrarella, Pour l’amour d'un enfant - Ce troublant inconnu, Harlequin, 2009)
  17. (Par métonymie) Ensemble protégé par un système de défense. → voir muraille de Chine
    • Le vainqueur laisse au loin la tourbe des lassables, ceux qui ont admis des murailles et que l’empêchement arrête ; seul, il a droit à nos palpitantes pitiés, car lui aussi se fatigua mais bien davantage; […]. — (Aurel, Les jeux de la flamme: roman, Mercure de France, 1906, page 236)
  18. (Soutenu) (Littérature) Ville.
    • Sous les murailles solitaires, les eaux passaient tranquilles, fouettant le sable des rives […] — (Revue de France (Paris. 1871), volume 4, 1873, page 451)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MURAILLE. n. f.
Étendue, ensemble de murs épais et d'une certaine élévation. Une muraille couverte d'affiches. Étayer une muraille. Abattre une muraille. Rossignol de muraille. Il se dit particulièrement, surtout au pluriel, des Murs qui entourent une ville, une forteresse. Défendre, forcer les murailles. Saper une muraille. Escalader les murailles. La grande muraille de Chine, ou simplement La grande muraille, Sorte de muraille, ou plutôt de chemin de ronde, d'une immense étendue, construit au nord de la Chine pour arrêter les invasions. Cette muraille pousse, Elle bombe et menace ruine. On dit dans le même sens La poussée d'une muraille. Il est aussi employé comme Synonyme de mur. S'appuyer contre la muraille. Fam., Un habit, un manteau couleur de muraille, Un habit, un manteau d'une couleur qui se confond avec celle de la muraille. En termes de Marine, Muraille se disait de l'Épaisseur des bords d'un navire, de son enveloppe.

MURAILLES, au pluriel, se dit quelquefois, dans le style soutenu, pour Ville. Ce fleuve coule autour de nos murailles, sous nos murailles. Dès qu'ils se virent assiégés dans leurs murailles, ils perdirent tout espoir.

Littré (1872-1877)

MURAILLE (mu-râ-ll', ll mouillées, et non murâ-ye) s. f.
  • 1Ensemble de murs épais et d'une certaine élévation. Saper une muraille. Escalader la muraille. Le comble s'est abattu sur les murailles, et les murailles sur le fondement, Bossuet, la Vallière. Représentez-vous un homme né dans les richesses, mais qu'il a dissipées par ses profusions ; il ne peut souffrir la pauvreté, ces murailles nues, cette table dégarnie, Bossuet, ib.

    Se ranger contre la muraille, se dit, dans une ville, d'une personne qui se serre contre les murs des maisons pour éviter les voitures.

    Fig. Toute mon attention est de me ranger promptement contre la muraille pour laisser passer quelques lettres de change à Beaulieu, qui aura soin de contenter les plus altérés, Sévigné, 25 mai 1689.

  • 2Particulièrement, il se dit des murs qui entourent une ville, une forteresse, etc. Tu céderas ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger… tu te verras attaqué dans tes murailles, comme un oiseau ravissant qu'on irait chercher parmi les rochers, Bossuet, Mar.-Thér. Cet époux, dans une ardeur de gloire qui transporte les jeunes courages, trouve bientôt une honorable mais triste mort sous les murailles d'une ville rebelle, Fléchier, Aiguill. J'attends tout de nous seuls, et rien de nos murailles, Voltaire, Henr. X. Des milliers d'hommes, la plupart sans armes, ont couvert les deux rives escarpées du Borysthène ; ils se sont pressés en masse contre les hautes murailles et les portes de la ville [Smolensk], Ségur, Hist. de Nap. IX, 14.

    Fig. Ils nous servaient comme de muraille tant de nuit que de jour, pendant le temps que nous avons demeuré au milieu d'eux, Sacy, Bible, Rois, I, XXV, 16.

  • 3Il se prend dans le style soutenu pour la ville même. Du gain de six batailles, Des glorieux assauts de plus de cent murailles, Corneille, Nicomède, III, 6. Vous portâtes la mort jusque sur leurs murailles [des Juifs], Racine, Bérén. I, 3.
  • 4Un mur, en particulier. Il fut écrasé par la chute d'une muraille. Ils [des gens opiniâtres] sont faits tout d'une pièce ; et, s'il est question de passer par quelque ouverture difficile, au lieu qu'ils doivent baisser la tête, il leur faudrait hausser la muraille, Guez de Balzac, De la cour, 6e disc.

    Cette muraille pousse, elle tombe et menace ruine.

    Familièrement. Enfermer quelqu'un entre quatre murailles, le mettre en prison. L'abbé de Prades doit être condamné en parlement comme en Sorbonne, et passer sa vie entre quatre murailles, Voltaire, Mél. litt. Tomb. Sorbon.

    Entre quatre murailles, dans un logement dénué de tout. Épousez des femmes de chambre et vous aurez des rouleaux d'argent ; prenez une honnête fille, et vous voilà niché entre quatre murailles, Marivaux, Paysan parv. 1re part.

    Entre quatre murailles, se dit aussi de la clôture d'un couvent. Nous étonnerons-nous que ceux à qui Dieu a voulu faire voir en cette vie quelque petite partie de ce spectacle [les joies célestes], se soient portés à des résolutions extraordinaires, jusqu'à s'enfermer tout le reste de leur vie entre quatre murailles ? Nicole, Essais, t. IV, p. 117, dans POUGENS.

    Il n'y a que les quatre murailles, se dit d'une maison, d'un appartement où il n'y a point de meubles. Il ne restait que les quatre murailles, Lesage, Guzm. d'Alf. I, 3.

    Fig. Être comme une muraille devant l'ennemi, se dit d'une troupe en bataille que l'ennemi ne peut faire reculer.

    Se casser la tête contre la muraille, se tuer de désespoir en se heurtant la tête contre un mur. Ce pauvre Lauzun… ne croyez-vous pas bien qu'il se cassera la tête contre la muraille ? Sévigné, 257.

    Fig. Se casser la tête contre la muraille, se donner une peine inutile.

    Couleur de muraille, se dit d'une couleur qui se confond avec celle des murailles. Tu prendras ce manteau fait pour bonne fortune, De couleur de muraille, Regnard, Joueur, II, 7.

    À moi la muraille ! cri des ivrognes qui perdent l'équilibre.

  • 5Muraille se dit de très longs murs que certains peuples ont fait pour empêcher des incursions. Les Vénitiens avaient cru mettre en sûreté ce territoire [le Péloponnèse] et défendre la Grèce par une muraille de huit milles de long, selon cet ancien usage que les Romains eux-mêmes avaient pratiqué au nord de l'Angleterre, Voltaire, Mœurs, 89.

    Muraille de la Chine, ou, absolument, grande muraille, muraille construite pour arrêter les incursions des Tartares. La grande muraille fut admirable et inutile ; le courage et la discipline militaire eussent été des remparts plus assurés, Voltaire, Fragm. sur l'hist. art 11. C'est pour arrêter les irruptions que ces brigands faisaient à la Chine, que fut élevée, environ trois siècles avant l'ère chrétienne, cette fameuse muraille qui s'étend depuis le fleuve Jaune jusqu'à la mer de Kamschatka, Raynal, Hist. phil. V, 17.

  • 6 Terme de manége. Les murs du manége, dits aussi les dehors.

    Passager la tête à la muraille, mener son cheval de côté, la tête vis-à-vis et près de la muraille.

  • 7 Terme d'escrime. Tirer à la muraille, synonyme de tirer au mur. Après trois mois de leçons [d'armes], je tirais encore à la muraille, Rousseau, Conf. V.
  • 8 Terme de marine. Enveloppe intérieure du navire.
  • 9Se dit quelquefois du sol d'une mine.
  • 10 Terme de vétérinaire. L'épaisse couche cornée qui enveloppe le pied du cheval.

PROVERBES

Les murailles ont des oreilles, voy. MUR.

La muraille blanche est le papier des fous ; locution qui vient du penchant qu'ont certaines gens à écrire sur les murailles.

HISTORIQUE

XIIe s. Dunt li murail erent [étaient] versé, Benoit de Sainte-Maure, dans RAYNOUARD, Lexique.

XIVe s. Trestourner les ennemis des mesons de la cité et des temples et des murailz de Rome, Bercheure, f° 103, verso.

XVIe s. Panurge consideroit les murailles de la ville de Paris, Rabelais, II, 15. Ce mot te soit comme une muraille d'airain, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MURAILLE. - HIST.

XIVe s. Ajoutez : Les diz eschevins requerans ladicte muraille et closure faite en leur prejudice estre mise au neant (1346), Varin, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 1126.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « muraille »

Dérivé de mur ; provenç. muralh, s. m. et muralha, s. f. ; esp. muralla ; ital. muraglia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Ca 1200) De l’ancien français murail, du bas latin muralia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « muraille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
muraille myraj

Fréquence d'apparition du mot « muraille » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « muraille »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « muraille »

  • A l’égard de toutes les autres choses, il est possible de se procurer la sécurité ; mais, à cause de la mort, nous, les hommes, nous habitons tous une cité sans murailles.
    Epicure
  • Chaque passion donne au monde une chance supplémentaire de briser les murailles d'indifférence derrière lesquelles l'humanité a pris ses quartiers d'hiver - une chance supplémentaire d'entrer enfin dans la ferveur.
    Christiane Singer
  • Le bonheur est à l'écart, fait de huis clos, de volets tirés, d'oubli des autres, de murailles infranchissables.
    Eric-Emmanuel Schmitt — L'Evangile selon Pilate
  • Autour de cette ville, la monarchie a passé son temps à construire des enceintes, et la philosophie à les détruire. Comment ? Par la simple irradiation de la pensée. Pas de plus irrésistible puissance. Un rayonnement est plus fort qu'une muraille.
    Victor Hugo — Paris
  • C’est un symbole. Comme disent les Chinois : Qui n’est pas venu sur la grande muraille n’est pas un brave et qui vient sur la grande muraille conquiert la bravitude.
    Ségolène Royal — Chine - 6 Janvier 2007
  • Il devait exposer à New-York mais avec la crise sanitaire tout est tombé à l’eau. Il n’empêche que le photographe et vidéaste manceau a été très occupé et aussi très sollicité ces dernières semaines. Et pour cause, la Ville du Mans lui a confié les clés de la grande muraille avec comme consigne de faire parler son imagination…
    Nuit des Chimères au Mans. Nicolas Boutruche habille d’étoiles la muraille romaine en hommage à Saint-Exupéry ! | Les Nouvelles de Sablé
  • La Chine, foyer de l’épidémie du nouveau coronavirus, sort peu à peu du pic de contagion du virus. Les habitants, qui ont passé de nombreuses semaines confinés, sont enfin autorisés à sortir à l’air libre, notamment pour se balader sur la plus grande muraille du monde.
    Franceinfo — Coronavirus : accalmie de l’épidémie en Chine, la Grande muraille rouvre ses portes
  • Il s'agira d'un grand spectacle nocturne avec hôtel à thème et village d'époque. Ce sera le premier spectacle pérenne à voir le jour au pied de la Grande Muraille de Chine et avec la muraille comme décor. Les Chinois vont investir 230 millions d'euros. Ouverture prévue en 2022.
    France Bleu — Le Puy du Fou va s'installer au pied de la Grande Muraille de Chine
  • La chanteuse Inna Modja revient sur un projet qui pourrait sauver l'Afrique du réchauffement climatique : la Grande muraille verte.
    POSITIVR — VIDÉO. "En 2030, on espère qu'on aura achevé la Grande muraille verte" : l'engagement d'Inna Modja
  • Catherine, la soixantaine pétillante, ne se plaint pas. Nichée au 7e étage, cette locataire de la "muraille" depuis plus de 20 ans a trouvé de quoi remplir ses journées. Elle cuisine, elle écrit à ses petits-enfants, et elle découvre la ville sous un nouveau jour.
    France Bleu — Clermont-Ferrand : le quotidien de Catherine confinée dans "la muraille de Chine"
Voir toutes les citations du mot « muraille » →

Traductions du mot « muraille »

Langue Traduction
Anglais wall
Espagnol pared
Italien parete
Allemand mauer
Chinois
Arabe حائط
Portugais parede
Russe стена
Japonais
Basque horma
Corse muru
Source : Google Translate API

Synonymes de « muraille »

Source : synonymes de muraille sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot muraille au Scrabble ?

Nombre de points du mot muraille au scrabble : 10 points

Muraille

Retour au sommaire ➦