Extorquer : définition de extorquer


Extorquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EXTORQUER, verbe trans.

Obtenir quelque chose de quelqu'un par la force, la menace, la ruse, les caresses ou tout autre moyen excluant le libre consentement d'autrui. Un charmant secrétaire, en bois de rose et citronnier, qu'elle a réussi à extorquer pour trois cents francs (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 36):
1109. Il n'y a point de consentement valable si le consentement n'a été donné que par erreur, ou s'il a été extorqué par violence ou surpris par dol. Code civil,1804, p. 201.
Emploi pronom. passif. L'amour, qui est chose divine, ne se commande ni ne s'extorque. Il souffle où il veut (Gautier, Fracasse,1863, p. 394).
En partic. et littér. Extraire (en périphrase factitive). À huit heures et demie demain je me fais extorquer une dent (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1896, p. 280).Emprunter. « Éreinté, soucieux » − je n'aime pas ces attributs. D'ailleurs, ils sont singulièrement les miens et tu ne vas pas me les extorquer (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1921, p. 484).Galvauder. « Noblesse, dignité, grandeur »... ces termes, j'ai crainte et presque honte à m'en servir, tant on abusa d'eux sans vergogne. Extorqués comme ils sont aujourd'hui, on dirait presque des mots obscènes (Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1225).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Extorqué, ée, part. passé adj. Qui est obtenu par la force, la menace, la ruse, les caresses ou tout autre moyen excluant le libre consentement d'autrui. L'acte extorqué, procédant par la médiation du signe de l'agent qui a l'initiative de l'œuvre (Blondel, Action, 1893, p. 225). b) Extorqué, ée, en emploi subst. Qui est victime d'une extorsion. Dans l'espoir d'avoir part au pillage d'un autre − les extorqués faisant cortège aux extorqueurs (Hugo, Légende, t. 6, 1883, p. 130). c) Extorsif, ive, adj. Exigeant. Quand Véronique ne distingua plus la face pendante de son crucifix, elle raviva une petite lampe d'oraison (...) et s'agenouilla de nouveau (...). L'objurgation amoureuse recommença, plus enflammée, plus véhémente, plus extorsive (Bloy, Désesp., 1886, p. 166).
Prononc. et Orth. : [εkstɔ ʀke], (j')extorque [εkstɔ ʀk]. Cf. é-1. Enq. : /ekstoʀk/ (il) extorque. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1330 (G. de Digulleville, Trois pelerinaiges, B.N. 1577, fo135c ds Gdf. Compl.); av. 1380 (Bersuire, T. Liv., ms. Geneviève, fo112d, ibid.). Empr. au lat. class. extorquere « arracher, obtenir par force ». Fréq. abs. littér. : 58.
DÉR.
Extorqueur, subst. masc.Celui qui extorque. Tous les landlords islandais n'ont pas été, uniquement, (...) de dangereux ou inutiles extorqueurs d'argent (Bourget, Ét. angl.,1888, p. 43). [εkstɔ ʀkœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Cf. é-1. 1reattest. 1390 (Ord., VII, 351 ds Gdf. Compl.); du rad. de extorquer, suff. -eur2*.

Extorquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

extorquer \ɛk.stɔʁ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tirer, obtenir par force, par violence, par menaces ou par tout moyen de pression.
    • Ce devait être un fripon, car une fois déjà, un autre acheteur de duvet et soumissionnaire de saindoux avait fait nombre de dupes et extorqué plus de cent roubles à l’archiprêtresse. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Non content de leur extorquer de l’argent par tous les moyens, on chercha, dans le Midi, à les déposséder des biens immeubles qu’ils détenaient en vertu d’usages très anciens. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J’eus un vague sentiment que sa visite désespérée, la traite impayable de la fin du mois, la lettre de Janine, tout cela n’avait eu d’autre but que de m’extorquer la somme nécessaire à l’achat du lustre et peut-être d’autres objets. — (Edmond Jaloux, Le Pouvoir des choses, 1941, page 125)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Extorquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXTORQUER. v. tr.
Tirer, obtenir par force, par violence, par menaces, par importunité, etc. Extorquer de l'argent à quelqu'un. On lui a extorqué sa signature. À force d'importunités, on lui a extorqué son consentement.

Extorquer : définition du Littré (1872-1877)

EXTORQUER (èk-stor-ké) v. a.
  • Obtenir par violence morale. Je sais bien que mon agrément ne validerait pas une démission qui a été extorquée par la force, Retz, Mém. t. III, livre IV, p. 448, dans POUGENS. Que nous serviront alors ces grâces prétendues que nous aurons comme extorquées des vicaires de Jésus-Christ ? Bourdaloue, Serm. 24e dim. après la Pentecôte, Domin. t. IV, p. 417. L'un et l'autre dès lors vécut à l'aventure Des présents qu'à l'abri de la magistrature Le mari quelquefois des plaideurs extorquait, Ou de ce que la femme aux voisins escroquait, Boileau, Sat. x. Ils n'auraient point prétendu extorquer à sa famille quatre cent mille francs d'amende ; à quoi son bien était fort loin de monter, Voltaire, Lett. Beaumont, 3 juin 1771. Enfin j'extorquai son consentement plus à force d'importunités et de caresses, que de raisons dont elle se contentât, Rousseau, Confess. v.

    Par extension. Grotius a extorqué de son temps une réputation qu'il était bien loin de mériter, Voltaire, Lett. Linguet, 15 mars 1767.

HISTORIQUE

XIVe s. Acuns tyrans extorquent et trayent pecunes des populaires, Oresme, Thèse de MEUNIER. Li dits ouvriers pour plus extorquer l'argent des privez et des estranges, Ord. des rois de Fr. t. XII, p. 521. Les droiz lesquels il avoient extorqué des peres [sénateurs], Bercheure, f. 40, recto.

XVIe s. Pour accroistre la foule, on loue des gens pour venir pleurer et jetter des cris et des plaintes qui sont, au sceu de tous, toutes feinctes et extorquées avec argent, Charron, Sagesse, I, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Extorquer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXTORQUER, v. act. (Jurisprud.) c’est tirer quelque chose par force ou par importunité, comme quand on tire de quelqu’un un consentement forcé par caresses ou par menaces ; un testament ou autre acte est extorqué, quand on s’est servi de pareilles voies pour le faire signer. Les actes extorqués sont nuls par le défaut de consentement libre de la part de celui qui les souscrit, & à cause de la suggestion & captation de la part de celui qui a cherché à se procurer ces actes. Voyez , Contrainte, Force, Menaces, Suggestion. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « extorquer »

Étymologie de extorquer - Littré

Lat. extorquere, arracher, de ex, et torquere, tordre (voy. TORDRE) : arracher par torsion. La langue, ayant fait de torquere, tordre (par un changement d'accent : torquěre au lieu de torquēre), a dit, dans sa haute période, estordre et non extorquer, qui ne se montre qu'au XIVe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de extorquer - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin extorquere (« arracher, obtenir de force ») → voir extorsion, torsion et tordre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « extorquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
extorquer ɛkstɔrke play_arrow

Conjugaison du verbe « extorquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe extorquer

Évolution historique de l’usage du mot « extorquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « extorquer »

  • Chaque été c’est la même chose : on part se relaxer en famille pendant quelques jours, l’esprit libre et heureux de se retrouver pour profiter du soleil et du farniente. Mais c’est sans compter sur de petits malins essayant de nous extorquer nos biens. Et elles sont nombreuses ces arnaques contre lesquelles vous devrez vous méfier cet été : irlandaise, bulgare, à la place de parking, au rétroviseur… Autonews vous propose un tour d’horizon des plus courantes. Autonews, Arnaques au rétroviseur, au compteur, à l’irlandaise, au parking… l’été de tous les dangers
  • Cet email bien présenté vous propose d'annuler une commande de 900 euros que vous n'avez pas effectuée. Votre intuition est la bonne : il est envoyé par des pirates qui espèrent extorquer vos informations bancaires. Cyberguerre, Des escrocs usurpent l'identité de Cdiscount pour une arnaque à l'annulation de commande - Cyberguerre
  • Avant les grands départs en vacances, la gendarmerie de Haute-Marne met en garde sur le retour de "l'arnaque à l'Irlandaise". Une escroquerie sur les aires de repos, qui consiste à susciter la compassion pour extorquer de l'argent aux usagers. France 3 Grand Est, Sur la route des vacances, méfiez-vous de l'arnaque à l'Irlandaise
  • L’individu ne tient apparemment pas ses nerfs depuis la maison d’arrêt de Besançon. Les derniers faits de violences avec arme, qui se sont déroulés entre janvier et mai à L’Isle-sur-le-Doubs, ressemblent étrangement à ceux pour lesquels il a été condamné récemment. Ses trois victimes sont présentes. Elles ont connu la peur lorsqu’il est venu plusieurs fois à leur domicile pour leur extorquer de l’argent sous la menace d’une arme. , Faits-divers - Justice | En manque de drogue, il tente d’extorquer de l’argent
  • La responsabilité majeure d’un Président est d’extorquer du contribuable le moindre centime possible. De W.C. Fields / Votez pour moi !

Traductions du mot « extorquer »

Langue Traduction
Corse extort
Basque extort
Japonais 強める
Russe выкачивают
Portugais extorquir
Arabe ابتزاز
Chinois 勒索
Allemand erpressen
Italien estorcere
Espagnol extorsionar
Anglais extort
Source : Google Translate API

Synonymes de « extorquer »

Source : synonymes de extorquer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires