La langue française

Philologie

Sommaire

  • Définitions du mot philologie
  • Étymologie de « philologie »
  • Phonétique de « philologie »
  • Citations contenant le mot « philologie »
  • Traductions du mot « philologie »

Définitions du mot philologie

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILOLOGIE, subst. fém.

A. − [Surtout au xixes.] Étude, tant en ce qui concerne le contenu que l'expression, de documents, surtout écrits, utilisant telle ou telle langue. Sans De Sauves, j'enseignerais la philologie, moi! (Pailleron, Âge ingrat,1879, i, 6, p.23).V. aussi infatigable ex. 2:
1. La langue n'est pas l'unique objet de la philologie, qui veut avant tout fixer, interpréter, commenter les textes; cette première étude l'amène à s'occuper aussi de l'histoire littéraire, des moeurs, des institutions, etc.; partout elle use de sa méthode propre, qui est la critique. Sauss.1916, p.13.
[Avec adj. évoquant le domaine ling.] Philologie romane, sémitique. Curtius, philologue distingué, connu surtout par ses Principes d'étymologie grecque (1879), a été un des premiers à réconcilier la grammaire comparée avec la philologie classique (Sauss.1916p.16).
Rare. [Avec un adj. évoquant un niveau de lang.] Et c'est (...) un petit problème assez curieux de philologie populaire (A. France, Crainquebille,1905, tabl. i, 1).
P. anal. Savoir lire [le texte musical], retrouver sous la robe de l'expression et sous ses broderies le corps vivant, le corps tout nu (...) −comme ç'a été, pour la philologie beethovenienne, le très grand mérite de Heinrich Schenker (Rolland, Beethoven,t.1, 1937, p.120).
P. ext. [Sous l'infl. du concept allemand de Realphilologie] Étude des mots, des documents (écrits ou autres) et de tous les contenus de civilisation impliqués:
2. La philologie, en effet, semble au premier coup d'oeil ne présenter qu'un ensemble d'études sans aucune unité scientifique. Tout ce qui sert à la restauration ou à l'illustration du passé a droit d'y trouver place. Entendue dans son sens étymologique, elle ne comprendrait que la grammaire, l'exégèse et la critique des textes; les travaux d'érudition, d'archéologie, de critique esthétique en seraient distraits. Une telle exclusion serait pourtant peu naturelle. Renan, Avenir sc.,1890, p.128.
En partic. Étude scientifique d'une langue quant à son matériel formel et son économie. Philologie française:
3. On oppose (...) communément la philologie aux sciences littéraires qui ne relèvent pas de la grammaire ou de la linguistique. La philologie, dans ce sens restreint, est l'étude des langues, des formes et de leurs emplois, l'étude aussi des divers procédés qui ont amené le développement des connaissances linguistiques et du langage parlé. L'Hist. et ses méth.,1961, p.450.
Philologie comparée/comparative. Cette étude portant sur la comparaison de langues d'une même famille. Synon. plus usuel grammaire* comparée.D'une section de la philologie, la philologie comparée, elle-même issue de la découverte du sanscrit au XVIIIesiècle, une science nouvelle, la linguistique, s'est dégagée (L. Febvre, Examen de consc. hist.,[1933] ds Combats, 1953, p.14).
Rem. Dans un ex., le mot semble avoir reçu le sens de «étude pratique des langues». Gall admit d'abord deux organes, un pour la facilité et le goût d'apprendre des langues, la philologie (Broussais, Phrénol., leçon 17, 1836, p.604).
B. − [Surtout au xxes.] Discipline qui vise à rechercher, à conserver et à interpréter les documents, généralement écrits et le plus souvent littéraires, rédigés dans une langue donnée, et dont la tâche essentielle est d'établir une édition critique du texte. Si j'ai ici parmi mes lecteurs quelque professionnel de philologie grecque et latine, par exemple quelque éditeur des textes de la Collection Guillaume Budé (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p.230).Dès ses origines, la philologie eut recours au rapprochement de textes parallèles, d'exemples d'une expression et de ses diverses variations attestées soit dans tel auteur, soit dans toute la littérature, pour corriger un passage ou pour le défendre contre une correction (L'Hist. et ses méth.,1961, p.483).
Rem. gén. ,,Comme le mot grammaire, le mot philologie est souvent employé de façon complexe et ambiguë en français`` (Lang. 1973).
Prononc. et Orth.: [filɔlɔ ʒi]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist.1. 1486 philozogie «amour des belles lettres et études des sciences libérales» (Raoul de Presles, Cité de Dieu, livre IV, Exp. sur le chap.11, fos. 1 ro); 1516 philologie (Jean Bouchet, Temple de bonne renommée, fo64 ro); spéc. 2. 1802 «étude, science des langues» (Flick d'apr. FEW t.8, p.381a); 1818 philologie du moyen âge, philologie classique (W. de Schlegel, Observations sur la lang. et la litt. prov., p.62); 1840 philologie comparée (Fr. Wey, Étude sur la langue française ds Bibl. Éc. Chartes, t.1, p.471); v. aussi J. Engels ds Neophilologus t.37, 1953, pp.14-24. Empr. au lat. philologia, -ae «amour des belles lettres» att. également chez Sénèque (Lettres à Lucilius, éd. Fr. Préchac, 108, 23) au sens spéc. de «érudition, étude comme exercice académique», du gr. φ ι λ ο λ ο γ ι ́ α «goût pour la dialectique» et «goût pour la littérature ou l'érudition», dér. de φ ι λ ο ́ λ ο γ ο ς, v. philologue; 2 a peut-être été empr. à l'all., mais il est difficile de déterminer l'infl. de ce dernier, sur le mot fr. en ce sens (cf. FEW t.8, p.381b). Fréq. abs. littér.: 132. Bbg. Fourquet (J.). Ling. et philol. In: Colloque «Ling. et Philol.» 1977. 29-30 avril. Amiens, 1977, pp.7-14. _Henry (A.). Exposé introductif du groupe «Philologie». In: Actes du Colloque Francqui... 28-29 nov. 1980. Bruxelles, 1983, pp.139-153. _Imbs (P.). Philologie, linguistique, Romanité. Progr. du Centre de Philol. Rom. et de Lang. et Litt. fr. de la Fac. des Lettres de Strasbourg, 1956, t.1, pp.3-9.

Wiktionnaire

Nom commun

philologie \fi.lɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Didactique) Science qui étudie les textes anciens, à partir des manuscrits subsistants, et établit les règles pour les éditer.
    • Le rôle de la philologie, consiste après comparaison des manuscrits disponibles, à établir l'apparat critique d'un texte, en vue de la publication d'une version proche autant que possible de l'original perdu.
    • Wilamowitz régna et rayonne encore sur la philologie.
    • Il vaut mieux commencer hors-classe en baby-foot, que finir amateur en philologie.
    • On peut dire sans exagération que la philologie, qui vient de se constituer récemment en science positive, est un auxiliaire inattendu de l'histoire. — (Anatole France, La vie littéraire, Première série, 1892)
    • La nécessité de pousser aussi loin que possible mes études d'exégèse et de philologie sémitique m'obligea d'apprendre l'allemand. — (Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1897)
    • Érasme est bien le témoin d'une nouvelle philologie travaillée par le principe d'individualité, face à certains de ses contemporains, tel Louis de Berquin, qui, traduisant en 1525 son ouvrage l’ Encomium matrimonii en fait le manifeste d'un nouvel esprit collectif. — (Dominique de Courcelles, Philologie et subjectivité, 2002, p. 6)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PHILOLOGIE (fi-lo-lo-jie) s. f.
  • 1Sorte de savoir général qui regarde les belles-lettres, les langues, la critique, etc. On entend par philologie une espèce de science composée de grammaire, de rhétorique, de poétique, d'antiquités, d'histoire, de philosophie, et quelquefois même de mathématiques, de médecine et de jurisprudence, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. XI, p. 613, dans POUGENS.
  • 2 Particulièrement. Étude et connaissance d'une langue en tant qu'elle est l'instrument ou le moyen d'une littérature. Arnauld et ses amis aidaient plus sensiblement encore à ce progrès [du langage] par leurs travaux sur la grammaire générale et sur l'analyse comparée des langues ; pour la première fois depuis la Renaissance, la méthode philosophique dirigeait la philologie, et tout l'artifice de la pensée était cherché dans l'artifice du langage, Villemain, Dict. de l'Acad. Préface.
  • 3Philologie comparée, étude appliquée à plusieurs langues, que l'on éclaire par la comparaison entre les unes et les autres.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PHILOLOGIE, s. f. (Littérat.) espece de science composée de grammaire, de poétique, d’antiquités, d’histoire, de philosophie, quelquefois même de mathématiques, de médecine, de jurisprudence, sans traiter aucune de ces matieres à fond, ni séparément, mais les effleurant toutes ou en partie.

Ce mot est dérivé du grec φίλος & λόγος, amateur des discours, des lettres ou des sciences.

La philologie est une espece de littérature universelle, qui traite de toutes les sciences, de leur origine, de leur progrès, des auteurs qui les ont cultivées, &c. Voyez Polymathie.

La philologie n’est autre chose que ce que nous appellons en France les Belles-lettres, & ce qu’on nomme dans les universités les humanités, humaniores litteræ. Elle faisoit autrefois la principale & la plus belle partie de la Grammaire. Voyez Grammaire & Grammairien.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « philologie »

Φιλολογία, de φίλος, qui aime, et λόγος, discours, doctrine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Mot dérivé de philo avec le suffixe -logie.
(fin du XIVe siècle)[1] Du latin philologia (« amour des lettres »)[1], lui-même emprunté au grec φιλολογία, philología (« amour des lettres ») ; voir philologue.
Le sens a évolué de « érudition, connaissance des lettres, des textes » vers « étude scientifique d'une langue, d’un corpus littéraire », probablement sous l’influence de l’allemand[1] ; la Realphilologie , désignant la discipline établie par Friedrich August Wolf.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philologie filɔlɔʒi

Citations contenant le mot « philologie »

  • Mais si jamais le nom renvoie à une figure oubliée, il peut perdre sa substance à son tour. La langue se charge alors parfois de redonner un contenu, un sens à ce mot devenu vide, et ce faisant nous dispenser une magistrale leçon de philologie non plus étymologique mais poétique. Marianne, Le fou des mots : le fabuleux destin d’Arlequin
  • Né à Trabzon en 1932, Seyfi Dursunoğlu a fait ses études au lycée Haydarpaşa à Istanbul. Après avoir étudié la philologie anglaise, il a quitté l'université pour travailler comme fonctionnaire à l'Institution de sécurité sociale. Il y est resté employé pendant 18 ans, puis a décidé de se lancer sur scène. A partir de 1970, il a donné vie à un personnage inventé de toutes pièces, l’"Huysuz Virjin" ("la vierge grincheuse"), une drag queen, critique de la société patriarcale, intelligente, pleine d’esprit, avec le sens de la répartie, remplie de douceur et d’humanité, comme on peut le lire dans les commentaires émanant des hommages rendus à l’"Huysuz Virjin" dans la presse et sur les réseaux sociaux durant le week-end. , Seyfi Dursunoğlu alias "Huysuz Virjin" est mort | lepetitjournal.com
  • La future danseuse a obtenu un certificat de philologie germanique à la Vrije Universiteit van Brussel avant d’étudier la danse à l’Ecole Supérieure d’Etudes Chorégraphiques (Esec) de Paris. Elle a ensuite entamé des études en danse classique et moderne en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et aux États-Unis. BX1, La chorégraphe et cinéaste Lydia Chagoll est décédée | BX1
  • Le Département d’études françaises, hispaniques et italiennes de l’Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada) sollicite des candidatures pour un poste de professeur(e) adjoint(e) menant à la permanence avec une spécialisation en philologie romane. Le département privilégiera les candidats dont les recherches contribuent à une meilleure compréhension du développement des langues et des littératures françaises et romanes dans une perspective historique, morphologique et comparative. La date d’entrée en fonction est le 1er juillet 2020. , Poste de professeur adjoint en philologie romane (Vancouver, Canada)
  • 1À travers un livre court et incisif récemment traduit, le romaniste Ottmar Ette nous offre une réflexion de fond sur les questions posées à la philologie par ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’affaire Jauss ». Celle-ci, à la fois cas (Fall) et paradigme pour O. Ette, tient au fait qu’on s’est aperçu, au fil de révélations échelonnées entre les années 1970 et 2015, que le « romaniste le plus influent et le plus représentatif dans l’espace germanophone au xxe siècle » (p. 23) avait non seulement été sous le nazisme officier de la Waffen-SS, mais en avait été une figure remarquablement brillante, y réussissant une ascension fulgurante, y enseignant la Weltanschauung nazie à de jeunes recrues, et commettant en son sein des crimes de guerre. , La philologie dévoyée par le non-dit : Jauss face à son passé SS (Acta Fabula)

Traductions du mot « philologie »

Langue Traduction
Anglais philology
Espagnol filología
Italien filologia
Allemand philologie
Chinois 语言学
Arabe فقه اللغة
Portugais filologia
Russe филология
Japonais 言語学
Basque filologia
Corse filologia
Source : Google Translate API
Partager