La langue française

Fourvoiement

Définitions du mot « fourvoiement »

Trésor de la Langue Française informatisé

Fourvoiement, subst. masc.,rare. Action de (se) fourvoyer. Après quelques détours et fourvoiements (...) ils atteignirent le Mas d'Engane (L. Daudet, Médée,1935, p. 170).Rem. Les dict. enregistrent le sens fig. de
fourvoiement, au fig. synon. de erreur.Il est tombé dans un étrange fourvoiement (Ac.1835, 1878).
[fuʀvwamɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932; ds Ac. 1694 et 1718, s.v. fourvoyement; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Cf. aboiement. 1resattest. [xiiies. favoiement « action de s'égarer » ici fig. (Alexis, éd. Ch. E. Stebbins, 230)], apr. 1465 [ms.] erreur et forvoiement (L'Anonyme d'Angers, Pelerin. de la vie hum., Ars. 2319, fo152 rods Gdf. Compl.); du rad. de fourvoyer, suff. -(e)ment1*.

fourvoiement, au fig. synon. de erreur.Il est tombé dans un étrange fourvoiement (Ac.1835, 1878).

Wiktionnaire

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)

Nom commun

fourvoiement \fuʁ.vwa.mɑ̃\ masculin

  1. Erreur de celui qui s’égare de son chemin.
    • Au point du jour ils s’aperçurent de leur fourvoiement.
  2. (Par extension) Erreur.
    • Dans un sens, il n'y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, p.66)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOURVOIEMENT. n. m.
Erreur de celui qui s'égare de son chemin. Au point du jour ils s'aperçurent de leur fourvoiement. Fig., Il est rare que l'on revienne d'un long fourvoiement. Il est peu usité.

Littré (1872-1877)

FOURVOIEMENT (four-voi-man) s. m.
  • Action de se fourvoyer, de s'égarer.

    Fig. Erreur, méprise. Il est tombé dans un étrange fourvoiement.

HISTORIQUE

XVIe s. Remerchiant icelluy seigneur dé Gurce, du travail et fourvoyement [détour] qu'il avoit fait d'estre venu de Mantoue jusques ici, Lett. de Louis XII, p. 320, dans LACURNE. Autant en feit il [Hippomènes laissant tomber les pommes d'or en courant avec Atalante], à son poinct, et de la seconde et de la tierce ; jusques à ce que, par fourvoyement et divertissement, l'advantage de la course luy demeura, Montaigne, III, 294.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fourvoiement »

Fourvoyer. L'ancien français disait aussi le fourvoi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fourvoiement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fourvoiement furvwamɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « fourvoiement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fourvoiement »

  • Let's get ready to rumble, hurlaient les speakers de boxe, dans les arènes chauffées à blanc de l'Amérique bushienne… Préparons-nous au combat ! Eh bien, je dois dire que je n'étais pas prêt, non, foutrement pas prêt, pour ce spectacle. Je ne m'attendais pas au franchissement zemmourien de nouvelles lignes jaunes. Je me disais : « C'est comme au tennis, un bon joueur ne joue bien que lorsqu'il a un bon partenaire ; Zemmour avec Lévy sera donc meilleur que d'habitude. » Mais hélas… Erreur et fourvoiement. Combien de coups bas de la part de l'adversaire ? Qu'on se le dise, Éric Zemmour n'est pas un partenaire, il est un ennemi déclaré. Le Point, « Quand Bernard-Henri Lévy met Éric Zemmour knock-out » - Le Point
  • D’abord la déclaration de CYS selon laquelle les Fares financeraient le Hezbollah est d’une gravité telle que sa vie pourrait être en danger quand on connait la terreur que représente ce mouvement. Les quatre milliards évoqués me semblent être un motif pas très suffisant pour précipiter sa garde à vue à, moins de redouter un fourvoiement de l’enquête par de tels propos. Xibaaru, Alassane Kitane : "Ce que je déplore dans la garde à vue de Cheikh Yérim..."
  • Monsieur vous vous êtes exprimé à travers vos courtisans pour appeler à une nouvelle République dont les substrats sont creux et inconsistants. Vous êtes tellement insatisfait de vous-même, de votre gestion du pays, que vous avez vite fait des boucs émissaires: la troisième République dont les institutions seraient incompatibles au progrès, l’opposition qui vous aurait empêché de travailler, Ebola qui se serait abattu telle une malédiction sur votre pays pour entraver sa marche vers le progrès. Vous avez tué la troisième République. Alors vous avez entretenu de façon opaque la rédaction d’une nouvelle constitution sans recueillir aucun assentiment et les aspirations du peuple. Cette constitution que vous avez proposée est la norme de la régression. Elle n’apporte pas grand-chose à ce qui était, elle n’est révolutionnaire en rien, comme annoncée. Qu’est-ce qu’elle propose qui aurait été impossible par la révision de la norme assassinée ? Vous avez exprimé de façon non voilée votre intention : vous donnez une autre chance de vous rattraper. Seulement la Guinée est à la recherche du temps perdu et ne veut plus de fourvoiement. Vous demandez un passe-droit et il ne vous sied pas. Il vous déshonore, vous faites du mal au pays. Mosaiqueguinee.com, Monsieur le Président de la République dites : « Je ne suis candidat à rien » et tout ira pour le mieux ( Sanoh) - Mosaiqueguinee.com
  • Dans les archives, celles transférées à la BnF et celles demeurées pour le moment à Goyave en Guadeloupe, j’ai côtoyé l’homme qui a produit, comme dans une « inconscience » (ce sont ses mots dans une note inédite), une des œuvres littéraires qui auront le plus bouleversé la France de l’après-guerre, l’homme décontenancé par le succès en 1959 et blessé par la réception de certains dans sa communauté, celui qui, ensuite, quittant la métropole française pour le Sénégal et la Guadeloupe, s’est attaché, en un miroir de la Shoah, à décrire le malheur de la traite et de l’esclavage noir – cette autre tragédie de l’Occident chrétien, ainsi qu’il le considérait. Enfin l’écrivain qui, déçu par l’accueil des deux premiers volumes de son « cycle antillais », tant en métropole que dans les Caraïbes, s’interrogeant sur ce qu’il considère par moments comme un « fourvoiement » plutôt qu’un détour, abandonne la publication du cycle et revient, durant les vingt dernières années de sa vie, à l’écriture d’une œuvre « juive » : « Kaddish », roman à la fois sur l’impossible deuil du survivant et sur le possible chant de vie du même et surtout de ses descendants. Roman et chant qu’il ne mènera jamais au bout, sauf dans un fragment, L’Étoile du matin, posthume établi et publié par Simone en 2009. DIACRITIK, Provocation du silence : André Schwarz-Bart
  • Huit ans de guerre dont le peuple syrien fut le grand perdant et l’Europe, dont la France, le grand vaincu. La Syrie est le lieu du fourvoiement de l’Europe et de la politique otanienne, ayant contribué à déclencher cette guerre, à la faire durer, à s’y enliser et à finalement la perdre. L’historien et essayiste Roland Hureaux vient de publier une remarquable synthèse de cette guerre, La France et l’OTAN en Syrie. Le grand fourvoiement qui analyse l’action de l’Europe et l’aveuglement de l’OTAN dans ce conflit qui est un drame pour l’Europe. Contrepoints, La France et l’OTAN en Syrie. Le grand fourvoiement | Contrepoints

Traductions du mot « fourvoiement »

Langue Traduction
Anglais misguided
Espagnol equivocado
Italien fuorviato
Allemand fehlgeleitet
Chinois 误导
Arabe مضلل
Portugais mal orientado
Russe неправильный
Japonais 見当違い
Basque okerra
Corse sbagliatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « fourvoiement »

Source : synonymes de fourvoiement sur lebonsynonyme.fr

Fourvoiement

Retour au sommaire ➦

Partager