La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pérorer »

Pérorer

Définitions de « pérorer »

Trésor de la Langue Française informatisé

PÉRORER, verbe

A. − Empl. intrans., souvent péj. Discourir longuement, avec emphase, souvent avec prétention, avec suffisance. Stein paradait, pérorait, distribuait des conseils, donnait des ordres, abusait, amusait infatigablement son monde (Cendrars, Moravagine, 1948, p.29).V. appointé ex. 1, gargariser B 2 b ex. de Martin du Gard:
. ... quelques-uns de ces petits Parisiens de douze ou treize ans élevés par les méthodes les plus perfectionnées et les plus modernes, qui déjà déclament, pérorent, ont des idées en politique... Loti, Rom. enf., 1890, p.248.
Pérorer contre, en faveur de qqn ou de qqc.J'ai péroré dans les cafés en faveur du musicien que vous protégez (Jouy, Hermite, t.5, 1814, p.151).M. d'Haussonville, qui pérore contre la Révolution (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.251).Pérorer pour, à propos de, au sujet de, sur qqc.Il avait un jour fort pertinemment péroré à propos de vertu, de résignation et de renoncement (Hugo, Rhin, 1842, p.237).Un jour que j'avais péroré au Luxembourg pour la liberté de la presse (Chateaubr., Mém., t.2, 1848, p.575).L'élite des sociétés savantes et musicales devant lesquelles ils étaient habitués à pérorer sur la justice, la vérité et la lumière (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.296).
P. ext., fam. Parler beaucoup. Synon. bavarder, discuter.Ils sortirent. Christophe avait pris le bras de Schulz (...). Kunz suivait, en s'épongeant. Ils péroraient gaiement (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p.572).
B. − Empl. trans.
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Rare, vx. Haranguer. Vernyct réunit trente-sept hommes, qui, tous (...) avoient coopéré aux pirateries d'Argow. Vernyct les avoit pérorés, et cette harangue feroit pâlir celle de Catilina à ses complices, s'il nous étoit permis de pouvoir la rapporter (Balzac, Annette, t.4, 1824, p.87).Nous allons à Florence −dispute avec les postillons −Ballanche les pérore en latin (Mmede Chateaubr., Mém. et lettres, 1847, p.22).
Empl. pronom. réfl. Parler tout haut et tout seul, cela fait l'effet d'un dialogue avec le dieu qu'on a en soi. C'était (...) l'habitude de Socrate. Il se pérorait. Luther aussi (Hugo, Homme qui rit, t.1, 1869, p.6).
2. Dire (quelque chose) avec emphase. M. Rezeau remit une cartouche de 7 dans le canon droit de son vieux Damas et pérora: −Quand un lièvre vous part dans la culotte, il faut attendre pour le tirer et viser aux oreilles (H. Bazin, Vipère, 1948, p.66).
REM.
Pérorant, -ante, part. prés. et adj.,péj. a) [En parlant d'une pers. ou d'un groupe de pers.] Synon. de péroreur (infra dér.).La bourgeoisie gouvernante, pérorante et écrivante (...) ne paraît pas souffrir du dépérissement de la patrie (Jaurès, Alliances eur., 1914, p.173).Un avocat véreux, vieille ganache pérorante (Martin du G.,Souv. autobiogr.,1955,p.LXXV).b) [En parlant de l'expr. d'une pers.] Qui dénote le goût de l'emphase. Et toujours la voix de Gron, pérorante et sans tenue, dévide son grasseyement (Genevoix, Seuil guitounes, 1918, p.243).Étalant sa cotte de soie bleue sur ses genoux, Valois commença de son ton pérorant (Druon, Poisons couronne, 1956, p.72).
Prononc. et Orth.: [peʀ ɔ ʀe], (il) pérore [peʀ ɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. Fin xives. (Aalma, 9.097 ds Roques t.2, p.309); 1507 [date d'éd.] (Nic. de La Chesn., Condamn. de banquet, sign. N 5, rods Gdf. Compl.); de nouv. ca 1740 (J. B. Rousseau, OEuvres, éd. J. A. Amar, t.2, p.294). Empr. au lat. perorare «exposer de bout en bout par la parole, conclure, terminer, achever un discours». Fréq. abs. littér.: 184.
DÉR.
Péroreur, -euse, subst.,péj. Personne qui a du goût pour les longs dicours pédants et emphatiques. Gautier, un des plus inutiles péroreurs dont puisse s'encombrer une littérature (Gide, Journal, Feuillets, 1921, p.714).Solange n'était pas de ces péroreuses, qu'il faut suivre dans leurs discours insipides (Rolland, Âme ench., t.2, 1925, p.245). [peʀ ɔ ʀoe:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1835 et 1878 (au masc.). 1reattest. 1776 (J.-J. Rousseau, Dialogues ds OEuvres, éd. M. Raymond et B. Gagnebin, t.1, p.803); de pérorer, suff. -eur2*.

Wiktionnaire

Verbe - français

pérorer \pe.ʁɔ.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parler, discourir longuement et avec une sorte d’emphase.
    • Elles s’émoustillaient tout en pérorant d’un érotisme curieusement élégant et cynique. — (Louis-Ferdinand Céline (Louis-Ferdinand Destouches), Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932 (réédition Gallimard, Folio #28, 2019, page 267)
    • Et, de-ci, de-là, dans cet immense parc, de minuscules estrades où pérore un professeur improvisé… — (André Gide, Retour de l'U.R.S.S., 1936)
    • Il était presque arrivé chez lui, que, pas encore dégrisé de sa douleur [...], il continuait encore à pérorer tout haut dans le silence de la nuit. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 283)
    • Au milieu de la catastrophe, Trump pérore tous les jours à la télévision, enfilant mensonges, approximations et bravades autosatisfaites, l’œil rivé sur son propre audimat et sur l’audience qu’il recueille sur les réseaux sociaux. — (La lettre politique de Laurent Joffrin, « États-Unis : la faillite populiste », dans Libération du 8 avril 2020)
    • Je me souviens de lui sous Bill Clinton et George W. Bush, pérorant et marchandant des compromis dont personne ne voulait. — (Jason Opal, Joe Biden comprend le rôle d’un président américain, en 2021, theconversation.com, 18 mars 2021)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PÉRORER (pé-ro-ré) v. n.
  • Discourir longuement et avec prétention. Il [l'enfant] va folâtrer par la chambre et me laisse pérorer tout seul, Rousseau, Ém. III. Il [un candidat à la députation] présida des réunions, donna des dîners, écrivit des circulaires, intrigua, cabala, pérora, Ch. de Bernard, Un homme sér. § IV.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

    Activement. L'abbé Raynal est fort mal à son aise partout où il ne pérore pas colonies, politique et commerce, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 4 oct. 1767.

REMARQUE

On a dit pérorer quelqu'un, ce qui n'est pas usité : Envoyer principalement des femmes avec des couronnes civiques au-devant des soldats du camp de Vincennes, et les pérorer avant qu'ils n'arrivent aux barricades, Babœuf, Pièces, I, 18.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PÉRORER.

V. a. Ajoutez : Ce roi qui va pérorer le perroquet perché sur le haut d'un pin ; cela n'est pas d'un goût bien exquis, Chamfort, Notes sur les Fables de La Fontaine, X, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pérorer »

Lat. perorare, de per, et orare, parler (voy. ORAISON) : parler jusqu'au bout.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Fin du XIVe siècle) Du latin perorare (« parler jusqu’au bout »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pérorer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pérorer perɔre

Fréquence d'apparition du mot « pérorer » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « pérorer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « pérorer »

  • Ils peuvent bien pérorer: le candidat démocrate et ses conseillers ont parfaitement compris que le mal du Covid-19 est devenu leur allié majeur, un ange gardien d’un véritable conte de fée, qui vient un jour et vous dit : « je t’amènerai à la victoire, tu n’as qu’à me suivre ».
    Causeur — Joe Biden, une parenthèse inattendue - Causeur
  • et quand un patron méprise ses salariés, les vole, les spolie, les insulte etc... qu'est-ce qu'il faut ? Quand il met leur vie en danger par négligence ou par mépris qu'est-ce qu'il faut ? C'est fini le respect du au rang social ! nous avons enfin compris que nous étions tous égaux en droits et en valeur ! Même si ça vous mâche un PDG doit le même respect à son balayeur que le balayeur au PDG. Quant aux jeux de mots il s'agit de la liberté d'expression et celle ci est garantie par notre Constitution. Et en public. Alors révisez vos "bases" avant de pérorer.
    ladepeche.fr — "Cognatvirus" : le CHU dépose une plainte contre l'un de ses agents - ladepeche.fr
  • peut-être devrais tu te limiter à ton domaine de compétence car tu n'en a visiblement aucune ici. (classique le petit amateur qui vient pérorer en tentant le sarcasme... raté ! )
    MacGeneration — Octane X : le premier aperçu Metal du moteur de rendu graphique est disponible | MacGeneration
  • L’arrogance, c’est de pérorer fièrement, tel un yorkshire aboyant devant une meute de rottweilers, en décidant de maintenir le feu d’artifice du 14 juillet « malgré la crise sanitaire sans précédent qui frappe durement notre pays », c’est d’ériger un « symbole de la résilience de notre capitale et de notre Nation » pour rendre « hommage à tous les héros du quotidien qui ont œuvré pendant la durée de l’épidémie »…
    Contrepoints — Feu d’artifice du 14 juillet : entre arrogance, lâcheté et bêtise | Contrepoints
  • On le voit volontaire sur tous les fronts, armé de sa faconde, mais sans le crédit qui va avec. Le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr a du crédit qui s’étiole au moment où le nombre de morts grossit et entache le bulletin quotidien maculé de son ministère. Il a beau pérorer pour nous dire: « que chacun reste là où il est pour fêter la Tabaski, en raison de la propagation inquiétante du virus ». Personne ne l’écoute plus. Ou presque.
    Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups — Testé positif, Diouf Sarr, à la recherche du crédit perdu... |Socialnetlink

Traductions du mot « pérorer »

Langue Traduction
Anglais perish
Espagnol perecer
Italien perire
Allemand umkommen
Chinois
Arabe يموت
Portugais perecer
Russe погибают
Japonais 滅びる
Basque hilko
Corse perisce
Source : Google Translate API

Combien de points fait le mot pérorer au Scrabble ?

Nombre de points du mot pérorer au scrabble : 8 points

Pérorer

Retour au sommaire ➦