La langue française

Coadjuteur, coadjutrice

Définitions du mot « coadjuteur, coadjutrice »

Trésor de la Langue Française informatisé

COADJUTEUR, TRICE, subst.

A.− INSTIT. RELIG.
1. Évêque adjoint par le Pape à un évêque résidentiel pour l'assister dans l'exercice de ses charges avec le plus souvent droit de succession :
1. ... le chapitre accusait tout bas la faiblesse de Monseigneur, qui confiait les affaires épiscopales à ce coadjuteur envahissant. De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 89.
Spéc. Le coadjuteur. L'abbé Paul de Gondi, plus tard Cardinal de Retz. Nous jouions au coadjuteur et au duc de la Rochefoucauld (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 575).
2. Religieux adjoint au Supérieur d'un couvent, d'une abbaye et destiné à lui succéder. Coadjuteur d'un abbé; le père coadjuteur, le frère coadjuteur (Ac. 1835-1932).
Au fém. Religieuse adjointe à une abbesse ou à la supérieure d'un couvent et destinée à lui succéder :
2. La dame Boulehart, cédant à des instances de ses supérieurs, prit pour coadjutrice, en 1599, Jacqueline-Marie Arnauld... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 55.
Rem. Dans le lang. de la Compagnie de Jésus : a) Coadjuteur temporel : Des frères, qu'on nomme avec solennité les coadjuteurs temporels, font le marché, la cuisine, le ménage (Brasillach, Pierre Corneille, 1938, p. 23). b) Coadjuteur spirituel. Père jésuite qui n'a pas encore prononcé le quatrième vœu (vœu d'obéissance au pape [d'apr. Foi t. 1 1968]).
B.− P. ext., dans la lang. cour.
1. [Appliqué à une pers.] Au masc. et au fém. Personne qui assure des fonctions d'aide ou de remplacement :
3. Le secrétaire général de l'école fera très bien le « travail ». Surtout qu'il a lui-même un petit coadjuteur. Péguy, L'Argent,1913, p. 1276.
P. plaisant., au masc. Amant d'une femme mariée ou amant en second :
4. ... il [Christian] a le temps de dégoûter Suzanne de l'amant actuel, du coadjuteur de celui-ci, et même d'un troisième qui postulait l'emploi des deux premiers. Colette, La Jumelle noire,1938, p. 45.
Rem. Le fém. corresp. est rare. Ouais! sa solitude [de M. Ramastre] (...) Entre Mme Céleste, la douairière et Pipegalette, la (...) la coadjutrice (...) la remplaçante (A. Arnoux, Pour solde de tout compte, 1958, p. 261).
2. [Appliqué à un inanimé] Ce qui renforce l'action d'une chose ou la supplée :
5. L'odorat, coadjuteur et suppléant de la vue en certaines occasions, est presque toujours le premier sens averti du danger et de la présence du feu. A. Pommier, De l'Athéisme et du déisme,1857, p. 192.
Prononc. et Orth. : [kɔadʒytœ:ʀ], fém. [-tʀis]. Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787 et Gattel 1841 soulignent qu'on prononce le d. Ds Ac. 1694-1932 uniquement en tant que subst. masc. Étymol. et Hist. I. Coadjuteur fin xiiies. coadjutor (Jean de Meun, Testament, éd. M. Méon : il [li freres] sunt as prelaz per et coadjutors); 1690 (Fur. : Coadjuteur, est aussi un aide dans le ministere & gouvernement ecclesiastique : ce qui a lieu dans plusieurs Maisons Religieuses); 1694 (Ac. : le Pere coadjuteur, le Frere coadjuteur). II. Coadjutrice 1680 (Rich). I empr. au lat. médiév. coadiutor « celui qui aide » (ixes. ds Blaise), spéc. terme de dr. ecclésiastique, xies. ds Mittellat. W. s.v. II fém. de coadjuteur, cf. lat. médiév. coadiutrix, xiies., ibid. Fréq. abs. littér. Coadjuteur : 71. Coadjutrice : 10.
DÉR.
Coadjutorerie, subst. fém.Charge de coadjuteur ou de coadjutrice. Il s'agissait de pourvoir ses deux petites-filles, (...) d'une coadjutorerie ou d'une abbaye (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 78). Dernière transcr. ds DG : kò-àd'-ju-tòr'-ri. 1resattest. 1617 coadjuterie (Merc. franc., 85 ds Quem.); av. 1622 coadjutorie (St François de Sales, Lettres, 65 ds Hug.); 1680 coadjutorerie (Rich.); du rad. lat. de coadjuteur, suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 4.

Wiktionnaire

Nom commun

coadjuteur \kɔ.ad.ʒy.tœʁ\ masculin (pour une femme on dit : coadjutrice)

  1. (Religion) Celui qui est adjoint à un prélat de l'Église catholique romaine, pour l’aider à remplir ses fonctions, et qui est ordinairement destiné à lui succéder après sa mort.
    • Coadjuteur d’un archevêque, d’un évêque.
    • Coadjuteur de l’archevêché, de l’évêché de… Il a été fait coadjuteur.
    • Quant au coadjuteur, M. Pictursson, il faisait actuellement une tournée épiscopale dans le bailliage du nord. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre, ch. 9, 1867)
  2. (Religion) Moine ou nonne qui assiste un abbé, une abbesse.
    • Le père coadjuteur.
    • Le frère coadjuteur.

Nom commun

coadjutrice \kɔ.ad.ʒy.tʁis\ féminin

  1. (Religion) Religieuse adjointe à une abbesse ou prieure pour les fonctions de sa place et qui est ordinairement destinée à lui succéder après sa mort.
    • Si la succession des abbesses se fit de tante à nièce, ce fut par la résignation de l’abbesse vieillissante en faveur de sa nièce, nommée coadjutrice. — (Annales de Bretagne et des pays l'ouest (Anjou, Maine, Touraine), Volume 99, 1992)

Nom commun

coadjutrice \kɔ.ad.ʒy.tʁis\ féminin

  1. (Religion) Religieuse adjointe à une abbesse ou prieure pour les fonctions de sa place et qui est ordinairement destinée à lui succéder après sa mort.
    • Si la succession des abbesses se fit de tante à nièce, ce fut par la résignation de l’abbesse vieillissante en faveur de sa nièce, nommée coadjutrice. — (Annales de Bretagne et des pays l'ouest (Anjou, Maine, Touraine), Volume 99, 1992)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COADJUTEUR. n. m.
Celui qui est adjoint à un prélat, pour l'aider à remplir ses fonctions, et qui est ordinairement destiné à lui succéder après sa mort. Coadjuteur d'un archevêque, d'un évêque. Coadjuteur de l'archevêché, de l'évêché de... Il a été fait coadjuteur. Il faut qu'un coadjuteur soit sacré sous le titre d'un autre évêché. Parmi les Religieux, il se dit de Certains Pères ou Frères qui ont différentes fonctions, selon la différence des ordres. Le Père coadjuteur. Le frère coadjuteur.

Littré (1872-1877)

COADJUTEUR (ko-a-dju-teur) s. m.
  • Ecclésiastique nommé pour aider un évêque ou un archevêque dans les fonctions épiscopales et pour lui succéder, le siége venant à vaquer.

    Dans un couvent, religieux adjoint à d'autres pour les assister dans leurs fonctions.

    Dans l'ordre des jésuites, coadjuteur temporel, simple frère jésuite ; coadjuteur spirituel, jésuite qui fait en public les trois vœux de religion, mais qui ne fait pas le quatrième, qui est d'aller en mission où il plaira au pape.

HISTORIQUE

XIIIe s. Puisqu'il sunt as prelaz per et coadjutors, Des princes et du pueple pere et executors, J. de Meung, Test. 829.

XIVe s. Les monarques font aucuns leurs coadjuteurs, Oresme, Thèse de MEUNIER. Les bras de la contesse li anges sostenoit ; Mas ele ne veoit [voyait] tel coadjuteur pas, Girart de Ross. v. 5171. Chascuns scet que saint Paul fut telx persecuteur, Que de trestout mal faire fut droit coadjuteur, ib. v. 5891.

XVe s. Tels ribaudailles n'eussent osé entreprendre d'avoir occis un tel homme, si ils n'eussent eu des coadjuteurs et souteneurs en leur emprise, Froissart, II, II, 54. Et pour ce luy feut baillé en aide et confort son fils aisné et un chevalier, qui feurent ordonnés comme coadjuteurs du dit seigneur, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1414. Ordonnons que tous nos notaires, tabellions et coadjuteurs de nostre cour soient francs de notre scel et registre, Estats des officiers des ducs de Bourgogne, p. 303, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COADJUTEUR, s. m. (Hist. ecclés. & Jurispr.) est celui qui est adjoint à un prélat ou autre bénéficier ou officier ecclésiastique, pour lui aider à faire ses fonctions.

Les coadjuteurs sont ordinairement désignés successeurs de ceux auxquels on les adjoint.

Le P. Thomassin en sa discipline de l’Église, part. II. liv. II. ch. xxij. & xxiij. dit que les coadjutoreries étoient en usage dès les premiers siecles de l’Église. On trouve en effet que dès l’an 55 S. Lin fut fait coadjuteur de S. Pietre, & qu’en 95 Evariste le fut du pape Anaclet. Cependant le P. Thomassin ajoûte que les coadjutoreries sont odieuses, en ce que c’est une maniere indirecte pour transmettre les bénéfices comme par voie de succession.

En France le Roi donne quelquefois un coadjuteur aux archevêques, évêques, & abbés, lorsque le grand âge du bénéficier ou ses infirmités, son absence ou quelqu’autre cause légitime, le demandent, & que c’est pour le bien de l’église.

Le pape donne des bulles qui portent ordinairement la clause cum futurâ successione, c’est-à-dire provision & collation du bénéfice par expectative ; tellement qu’après le décès du titulaire le coadjuteur n’a pas besoin d’autre titre pour succéder au bénéfice.

Mais on ne peut nommer de coadjuteur avec droit de succéder, que pour les évéchés & abbayes ; & pour donner un coadjuteur à un évêque, il faut que celui-ci y consente.

Les coadjuteurs des évêques doivent être eux-mêmes évêques : on les nomme ordinairement évêques in partibus infidelium, afin qu’ils puissent faire les fonctions épiscopales à la décharge de celui dont ils sont coadjuteurs ; car le coadjuteur a les mêmes prérogatives que l’évêque auquel il est adjoint.

Celui qui est nommé coadjuteur d’un archevêque a rang au-dessus de tous les évêques dans les assemblées du clergé.

Le concile de Trente, sess. 21. ch. vj. veut qu’on donne aux curés ignorans des coadjuteurs ou des vicaires pour faire leurs fonctions.

L’usage des coadjuteurs est aboli en France pour les canonicats & prébendes, prieurés, cures, & chapelles : on l’avoit toléré quelque tems dans les évêchés de Metz, Toul, & Verdun ; mais par arrêt du 25 Février 1642, rapporté au journal des audiences, on a jugé qu’il ne devoit point avoir lieu. Voyez le tr. des mat. bénéfic. de Fuet, p. 59. 62. 140. 153. 225. 278. 524. & 525. & la jurisprud. canon. au mot Coadjuteur. (A)

Coadjuteur, est aussi le nom qu’on donne à certains religieux parmi les Jésuites. Voy. Jésuites. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coadjuteur »

Du latin coadjutor (« assistant »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Latin coadjuvare, aider en commun, de co… préfixe, et adjuvare, aider (voy. AIDER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « coadjuteur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coadjuteur kɔadʒytœr

Évolution historique de l’usage du mot « coadjuteur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coadjuteur »

  • Originaire du Pas-de-Calais, le docteur en théologie, qui fut ordonné prêtre pour le diocèse d’Arras en 1972 – avant d’être nommé par Jean-Paul II évêque coadjuteur, en 2001, puis évêque, en 2002, de Séez (Orne)–, s’apprête à retrouver prochainement son Nord natal. « Pour ma retraite, je vais habiter dans un village près de Boulogne-sur-Mer, proche d’un Foyer de Charité. Je vivrai au milieu des gens de la campagne, rendant des services aux paroisses rurales et au Foyer de Charité », a-t-il indiqué dans sa lettre. La Croix, Le pape a accepté la démission de Mgr Boulanger, évêque de Bayeux et Lisieux
  • Mgr Lucas Jeimphaung DAU ZE, sdb, (évêque coadjuteur) évêque de Lashio, Myanmar (Birmanie), le 24 juin. La Croix, Collège épiscopal du 20 au 26 juin
  • Mgr Johannes Willibrordus Maria HENDRIKS, (évêque coadjuteur) évêque d’Haarlem-Amsterdam, Pays-Bas, le 1er juin. La Croix, Collège épiscopal du 30 mai au 5 juin
  • C’est Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, ancien évêque de Dolisie, en République du Congo qui succédera à Mgr Anatole Milandou à la tête du diocèse de Brazzaville, la capitale quand celui-ci atteindra l’âge canonique de la retraite dans un an. Le 18 avril, il a, en effet, été nommé évêque coadjuteur de Brazzaville par le pape François. La Croix Africa, Mgr Bafouakouahou, nouvel évêque coadjuteur de Brazzaville - La Croix Africa
  • Quoi qu’il en soit, on n’est pas auxiliaire éternellement. Un jour ou l’autre, l’auxiliaire est nommé à la tête d’un autre diocèse. Ainsi, Yapi fut transféré à Abengourou en 1979, Dacoury à Grand-Bassam en 1994, Dadiet à Katiola en 2002, Aké à Yamoussoukro en 2006. La vérité qui se dégage ici, c’est que l’évêque auxiliaire, en règle générale, ne jouit pas du droit de succession (canon 403 du Code de Droit canonique de 1983, § 2). C’est l’évêque coadjuteur qui succède automatiquement à l’évêque diocésain en poste (canon 403 – § 1). C’est le cas de Jean-Salomon Lezoutié qui, nommé coadjuteur le 3 janvier 2009, succéda à Mgr Laurent Mandjo, le 28 novembre 2015 à Yopougon. Connectionivoirienne.net, Évêque diocésain, coadjuteur ou auxiliaire: Leur mission - Connectionivoirienne.net
  • Le pape François a nommé, vendredi 25 mai, Mgr Vincent Dollmann archevêque coadjuteur de Cambrai pour seconder Mgr François Garnier, atteint d’une leucémie. La Croix, Mgr Vincent Dollmann nommé archevêque coadjuteur de Cambrai
  • Mardi 6 février, le pape François a nommé Mgr Fridolin Ambongo Besungu archevêque coadjuteur de Kinshasa. La Croix, Mgr Fridolin Ambongo Besungu, nouvel archevêque coadjuteur de Kinshasa
  • Mgr Stanislav SZYROKORADIUK, ofm, (évêque coadjuteur) évêque d’Odessa-Simferopol, Ukraine, le 18 février. La Croix, Collège épiscopal du 8 au 21 février
  • « C’est une affaire de dynamisme et d’efficacité, l’intégration de l’église. Ce sont des regroupements des diocèses pour permettre à ces régions d’être efficaces. La réalité géographique interculturelle a influé dans ce sens, pour permettre une meilleure inculturation de l’église », a indiqué à l’issue de la cérémonie, Bienvenu Manamika, archevêque coadjuteur de Monseigneur, archevêque de Brazzaville, Anatole Milandou. , Religion : Miguel Angel Olaverri Arroniz et Victor Abagna-Mossa nommés archevêques de Pointe-Noire et d’Owando | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Seule, mais ferme dans sa persévérance, son témoignage de vie suscite un grand respect de son entourage. Elle n’a pas quinze ans lorsqu’en 1597, elle est choisie comme coadjutrice du monastère à la demande de la prieure Antoinette de Beaumont qui n’a plus l’énergie nécessaire au supériorat. Cela renforce sa volonté de rester dans la rigueur de la règle comme témoignage pour sa communauté. , Lot. Qui est Galiote de Ste Anne, grande figure moniale du Quercy ? | Actu Lot

Traductions du mot « coadjuteur »

Langue Traduction
Anglais coadjutor
Espagnol coadjutor
Source : Google Translate API

Synonymes de « coadjuteur »

Source : synonymes de coadjuteur sur lebonsynonyme.fr

Coadjuteur

Retour au sommaire ➦

Partager