La langue française

Noël

Sommaire

  • Définitions du mot noël
  • Étymologie de « noël »
  • Phonétique de « noël »
  • Citations contenant le mot « noël »
  • Images d'illustration du mot « noël »
  • Traductions du mot « noël »

Définitions du mot « noël »

Trésor de la Langue Française informatisé

NOËL, subst. masc.

A. −
1. Fête chrétienne de la nativité du Christ, qui se célèbre le 25 décembre. Messe, crèche de Noël. Ne pas oublier les fêtes de l'Église dont plusieurs sont intéressantes, comme Noël, le dimanche des rameaux, le vendredi saint (Chénier, Amérique, 1794, p.116).Rien à Paris ne donne l'idée de ce que c'est que Noël. Vous n'avez même pas la messe de minuit (E. de Guérin, Journal, 1834, p.29).
Emploi subst. fém. (sans doute p. ell. de la fête de). Ils se rappelaient les uns aux autres (...) les fêtes éblouissantes, les Noëls étincelantes de flambeaux, les Pâques éclatantes de soleil, toutes ces solennités splendides (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.475).Ils se savent prédestinés (...) À briller doucement changés En étoiles et enneigés Aux Noëls bienheureuses Fêtes des sapins (Apoll., Alcools, 1913, p.121):
1. ... j'ai vu que la nuit était muette (...) Hormis le noir moutier, qui, de la Loire claire, Dressait hautainement sa masse séculaire, Et d'où sortaient des voix et de larges clartés Comme aux saintes Noëls dans les solennités. Leconte de Lisle, Poèmes barb., 1878, p.340.
2. Festivités à l'occasion de la fête de Noël. Joyeux Noël! Quelle douceur (...) à voir, le soir (...), la ribambelle de petites bottines (...), comme rangées pour une nuit de Noël dans la cheminée et paraissant attendre un saint Nicolas (Goncourt, Journal, 1863, p.1340):
2. Le déjeuner au restaurant était un déjeuner de Noël (...). Il y eut de la dinde aux marrons (...) il y avait des oeillets sur la table, des boules de gui au-dessus de la tête, un petit arbre de Noël dans un coin. La salle était chauffée et le jardin derrière les fenêtres, fêtait Noël. Triolet, Prem. accroc, 1945, p.53.
SYNT. Réveillon, veillée de Noël; colis, cadeaux, souhaits, voeux de Noël; dinde de Noël; dîner, repas de Noël; sabot de Noël.
Bûche de Noël. Grosse bûche destinée à alimenter l'essentiel du feu de cheminée pour la veillée de Noël. Il invita deux de ses voisins à faire avec lui la fête du réveillon, et (...) il alluma dans son foyer la bûche de Noël; une belle bûche de chêne, cuirassée d'une écorce bien sèche (Murger, Nuits hiver, 1861, p.213).P. anal. Gâteau roulé fourré de crème ou de crème glacée, en forme de bûche que l'on mange à Noël. (Dict. xxes.).
Arbre, sapin de Noël. Sapin ou pin vert, naturel ou artificiel, que l'on orne de guirlandes, de lumières et de cadeaux pendant la période de Noël. Sa fille avait fait un arbre de Noël et nous a donné à tous un petit souvenir (Amiel, Journal, 1866, p.551).P. méton. Distribution de cadeaux faite par une entreprise ou une collectivité aux enfants du personnel à l'époque de Noël. (Dict. xxes.).
Père Noël; Bonhomme Noël (vieilli). Personnage imaginaire qui est censé apporter des jouets aux enfants. Ce que je n'ai pas oublié, c'est la croyance absolue que j'avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit père Noël, bon vieillard à barbe blanche, qui, à l'heure de minuit, devait venir déposer dans mon petit soulier un cadeau que j'y trouvais à mon réveil (Sand, Hist. vie, t.2, 1855, p.155).Loc. fam. Croire au père Noël. Être très naïf. −On peut s'en tirer, nom de Dieu! dit Pinette. −Tu crois au père Noël? (Sartre, Mort ds âme, 1949, p.42).
3. Époque de la célébration de la fête de Noël. À la Noël; avant, vers la Noël. Vacances de Noël. Le Noël de cette année-là fut plutôt la fête de l'enfer que celle de l'évangile. Les boutiques vides et privées de lumière, les chocolats factices ou les boîtes vides dans les vitrines (...), rien ne rappelait les Noëls passés (Camus, Peste, 1947, p.1430).
Rose de Noël. Synon. de ellébore.
Proverbe. Noël au balcon, Pâques au tison. Si le temps est doux à Noël, il fera froid à Pâques. (Dict. xxes.).
Emploi subst. fém. (sans doute p.ell. de la période de). On était à la Noël. Comme elles étaient contentes de ces deux robes semblables! (Zola, Curée, 1872, p.573).
B. − P. méton.
1. Cantique célébrant la fête de Noël. Chanter des noëls. Les noëls qui peignoient les scènes rustiques, avoient un tour plein de grâce dans la bouche de la paysanne (Chateaubr., Génie, t.2, 1803, p.295).Marestan «Lou réï déï félibré» disait-on en Arles. Ses noëls et ses canzones étaient sur toutes les lèvres (Péladan, Vice supr., 1884, p.135).Air sur lequel on chante ces cantiques. Exécuter des noëls sur l'orgue (Ac.).
2. [Au Moy. Âge] Cri de réjouissance poussé par le peuple pour saluer un événement heureux. Une douzaine de serviteurs crient Noël! et voilà un roi de France (Chateaubr., Ét. ou Discours hist., t.4, 1831, p.206).Le roi arrive demain; il aura une belle entrée dans sa bonne ville. Les ordres sont donnés (...) pour que le bon peuple soit joyeux et crie Noël! sur son chemin (Dumas père, Tour Nesle, 1832, ii, 2, p.28).
3. Fam. Cadeau offert à l'occasion de la fête de Noël. Recevoir son petit noël. Qu'est-ce que tu m'achèteras pour mon noël? (Lar. Lang. fr.).
REM.
Nadalet, subst. masc.,région. (Midi de la France). a) Les neufs jours jusqu'à la Noël pendant lesquels on sonne les cloches (Mistral t.2 1886, Lespy-Raym. 1887, Alib. 1966). b) ,,Cantique de Noël`` (Mistral t.2 1886, Lespy-Raym. 1887, Alib. 1966). c) [Languedoc] Sonnerie de cloches pendant les huit jours précédant la Noël (Mistral t.2 1886). C'est la veille de Noël. J'entends les cloches de tous nos clochers qui sonnent nadalet, chant joyeux que quinze jours avant la fête on entend dans l'air du pays, le soir, à trois heures et à neuf (E. de Guérin, Journal, 1840, p.315).
Prononc. et Orth.: [nɔ εl]. Vx (xviie, xviiies.), dial., pop. [nwεl], [nwal] (Buben 1935 § 71). Ac. 1694 et 1740: Noel; 1718 et dep. 1762: Noël. Le tréma note la diérèse. Étymol. et Hist. A. Subst. masc. 1. début xiies. «fête de la nativité de Jésus-Christ» al Naël Deu (Saint Brendan, 620, éd. E. G. R. Waters); 1119 Noel (Philippe de Thaon, Comput, 53, éd. E. Mall); 1694 busche de Noel «grosse bûche que l'on mettait dans l'âtre pour toute la nuit de Noël» (Ac.); 1845 arbre de Noël (Besch.); 1855 père Noël (Sand., loc. cit.); 1949 croire au père Noël (Sartre, loc. cit.); 2. 1178 «époque où l'on célèbre Noël» (Roman de Renart, Br. XII, 13311, éd. M. Roques: Ce fu un pou devant Noel Que l'on metoit bacons en sel); 1611 à Noel au perron, à Pâques au tison (Cotgr.); 3. ca 1300 «cri de réjouissance que poussait le peuple» (Guillaume de La Villeneuve, Les Crieries du peuple, 109 ds Fabliaux et Contes, éd. E. Barbazan, II, 282); 4. 1548 «cantique chanté à l'occasion des fêtes de Noël» (Rabelais, Ancien Prologue du Quart Livre, éd. R.Marichal, p.287). B. Subst. fém. 1813 (J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., p.93). Du lat. natalis adj. «de naissance, relatif à la naissance», natalis dies et par substantivation natalis «jour de naissance» utilisé en lat. eccl. pour désigner la Nativité du Christ. L'o de noël (en face de l'a. fr. nael, ital. natale, a. prov. nadal) est dû à une dissimilation des 2 a de natalis. Fréq. abs. littér.: 775. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 632, b)1103; xxes.: a) 1109, b) 1497. Bbg. Foulet (L.). Le Genre du mot Noël en fr. mod. In: [Mél. Bonnerot (J.)]. Paris, 1954, pp.493-498. _Friedwagner (M.). Frz. Noël. Z. fr. Spr. Lit. 1917, t.44, pp.110-114.

Wiktionnaire

Nom commun

noël \nɔ.ɛl\ masculin

  1. Fête de la nativité, de l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ.
    • La messe de noël.
    • Les trois messes de noël.
    • Bûche de noël.
  2. Journée de célébration correspondant au 25 décembre.
    • Nous avons passé un bon noël.
    • À la fête de noël ou, elliptiquement, à la noël, à noël.
  3. Cadeau offert à l’occasion de cette fête.
    • C’était quoi ton noël ?
  4. Chant, cantique spirituel destiné à être chanté au moment de Noël.
    • Dans la soirée, j’écoutai quelques noëls allemands : les chorales étaient trop bien conduites ; ces noëls paraissaient militaires. — (Jacques Lusseyran ; Et la lumière fut, 1953)
    • C’étaient de petits enfants qui chantèrent un noël. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Il existe beaucoup d’autres noëls, il en est un originaire des environs de Gérardmer, où il est dit que les rois Mages se voyant menacés par le berger Robin, tirèrent… leurs pistolets ! — Pas mal comme anachronisme ! — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  5. Airs sur lesquels ces cantiques ont été faits.
    • Exécuter des noëls sur l’orgue.
  6. (Vieilli) Certaines chansons satiriques qui se faisaient sur ces airs.
    • Il courut un noël contre le ministère.
  7. (Vieilli) Cri de réjouissance pour la naissance du Sauveur.
  8. (Vieilli) (Par extension) Cri que le peuple poussait autrefois à l’occasion d’un événement qu’il considérait comme heureux, à la naissance d’un prince, au mariage ou à l’arrivée d’un souverain, etc.
    • Quand le roi parut, tout le peuple se mit à crier : Noël !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOËL. n. m.
Fête de la nativité de Notre-Seigneur. Les fêtes de Noël. Noël est une des quatre grandes fêtes de l'année. La messe de Noël. Les trois messes de Noël. À la fête de Noël ou, elliptiquement, À la Noël, à Noël. Bûche de Noël, Grosse bûche qu'on met au feu la veille de Noël au soir, afin qu'elle entretienne le feu pendant toute la nuit. Le petit Noël, Expression familière désignant les Cadeaux qui sont ordinairement donnés aux enfants à l'occasion de la fête de Noël. Le père Noël, le bonhomme Noël désigne aussi, dans le langage familier, un Personnage imaginaire, à figure de bon vieillard et à grande barbe blanche, qui porte des cadeaux dans sa hotte et les distribue par la cheminée.

NOËL se dit aussi d'un Cantique spirituel fait à l'honneur de la nativité de Notre-Seigneur. Un beau noël. Un noël sur tel air. Chanter des noëls. Chanter noël. Les noëls bourguignons de la Monnoye. Un recueil de noëls. Il se dit encore des Airs sur lesquels ces cantiques ont été faits. Exécuter des noëls sur l'orgue. Il s'est dit autrefois de Certaines chansons satiriques qui se faisaient sur ces airs. Il courut un noël contre le ministère.

NOËL, Cri de réjouissance pour la naissance du Sauveur. Par extension, Cri que le peuple poussait autrefois à l'occasion d'un événement qu'il considérait comme heureux, à la naissance d'un prince, au mariage ou à l'arrivée d'un souverain, etc. Quand le roi parut, tout le peuple se mit à crier : Noël! Noël!

Littré (1872-1877)

NOËL (no-èl. Gresset a fait noël monosyllabe : Tous les noëls anciens et nouveaux, Ver-vert, II) s. m.
  • 1Fête de la nativité de Jésus-Christ (on met une majuscule) ; c'est une fête qui tombe toujours le 25 décembre. Quand Noël sera venu. Les Anglais font à Noël ce que nous faisons au jour de l'an. Noël est plus beau aux champs qu'à la ville, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 113.

    À la fête de Noël, ou, elliptiquement, à la Noël, à Noël.

    Bûche de Noël, grosse bûche qu'on met au feu la nuit où commence Noël, pour entretenir le feu pendant toute la nuit.

    Arbre de Noël, se dit, dans quelques pays, d'une grosse branche de sapin ou de houx diversement ornée, garnie surtout de bonbons ou de joujoux pour donner aux enfants, qui s'en font une fête.

    Fig. On a tant chanté, tant crié Noël, qu'à la fin il est venu, se dit en parlant d'une chose longtemps attendue.

  • 2Cantique en langue vulgaire, ayant ordinairement pour sujet la naissance de Jésus-Christ, que l'on chante à l'approche de la Noël (on met une minuscule à ce noël). Bientôt, malgré les cris de l'imbécile superstition, on réimprima les noëls [de la Monnoye], D'Alembert, Éloges, la Monn.

    Les airs sur lesquels ces cantiques ont été faits. Exécuter des noëls sur l'orgue.

  • 3Chansons satiriques, sur les airs des noëls (vieux en ce sens). Tout le monde fait aisément des noëls malins, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 181.
  • 4Cri que le peuple poussait autrefois à l'occasion de quelque événement public, tel que la naissance d'un prince, l'arrivée d'un souverain, etc. Ceux qui étaient présents firent éclater leur joie en criant noël, qui était alors le cri de réjouissance, Duclos, Œuv. t. I, p. 391.

PROVERBE

Quand Noël a son pignon, Pâques a son tison, c'est-à-dire quand il fait assez doux à Noël pour qu'on soit à sa fenêtre, on se chauffe à Pâques.

On dit dans le même sens : quand on voit à Noël les moucherons, à Pâques on voit les glaçons.

REMARQUE

Dans la première édition de son Dictionnaire, l'Académie n'a point mis de tréma, et elle avait raison. Il est impossible de confondre l'œ avec l'oe, et conséquemment le tréma devient inutile, PAUTEX.

HISTORIQUE

XIIIe s. Se on tressaloit [passait] le byssexte, après mult d'ans noeus eskarroit [arriverait] entor le [la] feste St Jehan, et le [la] feste St Jehan entor le noel, Comput, f° 7. Ou si comme aucuns preste, au nouel, vingt livres, par vingt cinq livres à rendre à le [la] St Jehan ou à le [la] St Remy, Beaumanoir, LXVIII, 2. C'est cil qui nasqui sanz pechié ; C'est cil qui soufri atachié Son cors en la crois et cloé ; C'est cil qui nasqui au noé, Rutebeuf, II, 142.

XIVe s. Auxi dit-on à escient : Tant crie l'en noël qu'il vient, Le livre du bon Jehan, 1361.

XVe s. [Dames] lesquelles en eurent moult grand joie, et crierent noel, Froissart, liv. II, p. 287, dans LACURNE. Tant crie l'on Noël qu'il vient, Villon, Ballade.

XVIe s. La belle Pucelle A un fils du ciel advoué ; Chantons noé, noé, noé, Marot, II, 324. Dans ma jeunesse, c'estoit une coustume que l'on avoit tournée en ceremonie, de chanter tous les soirs, presque en chaque famille, des nouels qui estoient chansons spirituelles faites en l'honneur de nostre Seigneur ; lesquels on chante encore en plusieurs eglises, pendant que l'on celebre la grand messe le jour de Noel, lorsque le prestre reçoit les offrandes, Pasquier, Rech. de la France, IV, 16.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

NOËL.

PROVERBES

Ajoutez :

Noël gelé promet Pâques fleuries, c'est-à-dire s'il gèle à Noël, il y aura des fleurs à Pâques.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOËL, (Hist. ecclésiast.) personne n’ignore que c’est la fête de la nativite de J. C. Voyez Nativité de J. C.

Neuf jours devant la célébration de cette sainte fête, on chante dans l’église catholique les antiennes qu’on appelle des O O ; parce qu’elles commencent toutes par O, & ces sortes de cantiques sacrés ne peuvent tendre qu’à l’édification ; mais il n’en étoit pas de même de la maniere dont la fête de Noël se faisoit encore à Valladolid au milieu du dernier siecle. On y employoit les mêmes extravagances qu’à la fête des fous dans notre barbarie : des masques grotesques, des habits de mascarades, des danses dans l’église avec des tambours de basque & des violons, s’accordoient aux orgues qui sonnoient des chacones ; & le peuple crioit victor à celui qui chantoit le mieux un villaneio d’une mule qui rue, &c. Les lumieres de l’esprit qui ne percent que fort tard, ont enfin dissipé partout ces sortes d’indécences. (D. J.)

Noel, s. m. (Poësie sacrée.) chanson spirituelle faite en l’honneur de la nativité de Notre-Seigneur ; Pasquier dit dans ses recherches, liv. IV. ch. xvj. que de son tems on chantoit encore en plusieurs églises des noëls pendant la grande messe du jour de noël : un autre historien prétend, que la plûpart des noëls qu’on chante en France, sont des gavotes & des menuets d’un ballet qu’Eustache du Corroy, un des plus grands musiciens de son siecle, avoit composé pour le divertissement du roi Charles IX. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « noël »

Du nom de la fête de Noël.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, noié ; Hainaut, noé ; bourg. noei ; Bresse, noyé ; picard, noué ; Berry, nau, nô ; provenç. nadal, nadau ; esp. et port. natal ; ital. natale ; du lat. natalis, de naissance (voy. NATAL).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « noël »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
noël noɛl

Citations contenant le mot « noël »

  • Drôle de mésaventure pour ce jeune chauffard le 19 juillet dernier. Le tour en Ford Mustang qu’il avait choisi comme cadeau de noël pourrait bien lui coûter son permis de conduire ! Autonews, Fous du volant : il pousse son cadeau de noël à 160 km/h et risque de perdre son permis

Images d'illustration du mot « noël »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « noël »

Langue Traduction
Anglais christmas
Espagnol navidad
Italien natale
Allemand weihnachten
Chinois 圣诞
Arabe عيد الميلاد
Portugais natal
Russe рождество
Japonais クリスマス
Basque gabonak
Corse natale
Source : Google Translate API
Partager