Enfanter : définition de enfanter


Enfanter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENFANTER, verbe trans.

Littéraire
A.− [Le suj. désigne gén. une femme]
1. Donner le jour à (un enfant), mettre au monde. Synon. usuel accoucher de.Un millier de femmes, aux cheveux épars, dépeignés par la course, (...) de femelles lasses d'enfanter des meurt-de-faim (Zola, Germinal,1885, p. 1435).
Emploi abs. En condamnant la femme à enfanter avec douleur, Dieu lui a donné une force invincible contre la peine (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 286).Regarder, dans les logis du quartier pauvre, travailler, agoniser, mourir les hommes, travailler, pleurer, enfanter les femmes, naître ou jouer les enfants (Faure, Espr. formes,1927, p. 213).
P. ext. Enfanter à.Faire naître à. Les enfanter à la vie, à la religion, à la vertu, pour elle, ce n'était pas assez, elle voulait les enfanter aussi au bonheur (Lamart., Nouv. Confid.,1851, p. 22).
2. P. anal.
a) [Le suj. et l'obj. désignent un animal femelle] Donner le jour à. Synon. usuel mettre bas.
Emploi abs. Pour la mère elle-même, dans la plupart des espèces d'insectes, la condamnation est la même. Elle aimera, enfantera, et bientôt elle en mourra (Michelet, Insecte,1857, p. 43).Nonoche [la chatte] aux trois couleurs avait enfanté l'avant-veille, Bijou, sa fille (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 81).
b) [Le suj. et l'obj. désignent une plante] Produire son fruit.
Emploi abs. Les germes circulent en se cherchant, et la vigne enfante (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 113).
3. Rare. [Le suj. désigne un homme] Faire un enfant (à une femme). Saclas, prince des ténèbres, pour enfermer les particules divines qu'il avait mangées, imagina la génération, et s'approchant de sa femme, il lui enfanta deux enfants, Adam et Ève (Flaub., Tentation,1849, p. 258).
B.− Au fig.
1. [Le suj. désigne une entité abstr. gén. personnifiée] Donner le jour à, faire naître. Synon. produire.La terre, dans sa fécondité première, enfanta les hommes (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 10).Les ruines de la ville qui enfanta Marseille (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 334).Nietzsche prétend que la France a un génie femelle : elle enfante les idées et ne les engendre pas (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1899, p. 350).Il faut aimer la couleur rouge, et les vins qu'enfante le Rhône sur ses bords sonores (Toulet, Almanach,1920, p. 132).
Emploi pronom. réfl. Lui [le capital] (...) se nourrit, s'engraisse, s'enfante tout seul, dans une caisse (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 24).
2. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Avoir pour conséquence. Synon. causer, entraîner.Le crédit enfante une société inquiète (Amiel, Journal,1866, p. 241).Toutes les misères que la guerre nous enfante (Benjamin, Gaspard,1915, p. 109).
3. [Le suj. désigne une pers. ou son activité intellectuelle]
a) Produire, par son travail, une réalité jusque-là inexistante :
1. Ces champs, ces vignes, ces prés enfin, enfantés pour ainsi dire par ses mains, sortis de lui, non seulement de ses sueurs, mais encore de son esprit. Il les avait façonnés à son idée, à force de temps et de volonté. Les belles récoltes de maintenant étaient son ouvrage au moins autant que celui du soleil. Il tenait à sa terre comme à une créature humaine... Pesquidoux, Le Livre de raison,1928, p. 155.
b) En partic., domaine de la création (littér.).Produire une œuvre (littéraire). Chaque tête enfantoit un projet et s'efforçoit de le faire adopter aux autres (Chateaubr., Essai Révol.,t. 2, 1797, p. 25).Je renonce à t'enfanter, livre infécond (Ch. Guérin, Cœur solit.,1904, p. 24).
Emploi abs. Du premier mot au dernier, Balzac travaille et enfante. C'est comme une épopée, un géant aperçu dans sa forge (Zola, Romanc. natur.,Balzac, 1881, p. 24).
Emploi pronom. à sens passif. Je te confie le plus grand projet qui se soit enfanté depuis une suite d'années incalculable (Musset, Fantasio,1834, II, 4, p. 237):
2. Ne faut-il pas avoir tout senti pour tout rendre? Et sentir vivement, n'est-ce pas souffrir? Aussi les poésies ne s'enfantent-elles qu'après de pénibles voyages entrepris dans les vastes régions de la pensée et de la société. Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 104.
Rem. La docum. atteste a) Enfanté, ée, en emploi adj. On se trouve en présence de l'œuvre enfantée (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 509). b) Enfanteur, subst. masc., rare. Celui qui enfante. Shakespeare, enfanteur de monstres (Id., ibid., Maison, 1909, p. 998). c) Enfantrouver, verbe trans., p. plaisant. Abandonner un enfant, en faire un enfant trouvé. Il naissait là de petits êtres. Thérèse les enfantait, Jean-Jacques les enfantrouvait (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 791).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃fɑ ̃te], (j')enfante [ɑ ̃fɑ ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1130-40 « mettre au monde » (Wace, Conception ND, 368 ds Keller, p. 52a); début xiiies. fig. « faire naître, mettre au jour » (Renclus de Molliens, Miserere, CXX, 2 ds T.-L.). Dér. de enfant*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 743. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 1717, b) 958; xxes. : a) 783, b) 705. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 2. − Gottsch. Redens. 1930, p. 18.

Enfanter : définition du Wiktionnaire

Verbe

enfanter \ɑ̃.fɑ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Mettre au monde un enfant.
    • Les deux sœurs se casaient, plus ou moins confortablement mariées, et l’aînée, sacrifiant à la tradition, enfantait régulièrement deux fois tous les trois ans. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 27)
  2. (Figuré) Faire naître ; faire apparaître.
    • Beaucoup de ces tournures, et particulièrement les idiotismes de figures, constituent des bizarreries dans la langue même qui les a enfantées ; […]. — (Auguste Kerckhoffs, Cours complet de Volapük, contenant thèmes et versions, avec corrigés et un vocabulaire de 2500 mots, Paris : librairie H. Le Soudier, 6e éd., 1886, page 58)
    • Au lieu de quoi, l’Égypte, l’Inde et les contrées sujettes en général avaient enfanté des générations nouvelles qui vivaient dans un état d’indignation passionnée et faisaient preuve d’une énergie extrême, d’une activité toute moderne. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 123 de l’éd. de 1921)
  3. (Figuré) Produire, déterminer un effet, un résultat bon ou mauvais.
    • En même-tems, ils n’oublièrent rien pour déshonorer la révolution qui venait d’enfanter la République. — (Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • Pour les Martiens, Arcvad représentait le Messie. Pendant 130 ans cet esprit gigantesque avait enfanté inventions, poèmes, visions, harmonies nouvelles construites sur les débris d'esprits moins doués. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les réfractaires, n°1, janvier 1914)

Verbe

enfanter \Prononciation ?\

  1. Enfanter.
    • Et apres l’enfanter, fus virge parmenable — (Une loenge de Nostre Dame, ms. 12467 de la BnF, v. 8)
      Et après l’avoir enfanté, tu fus vierge éternelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Enfanter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFANTER. v. tr.
En parlant d'une Femme, Mettre au monde un enfant. Il est dit dans l'Écriture : Une vierge concevra et enfantera un fils. Absolument, Enfanter avec douleur. Après qu'une femme a enfanté. Il a vieilli. On dit plutôt ACCOUCHER. Fig. et fam., La montagne a enfanté une souris, ou C'est la montagne qui enfante une souris, se dit Lorsque de grands projets, de belles promesses ne produisent rien qui réponde à l'espérance qu'on en avait conçue. Il se dit aussi, figurément, de Ce qui produit, de ce qui détermine un effet, un résultat bon ou mauvais. Les guerres civiles enfantent mille maux. Enfanter des prodiges, des miracles.

Enfanter : définition du Littré (1872-1877)

ENFANTER (an-fan-té) v. a.
  • 1Donner le jour à un enfant. Heureuse la mère qui l'a enfanté.

    Par extension. Ce peuple que la terre enfantait tout armé, Corneille, Médée, I, 1. Le monde, de qui l'âge avance les ruines, Ne peut plus enfanter de ces âmes divines, Boileau, Lutr. III. Cieux, répandez votre rosée, Et que la terre enfante son sauveur, Racine, Athal. III, 7. Sitôt que le devoir l'ordonne, La France enfante des soldats, Lamotte, Odes, t. I, p. 64, dans POUGENS.

    Absolument. Le chaos se féconde, et la nature enfante, Delille, Parad. perdu, VII.

  • 2 Fig. Créer, concevoir, produire. Tout ce qu'elles pourront enfanter de tempêtes, Sans venir jusqu'à nous, crèvera sur leurs têtes, Corneille, Théod. I, 1. On y voit tour à tour la paix et les combats ; On y voit l'amertume enfanter les appas, Corneille, Imit. II, 9. Le poëte par bonheur n'ayant point enfanté de nouvelles stances, Scarron, Rom. com. part. I, ch. 13. Bienheureux Scudéri, dont la fertile plume Peut tous les mois sans peine enfanter un volume, Boileau, Sat. II. Que Racine, enfantant des miracles nouveaux, De ses héros sur lui [le roi] forme tous les tableaux, Boileau, Art p. IV. Accourez, troupe savante ; Des sons que ma lyre enfante, Ces arbres sont réjouis, Boileau, Ode sur Namur. Et quel affreux projet avez-vous enfanté, Dont votre cœur encor doive être épouvanté ? Racine, Phèd. I, 3. C'est au génie seul à enfanter toutes les hardiesses qui contribuent si fort au merveilleux de la poésie et au sublime de l'éloquence, D'Olivet, Hist. de l'Acad. t. II, p. 59, dans POUGENS. Je l'ai vu, ce n'est point une erreur passagère Qu'enfante du sommeil la vapeur mensongère, Voltaire, Sém. I, 5. Son nom et son malheur enfantent des soldats, Voltaire, Triumv. II, 2. De la ligue en cent lieux les villes alarmées Contre moi dans la France enfantaient des armées, Voltaire, Henr. III, 143. Ses succès, sa valeur, Bientôt à Spartacus enfantent une armée, Saurin, Spart. I, 1.

    Absolument. Cet auteur enfante difficilement, il ne produit des ouvrages qu'avec peine.

  • 3Dans le langage mystique, enfanter une âme en ou à Jésus-Christ, la rendre digne de Jésus-Christ et de la vie éternelle. Si Dieu a béni le travail par lequel je tâche de vous enfanter en Jésus-Christ, et que, trop indigne ministre de ses conseils, je n'y aie pas été moi-même un obstacle, Bossuet, Anne de Gonz. Dieu ébranlera tout l'État pour l'affranchir [Henriette] de ces lois ; il met les âmes à ce prix ; il remue le ciel et la terre pour enfanter ses élus, Bossuet, Duch. d'Orl. Tant de saints pasteurs qui offrent leurs âmes et leurs travaux pour vous enfanter à Jésus-Christ, Massillon, Car. Mot. de conv.
  • 4S'enfanter, v. réfl. Être enfanté, être produit. Une tragédie ne s'enfante pas si facilement.

    PROVERBE

    C'est la montagne qui enfante une souris, ou la montagne a enfanté une souris, se dit de grands projets qui viennent à rien. Que produira l'auteur après tous ces grands cris ? La montagne en travail enfante une souris, Boileau, Art p. III.

SYNONYME

ENFANTER, ENGENDRER. Engendrer est relatif à la génération ; enfanter, à l'enfant qui est mis au monde. De là la différence de sens entre ces deux mots : d'abord engendrer se dit également du mâle et de la femelle, de l'homme et de la femme ; enfanter ne se dit que de la femme seule. Au figuré, engendrer s'applique à ce qui peut être comparé à une génération ; et enfanter à ce qui peut être comparé à la mise au monde. Tant que l'idée de mise au monde n'est pas nécessaire, on se sert indifféremment d'engendrer ou d'enfanter : ce discours engendra ou enfanta des discordes. Mais, quand cette idée est nécessaire, c'est enfanter qu'il faut : on enfante un projet, un ouvrage.

HISTORIQUE

XIIe s. Graces rendit al enfanter, e Samuel le fist numer, Rois, p. 4.

XIIIe s. S'ele [la mère] estoit franche quant ele conçut, et quant à l'anfanter est serve, droit dit que li enfes est frans, Liv. de just. 54. Mestre, fist le chevalier, je vous demande si vous creez que la vierge Marie, qui Dieu porta en ses flans et en ses bras, enfantast vierge, Joinville, 198.

XVIe s. Elle enfanta un enfant mort, Paré, XXIX, 16. Vous ne tuerez point L. Caesar, que premierement vous ne me tuez, moy qui ay enfanté vostre capitaine, Amyot, Anton. 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enfanter »

Étymologie de enfanter - Littré

Enfant ; provenç. enfantar, effantar, efantar ; ital. infantare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de enfanter - Wiktionnaire

(1130-40) (Wace)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de enfanter - Wiktionnaire

De enfant, avec le suffixe verbalisant -er. (Vers 1140) effantera, enfanter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « enfanter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enfanter ɑ̃fɑ̃te play_arrow

Conjugaison du verbe « enfanter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe enfanter

Évolution historique de l’usage du mot « enfanter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enfanter »

  • Ce qui n’empêche pas EELV de travailler sur le sujet, notamment au sein de sa “commission Féminisme”. “Il faut que la naissance ne soit pas quelque chose qui pénalise la carrière des femmes, insiste Sandra Regol. On en a marre de voir des inégalités salariales au prétexte que les femmes ont la capacité biologique d’enfanter”. Le HuffPost, Congé paternité: ce que proposent les différents partis politiques | Le HuffPost
  • « Je n’enfanterai jamais ». Suis-je capable de tenir cette promesse ? Je suis terrifiée à l’idée qu’un jour mon corps, instinctivement fait pour donner la vie, trahisse cet engagement. Je me rattache pourtant au fait que la société ne changera pas : elle sera toujours destinée à détruire l’environnement un peu plus chaque jour, et à offrir les décombres d’une Terre aux prochaines vies. Le Devoir, Je ne voudrai jamais enfanter | Le Devoir
  • Cette femme est abjecte !!! Comment peut-elle encore enfanter alors qu'elle "aurait oublié" l'endroit où elle s'est débarrassée du corps de sa petite fille martyre !!! Insupportable à entendre !!! Je souffre lorsque l'on parle de Fiona... J'espère que lors du prochain procès elle finira sa vie entre 4 murs (attention aux surveillants de sexe masculin elle risquerai encore d'être pleine) midilibre.fr, Perpignan : la mère de la petite Fiona ne récupère pas la garde de son 4e enfant - midilibre.fr
  • L’acteur d’origine carolo joue le rôle d’un pédiatre dont le couple ne parvient pas à enfanter. Journal L'Ardennais abonné, «Plus belle la vie» pour Yannis Bougeard, enfant de Charleville
  • Elles/Ils ont fait leurs calculs et sont assez formels. Si nous étions tous des Américains, il nous faudrait 4 Terres pour subvenir à nos besoins  chaque année. Si l'humanité entière était française, il lui faudrait 2 Terres et demi pour survivre. Renoncer à lui, c'est comme économiser 620 aller-retour Paris-New-York. Ne pas avoir d'enfant, donc ... est peut-être le geste LE plus fort pour réduire notre empreinte carbone. Voilà du moins la conviction de ceux qu'on sur-nomme désormais les GINKS. L'acronyme nous vient des Etats-Unis, où cette tendance a été médiatisée par une essayiste et journaliste au Huffington Post. Lisa Hymas s'est toujours intéressée aux questions climatiques et elle s'est forgée la conviction, au cours de ses enquêtes, que la planète exsangue avait besoin que l'on renonce à enfanterFrance Culture, Ginks : ne pas faire d’enfant, geste écolo ultime ?
  • Tu es blanche et je suis noir ; mais le jour a besoin de s'unir à la nuit pour enfanter l'aurore et le couchant, qui sont plus beaux que lui ! De Victor Hugo / Bug-Jargal
  • La censure intérieure de l'homme est impitoyable : nous ne connaissons même pas les pensées que nous ne voulons pas enfanter. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Si les regards pouvaient enfanter ou tuer, les rues seraient remplies de femmes enceintes et jonchées de cadavres. De Paul Valéry
  • Qu’est-ce donc que le mariage ? Filer, enfanter, regretter. De Proverbe néerlandais
  • À la femme, il* dit : Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras des fils. Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi. , Ancien Testament, Genèse III, 16

Images d'illustration du mot « enfanter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « enfanter »

Langue Traduction
Corse dà nascita
Basque erditu
Japonais 出産する
Russe рожать
Portugais dar à luz
Arabe يولد
Chinois
Allemand gebären
Italien partorire
Espagnol dar a luz
Anglais give birth
Source : Google Translate API

Synonymes de « enfanter »

Source : synonymes de enfanter sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires