Discourir : définition de discourir


Discourir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DISCOURIR, verbe intrans.

A.− Vieilli
1. Parler sur un sujet déterminé, en le développant de manière méthodique. Synon. disserter :
1. L'auteur de l'Histoire Naturelle, le grand écrivain qui a si admirablement discouru de la langue devant l'Académie française, ne manquait d'aucune des qualités du style. Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littér. sous l'Empire,t. 1, 1860, p. 245.
2. S'entretenir de choses diverses, échanger des propos sans chercher à approfondir le(s) sujet(s). Synon. converser.Pendant que la mère et la fille discouroient ainsi, Charles racontoit les événements de la matinée à sa manière (Balzac, Annette,t. 2, 1824, p. 72).Ils parlèrent (...) de toutes les choses courantes sur lesquelles on peut discourir infiniment sans se fatiguer l'esprit (Maupass., Bel-Ami,1885, p. 33).
B.− Usuel, péj. Parler longuement, inutilement ou avec recherche, de façon lassante pour ses auditeurs. Synon. palabrer, pérorer; synon. pop. baratiner.Il ne fallait plus discourir, mais se décider (Jouy, Hermite, t. 1, 1811, p. 182).Le professeur Haddock se mit à discourir, il assomma tout le monde (France, Île ping.,1908, p. 328).Ne faire que discourir. ,,Ne dire que des choses frivoles et inutiles`` (Ac. 1798-1932) :
2. Je m'assis avec résignation : depuis qu'elle était guérie, Paule discourait à perte de vue sur des niaiseries; c'était consternant de la voir se passionner pour cette histoire idiote... Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 505.
En partic. [Le suj. désigne un malade] Tenir des propos incohérents. Synon. divaguer.La nuit (...) n'a pas été bonne. Il a discouru, il a chanté (France, Rôtisserie1893, p. 348).
Prononc. et Orth. : [diskuʀi:ʀ], (je) discours [disku:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. xiiie-xives. [date du ms.] descourir « parler, converser » (Renaut de Montauban, éd. H. Michelant, p. 18, 13); 1559 discourir « traiter d'un sujet » (Amyot, Crass. ds Gdf. Compl.). Réfection d'apr. courir de l'a. fr. descorre, discorre « parcourir » (fin xiies., Dialogue Grégoire, 20, 1 ds T.-L.), empr. au lat. class. discurrere « courir de différents côtés, se répandre », qui a pris à basse époque le sens de « parler ». Fréq. abs. littér. : 211. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) a) 278, b) 229; xxes. : a) 324, b) 356.

Discourir : définition du Wiktionnaire

Verbe

discourir \dis.ku.ʁiʁ\ intransitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Parler sur une matière avec quelque étendue.
    • Lui, discourt, explique une affaire. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Bourgons et Renaud revenaient à Bordeaux en discourant, chemin faisant, sur les dogmes de notre religion, et sur ses bienfaits civilisateurs.— (M. de Robville, Histoire de quatre fils Aymon, vers 1860)
    • Ils l’entourèrent, discourant tous à la fois et voulant, comprit-il, qu’il les menât immédiatement à l’endroit où il avait laissé l’aéroplane. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 387 de l’éd. de 1921)
    • Quand De la Hodde discourt, elle écoute toute frémissante d’allégresse ! — (Victor Avril, Littérature contre-révolutionnaire, dans Les Veillées du Peuple, Paris, n°2, mars 1850, page 124)
  2. Parler longuement et inutilement.
    • […], M. de Persigny discourait à perte de vue, au hasard de l’improvisation, sans se préoccuper de la discrétion de ses interlocuteurs. — (Gustave Rothan, Souvenirs diplomatiques : L'Europe et l'avènement du Second Empire, Éditions Calman-Lévy, 1890, p. 165)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Discourir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISCOURIR. (Il se conjugue comme COURIR.) v. intr.
Parler sur une matière avec quelque étendue. Discourir d'une affaire, sur une affaire. Socrate passa le dernier jour de sa vie à discourir de l'immortalité de l'âme, sur l'immortalité de l'âme. Absolument, Ne faire que discourir, Ne dire que des choses frivoles et inutiles.

Discourir : définition du Littré (1872-1877)

DISCOURIR (di-skou-rir), je discours, tu discours, il discourt, nous discourons, vous discourez, ils discourent ; je discourais ; je discourus ; je discourrai ; je discourrais ; discours, qu'il discoure, discourons, discourez, qu'ils discourent ; que je discoure, que tu discoures, qu'il discoure, que nous discourions, que vous discouriez, qu'ils discourent ; que je discourusse ; discourant, discouru v. n.
  • 1Proprement, courir çà et là. … Ta bonté discourt au bien de tes sujets, Régnier, Sat. I.

    Ce sens, qu'on trouve dans le XVIe siècle, est tout à fait hors d'usage.

  • 2 Fig. S'étendre sur un sujet, en parler avec une certaine méthode et quelque étendue. Je te veux discourir comme je trouve étrange Le chemin…, Régnier, Sat. V. Philosophes rêveurs, discourez hautement ; Sans bouger de la terre, allez au firmament, Régnier, Sat. IX. Selon l'intérêt tout le monde discourt, Régnier, Sat. XI. Lorsque, nous discourant des choses de la terre, Molière, Sgan. 2. On peut discourir sans fin sur tout cela, Bossuet, Lett. Corn. 84. On croirait à vous voir, dans vos libres caprices, Discourir en Caton des vertus et des vices…, Boileau, Sat. IX. Lamoignon, nous irons, libres d'inquiétude, Discourir des vertus dont tu fais ton étude, Boileau, Épît. VI. Il [Phédon] n'est jamais du nombre de ceux qui forment un cercle pour discourir, La Bruyère, VI. La sotte envie de discourir vient d'une habitude qu'on a contractée de parler beaucoup et sans réflexion, La Bruyère, Théophraste, III. Il est plus aisé de bien discourir que de bien écrire, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 15 mars 1678. [On] Préférait l'art de bien vivre à l'art de bien discourir, Rousseau J.-B. Odes, IV, 3.

    Fig. Et c'est aux mieux disants une témérité De parler où le ciel discourt par tes oracles, Et ne le faire pas où parlent tes miracles, Régnier, Sat. I.

    Familièrement. Discourir sur la pointe d'une aiguille, discourir de choses très futiles ou très subtiles.

  • 3Tenir de longs propos. Auteurs d'aventures tragiques, De quoi n'osez-vous discourir ? Malherbe, V, 23. Il montre tes faveurs, tout haut il en discourt, Régnier, Élég. II. … Marchons sans discourir, Corneille, Cid, II, 2. Force-les au silence, et, sans plus discourir, Sauve ta renommée en me faisant mourir, Corneille, ib. III, 4. … Laissons-la discourir, Et ne nous perdons point de crainte de mourir, Corneille, Othon, II, 6. Nous avons fort discouru de toutes vos affaires, Sévigné, 118.

    Quelquefois discourir ne signifie rien de plus que parler. Eux discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre…, La Fontaine, Or. … ne parlons plus de querelle : c'est fait ; Discourons d'autre affaire, Molière, Femmes sav. II, 8.

    Ne faire que discourir, ne dire que des choses frivoles et inutiles.

  • 4 S. m. Le discourir, les longs discours … Mais, ami, laissons le discourir, Régnier, Sat. VIII.

REMARQUE

1. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

2. Dans la tragédie de Clitandre par Corneille, Pymante, à qui Dorise crève un œil avec une aiguille, fait un long monologue adressé à cette même aiguille. L'éditeur de l'édition de 1738 (in-12) se demande (t. I, Avertissement, p. IX) si ce n'est pas de là qu'est né le proverbe : discourir sur la pointe d'une aiguille. Mais il n'est pas, ce semble, besoin d'aller si loin ; la locution s'explique d'elle-même, comme la locution grecque : être sur le tranchant d'un rasoir.

SYNONYME

DISCOURIR DE, DISCOURIR SUR. Discourir sur quelque chose, c'est en parler avec quelque méthode. Discourir d'une chose, c'est en parler comme on en parle dans la conversation.

HISTORIQUE

XVIe s. Assez y a en ceste nation, Sans discourir d'un à autre hemisphere, De quoy trop plus qu'à mes vœus satislaire, Saint-Gelais, 215. Tel discourt bien en privé, qui harangueroit mal un peuple, Montaigne, IV, 133. Democritus presupposant une opinion et une doctrine fausse en la philosophie, et qui induit les hommes en superstitions infinies, qu'il y ait des images bonnes et mauvaises qui discourent [errent] par l'air, Amyot, P. Aem. 1. À la fin il commencea à entrer en propos, et à leur discourir de la fortune et de l'incertitude des choses humaines, Amyot, ib. 45. N'ayant jamais au paravant discouru à par soy en son entendement, qu'ils esbranloient, en ce faisant, tout l'empire des Lacedaemoniens, Amyot, Pélop. 14. Et n'y avoit celuy qui ne se meslast de discourir combien d'avantage ilz auroient sur leurs ennemis si…, Amyot, Marcel. 47. En discourant plusieurs grandes entreprises qu'il mettoit en son entendement, il…, Amyot, Pyrrh. 11. La reyne [Cath. de Médicis] qui sçavoit discourir de toutes choses très bien à propos…, Brantôme, Marignan. Quant je vais discourant et des yeux et d'esprit Sur les perfections qu'en toy le ciel escrit, Amad. Jamyn, Poésies, p. 173, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « discourir »

Étymologie de discourir - Littré

Lat. discurrere, de dis… préfixe, et currere, courir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de discourir - Wiktionnaire

Du latin discurrere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « discourir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
discourir diskurir play_arrow

Conjugaison du verbe « discourir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe discourir

Évolution historique de l’usage du mot « discourir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « discourir »

  • Analysant l’attitude d’Ibrahim Boubacar Keïta au moment où il lisait son adresse à la nation dans la nuit du 14 juin, Dr. Fatogoma Fomba, pharmacien de son état, croit avoir décelé chez le président de la République les signes de la « sénescence avec altercation de la santé mentale ». Même en prenant des précautions épistolaires pour éviter de paraître désagréable au chef de l’État, au regard de la fonction présidentielle, le scientifique dit qu’il aurait aimé dire « tout bonnement à sa famille d’amener leur vieux à une consultation afin de contrôler sa santé mentale et dire aussi à la famille que quelqu’un profite de lui à l’insu des autres afin d’atteindre ses objectifs ». Dr. Fomba délivre le diagnostic : « En le regardant et en l’écoutant discourir, nous avons vu un Président Ibrahim Boubacar Keïta diminué physiquement et mentalement. Les raisons sont les suivantes : la sénescence due à l’âge, une probable dégradation de sa santé mentale. Dans ce cas combiné, son raisonnement peut rester logique, mais il nie les réalités et la gravité des événements autour de lui. » En conséquence de quoi le pharmacien a une certitude : « Nous avons pensé que IBK est pris en otage réellement par un clan à travers sa sénescence et la dégradation de sa santé mentale ». Difficile de ne pas accorder foi à cette examination faite par un praticien de la science médicale. Au-delà, même les profanes ont pu constater qu’en lisant son discours- en dix minutes, une grande première, note avec emphase l’Ortm-, IBK était comme fuyant, les yeux hagards dans la posture de quelqu’un comme tétanisé, voire dopé qui déroulait mécaniquement ce qu’on a voulu qu’il dise. Ces constats des citoyens ne procèdent pas d’esprits chagrins, malintentionnés et malveillants. Les quiproquos quant à l’authenticité de sa signature apposée le 11 juin sur le décret de reconduction de Boubou Cissé à la tête du gouvernement n’étaient pas encore estompés à la date du 14 juin. Physiquement, même si une certaine forme ressemblante est visible, les deux signatures sont bien différentes. Il y a des explications indéniables à cette réalité. Premièrement, le président IBK est bien malade, avec au moins une main tremblante, ce qui ne lui permet plus de reproduire correctement sa propre signature. Deuxièmement, le chef de l’État n’étant pas apte à signer, cette tâche a été dévolue à un imitateur qui s’est révélé très maladroit. Troisièmement, le chef de l’État ne contrôle plus rien et, en ses lieu et place, une bande de desperados à la haute main sur la marche du pays, un cartel qui se permet tout, comme savent, les crapules savent le faire. IBK est alors dans la malheureuse position de tout accepter, tel un automate. Quatrièmement, non, tout va bien chez le président, même s’il est vieux et malade à s’en inquiéter. Mais, c’est Dieu qui envoie des signes auxquels il faut être attentif. Le tremblement de la précieuse main présidentielle au moment de la signature peut être un mauvais présage, un terrifiant indice enveloppé dans une prémonition aux effets imminents. C’est comme des propos malencontreux qui échappent le plus souvent à des hommes haut perchés que les dieux de l’Olympe décident de lâcher. Mais la vraie question qu’il ne convient pas d’éviter est de savoir qui est véritablement aux commandes de l’État depuis le 05 juin. IBK ne donne aucune certitude encore. Son fils, Karim Keïta, est soupçonné par beaucoup d’entretenir une régence qui a la couleur d’une gestion de l’État par procuration. Quant au général Moussa Diawara, directeur de la Sécurité d’État, des observateurs ont souvent murmuré qu’il ne cesse de développer des attitudes d’un général Ben Ali face à un président Bourguiba vieillissant et sénile. Pr Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale, a choisi de crever cet abcès Ben Ali-Bourguiba dans une communication dans laquelle il a mis en garde le général Moussa Diawara contre la tentation de reproduire le scénario à la Monastir alors qu’aucune région malienne ne s’appelle Monastir. Comprennent les doués d’intelligence! En tout cas, il appartient maintenant à la Cour suprême de nous édifier si IBK est apte ou non à gouverner encore. Et pourquoi pas l’Assemblée nationale Coronavirus n’ira pas faire quelque test à Koulouba ? Manassa Dagnoko et sa Cour constitutionnelle, assurément, ne sont pas les seuls maux de la démocratie malienne. , LA RÉPUBLIQUE EN DANGER : QUI DÉTIENT À PRÉSENT LES MANETTES DE L’ÉTAT ? - Bamada.net
  • Il convient de mentionner que cette radio a émis depuis des années sur le Grand Tunis, en toute illégalité, malgré l’interdiction de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica). Contrairement à ce que Saïd Jaziri a dit, il n'est pas vrai qu'il répand juste la parole de Dieu, mais il utilise cette tribune pour discourir à longueur de journée sans contradicteur. www.businessnews.com.tn, Sfax : saisie des équipements de la radio du Saint Coran
  • À quoi sert-il de continuer à débattre dans des commissions, à discourir solennellement et à permettre le glissement vers des restrictions plus étendues quand la confiance des gens est perdue ? L'Orient-Le Jour, Trop tôt pour un lendemain - L'Orient-Le Jour
  • Pour ce débat général, les dignitaires étrangers ne se rendront donc pas à New York discourir devant l'AGNU. Au lieu de ça, leur discours vidéo enregistré sera diffusé sur les écrans de la salle de l'Assemblée générale, a-t-elle dit. Ils seront invités à limiter leur intervention à 15 minutes maximum et à la soumettre cinq jours à l'avance. , Les dignitaires étrangers ne devraient pas être à New York pour le débat général de l'AGNU cette année (ONU)
  • Si les aides en produits et équipements de protection décidées par le roi Mohammed VI, le 14 juin 2020, en faveur de quinze pays africains sont venus rappeler une chose, c’est que le Maroc ne fait pas que discourir quand il plaide, depuis quasiment son indépendance, la coopération entre les pays du continent. Ainsi et même si lui-même est durement touché par la pandémie de Covid- 19, qui devrait au minimum grever son produit intérieur brut (PIB) de cette année de cinq points, il n’en a pas moins pris sur lui donc de fournir ces aides, qui pour rappel consistent en “près de 8 millions de masques, 900.000 visières, 600.000 charlottes, 60.000 blouses, 30.000 litres de gel hydroalcoolique, ainsi que 75.000 boîtes de chloroquine et 15.000 boites d’azithromycine”, comme l’avait précisé un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. , Le Maroc plus que jamais engagé dans le continent - Maroc Hebdo l'actualité du Maroc
  • Pellerin veille tout de même à rester à bonne distance de ses ouailles et préfère discourir à l'extérieur que confiné dans son bureau. « J'avais un peu peur parce que, deux mois d'arrêt, ce n'est pas comme des vacances post-JO, souffle la triple championne d'Europe. Le corps n'était pas prêt à la coupure. La semaine qui a suivi le report des Jeux, j'étais vidée comme rarement après une compétition. Au niveau des sensations, je m'attendais à pire même si j'ai l'impression de patauger dans la semoule. Après, au niveau cardio, c'est différent et on a pris un peu de gras… » leparisien.fr, Natation : à Nice, les candidats aux JO ont replongé en douceur - Le Parisien
  • Son régime de « bandits légaux » trouve son appui auprès d’institutions internationales, et aujourd’hui celles-ci entendent ouvertement reproduire ce régime et le statu quo. C’est pourquoi il n’est nullement étonnant que la représentante de l’Organisation des Nations unies (Onu) en Haïti, Madame La Lime, fasse tout son possible, y compris de discourir de façon aberrante à l’Onu, pour perpétuer le pouvoir du Parti haïtien tèt kale (Phtk) dans le pays, l’objectif à moyen terme étant de produire une nouvelle Constitution, qui reflète plus fidèlement l’aspiration des nostalgiques de la dictature des Duvalier et les intérêts de l’oligarchie et de l’impérialisme. , Haïti : Crise sanitaire et fascisation du pouvoir
  • On a beau dire, la fonction fait l’homme. Et Macron, en majesté, a pu se produire toute la journée, des deux côtés de la Manche, sur toutes les chaînes de télévision. Oubliées, les laborieuses négociations du Brexit qui ternissent la relation franco-britannique et pèsent sur l’avenir de l’Europe. Abrité sous la haute stature du Général, dans le souvenir de la débâcle de 1940 et en compagnie de Boris Johnson, rescapé du Covid, le chef de l’État a pu discourir en toute solennité. Le Telegramme, [Édito] Les péchés du père - Débats - Le Télégramme
  • Oui, être élu sur un programme, que ce soit dans une commune ou au Parlement, c’est autre chose que de discourir sur l’avenir du climat et cela sans responsabilité. Contrepoints, Convention citoyenne : éclairée et indépendante, vraiment ? | Contrepoints
  • Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller. De Jack Kerouac / Sur la route
  • Il ne s'agit plus de discourir sur ce que doit être l'homme de bien mais de devenir un homme de bien. De Marc-Aurèle
  • Quand j'entends discourir des cons au restaurant, je suis affligé, mais je me console en songeant qu'ils pourraient être à ma table. De Frédéric Dard
  • Parler, et à plus forte raison discourir, ce n'est pas communiquer... c'est assujettir. De Roland Barthes / Discours au collège de France
  • J’ai vu qu’en cherchant à connaître, nous n’apprenons qu’à discourir. De François Régnier-Desmarais
  • Mieux vaut agir que discourir. De Proverbe français

Traductions du mot « discourir »

Langue Traduction
Corse parlà
Basque hitz egin
Japonais 話す
Russe говорить
Portugais falar
Arabe لكي نتكلم
Chinois 说话
Allemand sprechen
Italien parlare
Espagnol hablar
Anglais to talk
Source : Google Translate API

Synonymes de « discourir »

Source : synonymes de discourir sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires