La langue française

Faucher

Sommaire

  • Définitions du mot faucher
  • Étymologie de « faucher »
  • Phonétique de « faucher »
  • Évolution historique de l’usage du mot « faucher »
  • Citations contenant le mot « faucher »
  • Traductions du mot « faucher »
  • Synonymes de « faucher »

Définitions du mot faucher

Trésor de la Langue Française informatisé

FAUCHER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Couper (des fourrages, des céréales) avec une faux, une faucheuse. Faucher la luzerne, le blé, les moissons :
1. ... quatorze moissonneurs, la poitrine nue et les jambes écartées, fauchaient des seigles. Les fers sifflaient dans la paille qui se versait à droite. Chacun décrivait devant soi un large demi-cercle, et, tous sur la même ligne, ils avançaient en même temps. Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 27.
[P. méton. de l'obj.] Faucher une prairie, les prés. Dans le temps qu'on battait encore au fléau et qu'on fauchait de grandes pièces de foin à la faux ou bien à la faucille (Guévremont, Survenant,1945, p. 199).
Emploi abs. − Monsieur Michel, c'est-il vrai que vous avez pensé à faucher avec une faucheuse? − J'y ai pensé, en effet (R. Bazin, Blé,1907, p. 194):
2. ... la faux est dirigée de droite à gauche. Elle a par là un sens de coupe. On fauche dans ce sens, et donc de droite à gauche, en marchant perpendiculairement devant soi, en se balançant d'un pied sur l'autre... Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 75.
Expr. Faucher l'herbe sous le(s) pied(s) de qqn. Synon. de couper* l'herbe sous le(s) pied(s) de qqn.
B.− P. anal.
1.
a) Couper, abattre comme avec une faux. Passant sa colère sur des ombelles, qu'il fauchait d'un coup de badine, il bougonna rageusement (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 187).Aussitôt une flamme rouge, pan! et ce boulet qui nous fauche notre grand mât (Claudel, Soulier,1944, 1repart., 2ejourn., 6, p. 1016).
Spéc. Guillotiner. Tu seras fauché dans trois jours, répliqua le chef de la sûreté (Balzac, Splend. et mis.,1847, p. 549).
b) Faire tomber, jeter à terre. Si vous patinez aussi près que ça... vous allez tout à l'heure me faucher, vous savez? (Gyp, Mme la Desse,1893, p. 166).Un garçon boucher surgit près de nous, d'un coup de bras fauche le voleur qui croule juste au ras du trottoir à nos pieds, et gémit (Gide, Journal,1905, p. 184).
En partic., SPORTS. Faire tomber irrégulièrement (un adversaire) en pleine course (cf. Rob. Suppl. 1970).
Spéc. Abattre en grand nombre. Les mitrailleuses avaient fauché des rangées d'hommes (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 204):
3. C'était donc peu de dire que le feu tue. Le feu moderne fauche, il supprime, il interdit le mouvement et la vie de toute zone qu'il bat. Quatre hommes résolus tiennent mille hommes en respect, couchent morts ou vifs tous ceux qui se montrent. Valéry, Variété IV,1938, p. 62.
c) Au fig.
Rendre faible, épuiser. Un petit restaurant lui envoya au passage un flot de jazz. Ses jambes, fauchées de fatigue, retrouvèrent un soudain élan (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 312):
4. La fatigue sourdement montée sous la griserie de l'air et du soleil l'avait fauchée dès qu'elle avait touché le quai de la station. Et les jambes lui avaient manqué. Peyré, Matterhorn,1939, p. 167.
Faire mourir, tuer. Ces populations dont la tuberculose, la faim et le froid avaient fauché près de la moitié (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 443):
5. ... la mort faisait sans repos son œuvre ignorée, fauchait des hommes comme pour fertiliser le champ où d'autres hommes pousseraient. Zola, Vérité,1902, p. 336.
Anéantir, détruire. Je m'étais levé dès 6 heures (...) en excellente disposition pour le travail, mais bientôt une petite crise néphrétique a fauché mon élan (Gide, Journal,1916, p. 555).Il vit le petit garçon relever la tête, lui sourire, et venir vers lui, ce qui faucha net son courage (Montherl., Célibataires,1934, p. 784):
6. ... j'ai désiré cette fille, un désir de trois jours qu'elle a pris soin de faucher dans sa fleur, avec une maladresse de pouliche entretenue... Lorrain, Phocas,1901, p. 243.
Absol. Il mit la mitrailleuse en position, tira deux longues rafales, aller-retour, en fauchant (Malraux, Espoir,1937, p. 642).
2. [P. anal. avec le mouvement décrit par la faux]
a) Décrire un large mouvement (du bras, de la main) qui semble couper (un espace). Alors, d'une voix forte et soudain distincte, fauchant la salle du bras : « Regardez ceux qui m'injurient ici pour m'interrompre ... » (Malraux, Conquér.,1928, p. 111).Un soldat de l'Armée d'Afrique (...) allait d'un pas allongé et ferme en fauchant l'air de gestes larges de ses bras (Arnoux, Nuit St Avertin,1942, p. 53).
b) Spéc. Effectuer un tir en utilisant le procédé du fauchage. La plus bruyante [mitrailleuse] (...) fauche les bois dans la direction de la 8e(Genevoix, Nuits de guerre,1917, p. 280).
C.− Spéc., pop. Voler, chaparder :
7. Le Fridolin se plaint qu'on lui ait fait les poches et qu'on lui ait refait jusqu'à son tabac. J'aime mieux vous dire, mon général, que c'est nous qui avons fait le coup et que nous avons en effet tout fauché. Cendrars, Main coupée,1946, p. 197.
II.− Emploi intrans., MAN. [Le suj. désigne un cheval] Traîner en demi-rond une des jambes de devant en décrivant un mouvement semblable à celui de la faux. En se rassemblant sur ses hanches pour bondir, la jument avait lancé, en fauchant, sa jambe droite (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1502):
8. olivier : Oh! du bouquet... un cheval qui fauche! thérèse : Non, monsieur, il ne fauche pas (...) il billarde seulement... Labiche, Mari lance sa femme,1864, II, 6, p. 417.
P. anal. [Le sujet désigne une pers., notamment atteinte de tabès] Un malade de la moelle qui fauche d'une jambe (Goncourt, Journal,1865, p. 209).
Emploi trans. Il boitait depuis sa naissance (...). On le voyait arriver, bien avant l'heure, fauchant de sa jambe courte le dallage des couloirs (Martin du G., Devenir,1909, p. 133).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Fauchant, ante, part. prés. adj. Qui fauche. α) [Correspond à faucher I B 1 b] L'arbitre, délicatement, lança la petite balle blanche (...) et le cliquetis précipité recommençait, les raclements, les coups fauchants dans les tibias (Genevoix, Match à Vancouver, 1942, p. 223). β) [Correspond à faucher I B 2 b] Une mitrailleuse faisait du tir fauchant (Alain Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1911, p. 305). b) Fauchants, subst. masc. plur. Argot. Ciseaux. Certains instruments pouvant forcer une serrure ou crocheter une porte, et d'autres pouvant couper ou trancher, les deux familles d'outils sinistres que les voleurs appellent « les cadets » et « les fauchants » (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 929). c) Fauchement, subst. masc., cf. supra II. Me faire battre le bas des jambes du « fauchement » de ses pieds inertes (Goncourt, Journal, 1891, p. 34).
Prononc. et Orth. : [foʃe], (je) fauche [fo:ʃ]. Enq. : [foʃ, D] (il) fauche. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1176-81 (Chr. de Troyes, Chevalier charrette, éd. M. Roques, 1835); 2. 1587 fig. s'il faut venir au point, au calcul et au compte, vous voilà fauché (Cholières, Les Après-Dinées, éd. Ed. Tricotel, t. 2, p. 365); 3. 1678 terme de man. (G. Guillet, Les Arts de l'homme d'épée, Paris); 4. 1713 arg. « voler [couper les bourses] » (ds Esn.). D'un lat. pop. *falcare de falx, falcis « faux, faucille ». Fréq. abs. littér. : 283. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 248, b) 444; xxes. : a) 494, b) 459. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1975, t. 39, p. 207. − André (P.). Le Vocab. du violoniste. Vie Lang. 1972, p. 685. − Chautard (É). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 277. − Quem. DDL t. 5, 10. − Rog. 1965, p. 87. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 67, 300.

Wiktionnaire

Verbe

faucher \fo.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Couper à la faux ou à la machine.
    • A ce compte, […], celui qui trouverait le moyen de faucher le blé sans gâter la paille, par une machine qui ferait l’ouvrage de dix moissonneurs, serait un homme de génie ? — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Déjà des inconnus fauchent les blés des champs allemands, qui, seuls, étaient restés debout, leurs maîtres s'étant enfuis. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • [...] l'État est la faux qui fauche, sitôt sortie de terre, l'herbe des bonnes volontés. — (Remy de Gourmont, Le Chemin de Velours - Nouvelles dissociations d'idées, Mercure de France, 1902, éd. 1911, p. 301)
    • Il fauchait les touffes d’échaudures qui poussaient dans la pâture de derrière. — (Daniel Bernier, Les terres meurtries, vol.2: Léona, Éditions l'Archipel, 2004)
  2. Coucher, abattre en parlant du vent, de la pluie etc.
    • Les blés ont été fauchés par la grêle.
  3. (Figuré) Abattre en grand nombre.
    • La mort fauche. Elle fauche à tort et à travers. Peu lui importe. Ceux qu’elle a visés, elle va les chercher là où ils semblent le plus en sécurité. — (Jacques Mortane, La guerre des airs : Traqués par l’ennemi, p.69, Baudinière, 1929)
    • La mitraille fauchait des rangs entiers.
  4. Renverser, faire chuter quelqu'un volontairement ou non.
    • Il s’est fait faucher par une voiture. - Il devrait être expulsé, il l’a fauché pour l’empêcher de marquer!
  5. (Familier) Voler, dérober.
    • Pendant la représentation, on m'a fauché mon portefeuille. Oh ! il n'y avait pas une fortune dedans. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. III, Série noire, Gallimard, 1956, p. 23)
    • Ils ont déjà du mal à retrouver les gangsters qui fauchent des millions de bijoux ou de billets. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. III, Série noire, Gallimard, 1956, p. 24)
    • Ensemble on est allé chez Moltegomme, l’estanco de la rue d’Angleterre. Un vieux con, ce mec-là ; toujours à mater si vous lui fauchez pas un calendo ou un sauciflard. — (Brice Pelman, In vino veritas, chap. 1, Spécial Police n° 192, Fleuve Noir, 1982)

faucher intransitif

  1. Traîner en demi-rond une des jambes de devant, en parlant d’un cheval.
    • Ce cheval fauche, il a du se blesser.
  2. (Médecine) Avoir la démarche provoquée par certaines maladies.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAUCHER. v. tr.
Couper avec la faux. Faucher du blé, de l'avoine, de l'orge. Faucher les prés. Il s'emploie figurément pour signifier Abattre en grand nombre. La mitraille fauchait des rangs entiers. La mort fauche tout, le temps fauche tout. En termes de Manège, il se dit intransitivement d'un Cheval qui traîne en demi-rond une des jambes de devant. Ce cheval fauche, il aura fait quelque effort. Il se dit quelquefois, en termes de Médecine, de la Démarche provoquée par certaines maladies.

Littré (1872-1877)

FAUCHER (fô-ché) v. a.
  • 1Couper les foins, la moisson avec la faux. Faucher l'herbe. Il faut que le pré soit fauché demain. Si par la crainte de ce mal [le mal mêlé au bien] on voulait ôter le bien, on renverserait tout, et on ferait aussi mal que celui qui, voulant faucher l'ivraie, emporterait le bon grain avec elle, Bossuet, Lett. abb. 50.

    Absolument. On pourra bientôt faucher.

    Faucher le grand pré, ramer aux galères. Je vous trouverai trop heureux, si l'on ne vous condamne qu'à faucher le grand pré, Lesage, Gil Blas, II, 5.

    Fig. La mort, le temps fauche tout, elle anéantit tout. L'homme de Waterloo nous dira-t-il sa vie Et ce qu'il a fauché du troupeau des humains ? Musset, Poésies nouvelles, Nuit de mai.

    En un sens figuré. Faucher les abus, les préjugés.

  • 2 V. n. Terme de manége. On dit d'un cheval qu'il fauche, lorsqu'en avançant une des jambes de devant, il lui fait décrire un demi-cercle. C'est au trot qu'on s'aperçoit si un cheval fauche.

    Se dit aussi de l'homme dont la marche s'exécute en décrivant le même mouvement. Marcher en fauchant.

  • 3Il se dit de la manière de tisser qui, en avançant beaucoup l'ouvrage, laisse la trame peu serrée et rend l'étoffe inégale, molle et lâche.

HISTORIQUE

XIIe s. Il [les guerriers] fauchent et abatent Com vilain en essart…, Sax. XI.

XIIIe s. Li feins [foin] qui tous est sechiez, puisqu'il est fauchiez, Psautier, f° 120.

XIVe s. Et Bauduins li bers ne s'i est alentis ; Einsi c'on fauque blez ou temps qu'il est muriz, Fiert les piés du cheval, si l'en a deus jus mis, Baud. de Seb. VIII, 352.

XVIe s. Faulchez le pré en la saison, l'herbe y reviendra plus drue, Rabelais, V, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FAUCHER, (Agricult.) est l’action de tondre le gason avec la faulx. On fauche aussi les prés, les boulingrins, les grandes rampes de gason. (K)

Faucher, (Manége.) L’action de faucher est le signe univoque des écarts, des efforts, ou d’une entre-ouverture. Voyez Ecart. (e)

* Faucher, (Manufacture en soie.) c’est une mauvaise maniere d’ourdir une étoffe, qui serre peu la trame, qui avance beaucoup l’ouvrage, mais qui le rend mou, inégal & lâche.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « faucher »

Du latin populaire falcare, du latin classique falx (« faux »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Faux, s. f.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « faucher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faucher foʃe

Évolution historique de l’usage du mot « faucher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faucher »

  • Escourgeon ? Check. Colza ? Check. Les frères Guillaume ont commencé à faucher leurs premiers blés mercredi. Ils ont 300 hectares devant eux... Journal L'Ardennais abonné, Série les moissons (5/5) : Ma première terre de blé de l’année
  • La Cuma du Grand trèfle dans le Rhône s’est équipée de façon originale pour faucher et andainer la récolte avant le battage. Un choix à la fois technique et réglementaire. Entraid' : le média des cuma et du matériel agricole, Une ensileuse pour faucher et andainer avant moisson - Entraid

Traductions du mot « faucher »

Langue Traduction
Anglais mow down
Espagnol segar
Italien falciare
Allemand niedermähen
Chinois 剪下来
Arabe جز
Portugais cortar
Russe косить
Japonais 薙ぎ倒します
Basque moztu
Corse tagliate
Source : Google Translate API

Synonymes de « faucher »

Source : synonymes de faucher sur lebonsynonyme.fr
Partager