Chier : définition de chier


Chier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHIER, verbe intrans.

Trivial
A.− [Le suj. désigne une pers. ou un animal] Évacuer les excréments solides. Aller chier; avoir envie de chier. Synon. aller à la selle, faire caca (fam.).Il n'y avait pas pour eux [les Anciens] de choses que l'on ne puisse dire. Dans Aristophane, on chie sur la scène (Flaubert, Correspondance,1853, p. 137).Des cartes postales représentant (...) tel (...) Allemand chiant de peur à la vue d'une baïonnette (Gide, Journal,1914, p. 476).
Emploi trans. Du pigeon partout, perché, au nid (...), bouffant son petit maïs ou chiant son petit guano (H. Bazin, Lève-toi et marche,1952, p. 258).Chier des cordes. ,,Aller péniblement à la selle`` (Littré).
B.− Au fig., expr. et loc. [Le suj. désigne une pers.]
1. Emplois péj., gén. à valeur hyperbolique.
a) [Avec l'idée de dédain, parfois d'offense ou d'outrage] J'emmerde la moitié du monde et je chie sur l'autre moitié (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 69).
[Verbe + subst. introd. par la prép. dans]
[P. réf. à une manifestation physiol. de la peur] Chier dans sa culotte, dans son froc. Avoir peur :
1. − (...). Tu veux jouer au petit soldat. − Ça vaut mieux que de chier dans son froc, comme toi. − Vous l'entendez : Je chie dans mon froc parce que je dis que l'armée française a pris la dérouillée. Sartre, La Mort dans l'âme,1949p. 48.
Chier dans les bottes de qqn. Offenser quelqu'un en lui jouant un tour impardonnable.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. encyclop., Quillet 1965 et Lar. Lang. fr.
Chier dans la colle. Outrepasser les bornes de la bienséance, exagérer.
Rem. Attesté ds Lar. Lang. fr.
Chier dans la main de qqn. Faire preuve d'une profonde ingratitude. Comment qu'on les remercie [les Allemands]? En leur chiant dans la main (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 273).
b) [Avec l'idée d'ennui, de contrariété]
[Verbe + verbe]
Envoyer chier (qqn). Rembarrer (quelqu'un), se débarrasser (de quelqu'un). Synon. envoyer au diable, envoyer paître.Il t'donne un bon conseil et tu l'envoies ch... t'as tout d'la vache (Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 73).
Interj. Va chier! À la moindre remarque de travers il se foutait en crosse, (...) − Va chier! qu'il répondait, brûle-pourpoint (Céline, Mort à crédit,1936, p. 201).
Emploi factitif. Faire chier (qqn).
[Le suj. désigne une pers.] Embêter, ennuyer, contrarier (quelqu'un). Synon. pop. emmerder, faire suer.Tu ne vas pas me faire chier toi aussi avec la politique (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 159).Pourquoi que tu veux l'être, institutrice? − Pour faire chier les mômes, répondit Zazie (Queneau, Zazie dans le métro,1959, p. 29).
[Le suj. désigne une chose] Ça me fait chier (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 78).
Emploi pronom. Se faire chier.Éprouver un ennui plus ou moins profond. Synon. pop. s'emmerder, se faire suer.Ce qu'on peut se faire chier dans cette putain d'existence (Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 357).
Emplois trans.
Chier des lames de rasoir. Être soumis à de mauvais traitements. S'il [Krabbe] vous fout dans sa section, vous n'avez pas fini de chier des lames de rasoir (M. Fombeure, Soldat,1935, p. 31).
Chier du poivre à qqn. S'éclipser furtivement. Et brusquement il s'aperçut que Chaval avait filé au milieu du tumulte (...) − Ah! Bougre de salaud, tu as peur de te compromettre hurlait Étienne (...) Tu cherches maintenant à nous chier du poivre (Zola, Germinal,1885, p. 1424).
2. Emplois intensifs, gén. sans valeur péj., quoique toujours vulg.
Emplois impers.
Ça chie, ça va chier! Ca barde, ça va barder (cj. chauffer, se gâter). Ça chie dur à Épinal? − Ça chiait. À présent ça doit être très calme (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 100).
Ça ne chie pas. Cela n'a pas d'importance. Rouler de la caillasse... Des fois on a les pognes en sang, ça chie pas, faut rouler tout de même (Esn.1966).
Rem. Attesté ds Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.
[Introd. par le présentatif il y a] Y a pas à chier. Il n'y a rien à redire; c'est exact, évident :
2. Ils sont ravis que les Allemands soient si forts. Ils se sentent d'autant moins coupables : « Imbattables, y a pas à chier, imbattables. » Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 204.
Emploi trans. En chier (dur). Synon. de en baver*, en roter*.Le cureton, tu as vu? Il a dit qu'on allait en chier dur (Sartre, La Mort dans l'âme,1949p. 239).
Loc. adj. À chier partout. Synon. du tonnerre*.
[En parlant d'un repas] Un gueuleton à c... partout (D. Poulot, Le Sublime,1872, p. 202).
Rem. gén. 1. Dans un souci de bienséance le mot est souvent écrit ch... (cf. supra Dorgelès, loc. cit.), plus rarement c... (cf. supra D. Poulot, loc. cit.). 2. On rencontre ds la docum. a) Chiant, ante, part. prés. et adj., vulg. Embêtant, ennuyeux, pénible. On a commencé à se rendre compte que c'était chiant d'être travailleurs (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 198). b) Chiée, subst. fém., trivial. Grande quantité. C'est embêtant (...) d'avoir à ses trousses des chiées d'enfants (Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 168). C'est vous qui allez attaquer? Les sidis sont déjà là... et il y a la chiée de canons, vous savez (Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, p. 173). c) Chierie, subst. fém., trivial. Chose ennuyeuse, désagréable. Quelle chierie! (Nouv. Lar. ill. et Rob. Suppl. 1970). La Vache! Tu mens! Tu mens! c'est des chieries! (Claudel, La Ville, 1reversion, 1893, II, p. 354). d) Chieur, euse, subst., trivial. Personne qui va (souvent) à la selle. (Attesté ds la plupart des dict. du xixes. ainsi que ds Lar. 20eet Lar. Lang. fr.). Loc. fig., péj. Chieur d'encre. Personne dont la profession consiste essentiellement à écrire : employé de bureau, instituteur, homme de lettres, etc. Et les ouvriers (...) se moquent des « déjetés », des « blaichards », des chieurs d'encre, des « Assis » (J. Richepin, Le Pavé, 1883, p. 289). 3. En fr. région. et en Suisse romande on rencontre le verbe caquer de même orig. que chier, et dans la plupart des emplois de celui-ci, mais avec une moindre connotation de trivialité.
Prononc. et Orth. : [ʃje], (je) chie [ʃi]. Ds Ac. 1694-1932. Prend 2 i à la 1reet à la 2epers. du plur. de l'imp. de l'ind. et du prés. du subj. (que) nous chiions. Étymol. et Hist. Ca 1202 (Renart, éd. M. Roques, branche 18, vers 16622); 1534 fig. c'est bien chié « c'est bien dit, bien fait » (Rabelais, I, 5 ds Hug.). Du lat. class. cacare « évacuer des excréments ». Fréq. abs. littér. : 126. Bbg. Sain. Lang. par. 1920, p. 7, 414.

Chier : définition du Wiktionnaire

Verbe

chier \ʃje\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) (Vulgaire) Déféquer.
    • Juron d'Héliodore, les jours fastes : – « Que le Diable te chie trente sous et à moi six francs. » — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 197)
    • – Tu sais, Charles, un petit « nonos » me suffit.
      Charles, placide :
      – Je sais, je sais. Tu manges comme un oiseau et tu chies comme une vache.
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 32)
    • Il aimait les plaisirs simples de la vie : monter à cru, pêcher la truite et chier au fond des bois. — (Antoine Bello, Ada, Gallimard, Collection Blanche, 2016, p. 79)
  2. (Transitif) (Vulgaire) Conchier, mépriser.
    • J’emmerde la moitié du monde et je chie sur l’autre moitié. — (Jean-Paul Sartre, La Mort dans l’âme, 1949)
  3. (Transitif) (Vulgaire) (Construit avec faire) Emmerder, embêter, ennuyer.
    • Ce qu’on peut se faire chier dans cette putain d’existence. — (Louis Aragon, Les Beaux quartiers, 1936)
    • « Les gens heureux me font chier », disait le Gros Dégueulasse de Reiser. — (Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 285.)
  4. (Transitif) (Vulgaire) Faire suer, en baver.
    • Je compris à cette occasion que c’est dans l’adversité, quand on en bave et qu’on en chie des tonnes, pour employer le langage délicat des bidasses, que se nouent les plus solides amitiés. — (Pierre Serra, Le Détective, l’éternité et la petite fille de l’automne, 2011)
    • Toutes les mêmes, je vous le dis, toutes ! J’ai soixante ans et depuis soixante ans elles me font chier, Debedeux ! Oui, oui, ne sourcillez pas, chier, et le mot est d’une faiblesse à vous faire douter de la prétendue richesse de la langue française. — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre III, Éditions Denoël, Paris, 1975)
  5. (Intransitif) ou (Transitif) (Vulgaire) Faire, chiader, dire, envoyer.
    • Dieu n’a pas créé le monde. C’est moi qui l’ai chié. — (Jean Gillibert, Fragments des délires ou la geste mémorable du Président Schreber, in Luiz Eduardo Prado de Oliveira, Schreber et la paranoïa : le meurtre d’âme, L’Harmattan, 1996)
  6. (Intransitif) (Vulgaire) Barder.
    • - Granier ! Le commandant veut te voir. Ça va chier ! — (Elle aime ça, manuscrit.com, 2001)
  7. (Intransitif) (Vulgaire) (Québec) (Populaire) Péter, faire un pet.
    • Dis-moé pas que t’as encore chié.

Adjectif

chier \Prononciation ?\

  1. Cher.
    • Sempres morrai, mais chier me sui venduz. — (La Chanson de Roland, vers no 1053)
    Je mourrai bientôt, mais je me suis vendu chèrement.
    • …, pour vendre leurs marchandises aussi chiers comme ilz le pouvoient faire. — (Jean de Joinville; Histoire de Saint Louis, s:Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 2.djvu/224, 1309)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIER. v. intr.
Se décharger le ventre des excréments. Il est bas.

Chier : définition du Littré (1872-1877)

CHIER (chi-é)
  • 1 V. n. Se décharger le ventre ; mot populaire et bas, qui ne se dit pas en compagnie honnête.

    Fig. Il a chié dans mon panier, ou dans ma malle, il m'a offensé.

    Chier sur la besogne, travailler et ne faire rien qui vaille.

  • 2 V. a. Chier des cordes, aller péniblement à la selle.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et il chia seur le musel Au vilain, tant que s'esveilla, Ren. 6002.

XVIe s. Il le mena [David, ministre protestant], qui lors estoit à Fontainebleau ; mais, ayant parlé à M. le cardinal de Lorraine, le dit David chia sur la bible [abandonna le protestantisme], Brantôme, Cap. fr. t. III, p. 237, dans LACURNE. Pleurez donc et chiez bien des yeux, Moyen de parvenir, p. 50, dans LACURNE. Autant chie un bœuf que mille moucherons, Oudin, Curios. fr. p. 101. [Discours de Villars à Sully] : Vous estes bien loin de vostre compte, et vostre roy de Navarre aussy ; car, par le corps bieu, il a chié au panier pour moy, et s'il n'a pas d'autre valet que de Villars, croyez qu'il sera mal servy, Mém. de SULLY, t. II, p. 143, dans LACURNE. Et, jusques en l'autre monde, quel mauvais menage a faict Jupiter avecques sa femme qu'il avoit premierement practiquée et jouie par amourettes ? c'est ce qu'on dit chier dans le panier, pour après le mettre sur sa teste, Montaigne, III, 324. Ci gist un roy [Henri de Navarre, depuis Henri IV], par grand merveille, Qui mourut, comme Dieu permet, D'un coup de serpe et d'une vieille, Comme il chioit dans une met, D'Aubigné, Mém. édit. LALANNE, p. 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chier »

Étymologie de chier - Littré

Picard, kier ; provenç. et espagn. cagar ; ital. cacare ; du latin cacare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chier - Wiktionnaire

Du latin cacare, semblable au français faire caca, qui donne aussi les variantes régionales caguer (dérivé de l'occitan cagar (caga), même sens), caquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chier ʃje play_arrow

Conjugaison du verbe « chier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe chier

Évolution historique de l’usage du mot « chier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chier »

  • Benjamin Biolay Quand je commence à faire une chanson qui me rappelle l’album d’avant, je la jette tout de suite. Avec le temps, je réalise que si moi je m’ennuie une minute ou deux, vous, vous allez vous faire chier pendant une heure, c’est obligé. SudOuest.fr, Chanson : "J’ai toujours aimé les personnages hors-norme" Benjamin Biolay revient en trombe avec "Grand prix"
  • Et monsieur Courtney nous rembourse notre ticket si on se fait chier ? Batman ni le Joker pour servir de produit d appel, on progresse. EcranLarge.com, The Suicide Squad sera très différent du premier (et plus humide) promet Jai Courtney - Actualité Film - EcranLarge.com
  • Complètement. Ils doivent faire jouir l’autre, point. Dès lors qu’il s’agit de sexe, l’homme doit être dans une position dominante. Les femmes sont moins esclaves de tout cela, on leur accorde le droit d’avoir des sentiments, alors qu’on ne parle jamais de ce à quoi les hommes pensent quand ils font l’amour, de leur propre épanouissement. Est-ce qu’ils sont heureux ? Font-ils un effort ? L’homme n’a pas le droit de se faire chier en faisant l’amour, on part du principe qu’un homme ne simule pas. Il y a tellement de tabous sur la sexualité masculine… GQ France, Sophie Fontanel : “L’homme n’a pas le droit de se faire chier en faisant l’amour” | GQ France
  • Avec les femmes, il y a trois étapes : tu les fais rire, tu les fais jouir, tu les fais chier. Et il ne faut jamais passer à la troisième étape avant d'avoir franchi les deux premières. De Patrick Timsit
  • Le palais des Festivals à Cannes, c'est un endroit où on applaudit les toilettes avant d'aller se faire chier. De Laurent Ruquier / "Je ne vais pas me gêner", 2000
  • Avec Wolinski on veut se bagarrer pour que la presse papier vive. Nous deux, on continuera encore longtemps à faire chier le monde. De Cabu / une interview à Paris Match le 28 juin 2014
  • Les filles, tu sais pourquoi Dieu il les a inventées ? Pour faire chier d’abord leur père, et ensuite leur mari. De Gilbert Levy / Mariage mixte
  • Les pauvres sont si malheureux que quand ça sera la mode de chier de l'argent, eux, ils seront constipés. De Jorge Amado / Bahia de tous les Saints
  • Que sert à l'homme de conquérir l'univers s'il ne peut empêcher son chien de chier par terre. De Claude Blanchard
  • Quand une femme ne te fait plus chier, c'est qu'elle ne t'aime plus ! De Georges Wolinski / Charlie-Hebdo
  • C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde. De Boris Vian / Les Fourmis
  • - Alors ? Pourquoi tu veux l'être, institutrice ? - Pour faire chier les mômes. De Raymond Queneau / Zazie dans le métro
  • La cérémonie des César, ça m'a toujours fait chier De Gérard Depardieu / Le Figaro.fr, 23 décembre 2015
  • La révolte des jeunes : vomir. L'ultime révolte des vieux : chier partout. De Roland Topor / Pense-bêtes
  • Dieu a dû chier le monde un jour pour se guérir d'une colique. De Octave Mannoni / Fictions freudiennes
  • Fais du bien à un cochon, et il viendra chier sur ton perron. De Proverbe québécois
  • Faut pas chier sur le clocher. De Proverbe québécois

Traductions du mot « chier »

Langue Traduction
Portugais cagar
Allemand scheißen
Italien cagare
Espagnol cagar
Anglais shit
Source : Google Translate API

Synonymes de « chier »

Source : synonymes de chier sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires