La langue française

Horde

Sommaire

  • Définitions du mot horde
  • Étymologie de « horde »
  • Phonétique de « horde »
  • Citations contenant le mot « horde »
  • Images d'illustration du mot « horde »
  • Traductions du mot « horde »
  • Synonymes de « horde »

Définitions du mot « horde »

Trésor de la Langue Française informatisé

HORDE, subst. fém.

A. −
1. Tribu nomade de l'Asie centrale. Horde tartare. Hordes mongoles éparses entre l'Altaï et le Caucase (Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 210) :
1. Il est un des premiers à (...) donner un récit détaillé du genre de vie et du caractère de ces hordes mongoliques qui constituèrent le puissant empire des Tartares. Hist. de la sc.,1957, p. 1447.
La horde d'or. Nom de la plus puissante tribu mongole :
2. Cette salle n'offrait aucun meuble, mais çà et là des fourrures épaisses, des coussins de soieries asiatiques d'une extravagante richesse s'entassaient contre les murs et les piliers nus avec un air de profusion et de négligence : on eût dit le campement de nuit de la Horde d'or dans une blanche cathédrale byzantine. Gracq, Argol,1938, p. 26.
P. ext. Peuplade, troupe nomade vivant en société. Horde migratrice; horde d'Arabes, de Magyars, de Scythes. Une horde de Bédouins homicides, sans doute, qui, ayant aperçu au loin dans le désert ta petite caravane, sera venue la surprendre pendant son sommeil (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 337).J'ai visité, il y a quelques mois, une horde de bohémiens établis dans les Vosges (Mérimée, Carmen,1847, p. 76).Normalement la terre appartient à une horde locale, composée d'un noyau permanent d'individus mâles et d'un ensemble variable de femmes venues du dehors (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 291) :
3. Un jour, toute la tribu part, emportant les enfants, les caisses remplies de hardes, les marmites, les ustensiles de cuisine, les fétiches, et se dirige vers le nouvel établissement. C'est quelque fois à 25 à 30 kilomètres en droite ligne, et il faut plusieurs jours à cette horde nomade embarrassée de bagages et d'enfants pour gagner sa nouvelle installation. Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 203.
En partic. (chez Freud). La horde primitive. En 1917, j'ai adopté l'hypothèse de Ch. Darwin, d'après laquelle la forme primitive de la société humaine aurait été représentée par une horde soumise à la domination absolue d'un mâle puissant. J'ai essayé alors de montrer que les destinées de cette horde ont laissé des traces ineffaçables dans l'histoire héréditaire de l'humanité (Freud, Psychol. collective, trad. par S. Jankélévitch, chap. 10, La Foule et la horde primitive, Paris, Payot, 1924, p. 83).
2. Groupe de personnes plus ou moins disciplinées provoquant du désordre, commettant des pillages, des actes de violence. Au milieu d'une horde de tout âge et de tout sexe, marchaient à pied les gardes-du-corps, ayant changé de chapeaux, d'épées et de baudriers avec les gardes nationaux (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 222).Toute la horde des portefaix et des fellahs se précipita vers le quai dans un tumulte un peu inquiétant pour les membres et les vêtements des passagers (Verne, Tour monde,1873, p. 27).Il est accaparé par une horde de ses camarades qui l'interpellent et le houspillent. Il se débat, répond à leurs sarcasmes, et tous se bousculent en riant (Barbusse, Feu,1916, p. 57) :
4. Des hordes de soldats ivres pénétrèrent dans les maisons, chassèrent à coups de crosse les femmes et les enfants, firent prisonniers les hommes, pillèrent, saccagèrent, arrosèrent de pétrole les meubles et les planchers, lâchèrent par le quartier des chats trempés d'essence et enflammés. Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 43.
SYNT. Horde assiégeante, barbare, conquérante, ennemie, enragée, farouche, féroce, hurlante, indisciplinée, meurtrière, sauvage; discipliner des hordes; horde d'aventuriers, de brigands, de chasseurs, de mendiants, de sauvages, de vagabonds, de voleurs.
3. Groupe d'animaux vivant naturellement ensemble. Immédiatement après le coucher du soleil, le ciel s'obscurcit : c'est la horde des sauterelles qui repart vers l'est (Gide, Retour Tchad,1928, p. 871) :
5. C'était l'essaim de goëlands et de mouettes qui venait de se ruer sur une des roches basses, battant de l'aile, s'entre-culbutant, criant, appelant. Tous fourmillaient bruyamment sur le même point. Cette horde à bec et ongles pillait quelque chose. Hugo, Travaill. mer,1866, p. 268.
SYNT. Horde de cancrelats, de charognards, de chats, de chiens sauvages, de cigales, de fourmis, de grenouilles, de guêpes, de hannetons, de loups, de poules, de renards, de tortues; vivre en horde.
B. − Au fig. Multitude de choses. J'appellerai beaucoup de songes à mon secours, pour me défendre contre cette horde de vérités qui s'engendrent dans les vieux jours, comme des dragons se cachent dans des ruines (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 12).Tout cela était comme rapetissé, écrasé sous la horde des nuages. On eût dit une innombrable armée tumultueuse, se bousculant à l'assaut du moulin (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 18).
Prononc. et Orth. : [ɔ ʀd] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. a) 1559 « tribu errante, chez les Tartares » (G. Postel, République des Turcs, 2epart., p. 27 ds Gdf. Compl.); b) 1690 p. ext. « tribu errante, peuplade de nomades » (Fur.); c) 1767 « troupe d'hommes qui se livrent à des désordres » (Lemierre, Guillaume Tell, p. 12); d) 1769 « foule quelconque » (Coyer, Bagatelles, p. 66 ds Brunot t. 6, p. 1360 : cette horde d'honnêtes gens [les quakers]); 2. a) 1669 « troupe d'animaux » (La Fontaine, Psyché, l. II ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 8, p. 205 : des hordes et des caravanes [de fourmis]); b) 1848 « grand nombre de choses » (Chateaubr., supra). Empr. au tartareorda « camp militaire », cf. coman orda « id. » (ca 1300 ds FEW t. 20, p. 106b), turc ordu « armée, camp militaire », mongol ordu, orda « camp, horde » (Lok, no1594, Vasmer t. 2, p. 275, Cor., s.v. horda). Mot connu en Europe dès le xiiies. : lat. médiév. orda « camp militaire » (ca 1240, Vincent de Beauvais, l. 32, chap. 21, sqq. ds Du Cange; milieu xiiies., Giovanni de Piano Carpini [voyageur en Mongolie] ds FEW, loc. cit.). L'orig. du h- initial est inconnue. Il apparaît pour la 1refois dans l'all. horda en 1429 d'apr. Kluge. Fréq. abs. littér. : 357. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 677, b) 381; xxes. : a) 572, b) 391. Bbg. Walt. 1885, p. 78.

Wiktionnaire

Nom commun

horde (h aspiré)\ɔʁd\ féminin

  1. (Vieilli) Tribu nomade d’Asie centrale.
  2. (Nom collectif) Troupe nombreuse d’hommes qui vivent en société, mais sans avoir d’établissement fixe.
    • Le gros des troupes était une horde de barbares dans toute la force du terme. C’était de ces figures étranges qui avaient parcouru la Gaule au temps d’Attila et de Chlodowig. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
  3. (Nom collectif) Peuplade ou groupement d’hommes errants.
    • C'est ainsi que, dans l'Antiquité, les riches vallées du Nil et de l’Euphrate (Mésopotamie) furent toujours convoitées par des hordes conquérantes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • En 1223, première alerte. Du Caucase dévale une nuée de cavaliers. Ce n'est plus une horde : c'est une armée structurée, disciplinée d'un immense empire. — (René Cagnat & Michel Jan, Le milieu des empires, Robert Laffont, 1981, page 115)
  4. (Nom collectif) (Sociologie) Groupement humain temporaire et instable.
  5. (Nom collectif) (Péjoratif) Troupe d’hommes indisciplinés, qui se plaisent au carnage, à la dévastation, etc.
    • Les nouaïb […] sont des hordes absolument indisciplinées, mais parmi lesquelles on trouve certainement d'excellents cavaliers, des fantassins durs à la fatigue et de bons tireurs. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 88)
    • Et les hordes fanatisées par les prédicateurs de la Croisade trouvèrent tout naturel, avant de régler leur compte à ceux qui avaient profané (soi-disant) le tombeau du Christ, de châtier les descendants des « déicides ». — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Les petits chevaux des Cosaques escaladent les amas de décombres, entre des lambeaux de murs placardés d’affiches portant la dernière proclamation de Gœbbels : « Tout Allemand doit défendre sa capitale. Les hordes rouges seront arrêtées. » — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.326)
    • Au bout de la vallée on entendait le son d’une corne
      D’un chef ennemi qui rappelait toute sa horde.
      — (Manau, La tribu de Dana)
  6. (Nom collectif) (Par plaisanterie) Groupe de personnes indisciplinées.
    • Invariablement les fonctionnaires, arrivés récemment ici des autres parties de la France, éprouvent de l'étonnement en voyant ces classes drues, ces hordes de galopins qui déambulent par les routes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C'était le branle-bas de combat au paradis. Dieu le Père observait d'un œil distrait ses hordes d'anges astiquer les nuages pour la fête de Noël. On avait nettoyé la crèche, mis de la paille fraîche, brossé le bœuf et l'âne. — (Micheline Duff, « Les Semences d'Amour », dans les Contes de Noël : Pour les petits et les grands, Québec Amérique, 2012)

Nom commun

horde \hɔː(ɹ)d\

  1. Horde.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HORDE. (H est aspirée.) n. f.
Troupe nombreuse d'hommes qui vivent en société, mais sans avoir d'établissement fixe. Des hordes de barbares fondirent sur l'empire romain. Une horde de Tartares, de Bédouins. Le chef d'une horde de sauvages, d'une horde sauvage. Il se dit, par extension et par mépris, d'une Troupe d'hommes indisciplinés, qui se plaisent au carnage, à la dévastation, etc. Une horde sanguinaire. Une horde indisciplinée. Une horde de brigands.

Littré (1872-1877)

HORDE (hor-d') s. f.
  • 1Troupe de Tartares réunis et de même race, qui, n'ayant pas d'habitation fixe, mènent une vie vagabonde, et campent sous des tentes, ou sur des chariots, dans les lieux où ils trouvent de quoi nourrir leurs troupeaux. Toute la Tartarie, excepté la Chinoise, ne renferme plus que des hordes misérables qui seraient trop heureuses d'être conquises à leur tour, s'il ne valait pas encore mieux être libre que civilisé, Voltaire, Mœurs, 88.

    Grande horde ou horde d'or, la plus puissante tribu des Mongols. Horde d'or se dit aussi de la plus noble tribu des Calmouks.

  • 2 Par extension, peuplade errante, troupe nombreuse d'hommes en société mais sans établissement fixe. La horde qui survenait, chassait ou exterminait celle qui était déjà établie, Raynal, Hist. phil. III, 1.
  • 3Troupe d'hommes indisciplinés et livrés à toute sorte de désordres. Une horde de brigands. Une horde d'aventuriers.

    Il se dit aussi, par mépris, d'une foule quelconque. Il eût été honteux à jamais pour la France qu'une horde infâme d'usuriers escrocs eût accablé en justice la vertu d'un maréchal de camp qui a servi la patrie avec honneur, ainsi que tous ses ancêtres, Voltaire, Polit. et législ. Lett. à MM. de la noblesse du Gévaudan, Lett. 4. J'ose lui répéter [à Votre Majesté] que, plus elle le connaîtra [le comte de Crillon], plus elle l'en trouvera digne [de ses bontés], et qu'elle le distinguera facilement de cette horde de jeune noblesse française qui lui a donné à si juste titre si mauvaise opinion du reste, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 25 avril 1774.

REMARQUE

La Harpe a prétendu que Voltaire avait le premier employé ce mot. On le voit à l'historique usité dès le seizième siècle.

HISTORIQUE

XVIe s. Les autres Tartares qui habitent le païs plus froid logent en pavillons et par hordes, D'Aubigné, Hist. I, 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HORDE, s. f. terme de Géographie, qui se dit de ces troupes de peuples errans, comme Arabes & Tartares, qui n’ont point de villes ni d’habitation assûrée ; mais qui courent l’Asie & l’Afrique, & demeurent sur des chariots & sous des tentes, pour changer de demeure quand ils ont consommé toutes les denrées que le pays produit. Ainsi vivoient les anciens Scythes, dont Horace dit dans une de ses odes :

Scythæ, quorum plaustra vagas
Rite trahunt domos.

Horde est un mot tartare, qui signifie multitude.

C’est proprement le nom que les Tartares qui habitent au-delà du Wolga, dans les royaumes d’Astracan & de Bulgarie, donnent à leurs bourgs. Voyez Village.

Une horde est un composé de cinquante ou soixante tentes rangées en rond, & qui laissent une place vuide au milieu. Les habitans de chaque horde forment communément une compagnie de gens de guerre, dont le plus ancien est ordinairement le capitaine, & dépend du général ou prince de toute la nation. Chambers. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « horde »

(XVIe siècle) Via l’allemand Horde et le polonais horda, du russe орда, orda (« horde ») du mongol ᠣᠷᠳᠤ ordu (« palais », « appartements du gouverneur », « camp militaire »), apparenté au turc ordu (« armée, camp militaire »), ces deux provenant du vieux turc 𐰇𐰼𐰏𐰃 (örgu). Mot connu en Europe dès le XIIIe siècle — et l’invasion mongole contemporaine, notamment de la Horde d'or — avec le latin médiéval orda (« camp militaire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(1555) Du français horde.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mongol, ordoû, le camp et la cour du roi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « horde »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
horde ɔrd

Citations contenant le mot « horde »

  • Un groupe de loups, c'est une horde. Un groupe de vaches, c'est un troupeau. Un groupe d'hommes, c'est souvent une bande de cons. De Philippe Geluck / La vengeance du chat

Images d'illustration du mot « horde »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « horde »

Langue Traduction
Anglais horde
Espagnol horda
Italien orda
Allemand horde
Chinois 部落
Arabe حشد
Portugais horda
Russe орда
Japonais 大群
Basque horde
Corse horda
Source : Google Translate API

Synonymes de « horde »

Source : synonymes de horde sur lebonsynonyme.fr
Partager