La langue française

Clapier

Sommaire

  • Définitions du mot clapier
  • Étymologie de « clapier »
  • Phonétique de « clapier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « clapier »
  • Citations contenant le mot « clapier »
  • Traductions du mot « clapier »
  • Synonymes de « clapier »

Définitions du mot « clapier »

Trésor de la Langue Française informatisé

CLAPIER1, subst. masc.

A.− Vieilli ,,Trous creusés (exprès) dans une garenne où les lapins se retirent`` (Ac. 1798-1932). Clapier bien peuplé. On fait des clapiers dans les garennes (Ac.1798-1878).
P. ext. Cabane où l'on élève des lapins :
− Qu'est-ce que tu vas faire avec tout ce bois-là? Des constructions aussi?... Un cercueil?... Tu l'as volé au moins?... − Non, un clapier pour les lapins... − T'élèves des lapins à présent? Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 377.
Lapin de clapier et p. ell. clapier. Lapin domestique. Un civet de lapin de clapier (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 80).Péj. ,,C'est un lapin de clapier, un franc clapier,`` (Ac. 1798-1932). ,,mauvais lapin`` (Ac. 1798-1932).
B.− P. métaph. et au fig. Endroit misérable, insalubre, où l'on est entassé. Ce salon est un vrai clapier; je suis aussi lapin qu'eux tous (M. Butor, Le Passage de Milan,1954, p. 169).
P. ext. [P. réf. à la grande fécondité des lapins] Lieu de débauche, de détresse morale; vx, lieu de prostitution. Un clapier de p.t... (Courier, Pamphlets pol., Gazette du village, 1823, p. 186).
P. anal., PATHOL. Foyer d'infection; abcès d'où le plus s'écoule difficilement. Clapiers purulents (Laederich dsNouv. Traité Méd.,fasc. 4, 1925, p. 419).
Rem. Sens pathol. attesté ds l'ensemble des dict. sauf Ac.
Prononc. et Orth. : [klapje]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1210 franco-prov. « garenne, trou de lapins » (Chartes du Forez d'apr. Dauzat 1973); 1365 bourg. glapier « cabane où l'on élève des lapins » (Inv. mobil., 1, 80 ds Quem.); 1395 clapier « lieu de débauche » (Liv. rouge, A.N. Y 2, fo97 vods Gdf. Compl.). B. 1456 [lyonn. d'apr. FEW] « monceau de pierres » (Arch. JJ 189, pièce 110 ds Gdf.), mentionné comme terme géogr. ds Plais.-Caill. 1958. C. 1707 méd. (Dionis, Opérations de chirurgie ds Trév. 1732). Terme alpin, largement attesté dans la topon. des domaines franco-prov. et prov. pour désigner un terrain pierreux (Dauzat-Rost. Lieux) attesté comme subst. dans ces mêmes domaines au sens de « tas, monceau de pierre, éboulis » (1058 lat. médiév. claperius, Marseille ds Du Cange; Dur., s.v. klapè) et au sens dér. de « garenne » (1212 lat. médiév. claperius, Marseille ds Du Cange, s.v. claperia; 1293 Charte de Gréalou ds Rayn. t. 4, p. 21; Dur., loc. cit.). Clapier est dér. de clap « tas de pierres » (mil. xiiies. ds Levy) qui, de même que ses correspondants d'Italie du Nord, est issu d'un rad. pré-roman *klappo-« roche, pierre » se rattachant lui-même à une racine verbale *klapf-« fendre » (Hubschmid ds Z. rom. Philol., t. 66, pp. 45-46 ds Alpenwörter romanischen und vorromanischen Ursprungs, Berne, 1951, pp. 11-13). Fréq. abs. littér. : 37.

CLAPIER2, subst. masc.

GÉOL. et région. Amoncellement de débris rocheux au pied d'une paroi; éboulis, tas de pierres :
... la course d'un lapin fit rouler une pierre : elle tomba sur un clapier de cailloux bleus, qui formait un éventail, sur la pente raide d'une sorte de balcon. Le clapier se mit en marche, dans un bruit de grêle et de désastre, et coula jusqu'à mes talons submergés. Pagnol, La Gloire de mon père,Paris, éd. de Provence, 1957, p. 255.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.
Prononc. : [klapje]. Étymol. et Hist. V. clapier1.

Wiktionnaire

Nom commun

clapier \kla.pje\ masculin

  1. (Géologie) Éboulis, pierrier.
    • Pour la plupart, je les ai trouvés dans des clapiers. Des éboulis au pied de ces parois vertigineuses quand tu marches en montagne. — (Marc Roger, Grégoire et le vieux libraire, Albin Michel, 2019, page 122)
  2. (Par extension) (Élevage) Cabane où l’on élève des lapins domestiques.
    • C’est un lapin de clapier, se disait d’un mauvais lapin par comparaison au lapin de garenne, c'est devenu le lapin de consommation courante.
    • Les lapins clapiers ont varié pour la couleur du fauve au gris, au blanc, au noir ; ils ont auffi varié par la grandeur, la quantité, la qualité du poil […]. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « De la dégénération des animaux », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 1028.)
    • Près de ce banc se dressait, à la mode des vieux jardins vergers, une espèce de grand bahut en solives et en planches fort délabré, clapier au rez-de-chaussée, fruitier au premier étage. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
  3. (Péjoratif) Lieu où sont entassés les gens dans des conditions misérables.
    • Comme toutes les malheureuses que la misère et l’embauchage ont traînées dans les clapiers d’une ville, elle éprouvait (…) cet étrange regret — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
  4. (Vieilli) Ensemble des trous creusés dans une garenne par les lapins qui s'y retirent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLAPIER. n. m.
Ensemble des trous creusés dans une garenne, où les lapins se retirent. Il se dit, par extension, d'une Sorte de loge où l'on nourrit des lapins domestiques et qui est faite à l'imitation des clapiers de garenne. Lapins de clapier, ou simplement Clapiers, Les lapins élevés dans ces sortes de loges. C'est un lapin de clapier, se dit d'un Mauvais lapin.

Littré (1872-1877)

CLAPIER (kla-pié ; au pluriel l's se lie : des clapiers et… dites : kla-pié-z-et…) s. m.
  • 1Ensemble de trous où les lapins se retirent dans une garenne. Un clapier bien peuplé. Le roi Charles IX s'amusant à chasser des lapins dans un clapier, Voltaire, Mœurs, 171.
  • 2Réduit où l'on élève des lapins. Prends-moi dans ce clapier trois lapins de garenne, Et chez mon procureur porte-les ce matin, Racine, Plaid. I, 6.

    Un lapin de clapier, ou, simplement, un clapier. En lapins de garenne ériger nos clapiers, Boileau, Sat. III.

  • 3 Fig. Par le seigneur lui-même, père des belles filles et mari de Babeau, cette terre fut nommée un clapier de p…, Courier, Gazette du village, n° 4.

    Anciennement, clapier tout seul signifiait un lieu de prostitution. Elles [les femmes publiques] avaient dans chacune de ces rues un clapier qu'elles tâchaient à l'envi de rendre propre, agréable et commode, Saint-Foix, Essais sur Paris, Œuvres, t. III, p. 73, dans POUGENS.

  • 4 Terme de chirurgie. Sinus ou foyer qui se forme plus ou moins profondément dans des abcès étendus, sur le trajet des fistules.

HISTORIQUE

XVIe s. Ogier aiant pendu un bazelaire [poignard] à sa ceinture et un planchon à sa main, disant qu'il estoit temps que la clapoire [lieu de prostitution] feust effondrée, Du Cange, claperius.

XVe s. Les supplians misrent le corps d'icelluy brigant soubz un clappier et monceau de pierres, Du Cange, ib. Clappier et bordel publique, Du Cange, ib. S'une fois vous trouvez en mue, C'est assavoir en leur clapier, Fussiez-vous cent fois esprevier, Ils vous feront devenir grue, Le blason des faulces amours, p. 235, dans LACURNE.

XVIe s. Se retirerent tous comme connins [lapins] au clappyer, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, ms. f° 90, dans LACURNE. Le monastere des cordeliers de Paris, qui est le plus fertile clapier de moines qui soit d'ici à Rome, Lanoue, 141. Ce clapier-ci est par d'aucuns appellé garene, toutesfois improprement, De Serres, 412. Lors faut fermer incontinent les trous des terriers qu'improprement aucuns appellent clapiers, De Serres, 417.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CLAPIER, s. m. (Œcon. rust. & Chasse.) c’est un terrain clos de muraille, partie couvert, partie découvert, & bien maçonné, où l’on enferme & nourrit des lapins. On le place dans un coin de la garenne, pour que les jeunes lapins puissent aller du clapier dans la garenne ; on y construit quelques loges de planches & de pierres plates, sous lesquelles les lapins se retirent : il faut que les fondemens des murs en soient profonds, & pour ainsi dire fortifiés partout d’un pavé qui ait la pointe en-haut, afin que les lapins qui aiment à creuser en terre, ne s’échappent point par-dessous les murs. Il est bon que le terrein en soit inégal : on y jette de la mousse & du petit foin, que les lapins ramassent quand ils doivent faire leurs petits. On les y nourrit en été de son, d’avoine, & de toutes sortes de fruits ; en hyver, de son, de foin, &c. Il seroit à-propos que le clapier fût partagé en deux divisions ; on renfermeroit les meres pleines dans une, & on tiendroit les mâles dans l’autre. Quand les petits seront assez grands pour se passer de leurs meres, on les lâchera dans la garenne ; car c’est à repeupler les garennes, que les clapiers sont principalement destinés. On doit mettre dans son clapier un mâle sur vingt-cinq à trente femelles. La conduite du clapier demande quelque soin, si l’on en veut tirer tout l’avantage possible. Voyez Lapin.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « clapier »

Provenç. clapier, trou à lapins, clapiera, tas de pierres, clap, tas, monceau. Dans le bas-latin, on ne trouve claperius, claperium, claperia, avec le sens de clapier, que dans le commencement du XIVe siècle, mais, antérieurement, avec celui de tas de pierres. Or clapus, qui est évidemment le primitif de claperium, signifie également tas de pierres et clapier ; on comprend la liaison des idées : un tas, puis, comme les lapins vivent en grand nombre dans les terriers, un tas de lapins, et finalement le terrier où ce tas se loge. Cette étymologie fait tomber celle de Diez qui assigne à clapier de lapins le verbe latin clepere, dérober, pour origine, et celle de Du Cange qui assigne clapa, sorte de piége à prendre les lapins. Clapier au sens de tas est rattaché à deux origines différentes : par Diez, au kymri clap, clamp, masse ; par d'autres étymologistes, à l'islandais, klaupp, roc ; allem. Klippe. L'origine celtique paraît préférable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l'ancien occitan clapier dérivé de clap (« tas de pierre ») avec le suffixe -ier. On retrouve cet étymon dans des noms de lieux comme Le Clapier, Méjannes-le-Clap ; en ancien français clappier (« monceau de pierre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « clapier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clapier klapje

Évolution historique de l’usage du mot « clapier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clapier »

  • Olivier de Serres fait état de l'élevage du lapin en clapier en 1605 dans son Théâtre d'Agriculture et Mesnage des Champs. Il établit à cette occasion les premières règles d'élevage, conseillant la mise à la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron paru en 1970 aux éditions de Minuit.) juste après la mise bas, en transportant la femelle (En biologie, femelle (du latin « femella », petite femme, jeune femme) est le sexe de l'organisme qui produit des ovules, dans le cadre d'une reproduction anisogamique.) dans le clapier du mâle. En 1625, Jean Liébault précise dans L'Agriculture, Maison rustique que l'élevage en clapier est un complément de l'élevage en garenne, qui présente notamment l'avantage de multiplier les portées par lapine (pas loin d'une portée par mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) contre 3 ou 4 par an en garenne). Les lapereaux nés en clapier sont par la suite destinés à alimenter la garenne en individus. Ainsi, il est conseillé d'installer les clapiers à proximité de la garenne et d'y faire des ouvertures de petite taille permettant aux jeunes d'aller et venir entre la garenne et le clapier tout en conservant les adultes à l'intérieur. Les lapins de clapier doivent être alimentés par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...), et sont généralement nourris avec diverses plantes comme des choux, laitues, chicorées, chardons, navets ou pois (Le pois (Pisum sativum L.) est une espèce de plante annuelle de la famille des légumineuses (Fabacées), largement cultivée pour ses graines, consommées comme légume...) chiche, et un peu de céréales (blé, avoine). Il faut également veiller à l'époque à ce que la garenne fournisse suffisamment de fourrages pour sustenter les lapins vivant à l'extérieur. Parfois il est nécessaire d'intervenir en semant des arbustes et diverses plantes fourragères ainsi que des céréales. Toujours selon ces auteurs, une garenne bien gérée permet de produire « entre 80 et 100 douzaines de lapins par an », ce qui correspond à 20 à 25 lapins par femelle et par an, un chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) finalement peu éloigné des réalités actuelles. La plupart des bases de l'élevage des lapins en clapiers sont établies et évolueront très peu jusqu'au XIXe siècle. Techno-Science.net, 🔎 Cuniculture - Définition et Explications
  • Avant que tu aies été lapin, j’étais déjà clapier. De Proverbe créole
  • « Le lapin n’a jamais vraiment été élevé en liberté. Aujourd’hui, il est engraissé dans des cages qui ne sont qu’une déclinaison moderne des clapiers de nos grands-mères. Les conditions y sont bonnes, ce sont des logements propres et sains », insiste Christophe Rousseau, directeur du pôle amont d’ALPM. Ce groupe cunicole, dont le siège est dans les Deux-Sèvres, est issu du rapprochement de la société Loeul et Piriot et de la coopérative Terrena. Avec 250 000 lapins abattus par semaine fournis par 300 éleveurs, il est le leader européen de la viande de lapin. Il assure 50 % des abattages nationaux répartis dans trois sites dont celui de Bretagne Lapins à Baud (56). Le Telegramme, Le bien-être animal s’invite dans les clapiers - Économie - Le Télégramme

Traductions du mot « clapier »

Langue Traduction
Anglais hutch
Espagnol conejera
Italien conigliera
Allemand stall
Portugais coelheira
Source : Google Translate API

Synonymes de « clapier »

Source : synonymes de clapier sur lebonsynonyme.fr
Partager