La langue française

Gent

Sommaire

  • Définitions du mot gent
  • Étymologie de « gent »
  • Phonétique de « gent »
  • Évolution historique de l’usage du mot « gent »
  • Citations contenant le mot « gent »
  • Images d'illustration du mot « gent »
  • Traductions du mot « gent »
  • Synonymes de « gent »
  • Antonymes de « gent »

Définitions du mot gent

Trésor de la Langue Française informatisé

GENT1, subst. fém.

A. − Nation, peuple. La gent qui porte turban (Ac.). La gent tiédie par la paix est sans ardeur pour combattre hors de ses portes (A. France, Clio,1900, p. 129).
Droit des gens. Droit naturel, commun à toutes les nations; droit régissant les rapports entre les États et les nations; droit international public. Si nous n'obtenons pas ce que la raison et le droit des gens nous autorisent à demander, nous agirons en commun (Tocqueville, Corresp. [avec Gobineau], 1850, p. 103) :
1. Un gouvernement a-t-il droit d'intervenir dans les affaires intérieures d'un autre gouvernement? Cette grande question du droit des gens a été résolue en sens opposés. Ceux qui l'ont rattachée au droit naturel (...) ont pensé qu'il est permis de prendre les armes, au nom de la société humaine, contre un peuple qui viole les principes... Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 184.
B. − P. plaisant., toujours au sing.
1. [Désignant un ensemble d'êtres humains, d'animaux] Ensemble des individus possédant des caractères physiques communs. Synon. race, espèce.Au fond [de la voiture], se trouvent étalées comme des fleurs votre jeune femme épanouie, et sa mère (...). Ces deux fleurs de la gent femelle gazouillent et parlent de vous (Balzac, Ptes mis.,1846, p. 24).De génération en génération, et sans doute par voie de sélection, ils [les tarses] ont disparu pour le plus grand bien de la gent scarabée (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 241) :
2. Trop de courage a brillé parmi la gent féminine (...) pour que (...) les femmes dénoncent le contrat qu'elles passèrent avec la beauté. Colette, Pays. et portr.,1954, p. 95.
SYNT. Gent ailée, aquatique, canine, écailleuse, emplumée, féline, ovine, poissonnière; gent à longues oreilles; gent trotte-menu.
2. [Désignant un groupe de pers.] Ensemble d'individus possédant un caractère moral ou intellectuel commun; exerçant une même activité, appartenant à une même classe sociale. Nous étions la gent corvéable, taillable et tuable à volonté; nous ne sommes plus qu'incarcérables (Courier, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur », 1819-20, p. 11).La gent avocassière Envahit tout, parleuse, active, tracassière (Pommier, Crâneries,1842, p. 8).La gent lettrée et artistique, à part d'honorables exceptions, est peu vertueuse, peu amie du droit, peu exemplaire dans ses mœurs (Proudhon, Pornocratie,1865, p. 229).La gent bouquiniste est la seule qui ne soit ni organisée, ni syndiquée, qui ne donne aucun bal (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 79).
SYNT. Gent écriveuse, écrivante, littéraire, militaire, ministérielle, monastique, monacale, parlementaire, policière, soldatesque, versifiante; gent aristocratique, bourgeoise; gent dévote, hypocrite, impie, ingrate, méfiante.
Gent moutonnière. Personnes qui n'ont aucune indépendance d'esprit, d'action, qui calquent leurs actions sur celles des autres. Son abominable affectation devint de plus en plus invisible aux Français, gent moutonnière (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 98).Dans la gent moutonnière des amateurs, l'un possède l'âme bêlante d'une petite femme qui croit que l'art, ce sont des chapeaux bien choisis (Barrès, Appel soldat,1900, p. 20) :
3. Les beautés les plus réelles n'ont pas été assez distinguées du reste, et là comme ailleurs, on s'est succédé, on s'est copié, on a été la gent moutonnière, on s'en est tenu au célèbre. Sainte-Beuve, Corresp., t. 3, 1839, p. 100.
Prononc. et Orth. : [ʒ ɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Droit des gens (pour gents, cf. supra A) : plur. archaïque (t disparaît devant s de flexion). Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « nation, peuple » (Roland, éd. J. Bédier, 393, 396); 1668 contre le droit des gens (La Fontaine, Fables, IV, 11); 2. av. 1660 fam. « race, espèce » (Scarron, Virg., VII, ds Littré : Il dit qu'Aeneas et sa gent ne valait pas beaucoup d'argent); 1668 la gent trotte-menu [les souris] (La Fontaine, op. cit., III, 18). V. gens1. Droit des gens est la trad. du lat. class. jur. jus gentium. Bbg. Schmidt (H.). Fr. vivant. Praxis. 1969, t. 16, p. 97.

Wiktionnaire

Nom commun

gent \ʒɑ̃\ féminin

  1. (Vieilli) Peuple, ethnie, groupe caractérisé par un trait particulier.
    • La gent qui portait le turban : Les anciens Turcs, la nation des Turcs.
    • Longtemps entre nos Coqs le combat se maintint
      Le bruit s’en répandit par tout le voisinage ;
      La gent qui porte crête au spectacle accourut.
      — (Jean de La Fontaine, Les Deux Coqs)
    • […] du sein des comptoirs et des grandes officines où il se laisse mettre en barres, l’or, sous forme de dots ou de successions, amené par la main des jeunes filles ou par les mains ossues du vieillard, jaillit vers la gent aristocratique où il va reluire, s’étaler, ruisseler. — (Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d’or, chapitre 1)
  2. Compagnie, ceux qui accompagnent.
    • […] adonc chevaucha la Pucelle vers Paris avec bien trois mille hommes d’armes, et commença à donner l’assaut avec sa gent. — (Eberhard Windecke, Germain Lefèvre-Pontalis, Les Sources allemandes de l’histoire de Jeanne d’Arc, 1903, page 121)

Adjectif

gent \ʒɑ̃\

  1. (Désuet) ou (Par plaisanterie) Gentil, joli, plaisant ou noble, en parlant d’une personne ou d’une chose.
    • Ceux qui ont appartenu aux grands personnages, aux bibliophiles illustres, aux gentes dames bibliophiles, gardent aussi quelque chose de cette saveur délicieuse. — (François Buloz, La Revue des deux mondes, 1982, page 337)
    • Héloïse portait un tablier court si coquet, brodé de coton rouge […] qu’Arsène André ne pouvait la quitter des yeux, tant elle avait l’air « gent », une façon de demoiselle bien éduquée. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GENT. n. f.
(Pluriel : Gens.) Vieux mot qui signifiait Nation. La gent qui portait le turban, Les anciens Turcs, la nation des Turcs. Il signifiait aussi Race. La gent marécageuse. Les grenouilles. La gent trotte-menu, Les souris. Fig., La gent moutonnière, Les personnes qui font ce qu'elles voient faire, qui suivent aveuglément l'exemple des autres, comme les moutons.

Littré (1872-1877)

GENT (jan) s. f.
  • 1 Au sing. Nation, race, ô combien lors aura de veuves La gent qui porte le turban ! Malherbe, III, 1. Car elle avait appris de la bouche des Parques, Que du haut sang troyen, semence des monarques, Descendrait une gent invincible aux combats, Card. DUPERRON, Énéide, I. De cette gent farouche adoucira les mœurs, Segrais, Énéide, v.

    Cet emploi, dans le style noble, tombe en désuétude ; cela est fâcheux.

  • 2 Au sing. Le style familier use aujourd'hui de ce mot pour signifier race, espèce. Il dit qu'Aenéas et sa gent Ne valait pas beaucoup d'argent, Scarron, Virg. VIII. La gent à grègues retroussées [les pages], Scarron, dans LE ROUX, Dict. comique. Vive la gent qui fend les airs ! La Fontaine, Fabl. II, 5. La gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte, La Fontaine, ib. III, 18. Longtemps entre nos coqs le combat se maintint… La gent qui porte crête au spectacle accourut, La Fontaine, ib. VII, 13. Ils devraient, ces auteurs, demeurer dans leur grec, Et se contenter du respect De la gent qui porte férule ; D'un savant traducteur on a beau faire choix, C'est les traduire en ridicule Que de les traduire en françois, Perrault, Parallèle des anciens et des modernes, à la fin de la préface. Pour peu qu'ils fussent au fait de ce qui se passe aujourd'hui chez la gent comique, ils y trouveraient bientôt un sens clair, Lesage, Diable boit. chap. 16. Contre la gent hypocrite Voyez son malin courroux, Béranger, Ermite.

    Fig. La gent moutonnière, ceux qui suivent l'impulsion donnée par les autres.

  • 3 Au plur. Le droit des gens, le droit des nations (ici gens s'écrit toujours sans t) ; dans le droit romain, et par suite dans l'ancien droit français et dans beaucoup de locutions qui en proviennent, il signifie droit naturel, c'est-à-dire les règles de l'équité naturelle qui sont communes à toutes les nations.

    Aujourd'hui, on entend par droit des gens le droit de nation à nation, tant le droit diplomatique positif résultant des traités, que le droit international, ensemble de règles coutumières ou écrites qui règlent les rapports d'une nation avec les étrangers en temps de paix ou même en temps de guerre.

HISTORIQUE

XIe s. Ne n'ai tel gent qui la sue [la sienne] derompe, Ch. de Rol. II. S'il ont grant gent [des troupes nombreuses], d'ice, signur, cui chaut ? ib. CCXLI.

XIIe s. Franc, dit Rolant, bone gent honorée, Ronc. p. 48. Par le conseil de fausse gent vilaine, Couci XI. À vous, amans, plus qu'a nule autre gent Est bien raison que ma dolor [je] complaigne, ib. XXII. Il departi ses oz [armée] et renvoia sa gent, Sax. XI.

XIIIe s. Et par ce qu'il savent certainement que nule gent n'ont si grant pooir par mer comme vous avés, Villehardouin, XII. Or vous faites aimer [de] gent letrée et gent laie, Berte, VIII. Car gent françoise sont de grant beubancerie, ib. LXXII. Mès vers la gent très bien te cele, Et quier autre achoison [occasion] que cele Qui cele part te face aler, la Rose, 2399. Si ne croi mie que Dieux l'ost [l'ôte] D'avec les sainz, ainz l'i a mis, Qu'il a toz jors esté amis à sainte Eglise et à gent d'ordre [moines], Rutebeuf, 42.

XIVe s. Et voion entre les homes que ceulz qui sont d'une gent ou d'un lignage aiment l'un l'autre, Oresme, Eth. 229.

XVe s. Avec lui moult belle gent d'armes, Froissart, I, I, 117. … Si très tost que [le héraut des Anglais] approcha, ces Flamands l'enclouirent, et là l'occirent comme folle gent et de petite connoissance, Froissart, II, II, 207. Ha ! qu'est-ce que de vaillante gent ! l'un en vault mille, et mille faillis n'en vaillent un bon, Boucic. II, 20.

XVIe s. Bienheureuse est la gent qui n'est point morte Sans veoir premier vostre ferme unité, Marot, II, 311. Celuy qui est terrible, qui transfere les couronnes et royaumes d'une gent [nation] à autre, Amyot, Moral. Épît. p. 4. Pour nous assujettir à cette gent payenne, Garnier, Bradam. I.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gent »

(Nom) (c. 980) Du latin gens (génitif : gentis).
(Adjectif) (c. 1100) Du latin genitus (« né, bien né, noble, gracieux »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. gent, gen ; espagn. portug. et ital. gente ; du latin gentem, nation, du radical gen, gin qui est dans gignere, engendrer, genitus, engendré ; grec, γίνεσθαι, naître ; irl. gean, engendrer ; sanscrit, jan.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gent ʒɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « gent »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gent »

  • Il n’est pas souhaitable de dévoiler à la gent masculine que sous ses allures de poupée Barbie Superstar une femme peut cacher une grande intelligence. De Pedro Almodovar / Patty Diphusa : La Vénus des lavabos
  • Remontrance. Reproche effectué gentiment, comme avec un hachoir à viande. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Les femmes sont des jouets dont on se lasse et qui, à l’inverse des autres jouets qui se laissent si gentiment casser, vous brisent. De Henri Jeanson
  • Il se moque gentiment de moi. Il me surnomme Cosette De Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment
  • Un homme s’aperçoit qu’il n’est plus jeune quand une femme à qui il cligne de l’oeil vient gentiment lui demander ce qu’il a sous la paupière. De Jean Marsac
  • Réservant au peintre la tâche sévère et contrôlable de commencer les tableaux, attribuons au spectateur le rôle avantageux, commode et gentiment comique de les achever par sa méditation ou son rêve. De Félix Fénéon / Oeuvres
  • Les femmes sont décevantes. Ce sont des jouets dont on se lasse et qui, à l'inverse des autres jouets qui se laissent si gentiment casser, vous brisent. De Henri Jeanson / La Volonté
  • Elle me prenait gentiment la main et moi que voyais-je ? Une main molle, blanchâtre, avec la consistance d’un gant Mappa. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans
  • - Puisque vous me le proposez si gentiment, j'accepte. - Quoi ? - Que vous me prêtiez vos souliers. - Bah, vous chaussez du combien ? - Du comme vous. De Gérard Oury / La Grande Vadrouille
  • Conférence « La gent animale dans les arts chinois : Jean de la Fontaine en Chine » 2020-07-16 20:30:00 – 2020-07-16 22:00:00 Salle du Foyer Rue des Dames Marcigny Saône-et-Loire Marcigny Unidivers, Conférence « La gent animale dans les arts chinois : Jean de la Fontaine en Chine » Marcigny jeudi 16 juillet 2020
  • DJ Urgent FM Site-LeVifFocus-FR, Les festivals "déconfinent": les photos du Gent Jazz 1.5 - Musique - FocusVif

Images d'illustration du mot « gent »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gent »

Langue Traduction
Anglais gent
Espagnol caballero
Italien gentiluomo
Allemand mann
Chinois 绅士
Arabe جنت
Portugais cavalheiro
Russe джентльмен
Japonais 紳士
Basque gent
Corse gentile
Source : Google Translate API

Synonymes de « gent »

Source : synonymes de gent sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gent »

Partager