Cardinal : définition de cardinal


Cardinal : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CARDINAL1, ALE, AUX, adj.

I.− Qui sert de gond, de pivot.
ZOOL. Dents cardinales. ,,Dents principales de la charnière dans les coquilles bivalves`` (Bouillet 1859).
II.− Au fig. Qui constitue la charnière sur laquelle tourne, s'appuie une chose ou un ensemble de choses.
A.−
1. Domaine de la vie relig.Principal.
a) LITURG., vx. Autel cardinal. ,,Autel principal`` (DG).
b) THÉOL. MORALE. Vertus cardinales. Les quatre vertus chrétiennes (la justice, la prudence, la tempérance, la force) considérées comme fondamentales pour le comportement des hommes entre eux. Anton. vertus théologales* (foi, espérance, charité qui règlent les relations de l'homme avec Dieu).V. batelier, ex. 5.
2. Littér. [En parlant d'idées, de principes, etc.] Essentiel, fondamental, dont dépend tout le reste. L'idée cardinale de ma thèse, celle qui doit rester le centre absolu auquel toutes les autres se réfèrent (Marcel, Journal métaphysique,1914, p. 86):
1. Je rejoins ici ma notion cardinale à cet égard que je dois avant tout à mes deux années de vie parmi mes réfugiés, à ce qu'il y a de meilleur chez Gide, et à ce qui fut la doctrine constante de Tchekhov − à savoir toujours me mettre à la place de l'autre et essayer non seulement de voir, mais, dans la mesure du possible, de penser et de sentir comme lui. Du Bos, Journal,1922, p. 68.
B.− [En parlant d'entités en nombre très réduit] Qui sert de règle ou de référence structurale.
1. ASTRON., GÉOGR.
a) Les quatre points cardinaux. Les quatre points de l'horizon (le nord, le sud, l'est et l'ouest) servant à déterminer la position de tous les autres points. P. ext. Dont l'orientation coïncide avec les directions des quatre points cardinaux. Les quatre routes cardinales des Alpes (E. Reclus dsGuérin1892).
P. métaph. Une famille noble, inactive, oubliée est une fille sotte, laide, pauvre et sage, les quatre points cardinaux du malheur (Balzac, Le Cabinet des antiques,1839, p. 26).
P. méton. Vents cardinaux. Vents provenant des quatre points cardinaux :
2. Le soir où il avait promis des violettes blanches à sa cousine, Rodolphe fut pris d'une grande colère en rentrant chez lui : les quatre vents cardinaux avaient encore cassé un carreau en jouant aux quatre coins dans la chambre. Murger, Scènes de la vie de bohème,1851, p. 104.
b) Points ou signes cardinaux du Zodiaque. ,,Premiers degrés des signes où l'entrée apparente du soleil détermine les quatre saisons, c'est-à-dire le Bélier, le Cancer, la Balance et le Capricorne`` (Besch. 1845).
P. anal., OPT. Points cardinaux d'un système dioptrique. ,,Six points dont la détermination suffit pour calculer ou construire très aisément toutes les circonstances relatives à la marche de la lumière à travers le système, ...`` (Littré).
2. EMBRYOL. Veines cardinales et, p. ell., cardinales, subst. fém. plur. ,,Veines du corps de l'embryon, au nombre de quatre, deux antérieures, deux postérieures`` (Littré-Robin 1865).
C.− [En parlant de nombres ou de leur dénomination]
1. ARITHM. Nombre cardinal. Nombre qui désigne une quantité précise en elle-même et pour elle-même. (Quasi-) synon. nombre naturel, entier. Anton. nombre ordinal.
GRAMM., LING.
a) ,,On appelle adjectifs numéraux cardinaux, ou noms de nombres cardinaux, les adjectifs ou noms exprimant la quantité, le nombre précis (un, vingt, cent, mille, etc.), par opposition à ceux qui expriment l'ordre, le rang (ordinaux), la distribution en plusieurs catégories (distributifs)`` (Ling. 1972).
b) Voyelles cardinales. Voyelles ,,pourvues de qualités acoustiques reconnues`` et comportant ,,des positions définies de la langue et des lèvres`` (Mar. Lex. 1951).
2. MATH. MOD. Nombre cardinal ou, p. ell., cardinal. Nombre entier (généralisé), désignant un ou plusieurs ensembles appartenant à la même classe d'équivalence.
Prononc. et Orth. : [kaʀdinal], plur. [-o]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1279 Vertuz cardinals (Laurent, Somme, ms. Chartres 371, fo35 rods Gdf. Compl.); ca 1290 Vant quardonal (J. de Priorat, Liv. de Veg., B.N. 1604, fo70c, ibid.) d'où 1680 points cardinaux (Rich.); 1680 nombre cardinal (Ibid.); 1845 hist. eccl. (Besch. : Autel cardinal. Messe cardinale). Empr. au lat. cardinalis « qui sert de pivot, d'appui » (Vitruve ds TLL s.v., 442, 14) attesté au sens fig. « autour duquel tout tourne, principal » dans les syntagmes cardinales venti « vents cardinaux » (fin ive-début ves., ibid., 442, 19); cardinales numeri « nombres cardinaux » (début vies. Priscien, ibid., 442, 25); cardinales virtutes « vertus cardinales » (379 Ambroise, ibid., 442, 27); cardinalis est dér. du lat. class. cardo « gond, pivot d'une porte) », v. aussi cardinal2. Fréq. abs. littér. : 309. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 94, b) 31; xxes. : a) 1 809, b) 127. Bbg. Feugère (F.). La Première Renaissance et notre vocab. Déf. Lang. fr. 1970, no51, p. 14.

CARDINAL2, AUX, subst. masc.

I.− RELIG. CATH.
A.− Anciennement. Prêtre, diacre attaché de façon stable à une paroisse de Rome ou à une église quelconque (cf. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 495).
B.− De nos jours. Dignitaire ecclésiastique vêtu de pourpre et chargé, en tant que membre du sacré collège, d'élire et d'assister le pape dans le gouvernement des affaires de l'Église. Le chapeau de cardinal; Son Éminence (Monsieur) le cardinal un tel; le cardinal-archevêque de Paris :
1. Depuis le cardinal de Richelieu jusqu'au duc de Choiseul, les hommes d'État de notre cabinet n'ont jamais perdu de vue l'adhérence obligée de la Péninsule hispanique à ce sol de France, par lequel elle se rattache à l'Europe. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3,1848, p. 188.
Rem. On rencontre en fr. pop. la forme cardinoche (cf. Marcus, L'Arg. tel qu'on le parle, 1947, p. 9 et L. Stollé ds étymol. et hist. II).
Loc. proverbiale. Tel qui entre pape au conclave en sort cardinal. Tel qui avant le conclave semblait avoir toutes les chances d'être élu pape, ne l'est pas effectivement; p. ext., il ne suffit pas d'avoir des chances, il faut encore qu'elles se réalisent.
SYNT. Cardinal camerlingue (v. Camerlingue). Cardinaux de couronne, de curie. Cardinaux dont la désignation était jadis réservée, en vertu d'une coutume, à un souverain (Empereur, Roi de France, etc.) et de ce fait chargés de défendre les intérêts de leur souverain, particulièrement pendant le conclave (d'apr. Foi t. 1 1968). Cardinaux in petto. Cardinaux que le pape crée ,,sans les faire connaître, se réservant de les proclamer plus tard s'il le juge à propos`` (Marcel 1938). Cardinal(-)légat. Cardinal en mission extraordinaire, chargé de représenter le pape à l'étranger (cf. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, 1876, p. 92). Cardinal(-)protecteur. Cardinal chargé par le pape de conseiller et de protéger certains instituts religieux, certains princes, certains lieux (cf. Stendhal, L'Abbesse de Castro, 1839, p. 183). Cardinal secrétaire d'État. Principal collaborateur du pape, remplissant notamment les fonctions de ministre des affaires étrangères (cf. Billy, Introïbo, 1939, p. 193). Cardinal(-)vicaire. ,,Cardinal qui supplée le pape dans ses fonctions d'évêque de Rome`` (Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.).
À la cardinale, loc. adv. À la manière des cardinaux. Porter le chapeau à la cardinale (Lar. 19e-20e).
II.− [P. anal. de couleur]
A.− SC. NAT.
1. ZOOLOGIE
a) Oiseau dont le plumage est rouge ou de couleur éclatante. Des cardinaux incarnats, jaunes :
2. Le lendemain je m'éveillai aux chants des cardinaux et des oiseaux moqueurs, nichés dans les acacias et les lauriers qui environnoient la grotte. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 227.
b) Poisson du genre spare (cf. H. Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 193).
c) ,,Papillon diurne à ailes pourpres`` (DG); coléoptère couleur de feu (cf. Bouillet 1859).
2. BOT. Glaïeul à fleurs rouges (cf. Privat-Foc. 1870).
B.− ART CULIN. [En appos. invar., avec valeur d'adj.] La garniture cardinal est faite de corail et de coquilles de homard, ... (Ac. Gastr.1962).La sauce cardinal comprend les mêmes articles, avec velouté, ... (Ac. Gastr.1962).Cf. cardinaliser B.P. métaph. :
3. Le contenu du pot de rouge, liquéfié, pourrait servir à masquer, comme disent les cuisiniers, quelques « pêches cardinal »... Colette, L'Envers du music-hall,1913, p. 51.
Rem. L'orig. du sens est perceptible aussi dans l'ex. métaph. suiv. :
4. Lesable, souriant, raconta qu'un écrivain [Jules Janin] avait appelé le homard « le cardinal des mers », ne sachant pas qu'avant d'être cuit cet animal était noir. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Héritage, 1884, p. 475.
Rem. 1. On rencontre qq. traces d'un emploi de l'adj. cardinal au sens de « qui est propre, réservé à un cardinal » (cf. cardinalice). Chapeau cardinal, pourpre cardinale, titre cardinal (paroisse de Rome attribuée à un cardinal). Cf. en outre estrade cardinale (Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 49). 2. On rencontre en outre le subst. fém. cardinale pour désigner une espèce de sauge à corolle écarlate (Privat-Foc. 1870) ou une variété de pêche de même couleur (Guérin 1892). 3. Le dér. cardinalesque « qui a la couleur de la robe de cardinal », employé p. plaisant. par T. Gautier (Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 317 : la pourpre cardinalesque de son nez) et par E. et J. de Goncourt (Journal, 1889, p. 982 : des légions de domestiques, à la livrée cardinalesque) ne continue pas l'anc. cardinalesque « propre à un cardinal » attesté dès 1598 (cf. Hug.), et sorti d'usage.
Prononc. et Orth. : [kaʀdinal], plur. [-o]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1. 1172-74 subst. masc. relig. chardenal (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2153), forme attestée jusqu'au xives. ds Gdf. Compl.; 1190 cardinal (Antioche d'apr. Fr. mod., t. 16, p. 64); 1230-50 cardinal (2mecollection anglo-normande des Mir. de la Ste Vierge, éd. H. Kjellman, 24, 11, p. 107); 1545 emploi adj. « relatif au cardinal » J. Bouchet, Epistres morales du Traverseur, I, 13 ds Hug.), attest. isolée; repris au milieu du xixes. : 1832, supra; 2. 1534 loc. adv. à la cardinale (Rabelais, Gargantua, chap. 5, éd. Ch. Marty-Laveaux); 3. 1680 p. anal. avec la couleur de la robe du cardinal, ornith. (Rich.). II. 1947 pop. cardinoche (L. Stollé, Douze récits historiques racontés en arg., p. 4). I empr. au lat. eccl. cardinalis (v. cardinal1), dér. du lat. cardo « gond, pivot », d'où la notion d'une fonction fixe et importante, d'abord attesté comme adj. pour désigner certains dignitaires eccl. : pontifex cardinalis (Epistulae pontif. Rom. genuinae 1868 Gelas. frg. 5 [ca 495 d'apr. DEI] ds TLL s.v., 442, 38) spéc. pour désigner un prêtre affecté d'une manière permanente à une église déterminée : cardinalis sacerdos (2emoitié vies. Grégoire Le Grand, ibid., 442, 42), ou les évêques suburbicaires : episcopi cardinales (768-72 ds Nierm.), devenu subst. au sens de « cardinal » fin viiies., ibid.; la forme chardenal est demi savante; 2 p. ell. de façon ou manière. II dér. du rad. de cardinal; suff. -oche*. Fréq. abs. littér. : 1 913. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 307, b) 1 809; xxes. : a) 1 427, b) 1 778.
DÉR.
Cardinalable, adj. masc.,rare. Qui peut être promu cardinal. Ceux qui parlaient ainsi, Montaigne nous le fait remarquer, étaient personnes de grande autorité et cardinalables, c'est-à-dire du bois dont on fait les cardinaux (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 2, 1863-69). Seule transcr. ds Littré : kar-di-na-la-bl'. 1reattest. 1580-81 (Montaigne, Journ. de Voyage, p. 274 ds Hug.) attest. isolée, repris au xixes. 1863-69, supra; de cardinal2terme de relig. suff. -able*.
BBG. − Darm. 1877, p. 208 (s.v. cardinalesque). − Pamart (P.). Écriture artiste et créations verbales. Vie Lang. 1970, p. 306 (s.v. cardinalesque). − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 71 (s.v. cardinale). − Sain. Lang. par. 1920, p. 414.

Cardinal : définition du Wiktionnaire

Adjectif

cardinal \kaʁ.di.nal\ masculin

  1. Qui est fondamental, sert de référence ou de pivot.
    • On dit dans la morale, les quatre vertus cardinales, […] qui servent comme de fondement ou de pivot à toutes les autres. — (Pierre Richelet, Dictionnaire françois, à Lyon chez Marcellin Duplain, volume 1, 1728, p. 376)
    1. (Géographie) (Météorologie) Qualifie les quatre points de l’horizon auxquels on rapporte généralement tous les autres points, et qui sont le nord, le sud, l’est et l’ouest.
      • Montrez-le. Comment nomme-t-on ce point cardinal ? — ouest ? — (Le Progrès : Journal de l'éducation populaire, à Bruxelles imprimerie de J. Sannes, 1869, p. 181)
    2. (Astrologie) Qualifie les signes astrologiques qui déterminent les quatre saisons.
      • En astrologie, on appelle signe cardinal un signe du zodiaque qui se trouve au début d’une saison. Les quatre signes cardinaux sont ainsi le Bélier (début du printemps), le Cancer (début de l’été), la Balance (début de l’automne) et le Capricorne (début de l’hiver). — (signe cardinal sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
    3. (Mollusques) Identifie les éléments remarquables de la charnière bivalve.
      • L’angle cardinal est la protubérance anguleuse que présentent les extrémités antérieure et postérieure du bord dorsal d’une coquille de bivalve ou d’ostracode. — (Magdeleine Moureau et ‎Gerald BraceDictionnaire des sciences de la Terre / Comprehensive Dictionary of Earth Science, Publications de l’Institut français du pétrole, Éditions Technip, Paris, 2000, ISBN 2-7108-0749-1, p. 78)
    4. (Linguistique) Désigne les voyelles de référence permettant de situer toutes les autres voyelles les unes par rapport aux autres. → voir voyelle cardinale
      • Les voyelles cardinales sont un ensemble de voyelles de références parfois utilisées en phonétique pour situer les voyelles d’une langue les unes par rapport aux autres et par rapport à un repère international. — (Voyelle cardinale sur fracademic.com. Consulté le 3 juin 2018)
  2. (Par extension) Qui est principal, essentiel.
    • Aux Etats-Unis, on le sait, la vérité est érigée en vertu cardinale. Mentir, c’est le crime absolu. — (Arnaud Leparmentier, Le mensonge, crime absolu et sport national aux Etats-Unis, Le Monde. Mis en ligne le 28 février 2019)
    • C’est ici l’achèvement de l’histoire des hommes : les méditations cardinales étant accomplies, Descartes, Rousseau et Kant ayant vécu, les grandes inventions étant faites, les continents explorés, les révolutions achevées, tout concourant à la perfection de la démocratie, ils sentent assez clairement qu’ils ont la bonne fortune de penser, d’enseigner et de vivre dans ce qu’ils appelleraient volontiers la société sociale par excellence. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, page 60, 1932)
    1. (Mathématiques) Qui indique la quantité, par opposition à un nombre ordinal qui indique la position, l’ordre, le rang. → voir nombre cardinal
      • L’aspect cardinal des nombres c’est le fait que les nombres permettent de dénombrer des collections : "il y a trois poires". — (Dominique, ordinal et cardinal sur forums-enseignants-du-primaire.com. Mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 3 juin 2018)
    2. (Grammaire) Qualifie les noms ou les adjectifs qui indiquent la quantité.
      • Les adjectifs numéraux cardinaux sont appelés aussi déterminants numéraux. Ils servent à préciser le nombre d’unités, de quantités de choses ou de personnes. On peut dire que ce sont les transcriptions écrites des nombres. — (Les adjectifs numéraux cardinaux sur forum.exionnaire.com. Consulté le 3 juin 2018)
    3. (Embryologie) qualifie les veines du corps de l’embryon. → voir veine cardinale
      • La veine cardinale antérieure droite donne la veine cave supérieure (VCS) et le tronc brachiocéphalique droit (TBCD). — (L’ÉVOLUTION DU SYSTÈME VEINEUX sur coursmedecine1.blogspot.com. Consulté le 3 juin 2018)

Nom commun 1

cardinal \kaʁ.di.nal\ masculin

  1. (Christianisme) Membre du collège chargé d’élire et d’assister le pape, dans l’Église catholique.
    • Reine étrennait pour la circonstance une robe antipathique, d’un violet tirant trop sur le pourpre, comme d’un évêque qui veut se faire passer pour un cardinal. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • L’Académie admet qu’on soit ivrogne, débauché, voleur, parricide, athée, et même qu’on ait du génie, pourvu que l’on soit très duc, très cardinal, ou très riche, pourvu aussi que cela ne se sache pas, ou qu’elle soit seule à le savoir. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Quand Léon IV meurt, en 855, elle est élue pape par les cardinaux sous le nom de Jean VIII. Après deux ans de pontificat sans problème Jean VIII tombe cependant enceinte. — (Bernard Werber, Le Mystère des Dieux, Éditions Albin Michel, 2007)
  2. (Mathématiques) Quantité propre à un dénombrement. → voir nombre cardinal
    • Lorsqu’un ensemble est fini, c’est-à-dire si ses éléments peuvent être listés par une suite finie, son cardinal est la longueur de cette suite. — (Cardinalité_(mathématiques) sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
    1. (Théorie des ensembles). Nombre d’éléments d’un ensemble fini ou infini.
      • Le cardinal d’un ensemble fini E désigne le nombre d’éléments de E. — (Cardinal d’un ensemble fini sur bibmath.net. Consulté le 6 juin 2018)
    2. (Algèbre linéaire) (Calcul matriciel) Dimension d’une base de cet espace. → voir cardinal d’une base et cardinal d’une matrice
      • Pour déterminer la dimension d’un espace vectoriel, il suffit de trouver une base de E (une famille à la fois libre et génératrice) : le cardinal (nombre d’éléments) de cette famille donne la dimension de E. — (D’après un cours de Sophie Chemla, Dimension d’un espace vectoriel sur exo7.emath.fr. Consulté le 6 juin 2018)
  3. (Boisson) Kir composé de 1/5 de crème de cassis et de 4/5 de vin rouge frais. (voir aussi, dans ce sens, communard)
    • Le kir au vin rouge de Bourgogne dit cardinal ou Communard. — (Annie, Comment faire un kir traditionnel sur lacuisinedannie.com. Consulté le 6 juin 2018)
  4. (Par ellipse) (Rare) Point cardinal.
    • Pour le Feng Shui, le tigre représente l’automne et le cardinal ouest. — (Badema, Calendrier Feng Shui 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cardinal : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARDINAL. n. m.
Un des soixante-dix membres qui composent le Sacré Collège, qui ont voix active et passive (c'est-à-dire qui ont le droit d'élire et d'être élus) dans l'élection du pape, et parmi lesquels le pape est ordinairement choisi. Le pape fit une promotion de cardinaux. Il a eu le chapeau de cardinal. La barrette de cardinal. Le rouge est la couleur des cardinaux. Par analogie, en termes d'Histoire naturelle, il est le nom donné à des Oiseaux de différents genres chez lesquels la couleur rouge domine.

CARDINALE, nom féminin, désigne, en termes de Botanique, une Sauge d'un rouge sombre et aussi une Variété de pêches de couleur analogue.

Cardinal : définition du Littré (1872-1877)

CARDINAL (kar-di-nal, na-l') adj.
  • 1Qui appartient au gond sur quoi une chose roule, important, capital. Il n'est resté dans l'usage commun que joint à certains substantifs. Les points cardinaux, les quatre points cardinaux de l'horizon, nord, sud, est et ouest, auxquels on rapporte tous les autres.

    Vents cardinaux, vents qui soufflent des quatre points cardinaux de la sphère.

    Les quatre vertus cardinales, justice, prudence, tempérance et force. Les quatre vertus cardinales ont disparu avec les temps d'innocence, Voltaire, Mœurs, 141.

  • 2 Terme de grammaire. Nombre cardinal, celui qui exprime absolument la quotité. Un, deux, trois, etc. sont des nombres cardinaux ; et, premier, second, troisième, etc. des noms de nombre ordinaux. Les nombres cardinaux ont été ainsi nommés parce qu'ils sont pour ainsi dire les gonds sur lesquels les noms de nombre ordinaux tournent.

    Adjectif cardinal, nom de nombre cardinal, mot par lequel on exprime les nombres cardinaux. En français, les noms de nombre cardinaux sont tous invariables, excepté un, vingt et cent.

  • 3 Terme de liturgie. Autel cardinal, autel principal. Messe cardinale messe solennelle.
  • 4 Terme d'histoire naturelle. Au propre, qui fait partie d'une charnière.

HISTORIQUE

XIVe s. L'en peut entendre par ces quatre faces ou par ces quatre angles les quatre vertuz cardinaulx : c'est assavoir justice, prudence, fortitude, attrempance, Oresme, Eth. 24.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. CARDINAL. Ajoutez :
5 Terme d'optique. On appelle points cardinaux d'un système dioptrique formé d'un nombre quelconque de milieux réfringents séparés les uns des autres par des surfaces sphériques centrées, six points dont la détermination suffit pour calculer ou construire très aisément toutes les circonstances relatives à la marche de la lumière à travers le système, telles que la grandeur et la position des images, etc. Les six points cardinaux sont : deux points principaux ; deux points nodaux ; deux points focaux ou foyers principaux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cardinal : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CARDINAL, terme qui sert à exprimer la relation ou qualité de premier, principal, ou plus considérable.

Ce mot vient de cardo, terme Latin qui signifie un gond ; parce qu’en effet il semble que sur les points principaux, portent & roulent pour ainsi dire toutes les autres choses de même nature.

Ainsi la justice, la prudence, la tempérance, & la force, sont nommées les quatre vertus cardinales, comme étant la base de toutes les autres. Voy. Vertu.

Points cardinaux, en Cosmographie, sont les quatre intersections de l’horison, avec le méridien & le premier vertical. Voyez Point.

Il y en a deux, savoir, les intersections de l’horison & du méridien, qu’on nomme nord & sud, ou nord & midy par rapport aux poles vers lesquels ils se dirigent. Voyez Nord, Sud, Midy.

Quant à la maniere de déterminer ces points. Voy. Ligne méridienne.

Les deux autres, savoir, les intersections de l’horison & du premier vertical, s’appellent est & ouest, ou levant & couchant, ou orient & occident. V. ces mots.

Les points cardinaux coincident donc avec les quatre regions cardinales des cieux, & sont éloignées de quatre-vingts dix degrés les uns des autres.

Les points intermédiaires s’appellent points collatéraux. Voyez Points collatéraux.

Points cardinaux du ciel, se dit aussi quelquefois, mais plus rarement, du lever & du coucher du soleil, du zénith & du nadir. Voyez Lever, Coucher, Zénith & Nadir.

Cardinaux (vents), sont ceux qui soufflent des points cardinaux. Voyez Vent.

Cardinaux (signes), adj. pl. en Astronomie. On désigne ainsi les signes du zodiaque, qui sont les premiers où le soleil est censé entrer au commencement de chaque saison ; savoir, le bélier, le cancer, la balance & le capricorne. Voy. Signe & Précession. (O)

Cardinaux (nombres), en Grammaire, ce sont les nombres 1, 2, 3, &c. qui sont indéclinables par opposition aux nombres ordinaux, premier, second, troisieme, &c. Voyez Nombre.

Cardinal, s. m. (Hist. ecclés.) se dit plus particulierement d’un prince ecclésiastique, qui a voix active & passive dans le conclave, lors de l’élection du pape. Voyez Conclave.

Quelques auteurs disent que le mot cardinal vient du Latin incardinatio, qui signifie l’adoption que faisoit un église d’un prêtre d’une église étrangere, d’où il avoit été éloigné par quelques malheurs ; que l’usage de ce mot a commencé à Rome & à Ravenne, parce que les églises de ces deux villes étant les plus riches, les prêtres malheureux s’y retiroient ordinairement.

Les cardinaux composent le conseil & le sénat du pape. Il y a dans le vatican une constitution du pape Jean, qui regle le droit & les titres des cardinaux, & qui porte que comme le pape représente Moyse, ainsi les cardinaux représentent les soixante-dix anciens, qui sous l’autorité pontificale jugent & terminent les différends particuliers.

Les cardinaux dans leur premiere institution, n’étoient autre chose que les prêtres principaux ou les curés des paroisses de Rome. Dans la primitive église le prêtre principal d’une paroisse, qui suivoit immédiatement l’évêque, fut appellé presbyter cardinalis. On les distinguoit par-là des autres prêtres moins relevés en dignité, qui n’avoient ni église, ni emploi. Ce mot a commencé environ l’an 150 ; d’autres tiennent que ce fut sous le pape Sylvestre l’an 300 : ces prêtres cardinaux étoient les seuls qui pouvoient baptiser & administrer les sacremens. Autrefois les prêtres cardinaux étant faits évêques, leur cardinalat vaquoit, parce qu’ils croyoient être élevés à une plus grande dignité. S. Grégoire se sert souvent de ce mot pour exprimer une grande dignité. Sous le pape Gregoire les cardinaux prêtres & les cardinaux diacres n’étoient autre chose que les prêtres ou les diacres qui avoient une église ou une chapelle à desservir. C’est-là ce que le mot signifioit selon l’ancienne & véritable interprétation. Leon IV. les nomme dans le concile de Rome, tenu en 853, presbyteros sui cardinis, & leurs églises parochias cardinales.

Les cardinaux demeurerent sur le même pié jusqu’au XIe. siecle : mais la grandeur du pape s’étant depuis extrèmement accrue, il voulut avoir un conseil de cardinaux, plus élevés en dignité que les anciens prêtres. Il est vrai que l’ancien nom est demeuré : mais ce qu’il exprimoit n’est plus. Il se passa un assez long tems sans qu’ils prissent le pas sur les évêques, ou qu’ils se fussent rendus les maîtres de l’élection du pape : mais dès qu’une fois ils ont été en possession de ces priviléges, ils ont eu bientôt après le chapeau rouge & la pourpre ; en sorte que croissant toûjours en grandeur, ils se sont enfin élevés au-dessus des évêques par la seule dignité de cardinal.

Du Cange observe qu’originairement il y avoit trois sortes d’églises ; que les vraies églises s’appelloient proprement paroisses : les secondes, diaconies, qui étoient jointes à des hôpitaux desservis par des diacres : les troisiemes de simples oratoires, où on disoit des messes particulieres, & qui étoient desservis par des chapelains locaux & résidens ; & que pour distinguer les églises principales ou les paroisses, des chapelles ou des oratoires, on leur donna le nom de cardinales. Les églises paroissiales donnerent en conséquence les titres aux cardinaux prêtres, & quelques chapelles donnerent ensuite le titre aux cardinaux diacres. Voy. Église.

Tous les cardinaux furent distribués sous cinq églises patriarchales : savoir, de S. Jean de Latran, de Sainte Marie-majeure, de S. Pierre du Vatican, de S. Paul, de S. Laurent. L’église de S. Jean de Latran avoit sept cardinaux évêques que l’on appelloit collatéraux ou hebdomadaires, parce qu’ils étoient assistans du pape, & faisoient en sa place le service divin chacun leur semaine. Ce sont les évêques d’Ostie, de Porto, de Sylva Candida ou Sainte Rufine, d’Albano, de Sabine, de Frescati, & de Palestrine.

L’évêché de Sainte Rufine est maintenant uni à celui de Porto. L’église de Sainte Marie-majeure avoit aussi sept cardinaux prêtres, savoir, ceux de S. Philippe & S. Jacques, de S. Cyriace, de S. Eusebe, de Sainte Prudentienne, de S. Vital, des SS. Pierre & Marcellin, & de S. Clement. L’église patriarchale de S. Pierre avoit les cardinaux prêtres de Sainte Marie de-là le Tibre, de S. Chrysogone, de Sainte Cécile, de Sainte Anastasie, de S. Laurent in Damaso, de S. Marc, & des SS. Martin & Sylvestre. L’église de S. Paul avoit les cardinaux de Sainte Sabine, de S. Prisce, de Sainte Balbine, des SS. Nerée & Achillée, de S. Xiste, de S. Marcel, & de Sainte Susanne. L’église patriarchale de S. Laurent hors les murs, avoit sept cardinaux, ceux de Sainte Praxede, de S. Pierre-aux-liens, de S. Laurent in Lucinâ, des SS. Jean & Paul, des SS. quatre couronnés, de S. Etienne au mont Celio, & de S. Quirice. Baronius sur l’année 1057, cite un rituel ou cérémonial extrait de la bibliotheque du Vatican, qui contient ce denombrement des cardinaux.

D’autres observent qu’on appelloit cardinaux, non seulement les prêtres, mais les évêques, les prêtres & les diacres titulaires, & attachés à une certaine église ; à la différence de ceux qui ne les servoient qu’en passant & par commission. Les églises titulaires où les titres étoient des especes de paroisses, c’est-à-dire, des églises attribuées chacune à un prêtre cardinal, avec un quartier fixé & déterminé qui en dépendoit, & des fonts pour administrer le baptême dans le cas où il ne pouvoit pas être administré par l’évêque. Ces cardinaux étoient subordonnés aux évêques. C’est pour cela que dans les conciles, par exemple, dans celui de Rome tenu l’an 868, ils ne souscrivent qu’après les évêques. Ce n’étoit pas seulement à Rome qu’ils portoient ce nom : on trouve des prêtres cardinaux en France. Ainsi le curé de la paroisse de S. Jean des Vignes est nommé cardinal de cette paroisse dans une charte de Thibault, évêque de Soissons, où ce prélat confirmant la fondation de l’abbaye de S. Jean des Vignes, faite par Hugue, seigneur de Château-Thierry, exige que le prêtre cardinal du lieu, presbyter cardinalis illius loci, soit tenu de rendre raison du soin qu’il aura eu de ses paroissiens à l’évêque de Soissons, ou à son archidiacre, comme il faisoit auparavant. Les mêmes termes se trouvent employés, & dans le même sens, dans la charte du roi Philippe I. en 1076. portant confirmation de la fondation de S. Jean des Vignes.

On a donné aussi ce titre à quelques évêques, en tant qu’évêques. Par exemple, à ceux de Mayence & de Milan. D’anciens écrits appellent l’archevêque de Bourges cardinal, & l’église de Bourges église cardinale. L’abbé de Vendôme prend le titre de cardinal né.

Les cardinaux sont divisés en trois ordres : six évêques, cinquante prêtres, & quatorze diacres, faisant en tout soixante-dix, qu’on appelle le sacré-college. V. College.

Les cardinaux évêques, qui sont comme les vicaires du pape, portent le titre des évêchés qui leur sont attribués. Pour les cardinaux, prêtres & diacres, ils ont tous des titres tels qu’ils leur sont assignés. Le nombre des cardinaux & des évêques est fixé : mais celui des cardinaux prêtres, & diacres, & par conséquent le nombre des membres du sacré-college, a toûjours varié jusqu’à l’année 1125. Le collége des cardinaux étoit de cinquante-deux ou cinquante-trois. Le concile de Constance fixa le nombre des cardinaux à vingt-quatre. Sixte IV. sans avoir égard au concile, en grossit le nombre, & le porta jusqu’à cinquante-trois ; ainsi comme le nombre des cardinaux étoit anciennement reglé à vingt-huit, il fallut établir de nouveaux titres à mesure que l’on créa de nouveaux cardinaux. A l’égard des diacres, ils n’étoient originairement que sept pour les quatorze quartiers de la ville de Rome. On les augmenta ensuite jusqu’à dix-neuf, après quoi le nombre en fut diminué de nouveau.

Selon Onuphre, ce fut le pape Pie IV. qui régla le premier en 1562, que le pape seroit seulement élu par le sénat des cardinaux, au lieu qu’il l’étoit auparavant par le clergé de Rome. D’autres disent que dès le tems d’Alexandre III. en 1160, les cardinaux étoient déja en possession d’élire le pape, à l’exclusion du clergé. On remonte encore même plus haut, & l’on croit que Nicolas II. ayant été élû à Sienne en 1058, par les seuls cardinaux, c’est à cette occasion qu’on ôta le droit d’élire le pape au clergé & au peuple Romain, qui n’eurent plus que celui de le confirmer ; en donnant leur consentement ; ce qui leur fut encore ôté dans la suite. Le P. Papebroch conjecture que c’est Honorius IV. qui a mis le premier des évêques dans le sacré-college, en y faisant entrer les évêques suffragans du pape, à qui de droit il appartient de le nommer, & en en faisant la premiere classe des cardinaux.

La constitution du conclave, pour l’élection du pape, fut faite au second concile de Lyon en 1274. Le decret du pape Urbain VIII. par lequel il est ordonné que les cardinaux seroient traités d’éminence, est de l’année 1630. Avant cela on les traitoit d’illustrissime.

Depuis ces nouvelles prérogatives, les cardinaux ont précédé les évêques ; cependant ces derniers, conservant leur prééminence, ont quelquefois pris le pas dans les assemblées & les cérémonies publiques en présence même du pape ; cela se voit dans l’acte de dédicace de l’église de Marmoutier par le pape Urbain II. l’an 1090, lorsqu’il vint en France tenir le fameux concile de Clermont ; car dans cette cérémonie, Hugues archevêque de Lyon, tenoit, après le pape, le premier rang ; les autres archevêques & évêques le suivoient ; & après eux venoient les cardinaux, prêtres & diacres qui avoient accompagné le pape dans ce voyage.

Quand le pape crée des cardinaux, il écrit le nom de ceux qu’il veut élever à cette dignité, & il les fait lire dans le consistoire, après avoir dit aux cardinaux, habetis fratres, c’est-à-dire, vous avez pour freres N N. Le cardinal patron envoye ensuite querir ceux qui se trouvent à Rome, & les mene à l’audience du pape pour recevoir de lui le bonnet rouge, & au premier consistoire sa sainteté leur donne le chapeau. Jusques-là ils demeurent incognito, & ne peuvent se trouver aux assemblées. A l’égard des absens, le pape leur dépêche un de ses cameriers d’honneur pour leur porter le bonnet : mais ils sont obligés d’aller recevoir le chapeau de la main de sa sainteté ; & quand ils entrent à Rome on les reçoit en cavalcade. Les habits des cardinaux sont la soûtane, le rochet, le mantelet, la mozette, & la chape papale sur le rochet dans les actions publiques & solennelles. La couleur de leur habit est différente selon le tems, ou de rouge, ou de rose seche, ou de violet : les cardinaux réguliers ne portent point de soie ou d’autre couleur que celle de leur religion, avec une doublure rouge ; mais le chapeau & le bonnet rouge sont communs à tous. Les cardinaux que le pape envoye aux princes souverains, sont décorés du titre de légats à latere ; & lorsqu’ils sont envoyés dans une ville de la domination du pape, leur gouvernement s’appelle légation. Il y a cinq légations, qui sont celles d’Avignon, de Ferrare, de Boulogne, de Perouse, & de Ravenne. Voyez Légat & Légation, traité de l’orig. des cardinaux. Du Cange, Gloss. Aubery, Hist. des cardinaux.

Cardinal se dit aussi d’offices séculiers : ainsi les premiers ministres de la cour de Theodose sont aussi appellés cardinaux. Et Cassiodore, liv. VII. form. 31. fait mention du prince cardinal de la ville de Rome. On trouve parmi les officiers du duc de Bretagne en 1447, un Raoul de Thorel, cardinal de Quillart, chancelier & serviteur du vicomte de Rohan ; ce qui montre que c’étoit un office subalterne. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cardinal »

Étymologie de cardinal - Littré

Provenç. cardenal ; espagn. cardinal ; ital. cardinale ; de cardinalis, principal, de cardo, gond : ce qui appartient au gond, sur quoi la chose tourne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de cardinal - Wiktionnaire

  • (adjectif) (1279) Du sens figuré du latin cardinalis (« autour duquel tout tourne, polaire »), dérivé de cardo (« pivot », « gond »). Ce sens appliqué aux nombres autour desquels tout tourne est présent dès le VIe siècle (cardinales numeri).
  • (Nom commun 1) (1172) Du latin ecclésiastique cardinalis. Par analogie avec la couleur des robes rouges des cardinaux, le mot a donné le nom de la couleur, puis les noms de plantes et d'animaux ayant cette couleur.
  • (Nom commun 2) (1809).
  • (Nom commun 3) (1834).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cardinal »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cardinal kardinal play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cardinal »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cardinal »

  • Il emportera de Lyon une nouvelle croix pectorale, une gravure de la cathédrale Saint-Jean et le souvenir d’une descente de la nef sous les applaudissements. Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon pendant dix-sept ans, a célébré, dimanche 28 juin, une dernière messe en la primatiale des Gaules, à Lyon. Il a renoncé à cette charge épiscopale le 6 mars, après plus de quatre années scandées par les révélations, les enquêtes et les procès du scandale de pédophilie lié à Bernard Preynat, prêtre défroqué condamné pour agressions sexuelles sur de jeunes scouts, dont il était l’aumônier dans les années 1970 et 1980. Le Monde.fr, La dernière messe du cardinal Barbarin à Lyon
  • Chacun de nous soupçonne qu’il possède pour le moins une des vertus cardinales, et voici la mienne : je suis un des rares hommes honnêtes que j’aie jamais connus. De Francis Scott Fitzgerald / Gatsby le magnifique
  • Gourmandise, paresse, luxure : ce sont les trois vertus cardinales, les vertus de la Fête. Le Paradis sur terre. De Jean-Louis Bory / Ma Moitié d'orange
  • Là où il n’y a pas de puissance commune, il n’y a pas de loi ; là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas d’injustice. La force et la ruse sont, en guerre, les deux vertus cardinales. De Thomas Hobbes
  • Que les chiens soient interdits de Paradis tendrait à prouver que la fidélité n’est pas considérée comme une vertu cardinale. De Philippe Bouvard
  • Le rôle de l’Académie, tel qu’il a été fixé par son fondateur, le cardinal de Richelieu, est de veiller sur la langue française. De Marc Fumaroli / Extrait de l'interview du Figaro du 24 juin 2015
  • Tel entre pape au conclave qui en sort cardinal.

Images d'illustration du mot « cardinal »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cardinal »

Langue Traduction
Portugais cardeal
Allemand kardinal
Italien cardinale
Espagnol cardenal
Anglais cardinal
Source : Google Translate API

Synonymes de « cardinal »

Source : synonymes de cardinal sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cardinal »



mots du mois

Mots similaires