La langue française

Burin

Définitions du mot « burin »

Trésor de la Langue Française informatisé

BURIN, subst. masc.

A.− TECHNOL. Outil d'acier dont l'une des extrémités, taillée en biseau, permet de couper ou de graver les métaux ou le bois. Gravure au burin; travailler au burin :
1. De même que le burin, le tranchet existait déjà au Moustérien sinon à l'Acheuléen et nous en avons trouvé qui sont caractéristiques dans les alluvions de la Bournègre dont nous avons parlé déjà. S. Blanc, Initiation à la préhist.,1932, p. 82.
P. méton. Art du burin. ,,Admirez cette finesse... C'est d'un burin... Ah! Quel burin!`` (H. Bataille, Maman Colibri,1904, I, 11, p. 10).
P. anal. ou métaph. La plume d'André Theuriet me paraît un burin effroyable (Giraudoux, Bella,1926, p. 98):
2. « Arrivée au terme de ma course, il ne me reste plus qu'à confier au burin de l'histoire les noms de quelques hommes célèbres moissonnés sur mon passage. (...) » Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 392.
3. Les rides que creuse le burin de la douleur ont une dureté qui les décèle au premier examen : ... Estaunié, L'Ascension de M. Baslèvre,1919, p. 270.
B.− P. ext., MAR. Épissoir en bois utilisé pour réunir deux cordages terminés chacun par un œillet; ,,sorte de ciseau à froid servant à couper le fil d'acier`` (Gruss 1952).
Prononc. : [byʀ ε ̃]. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1420 « instrument d'acier dont on se sert pour graver sur les métaux » (Inv. de Philippe le Bon dans Gay); b) 1676 « ciseau d'acier pour couper les métaux » (Félibien Dict.); p. méton., pour désigner le graveur : un bon burin (Fur. 1690); l'estampe gravée au burin (Besch. 1845); fig. 1808 plume de l'écrivain (Boiste); 1819 le burin de l'histoire (Ibid.); 2. technol. a) 1706 art dentaire (Rich.); b) 1740 serr. (Trév.); c) 1771 mar. (Ibid. : Burins ou Tappes [...] pour calfater les vaisseaux); d) 1773 id. « épissoir » (Bourdé de Villehuet, Manuel des marins, Paris). B. 1811 astron. « petite constellation australe » (Mozin-Biber). Orig. peu claire (DEI; EWFS2); l'hyp. la plus gén. reçue en fait un empr. à l'ital. burino (FEW t. 15, 1, pp. 191-192; Bl.-W.5; REW3, no1224; Dauzat 1968), issu du longobard *boro « foret » qui se rattache à l'all. mod. bohren « percer ». Fréq. abs. littér. : 60.
BBG. − Hope 1971, p. 31.

Wiktionnaire

Nom commun

burin \by.ʁɛ̃\ masculin

  1. (Arts) Outil en forme de ciseau d’acier que l’on pousse à la main et qui sert à graver, à couper les métaux.
    • L'ancienne taille en fil, qui champlevait péniblement ses blancs dans le poirier, a cédé la place au travail plus net qui creuse dans le bout de buis des lignes où le burin n'a plus à craindre les éclats des fibres lamelleuses. — (Eugène M. O. Dognée, Les arts industriels à l'Exposition universelle de 1867, Paris : chez la Veuve Jules Renouard, 1869, p. 442)
    • Ce n’est pas sans mélancolie que j’ai revu récemment les outils d’un de mes grands-pères : des burins par dizaines, des perloirs, des traçoirs, des grattoirs, des rifloirs, des outils à « chairrer », c’est-à-dire à donner le grain de la chair et toutes sortes de marteaux à tête ronde, finement emmanchés. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 141.)
    • Il y a bien longtemps que les petits marteaux ne sonnent plus clair sur les burins des orfèvres et des ciseleurs dans le Marais et le Faubourg. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 100.)
    • Ce gisement de plein air avait été initialement considéré comme aurignacien (Bodechon, 1982 ; Bel, 1991) sur la base d’une industrie lithique associant burins carénés et produits lamellaires, en particulier des lamelles torses à retouche abrupte directe fortement latéralisée (Le Brun-Ricalens et Brou, 2003). — (Pierre Bodu, François Bon, Nicolas Teyssandier & Clément Paris, L’Aurignacien et les faciès à pièces carénées entre Yonne et Yvelines, dans Le Paléolithique supérieur ancien de l'Europe du Nord-Ouest, actes du colloque de Sens (15-18 avril 2009), Paris : Société Préhistorique française, 2013, page 52)
  2. Outil de maçon ou de mécanicien, à lame plate, que l'on frappe avec un maillet ou un marteau.
    • On attaquerait la roche à la masse afin d'épargner les burins, car il n'y avait pas de forge pour les recharger. Cette façon de procéder ménagerait également la dynamite, car il fallait aussi craindre le pouillant qui asphyxie. — (Michel Michellod, « La promesse de Dago conte de Noël) », dans les Échos de Saint-Maurice, 1958, tome 56, page 310)
    • Un burin, c’est un ciseau grossier. — (Iouri Olécha, Pas de jour sans une ligne, 1995)
    • L’outillage du mineur (burin, coin, pointerolle, pic, masse) devait être entretenu quotidiennement pour conserver son efficacité. — (Marie-Christine Bailly-Maître, Extraction et traitement d’un minerai d’argent au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle), Archéosciences n°34, 2010.)
  3. (Par extension) Gravure effectuée en utilisant la technique du burin.
    • Livre du XIXe siècle illustré de burins.
  4. (Chirurgie) Instrument à extrémité biseautée tranchante, pour entailler l’os.
  5. (Héraldique) Meuble représentant l’outil de sculpteur du même nom dans les armoiries. À rapprocher de ciseau à bois et ciseau de sculpteur.
    • D’argent à la fasce ondée d’azur accompagnée en chef d’un R de gueules à la jambe barrée d’un S et en pointe d’un maillet et d’un burin du même passés en sautoir, qui est de la commune de Riviera du Tessin en Suisse → voir illustration « armoiries avec un burin »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BURIN. n. m.
T. d'Arts. Instrument d'acier dont on se sert pour graver sur les métaux. Ouvrage fait avec le burin, fait au burin. Il signifie, par extension, Manière de graver. Ce graveur a le burin ferme, net, pur, délicat, spirituel, etc. Fig., Le burin de l'histoire, La puissance de l'histoire pour éterniser les grands événements. Par analogie, il se dit aussi de Certains instruments dont se servent les ouvriers en métaux, les mineurs, les calfats, etc.

Littré (1872-1877)

BURIN (bu-rin) s. m.
  • 1Instrument d'acier qui sert à graver, en le poussant avec la main. Ces tables de vengeance où le fatal burin Épouvantait nos yeux d'une liste de crimes, Voltaire, Triumv. I, 1.

    Fig. Qui me donnera le burin pour graver sur le marbre cette parole ? Bossuet, le Tell. S'il est un magistrat injuste… Il verra sa honte éternelle Dans les traits d'un burin fidèle, Que le temps ne peut effacer, Voltaire, Odes, 13.

    Le burin de l'histoire, l'éternelle durée que l'histoire donne aux souvenirs et aux récits.

  • 2La manière de graver. Un burin ferme, vigoureux.
  • 3Ciseau plat pour couper le fer.
  • 4Barre de fer pour forer une roche.

HISTORIQUE

XVe s. C'est un charpentier sans hache, C'est un orfevre sans burin, Basselin, LVI.

XVIe s. [Vulcain] D'un burin laborieux Grave tes fatales armes, Du Bellay, J. III, 40, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BURIN, est un instrument d’acier, dont on se sert pour graver sur les métaux ; les burins doivent être faits avec l’acier le plus pur, & le meilleur d’Allemagne ou d’Angleterre : sa bonté consiste en ce que le grain en soit fin & de couleur de cendre ; elle dépend aussi beaucoup de la trempe. Quant à la forme du burin, il est comme inutile d’en parler, chacun les prenant à sa volonté. Les uns les veulent fort losanges, les autres tout-à-fait quarrés : il y en a qui les aiguisent extrèmement déliés, & d’autres gros & courts. Pour moi, je crois qu’il est bon qu’un burin soit d’une bonne longueur, comme à peu près de cinq à six pouces ; que sa forme soit entre le losange & le quarré ; qu’il soit assez délié par le bout, mais que cela ne vienne pas de loin, afin qu’il conserve du corps pour pouvoir résister suivant les nécessités de l’ouvrage ; car s’il est trop délié & affûté de loin, il ploye, ce qui le fait casser, à moins que ce ne soit pour de très-petits ouvrages. Le Graveur doit avoir soin que le ventre de son burin soit aiguisé fort à plat, & qu’il coupe parfaitement, le faisant lever un peu vers l’extrémité de sa pointe, pour le dégager plus facilement du cuivre ; il doit être aussi averti de ne graver jamais avec un burin dont la pointe soit émoussée, s’il veut que la gravure soit vive, autrement elle ne sera qu’égratignée. On l’emmanche dans un petit morceau de bois, de buis, d’os, &c. Voyez Pl. II. de Gravure, fig. 30.

Le burin est aussi d’un grand usage parmi les Orfevres, les Horlogers, les Armuriers, les Serruriers, &c. Voyez les Planches de ces arts.

On se sert du burin en le tenant avec la main, ensorte que la partie convexe A du manche soit dans le creux de la main, & la partie applatie vers la planche, le doigt indice sur le dos, qui est l’arrête opposée à la pointe, le burin presque couché sur la planche, ainsi qu’on peut le voir dans la fig. 14. Pl. I. de Gravure, où une main paroît travailler. Le chiffre 2. marque la planche ; le chiffre 3. le coussinet (voyez Coussinet) sur lequel elle est posée.

Burin, c’est en Serrurerie, une espece de ciseau à deux biseaux, qui sert à couper le fer à froid. Il y en a en bec d’âne, en grain d’orge, à gouge, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « burin »

Espagn. buril ; ital. bolino ; de l'ancien haut-allemand bora, foret, borôn, percer ; allem. mod. bohren.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1420) De l’italien burino, emprunt à un lombard *boro « foret » ; à rapprocher du néerlandais boor « foret, vrille », du vieux haut-allemand bora, même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « burin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
burin byrɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « burin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « burin »

  • L'attention est le burin de la mémoire. De Duc de Lévis / Maximes et réflexions

Traductions du mot « burin »

Langue Traduction
Anglais burin
Espagnol cincel
Italien scalpello
Allemand meißel
Portugais cinzel
Source : Google Translate API

Synonymes de « burin »

Source : synonymes de burin sur lebonsynonyme.fr

Burin

Retour au sommaire ➦

Partager