Lester : définition de lester


Lester : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LESTER, verbe trans.

Fréq. au part. passé (passif)
A. − Lester qqc.1(de/par/avec qqc.2).
1. MAR. Garnir de lest (v. ce mot A); ajouter un poids pour augmenter le tirant d'eau. On parvint enfin à l'embarquer (...) sur un mauvais bâtiment marchand qui n'était pas même lesté (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 11, 1868, p. 259).Une disposition spéciale permet de lester le navire par l'introduction de l'eau à l'intérieur (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1899, p. 154).
2. P. anal.
a) Ajouter un corps pesant, un poids à un objet (généralement à sa partie inférieure) pour lui donner une plus grande stabilité, de l'équilibre, ou pour le maintenir dans une même position. Lester un filet, une ligne. Faire l'assiette d'une torpille, c'est la lester pour lui donner une certaine flottabilité et la mettre dans de bonnes conditions d'équilibre (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, p. 687).Les locomotives électriques qui pourraient ne peser que quelques tonnes doivent être lestées avec des amas de plomb pour arriver à posséder un poids adhérent suffisamment élevé (Soulier, Gdes applic. électr.,1916, p. 166).Les bouées sont (...) lestées de façon à laisser toujours émerger la même surface (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 322):
1. Nos chats brisent le plus beau vase du salon (...), un grand vase persan gris et bleu (...). Sa base rétrécie prêtait à craindre et j'avais eu soin de le lester abondamment avec de la grenaille de plomb. Gide, Journal,1916, p. 535.
P. métaph. Ils [les Italiens] disent que si la voiture, en France, n'a pas tourné, c'est qu'elle était lestée par les biens nationaux (Stendhal, Corresp., t. 2, 1818, p. 67).
b) Garnir (un aérostat) de sacs de lest (v. ce mot B 1). Lester un ballon. (Dict. xixeet xxes.).
c) Placer, charger à l'intérieur (de quelque chose). La jeune fille (...) ayant lesté son mouchoir de quelques cailloux, le lança dans le courant (Feuillet, Rom. j. homme pauvre,1858, p. 183).
d) Qqn leste son estomac.Cf. C 2 b. N'est-il pas juste que de si zélés comédiens ne se mettent pas en route sans avoir lesté leur estomac d'une soupe puissante et solide? (Baudel., Poèm. prose, 1867, p. 225).
B. − Rare. Qqc.2leste qqc.1.Constituer une charge qui sert de lest. On ne rapporte [de Chine] (...) que du thé vert ou noir (...); car je compte pour rien les porcelaines qui lestent les vaisseaux (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 321).
C. −
1. Au fig. ou p. métaph.
a) Qqn leste qqn de qqc.Munir quelqu'un de ce qui lui permettra d'avoir une grande stabilité morale, intellectuelle; pourvoir quelqu'un de ce qui est nécessaire pour une fin déterminée. Il (...) y installa [sur une bicyclette] son nouvel élève, non sans l'avoir au préalable lesté des conseils d'usage (Courteline, Ah! Jeun., Qd je pédalais, 1897, p. 136).Un père m'eût lesté de quelques obstinations durables; faisant de ses humeurs mes principes, de son ignorance mon savoir, de ses rancœurs mon orgueil, de ses manies ma loi (Sartre, Mots,1964, p. 70).
Au part. passé. Il repartit vers l'hôtel du Louvre lesté de connaissances exactes sur la migration des anguilles et leur reproduction (...), sur la petite usine qui utilise le flux et le reflux du golfe de Gascogne, sur la beauté du vert de nos feux fixes (Giraudoux, Bella,1926, p. 178).
b) Qqc. leste qqn.Donner de la stabilité, du poids moral ou intellectuel (à quelqu'un). Vous avez deux choses qui doivent vous lester dans l'agitation : votre enfant et Dieu (Michelet, Journal,p. 693).Un vent épineux de mars (...) me soumet à son humeur vagabonde, car rien ne me leste (Arnoux, Paris,1939, p. 86).
[P. méton. du compl.] Ce million d'or s'en va en poussière (...), devient respirable, charge, dose, leste et appesantit les consciences (Hugo, Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 11).Un remords qu'on traîne derrière soi, une haine qui tient au cœur et l'amour d'une femme belle et grave, il y a de quoi lester une existence au départ (Aymé, Vouivre,1943, p. 246):
2. Une vie d'homme (...) n'est pas quelque chose de si uni, de si cohérent, de si dense, qu'elle puisse lester comme une masse de vertu son âme à la dérive. Nous divaguons, nous ne cessons de nous trahir nous-mêmes, notre moi d'aujourd'hui dément notre moi de la veille. Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 51.
Au part. passé. Elle retomba encore une fois parmi nous, lestée de soucis, d'amour, d'enfants et de mari (Colette, Sido,1929, p. 51).
2. [Sens concr.] Qqn se leste (de qqc.)
a) Se charger, se munir (de quelque chose, généralement pour augmenter son poids). Il était si léger (...) que le vent l'empêchait d'avancer, quoiqu'il eût pris une pierre en chaque main et rempli ses poches de cailloux pour se lester (Gautier, Fracasse,1863, p. 143):
3. Ce n'est pas pour se nourrir (...), mais pour se lester, que ces amphibies avalent des pierres. C'est un moyen d'augmenter leur pesanteur spécifique et d'aller facilement au fond de l'eau. Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 92.
Au part. passé. Courageux et lesté d'un sac où quelques jaunets luisaient parmi les piècettes blanches (Arène, Veine argile,1896, p. 233).Cette voyageuse qui s'en allait par un chemin peu sûr, lestée d'une paire de bas de soie, de fard rose, de fruits (Colette, Képi,1943, p. 52).
Emploi abs. Dantès dut déguerpir (...) mais, tête dressée (...) et lesté, assez pour acheter une maison en ville (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 92).
Au fig. Je suis trop léger. Il faut que je me leste d'un forfait bien lourd qui me fasse couler à pic, jusqu'au fond d'Argos (Sartre, Mouches,1943, I, 4, p. 64).
b) Se nourrir, prendre des aliments solides ou parfois liquides (généralement en abondance).
α) Qqn se leste de qqc.Pendant que mes compagnons se lestent d'un solide déjeuner, tout plein du souvenir de Thomas Becket (...), je cours visiter la cathédrale (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 16).
Au part. passé. Vers neuf heures et demie, lesté d'une douzaine d'huîtres, d'un gruyère et d'un mazagran, Cozal s'achemina (...) vers la rue Grange-Batelière (Courteline, Linottes,1912, xi, p. 149).
Au part. passé. Un déjeuner interminable (...). Après quoi, quand on est bien lesté, on se lève, on siffle les chiens (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 6).
β) Qqn se leste qqc. (de qqc.).[Le compl. désigne un organe de l'appareil digestif] Se lester les boyaux. Cette glaise dont certains sauvages d'Amérique se lestent le jabot lorsque la chasse et la pêche ont été malheureuses (Gautier, Fracasse,1863, p. 156).
Absol. Nous commençâmes l'un et l'autre à manger et à boire largement (...). Je me lestai d'importance (Vidocq, Mém., t. 2, 1828-29, p. 46).
REM.
Lesté, -ée, adj.[En parlant d'une embarcation] . Qui est muni d'un lest fixe. Anton. lège.Les dériveurs se divisent en dériveurs lestés, type Corsaire, et dériveurs légers qui ne portent aucun lest (Barber. 1969).
Prononc. et Orth. : [lεste], (il) leste [lεst]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1366 laster « charger (un navire) de lest » (doc. ap. J. Finot, Étude hist. sur les relations comm. entre la Flandre et l'Espagne au moyen âge, p. 339); 1611 lester (Cotgr.); 2. 1771 « charger, remplir (en gén.) » (Buffon, Hist. nat. des oiseaux, t. 2, p. 103); 3. 1787 bien lesté « bien repu » (Fér. Crit.); 1828-29 se lester « manger » (Vidocq, loc. cit.). Dér. de lest*; dés. -er. Au sens de « charger (un navire) », le mot peut être empr. directement au m. néerl. lasten « id. ». Fréq. abs. littér. : 20.
DÉR. 1.
Lestage, subst. masc.Action de lester (v. supra A); résultat de cette action. Lestage d'un flotteur. Leurs caractéristiques générales sont les mêmes que celles des engins classiques, mais leur lestage est plus réduit (Boyer, Pêches mar.,1967, p. 57).[lεsta:z]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1366 lastage « lest » (doc. ap. J. Finot, Et. hist. sur les relations comm. entre la Flandre et l'Espagne au moyen âge, p. 339), b) 1369 « droit payé par les navires pour leur chargement » (Rev. du comté de Ponth. ds Gdf.), c) [1529 en gasc. lastage « action de charger un navire » (doc. ap. K. Baldinger ds Mél. Flasdieck (H.M.), p. 33)], 1568 en fr. (ibid., p. 35), d) 1681 « action de lester (un navire) » (Ordonnance de la marine ap. Isambert, Recueil gén. des anc. lois fr., t. 19, p. 347); de lester, suff. -age*.
2.
Lesteur, adj. et subst. masc.Qui porte, qui arrime le lest. Matelot, navire lesteur. On appelle quelquefois bateaux lesteurs, ceux d'un port qu'on charge habituellement de lest pour le transporter à bord d'un bâtiment (Will. 1831).Emploi subst. masc. Le meilleur lesteur aujourd'hui est le capitaine ou son second (Will. 1831). [lεstœ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1366 lasteur « homme chargé de porter ou de disposer le lest » (doc. ap. J. Finot, loc. cit.), 1723 lesteur (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm. d'apr. FEW t. 16, p. 446a), b) 1681 bateau lesteur (Ordonnance de la marine, loc. cit.), 1710 lesteur subst. (Rich. Additions); de lester, suff. -eur2*.
BBG. Behrens D. 1923, p. 71. - Kemna 1901, p. 69 (s.v. lesteur). - La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 272 (s.v. lesté).

Lester : définition du Wiktionnaire

Verbe

lester \lɛs.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Marine) Garnir de lest.
    • Lester un navire, un ballon.
    • Le vaisseau faillit périr dans la tempête, parce qu’on ne l’avait pas bien lesté.
    • Cela, répondit un des matelots, c’est un morceau de roc que la bête aura avalé pour se lester. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  2. (Figuré) Pourvoir abondamment.
    • Le Déjeuner sur l'herbe (1959-1960) de Manet : il en force le côté partousard en dépouillant les hommes de leurs habits noirs et en les lestant de testicules généreux. — (Suzanne Ferrieres-Pestureau, « La violence mobilisée pour conjurer la peur de la femme et de la mort », chap. 12 de La violence à l’œuvre, Éditions du Cerf, 2018)
  3. Se caler, prendre de la nourriture.
    • Se lester l’estomac ou, absolument se lester.
    • Je me suis bien lesté avant de me mettre en route.
  4. (Figuré) Faire peser.
    • Ses parents lui avaient donc donné le prénom de l’oncle disparu — quelle étrange idée d’ainsi lester l’existence d’un enfant. — (Étienne Klein, En cherchant Majorana, Gallimard, 2013, page 16)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lester : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LESTER. v. tr.
T. de Marine. Garnir de lest. Lester un navire, un ballon. Le vaisseau faillit périr dans la tempête, parce qu'on ne l'avait pas bien lesté. Fig. et fam., Se lester l'estomac ou, absolument, se lester, Prendre de la nourriture. Je me suis bien lesté avant de me mettre en route.

Lester : définition du Littré (1872-1877)

LESTER (lè-sté) v. a.
  • 1 Terme de marine. Mettre du lest dans un bâtiment. Un capitaine qui a besoin de lester son vaisseau prendra du marbre, Montesquieu, Espr. XX, 6.

    Par extension, augmenter le poids d'un objet dans sa partie inférieure, afin de lui donner plus de stabilité.

    Fig. et familièrement. Se lester l'estomac, prendre de la nourriture ou une boisson.

  • 2 Fig. Se lester, V. réfl. Prendre nourriture ou boisson fortifiante. D'une liqueur nouvelle Lestons-nous sur ce bord, Béranger, Nacelle.
  • 3 Fig. Devenir plus réfléchi, plus posé. C'était assez pour avoir mis du plomb dans sa tête ; mais il y a des têtes qui ne se lestent jamais, Sévigné, 19 août 1671.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Lester : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LESTER, v. act. (Marine.) c’est mettre des cailloux, du sable ou autres choses pesantes au fond d’un vaisseau, pour le faire enfoncer dans l’eau & se tenir droit de façon qu’il porte bien ses voiles. On dit embarquer & décharger du leste, aussi-bien que lester & délester. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lester »

Étymologie de lester - Littré

Lest.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de lester - Wiktionnaire

Dénominal de lest.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lester »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lester lɛste play_arrow

Conjugaison du verbe « lester »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe lester

Citations contenant le mot « lester »

  • Au départ, les chercheurs ont émis l’hypothèse que lester sa veste avec des poids pourrait entraîner une diminution, en compensation, du poids corporel. Pour quelles raisons ? Parce que le sujet se percevrait alors plus lourd qu’en réalité, et aurait également plus de charge à déplacer. L’expérience a été menée avec 69 participants à IMC élevé de 30 à 35, soit atteints d'obésité modérée. Les participants ont été invités à porter un gilet lesté 8 heures par jour pendant 3 semaines et de poursuivre leurs activités quotidiennes comme d'habitude. Les participants du groupe témoin ne portait que des gilets légers pesant 1 kg, tandis que le groupe d’intervention portait des gilets lestés d’environ 11 kg. Après 3 semaines d’expérience, santé log, OBÉSITÉ : Lester sa veste pour se délester de sa graisse | santé log

Traductions du mot « lester »

Langue Traduction
Corse ballast
Basque lasta
Japonais バラスト
Russe балласт
Portugais lastro
Arabe الصابورة
Chinois 压载物
Allemand ballast
Italien zavorra
Espagnol lastre
Anglais ballast
Source : Google Translate API

Synonymes de « lester »

Source : synonymes de lester sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lester »



mots du mois

Mots similaires