La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « écarlate »

Écarlate

Définitions de « écarlate »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCARLATE, adj. et subst.

I.− Emploi adj.
A.− Qui présente une couleur d'un rouge vif. Ces chevaux écarlates comme le premier sang d'une blessure (Fromentin, Été Sahara,1857, p. 232):
1. ... son camail écarlate incendiait la neige d'un long reflet sanglant, rose, aux lueurs d'éclair, comme si, revenu des cieux et de l'enfer, ce voyageur, portant l'infini dans son âme, au lieu d'ombre traînait à ses pieds une flamme. Banville, Les Exilés,1874, p. 13.
SYNT. a) Rouge, tache écarlate. b) Coussin, drap, étoffe, soie, velours écarlate. c) Cape, gilet, habit, livrée, manteau écarlate. d) Joue, langue, lèvre, tête écarlate. e) Fruit, grappe écarlate.
B.− P. ext. [Cette même couleur avec une valeur symb. ou expr.]
1. [En parlant de choses]
a) [En parlant du costume] Qui, en raison de sa couleur dénote un rang social supérieur ou une certaine dignité. Les électeurs (...) revêtus de la robe rouge doublée d'hermine, coiffés, les séculiers du bonnet électoral, les archevêques de la mitre écarlate (Hugo, Rhin,1842, p. 274).Une robe, de couleur écarlate, image du sang à verser (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 31).
P. métaph., superl. de brillant. Le discours (...) est étourdissant, est éblouissant, est resplendissant (...) Salvandy dit qu'il est écarlate (Sainte-Beuve, Corresp. gén., t. 5, 1818-69, p. 100).
b) [En parlant d'emblèmes, en partic. du drapeau] Qu'il est beau, comme il flotte, azur! blanc! écarlate! Le drapeau rédempteur (Borel, Rhaps.,1831, p. 31).
P. métaph. Qui relève d'une idéologie révolutionnaire très virulente. Le vieux, en politique, arborait des opinions écarlates (...) il était assidu aux meetings révolutionnaires (Rolland, J. Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1294):
2. Bahorel était un être de bonne humeur et de mauvaise compagnie, (...) ayant des gilets téméraires et des opinions écarlates; tapageur en grand, c'est-à-dire n'aimant rien tant qu'une querelle, si ce n'est une émeute, et rien tant qu'une émeute, si ce n'est une révolution... Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 780.
2. [En parlant du visage humain] D'un rouge vif qui traduit certaines réactions spontanées de l'organisme, dues :
a) [à des efforts physiques importants] Un petit (...) revenait en courant, écarlate, hors d'haleine (Pourrat, Gaspard,1930, p. 67).
b) [à l'intensité de certains états d'âme, de certaines émotions] Le chef de bureau, dont la face rubiconde était devenue écarlate de joie, et dont le cœur bondissait dans sa poitrine (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 162):
3. Il fut pris d'une joie dont il ne fut pas plus le maître que d'un état physique qui se produit sans intervention de la volonté, il devint écarlate comme un enfant qu'on vient de punir... Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 866.
En partic., péj. [À un sentiment intense de confusion ou de colère] Le lundi, en ouvrant le journal, il [Alban] devint écarlate de rage (Montherl., Bestiaires,1926, p. 398).Il [Ferdinand] était écarlate de confusion (Aymé, Jument,1933, p. 110).
II.− Emploi subst.
A.− Subst. fém., vieilli. Étoffe de couleur rouge vif. Vêtu d'écarlate; habit, manteau d'écarlate. Ce diable habillé d'écarlate (Béranger, Chans.,t. 3, 1829, p. 225).Une chambre tendue d'écarlate (Barrès, Cahiers,t. 14, 1922-23, p. 243).
Rem. 1. Écarlate a pu désigner anciennement une teinture ou une étoffe de qualité supérieure, mais non obligatoirement rouge. Écarlate bleue, noire, verte (Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Guérin 1892, Rob.). 2. Écarlate est parfois présenté comme subst. masc. dans les dict. (cf. Lar. 20e, Duval 1959 et Dub. 1967) et chez certains aut. Des pièces du fameux écarlate de Bruxelles (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 201). La pierre philosophale, (...) dont la couleur varie du carmin au brillant écarlate (Fulcanelli, Demeures philosophales, t. 2, 1929, p. 227).
B.− [P. substantivation de l'adj.] Subst. masc.
1. Nuance du rouge qui rappelle la couleur du sang par son éclat. Le mois de juillet, encore tout un mois de roses (...) de rouge nuancé de ponceau, de rouge amarante, d'écarlate velouté (E. de Goncourt, Maison artiste,1881, p. 377).
Vieilli. Avoir les yeux bordés d'écarlate. Avoir les paupières rougies. Leurs yeux se bordaient d'écarlate (France, Puits ste Claire,1895, p. 20).
2. P. méton.
a) Matière colorante rouge obtenue à partir de la cochenille et qui entre dans la composition de teintures et de fards; p. ext. teinture, fard coloré(e) par cette matière. Écarlate des Gobelins; teint de/en écarlate. Une cochenille (...) donne le rouge des rouges, l'écarlate de la laque, qui colorera les vernis, la cire, une foule d'objets (Michelet, Insecte,1857, p. 183).Profession de vendre de l'écarlate pour les joues (Camus, Chev. Olmedo,1957, p. 726).
b) Poudre chimique utilisée pour colorer les aliments.
GASTR. À l'écarlate. Qui est préparé selon une recette consistant à plonger certaines viandes dans une saumure additionnée de salpêtre pour leur donner une teinte rouge écarlate avant de les cuire à l'eau. Langue à l'écarlate (cf. Baudelaire, Nouv. Hist. extr., 1857, p. 269 et Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 736).
Prononc. et Orth. : [ekaʀlat]. Ds Ac. 1694 et 1718 on trouve escarlate, dep. 1740 écarlate. Étymol. et Hist. 1. a) 1168 escarlate « étoffe précieuse de couleur variable » (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 2061) − 1658 escarlatte (L. Briele, Collection de documents pour servir à l'histoire des hôpitaux de Paris, Paris, 1883, t. 4, p. 288); b) 1636 écarlate « étoffe d'un rouge vif » (Monet); 2. a) 1172-74 escarlate « couleur d'un rouge vif » (Guernes de Pont-Sainte-Maxence, Vie de Saint Thomas le Martyr, éd. E. Walberg, 5229); b) 1770 rouge écarlate (Buffon, Hist. naturelle, t. 16, p. 171); 1775 écarlate adj. (Beaumarchais, Barbier de Séville, I, 407). Du lat. médiév. scarlata « drap écarlate de différentes couleurs éclatantes » (1100 ds Nierm.); scarlech « id. » (1103 ds Mach., s.v. escarlata), empr. à une forme ar. *sikirlāṭ ou saqirlāṭ (cf. les formes mozarabes attestées ds des doc. de 1001 et 1197 d'apr. Cor., s.v. escarlaat, et les formes attestées en persan : siqillāṭ, saqallāṭ, saqallāt, saqirlāṭ, saqirlāt, saġirlāṭ [cette dernière forme à la fin du xiiies. chez Rashīd ad-Dīn] « certain tissu de laine fabriqué dans le pays des Chrétiens » [G. S. Colin ds Romania, t. 56, 1930, pp. 186-187]) issue par dissimilation en -rl- du groupe -ll- de l'ar. siǧillāṭ, siqillāṭ « tissu de laine ou de lin, décoré de ḫawātim, c'est-à-dire de ,,cachets`` ou de ,,sceaux`` ou de ,,bagues`` » (viies.) lui-même empr. à une forme gr. médiév. *σ ι γ ι λ λ α ́ τ ο ς (attestée au début du ixes. Colin, op. cit., p. 179), et celle-ci au b. lat. sigillātus « (en parlant d'un vêtement ou d'une étoffe) orné de sigilla [petites figures] » (ives. ds Forc., s.v. sigillo), déjà en lat. class. au sens de « orné de figurines, de reliefs, ciselé » (Cicéron 6 Ver., 14, 32, ibid.) dér. de sigillum « petite figure, figurine, statuette; motif décoratif représenté en peinture ou en broderie sur un tissu (Ovide, Métamorphoses, 6, 85-86 ds Forc.); cachet, sceau » (sceau*). L'usage de décorer un tissu au moyen de sigilla est attesté chez les Romains (cf. Ovide, supra) et également chez les Arabes (cf. Dozy t. 1, p. 352 a, s.v. muḫattam : « [en parlant d'une étoffe] bigarré; consistant en figures blanches quadrangulaires et octogones sur un fond bleu » [fin du xiies.-début du xiiies.]). Le sens « tissu décoré de sigilla » du b. lat. s'est estompé au profit du sens « tissu au fond de couleur bleue » dans le monde ar. oriental. En Occident ar. puis en Occident chrét., l'écarlate vint à désigner un tissu riche de n'importe quelle couleur, puis un tissu rouge du fait de l'utilisation de la teinture à base de cochenille (au xiies., Almeria en Espagne fut l'un des centres de production les plus importants), de là le sens actuel de « couleur rouge ». Fréq. abs. littér. : 519. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 483, b) 944; xxes. : a) 869, b) 765. Bbg. Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 205.

Wiktionnaire

Adjectif - français

écarlate \e.kaʁ.lat\ masculin et féminin identiques

  1. De la couleur du colorant du même nom, rouge vif. #ED0000
    • Quatorze colonnes de bois, hautes de vingt-trois pieds, tendaient au-dessus de la salle un ciel d’étoffe écarlate. — (Pierre Louÿs, Une fête à Alexandrie, 1896, dans Archipel)
    • On patinait autour de lui. Des enfants, le col entouré de cache-nez écarlates, blancs, verts, bleus, glissaient et tournoyaient. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 95)
    • Un soir, à l’insu du brigadier, sa fille est entrée chez l’instituteur, le sourire aux yeux, les lèvres plus rouges que ces tablettes de sucre écarlate — des coquelicots — qu’on suce contre les enrouements; […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Qui rougit par timidité ou par honte.
    • Elle en devint tout écarlate.

Nom commun - français

écarlate \e.kaʁ.lat\ féminin

  1. Colorant de couleur rouge vif, tiré du kermès, l'insecte.
    • Je vis un jour plusieurs magistrats nommés lexiarques, qui marchoient dans les rues, tenant une corde teinte d’écarlate, tendue d’une maison à l’autre. Ils poussaient le peuple devant eux, pour l’obliger de se rendre à l’assemblée. Si la corde marquoit de rouge quelque traîneur, il étoit condamné à l’amende. — (Étienne-François Lantier, Voyages d’Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, page 5))
    • À Arles, l’archevêque, qui avait le monopole de l’exploitation de la graine d’écarlate, avec laquelle on fabriquait la teinture rouge, ne traitait, pour la vente de ses récoltes, qu’avec les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Étoffe de cette couleur.
    • Manteau d’écarlate.
  3. Couleur correspondante.
    • Le rousset doré. Ch. D’abord d’un beau jonquille mêlé de pourpre; ensuite brouillé d’un rouge indécis entre le pourpre et l’écarlate et d’un jaune jonquille plus ou moins foncé; […]. — (Louis Secrétan, Mycographie suisse, ou, Description des champignons qui croissent en Suisse, particulièrement dans le canton de Vaud, aux environs de Lausanne, tome 1, Genève, 1833, page 479)
    • Écarlate ! Quel beau mot ! Il éclabousse les lèvres et les dents. — (Maurice Bedel. Traité du plaisir, 1945, page 180)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCARLATE. n. f.
Couleur rouge et fort vive. Teint en écarlate. Une belle écarlate. Écarlate des Gobelins. Rouge comme écarlate, comme de l'écarlate. Il désigne aussi l'Étoffe teinte de cette couleur. Manteau d'écarlate.

ÉCARLATE s'emploie aussi comme adjectif et signifie Qui est d'un rouge vif. Une robe écarlate. Du velours écarlate. Figurément, il signifie Qui rougit par timidité ou par honte. Elle en devint tout écarlate.

Littré (1872-1877)

ÉCARLATE (é-kar-la-t') s. f.
  • 1Teinture rouge fort vive.

    Écarlate de Venise, écarlate faite avec l'alun, la crème de tartre et le kermès.

    Écarlate des Gobelins, la même que l'écarlate de Venise.

    Écarlate de Hollande, celle que l'on obtient en traitant la cochenille par la crème de tartre et le chlorure d'étain ; la découverte n'en remonte qu'à l'année 1630 ; elle se fit en Hollande ; c'est avec cette écarlate qu'on teignait le drap pour les compagnies rouges du roi. Une belle écarlate. Les exportations de ce sol se réduisaient, pour l'Europe, à une herbe connue sous le nom d'orseille, et qui est employée dans les teintures en écarlate, Raynal, Hist. phil. XI, 18.

    Yeux bordés d'écarlate, yeux rouges sur le bord. La vieille leur parla en ces termes : Je n'ai pas eu toujours les yeux éraillés et bordés d'écarlate, Voltaire, Candide, 11.

  • 2Drap fin d'un rouge éclatant. Un manteau d'écarlate. Y voit-on des savants… Endosser l'écarlate et se fourrer d'hermine ? Boileau, Sat. VIII. Ces fenêtres étaient parées en dehors de pots de fleurs et de tapis d'écarlate, Staël, Corin. II, 1. Gens vêtus d'or et d'écarlate, Pendant un mois chacun vous flatte, Béranger, Vieux hab.
  • 3Écarlate s'est dit aussi d'une coque adhérente au quercus conifera, formée par un insecte dit kermès, et servant à la teinture en écarlate. Graine d'écarlate. Le coccus ou coccum fournissait aux anciens la belle couleur et la belle teinture que nous nommons écarlate, qui le disputait en quelque sorte à la pourpre pour la beauté et l'éclat, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. X, p. 558, dans POUGENS.
  • 4 Adj. De couleur d'écarlate. Des rubans écarlates.

HISTORIQUE

XIIe s. Donc devint li sainz hom plus vermeilz quant ço vit, Que nen est escarlate, Th. le mart. 139.

XIIIe s. Et li firent faire reube [robe] d'escarlate fourée de vair, Chr de Rains, 169. Une chape… D'escrelate si est fourée, Amad. et Yd. ms. 6987. Une tente toute faite de bone escarlate fine, Joinville, 211. Quiconques vent escarlates à Paris, ens hales ou en son hostel, Liv. des mét. 337.

XIVe s. Mais la douce, courtoise et franche Vestu ot une cote blanche D'une escarlate riche et belle Qui fu, ce croi, faite à Bruselle, Machaut, p. 46.

XVe s. Et fut ce jour le roi de Portingal vestu de blanche escarlatte à une vermeille croix de Saint Georges, Froissart, II, III, 41.

XVIe s. Elle vous avoit puis après Mancherons d'escarlate verte, Robbe de pers large et ouverte, Marot, I, 201. Vieille qui as joue et narine Bordées de crasse et de farine… Et les yeux d'escarlate vive, Du Bellay, J. VII, 50, recto. Quand vos pechez seroyent rouges comme l'escarlate, si seront-ils blancs comme la neige, Lanoue, 31. Tormentille, graine d'escarlate et de genevre, Paré, XXIV, 27. Il y a des pommes qui rendent le cidre clairet comme vin françois : entre lesquelles celle appellée en Cotentin escarlate le fait rouge, De Serres, 247. Tout ainsi que, pour juger du lustre de l'escarlatte, on nous ordonne de passer les yeux par dessus, en la parcourant à diverses veues, soubdaines reprinses et reiterées, Montaigne, II, 100.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écarlate »

Provenç. escarlat, escarlata ; espagn. et portug. escarlate ; ital. scarlatto ; allem. Scharlach ; angl. scarlet ; gaél. scarlaid. On a indiqué comme origine l'arabe ou persan escarlat, serkelat ; mais ces mots sont modernes et paraissent venir, l'un du français ou de l'espagnol, l'autre de l'anglais. Cela écarté, reste le latin galaticus, de Galatia, la Galatie, province d'Asie où, dans l'antiquité, on recueillait beaucoup de kermès ; galaticus rubor a signifié en effet écarlate. Cette conjecture est très plausible ; elle serait tout à fait sûre si l'on trouvait quelque forme intermédiaire entre galaticus et escarlate. Au XVe siècle écarlate paraît signifier étoffe en général.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) De l’ancien français escarlate via le latin médiéval scarlatum, au persan سقرلاط, saqirlāṭ, qui désignait une étoffe précieuse, plutôt bleue à l’origine, ornée de sceaux, et qui est issu du grec ancien σφραγίς, sphragís (« sceau »); ou, selon le CNRTL, la version arabe viendrait plutôt d'un grec médiéval σιγιλλάτος, celui-ci d'un bas-latin sigillatus, ce bas-latin étant fait à partir du latin classique sigillum « sceau » (déminutif de signum), et aurait le sens de « tissu recouvert de sceaux »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écarlate »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écarlate ekarlat

Évolution historique de l’usage du mot « écarlate »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écarlate »

  • (Relaxnews) - On ne change pas une équipe qui gagne pour Elisabeth Moss. L'actrice américaine vient de décrocher le rôle principal de "Run Rabbit Run", le prochain film de Daina Reid, qui n'est autre que la réalisatrice de la série "The Handmaid's Tale : La Servante écarlate". ladepeche.fr, Elisabeth Moss retrouve la réalisatrice de "The Handmaid's Tale : La Servante écarlate" au cinéma - ladepeche.fr
  • « Le marché Acide écarlate (CAS 134-47-4) mondial croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2020-2026. L’intérêt croissant des particuliers pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché. Selon le Rapport, le marché Acide écarlate (CAS 134-47-4) devrait croître à un TCAC de xx % au cours de la période de prévision (2019-2027) et dépasser une valeur de XX USD d’ici la fin de 2027. » Thesneaklife, Marché mondial des matières chimiques 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | US Biiological, Santa Cruz Biotechnology, Pingyuan Xinda Chemical, Hanhong Scientific, Sunway Pharm – Thesneaklife
  • Margaret Atwood, "la grande dame des lettres canadiennes", est notre invitée pour un entretien exceptionnel. L'auteure de "La Servante écarlate" (1985) et de sa suite récente, "Les Testaments" (2019), publie également "Laisse-moi te dire..." (Éditions Bruno Doucey), anthologie poétique bilingue. France Culture, Le manifeste poétique de Margaret Atwood
  • - Extrait de la série « La Servante écarlate » de Bruce Miller France Culture, Se réfugier dans le monde des séries - Ép. 3/4 - Besoins d'évasions

Traductions du mot « écarlate »

Langue Traduction
Anglais scarlet
Espagnol escarlata
Italien scarlatto
Allemand scharlach
Chinois 猩红
Arabe اللون القرمزي
Portugais escarlate
Russe алый
Japonais スカーレット
Basque scarlet
Corse scarlatta
Source : Google Translate API

Synonymes de « écarlate »

Source : synonymes de écarlate sur lebonsynonyme.fr

Écarlate

Retour au sommaire ➦

Partager