Louper : définition de louper


Louper : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LOUPER1, verbe

Familier
I. − Emploi trans.
A. − Qqn loupe qqc.Ne pas réussir à exécuter correctement. Synon. manquer.Pour les lézardes des gros murs, elle s'était gourrée un petit peu, elle avait loupé son plâtre! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 581).
Louper son coup. Échouer. [P. méton. du suj.] Nos avions ont loupé leur coup (Malraux,Espoir, 1937, p. 587).
Adj. Pour un coup loupé, dit-il, c'est un coup loupé! (H. Bazin,Part du pauvre, 1954, p. 14).
B. − Qqn loupe qqc./qqn
1. Qqn loupe qqc.Ne pas réussir à profiter de, à saisir une occasion; ne pas arriver à temps pour. Caltons (...). On va louper le train de minuit trente (Carco,Équipe, 1919, p. 89).C'était la troisième fois qu'il loupait un rendez-vous sans prévenir (Beauvoir,Invitée, 1943, p. 278).
Expr. Louper le coche (cf. coche2B 1), la commande (vieilli), l'occasion. Manquer quelque chose. Impossible d'avoir du feu. − La commande, elle est loupée, et là où j'ai pas réussi, personne réussira, dit Barque avec un orgueil que cent exploits justifient (Barbusse,Feu, 1916, p. 150).On ne peut pas se tromper (...). C'est pas des routes nationales que je vous indique (...). Allez doucement pour ne pas louper la commande (Giono,Eau vive, 1943, p. 305).
2. Qqn loupe qqn
a) Ne pas réussir à rencontrer, à voir. Vous l'avez loupé? Quoi? Depuis deux jours il est pas rentré. Et alors? Fallait attendre (Le Breton,Rififi, 1953, p. 69).Guetter son retour? (...) D'où? (...) avec la foule (...) j'avais toute chance de la louper (Simonin,Touchez pas au grisbi, 1953, p. 122).
b) Ne pas parvenir à ses fins avec (quelqu'un). Une troisième [femme] était guettée avec ardeur par les satyres (...). − La loupe pas, cria un amateur à Petit-Pouce (Queneau,Pierrot, 1942, p. 14).On ne peut pas me louper. Je ne suis pas en accent circonflexe, comme ces dames, moi. Je suis rondouillarde, je loge à cheval et en voiture. Mais peu d'hommes ont l'attelage qu'il faut (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p. 84).
En partic. Ne pas réussir à blesser, à tuer. Ne loupe pas ton Boche, sans ça i ne nous loupera pas, lui! (Fallet,Banl. Sud-Est, 1947, p. 313).
[P. anal. de l'obj.] Il ajuste son flingue (...) Il saute comme un dingue, Loupant l'oiseau (Marcus,Quinze fables, 1947, p. 11).
II. − Emploi intrans. Qqc. loupe.Ne pas avoir de succès, ne pas aboutir au résultat escompté. Synon. pop. et vulg. foirer.J'ai repéré un trou d'obus (...). Si je vois que l'attaque loupe, je m'planque dedans (Dorgelès,Croix bois, 1919, p. 90).Il trouve (...) qu'un crime raté, c'est presque aussi drôle qu'un suicide qui loupe (Abellio,Pacifiques, 1946, p. 81).
Emploi impers.
C'est loupé. C'est manqué. Synon. pop. et vulg. ça a foiré.Soudain le ballon en l'air (...). Soudain lui qui s'envole; (...) et le claquement musical du cuir, comme le rire de la bête perfide, parce que c'est loupé, loupé, loupé (Montherl.,Olymp., 1924, p. 340).
Ça n'a pas loupé. Il fallait s'y attendre. (Ds Esnault, Notes compl. Poilu, [1919] 1956 et Lar. Lang. fr.).
Prononc.: [lupe]. Étymol. et Hist. 1. 1856 pop. «mal exécuter un travail» louper la pièce [une pièce d'art] (d'apr. G. Esnault ds Fr. mod. t. 18, p. 141); cf. arg. des typographes (Carabelli); 2. 1915 arg. des soldats louper l'assaut (d'apr. Esn.); 1919 (R. Dorgelès, Croix de bois, p. 201: le coup est loupé); 3. 1915 «manquer à la suite d'un retard» louper la commande (d'apr. Esn.); 1916 (Barbusse, loc. cit.). Dér. de loup* au sens de «malfaçon dans un travail»; dés. -er.
DÉR.
Loupage, subst. masc.Action, fait de louper; p. méton., chose loupée, malfaçon. (Dict. xxes.). [lupa:ʒ]. 1reattest. 1920 «action de manquer un travail; chose manquée dans un travail» (Bauche), cf. arg. des typographes (Carabelli, [Lang. typogr.]); de louper1, suff. -age*.

LOUPER2, verbe intrans.

Arg., vx. Paresser, flâner. [Le balochard:] Pour louper, faut louper en chien. L'chien n' mont' pas dans les omnibus (Richepin,Chans. gueux, 1881, p. 160).
Prononc. et Orth.: [lupe]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. Ca 1300 «boire» (Hystore Job, éd. J. Gildea, 1403, 1412), attest. isolée; 1845 (Besch.); 2. 1838 «flâner, rôder» (Chanson d'apr. Larchey, Excentr. lang., 1865, p. 192); 1845 «paresser» (Besch.). Orig. incertaine. Peut-être dér. de l'a. fr. lope (v. loupe1); dés. -er. (FEW t. 5, p. 420b). Fréq. abs. littér.: 13.
DÉR. 1.
Loupeur, -euse, subst.,arg., vx. Paresseux, flâneur, débauché. Les hommes d'ordre et de boutique ont entendu prononcer le nom de goguettier (...). Pour eux, c'est l'ouvrier imprévoyant et viveur (...) gaudrioleur et mauvaise tête. (...) ils savent, c'est-à-dire ils croient qu'il se nomme Loupeur ou Balochard (M. L.-A. Berthaud, Français peints par eux-mêmes, t. 4, Le Goguettier, 1841, p. 313).Porel est en ce moment de retour de Londres, où il a été étudier la machination, qui est en enfance chez nous et qui est exécutée par des loupeurs et des blagueurs, mais non par des machinistes travailleurs comme ceux de là-bas (Goncourt,Journal, 1886, p. 595).Emploi adj. C'est [ce chien sauvage] le vagabond par excellence, plus loupeur que la loupe elle-même (Richepin,Pavé, 1883, p. 239). [lupoe:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1839 (Dupeuty, Vanderbuch, Balochard, I, XI ds Quem. DDL t. 5); de louper2, suff. -eur2*.
2.
Loupiat, subst. masc.,arg., vx, synon. supra dér. 1.Elle était bien plantée, avec un loupiat de mari (Zola,Assommoir, 1877, p. 632). [lupja]. 1reattest. 1866 (Delvau); de louper2, suff. -(i)at*.
BBG.Quem. DDL t. 5 (s.v. loupeur). _ Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 301.

Louper : définition du Wiktionnaire

Verbe

louper \lu.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se louper)

  1. (Familier) Rater.
    • Toutes ces réflexions accompagnant mon recopiage appliqué du DM de maths, je loupe une ligne. Excédée, je blancote à tout-va et fais de ma copie un torchon. — (Margaux Guyon, Latex, etc., Éditions Plon, 2011, chap. 10)
  2. (Populaire) Flâner ; paresser ; mal exécuter un travail.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Louper : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOUPER. v. intr. et tr.
Flâner, paresser, mal exécuter un travail. Il est populaire.

Louper : définition du Littré (1872-1877)

LOUPER (lou-pé) v. n.
  • Terme populaire. Ne rien faire, faire le paresseux, se donner du bon temps.

    Boire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « louper »

Étymologie de louper - Littré

Loupe, dans le sens de paresseux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de louper - Wiktionnaire

Dénominal de loup (dans le sens de « défaut »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « louper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
louper lupe play_arrow

Conjugaison du verbe « louper »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe louper

Citations contenant le mot « louper »

  • J'ai l'impression que la France se trouve actuellement à un carrefour : elle n'a pas envie de perdre son passé et sa culture, et en même temps ne veut pas louper l'avenir. De Michel Polnareff / Le Figaro Magazine
  • Il vaut mieux arriver en retard et louper son train, que d'arriver en avance et prendre le mauvais ! De Patrick Ducommun

Images d'illustration du mot « louper »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « louper »

Langue Traduction
Corse manchi
Basque galdu
Japonais 見逃す
Russe пропустить
Portugais perder
Arabe يفقد
Chinois 错过
Allemand verpassen
Italien perdere
Espagnol omitir
Anglais miss out
Source : Google Translate API

Synonymes de « louper »

Source : synonymes de louper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « louper »



mots du mois

Mots similaires