La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fanfare »

Fanfare

Variantes Singulier Pluriel
Féminin fanfare fanfares

Définitions de « fanfare »

Trésor de la Langue Française informatisé

FANFARE, subst. fém.

I.
A.− MUS. Air vif et rythmé joué notamment à l'occasion de fêtes militaires ou civiles, exécuté par des instruments de cuivre, en particulier trompettes et cors. Une fanfare guerrière; une étude en forme de fanfare. Cursy saisit un cor et se mit à sonner une fanfare (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 63).L'étendue sonore de la fanfare est délimitée au grave par le « fa dièze » (...) et à l'aigu par le « » (Arts et litt.,1935, p. 4002):
1. Cette embarcation, plus frêle et plus élégante que les autres, était montée par des musiciens dont tous les instruments étaient de cuivre. Ils sonnèrent une brillante fanfare et ces voix de métal, si sonores et si pénétrantes, vinrent du fond des ondes bondir sur les murs du pavillon. Sand, Lélia,1833, p. 218.
1. Spéc., VÉN. ,,Air qu'on sonne au lancer de la chasse ou après la curée`` (Ac. 1932). Sonner la fanfare. Il avait rencontré une troupe joyeuse de jeunes cavaliers qui s'en retournaient à la ville, en grand équipage de chasse, au bruit des fanfares (Sandeau, Mlle de La Seiglière,1848, p. 41).
Loc. En fanfare. Réveil en fanfare. Pour les civils, réveil brusque.
Au fig. Réveil en fanfare. Réveil brutal à la réalité. Ils [Chaussard et Prossard] avaient confiance dans l'anesthésie définitive du peuple français, au lieu que nous, royalistes, avons toujours confiance dans le réveil en fanfare de nos concitoyens (L. Daudet, Police pol.,1934, p. 173).
2. P. anal. Ensemble de bruits, de sons éclatants. Ces étranges et sonores fanfares étaient produites par ces gallinacés que l'on nomme « tétras » aux États-Unis (Verne, Île myst.,1874, p. 50).C'est au son de cette grandiose fanfare du mistral que Numa fit son entrée en gare (A. Daudet, N. Roumestan,1881, p. 326).La drôlesse triomphante sonnait la fanfare de son rire de cabanon (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 252).
P. métaph. Une exubérance de campagne, éparpillant ses tons violents, sonnant d'éclatantes fanfares de verts clairs soutenues par le vert bleu des choux (Huysmans, Art mod.,1883, p. 258):
2. Les bleus presque noirs des eaux mortes, la forêt des bannières rouges, les rouges et les verts mariés par un frottis d'or, la fanfare des ciels, des mers, des édifices, des grandes robes chamarrées, les bleus, les verts, les noirs sur l'accompagnement profond et soutenu des rouges... Faure, Hist. art.,1914, p. 435.
B.− Orchestre de fanfare ou fanfare. Orchestre composé d'instruments de cuivre, auquel s'adjoignent souvent des instruments à percussion; p. méton. ensemble des musiciens formant cet orchestre. Fanfare municipale, militaire; entrer dans la fanfare. Les acclamations le suivirent dans la rue; la fanfare l'attendait à la porte de sa prétendue (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 268).Elle déplorait qu'il eût supprimé la fanfare du patronage (Mauriac, T. Desqueyroux,1927, p. 234):
3. Doutteville se fait reconnaître par un aide de camp; nous nous rangeons derrière la fanfare, et nous voilà poussant de bon cœur mille exclamations : « Vivent les alliés! » Adam, Enf. Aust.,1902, p. 164.
C.−
1. Au fig., vieilli. Démonstration, manifestation tapageuse; vantardise (cf. fanfaronner B). Le préambule de Cousin [à un morceau inédit de Pascal] a eu d'ailleurs peu de succès, il manque de sérieux, et on y sent trop la fanfare (Sainte-Beuve, Corresp.,t. 5, 1843, p. 286).Pour me remettre, chez MmeGalant, j'ai goûté une brillante fanfare de chauvinisme (Frapié, Maternelle,1904, p. 196):
4. Ajoutez que presque toujours, chez les deux grands lyriques, le doute s'éteint dans la fanfare d'un acte de foi. Musset est évidemment plus malade dans l'Espoir en Dieu; mais son mal vient du cœur plutôt que du cerveau. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 47.
Loc. fam. Sale coup pour la fanfare. Sale histoire; affaire qui tourne mal. Juste, tout bien compté et tant or que monnaie, de quoi s'emplir une dent creuse. Sale coup pour la fanfare! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart., 9, p. 197).
2. Arg. (des gens de lettres), vx. Publicité pour un livre, une pièce de théâtre. Leurs journaux sont remplis d'annonces lucratives, Fanfares d'écrivains, réclames laudatives (Pommier, Colères,1844, p. 105).
II.− Reliure à la fanfare. Reliure dont le modèle remonte au xviesiècle, comportant une abondante ornementation de feuilles, d'arabesques ou de volutes qui entoure, au centre, un ovale généralement laissé sans décoration. Les guerres de religion auraient marqué en France le déclin de la reliure d'art si, vers 1560, un autre type de décor n'était apparu : celui de la reliure à la fanfare, entièrement décorée de médaillons et de feuillages (Encyclop. univ.,1972, p. 47).
Prononc. et Orth. : [fɑ ̃fa:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1542 les fanfares de Rome (Rabelais, Pantagruel, éd. Saulnier, VII, p. 38, 68, note); 1548-52 « parade (d'un cheval) en musique » (Id., Le Quart Livre, éd. Marichal, XXXIX, p. 172); 1587 « manifestation bruyante et ostentatoire » (La Noue, Discours politique et militaire, p. 122 ds Gdf. Compl.); 1658 vén. (Scarron d'apr. FEW). Prob. origine onomatopéique (FEW t. 23, p. 145b). Fréq. abs. littér. : 417. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 393, b) 1 063; xxes. : a) 763, b) 408. Bbg. Sain. Sources t. 2 1972 [1925], pp. 11-12; p. 52, 55, 315.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fanfare \fɑ̃.faʁ\ féminin

  1. (Musique) Air exécuté par des cors ou des trompettes.
    • Les fanfares de Rome. — (François Rabelais, Pantagruel)
    • Mais ce n’est pas seulement cela, cette fanfare qui retentit dans les pierres de la ville… Quand j’étais petit, à là campagne où j’ai été élevé, j’entendais cette sonnerie, au loin, sur les chemins des bois et du château. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Une joyeuse fanfare.
    1. Musique militaire, très sonore.
      • Réveil en fanfare, pour un civil, réveil brusque.
  2. (Chasse) Air qu’on sonne au lancer de la bête ou après la curée.
    • Sonner la fanfare, sonner l’hallali.
  3. (Musique) (Par extension) Orchestre composé presque exclusivement de cuivres.
    • La fanfare de cette ville se rendit à la fête.
    1. (Militaire) Compagnie des musiciens.
      • Chef de fanfare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FANFARE. n. f.
Sorte d'air exécuté par des cors ou des trompettes. Une joyeuse fanfare. Sonner des fanfares. Il se dit aussi, en termes de Chasse, de l'Air qu'on sonne au lancer de la bête ou après la curée. Il se dit encore de Sociétés musicales qui se servent exclusivement d'instruments de cuivre. La fanfare de cette ville se rendit à la fête. Il se dit également de la Compagnie des musiciens dans les bataillons de chasseurs, dans l'infanterie coloniale et dans la cavalerie. Chef de fanfare.

Littré (1872-1877)

FANFARE (fan-fa-r') s. f.
  • 1 Terme de musique. Air dans le mode majeur et d'un mouvement vif et bien rhythmé, exécuté par des cors ou des trompettes. Casimir [prince palatin] fait porter en triomphe au son des fanfares les dépouilles de la France, Voltaire, Mœurs, 173. Je n'ai jamais entendu, sans une certaine joie belliqueuse, la fanfare du clairon, Chateaubriand, Mart. VI.

    Par extension, toute musique militaire, et souvent celle qui se rapporte à des actes militaires. Au bruit des lugubres fanfares, Hélas [enfants !] vos yeux se sont ouverts, Béranger, Orage.

  • 2 Terme de vénerie. Air qu'on sonne au lancer du cerf. Sonner la fanfare.
  • 3Réunion de musiciens se servant d'instruments de cuivre ; beaucoup de villes ont de ces sociétés qui se forment à côté des orphéons. La fanfare de Melun se rendra à cette fête.
  • 4 Fig. Démonstrations de triomphe et de satisfaction. Le roi méprisa ces superbes fanfares [menaces prononcées publiquement par Charles-Quint devant le pape et les cardinaux], mais répondit aux accusations par une lettre apologétique qu'il adressait au saint-père et aux cardinaux, Mézeray, Abrégé de l'Hist. de Fr. t. IV, p. 588, Amst 1688. Voilà ton demi-cent d'aiguilles de Paris, Que tu me donnas hier avec tant de fanfare, Molière, le Dép. IV, 4.

HISTORIQUE

XVIe s. L'inclination à la liberté, et à tant de belles fanfares qu'ils guignent de loin, que le monde leur jette en veue, ne leur fait venir que trop d'envie d'en sortir [du collége], Lanoue, 122. Ils y envoyerent huit ou neuf cens lances, et force harquebusiers à cheval, faisans de grandes fanfares de trompettes, et crians bataille, Lanoue, 647. Il leur manda par ung trompette, qu'il n'avoit pas agreables telles fanfares [réception triomphale], Carloix, x, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fanfare »

Anc. espagn. fanfa, vanterie. Diez pense que c'est un mot créé par onomatopée. Le fait est qu'on ne lui trouve pas de racine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1542)[1] Déverbal de fanfarer attesté depuis 1534 tout comme l’espagnol fanfarria est le déverbal de fanfarrear ; ou d’une onomatopée[1] ; en tout état de cause, les deux mots apparaissent en français sous la plume féconde de François Rabelais (voir citation) ; fanfaron qui lui est postérieur, remonte à l'espagnol fanfarrón attesté depuis 1514[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fanfare »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fanfare fɑ̃far

Fréquence d'apparition du mot « fanfare » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « fanfare »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fanfare »

  • Une nation s'éteint quand elle ne réagit plus aux fanfares ; la décadence est la mort de la trompette.
    Emil Michel Cioran
  • La renommée, cette sourde sonneuse de fanfares, qui ne s'entend pas elle-même quand elle sonne, car souvent elle s'interromprait.
    Jules Barbey d’Aurevilly — De l'Histoire
  • Nobles et mystérieux triomphes qu'aucun regard ne voit, qu'aucune renommée ne paye, qu'aucune fanfare ne salue.
    Victor Hugo — Les Misérables
  • Comment faire venir une fanfare chez soi?
    Courrier picard — Livraison de fanfare à domicile à Fréniches
  • En digne petite cousine des Allemands de Meute, cette fanfare lyonnaise reprend les rythmes des musiques électroniques, de la house la plus dansante à la psytrance la plus brutale, pour mieux les déconstruire et les transformer en partitions diablement groovantes et qui donnent envie de sauter dans tous les sens. Avec en plus l’électro planante de Romane Santarelli et la house de Bor & Mar, c’est le concert de la semaine à consommer sans modération.
    Tribune de Lyon — Concerts : Un apéro en fanfare - Tribune de Lyon
  • Arrivée en fanfare au Nigeria, la start-up OPay déchante face à la crise © news clubi / Flickr / CC
    JeuneAfrique.com — Nigeria : la start-up OPay, arrivée en fanfare, déchante face à la crise – Jeune Afrique
  • L'appétit du pouvoir a pris pour fanfare l'amour de la vérité.
    François Châtelet — Les années de démolition

Traductions du mot « fanfare »

Langue Traduction
Anglais fanfare
Espagnol trompeteo
Italien fanfara
Allemand fanfare
Chinois 夸耀
Arabe ضجة
Portugais fanfarra
Russe фанфара
Japonais ファンファーレ
Basque fanfarrea
Corse fanfara
Source : Google Translate API

Synonymes de « fanfare »

Source : synonymes de fanfare sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot fanfare au Scrabble ?

Nombre de points du mot fanfare au scrabble : 13 points

Fanfare

Retour au sommaire ➦