Courtier : définition de courtier


Courtier : définition du Wiktionnaire

Nom commun

courtier \kuʁ.tje\ masculin (pour une femme, on peut dire courtière)

  1. (Commerce) Mandataire (attention, pas au sens où le droit commercial l’entend) qui, moyennant une prime, s’entremet pour la vente ou l’achat de certaines marchandises, ou pour les affrètements, les assurances, etc.
    • Morel est maintenant courtier en pierres fines. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Les expéditeurs sont à leur poste ; les courtiers des grandes maisons étrangères sont sur pied. Sans beaucoup de bruit, des cours s'établissent, des transactions s'effectuent, des chargements s'accomplissent. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les courtiers de transport par terre et par eau constitués selon la loi ont seuls, dans les lieux où ils sont établis, le droit de faire le courtage des transports par terre et par eau. Ils ne peuvent cumuler leurs fonctions avec celles de courtiers de marchandises ou de courtiers conducteurs de navires, désignés à l'article L. 131-1. — (Article L131-3 du Code de commerce, France -2008)
  2. (Finance) Intermédiaire qui agit sur les marchés financiers pour le compte de tiers ; intermédiaire qui met en relation deux parties pour qu’elles contractent.

Nom commun

courtier \Prononciation ?\

  1. Noble, seigneur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Courtier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COURTIER, IÈRE. n. m.
T. de Commerce. Celui, celle qui, moyennant une prime, s'entremet pour la vente ou l'achat de certaines marchandises, pour faire prêter de l'argent sur la place, ou pour les affrètements, les assurances, etc. Courtier de marchandises. Courtier maritime. Courtier marron, Celui qui exerce irrégulièrement. Fig., Courtier électoral, Agent d'élection.

Courtier : définition du Littré (1872-1877)

COURTIER (kour-tié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des kour-tié-z actifs) s. m.
  • 1 Terme de commerce. Agent qui s'entremet pour l'achat ou la vente des marchandises, pour les placements de fonds, les opérations de bourse, etc. Les Juifs allaient faire le métier de courtiers en Asie, Voltaire, Mœurs, 58. Aussitôt un courtier juif prit la parole…, Bernardin de Saint-Pierre, Café de Surate.

    Il y a cinq sortes de courtiers : 1° les courtiers de marchandises, ayant seuls le droit de faire le courtage des marchandises, d'en constater le cours et d'exercer, concurremment avec les agents de change, le courtage des matières métalliques ; 2° les courtiers d'assurances (maritime et fluviale), rédigeant les contrats ou polices d'assurance, concurremment avec les notaires, en attestant par leur signature et certifiant le taux des primes pour tous les voyages de mer ou de rivière ; 3° les courtiers-interprètes et conducteurs de navires, faisant le courtage des affrétements ; 4° les courtiers de transport par terre et par mer, seuls autorisés, dans les lieux où ils sont établis, à faire les transports par terre et par eau ; 5° les courtiers-gourmets-piqueurs de vin, servant, dans l'entrepôt, d'intermédiaire, quand ils sont requis, entre les vendeurs et les acheteurs de boissons, dégustant à cet effet ces boissons et en indiquant fidèlement le cru et la qualité.

    Courtier marron, celui qui exerce sans titre.

  • 2 Fig. Je n'ai point vu de plus insolent vieillard, s'écria un des courtiers de chair humaine [négrier], Chateaubriand, Natch. II, 179. C'est une chose merveilleuse que la facilité avec laquelle il se forme une liaison entre les courtiers de galanterie et les femmes qui ont besoin d'eux, Lesage, Gil Blas, VIII, 10. De tout Cythère Sois le courtier : On paiera bien ton ministère, Béranger, Ami Robin.

    Courtier électoral, personne qui s'entremet d'élections et qui agit auprès des électeurs au nom et en faveur de quelqu'un.

    Au sens figuré, courtier a un féminin. Une courtière de mariage.

HISTORIQUE

XIIIe s. On fait le ban qu'il ne soit nus si hardis couletiers ne autres qui accate warde [provision pour autrui], se cieus [celui] n'est presens pour cui il l'acate, Tailliar, Recueil, p. 431. El mestier devant dit ne puet ne ne doit avoir nul couratier, Liv. des mét. 149. Et s'il n'i a coretier ne home qui fist le marchié, Ass. de J. I, 213.

XIVe s. Coppin et Jehan corretiers, Bibl. des Chartes, 2e série, t. III, p. 423.

XVe s. Alors envoyerent querir des plus souffisans et feables coratiers de chevaulx, Jeh. de Saint. ch. 16. Faulx laboureurs, faulx couratiers, Faulx marcheans, faulx regratiers, Mir. de Ste Genev. On passe par hic ou par hoc, Sans courratiers ou truchemens, On se rencontre bec à bec, Coquillart, Le blason des armes et des dames.

XVIe s. Il ne prend courtier qui ne veut, Loysel, 416. Celui qui a ravy ou pris à force femme de libre condition, il ne le condemne qu'en l'amende de cent drachmes d'argent : et celuy qui en aura esté le courratier, et qui l'aura menée, à vingt drachmes seulement, Amyot, Solon, 44. Le même peuple saccagea ceulx que l'on appeloit prosagogides comme qui diroit les courratiers, hommes meschans, qui ne faisoient autre mestier que se promener parmy la ville, et se mesler parmy les citoyens, s'enquerans de ce que chacun alloit disant, faisant ou pensant, pour puis après l'aller rapporter au tyran, Amyot, Dion, 37. Il sera fidele courtier et ministre de quelques folles amourettes, Amyot, Comm. discerner le flatteur, 41. À quoy M. le legat servoit de courratier, pour faire valoir la marchandise, Sat. Mén. p. 174. Aujourd'hui, dit Lupolde, les parties ne parlent aux juges que par courratiers et personnes interposées, Noel du Fail, Contes d'Eutrapel, p. 158, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Courtier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

COURTIER, s. m. (Comm.) sorte de négociateur qui s’entremet entre des négocians ou des commerçans, pour la vente de leurs marchandises, ou pour leur faire trouver de l’argent ; sur quoi ils ont un droit ou un salaire. Voyez Change & Agent de change.

En Ecosse on les nomme broccarii, qui veut dire médiateurs ou entre-metteurs dans quelque affaire.

Leur affaire est de connoître les différentes variations dans le cours du change, d’en instruire les négocians, & de faire savoir à ceux qui ont de l’argent à recevoir ou à payer dans les pays étrangers, quelles sont les personnes auxquelles ils doivent s’adresser pour en négocier le change ; & quand la transaction est finie, c’est-à-dire quand l’argent est payé, ils ont à Paris pour droit de courtage, un quart pour cent, dont la moitié est payée par chacune des deux parties qui font la négociation. En Angleterre le droit de courtage n’est que d’un par mille.

En France, jusqu’au milieu du dix-septieme siécle, on les appelloit courtiers de change ; mais par un arrêt du conseil en 1639, ce nom fut changé en celui de agens de change, banque & finance : & au commencement du dix-huitieme siecle on y ajoûta le titre de conseillers du Roi, afin de rendre cet emploi encore plus honorable. Voyez Agent de change.

Au Caire & dans plusieurs villes du Levant, on appelle censals les Arabes qui font l’emploi de courtiers de change. Leur façon de négocier avec les commerçans européens a quelque chose de si singulier, que nous avons crû devoir en faire un article separé. Vozez Censal.

Les courtiers de change à Amsterdam, nommés makelaers, sont de deux especes ; les uns sont nommés courtiers jurés, a cause du serment qu’ils font entre les mains des bourguemaîtres ; les autres négocient sans être autorisés pour cela : on appelle ces derniers courtiers ambulans. Les courtiers jurés sont au nombre de 395, dont 375 sont Chrétiens, & 20 Juifs. Il y a presque le double de ce nombre de courtiers ambulans ; de serte qu’il y a près de mille courtiers de change à Amsterdam. Il y a cette différence entre les courtiers jurés & les courtiers ambulans, que les livres & le témoignage des premiers sont reçûs dans les cours judiciaires, comme des preuves ; au lieu que dans un cas de contestation, les derniers sont récusés & leurs transactions annullées. La même distinction a aussi lieu en Angleterre entre ces deux sortes de courtiers.

Le droit des jurés courtiers de change à Amsterdam, est fixé par deux reglemens, par celui de 1613, & par celui de 1623 ; pour les affaires du change, à 18 sols pour 100 livres de gros, qui valent 600 florins, c’est-à-dire 3 sols par 100 florins, payables moitié par le tireur, & moitié par celui qui paye l’argent ; mais l’usage a autorisé en cela bien des changemens.

Dans l’Orient toutes les affaires se font par une espece de courtiers que les Persans appellent dedal, c’est-à-dire grands parleurs. Leur façon de négocier est très-singuliere. Après que les courtiers se sont étendus en de longs & souvent d’impertinens discours, ils ne s’entretiennent plus qu’avec les doigts lorsqu’il s’agit de conclure le marché. Le courtier de l’acheteur & celui du vendeur se donnent réciproquement la main droite, qu’ils couvrent avec leurs habits ou avec un mouchoir. Le doigt étendu signifie six ; plié, il veut dire cinq ; le bout du doigt dénote un ; la main entiere signifie cent ; & le poing fermé, mille. Ils savent exprimer jusqu’aux sols & deniers avec la main. Pendant que ce commerce mystérieux dure, les deux courtiers paroissent aussi tranquilles & de sang-froid, que s’il ne s’agissoit de rien entr’eux. Voyez les Dictionn. de Trévoux & du Comm. Chambers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Courtier : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « courtier » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « courtier »

Étymologie de courtier - Littré

Génev. couriatier, ière, couratier, ière, celui, celle qui perd son temps en course ; Berry, picard et saintongeois, couratier, vagabond, coureur ; wallon, coultî ; rouchi, coultier ; provenç. corratier ; anc. catal. corrater ; ital. curattiere. Ménage et, après lui, Raynouard le tirent de cursitarius ; mais les formes s'y opposent absolument ; il vient d'une forme curatarius, dérivée de curare, soigner (voy. CURE) ; le courtier est celui qui prend soin d'une affaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de courtier - Wiktionnaire

 Dérivé de court avec le suffixe -ier → voir courtisan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de courtier - Wiktionnaire

De l’occitan corratier (« coureur : personne qui sert d'intermédiaire (qui court) pour des opérations commerciales »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « courtier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
courtier kurtje play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « courtier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « courtier »

  • Un courtier marseillais spécialiste du risque d’entreprises vient de déménager son siège social pour rejoindre le quartier d’affaires de la Cité Phocéenne. argusdelassurance.com, Un courtier déménage son siège social à Marseille
  • Découvrez notre interview de Daniel Gravier, Directeur Général de XTB France, pour en savoir plus sur l’offre de trading à destination des investisseurs actifs et traders du courtier Bourse XTB. Retrouvez également les conseils du Directeur Général de XTB pour débuter le trading. Café de la Bourse : analyses et conseils pour investir, XTB : apprendre le trading grâce aux formations du courtier Bourse
  • Fortement impacté par la crise du covid-19, un courtier affinitaire annonce d'importantes suppressions d'emplois, notamment en France où des sites fermeront. argusdelassurance.com, Coronavirus : un grand courtier affinitaire annonce supprimer de nombreux postes en France
  • Si passer par un courtier traditionnel pour réaliser son projet immobilier ne fait plus aucun doute pour les Français, la démarche peut prendre du temps et s’avérer coûteuse. Pour répondre aux nouveaux besoins des emprunteurs, les fondateurs Olivier Jourdan et Maxima Poma ont lancé un courtier 100% en ligne. Plus rapide, moins cher et sans rendez-vous physique, HelloPrêt s’inscrit comme le courtier référence du moment. Forbes France, HelloPrêt, Le Courtier 100% Digital Accompagne Chaque Mois Des Centaines D’Emprunteurs À Trouver Les Meilleurs Taux Sans Bouger De Leur Canapé | Forbes France
  • Fervent opposant à l'autorégulation du courtage telle qu'envisagée par Bercy, le premier courtier grossiste mène un combat commun avec Planète CSCA pour obtenir un report du texte de loi. Dans un entretien à L'Argus, Eric Maumy, son directeur général, défend une contre-proposition qui s'appuie notamment sur l'Orias. argusdelassurance.com, Réforme du courtage : «Il faut que les esprits s'apaisent», Eric Maumy, DG d'April
  • Selon nos informations, un courtier généraliste nantais a finalisé une acquisition en plein confinement. Malgré le contexte, il ne cache pas ses ambitions et cherche à s’implanter plus sérieusement en région parisienne. argusdelassurance.com, Acquisition : courtier nantais cherche courtier parisien
  • Un courtier grossiste vient de procéder à un important changement dans sa gouvernance avec deux départs. Une figure historique du groupe revient à sa tête. argusdelassurance.com, Un départ et un retour surprenant à la tête d'un courtier
  • Le confinement n’a pas freiné les ambitions de croissance externe d'un courtier qui vient de boucler coup sur coup l’acquisition de deux cabinets spécialistes tout en préparant un changement de fonds d’investissement. argusdelassurance.com, Un courtier fait deux acquisitions pendant le confinement
  • Un courtier ou une société de courtage est une personne ou une entreprise qui joue le rôle d’intermédiaire entre deux parties. Il est aussi défini comme le professionnel effectuant l’activité de courtage. Généralement, le courtier réalise une opération financière qui peut considérer divers domaines. Mais traditionnellement, il est un intermédiaire, par son action, en assurances. C’est-à-dire qu’il fait le lien entre une ou plusieurs sociétés d’assurance et un client, à qui il propose le contrat qui correspond le mieux à ses attentes. Plus tard, le métier s’étend aujourd’hui à de nombreuses autres spécialités. Le courtier peut ainsi travailler en prêt immobilier, dans les travaux, en marchandises et bien d’autres encore. Des secteurs d’activité différents les uns des autres pour un seul et même objectif : répondre aux besoins d’un client et lui trouver ce qu’il lui faut. KivuPress, C'est quoi un courtier ?
  • Dévoiler les intrigues de la Bourse et des courtiers, c'est entreprendre un des travaux d'Hercule. De Charles Fourier

Images d'illustration du mot « courtier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « courtier »

Langue Traduction
Corse broker
Basque agente
Japonais ブローカ
Russe маклер
Portugais corretor
Arabe سمسار
Chinois 经纪人
Allemand makler
Italien broker
Espagnol corredor
Anglais broker
Source : Google Translate API

Synonymes de « courtier »

Source : synonymes de courtier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « courtier »


Mots similaires