Lavage : définition de lavage


Lavage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

lavage \la.vaʒ\ masculin

  1. Action de laver.
    • Prélavez le textile, qui tend à rétrécir au lavage, et prenez en compte ce facteur au moment de votre achat : le retrait du denim peut être important. — (Christelle Beneytout, Guide des tissus par projets de couture, Eyrolles, 2015, p. 137)
    • Le lavage des vitres.
    • Le lavage d’une forme d’imprimerie.
  2. Action de nettoyer.
    • Le lavage d’un livre, d’une estampe.
  3. (Médecine) Nettoyage d’un organe au moyen d’irrigations.
    • Lavage de l’estomac, de l’intestin, de la vessie.
  4. (Métallurgie) Opération qui consiste à laver le minerai pour séparer de la partie terreuse et pierreuse la partie propre à être fondue.
    • Le lavage des métaux.
  5. (Habillement) (Régionalisme) (Vieilli) Dessuintage.
    • L'opération de dessuintage, qu'on appelle aussi lavage dans certaines régions, ne se fait plus maintenant à la main. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lavage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAVAGE. n. m.
Action de laver. Le lavage des vitres. Le lavage d'une salle. Le lavage d'une forme d'imprimerie. Le lavage d'un livre, d'une estampe, Action de laver, de nettoyer un livre, une estampe.

LAVAGE se dit aussi, en termes de Médecine, du Nettoyage d'un organe au moyen d'irrigations. Lavage de l'estomac, de l'intestin, de la vessie. En termes de Métallurgie, il se dit de l'Opération qui consiste à laver le minerai pour séparer de la partie terreuse et pierreuse la partie propre à être fondue. Le lavage des métaux. Or de lavage.

Lavage : définition du Littré (1872-1877)

LAVAGE (la-va-j') s. m.
  • 1Action de laver. Le lavage des laines. Le lavage des vitres.

    Trop grande quantité d'eau répandue pour laver. Vous avez jeté trop d'eau sur ce plancher ; quel lavage avez-vous fait là ?

    Chez les relieurs, action de laver et nettoyer les livres salis et les estampes. Le lavage et la restauration des livres.

    Dans les mines, opération qui consiste à soumettre le minerai à l'action d'un courant d'eau. Le lavage des métaux. Or de lavage.

    Eaux de lavage, les eaux qui, passées sur des terres salpêtrées, ne sont pas assez chargées de sels nitreux pour être soumises avec avantage à l'évaporation, et que l'on est obligé de passer sur de nouvelles terres.

  • 2 Par extension, trop grande quantité d'eau mise dans un potage, dans une boisson, etc. Vous avez mis trop d'eau dans ce vin, ce n'est qu'un lavage. Cette soupe n'est qu'un lavage. On dit souvent en ce sens : une lavasse, de la lavasse.

    Terme de médecine. Émétique en lavage, se dit de l'administration de l'émétique comme purgatif dans une grande quantité d'eau (5 à 10 centigrammes dans un litre d'eau).

  • 3L'eau ou tout autre breuvage, pris en trop grande quantité. Vous vous trouverez mal de tout ce lavage.
  • 4Eau médicamenteuse employée à laver une partie malade. Je fais des lavages à mes mains, de l'ordonnance du vieux de Lorme, qui au moins me donnent de l'espérance, Sévigné, 258. Est-il possible que dans le pays des bains chauds vous trouviez le moyen de laisser périr vos pauvres jambes, que vous ne sentez que par des douleurs ? n'y a-t-il point de lavages qui puissent vous ramener les esprits à ces parties comme abandonnées ? Sévigné, 22 sept. 1680.
  • 5 Fig. Dans une espèce d'argot du jour, lavage se dit pour vente, dépense, liquidation ruineuse (voy. LAVER). Barbet n'avait pas prévu ce lavage ; il croyait au talent de Lucien, Honoré de Balzac, Un grand homme de province à Paris, chap. 39.

HISTORIQUE

XVIe s. Quand les porcs courent tant qu'ils peuvent au claquet du chaudron et tiennent leurs groings dedans l'auge pour humer le lavage, Merlin Coccaïe, p. 245, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Lavage : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAVAGE des mines, s. m. (Minér. & Métallurg.) opération par laquelle on se propose de dégager, à l’aide de l’eau, les parties terreuses, pierreuses & sablonneuses qui sont jointes aux mines, afin de séparer les parties métalliques de celles qui ne le sont point. Cette opération est fondée sur ce que les substances métalliques ayant plus de pesanteur que les terres ou les pierres, ces dernieres restent plus long-tems suspendues dans l’eau, & peuvent en être plus facilement entraînées que les métaux, que leur poids fait promptement retomber au fond de ce liquide. Pour remplir les vûes qu’on se propose dans le lavage des mines, il est nécessaire de commencer par les écraser au boccard, c’est-à-dire dans le moulin à pilons, afin de diviser toutes les substances qui entrent dans la composition de la mine.

Il y a plusieurs manieres de laver les mines ; la premiere, qui est la plus commune, est celle qu’on appelle le lavage à la sibille ; on se sert pour cela d’une sibille qui est une cuvette de bois ronde & concave, dans le fond de laquelle se trouvent des rainures ou des especes de sillons ; on met dans cette sibille une certaine quantité de la mine écrasée ; on verse de l’eau par-dessus ; on remue le tout en donnant une secousse à chaque fois : par-là on fait tomber une portion de l’eau qui s’est chargée de la partie terreuse ou pierreuse la plus légere de la mine : de cette maniere on la sépare de la partie métallique, qui étant plus pesante, reste au fond de la sibille : on réitere cette opération autant que cela est nécessaire, & jusqu’à ce qu’on voie que la mine ou le métal soient purs. Pour plus d’exactitude on fait cette opération au-dessus d’une cuve, dans laquelle retombe l’eau qu’on laisse échapper à chaque secousse qu’on donne à la sibille ; par ce moyen on retrouve la partie métallique qui auroit pû s’échapper. Le lavage de cette espece ne peut être que très-long, & ne peut point avoir lieu dans le travail en grand, ni pour les mines des métaux les moins précieux : aussi ne le met-on en usage que pour les métaux précieux, natifs ou vierges. Ce lavage à la sibille est celui que pratiquent les Orpailleurs, c’est-à-dire les ouvriers qui vont chercher les paillettes d’or qui peuvent être répandues dans le sable des rivieres, qu’ils séparent de la maniere qui vient d’être décrite de ce métal précieux. Cet or s’appelle or de lavage ; voyez Or.

Le lavage des métaux précieux se fait encore au moyen de plusieurs planches unies, jointes ensembles, garnies d’un rebord, & placées de maniere qu’elles forment un plan incliné. On garnit les planches avec du feutre ou avec une étoffe de laine bien velue, & quelquefois même avec des peaux de moutons ; on fait tomber sur ces planches, à l’aide d’une gouttiere, de l’eau en telle quantité qu’on le juge convenable : de cette façon les métaux précieux qui sont divisés en particules déliées, s’accrochent aux poils de l’étoffe, & l’eau entraîne les particules les plus légeres dans une cuve ou dans une espece de réservoir qui est placé à l’extrémité de ce lavoir, où on laisse s’amasser les particules que l’eau a pû entraîner. On sent qu’il est important de ne point faire tomber une trop grande masse d’eau à la fois sur la mine qui a été étendue sur un lavoir de cette espece, parce que sa trop grande force pourroit entraîner une partie du métal que l’on veut y faire rester. Quand on a opéré de cette maniere, on détache les morceaux de feutre ou les peaux de moutons qui étoient sur les planches, & on les lave avec soin dans des cuves pour en détacher les particules métalliques qui ont pû s’y arrêter.

Sur les lavoirs de cette espece on n’attache communément que deux morceaux d’étoffe ; l’un est à la partie la plus élevée du plan incliné, l’autre à la partie inférieure. La portion de la mine qui s’attache au morceau d’étoffe supérieur, est regardée comme la plus pure ; celle qui s’attache au morceau d’étoffe inférieur est moins pure, & celle que l’eau entraîne dans la cuve ou réservoir qui est au-dessous du plan incliné ou lavoir, est encore moins pure que celle qui est restée sur le second morceau d’étoffe ; c’est pourquoi l’on assortit séparément ces différens résultats du lavage.

Il y a des lavoirs qui sont construits de planches de la même maniere que les précédens, mais on n’y attache point d’étoffe ; il y a seulement de distance en distance de petites rainures ou traverses de bois destinées à arrêter la mine pulvérisée, & à retarder son cours lorsqu’elle est entraînée par l’eau.

Enfin il y a des lavoirs faits avec des planches toutes unies ; on n’y fait tomber précisément que la quantité d’eau qui est nécessaire : on peut s’en servir pour le lavage des mines les plus subtilement divisées.

Voici comment l’opération du lavage se fait, tant sur les lavoirs garnis, que sur ceux qui ne le sont pas : on fait tomber de l’eau par la gouttiere sur la mine pulvérisée qui est étendue sur le lavoir ; quand l’eau tombe trop abondamment ou avec trop de force, on rompt l’impétuosité de sa chûte en lui opposant quelques baguettes de bois. Pendant que l’eau tombe, un ouvrier remue la mine pulvérisée qui est sur le lavoir avec un crochet fait pour cet usage, ou bien avec une branche de sapin, ou avec une espece de goupillon de crin, afin que l’eau la puisse pénétrer, entraîner plus aisément la partie non-métallique, & la séparer de celle qui est plus chargée de métal. Il faut sur-tout, à la fin de l’opération, ne faire tomber l’eau que très-doucement, de peur de faire soulever de nouveau la partie de la mine qui s’est déja déposée ou affaissée, ou qui s’est accrochée au morceau de feutre ou d’étoffe supérieur, lorsqu’il y en a sur le lavoir, ou à la partie supérieure du lavoir, si l’on ne l’a point garni d’étoffe.

Quelquefois on a pratiqué au-dessous de ces lavoirs des auges quarrées pour recevoir l’eau qui en tombe ; on y laisse séjourner cette eau pour qu’elle dépose la partie de la mine qu’elle peut avoir entraînée. Si la mine vaut la peine qu’on prenne beaucoup de précautions, on fait plusieurs de ces sortes de réservoirs, qui sont placés les uns au-dessous des autres, afin que l’eau des réservoirs supérieurs puisse se décharger par des rigoles dans ceux qui sont plus bas : en les multipliant de cette maniere, on peut être assuré que l’on retire de l’eau toute la partie métallique qu’elle a pû entraîner. Voyez nos Pl. de Métalurgie.

Au défaut de lavoirs construits comme on vient de dire, on se sert quelquefois de tamis pour le lavage de la mine, & on la fait passer successivement par des tamis dont les mailles sont de plus en plus serrées : cette opération se fait dans des cuves pleines d’eau, au fond desquelles la partie la plus chargée de métal tombe, & celle qui l’est moins reste sur le tamis. Mais le lavage de cette derniere espece est long & coûteux ; c’est pourquoi il est plus convenable de se servir des lavoirs ordinaires, pour peu que la mine soit considérable.

Il est à-propos que les lavoirs soient près du moulin à pilons ou du boccard, pour éviter la peine & les frais du transport ; c’est pourquoi l’on a imaginé des lavoirs qui touchent à ces moulins. Voyez Lavoir. (—)

Lavage, (terme de Boyaudier.) c’est la premiere préparation que ces ouvriers donnent aux boyaux dont ils veulent faire des cordes ; elle consiste à en faire sortir toute l’ordure qui y est contenue ; pour cet effet ils prennent les boyaux les uns après les autres par un bout de la main gauche, & ils glissent la main droite le long du boyau jusqu’à l’autre bout pour en faire sortir toute l’ordure ; après quoi ils les mettent amortir dans un chauderon.

Lavage des draps, (Draperie.) Voyez l’article Manufacture en laine.

Lavage des chiffons, (Papeterie.) c’est l’action par laquelle on nettoie avec de l’eau toutes les saletés dont les chiffons sont couverts ; la façon ordinaire de laver les chiffons est de les mettre dans un poinçon ou cuve dont le fond est percé d’une grande quantité de petits trous, & qui a sur le côté des grillages de fil d’archal bien forts : on y remue souvent ces morceaux de linge afin que la saleté s’en sépare, & même on en change souvent l’eau. Quand ils sont suffisamment lavés, on les porte au pourrissoir. Voyez l’article Papeterie.

Lavage, (Salpêtre.) voyez Salpêtre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Lavage : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « lavage » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « lavage »

Étymologie de lavage - Wiktionnaire

De laver, avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de lavage - Littré

Laver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lavage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lavage lavaʒ play_arrow

Citations contenant le mot « lavage »

  • Comment entretenir l’éclat et la superbe de votre peinture métallisée ? Découvrez le secret d’un lavage propre et efficace pour préserver la brillance de votre voiture. Autonews, Lavage de ma voiture : LE secret pour entretenir votre peinture métallisée
  • La Réforme des Retraites c'est comme un "Cache Sexe", ça rétrécit au lavage, nous disait Jean "Castex" ! A la longue ça ne cache même plus le Dard Malin !!! L'Obs, La réforme des retraites a rétréci au lavage
  • Comment obtenir un résultat éclatant sur votre carrosserie ? Quelles méthodes de lavage privilégier ? Voici nos 5 astuces de nettoyage pour prendre soin de votre voiture et la faire briller à chaque lavage. Autonews, Lavage de ma voiture : 5 astuces pour une carrosserie parfaite
  • Méthode de lavage puissante et efficace, l’utilisation d’un jet d’eau à haute pression présente toutefois quelques risques pour votre voiture. Autonews, Lavage de ma voiture : pourquoi éviter le nettoyage haute pression
  • L'artiste métisse Colleen Gray a produit des affiches en 21 langues autochtones, dont l'inuktitut (à droite), pour sensibiliser au lavage des mains. Radio-Canada.ca, Des affiches pour le lavage des mains en 21 langues autochtones | Radio-Canada.ca
  • Les principaux acteurs du marché étudiés dans le rapport s’orientent vers de nouveaux modes de fusion-acquisition pour gagner une part importante sur le marché mondial. En outre, le marché devrait se nourrir d’alliances stratégiques, prévisibles au cours de l’année prévisionnelle suite à la forte demande de Système de lavage de voiture dans un grand nombre de secteurs au niveau mondial. Thesneaklife, Marché mondial des systèmes de lavage de voiture 2020 – WashTec, Daifuku, Otto Christ, Istobal, Ryko – Thesneaklife
  • Jeune enseigne sur le marché du lavage automobile sans eau, WashandCheck a été créée à Toulouse en 2017. Avec son concept alliant écologie et digital, la première agence toulousaine WashandCheck rencontre un succès rapide. Pour répondre à la forte demande du marché, ses fondateurs s’ouvrent à la franchise dès 2018, offrant aux entrepreneurs indépendants l’opportunité d’exploiter le concept pour ouvrir une agence de lavage automobile écologique et connectée.  Toute la Franchise, WashandCheck, la nouvelle franchise de lavage automobile écologique et connectée
  • Entre 2016 et 2020, Michel Lotout qui est éleveur de poulettes à Saint-Nicolas-du-Pélem (22) a converti ses 2 poulaillers au sol en système volière Vencomatic. « Je suis seul sur l’élevage avec mon fils François qui est salarié, j’ai donc choisi de déléguer le nettoyage et la désinfection à l’entreprise Agri Hygiène qui est spécialisée dans ce type de travaux », indique Michel Lotout. L’aviculteur est passé de 15 heures de lavage lorsque les 3 poulaillers étaient au sol à 70 heures de lavage pour 2 poulaillers en volière et 1 au sol. « Pour le poulailler de 20 000 poulettes au sol, le nettoyage et la désinfection prennent 5 heures à une seule personne. Pour le bâtiment de 20 000 poulettes en volière il faut en moyenne 23 heures de travail à 2 personnes. » Journal Paysan Breton, L’étape importante du lavage et de la désinfection | Journal Paysan Breton
  • La recherche de la vérité divine est semblable au lavage du minerai d'or : pas une parcelle n'a la moindre valeur tant que la plus grande partie n'a pas été emportée par l'eau courante. De Herbert George Wells / Choses premières et dernières
  • Au cœur de l'autocratie, vit une trinité infernale : le lavage de cerveau, la schizophrénie et la bonne vieille autorité. De Moses Isegawa / Chroniques abyssiniennes
  • Un mari idéal est celui qui ne boit pas, sait faire la cuisine, le lavage et le repassage et de plus est célibataire ! De Anonyme
  • La liberté est une peau de chagrin qui rétrécit au lavage de cerveau. De Henri Jeanson / L'Aurore

Images d'illustration du mot « lavage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lavage »

Langue Traduction
Corse lavare
Basque garbiketa
Japonais 洗浄
Russe стирка
Portugais lavando
Arabe غسل
Chinois 洗涤
Allemand waschen
Italien lavaggio
Espagnol lavado
Anglais washing
Source : Google Translate API

Synonymes de « lavage »

Source : synonymes de lavage sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires