Jaboter : définition de jaboter


Jaboter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JABOTER, verbe

A. − Emploi intrans.
1. [Le suj. désigne un oiseau] Pousser des cris en secouant le jabot. Entendez-vous jaboter ces perruches? (Ac.1935).
2. Qqn jabote.Bavarder sans arrêt de façon plus ou moins futile ou oiseuse. Ils avaient jacassé ensemble près d'une heure, et je me demandais de quoi ils pouvaient jaboter si longtemps (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Champ d'oliv., 1890, p. 93).
[P. méton.] Au part. prés. en emploi adj. Les jeux de raquette d'une conversation jabotante et pailletée entre caillettes, abbés et philosophes à la mode du Neveu de Rameau (Richepin, Aimé,1893, p. 53).
En partic.
Synon. de babiller, jaser (cf. ce mot A).J'entends en ce moment jaboter dans la chambre voisine de la mienne une petite fille de ton âge qui me fait songer à toi, chère enfant (Hugo, Corresp.,1840, p. 575).
Péj. Synon. de cancaner, jaser (cf. ce mot B).Sa femme ne se plaignait pas. En revanche, les gens de la petite ville jabotaient, plaisantaient volontiers (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 119).
B. − Emploi trans., rare
1. Parler maladroitement (une langue). Synon. baragouiner.Ils jabotaient un peu le français (L. Daudet, Phryné,1937, p. 105).
2. Dire, raconter (avec une intention malveillante) :
Lucien sera soldat, et un soldat n'a pas besoin d'en savoir si long, quoi qu'en jabotent les gens d'aujourd'hui... De l'honneur, du sang-froid et des muscles, quand avec cela on aime bien la France, tout va. Bourget, Disciple,1889, p. 114.
Prononc. et Orth. : [ʒabɔte]. Ac. 1718-1798 -tt-; 1835-1935 -t-. Étymol. et Hist. 1. 1694 « parler, bavarder » (La Fontaine de sapience, scène 2 ds Théâtre Italien, éd. E. Gherardi, 1700, t. 5, p. 303); 2. 1770-83 en parlant de perruches (Buffon, Ois., t. 11, p. 372 ds Littré). Dér. de jabot*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 36.
DÉR.
Jaboteur, -euse, subst.,vieilli. a) Subst. masc. Oiseau qui jabote (spécialement le merle d'Afrique). (Dict. xixes.). b) Subst. Personne qui jabote. De grands fourrés de peupliers grésillant sous le vent et réunis dans un coin de fossé comme des jaboteurs de village (Estaunié, Simple,1891, p. 47).J'ai l'air d'un vieux jaboteur dans cette lettre, toute de faits divers (Gide, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 77).[ʒabɔtœ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1resattest. a) 1772, 20 mars (Lettres de la marquise Du Deffand à M. Walpole, éd. A. Thiers, 1864, t. 1, p. 405 : cette belle-mère est une jaboteuse); b) 1799 ornith. (F. Levaillant, Oiseaux d'Afrique, p. 39 ds DG); du rad. de jaboter, suff. -eur2*.
BBG. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 115.

Jaboter : définition du Wiktionnaire

Verbe

jaboter \ʒa.bɔ.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Pousser des cris en secouant leur jabot, en parlant de certaines espèces d'oiseaux.
    • Entendez-vous jaboter ces perruches ?
  2. (Par analogie) (Familier) Bavarder, parler, discuter, en parlant de plusieurs personnes qui conversent entre elles.
    • Ce sont d’insupportables bavardes : elles sont restées une grande heure à jaboter.
    • Il a resté un quart d’heure à jaboter indécemment, dans la loge, sur les femmes à peine voilées des différents pays sauvages qu’il a parcourus. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Allons, voyons, parle, conte-moi tes amourettes, jabote, dis-moi tout ! — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
    • Plus familiarisées, nous prenons nos places nous–mêmes et nous jabotons, en attendant ces messieurs, avec décence et modération. — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, p. 164)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Jaboter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JABOTER. v. intr.
Il se dit de Certains oiseaux qui poussent des cris en secouant leur jabot. Entendez-vous jaboter ces perruches? Il se dit, par analogie, de Plusieurs personnes qui bavardent ensemble. Ce sont d'insupportables bavardes : elles sont restées une grande heure à jaboter. Il est familier.

Jaboter : définition du Littré (1872-1877)

JABOTER (ja-bo-té)
  • 1 V. n. Parler beaucoup, d'une voix peu élevée et de choses peu intéressantes. Entendez-vous comme ces petites filles jabotent ?

    On l'a dit aussi de certains oiseaux. Elles [les perruches à queue longue] font grand bruit sur les arbres, en criant, piaillant et jabotant plusieurs ensemble, et, si elles entendent des voix d'hommes ou d'animaux, elles n'en crient que plus fort, Buffon, Ois. t. XI, p. 372.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 2 V. a. J'ai ouï jaboter quelque chose de cela.

SYNONYME

JABOTER, JASER, CAQUETER. Jaboter, c'est parler ensemble d'une voix peu élevée ; jaser, c'est parler ensemble sans vouloir ni baisser ni élever la voix ; caqueter, c'est parler ensemble, mais avec du bruit, avec de l'éclat. En effet, étymologiquement, jaboter, c'est parler, pour ainsi dire, dans son jabot, de près ; jaser, c'est, il semble, faire le jars, le mâle de l'oie ; enfin caqueter, c'est crier comme la poule qui vient de pondre son œuf et qui le fait savoir à grand bruit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jaboter »

Étymologie de jaboter - Littré

Jabot ; bourguig. jaibotai.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de jaboter - Wiktionnaire

(1691) Verbe bâti sur jabot, d’abord utilisé par Gherardi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jaboter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jaboter ʒabɔte play_arrow

Conjugaison du verbe « jaboter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe jaboter

Citations contenant le mot « jaboter »

  • Ha! Les jambons, les bourrins! Ils sont là, ces barbons à reluquer les tendrons sans vergogne aucune, qui de critiquer, de dauber, de jaboter; qui encore de gloser sur votre garde-robe caillera-branchouille qui, pour finir, de jalouser la grâce de votre irréprochable silhouette. Les gazettes de la planète célèbrent votre consécration, chavirées par ce couple de magazine que vous formez, au bras de notre futur roi, nimbée de cet éphémère acmé qui forge ou défait les grandes destinées. Votre époux, le roi, sitôt libéré de la pesante tutelle de ce relou de Flou, encombrante duègne qui vient à gâcher la noce, votre époux donc, s’est fendu d’une petite phrase qui nous enchanta: évoquant votre rôle de Première dame, il prévint ainsi les esprits mal tournés: « Elle ne sera pas dissimulée, pas derrière un tweet, une cachette ou autre ». Et vlan dans les dents! Madame de Rottweiler qui fut l’incendiaire maîtresse de l’ancien roi, a-t-elle gouté cette volée de bois vert? L’on vous prête un rôle de Première dame: les contours, tout ainsi que le champ de vos compétences, ne sont point encore définis. Au plus a-t-on souligné votre présence, très charmante, au pied de la pyramide du Louvre. Vous sûtes, Madame, faire preuve de retenue, de grâce et d’élégance, prenant la main de notre nouveau roi et y déposer un touchant baiser. Une lustre plus tôt, nous étions à Tulle, stupéfaite, sidérée: le nouveau roi, le Flou, bras levés, toute bedaine dehors, se faisait galocher par sa gorgone telle une hétaïre enfin parvenue à ses fins. Le roi d’alors n’avait pu masquer son embarras: ça commençait mal. L’on vous sait donc, Madame, peu portée sur ce mantra de telenovela. L’opprobre d’une ville de province qui vous vit naître, a forgé votre armure. Vous essuyâtes les pires quolibets, vous fûtes la cible de ces fatwas que l’on jette sur les femmes qui s’éprennent d’hommes plus jeunes qu’elles. Que d’injustice, que de faux-cuterie! Nous apprîmes ainsi que l’étiquette si chichiteuse, si trouducutée, de cette république sans guère de républicains, vous avait ostracisée de la cérémonie d’investiture au motif que l’ancien roi, n’étant point marié, se trouverait seul à vous accueillir, aux côtés de votre époux. A des fins de ne point déséquilibrer le casting, vous fûtes donc escamotée. Nous nous consolâmes en sachant que vous tiendriez votre rang en cette horrible salle des fêtes du Château, tendue de ces affreux brocards rouges, lors de la cérémonie des allégeances durant laquelle le roi, fraîchement intronisé, serre les mains avidement tendues de ces courtisans qui ont tant à se faire pardonner pour n’avoir cru en lui lorsqu’il se prit de se mettre en marche vers le trône. Vous serez donc à ses côtés, tout sourire, baignée de cette joie si fugace qui esquisse les grands moments. Entendrez les flatteries, les compliments si joliment chantournés, tout ainsi que les premières sollicitations. Un regard appuyé du tout jeune roi, à darder ses yeux bleus de France dans ceux de celles et ceux qui s’inclineront, courbant une échine serve, ployant un genou parfois bouffé par l’arthrose, guettant un mot, un sourire… L’épectase! La stratosphère! Cependant, Madame, deux questions viennent à enfiévrer nos esprits. Serez-vous aux côtés du roi lorsqu’il prendra place en sa voiture lors de la descente des Champs-Elysées? Voici qui serait assurément une première qui ne manquerait point faire jaser. L’on susurre que vous insistâtes auprès du roi, prenant pour argument le rôle très charmant que sut jouer Michele, l’épouse du roi Barack. La seconde question qui hante nos nuits est la suivante: l’on vous prête, Madame, une discipline de vie qui ne souffre nul manquement. Tôt levée, vous sacrifiez aux exercices gymniques qui vous confèrent cette silhouette pour « Weight Watchers » et donc bannissez tous les mets susceptibles s’alourdir votre plastique. L’on mande encore que votre époux, le roi, se voit ainsi sevré de frites, de pâtisseries tout ainsi que de ces plats qui viennent à vous donner les rondeurs de Monsieur de Larcher. L’on rapporte encore que le maître-queux du Château s’arrache les cheveux à l’idée de mitonner quinoa, boulghour et autre algues, symboles de l’orthorexie des bobos. Sur ce chapitre délicat, il vous faudra, Madame, mettre de l’eau en votre vin. Votre époux, le roi de France, se rend ce lundi à Berlin à l’invitation de la reine de Prusse. L’on sait que le plat favori de la reine Angela est la soupe de pomme de terre: galimafrée de roture dont le roi se devra de se pourlécher au risque de froisser la reine si d’aventure l’idée lui prenait de faire la moue. La reine prépare elle-même ce plat, tout ainsi que les tartes dont elle se montre si friande. Pour votre gouverne, Madame, apprenez encore que la reine de Prusse raffole du fromage français, le seul qui vaille au monde. Il conviendrait donc que vous veilliez à garnir les impedimenta du roi d’un plateau richement pourvu. Madame, nous apprîmes tout récemment que vos proches vous surnommaient « Bibi »: nous trouvâmes cela tout à fait délicieux. Nous nous garderons d’en faire usage: voici qui serait primesautier et inconvenant. Mais à présent que vous êtes l’épouse du roi, par le Ciel, de quelle façon conviendra-t-il de s’adresser à vous? L’étiquette, Madame, l’étiquette est un corset qui vous étreint jusques à la suffocation. Il vous faudra vous en accommoder sans laisser paraitre la moindre once de souffrance. Gardez-vous, Madame, de trop vous en affranchir! Ces courtisans qui, dans le moment, célèbrent votre grâce et vos talents avec un empressement tout de cette cautèle qui fait la vie de Cour, ces mêmes courtisans seront les premiers à vous dézinguer. Certains n’ont d’ailleurs pas attendu. Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné, « Brigitte, l’acmé juvénile » | Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné
  • Non contentes de jaboter, jacasser ou siffler, elles transmettent des maladies à d’autres oiseaux et menacent les écosystèmes. Le Monde.fr, Les perruches argentines n’ont plus droit de cité à Madrid
  • Ce dogme est gravé non dans le texte organique mais dans toutes les mesures qui visent à leur garantir une totale immunité, une absence de responsabilité. Le Grand Vizir n’a de compte à rendre à personne tandis que ses décisions sont plus que paroles d’évangile. La verticalité du pouvoir fait que ses décrets ne sont jamais fondés sur une logique ou une humanité. Ils tombent du ciel ou émanent des grands groupes de pression et de corruption qui le conseillent pour laisser croire à la population la toute puissance de celui qui ne fait que jaboter en leur nom à longueur d’antenne. AgoraVox, Tout ce qui tombe du ciel - AgoraVox le média citoyen
  • Et encore hier, alors que le premier ministre, François Legault, était de passage à Montréal pour faire le point sur ce qui se passe dans la métropole, la performance de Plante a été décevante. Fallait la voir, sourire aux lèvres, jaboter comme une étudiante qui se présente aux élections scolaires et qui espère l’emporter en promettant une limonade rose à tout le monde.  Le Journal de Montréal, La déception Plante | Le Journal de Montréal

Traductions du mot « jaboter »

Langue Traduction
Corse ghjabber
Basque jabber
Japonais ジャバー
Russe трескотня
Portugais tagarelar
Arabe جابر
Chinois 贾伯
Allemand quasseln
Italien blaterare
Espagnol farfullar
Anglais jabber
Source : Google Translate API

Synonymes de « jaboter »

Source : synonymes de jaboter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « jaboter »



mots du mois

Mots similaires