La langue française

Chapelet

Sommaire

  • Définitions du mot chapelet
  • Étymologie de « chapelet »
  • Phonétique de « chapelet »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chapelet »
  • Citations contenant le mot « chapelet »
  • Traductions du mot « chapelet »
  • Synonymes de « chapelet »

Définitions du mot chapelet

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAPELET, subst. masc.

I.− Vx. Couronne, chapeau de fleurs. J'ai tressé de mes mains, d'amarante azurée Et de pavots, un chapelet (Moréas, Les Stances,1901, p. 137):
1. Sous des chapelets de violettes, les danseurs ondulaient, les bouffons tendaient leur échine, ... Maurras, Le Chemin de Paradis,1894, p. 183.
En chapelet. La plus jeune tressait des fleurs en chapelet (Régnier, Premiers poèmes,Épisodes, 1888, p. 192).
II.− [P. anal. de forme]
A.− Objet de dévotion.
1. RELIG. CATH.
a) Objet de piété mariale, en forme de collier, composé de cinq dizaines de grains enfilés sur une chaînette ou un cordon, utilisé pour compter les prières à réciter (cf. rosaire) :
2. Personne, comme elle, ne connaissait tous les chapelets et les indulgences qu'ils procurent, l'effet des reliques, les privilèges des eaux saintes. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 138.
3. ... elle avait pris son chapelet sous son oreiller et de suite s'était mise à répéter la prière très vite, revenant des derniers mots aux premiers sans aucun arrêt et comptant à mesure sur les grains du chapelet. Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 122.
b) P. méton.
Prière répétée que l'on récite en faisant glisser entre les doigts les grains du chapelet. Dire, égrener, réciter son chapelet. Le père Decurvil récita les dizaines de chapelet coutumières (Estaunié, L'Empreinte,1896, p. 70).
Récitation de cette prière :
4. ... je suis sûr que vous m'avez donné dix grains de chapelet à débiter, pendant un mois, chaque jour, et, depuis ce matin, je me dispute, contre toute évidence, contre tout bon sens pour me convaincre que c'est de dix chapelets quotidiens que se compose ma pénitence. Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 118.
P. transpos., iron. Personne très pieuse :
5. Depuis notre installation nouvelle, nous usons d'un gros épicier, fournisseur attitré des prêtres et des religieuses, probité garantie par les plus fins chapelets de la paroisse. Bloy, Journal,1901, p. 62.
c) P. métaph. Égrener le chapelet des regrets, des souvenirs. Débiter, défiler, dévider son chapelet. Raconter à la suite et sans interruption tout ce qu'on a à dire (infra II B 2) :
6. Ils sont seuls [Caroline et Adolphe], ils peuvent se dire leurs petits mots d'amitié, défiler le chapelet, de leurs mignardises secrètes. Balzac, Petites misères de la vie conjugale,1846, p. 71.
[En parlant d'une famille dont plusieurs membres disparaissent l'un après l'autre]
Vx. Le chapelet se défile.
Rem. Semble être un sens de dict. (dep. Fur. 1690).
Arg. Chaîne qui relie les deux menottes du prisonnier (cf. Esn. 1966) :
7. Ils [des policiers] voulaient que je parle. Fumiers! ils le voulurent... Ah! les trois − si je n'avais pas eu les mains dans le chapelet − tous les trois, avec mes dents, ma gueule, mes pognes et les pieds. F. Carco, L'Équipe,1919, p. 57.
2. [Dans certaines relig. orientales] Chapelet mahométan, musulman. Composé de quatre-vingt-dix-neuf grains. Chapelet brahmanique. Pour réciter les litanies des noms des divinités. Chapelet bouddhique. Chapelet dont les grains ont une signification symbolique (cf. Symboles 1969).
B.− [Souvent suivi d'un compl. prép. de] Emplois fig. ou p. anal. Série, suite d'éléments semblables.
1. [Pour désigner des obj. concr.]
a) [Les choses sont attachées les unes aux autres] Un chapelet d'oignons, de piments, de saucisses.
Spécialement
ARCHIT. Baguette ornementale sculptée d'une suite de grains ronds, d'olives.
MAN. Couple d'étrivières garnies de leur étrier, qui s'attachent au pommeau de la selle.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. et Quillet 1965.
MAR. Assemblage de barriques flottantes, réunies par des amarres, qui peut servir à supporter ou soulever un bâtiment.
MÉD. Chapelet costal ou rachidien. Rangée de nodosités qui apparaissent, à l'union des côtes et des cartilages costaux, chez les rachitiques.
Rem. Attesté ds Lar. 20e, Rob., Lar. encyclop. et Quillet 1965.
THÉÂTRE. Décor constitué d'une série de châssis sur lesquels sont peints des images.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. et Lar. 20e.
b) [Les choses sont placées les unes à la suite des autres] Un chapelet de lacs, d'îles, d'îlots.
En chapelet. En série :
8. Les bombes lancées en chapelet avaient touché aussi les casernes, toutes proches de l'usine. Malraux, L'Espoir,1937, p. 618.
Spécialement
ART CULIN. Cercle de petites bulles d'air qui se forme à la surface d'une eau de vie de bonne qualité lorsqu'on la verse.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. et Lar. 20e, Lar. encyclop., Quillet 1965.
PÊCHE. Suite de balles de plomb dont on garnit le bord inférieur des filets.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes., Lar. encyclop., Quillet 1965.
TECHNOL. Chapelet hydraulique. Machine servant à élever l'eau, composée d'une chaîne sans fin, garnie de disques ou de godets circulant dans un tuyau.
MÉD. VÉTÉR. Appareil formé d'une série de bâtons reliés par des cordes empêchant le cheval de déranger le pansement qu'on lui a fait.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. et Lar. 20e.
2. [Pour désigner une succession ininterrompue d'événements, de sensations, de sentiments, etc.] :
9. ... le docteur me regarde d'un air stupéfait. Je ne lui laisse pas le temps d'ouvrir la bouche, et je lui débite avec une prodigieuse volubilité un chapelet de jérémiades sur ma triste position. Huysmans, Les Soirées de Médan,Sac au dos, 1880, p. 138.
10. Parfois, il s'oubliait ainsi, [la nuit]... n'entendant plus au dehors, le chapelet des heures, des quarts et des demies, s'égrener lentement, sonores, dans le grand silence de la rue. Courteline, Femmes d'amis,1888, p. 164.
Prononc. et Orth. : [ʃaplε]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Ca 1200 « couronne (de fleurs) » (J. Renart, Escoufle, éd. P. Meyer, 4333). B. 1. Relig. cathol. 1390 (Rég. du Châtelet ds Gdf. Compl.); 2. p. ext. 1597 dire son chapelet (Larivey, Vefve, II, 7 − V, 148 − ds IGLF); av. 1655 débiter son chapelet (Cyrano de Bergerac, Lettres satiriques, 119, ibid.); 3. p. anal. a) 2emoitié xvies. méd. (A. Paré, XVI, 4 ds Littré : un chapelet autour du front, cheute de poil); b) 1675 « suite de certains objets attachés ensemble » chapelet d'oignons, de marrons (Widerhold, Nouv. fr. all. et all. fr. d'apr. FEW, t. 2, p. 289b); c) 1676 archit. (Félibien Dict., p. 518); d) 1680 man. (Rich.); e) 1685 hydraulique (Mém. de la Sté de l'hist. de Paris et de l'Ile-de-France, 1895, p. 213). Dimin. (avec suff. -et*) de l'a. fr. chapel, chapeau*; B p. anal. entre la couronne de roses dont on ornait la tête de la Vierge et le collier de grains enfilés constituant une sorte de couronne, chaque grain étant comparé à une fleur; cf. rosaire et l'ital. corona (xvies. DEI); a remplacé l'a. fr. patenostres (patenôtre). Fréq. abs. littér. : 803. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 583, b) 1 468; xxes. : a) 1 632, b) 1 148. Bbg. Darm. Vie 1932, p. 42. − Gottsch. Redens. 1930, p. 350. − Lundquist (E. R.). La Mode et son vocab. Lund, 1950, pp. 105-115. − Mélon (N.), Herbillon (J.), Lechanteur (J.). Textes d'archives. Batellerie liégeoise. Dial. belgo-rom. 1969, t. 23, p. 138. − Rog. 1965, p. 101. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 152.

Wiktionnaire

Nom commun

chapelet \ʃa.plɛ\ masculin

  1. (Sens étymologique) Couronne de roses, de fleurs.
    • J’ai tressé de mes mains, d’amarante azurée
      Et de pavots, un chapelet.
      — (Moréas, Les Stances, 1901)
  2. (Religion) Rosaire, collier de grains enfilés, sur lesquels les croyants comptent les prières qu’ils récitent.
    • Elle tenait à la main un chapelet à grains d’ambre, qu’elle roulait très-vite entre ses doigts. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Parfois elle restait de longues minutes sans parler, soit qu’entre ses longs doigts minces, elle égrenât son chapelet, soit qu’elle s’assoupît, mais d’un sommeil si léger qu’au plus faible craquement je voyais ses yeux s’entrouvrir. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 29)
    • Héloïse dit et redit son chapelet. Les grains cliquettent de minute en minute et sans relâche, le chuchotement rapide des oraisons s’allonge. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Au bout d’un quart d’heure vingt minutes, il n’y avait plus que le petit vieux sur l’estrade, deux trois miteux et Gribovitch dans le fond. Il patouillait son chapelet comme les autres. On devait le rendre à Offreda en s’en allant. — (Pierre Lucas, Police des mœurs, n° 86 : De l’autre côté de rien, Vauvenargues, 2014, chapitre 9)
  3. (Par analogie) Suite d’objets attachés ensemble.
    • Il s’attaquait pourtant au seul peuple à avoir réussi à maintenir son indépendance dans l’archipel d’Andaman qui, avec celui de Nicobar, forme un chapelet d’îles traçant une courbe imaginaire entre l’extrême sud-ouest de la Birmanie et le nord de l’île indonésienne de Sumatra. — (Allan Kaval, North Sentinel : derrière la mort d’un missionnaire, une longue histoire de résistance, Le Monde. Mis en ligne le 30 novembre 2018)
  4. (Figuré) Série ou suite d’éléments semblables considérés comme attachés ensemble.
    • Après les appels, ces centaines de noms enfilés dans un chapelet grotesque, l’exercice commençait. — (Alphonse Daudet, Mon képi, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 122.)
    • Il est très difficile de démêler les deux éventualités et il faut se contenter pour le moment d’un chapelet d’hypothèses choisies parmi les plus vraisemblables. — (André Leroi-Gourhan, Histoire des religions, Hypothèses de la préhistoire, Encyclopédie de la Pléiade, volume 3, 1976, page 554)
    • Elle appuyait toujours la tête sous la queue des chèvres pendant la traite. « J'aime pas qu'elles égrènent leur chapelet dans la mousse, disait-elle ; après vous vous plaindrez que le lait a goût « à pécole ». » — (Georges Fontane, Les "Quatre temps" ou la vie d'un mineur cévenol, Molières-sur-Cèze : chez l'auteur, 1971, p. 17)
    • Défiler son chapelet, réciter en détail et de suite tout ce qu’on sait sur une matière.
    • Ne fais pas le con et dévide ton chapelet. Tu sais encore quelque chose et tu nous fais languir... — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XI, Série noire, Gallimard, 1956, page 101)
    • Chapelet d’injures, de mauvaises raisons, etc.
  5. (Architecture) Baguette découpée et formant une suite de perles, d’olives ou de grains ronds.
  6. (Hydraulique) Machine qui sert à élever les eaux et qui est composée de plusieurs godets ou plateaux attachés de suite à une chaîne.
    • Pompe à chapelet.
  7. (Équitation) Couple d’étrivières, garnies chacune d’un étrier, qui s’attachent au pommeau de la selle, pour monter à cheval.

Nom commun

chapelet \Prononciation ?\ masculin

  1. Chapelet.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Gloire, honneur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAPELET. n. m.
Certain nombre de grains enfilés, sur lesquels on dit des Ave Maria, et à chaque dizaine desquels il y en a un plus gros, sur lequel on dit le Pater. Chapelet de corail, d'agate, de cornaline. Enfiler des chapelets. Dire son chapelet. Porter un chapelet à la ceinture. Fig. et fam., Défiler son chapelet, Réciter en détail et de suite tout ce qu'on sait sur une matière. Il a bien défilé son chapelet. Il signifie aussi Faire à quelqu'un tous les reproches qu'on peut avoir à lui faire. Il se dit aussi, par analogie, d'une Suite de certains objets attachés ensemble. Chapelet d'oignons. Fig., Chapelet d'injures, de mauvaises raisons, etc. En termes d'Architecture, il désigne par extension une Baguette découpée et formant une suite de perles, d'olives ou de grains ronds; en termes d'Hydraulique, une Machine qui sert à élever les eaux et qui est composée de plusieurs godets ou plateaux attachés de suite à une chaîne. Pompe à chapelet. En termes de Manège, une Couple d'étrivières, garnies chacune d'un étrier, qui s'attachent au pommeau de la selle, pour monter à cheval.

Littré (1872-1877)

CHAPELET (cha-pe-lè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des cha-pe-lè-z à gros grains ; chapelets rime avec traits, succès, paix) s. m.
  • 1Petit chapeau.

    Donner le chapelet, marier ; locution tirée de la coutume de mettre sur la tête des nouvelles mariées un chapelet de romarin. Ce sens est tombé en désuétude.

  • 2Objet de dévotion en forme de collier, fait de grains enfilés et composé de cinq dizaines d'avés, au lieu que le rosaire est composé de quinze dizaines d'Avés ; à chaque dizaine est un plus gros grain sur lequel on dit le Pater.

    Les prières mêmes qu'on dit sur un chapelet. Les Orientaux ont aussi des espèces de chapelets. Elle sait … [ce] Que valent chapelets, grains bénits enfilés, Régnier, Sat. XII. Les sœurs disent le chapelet en travaillant, Bossuet, Règl. Le vieux connétable de Montmorency disait son chapelet au milieu des camps, Chateaubriand, Génie, I, VI, 5.

    Fig. Il n'a pas gagné cela en disant son chapelet, se dit quand quelqu'un est puni d'une faute.

    Fig. Le chapelet se défile, commence à se défiler, se dit d'une famille, d'une société dont plusieurs membres viennent successivement à manquer.

    Fig. et familièrement. Défiler un chapelet, son chapelet, débiter avec volubilité tout ce qu'on sait sur une matière ; parler de mémoire et sans comprendre ce qu'on dit, sans s'en rendre compte ; dire à quelqu'un tout ce qu'on a à lui reprocher.

  • 3Tout ce qui a quelque analogie avec l'arrangement des grains d'un chapelet. Les enfants font des chapelets de marrons d'Inde.

    Fig. D'amis nombreux quelle troupe riante, Et de beautés quel brillant chapelet ! Béranger, Cordon.

    Terme d'architecture. Baguette découpée et formant une suite de grains, perles ou olives.

    Terme de dessin. Suite d'ornements qui se suivent ou s'enchevêtrent.

    Cercle de bulles qui se forme au-dessus de l'eau-de-vie qu'on agite.

    Terme de pêche. Balles de plomb que l'on met au bas de certains filets.

    Chapelet de tonneaux vides, sorte d'appareil servant à relever un bâtiment submergé.

    Terme d'hydraulique. Machine, autrement nommée noria, composée d'une chaîne sans fin, garnie de godets ou de seaux lesquels se remplissent au bas de leur course et se versent dans un conduit quand ils sont arrivés au haut.

    Machine de théâtre composée de plusieurs petits châssis sur chacun desquels est peinte une masse de nuages.

    Assemblage de barreaux d'acier arrangés en croix, qui sert à tenir le noyau droit dans la chape du moule d'une pièce de canon.

  • 4 Terme de médecine. Cercle de pustules vénériennes qui viennent autour du front.

    Engorgement ganglionnaire disposé comme un chapelet.

  • 5 Terme de vétérinaire. Suros placés les uns à la suite des autres.

    Appareil composé d'une douzaine de bâtons longs de 40 à 50 centimètres et de morceaux de bois ovoïdes traversés par deux cordes, et empêchant le cheval de se mordre sur une partie du corps où l'on a fait quelque pansement.

  • 6 Terme de manége. Couple d'étrivières, garnies chacune d'un étrier, qui s'attachent au pommeau de la selle.
  • 7 Terme de marine. Chapelet de cabestan, garniture de roulettes placées entre les taquets, au bas de certains cabestans.
  • 8 Terme de fauconnerie. Chaperon.
  • 9Arbre à chapelet, voy. ARBRE-SAINT.
  • 10Nom vulgaire d'une espèce du genre couleuvre (coluber sibilans de Seba).

HISTORIQUE

XIIIe s. Uns capelés [petit chapeau] ses cheveux [de Blonde] tient, Qui ert [était] de fin or reluisant, Bl. et Jehan, 4712. Un chapelet vest en sa teste, Ren. 24519. Tybert son chapelet osta, En tel maniere commença, ib. 21311. Il [l'Amour] ot ou chief ung chapelet De roses ; mais rossignolet Qui entor son chief voletoient Les foilles jus en abattoient, la Rose, 899.

XIVe s. Laquelle jeune femme à marier avoit un chappelet de fleurs sur sa teste, Du Cange, capelletum. S'ot un chappelet de rosettes, De muguet et de violettes, Par cointise mis en son chief, De Laborde, Émaux, p. 206. Le chapelet de fleurs que le connestable avoit sur la teste en servant à la table du roy, De Laborde, ib. p. 207.

XVIe s. Je sçay un beau chapelet de fines esmeraudes, Rabelais, Pant. II, 21. Ils ouvrageoient bouquets, guirlandes et chapelets de toutes façons, Yver, 524. Puis, estant lassés de chanter en chapelet [ronde], Yver, 576. En se retirant de tout poinct du maniement des affaires, et en se tissant un beau chappellet de tranquillité à mettre sur sa teste, comme disent aucuns rhetoriciens, Amyot, Crass. et Nic. 4. Leur commandant que chacun feist un chappelet d'espics de bled, et qu'ilz le meissent sur leurs testes, Amyot, Eum. 11. Là ne pouvans plus durer sans estriers, il nous feit acheter à chacun un chappelet [sorte d'étrier], D'Aubigné, Faen. I, 3. Ils ont souvent un chappelet autour du front, cheute de poil, etc. Paré, XVI, 4. La femme de Pierre Coeurly, maistre des chappelets…, Paré, XVIII, 31. Asseoir les chauderons et bassines pointues sur des borlets, torces ou chappelets, pour les garder de toucher pavé, De Serres, 882.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHAPELET. Ajoutez :
11Nom donné à des liens en bois tordus, qui servent dans le flottage des bois.

HISTORIQUE

XIVe s. Ajoutez : Tous ceulx de vostre compaignie s'y acordent [à vous louer de votre prouesse], et vous en donnent le prix et le chappellet, se vous le voulez porter, J. le Bel, les Vrayes Chroniques, t. II, p. 201.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAPELET, s. m. (Hist. ecclés.) on donne parmi les chrétiens ce nom à plusieurs grains enfilés qui servent à compter le nombre des Pater & des Ave que l’on dit en l’honneur de Dieu & de la sainte Vierge. On les appelle aussi patenôtres (Voy. Patenôtres), & patenaudiers les ouvriers qui les font.

Il y a des chapelets de corail, d’ambre, de coco, & d’autres matieres plus précieuses.

Ménage fait venir ce mot chapelet de chapeau, à cause de la ressemblance qu’il trouve entre le chapelet & un chapeau de roses ; ressemblance qui ne frappera certainement pas tout le monde comme elle avoit frappé Ménage. Dans la basse latinité on l’appelle capellina, & les Italiens le nomment encore corona. On lui donne aussi le nom de rosaire : mais le rosaire proprement dit est un chapelet de quinze dixaines de grains ; nombre qu’on a diminué dans les chapelets ordinaires.

Cet usage de réciter le chapelet n’est pas fort ancien : Larrey, & le ministre Viret, en rapportent l’origine à Pierre l’Hermite, personnage fameux dans l’histoire des croisades, & qui vivoit sur la fin du onzieme siecle. On sait que S. Dominique a été l’instituteur du rosaire. Voyez Rosaire.

Il y a aussi un chapelet du Sauveur, qui consiste en trente-trois grains, en l’honneur des trente-trois ans que Notre Seigneur a vécu sur la terre. Il a été imaginé par le pere Michel de l’ordre des Camaldules.

Les Orientaux ont aussi des especes de chapelets qu’ils appellent chaînes, sur lesquels ils récitent les noms des perfections de Dieu, Le grand-mogol, dit-on, porte jusqu’à dix-huit de ces chaînes, les unes de gros diamans, les autres de perles, de rubis, & autres pierres précieuses. (G)

Chapelet des Turcs, (Hist. mod.) Il ne faut pas croire que les Catholiques soient les seuls qui se servent du chapelet dans quelques-unes de leurs prieres particulieres ; les Turcs en ont pareillement, mais différens de ceux des Chrétiens. Le chevalier de la Magdelaine, qui a été long-tems leur esclave, marque que ce chapelet, qu’ils ont toûjours ou le plus souvent, est composé de quatre-vingt-dix-neuf grains, sur lequel ils disent ; Alla bismilla, ethemdail illa : Alla hecher ; ce qui veut dire, le nom de Dieu soit loüé à jamais ; Dieu est tout-puissant. Voyez le miroir de l’empire Ortoman, imprimé à Bâle en 1677. Je sai que le pere Dandini Jésuite, dans son voyage du Levant, rapporte les paroles un peu différemment ; mais le sens en est le même que de celles qui viennent d’être marquées. Ce pere dit même qu’aux quatre-vingts-dix-neuf grains les Turcs en ont ajoûté un centieme ; mais un grain de plus ou de moins dans un chapelet turc, ne doit point être un sujet de dispute. Je ne puis m’empêcher, au sujet de ce chapelet, de marquer deux singularités : le Tition, dans son admirable tableau des pellerins d’Emmaüs, s’est avisé de mettre un chapelet à la ceinture de l’un d’eux ; & Raphaël, dans un tableau de S. Jean qui prêche au desert, donne un chapelet au saint précurseur : je ne crois pas néanmoins que ç’ait été, ni que ce soit l’usage des Juifs de se servir de chapelet pour les faire souvenir de prier Dieu. (a)

Chapelet, (Jurispr.) est un signe particulier de justice, que les seigneurs des comtés & baronnies ont droit de faire mettre aux fourches patibulaires de leur seigneurie. La coûtume d’Angoumois, ch. j. art. 4. dit que le seigneur châtelain peut avoir fourches patibulaires à quatre piliers ; mais qu’en ces fourches il ne peut avoir chapelet, ce que toutefois peut avoir le baron. Voyez Vigier, sur l’article 1. de cette coûtume. (A)

Chapelet, (Architect.) genre d’ornement en forme de patenôtres sphériques ou elliptiques rallongées, que l’on taille ordinairement sur les baguettes des architraves (Voyez Architrave.), lorsque les entablemens ont leurs moulures enrichies d’ornemens, ainsi que se voyent celles de la cour du vieux Louvre, des Tuileries, &c. (P)

Chapelet, en termes de Fonderie, est un morceau de fer rond & plat armé de trois tenons que l’on met à l’extrémité de l’ame d’une piece de canon, lorsqu’on en fait le moule pour assembler la piece avec la masse. Voyez Fonderie.

Chapelet, (Hydr.) se dit d’une pompe qui va par le moyen d’une chaîne sans fin garnie de godets ou de clapets qui trempent dans l’eau d’un puits & se remplissent, avant que d’entrer dans un tuyau creux d’où ils sortent par l’autre bout, & se vuident dans le reservoir. Comme il est nécessaire que ces clapets ou godets entrent un peu juste dans le tuyau montant, il se fait plus de frottement dans ces pompes que dans toutes les autres. Cette chaîne doit être écartée dans son chemin, & pour entrer perpendiculairement dans le tuyau montant, & pour se vuider dans le reservoir. Il faut qu’elle tourne & s’accroche sur deux hérissons ou roüets à crocs placés à ses extrémités : son mouvement doit être plus accéléré qu’aux autres pompes, pour ne pas donner le tems à l’eau de descendre.

Cette pompe, ainsi que la vis d’Archimede, n’est propre qu’à dessécher des marais, ou des lieux destinés à bâtir ; rarement s’en sert-on dans les eaux jaillissantes. On verra plusieurs de ces machines exécutées dans nos Planches. (K).

Chapelet, terme de manege ; paire d’étrivieres garnies de leurs étriers, & ajustées au point du cavalier, qui les attache au pommeau de la selle par une espece de boucle de cuir qui les joint en-haut, & qu’on appelle la tête du chapelet ; cela le dispense de les rallonger ou de les raccourcir quand il veut changer de cheval. (V)

Chapelet, (Jardin.) est une continuité de plusieurs desseins qui s’enfilent l’un l’autre, telles que sont plusieurs salles dans un bosquet.

On le dit encore dans un parterre, lorsque plusieurs petits ronds appellés puits se suivent, & quoique détachés, forment une espece de palmette ou de chaîne imitant les olives, les grelots, ou les grains d’un chapelet. (K)

Chapelet, machine d’opéra ; on appelle ainsi plusieurs petits chassis de formes différentes, peints en nuages, & enfilés à des cordes les uns après les autres, qu’on descend ou remonte par le moyen du contrepoids. Cette machine est fort simple, & fait illusion.

Le moment où elle remonte, & où elle est prête à se perdre dans les plafonds, est celui où elle paroît le plus agréable. Lorsque la nuit fait place à l’aurore naissante dans le prologue de Zaïs, la machine qui s’éleve insensiblement & qui remonte, est composée de quatre chapelets de nuages.

Cette machine pourroit être fort utile à l’opéra, si elle y étoit employée avec soin, & qu’on eût surtout attention à la façon de peindre les différens petits chassis dont elle est composée. Voyez Char. (B)

Chapelet, fiche à chapelet, (Serrurerie.) Voyez Fiche.

Chapelet, (Distillat.) petit cercle de mousse qui paroît à la surface de l’eau-de-vie quand on la verse, diminue à mesure que l’eau-de-vie séjourne dans le verre, disparoît assez promptement, & marque l’excellence de cette liqueur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chapelet »

De l’ancien français chapelet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de chapel : petit chapeau. La suite des sens est : petit chapeau ; puis, particulièrement, la couronne de roses que l'on mettait sur la tête de la sainte Vierge, ou rosaire ; enfin, par similitude avec le rosaire, un certain nombre de grains enfilés et formant une sorte de couronne ou rosaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De chapel (« chapeau ») avec le suffixe diminutif -et → voir chapeler (« tresser une couronne de roses, couronner de roses ») et rosaire pour le sens pris par « chapelet ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chapelet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chapelet ʃaplɛ

Évolution historique de l’usage du mot « chapelet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chapelet »

  • Il faut dire son chapelet quand on ne dort pas et ne pas ajouter la nuit Au jour à qui sa propre malice suffit. Paul Claudel, L'Otage, I, 2, le pape Pie , Gallimard
  • La vie est un chapelet de minutes. De Paul Reynaud
  • Son chapelet fait un bruit d'enfer. De André Gide
  • Tel a le chapelet en main, qui a le diable au corps. De Proverbe espagnol
  • Enfermez-vous dans les cabinets pour dire votre chapelet et, si vous avez quinze ans, pour fumer des cigares. De Francis Picabia
  • Drôle d'époque où recenser les sujets de préoccupation de ses contemporains revient à ressasser un chapelet de lieux communs. De Christiane Collange / Ça va les hommes ?
  • Chaque personne est une armoire pleine d'histoires, il suffit d'ouvrir les tiroirs, c'est comme un chapelet qu'on égrène. De Tahar Ben Jelloun / L'auberge des pauvres
  • La civilisation, la société et les moeurs sont comme un chapelet dont le noeud est la croyance à l'immortalité de l'âme ; ôtez le noeud, tout s'en va. De Louis Figuier
  • Écrire, c'est la manière la plus ostentatoire de garder silence - c'est caresser l'espoir qu'un chapelet de mots puisse déboucher sur une parole vraie. De Marc Gendron / Titre à suivre
  • Nous traînons toute notre vie des chapelets de mauvais vers et de maximes creuses qui nous font buter à chaque pas. De Alain / Propos sur le bonheur
  • C’est donc saint Michel lui-même qui a apporté cette dévotion du ciel à la terre, en 1751, à un moment où l’Église devaient faire face à plusieurs actions conjointes destinées à l’affaiblir. Après avoir reçu la grâce de cette vision, sœur Antonia d’Astoniac diffusa largement le chapelet de saint Michel, en particulier chez les carmélites. Il faudra cependant attendre un siècle pour que le pape Pie IX contribue à sa plus large diffusion, en 1851 : il reconnaît cette apparition privée, et associe à la récitation de cette prière la possibilité de recevoir une indulgence plénière. Aujourd’hui, elle est surtout récitée pour recevoir la protection de saint Michel dans les combats quotidiens, et pour délivrer les morts du purgatoire. Toute personne qui prie ce chapelet avec foi et dévotion avant de recevoir la communion serait même entourée par un ange de chaque chœur pour l’accompagner à l’autel. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Le chapelet de saint Michel, l’indispensable prière pour les combats quotidiens
  • Alors que l’Europe sort progressivement de la pandémie de Covid-19, mais alors que d’autres continents, comme l’Amérique du Sud, la subissent toujours de plein fouet, le pape François a présidé, samedi 30 mai à la Grotte de Lourdes du Vatican, un chapelet pour confier une nouvelle fois à la Vierge les souffrances de l’humanité. La Croix, Covid-19 : le pape prie le chapelet à la grotte de Lourdes du Vatican
  • L’annonce faite en milieu de semaine a visiblement suscité l’intérêt des pèlerins, plutôt locaux, pour le chapelet devant la Grotte de Lourdes. Il faut dire que cette célébration était présidée par le pape François en duplex du Vatican. La retransmission, prévue à 17 h 30 a drainé près de 500 personnes, par petits groupes, en famille avec de jeunes enfants, redonnant des couleurs à un Lourdes vidé de ses pèlerins depuis des mois. Les consignes de sécurité parfaitement respectées, dont le port du masque et la distanciation, semblaient même faire partie de la vie de chacun, somme si cela avait toujours été le cas. Une bouffée d’air frais et d’espoir pour toute une ville comme l’a confié Mgr d’Arodes, coordinateur de la pastorale internationale du sanctuaire : "C’est un moment heureux, les gens ont l’impression de revenir à la maison. Il y a eu deux mois de prière en continu à la Grotte et aujourd’hui, le pape François clôt ce moment. À partir de demain, le rythme redevient normal". un duplex depuis la réplique de la Grotte de Lourdes avec l’autel et les grilles de l’originale, un symbole fort : "C’est un signe d’espoir pour la ville et les socio professionnels, nous sommes les premiers à rouvrir, nous sommes à leur côtés". Chacun assis sur son rond dessiné par terre, Samuele, Giovanni, Pietro, Maria, Anna Morena, Giuseppe, Francesco, Thérésa et Déborah, tous enfant de la même famille italienne et vivant à Lourdes depuis 10 ans, ne cachent pas leur joie : "C’est un moment spécial. le sanctuaire était fermé depuis longtemps et aujourd’hui, on peut revenir ici, c’est bien. Ce soir, c’est important que ce soit le pape qui célèbre en direct, on est heureux". ladepeche.fr, Lourdes : le pape a prié depuis la réplique de la Grotte au Vatican - ladepeche.fr
  • La côte de la commune forme un chapelet de plages alternant criques, rivages de sable et de galets sur 17 kilomètres. Dans la rade de Bormes, face aux îles du Levant et de Port-Cros, la plage de La Favière jouxte un port de plaisance moderne. Abritée du vent par le Cap Bénat, elle est le point de départ d'un sentier du Littoral, où des parfums de résineux et de pinèdes accompagnent les promeneurs vers des plages aux noms évocateurs : la Tripe, la Galère, la Vignasse, la Mère de Dieu… , Bormes-les-Mimosas convie ses visiteurs au généreux spectacle du littoral varois
  • Les cyclotouristes pourront faire halte à Négrepelisse, qui réhabilite son important patrimoine médiéval. Les plus curieux visiteront le centre d’art et de design "La Cuisine" installé dans l’ancien château. Ensuite, les belles étapes s’égrènent comme un chapelet d’histoire : Bruniquel et ses châteaux perchés sur un éperon rocheux dominant les vallées de l’Aveyron et de la Vère ; Saint-Antonin-Noble-Val, au point de rencontre des anciennes provinces du Rouergue, du Quercy et de l’Albigeois, Laguépie et son espace baignade dans le Viaur. ladepeche.fr, La véloroute des Gorges de l’Aveyron - ladepeche.fr

Traductions du mot « chapelet »

Langue Traduction
Anglais rosary
Espagnol rosario
Italien rosario
Allemand rosenkranz
Portugais rosário
Source : Google Translate API

Synonymes de « chapelet »

Source : synonymes de chapelet sur lebonsynonyme.fr
Partager