Casquer : définition de casquer


Casquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CASQUER1, verbe trans.

[Le suj. désigne gén. une coiffe, une chevelure] Recouvrir d'un (ou à la manière d'un) casque. Ses lourds cheveux noirs casquaient son front étroit (J. Richepin, Les Morts bizarres,1883, p. 138).Un chapeau de feutre mou casquait ses cheveux (P. Bourget, Le Tapin,Une fille-mère, 1928, p. 174):
Un tablier de mohair noir parait le devant de sa jupe, et ses bondissants cheveux, disciplinés, tordus en « huit », casquaient étroitement la forme charmante et nouvelle d'une tête ronde, impérieuse, qui n'avait plus d'enfantin que sa fraîcheur et son impudence, pas encore mesurée, de petite dévergondée villageoise. Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 139.
Emploi pronom. Se casquer.Il va prendre un laryngoscope à réflecteur, s'en casque lentement (Romains, Knock,1923, II, 6, p. 14).Les grands panaches de plumes d'or dont vous vous êtes casqués (Giono, Chroniques,Noé, 1947, p. 304).
Prononc. : [kaske], (je) casque [kask]. Étymol. et Hist. 1883 « coiffer comme d'un casque », supra [Ne semble pas attesté ds l'Almanach du Hanneton, 1867, comme l'indique Dauzat 1973]. Dér. de casque*, dés. -er, prob. sous l'infl. de casqué* adj. pris pour un part. passé. Fréq. abs. littér. : 3. Bbg. Rupp. 1915, p. 52.

CASQUER2, verbe.

Argot
A.− Emploi intrans. Tomber, donner dans un piège, en particulier en payant (d'avance) :
1. Le fermier alléché par l'espoir du gain casque (donne dans le piège), et croit ne pouvoir payer assez cher, un morceau de strass monté sur cuivre. Dict. de l'arg. ou la Lang. des voleurs dévoilée,1847, p. 82.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. et ds la plupart des dict. d'argot.
B.− P. ext. Payer.
1. Emploi intrans. Casquer de (une certaine somme). Être entraîné à payer une certaine somme. Maman, en deux mois, a fait casquer Fumeau de trois cent mille balles (Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 240).
2. Emploi trans.
a) [Le compl. désigne une somme d'argent] Des snobs, prêts à casquer deux mille balles pour vous voir en chair et en os (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 250).
Emploi abs. :
2. [julot.] − ... Dans la journée, il commençait à s'émécher un peu partout chez tous les p'tis bistros du quartier, et c'était toujours sa malheureuse femme qui casquait. J. Lévy, Gosses de Paris,1898, p. 18.
Faire casquer qqn. Faire casquer le contribuable (Courteline, L'Article 330,1900, p. 281).
b) [Le compl. désigne une pers.] ... s'il a pas d'quoi Pour casquer son propriétaire [P. Paillette] (A. Bruant, Dict. fr.-arg.,1905, p. 256).[Le barman au garçon serveur :] On est pas casqués pour se mêler de leurs histoires [du patron et du gérant] (A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes,1953, p. 136).
Prononc. : [kaske], (je) casque [kask]. Étymol. et Hist. 1. 1835 arg. « tomber dans un piège » ([Raspail], Réforme pénitentiaire, p. 2); d'où 2. 1844 arg. « payer » (F. Vidocq, Les Vrais mystères de Paris, t. 7, p. 14). Empr. à l'ital. du centre et du nord cascare attesté ds Batt. t. 2 au sens de « tomber » dep. le xives. (Dante), plus récemment cascarci [avec le pronom ci correspondant à y accolé] « y tomber (dans le piège, le panneau) » dep. le xviiies. (Goldoni); l'ital. est issu du lat. vulg. *casicāre dér. du rad. de casus, part. passé de cadĕre. Fréq. abs. littér. : 8. Bbg. Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. et pop. Cah. Lexicol. 1970, t. 17, no2, p. 6. − Hope 1971, p. 443. − Rupp. 1915 [Cr. Spitzer (L.). Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. 1921, t. 42, pp. 308-309]. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 149, 293. − Sain. Lang. par. 1920, p. 192.

Casquer : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

casquer \kas.ke\ intransitif et transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se casquer)

  1. Recouvrir d'un casque.
    • Ils sont arrivés casqués et cagoulés, j'ai eu une de ces peurs !
  2. Recouvrir la tête à la manière d'un casque.
    • Un tablier de mohair noir parait le devant de sa jupe, et ses bondissants cheveux, disciplinés, tordus en « huit », casquaient étroitement la forme charmante et nouvelle d’une tête ronde, impérieuse, qui n’avait plus d’enfantin que sa fraîcheur et son impudence, pas encore mesurée, de petite dévergondée villageoise. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 81.)
  3. (Pronominal) Mettre un casque.
  4. (Pronominal) (Par extension) Se couvrir la tête à la manière d'un casque.
    • Elle s'était casquée d'une espèce de coiffe de nonne qui recouvrait entièrement ses cheveux.

Verbe 2

casquer \kas.ke\ intransitif et transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Argot) Payer (souvent une grosse somme), faire les frais de quelque chose.
    • Pour cela, il me faut casquer ; mais, vois-tu, il faut savoir donner un billet de mille pour travailler en maître. — (Yves Guyot, La Prostitution, 1882)
    • Ainsi, grâce à Robert, pouvait-elle, au seuil de la cinquantaine (d’aucuns disaient de la soixantaine) éblouir chaque table où elle allait dîner, chaque soirée où elle paraissait, d’un luxe inouï sans avoir besoin d’avoir comme autrefois un « ami » qui maintenant n’eût plus casqué, voire marché. — (Marcel Proust, Albertine disparue, in À la recherche du temps perdu, t. IV, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 263)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « casquer »

Étymologie de casquer - Wiktionnaire

(Verbe 1) Dénominal de casque.
(Verbe 2) De l'italien cascare (« tomber (dans le piège) ») dont est aussi issu cascade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « casquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
casquer kaske play_arrow

Conjugaison du verbe « casquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe casquer

Évolution historique de l’usage du mot « casquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « casquer »

  • Nos députés sont-ils téléguidés par des enjeux financiers, au profit de ces pauvres assureurs, qui en ont marre de casquer pour couvrir les frais engendrés par les accidents des cyclistes et autres utilisateurs d'EDP... Weelz.fr, Port du casque à vélo : Marre de casquer? Nous aussi! ⋆ Weelz.fr
  • Je suggère deux possibilités : 1) Un petit morceau de table dans la salle à manger fera l’affaire, je serai accessible à toute la famille et j’assumerai, à l’image de superman ou de superwoman les quatre fonctions de parent, époux-se, ami-e et professionnel-le en même temps. 2) Je programme une réunion de famille pour dialoguer sur la nécessité d’une organisation collective. Le couple va devoir passer d’un état multifonction déjà lourd à porter avant le confinement, à l’état de "champion toutes catégories" imposé par de nouvelles exigences professionnelles et relationnelles. Cette mutation, imprévisible avant le confinement, va nous donner du fil à retordre. Et c’est encore le couple qui va casquer ! On passe soudainement d’un schéma de compréhension à un autre sans aucune préparation. nrpyrenees.fr, La bonne distance dans le couple - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « casquer »

Langue Traduction
Portugais pagar
Allemand blechen
Italien sborsare
Espagnol apoquinar
Anglais foot the bill
Source : Google Translate API

Synonymes de « casquer »

Source : synonymes de casquer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires