La langue française

Carnatique

Définitions du mot « carnatique »

Wiktionnaire

Adjectif

carnatique \kaʁ.na.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la Carnatique.
    • Après les guerres carnatiques et la bataille de Wandiwash contre les Britanniques, la présence française fut réduite et se concentra dans les petits comptoirs de Pondichéry, Karikal, Mahé, Chandernagor et Yanaon. — (Ernest Moutoussamy, Les députés de l’Inde française à l’Assemblée nationale sous la IVe République, 2003)
  2. (Par extension) Relatif au Sud de l’Inde.
    • Alors que la musique du Nord se complaît dans de lents étirements du son, la musique carnatique privilégie des ornements beaucoup plus incisifs, appogiatures inférieures ou supérieures de certaines notes, ou sortes d’oscillations plus ou moins rapides, appelées kampita, produites elles aussi par déflection de la corde, mais dont l’ambitus est bien loin d’approcher celui de mind. — (Daniel Bertrand, Les chevalets « plats »de la lutherie de l’Inde, 1992)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « carnatique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carnatique karnatik

Évolution historique de l’usage du mot « carnatique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carnatique »

  • Le Sittirai Cavadee ne sera pas célébrée comme chaque année en raison du confinement sanitaire. A cette occasion, le Arunagirinathar Benevolent Association à invité S. Aishwarya et S. Saundarya, grandes icônes de la musique carnatique pour une prestation spéciale à Maurice. , Sittirai Cavadee : S. Aishwarya et S. Saundarya en live sur Facebook le 7 mai – inside news :
  • Auteur-compositeur-interprète et passionné de musique carnatique, Sid Sriram sera au SVICC, Pailles, le 18 janvier. Ce concert, organisé par Harmony’s Time International avec Radio Plus, célébrera le festival des moissons avec une exposition et des dégustations de la cuisine du Sud de l’Inde. Le Defi Media Group, Concert : la fête des moissons célébrée avec l’artiste Sid Sriram | Defimedia
  • Diplômé de Berklee en 1991, il a obtenu une maîtrise en composition de jazz à l'université DePaul de Chicago en 1995. Mahanthappa s'est fait connaître au début des années 2000 avec le pianiste Vijay Iyer, alors qu'ils enregistraient sur leurs albums respectifs et dans le duo qu'ils ont présenté sur “Raw Materials” (Savoy Jazz) en 2006. Son évolution a également été marquée par sa rencontre avec Kadri Gopalnath, qui a introduit le saxophone dans la musique classique de l’Inde du Sud. Cela a abouti à l'album de jazz carnatique “Kinsmen” (Pi), en 2008. Mahanthappa a approfondi sa relation avec la tradition de l'Inde du Sud grâce à une bourse Guggenheim en 2007, qui a débouché sur l'album de fusion carnatique “Samdhi” (ACT) en 2011.  France Musique, Rudresh Mahanthappa et ses super héros
  • Elle est une des plus grandes voix de l’Inde et sans doute l'une de ses artistes les plus généreuses. Au sommet de son art, la chanteuse Bombay Jayashri Ramnath incarne ce que la tradition carnatique a de plus moderne et intemporel. rts.ch, Bombay Jayashri, joyau du chant carnatique - rts.ch - Musiques
  • Avant que ses pieds ne touchent la terre mauricienne, Shobana Vignesh, que nous avons contactée par mél, a eu la gentillesse et surtout l’humilité d’accepter de nous répondre. Il faut dire que dans son pays natal, celle qui est plus connue comme Mahanadhi Shobana est considérée comme une des plus grandes chanteuses et musiciennes carnatiques. lexpress.mu, Shobana Vignesh: le chant et la musique carnatiques coulent dans ses veines | lexpress.mu
  • La musique hindustani est plutôt jouée au nord de l'Inde, alors que la musique carnatique vient du sud. Les deux styles se retrouvent rarement joués sur la même scène, et encore moins au sein d'une même formation. De plus, les femmes sont peu présentes dans ces styles musicaux. Les parents et les gourous (maîtres spirituels dans la religion hindouiste) n'encouragent pas les jeunes jeunes filles à se tourner vers ces activités.  France Musique, En Inde, la musique s'ouvre peu à peu aux femmes
  • Prince de l'archet issu d'une famille de musiciens, il est le maître incontesté de la musique de l’Inde du sud, dite carnatique. rts.ch, L. Subramaniam, "le Paganini de l'Inde" - rts.ch - Musiques
  • Devant une salle comble, entièrement acquise à sa cause, le chanteur a offert au public sa voix touchante et enveloppante avec un mélange de musiques tamoule, telugu, indien carnatique, de rock, de pop et R&B. Ce concert était dans le cadre de sa tournée mondiale «Rhythm, Soul & Blis». Une rencontre magique entre les notes et les mélodies, où il aura captivé l’attention du public sans esbroufe, traçant son sillon dans les rythmes romantiques. L’évènement était organisé par Harmony’s  time. lexpress.mu, Concert: Sid Sriram émerveille le cœur des Mauriciens | lexpress.mu
  • Lundi 15 juillet, à 18 h, l’église de Potigny abrite de la musique baroque. À 20 h 30, musique indienne carnatique au Forum de Falaise. Tarif : 5 €. , Le Pays de Falaise connaît la musique en juillet | Les Nouvelles de Falaise
  • Le 24 janvier, le grand chanteur indien Bhimsen Gururaj Joshi est décédé à Pune à l’âge de 89 ans, provoquant l’émoi de nombreux musiciens classiques. Joshi était célèbre pour sa maîtrise de la musique hindoustanie, l’un des deux genres majeurs de la musique indienne savante avec la musique carnatique, de l’Inde du Sud. Au delà de cette séparation géographique, le chanteur savait aussi mélanger les genres, comme l’indique le chanteur carnatique M. Balamuralikrishna. “Il savait chanter la musique indienne, pas seulement l’hindoustanie. Je me souviens, lorsque nous avons chanté ensemble, il a commencé en hindi et j’ai alors chanté dans une langue du sud. Puis, il a perdu ses mots et s’est mis à chanté dans ma langue”, raconte-t-il dans le Hindustan Times. En 1933, à l’âge de 11 ans, Bhimsen Joshi avait quitté le domicile familial afin de chercher un Guru (Maître) qui lui permette d’apprendre le chant. Il se produit pour la première fois à 19 ans et est reconnu aujourd’hui comme l’un des meilleurs chanteurs classique indien du XXe siècle. Courrier international, INDE. Disparition d'un grand nom de la musique hindoustanie
  • Il a été l’un des premiers Mauriciens à se spécialiser en économétrie. Parama Valaydon se dévoue aujourd’hui à la flûte carnatique. Sans, pour autant, détourner son regard du monde économique. lexpress.mu, Que sont-ils devenus ? Parama Valaydon: «Le secteur financier a démocratisé la gestion de la richesse» | lexpress.mu
  • Elle remporte le succès avec ‘Hawa Hawaii’ et ‘Karte Hain Hum Pyaar Mr. India Se’. Kavita Krishnamurthy s’impose comme l’une des meilleures interprètes à Bollywood dans les années 90 et l’appellation de ‘Melody Queen’ lui est attribuée. Après son mariage au Dr L.Subramaniam, célèbre violoniste indien de musique carnatique, elle tente d’autres aventures musicales, notamment dans des collaborations occidentales et dans la fusion. Le Defi Media Group, Kavita Krishnamurthy : la Melody Queen en concert à Maurice | Defimedia
  • Prenez ce live magique en Californie, l’un de ses derniers concerts : un an avant sa mort, le sitariste de 91 ans, jamais aussi brillant qu’en jouant des ragas traditionnels, y est majestueux, entouré par un backing band de haut vol composé par le fidèle Tanmoy Bose, petit génie des tablas qui a remplacé Alla Rakha (disparu en 2000), le tabliste Samir Chatterjee et Ravichandra Kulur, gâchette de la flûte carnatique. Ce court extrait ne les met pas assez en valeur, mais la façon dont ils jubilent avec le maestro contribue à faire du DVD (Tenth Decade in Concert : Live in Escondido) un must. Télérama, Ravi Shankar, le guide étoilé du sitar, aurait eu 100 ans
  • Chanteuse et compositrice, Susheela Raman est native de Londres, de parents tamouls. Elle a grandi en Australie où ses parents ont entretenu son lien avec l’Inde, en lui faisant étudier la musique carnatique (chant classique du sud de l’Inde). Adolescente, elle s’est plongée dans la soul, le blues et le rock avant d’aller explorer une tradition différente de la musique indienne : les chants extatiques dévotionnels tamouls. Hespress Français, Festival Gnaoua: Susheela Raman fusionne avec Maâlem El Kasri à Essaouira | Hespress Français
  • Malicieux, persévérant dans ses entreprises aussi folles que poétiques, Robin Meier synchronise les lucioles thaïlandaises dans Synchronicity (2016) ou anime la chorégraphie des fourmis avec odeurs et saveurs dans The Tragedy of the Commons (2011). Artiste basé à Paris, de père suisse et de mère sri lankaise, il a grandi en Suisse dans une ambiance marquée par la musique. Fasciné depuis l’enfance par les ordinateurs, il accède grâce à son professeur de violon à la découverte du monde électroacoustique et à la composition. Très vite, il ressent l’envie de sillonner le monde. Ses expériences musicales les plus marquantes vont du mythique club techno Berghain, à Berlin, à la musique carnatique indienne… Patient observateur, attentif aux environnements sonores issus du tissu urbain ou de la nature, il étudie aussi la philosophie cognitive, s’intéresse à l’intelligence artificielle et à la communication animale. Vibrations, résonances, stridulations, rien ne lui échappe. L’enjeu pour lui est « d’établir une communication, un dialogue entre le naturel et l’artificiel », dans ses compositions musicales et installations sonores. Avec Truce  (2009), il n’hésite pas à fixer des moustiques mâles avec de la cire pour leur faire écouter du dhrupad, proche du chant de la femelle moustique. Le résultat est immédiat : « Le moustique se met à chanter du dhrupad, chant indien datant d’au moins trois mille ans »…. Son écriture musicale devient une « partition dans l’espace » avec Song for Ghost Travelers, à la Fiac hors-les-murs en 2015, et le vol sonore de ces pigeons porteurs de sifflets, comme dans la tradition chinoise. « Les oiseaux m’intéressent beaucoup, et surtout leur auto-organisation. C’est le fil rouge de tous mes travaux : comment l’ordre émerge dans la nature. » Connaissance des Arts, Nouveau talent : Robin Meier, l’électron libre | Connaissance des Arts
  • Chanteuse et compositrice, Susheela Raman est native de Londres, de parents tamouls. Elle a grandi en Australie où ses parents ont entretenu ses liens avec l'Inde en lui faisant étudier la musique carnatique (chant classique du sud de l’Inde). Adolescente, elle s'est plongée dans la soul, le blues et le rock avant d’aller explorer une tradition différente de la musique indienne. Avec plus de 7 albums à son actif, Susheela propose un univers musical qui se décline en un groove ethno-pop souvent rock'n roll, note le communiqué. , Festival Gnaoua : Fusion de Maâlem Hamid El Kasri et Susheela Raman le 22 juin
  • Née il y a 45 ans en Angleterre de parents issus de la caste des brahmanes, Susheela Raman, qui a passé son enfance en Australie, a été initiée aux musiques carnatiques (musiques traditionnelles de l'Inde du sud) dès son plus jeunes âge. Le Point, Susheela Raman habille son nouveau disque des sons du gamelan - Le Point
  • La musique de Pooven Murden est très présente sur les réseaux sociaux. Parmi ses réalisations on se souviendra de Elements, morceau instrumental en hommage à Kaya et dont le clip a vu la participation d’Éric Triton, de Serge Lebrasse et de feu Marclaine Antoine, What a Wonderful name en collaboration avec LaNikita, un mariage de musique carnatique et de gospel et plus récemment la reprise de la chanson de Sky To Be, Dodo Baba, qui a reçu plus de 100 000 vues sur Youtube. lexpress.mu, Pooven Murden et le groupe Raagalayam remettent ça | lexpress.mu
  • D’une certaine façon, c’est un Mahavishnu indo-britannique, un nouveau supergroupe conçu pour jouer très vite et très fort. Loin de se hasarder aux paresseuses improvisations vaguement modales avec lesquelles les musiciens psychédéliques aimaient à assommer leur public, le guitariste pénètre avec respect et finesse les cycles rythmiques infiniment complexes de la musique carnatique et propose une fusion originale, réfléchie et excitante, qui marquera durablement les esprits. Télérama, John McLaughlin, le jazz fusion et l’au-delà
  • Le Théâtre de l'Aquarium accueille la "Grande Nuit carnatique" et ses 22 musiciens programmés. Le Monde.fr, Vingt-huit heures de musique indienne orchestrées par Ariane Mnouchkine et Milena Salvini
  • Samedi 30 mars, la MC2, maison de la culture de Grenoble, recevait une création du festival Détours de Babel, la rencontre inédite entre deux « VIP » d’Inde et d’Afrique : le violoniste Lakshminarayana Subramaniam, sommité de la musique carnatique (musique traditionnelle d’Inde du Sud) et le Malien Ballaké Sissoko, maestro de la kora, la harpe-luth des djeli, les griots d’Afrique de l’Ouest. Subramaniam et Sissoko appartiennent l’un comme l’autre à une longue lignée de musiciens. Ils connaissent leur affaire s’agissant de la transmission d’héritage culturel. Tous les deux vibrent aussi de la même tentation pour les tissages transculturels. Une idée courant comme un fil rouge dans la programmation de Détours de Babel (trois semaines de propositions musicales dans l’agglomération grenobloise et l’Isère, dont une vingtaine de créations). Le Monde.fr, Musiques du monde : deux « VIP » d’Inde et d’Afrique font un détour par Grenoble
  • Le guitariste John McLaughlin, qui se considère pourtant comme "un vieux hippie", l'a bien compris. Quand il sollicite Ravi Shankar, en 1973, il pratique déjà la méditation avec son propre maître spirituel. "Pendant un an, Ravi m'a appris la théorie musicale, aussi bien hindoustanie (du Nord) que carnatique (du Sud). Il maîtrisait parfaitement les deux, ce qui est exceptionnel. Quand il venait à New York, on se rencontrait à son hôtel. Il m'expliquait les phrasés, m'apprenait à découper les rythmes de façon purement mathématique et me les faisait chanter pendant des heures pour que je les sache par cœur. Ces cours ont marqué ma musique à vie." , Quand Ravi Shankar se confiait, entre musique et spiritualité - Musique - La Vie
  • Si elle a choisi de faire des études tertiaires en Inde en littérature tamoule, elle a également étudié la musique carnatique. Le Defi Media Group, Dishnee Virasami : une nouvelle voix pétillante sur Radio Plus | Defimedia
  • Ce style musical moderne, qui se rapproche beaucoup de la musique carnatique (musique traditionnelle du sud de l’Inde), se caractérise par un ensemble de notes maintenues et répétées sur des longues plages musicales avec peu de variation d’harmonies, conquérant dans sa lenteur de rythme et ses bourdons incessants qui relèvent, qu’on le veuille ou non, de l’ambiance méditative. Quant à elle, la musique de Kretzer se dénote par l’ajout progressif de cordes frottées, de cuivres et de piano qui élève considérablement le style vers l’hymne. D’ailleurs, la plus belle et première piste de l’album « Fucked Up Anthem » ne déroge pas à la règle en proposant trois minutes et cinq secondes de pur frisson. Kretzer y pose alors sa signature dans la large scène électronique ambiante. indiemusic, [LP] Harnes Kretzer - Black Noise | indiemusic
  • Hindoustani : musiques de l’Inde du nord, colorées de touches arabo-persanes sensuelles et romantiques arrivées avec l’islamisation moghole du XIIe siècle (s’oppose aux musiques carnatiques du Sud). Télérama, 24 heures de raga en direct sur le Net
  • Bidaia puise dans les racines des provinces basques les mélodies et rythmes des principales compositions, tout en les mariant à d’autres traditions : la musique carnatique, qui est la musique traditionnelle de l’Inde du Sud, mais aussi le blues acadien, ou la musique de contrées moins lointaines comme les Balkans ou le Maghreb. SudOuest.fr, Le Pays basque ouvert au monde
  • Il n’est pas rare de voir Siri mis en avant dans des vidéos où ses fonctions premières sont détournées par des utilisateurs. Aujourd’hui, l’assistant vocal d’Apple a permis à un groupe de jeune rappeur/rappeuses de réaliser une vidéo où on les voient faire un freestyle avec un accompagnement en Beatbox sur la musique Enduro Mahanubhavulu – un classique de la musique carnatique. iPhonote, Quand Siri fait un Rap accompagné d'un BeatBox [vidéo]
  • Sissoko deuxième, mais avec un "s" et non "c" et pour prénom Ballaké, ci-devant empereur de la kora. Et qui, lui, s'en va du côté de l'Inde à la rencontre du violoniste Lakshminarayana Subramaniam, dit "L" pour d'évidentes raisons pratiques, lui-même monument de la musique carnatique du sous-continent, essentiellement construite sur le raga. Soit la rencontre de deux sciences musicales faites de traditions mais à la plasticité étonnante. , Concerts Grenoble : Festival - Les Détours de Babel 2019 en 14 concerts - article publié par La rédaction
  • C'est une habitude, au Parvis, que d'inscrire dans sa programmation annuelle le meilleur de la musique indienne. C'est Zakir Hussain qui assurera cette note de musique du monde, cette saison, dès vendredi. Le grand maître du tabla indien, véritable légende dans son pays depuis qu'il donne à entendre la virtuosité du tabla à travers le monde, présentera sa nouvelle exploration du genre à travers «Tala-Vadya», un spectacle qui réunit «trois autres musiciens virtuoses pratiquant des instruments indiens : Anantha Krishnan au mridangam, percussion du sud de l'Inde issue de la musique carnatique ; Navin Sharma au dholak, percussion du nord de l'Inde, et Sabir Khan au sarangi, vielle qui trouve son origine dans la musique hindoustanie et qui est pratiquée sur l'ensemble du territoire aujourd'hui». Une rencontre musicale donnant libre cours à l'inspiration du moment, jouant sur la magie de l'improvisation pour convoquer des sensations à l'exotisme toujours aussi savoureux. Dépaysement assuré, donc que ce voyage en terre indienne, au Parvis. ladepeche.fr, Zakir Hussain au Parvis - ladepeche.fr
  • « Je n'ai pas eu la formation pour ce genre de musique là. C'est vraiment difficile de pouvoir compétitionner contre des gens qui savent chanter le carnatique [musique traditionnelle de l'Inde du Sud, NDLR]. Il faut que je me force à me distinguer des autres avec ma présence sur scène et un peu plus de pop américaine dans mes chansons », explique la jeune femme. Radio-Canada.ca, Une jeune chanteuse de Québec s'illustre en Inde | Radio-Canada.ca
  • Les huit titres de l’album parlent de la vie de tous les jours, d’amour et de la société. Certains morceaux mettront aussi de l’ambiance. Je ne change pas de style et le message est le même que le précédent album. Cette année, j’ai apporté un peu de différence sur le titre Pa bril lizié. L’arrangeur musical, Kong, a inclus le tabla et le reena (NdlR : un genre de tabla) alors que la chanteuse Jeevashi Paremanen porte sa voix carnatique sur la chanson. lexpress.mu, Désiré François: «Les concours de Disque de l’Année n’apportent rien aux artistes» | lexpress.mu
  • Danse. Après « Plexus » et « Questcequetudeviens ? », Aurélien Bory revient au Grand T avec un nouveau portrait féminin. Héritière du kuchipudi traditionnel indien, danseuse aussi impeccable qu’habitée, Shantala Shivalingappa est l’inspiratrice, l’interprète et le sujet de cette ode à la cendre et au papier. Il y a dix ans, le metteur en scène créait un solo pour la flamenca Stéphanie Fuster. En 2012, il réitère avec Kaori Ito. Prenant pour point de départ la figure féminine qu’il invite au plateau, Aurélien Bory crée un troisième portrait de danseuse, fusion entre la mystique hindoue et la physique quantique. Il y a ce titre : aSH — cendre en anglais — formé des lettres initiales et finales d’un nom : Shantala Shivalingappa. Une mélodie où apparaît Shiva, dieu de la danse, de la création et de la destruction, seigneur des crémations. Et sous ce nom, une femme douée d’une grâce divine. Face à une immense toile vivante, avec la musique carnatique qui scande en direct ses pas, elle danse : frappes de pieds, volutes de bras et doigts en savants mudras. D’où qu’elle vienne, l’onde sonore se propage en gestes et en spirales, dessinées par le corps devenu pinceau sur un sol de cendres, avant de s’effacer. Avec Shantala Shivalingappa et Loïc Schild (percussions)Conception, scénographie, mise en scène : Aurélien Bory / Cie 111Chorégraphie : Shantala Shivalingappa Durée : 1h. Unidivers, aSH – d’Aurélien Bory pour Shantala Shivalingappa – Saison Grand T Le Grand T Nantes jeudi 13 février 2020
  • Il faut dire que l'histoire de Ravi Prasad incarne cette réunion entre le fleuve occitan, et son lointain cousin sacré d'Inde. Né dans le Kérala, dans le sud de l'Inde, au sein d'une famille de radjas, le musicien à la renommée mondiale s'est installé en France en 1985. Il a depuis fait voyager sa culture partout. Il s'en est inspiré et s'est nourri de ses expériences pour faire évoluer son art au fil des rencontres avec le jazz, le flamenco, la danse expérimentale ou la musique électro qui soudainement se mêlent aux chants carnatiques et aux polyphonies indiennes. De ce mariage sont nés des spectacles en duos, en groupes ou des créations de dimensions symphoniques. ladepeche.fr, L'Union. Ravi Prasad ce soir à l'église - ladepeche.fr
  • Il incarne, pour beaucoup, la diversité de l’Inde, ses aspirations et ses racines. Grand amateur de musique carnatique et de poésie tamoule, il jouait de la vina, un instrument sacré dans la mythologie hindoue. Le Monde.fr, La mort d’Avul Pakir Jainulabdeen Abdul Kalam
  • C’est une invitation à la transe ? C’est exactement ça ! Comme toute musique africaine, on reste souvent sur les mêmes paroles, les mêmes accords, chantées et joués encore et encore. C’est proche du vaudou ou des musiques carnatiques indiennes.  , Interview. Découvrez l'afro-rock de Bafang, à La Cité/Théâtre, à Caen | Liberté Caen
  • Longtemps introuvable, ce corpus étonnant - entre new age, musique carnatique et soul -, enregistré entre le début des années 80 et le milieu des années 90, a réémergé partiellement sur YouTube ces dernières années. L’anthologie que proposent Luaka Bop, le label de David Byrne, et l’historien Ashley Kahn (qui signe les notes de pochette) est la première à nous permettre de l’écouter proprement et officiellement. Elle rassemble huit chansons (dix pour l’édition vinyle) et un inédit jamais entendu qui forment bien plus qu’un document passionnant : un album de musique spirituelle d’un genre absolument singulier et déroutant, aussi étrangement beau et familier. Libération.fr, Alice Coltrane, voix à méditer - Culture / Next
  • Longtemps introuvable, ce corpus étonnant – entre new age, musique carnatique et soul – et enregistré entre le début des années 80 et le milieu des années 90 a réémergé partiellement sur YouTube ces dernières années. L'anthologie que proposent Luaka Bop, le label de David Byrne, et l'historien Ashley Kahn (qui signe les notes de pochette) est la première à nous permettre de l'écouter proprement et officiellement. Elle est titrée World Spirituality Classics, Volume 1 : The Ecstatic Music of Alice Coltrane Turiyasangitananda et rassemble huit chansons (dix pour l'édition vinyle) extraites de Turiya Sings, Divine Songs, Infinite Chants, et Glorious Chants, ainsi qu'un inédit jamais entendu. Libération.fr, Le son du jour #116: extatique comme Alice Coltrane - Culture / Next
  • Une biodiversité quasi inexistante dans le quartier, expliquera pour sa part Gabriel Dharmoo, président de la coopérative, connu ailleurs comme compositeur, interprète et spécialiste de la musique carnatique (traditionnelle) du sud de l'Inde. Musico-diversité... «Notre quartier clignote en rouge comme îlot de chaleur urbaine dont nous voulons combattre l'effet avec un espace vert où nous pourrons pratiquer l'agriculture urbaine et présenter des ateliers sur les technologies de la toiture verte. Cela en collaboration avec Éco-quartier Saint-Jacques et Équiterre.» La Presse, La quadrature de Cercle carré

Traductions du mot « carnatique »

Langue Traduction
Anglais carnatic
Espagnol carnática
Italien carnatica
Source : Google Translate API

Synonymes de « carnatique »

Source : synonymes de carnatique sur lebonsynonyme.fr

Carnatique

Retour au sommaire ➦

Partager