Calot : définition de calot


Calot : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CALOT1, subst. masc.

A.− Vx. Petite calotte. Calot d'enfant de chœur.
B.− P. ext.
1. Coiffure légère de soldat, de forme allongée, sans bords, qui ne couvre que la partie supérieure de la tête. Le calot sur l'oreille; des soldats en calot. Un vieillard, coiffé d'un calot de soldat, balayait la neige de cette cour (Arland, L'Ordre,1929, p. 291).
2. Coiffure féminine en forme de bonnet ou de toque. Sa petite silhouette de gargouille, coiffée jusqu'aux sourcils d'un de ces calots « à la mode » (Colette, La Vagabonde,1910, p. 21).
P. anal., lang. des coiffeurs. Partie supérieure d'un chignon :
Vers 1868, les bandeaux deviennent plus bouffants; les chignons sont toujours bas et longs et se composent encore de calots bouclés, ... Stéphane, L'Art de la coiffure féminine,1932, p. 184.
Prononc. et Orth. : [kalo]. Ds Ac. 1932. Var. callot ds G. Sand, François le Champi, 1850, p. 152; cf. aussi Nouv. Lar. ill. qui, s.v. calot, renvoie à callot. Homon. calo. Étymol. et Hist. 1751 confiserie (Encyclop. t. 2 : Calot [...] c'est une calotte de chapeau dans laquelle ils [les faiseurs de dragées au moule] mettent les dragées après qu'elles sont séparées des branches); 1803 (Boiste : Calot [...] Fond de chapeau); 1838 (Ac. Compl. 1842 : Calot. Partie supérieure et à peu près plane d'un shako); 1879, 30 août « képi » (La vie moderne ds L. Rigaud, Dict. de l'arg. mod., p. 71); 1883 « bonnet de police du soldat » (Lettres d'un Dragon, p. 135 ds Esn. 1935). Dér. de cale3* « coiffure »; suff. -ot*. Fréq. abs. littér. : 50. Bbg. Sain. Lang. par. 1920, pp. 291-292. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 146.

CALOT2, subst. masc.

Arg., vx. Teigneux :
... daignez me recevoir au moins en qualité de monstre, de phénomène, de calot propre à faire amasser la foule, ... Nerval, Les Filles du feu,Dédicace à Alexandre Dumas, 1854, p. 502.
Prononc. et Orth. : [kalo]. Var. callot ds A. France, Monsieur Bergeret à Paris, 1901, p. 237. Homon. calo. Étymol. et Hist. 1628 (Jargon de l'argot réformé ds Sain. Sources t. 1, p. 224 : Callots sont ceux qui sont teigneux, véritables ou contrefaits); cf. dial. Yonne calo « homme accablé par la peine, le travail, la misère » (Jossier 1882). Emploi métaph. de calot* « coiffure », la teigne couvrant la tête comme une calotte; cf. arg. calle « tête » (1628 Jargon de l'argot réformé ds Sain., loc. cit., p. 218); v. cale3« coiffure ». Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Quem. 2es. t. 3 1972, p. 30. − Rigaud (A.). La Vraie cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 26. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 57, 187, 268. − Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 57.

CALOT3, subst. masc.

A.− Région. Coquille de noix et, p. ext., noix. On gaule à coups de pierre les « calots » − les noix − des grands noyers (P. Vialar, La Chasse aux hommes,Les Odeurs et les sons, 1953, p. 31).
B.− P. anal. Grosse bille servant à des jeux d'enfants.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Littré, Guérin 1892 ainsi que la plupart des dict. gén. du xxesiècle.
Arg. Œil. À force de loucher sur ses pièces il [le petit Robert] s'en faisait mal aux calots (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 201); ma pépée, faut ouvrir tes callots (Marcus, 15 fables célèbres, racontées en arg. par Marcus, 1947, p. 3).
Prononc. et Orth. : [kalɔ]. Lar. 19e: ,,On dit aussi callot.`` Outre calot, Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill. et Lar. 20econsacrent une entrée indépendante à callot. Homon. calo. Étymol. et Hist. 1. a) 1690 « noix » (Fur. : Calot); 1836 arg. jeux (F. Vidocq, Les Voleurs, p. 45 : Calots. Coquilles de noix); d'où b) 1866 id. « grosse bille » (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, p. 56); 2. 1846 arg. au plur. « yeux » (Un détenu [anonyme] intérieur des prisons ds Esn., sans ex.); cf. 1866 boiter des calots « loucher » (A. Delvau, loc. cit.). 1 a terme dial., notamment du Centre et de l'Ouest (Roll. Flore t. 4, p. 35 et sq.; FEW t. 17, p. 78), dér. (suff. -ot*) du m. fr. cale « noix » (1603, Olivier de Serres ds FEW, loc. cit.), lui-même issu par aphérèse de écale* « brou de la noix », le é- initial ayant prob. été pris pour le préf. e(s)-*, cf. le dér. écaler* « ôter le brou des noix ». 2 emploi métaph. de 1 par l'intermédiaire de « bille ». Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 299. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 224. − Sain. Lang. par. 1920, pp. 233-234, p. 376. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 144, 151; t. 2 1972 [1925], p. 103.

Calot : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

calot \ka.lo\ masculin

  1. (Désuet) Petite calotte.
    • Calot d’enfant de chœur.
  2. Coiffure des soldats, de forme allongée, sans bords.
    Calot des troupes coloniales
    • Or j’eus comme voisin de lit un aumônier du genre fier et silencieux, qui s’équipait en musulman pour les tirailleurs marocains. Le croissant sur son calot était un beau sujet de plaisanterie. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, page 43)
    • Les jeunes exilés pour cause de guerre, […] sur les cartes postales qu’ils envoient à leur familles […] expurgent les douars fouillés, les mechtas mises à sac, les filles aux longs cheveux qui se mordent les lèvres, les visages sculptés par le turban des jeunes Arabes de leur âge, semblables à leurs compagnons coiffés d’un calot. — (Jocelyne Sauvard, Simone Veil — La force de la conviction, L’Archipel, Paris, 2012, pp. 74-75)
    1. Coiffure plate de drap portée par les étudiants, les conscrits, les anciens combattants, les membres de divers corps ou de diverses associations.
      • L’adolescent se tenait debout, son calot à la main. Il avait l’air songeur, préoccupé : une ride lui sillonnait douloureusement le front. — (Francis Carco, Les Hommes en cage, Éditions Albin Michel, Paris, 1936, p. 121)
  3. Coiffe féminine en forme de bonnet ou de toque.
    Petit calot noir.
    • Sa petite silhouette de gargouille, coiffée jusqu’aux sourcils d’un de ces calots « à la mode ». — (Colette, La Vagabonde, 1910)
  4. (Argot) (Désuet) Teigneux.
    • Callots sont ceux qui sont teigneux, véritables ou contrefaits.
    • Daignez me recevoir au moins en qualité de monstre, de phénomène, de calot propre à faire amasser la foule. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Dédicace à Alexandre Dumas, 1854)

Nom commun 2

calot \ka.lo\ masculin

  1. (Jeu de billes) Grosse bille de verre ou de terre.
    • Qu’il s’agisse de la photo d’un cycliste découpée dans L’Illustration, de trois vers qu’il avait recopiés d’une anthologie ou de quatre billes et d’un calot gagnés à Soubise à la récréation, Mme Maillard considérait chaque secret comme une trahison. — (Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut, page 66, 2013)
    • Pourtant, en octobre, une boule se forma, toute petite d'abord, une bille, puis un peu plus grosse, comme un calot ou un boulard, ainsi que nous appelions ces grosses billes convoitées lorsque j'étais enfant. — (Karine Miermont, L'Année du chat, Le Seuil, 2014)
  2. (Par analogie) (Argot) Œil.
    • D’étonnement, il roulait des calots.
    • Ma pépée, faut ouvrir tes callots.

Nom commun 3

calot \ka.lo\ masculin

  1. (Désuet) Morceau de bois servant à caler.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Calot : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALOT. n. m.
Coiffure des soldats en petite tenue appelée auparavant Bonnet de police.

Calot : définition du Littré (1872-1877)

CALOT (ka-lo) s. m.
  • Le haut d'un shako.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Calot : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CALOT, s. m. terme de Bimblotier, ou faiseur de dragées au moule ; c’est une calotte de chapeau dans laquelle ils mettent les dragées après qu’elles sont séparées des branches. Voyez D. fig. 2. Pl. de la Fonderie des dragées au moule.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « calot »

Étymologie de calot - Littré

Voy. CALOTTE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de calot - Wiktionnaire

(Nom 1) (1751) Dérivé de cale (« coiffure ») avec le suffixe -ot[1] ; voir calotte de même sens. Le sens de « teigneux » se dit parce que la teigne couvre la tête comme une calotte[1].
(Nom 2) (1690) Apparait avec le sens de « noix » : de écale (« coque de noix », devenant par déglutination cale avec le suffixe -ot. (XIXe siècle) Prend le sens de « grosse bille, jeu de billes » lequel se jouait, lorsqu’on ne disposait pas de billes de terre ou de verre, avec des noisettes et des noix.
(Nom 3) (Date à préciser) Dérivé de cale (« bloc de bois ») avec le suffixe -ot[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « calot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calot kalo play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « calot »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calot »

  • Un peu plus d'un mois après les violences qui ont mis ce quartier de Dijon sous le feux des projecteurs nationaux, la place centrale des Grésilles a des airs de kermesse. En t-shirt bleu ou bien en uniforme avec calot sur la tête, des policiers  proposent des animations sportives pour découvrir les facettes de leur métier. On y trouve des ateliers de self-défense, de secourisme, mur d'escalade, mini-motos ou parcours sportifs avec tenue de CRS sur le dos.  France Bleu, Opération séduction de la police dans le quartier des Grésilles à Dijon

Images d'illustration du mot « calot »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « calot »

Langue Traduction
Portugais touca
Allemand mütze
Italien berretto
Espagnol gorra
Anglais cap
Source : Google Translate API

Synonymes de « calot »

Source : synonymes de calot sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires