La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ardre »

Ardre

Définitions de « ardre »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARDRE, verbe.

Archaïsme
A.− Brûler, être en feu :
1. J'ai trop pensé ce matin et de trop hautes pensées. J'ai la parole embarrassée comme Moïse après qu'il avait vu le buisson qui ardait et ne se consumait pas. Gide, Valéry, Correspondance,1891, p. 118.
P. métaph. :
2. Il y aurait bien mauvaise grâce à ne point reconnaître que Rome est splendide; plus glorieuse, sans aucun doute, qu'hier; on ne peut plus exaltante. Mais elle a du même coup perdu beaucoup de cet attrait secret qui me charmait. Hier, il y fallait presque tout découvrir. Les tisons ardaient sous des cendres. À présent tout s'étale et tout se pavane au grand jour. Gide, Journal,1934, p. 1193.
B.− Au fig. Brûler, être passionné pour :
3. ... Durtal s'irrita, car il se passait en lui un phénomène vraiment incompréhensible. Il ardait pour cette inconnue, était positivement hanté par elle. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 149.
Ardre de + inf.Brûler de... :
4. À fréquenter mes modèles, ceux que l'on désignera comme l'élite de mon temps, je sondais cet abîme d'isolement où notre être est rejeté − où Barrès se consumait. Il ardait de faire de nouvelles connaissances, toujours espérant, en sa naïveté, trouver l'oiseau rare. Blanche, Mes modèles,1928, p. 49.
Rem. 1. Vx mot repris par arch. et seulement à certaines formes personnelles (3epers. du sing. ou du plur., du subj. prés. ou de l'imp. de l'ind. très rarement à l'inf. prés.). Ac. 1798 p. ex. signale que ce verbe n'est plus en usage que dans l'imprécation ,,Le feu Saint Antoine vous arde``. Arder, accepté par l'Ac. à partir de 1762, est une forme artificielle refaite d'apr. les qq. formes personnelles encore en usage, sans corresp. en anc. fr. en dehors de certains dial., comme l'agn. où -eir > -er. Dans l'ex. suivant il s'agit peut-être d'un italianisme :
5. Pour avoir un peu de chaleur, j'avais acheté quatre ou cinq scaldini et deux douzaines d'éventails en paille, et je payais les enfants un franc l'heure pour faire arder la braise toute la journée. Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 210.
Rem. 2. On rencontre ds la docum. le néol. arde, adj. (J. Cocteau, Clair-obscur, 1954, p. 21; formé sur le rad. du lat. ardere). Brûlant.
PRONONC. − Dernière transcription de arder, ardoir et ardre ds Littré : ar-dé, ar-doir, ar-dr'.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 881 « brûler » (Cantilène de Sainte Eulalie ds A. Henry, Chrestomathie de la litt. en a. fr., 19 : Enz enl fou la getterent com [afin que elle] arde tost); ca 1100 ardeir (Roland, éd. Bédier, 3670); 1762 arder (Ac.); 2. début xiiies. « donner une sensation de brûlure » (Reclus de Molliens, Miserere, éd. van Hamel, 42, 11 ds T.-L. : A cui la langue frit et art). Considéré comme vieilli dep. le xviies. (Malherbe, Œuvres, éd. Lalanne, Paris, 1862, IV, 275 ds Brunot t. 3, p. 105 : Tout ce verbe est hors d'usage. Il n'y a que le participe ardant qui vaille rien). Du lat. ardēre attesté au sens 1 dep. Plaute (Amphitrion, 1067 ds Oxford Latin Dict., I, 164) et au sens 2 dep. Sénèque (Dial. 5, 1, 1.7, 27, 6 ds TLL s.v., 487, 29). La forme ardoir est conforme à l'étymon; ardre suppose un lat. pop. ardĕre; arder est artificiellement refait par les dict.; l'emploi par V. Larbaud (supra ex. 5) est à rapprocher de l'ital. ardere « brûler » attesté dep. le xiiies. (Giacomo da Lentini, II, 97 ds Batt.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 31.
BBG. − Dupin-Lab. 1846. − Gottsch. Redens. 1930, p. 368. − Körting (G.). Neugriechisch und Romanisch. Berlin. 1896, p. 121 [Risop (A.). Z. rom. Philol. 1897, t. 21, p. 554]. − Le Roux 1752. − Marshall (F. W.). Les Poésies de Blondel de Nesle. Une ét. du lex. d'apr. l'examen des mss, p. 32 (Thèse Univ. Paris. 1958). − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 178. − Plowert 1968 [1888]. − Pope 1961 [1952], passim.Rheims 1969. − Timm. 1892.

Wiktionnaire

Verbe - ancien français

ardre \ˈar.drə\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Variante de ardoir.
    • En un grant feu le cors botèrent
      Que por lui ardre alumèrent.
      — (André de Coutances, Li Romanz des Franceis)

Verbe - français

ardre \aʁdʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) (Archaïsme) Brûler.
    • La Terre sent la flamme immense ardre ses flancs. — (José-Maria de Heredia, La Chasse, in Les Trophées)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARDER ou ARDRE. v. tr.
Brûler. Vieux verbe qui s'est conservé longtemps dans cette phrase populaire, Le feu Saint-Antoine vous arde.

Littré (1872-1877)

ARDRE v. a.
  • Voy. ARDER.

REMARQUE

Ardre est une forme irrégulière comme si le latin était ardere (avec un e bref) ; la forme régulière est ardoir de ardēre ; la conjugaison en est régulièrement, dans l'ancien français, je ards, tu ards, il ard, répondant à l'accentuation latine dans ardeo, ardes, ardet, comme il appert de apparoir. Le participe ars est le latin arsus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ardre »

Variante du verbe en ancien français ardoir qui suppose un étymon latin *ardĕre, variante de ardēre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ardre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ardre ardr

Évolution historique de l’usage du mot « ardre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « ardre »

Langue Traduction
Anglais ardent
Espagnol ardiente
Italien ardente
Allemand leidenschaftlich
Chinois 热心
Arabe متحمس
Portugais ardente
Russe пылкий
Japonais 熱心な
Basque sutsu
Corse ardente
Source : Google Translate API

Synonymes de « ardre »

Source : synonymes de ardre sur lebonsynonyme.fr

Ardre

Retour au sommaire ➦

Partager