La langue française

Désarçonner

Sommaire

  • Définitions du mot désarçonner
  • Étymologie de « désarçonner »
  • Phonétique de « désarçonner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « désarçonner »
  • Citations contenant le mot « désarçonner »
  • Traductions du mot « désarçonner »
  • Synonymes de « désarçonner »

Définitions du mot désarçonner

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉSARÇONNER, verbe trans.

A.− Jeter un cavalier hors de la selle, le faire tomber de sa monture (en général du cheval). Lancé au galop avec ces mouvements de bascule qui désarçonnent souvent les meilleurs cavaliers (Du Camp, Nil,1854, p. 277):
1. Quand tout le monde fut bien placé dans la voiture, il vérifia les sangles de la selle; puis, s'enlevant sur un étrier, il retomba sur l'animal, qui se mit à danser sous la charge et faillit désarçonner son cavalier. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, À cheval, 1883, p. 399.
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi pronom. réfl. vieilli. Vider les arçons. Il voulut se jeter en bas de son cheval. Au mouvement qu'il fit pour se désarçonner, il se sentit étreindre les pieds comme par deux mains de fer (Hugo, Rhin, 1842, p. 211).
P. anal. [Appliqué à un obj. faisant office de monture] Faire tomber, déséquilibrer. D'immenses voiles (...) qui (...) se cabrent comme par fureur, pour vous désarçonner, pour vous désagripper (Loti, Vertige mond.,1917, p. 57).
Emploi pronom. à sens passif. La table fut bousculée par tous nos genoux qui se désarçonnaient du banc (Giono, Triomphe vie,1941, p. 178).
B.− Au fig.
1. [Le compl. désigne une pers.] Faire perdre pied à quelqu'un, lui ôter de son assurance par des propos ou des actes déconcertants. Synon. décontenancer, confondre, désappointer.Un paysan robuste comme vous l'êtes ne se laisse pas désarçonner pour si peu (F. Fabre, Rom. peintre,1878, p. 253).
Spéc. Désarçonner un orateur. Le mettre à bout d'arguments. L'auditoire s'emporte, et rue jusqu'à ce qu'il ait désarçonné l'orateur (Hugo, Homme qui rit,t. 3, 1869, p. 157).
2. [Le compl. désigne un inanimé abstr. en rapport avec une pers.] Mettre dans l'impossibilité de s'exercer, détruire, anéantir, neutraliser. Il [l'hôte du désert] annihile le bon officier, le fonctionnaire timoré, désarçonne son souci des responsabilités (Benoit, Atlant.,1919, p. 97).
3. Cour. Être désarçonné.Être privé de tout moyen de défense, être dans un état d'instabilité morale. Synon. être décontenancé, déconcerté, confondu.Je crois du reste qu'il sera comme moi, un peu désarçonné un moment (Flaub., Corresp.,1853, p. 201):
2. Contre la glace au-dessus de la cheminée, une photographie qui la représente et, la désignant du doigt : − Vous avez là, mon oncle, le portrait d'une petite fille qui n'est pas non plus joli-joli. À quoi donc peut-il vous servir? Surpris de trouver chez une cagotine un si malicieux esprit de répartie, et sans doute tant de bon sens, l'oncle Anthime est momentanément désarçonné. Avec une fillette de neuf ans, il ne peut pourtant pas engager une discussion métaphysique! Il sourit. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 692.
Rem. 1. Le part. prés. désarçonnant, ante est parfois employé adj. au sens fig. de « déconcertant, désarmant ». Ce peintre a un comique froid particulier et assez désarçonnant pour les imbéciles (Goncourt, Journal, 1891, p. 41). 2. On rencontre ds qq. dict. le subst. masc. désarçonnement. Action de désarçonner un cavalier, de le faire tomber de sa monture; état qui en résulte. Au fig. Désappointement, désarroi.
Prononc. et Orth. : [dezaʀsɔne], (je) désarçonne [dezaʀsɔn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1210 (R. de Houdenc, Méraugis, 4114 ds T.-L.); xvies. au fig. trans. « faire perdre à quelqu'un son crédit, son emploi » (Négoc. de la France dans le Levant, t. II, p. 602 ds Gdf. Compl.); 1668 « déconcerter » (La Fontaine, Vie d'Ésope, éd. A. D. Regnier, I, 39). Dér. de arçon*; préf. dé(s)-*. Fréq. abs. littér. : 37 (désarçonnant : 3).

Wiktionnaire

Verbe

désarçonner \de.zaʁ.sɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre hors des arçons, jeter hors de la selle.
    • Ce cavalier se laisse rarement désarçonner.
    • Son cheval l’eut vite désarçonné.
  2. (Figuré) (Familier) Confondre quelqu’un dans une discussion, le mettre hors d’état de répondre.
    • Cet avocat eut bientôt désarçonné son adversaire.
    • Ici, Jacques Coictier, que les répliques fougueuses de l’archidiacre avaient désarçonné, se remit en selle. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Lorsqu’on m’interroge sur mes intentions, je suis toujours désarçonné. Quand j’écris, mon intention initiale est, justement, de n’avoir aucune intention. — (Colum McCann, interview dans Télérama, n° 3466, juin 2016, p.6)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉSARÇONNER. v. tr.
Mettre hors des arçons, jeter hors de la selle. Ce cavalier se laisse rarement désarçonner. Son cheval l'eut vite désarçonné. Il signifie, figurément et familièrement, Confondre quelqu'un dans une discussion, le mettre hors d'état de répondre. Cet avocat eut bientôt désarçonné son adversaire.

Littré (1872-1877)

DÉSARÇONNER (dé-zar-so-né) v. a.
  • 1Jeter hors des arçons, renverser de cheval. Le premier chevalier qui courut contre lui le désarçonna, Voltaire, Zadig, 19.
  • 2 Fig. Désarçonner quelqu'un, lui faire perdre sa position, son emploi. Keppel désarçonna Portland pendant sa courte ambassade de France, Saint-Simon, 485, 19.
  • 3Confondre, déconcerter. Voilà, dit Xantus, la pâtisserie la plus méchante que j'aie jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière [la femme de Xantus]… Attendez, dit le paysan, je m'en vais querir ma femme, on ne fera qu'un bûcher pour toutes les deux ; ce dernier trait désarçonna le philosophe, La Fontaine, Vie d'Ésope. La Briffe tombait dans mille panneaux que Harlay lui tendait tous les jours, et dont il le relevait avec un air de supériorité qui désarçonna l'autre, Saint-Simon, 17, 202.
  • 4Se désarçonner, v. réfl. Se faire perdre les arçons l'un à l'autre. Ils se sont désarçonnés.

    Fig. Être déconcerté. Ainsi pressé de questions, il se désarçonna.

HISTORIQUE

XVIe s. Et s'il y pouvoit parvenir [au consulat], il avoit bien deliberé de desarçonner Caius, de tant plus mesmement que son credit commenceoit à se finir, Amyot, Gracques, 45.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉSARÇONNER. - HIST. Ajoutez : XIIIe s. À l'encontrer fut grantz li frois [le froissement] Des lances, dont il s'entredonent Tiels cops, qu'il s'entredesarçonnent, Meraugis, p. 175.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « désarçonner »

Dés… préfixe, et arçon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de arçonner avec le préfixe dés-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « désarçonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
désarçonner desarsɔne

Évolution historique de l’usage du mot « désarçonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « désarçonner »

  • Saisie de l’enquête, la brigade criminelle de répression d’atteinte aux personnes (BCRAP) a porté son attention sur un suspect, âgé de 40 ans, qui a été interpellé ce mercredi. Lors du tapissage, il a été reconnu formellement par la victime qui a fait l’objet de 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT) après son hospitalisation. Pas de quoi désarçonner le quadragénaire pour autant qui assure ne pas être impliqué dans cette affaire. Il devrait être jugé très prochainement par le tribunal correctionnel. ladepeche.fr, Toulouse : grièvement blessé à l'arme blanche, il reconnaît son agresseur qui nie les faits - ladepeche.fr
  • Parce qu'elle est protéiforme, complexe... et subjective, la notion de harcèlement moral au travail est à manipuler avec précaution. Si une vive altercation avec un collègue ou votre supérieur hiérarchique, par exemple, peut vous désarçonner pendant plusieurs jours, il ne s'agit pas pour autant d'une situation de harcèlement, dès lors que les faits ne se reproduisent pas. NotreTemps.com, Harcèlement au travail: les bons réflexes pour réagir
  • Cette relation schizophrène est donc compliquée en soi, puisque nous sommes tous à la fois demandeurs et critiques de la police. Mais au niveau individuel, les choses peuvent en principe se régler sans trop de peine. Le citoyen peut porter plainte en cas de bavure ou de corruption crasse, et le policier, comme individu, peut aussi agir et se défendre en cas d’agression, dans le cadre de la loi. Surtout si la justice fait bien son travail. Mais là où les choses se corsent, c’est dans la relation avec le pouvoir politique et l’idéologie du moment qui, eux, ne sont pas neutres et tendent à interpréter les lois d’une façon qui les avantagent. Ce qui a pour effet de brouiller les messages, de désarçonner l’opinion publique et de faire perdre du crédit aux institutions.  , Flic, ce métier impossible | Agefi.com

Traductions du mot « désarçonner »

Langue Traduction
Anglais unseat
Espagnol estar a pie
Italien unseat
Allemand vom sitz nehmen
Chinois 坐下
Arabe خلع
Portugais destituir
Russe лишать места
Japonais はずす
Basque unseat
Corse unseat
Source : Google Translate API

Synonymes de « désarçonner »

Source : synonymes de désarçonner sur lebonsynonyme.fr
Partager