Bulle : définition de bulle


Bulle : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BULLE1, subst. fém.

A.−
1. Usuel. Globule sphérique rempli de gaz qui se forme (ou s'est formé) dans une matière à l'état liquide :
1. Lorsque la température élevée du four l'eut réduite à l'état liquide ou plutôt à l'état pâteux, Cyrus Smith « cueillit » avec la canne une certaine quantité de cette pâte; (...). Harbert, gonflant ses joues, souffla tant et si bien dans la canne, en ayant soin de la tourner sans cesse, que son souffle dilata la masse vitreuse. D'autres quantités de substance en fusion furent ajoutées à la première, et il en résulta bientôt une bulle qui mesurait un pied de diamètre. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 295.
a) D'après la matière dans laquelle se forme la bulle. Bulle de boue, d'eau, de salive :
2. Quand il [Shelley] avait ainsi « travaillé », sa récréation favorite était de faire des bulles de savon. (...) muni d'un chalumeau il soufflait avec une adresse de jeune fille les sphères parfaites et fragiles. Dans leurs élastiques pellicules brillaient des teintes violettes, vertes et dorées qu'il regardait changer, se fondre et disparaître. Alors, abandonnant pour une courte absence les palais transparents et vides de la logique, il éprouvait une sorte d'obscur besoin de fixer par le rythme et les mots l'insaisissable grâce de ces jeux de couleurs. Maurois, Ariel ou la Vie de Shelley,1923, p. 121.
b) D'après le gaz qui remplit la bulle. Bulle de gaz, d'oxygène. Des bulles d'air montèrent à la surface de l'eau (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 221).
c) Arg. Coincer la bulle. Ne rien faire.
Rem. 1. Attesté dans Esn. 1966, Rob. Suppl. 1970. 2. Esn. 1966 cite également buller, verbe intrans. « Ne rien faire ». Le subst. corresp. est bullard.
2. Emplois spéc.
a) BÂT. Niveau à bulle. Instrument servant à vérifier l'horizontalité par inclusion d'une bulle d'air dans l'eau qu'il contient. Synon. nivelle.Niveau à eau ou à bulle d'air (E. Robinot, Vérification, métré et pratique des trav. du bât.,1924-30, p. 26).
b) TECHNOL. Défaut de fabrication constitué par la bulle qui a subsisté lorsque la matière s'est solidifiée. Les (...) bulles [du vernis] peuvent être produites par un excès de feu (A. Brongniart, Traité des arts céramiques,1844, p. 174).
B.− P. anal.
1. MÉD. Soulèvements de l'épiderme de forme sphérique, remplis de liquide séreux, plus gros que les vésicules, et qui constituent un aspect caractéristique de certaines maladies telles que le pemphigus et le rupia. Maladies à bulles.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
2. IMPR. Courbe entourant les paroles prononcées par les personnages de bandes dessinées.
Rem. 1. Attesté dans Rob. Suppl. 1970, Gilb. 1971. 2. On rencontre dans la docum. le verbe bulbuler (avec redoublement expressif pour marquer la répétition), « faire des bruits de bulle (en parlant d'un liquide) », (cf. Queneau, Les Enfants du Limon, 1938, p. 77) et son dér. le subst. masc. bulbulement « bruit provoqué par des bulles de liquide » (cf. Queneau, Zazie dans le métro, 1959, p. 166).
Prononc. : [byl]. Enq. : /byl/. Étymol. et Hist. Av. 1590 « globule d'air » (Paré, XXVI, 4 dans Littré); d'où méd. (Id., XVIII, 9, ibid.). Empr. au lat. bulla « bulle d'eau » (Ovide, Met. 10, 734 dans TLL s.v., 2241, 39).

BULLE2, subst. fém.

A.− Objet de forme arrondie.
1. ANTIQ. ROM. Petite boule de métal portée jusqu'à l'âge viril par les jeunes patriciens, puis, plus tard, par tous les ingénus :
1. Enfant, on lui a fait porter la robe prétexte qui indique sa caste, et la bulle qui détourne les mauvais sorts. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 273.
2. Ornement de forme arrondie pour la sellerie et les portes et, de nos jours, motif décoratif d'ameublement.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
B.− CHANCELLERIE, SIGILLOGRAPHIE
1. Sceau ou cachet le plus souvent de forme ronde, attaché à un acte ou accompagnant un pli pour en garantir l'authenticité.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
P. méton.
Bulle de plomb. Sceau pontifical.
Rem. Attesté dans Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Littré, Nouv. Lar. ill.
Au Moyen Âge, la boîte contenant la lettre ou le message.
Rem. Attesté dans Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, Lar. encyclop.
2. Décret muni d'un sceau ou d'un cachet.
a) Décret du pape plus développé que le bref*; décision du pape sur des matières importantes et rédigée en forme solennelle. Bulle pontificale; fulminer une bulle :
2. Le pape signa d'abord une protestation solennelle; mais, avant de signer la bulle d'excommunication depuis longtemps préparée, il interrogea le cardinal Pacca : ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 394.
Bulle blanche ou bulle défectueuse. Bulle d'un pape élu mais non encore consacré et qui ne porte pas le nom du pape qui l'expédie.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixesiècle.
P. ext., fréquemment au plur. Lettre officielle du pape accompagnant une provision (pourvoi) de bénéfice. Un évêque qui attend ses bulles pour se faire sacrer (Ac.1798-1878).
SYNT. Bulle d'anathème, de canonisation, d'excommunication; bulle de la Cour de Rome, des papes, du Saint Siège; publier une bulle.
b) P. anal. Bulle ou Bulle d'Or. Au Moyen Âge, acte de souverain, notamment de l'Empereur du Saint-Empire. Bulle impériale.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
Spéc., absol. La Bulle d'Or. Plus particulièrement, acte impérial de 1356 réglant la Constitution de l'Empire. Sa constitution [de l'Allemagne], définie par la Bulle d'Or, était à la fois aristocratique et républicaine (Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 155).
Prononc. : [byl]. Étymol. et Hist. 1. Ms. xiiies. buille « sceau de métal » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1030 dans Gdf. Compl.); 2. 1214 boille « acte marqué de ce sceau » en partic. « lettre patente du pape avec le sceau de plomb » (Anger, Trad. St Grégoire, éd. P. Meyer dans Romania, t. 12, vers 667-8); 1275-80 bule (J. de Meung, Roman de la Rose, 12504 dans T.-L.), 1360-70 bulle (Baudoin de Sebourc, XVI, 227, ibid.); 1690 p. anal. bulle d'or « acte, ordonnance des empereurs d'Allemagne » (Fur.); 3. 1690 « clou à tête dorée » (ibid.). Empr. au lat. médiév. bulla au sens 1 « sceau de métal » [la matrice du sceau est appliquée sur la boucle de métal] (vies., Marini, Papiri diplomatici, 2 dans TLL s.v., 2242, 38) cf. 811 « sceau de l'empereur » (D. Karolin., I no 211 dans Nierm.); au sens 2 1146-48 (Nivardus, Ysengr., 5, 168 dans Mittellat. W. s.v., 1611, 7) cf. dans le domaine angl. dès ca 1130 dans Latham; le sens 3 en lat. class., en partic. « tête de clou pour l'ornement des portes ».
BBG. − Rigaud (A.). La Vraie Cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 338.

BULLE3, subst. invar.

A.− IMPR. (Papier) bulle. Papier de couleur jaunâtre, fait de pâte grossière. Enveloppe de papier bulle (Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 832).
(Chiffon) bulle. Chiffon servant à la fabrication du papier bulle.
Rem. Attesté dans Lar. 19e, Lar. 20e, Littré, Guérin 1892, Quillet 1965.
B.− Arg. Synon. de argent (monnaie).Fallait quand même, que je trouve du bulle! ... On me faisait du « crédo » nulle part! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 466).
PRONONC. : [byl].
ÉTYMOL. ET HIST. − A. − 1. 1785 bule (Encyclop. t. 1, 1 p. 856b: [papier de linge] ... la [pâte] commune ou bule, autrement gros-bon ... à faire du papier ... très-gros); 2. 1803 bulle « lot de chiffons; papier » (Boiste). B.− 1897 arg. « argent » avoir du bulle (arg. des soldats parisiens d'apr. Esn.). A orig. inconnue. B peut-être p. anal. avec la couleur du papier.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 511. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 877, b) 595; xxes. : a) 607, b) 740.
BBG. − Duch. 1967, p. 203.

Bulle : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

bulle \byl\ féminin

  1. Petite quantité d’air qui s’élève à la surface des liquides, en particulier lors de l’ébullition ou de la fermentation.
    • Le poisson fait des bulles dans son bocal.
    • Un dernier coup de téléphone de l’inspecteur qui est en faction rue Caulaincourt.
      — Rien à signaler.
      Et pourtant, par ce beau dimanche, il s’est passé quelque chose. On n’en a perçu que le lointain remous, comme ces bulles, à la surface de l’eau, qui révèlent la présence d’un poisson remuant la vase du fond.
      — (Georges Simenon, Signé Picpus, chapitre 4, 1944)
  2. Petite quantité d’air qui reste enfermée dans une matière jetée en fonte ou coulée.
    • Les bulles d’air sont une imperfection dans les glaces.
  3. (Par ellipse) Bulle de savon.
    • La bulle a crevé en l’air.
  4. Phylactère dans la bande dessinée.
  5. (Éducation) Plus mauvaise note, par référence à la forme du chiffre zéro.
    • Je n’avais pas révisé, j’ai eu une bulle.
  6. (Antiquité) Petite boule de métal que les patriciens romains portaient au cou jusqu’à dix-sept ans (sens d’origine).
    • Des toges, des prétextes, des bulles. — (Jean-Jacques Rousseau, Ém. IV.)
  7. (Médecine) Grosse vésicule qui s’élève à la surface de la peau.
    • Les bulles du pemphigus.
  8. Sceau de plomb qui marque certaines lettres du pape.
    • Fulminer, publier une bulle.
  9. (Par métonymie) Édit papal ; lettres papales munies de ce sceau.
    • L’empereur dicte ses ordres à ses capitaines, le pape adresse des bulles à la chrétienté, et le fou écrit un livre. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • La fameuse bulle Unigenitus était le sujet de la querelle. Les Jésuites, soutiens de la bulle, jouaient leurs adversaires dans des comédies qu'ils faisaient représenter par leurs élèves. — (C. D., « Bougeant (Guillaume-Hyacinthe) », dans la Biographie bretonne: recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom, par P. Levot, tome 1, Vannes : chez Cauderan, & Paris : chez J. Le Doyen & P. Giret, & chez Dumoulin, 1852, page 153)
  10. (Par métonymie) (Au pluriel) Champagne, voire crémant.
    • Avec un coup dans le nez, le Capitaine Eustrate Zilremer ne rendait pas le même son. Franchement sinistre quand il voulait planter ses idées comme des étouffe-pourtant, il prenait une gouaille après quelques bulles tout à fait formidable. — (Julien Capron, Match retour, Éditions Flammarion, 2011)
    • Pour le reste : des paillettes, d’autres pipoles, des bulles, des subsides de la mairie, et trois jours de déconnade sous le soleil de juin. — (Christophe Nobili, Karl Zéro, du Vrai Journal au faux festival, Le Canard Enchaîné, 11 octobre 2017, page 4)
  11. (En particulier) (Finance) Spéculation outrancière.
    • Bulle financière, bulle monétaire, bulle immobilière.
    • Je ne veux pas caractériser ce que nous voyons actuellement sur les marchés de bulle. Mais je dirais que les valorisations sont en général élevées. — (Arnaud Leparmentier, La hausse tant attendue des salaires américains fait chuter Wall Street, Le Monde. Mis en ligne le 3 février 2018)
    • Le résultat est qu’une bulle de crédit, plus énorme encore que toutes les précédentes, s’est formée. — (Pierre-Antoine Delhommais, Le surendettement menace l’avenir du monde, Le Point n° 2383, 3 mai 2018, page 13)
    • Et, surtout, que maintenir en permanence l’économie sous une perfusion réservée au temps de crise est malsain. Cela pourrait en effet, à la longue, alimenter des bulles — (Marie Charrel, La Banque centrale européenne va arrêter son vaste programme de soutien à l’économie, Le Monde. Mis en ligne le 12 décembre 2018)
  12. (Figuré) Monde autonome dans lequel l’on n’est plus en contact avec le monde réel, comme séparé de la réalité.
    • Aujourd’hui, chacun calé dans sa bulle électromagnétique de Wi-Fi, c’est une autre vie qui commence. Une incarcération chez soi, dans laquelle il sera possible d’avoir accès à tout sans jamais voir personne — pas même son facteur. — (Aude Lancelin, Tombeau pour Virgin Megastore, dans Marianne, du 12 janvier 2012)
    • A l’extérieur de la bulle du Convention Center de Bonn, où vont siéger les représentants des nations, l’état de la planète se dégrade. — (Simon Roger, Climat : à Bonn, les négociations entre Etats risquent d’être tendues, Le Monde. Mis en ligne le 30 avril 2018)
    • Avec Lucile Lapierre, on entre dans des bulles. La bulle, fermée, de l’unité pour malades difficiles (UMD) au sein de laquelle l’interne en médecine effectue son premier semestre en psychiatrie. — (Léa Iribarnegaray, « C’est comme si la psychiatrie était une religion, j’étais devenue mécréante » : une jeune interne raconte ses doutes, Le Monde. Mis en ligne le 7 mai 2019)

Nom commun 2

bulle \byl\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Papier bulle.

Adjectif

bulle \byl\

  1. Couleur légèrement jaunâtre.
    • Papier bulle, Papier légèrement jaunâtre employé pour les paquetages ou pour certaines impressions ou écritures.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bulle : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BULLE. n. f.
Globule rempli d'air qui s'élève quelquefois à la surface des eaux, qui se forme sur les liquides en ébullition ou en fermentation, etc. Bulle d'eau. Bulle d'air. L'eau se couvrit de bulles. Bulle d'air signifie aussi Petite quantité d'air qui reste enfermée dans une matière jetée en fonte ou coulée. Les bulles d'air sont une imperfection dans les glaces. Bulle de savon, Petit globe transparent et rempli d'air qu'on forme en soufflant dans un chalumeau trempé dans de l'eau de savon et qui s'élève et voltige en se nuançant de couleurs brillantes. Les enfants s'amusent à faire des bulles de savon. La bulle a crevé en l'air. En termes d'Antiquité romaine, il désigne une Petite boule d'or, d'argent, ou d'autre métal, que portaient au cou les jeunes patriciens de Rome jusqu'à l'âge de dix-sept ans. Il se dit aussi du Sceau de plomb que l'on met au bas de certaines lettres des papes, et, par extension, de Ces lettres mêmes. Il désigne ordinairement, dans ce sens, une Constitution générale. Fulminer, publier une bulle. La bulle du jubilé. La bulle Unigenitus. Il s'est dit du Sceau des papes, empereurs, princes au moyen âge. Il s'est dit aussi des Constitutions de quelques empereurs. La bulle d'or, La constitution de l'empereur Charles IV, qui réglait, entre autres choses, la forme de l'élection des empereurs d'Allemagne. Fig., Papier bulle, Papier légèrement jaunâtre employé pour les paquetages ou pour certaines impressions ou écritures.

Bulle : définition du Littré (1872-1877)

BULLE (bu-l') s. f.
  • 1Globule rempli d'air qui s'élève à la surface des liquides en mouvement, en ébullition, en fermentation.

    Bulle d'air, petite quantité d'air enfermée dans une matière coulée.

    Bulle de savon, petit globe transparent et rempli d'air, qu'on forme avec un chalumeau trempé dans de l'eau de savon. Laissez ; tous ces enfants sont bien là ; qui vous dit Que la bulle d'azur que mon souffle agrandit à leur souffle indiscret s'écroule ? Hugo, F. d'aut. 15.

  • 2 Terme de médecine. Grosse vésicule qui s'élève à la surface de la peau. Les bulles du pemphigus.
  • 3 Terme d'archéologie. Petite boule de métal que les patriciens romains portaient au cou jusqu'à dix-sept ans. Des toges, des prétextes, des bulles, Rousseau, Ém. IV.

HISTORIQUE

XIVe s. Loiet [liés] furent au mast dont la perche est quarrée, De chainnes, et de corde, et de bule ferrée, Baudouin de Seb. VIII, 407.

XVe s. En plus de cent manieres ils [les singes] me firent la moue et tant de grimaces que je ne sauroye dire, en barbetant des dentz, et aulcuns en y avoit qui me montrassent leurs bulles [fesses, par comparaison avec des boules], Perceforest, t. IV, f° 9, dans LACURNE.

XVIe s. Trois petites ampoulles semblables à trois petites bulles ou vessies, ressemblantes à celles qui s'eslevent en l'eau agitée par la pluie, Paré, XVIII, 9. Il faut choisir les vaisseaux bien cuits, sans bulles, non fissurés, égaux de toutes parts, Paré, XXVI, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bulle : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BULLE, s. f. (Hist. anc.) petite boule concave d’or, d’argent, ou d’autres métaux, que les enfans des Romains portoient au cou : on la donnoit aux enfans de qualité en même tems que la robe prétexte ou bordée de pourpre, & ils ne la quittoient qu’en quittant cette robe, c’est-à-dire, à l’âge de dix-sept ans. Quoiqu’il paroisse constant par le témoignage de tous les auteurs qu’il n’y avoit que les enfans des magistrats curules qui eussent droit de porter la bulle d’or ; il n’est pas moins certain qu’ils n’étoient pas les seuls qui la portassent ; ceux à qui les honneurs du triomphe étoient décernés prenoient aussi cet ornement : Bulla, dit Macrobe, gestamen erat triumphantium, quam in triumpho præ se gerebant : mais cette bulle étoit d’un plus grand volume que celle des enfans. La grande vestale & les dames Romaines en portoient aussi : la premiere par distinction ; les autres comme une parure. On regardoit encore ces bulles comme de très-puissans préservatifs contre l’envie, & contre les génies malfaisans. La superstition n’avoit guere moins de part que la vanité dans la coûtume d’attacher ces bulles au cou des enfans des patriciens. (G)

Bulle, (Hist. anc. & mod.) ce mot désignoit autrefois le sceau attaché à un instrument ou charte quelconque : il y en avoit d’or, d’argent, de cire, & de plomb. Les empereurs & les rois, dans les affaires de grande importance, se servoient de sceaux d’or ; aujourd’hui on se sert presque par-tout de cire : mais le sceau attaché aux constitutions des papes est toûjours de plomb. (—)

Bulle, (Hist. ecclés. & Droit canon.) expédition de lettres en chancellerie Romaine, scellées en plomb, qui répondent aux édits, lettres-patentes, & provisions des princes séculiers.

On dérive le mot de bulle de bulla, un sceau, & celui-ci de bulla, une boule ou bouteille ronde qui se forme dans l’eau. D’autres le dérivent du Grec βουλὴ, conseil. Le pere Pezron prétend qu’il est tiré du Celte buil ou bul, une boule ou bouteille qui se forme sur l’eau.

La bulle est la troisieme sorte de rescrit apostolique qui est le plus en usage, tant pour les affaires de justice que pour les affaires de grace : elle est écrite sur parchemin, à la différence de la signature qui est écrite en papier. La bulle est proprement une signature étendue, & ce qu’elle contient en peu de paroles, la bulle l’étend : néanmoins elle ne doit pas être, quoiqu’étendue, plus ample que la signature, si ce n’est pour les clauses qu’on a coûtume d’étendre selon le style. Voyez Bref.

Si les bulles sont lettres gracieuses, le plomb est pendant en lacs de soie ; & si ce sont des lettres de justice & exécutoires, le plomb est pendant à une cordelle de chanvre : elles sont écrites en caractere rond ou gothique.

La bulle en la forme qu’elle doit être expédiée, se divise en quatre parties, qui sont la narration du fait, la conception, les clauses, & la date. Dans la salutation le pape prend la qualité d’évêque, serviteur des serviteurs de Dieu ; servus servorum Dei. Voyez Serviteur.

La bulle n’est proprement que le sceau ou le plomb pendant qui donne son nom au titre, parce qu’il lui donne seul autorité ; & généralement tout rescrit où il y a du plomb pendant s’appelle bulle. Ce plomb représente d’un côté les têtes de S. Pierre à droite, & de S. Paul à gauche ; de l’autre côté est écrit le nom du pape régnant, & l’an de son pontificat. Voyez Pontificat.

Les jubilés s’octroyent par bulles : on ne sacre point les évêques qu’ils n’ayent leurs bulles. En Espagne on expédie des bulles pour toutes sortes de bénéfices : mais en France on n’a que de simples signatures en papier, à la reserve des archevêchés, des abbayes, & de quelque prieurés conventuels. Les bénéfices dont le revenu excede vingt-quatre ducats, ne sont possédés que sur des provisions qui s’expédient par bulles, & non pas par simples signatures, suivant une regle de la chancellerie. La France n’a point voulu se soûmettre à cette regle ; & à l’exception des bénéfices qui sont taxés dans les livres de la chambre apostolique, elle s’est conservée dans le droit de n’exprimer le revenu du bénéfice qu’on impetre qu’en général & de cette maniere : Cujus & illi forsan annexorum fructus 24. ducatorum auri, de camera secundum communem estimationem, valorem annuum non excedunt.

Les bulles qui viennent de Rome en France, sont limitées & modérées selon les usages du royaume, avant que d’être enregistrées. On n’y en reçoit aucunes, qu’après avoir bien examiné si elles ne contiennent rien de contraire aux libertés de l’église Gallicane. Il suffit en France que ces mots proprio motu, de notre propre mouvement, se trouvent dans une bulle, pour la rejetter toute entiere.

Les Espagnols ne reçoivent pas non plus aveuglément les bulles des papes : elles sont examinées dans le conseil du roi ; & si l’on trouve qu’il y ait des raisons pour ne pas les mettre en exécution, l’on en donne avis au pape par une supplique ; & par ce moyen ces bulles demeurent sans effet. Cette maniere d’agir avec la cour de Rome est établie dans la plûpart des états & des royaumes.

Fulminer des bulles, c’est en faire la publication ou vérification par l’un des trois commissaires auxquels elles sont adressées, soit qu’il soit évêque ou official. On s’oppose quelquefois à la publication des bulles ou des rescrits du pape. Mais quand il s’y trouve de l’abus, l’on a pour lui le respect de n’appeller pas directement de la concession de la bulle, on interjette simplement appel comme d’abus de l’exécution ou fulmination de la bulle. C’est un expédient pour ne point choquer le pape, en ne se plaignant que de la procédure & de la partie qui a obtenu la bulle.

Cependant il y a des cas importans, dans lesquels on appelleroit sans détour comme d’abus de la bulle du pape : par exemple, s’il prononçoit l’excommunication contre la personne du roi ; s’il entreprenoit sur le temporel du royaume ; s’il disposoit des bénéfices dont la nomination appartient au roi par le concordat. Voyez Fulmination.

Quand le pape est mort, on n’expédie plus de bulles durant la vacance du siége, & jusqu’à l’élection du successeur : ainsi pour prévenir les abus qui pourroient se glisser, aussi-tôt que le pape est mort, le vice-chancelier de l’église Romaine va prendre le sceau des bulles, puis il fait effacer en présence de plusieurs personnes, le nom du pape qui vient de mourir ; il couvre d’un linge le côté où sont les têtes de S. Pierre & de S. Paul ; il y met son sceau, & donne ce sceau des bulles ainsi enveloppé, au camérier pour le garder, afin qu’on n’en puisse sceller aucune lettre.

Bulle in cœnâ Domini : on appelle ainsi une bulle fameuse, qui se lit publiquement tous les ans à Rome le jour de la cene, c’est-à-dire le jeudi-saint, par un cardinal diacre, en présence du pape, accompagné des autres cardinaux & des évêques. Elle contient une excommunication contre tous les hérétiques, les contumaces & les desobéissans au saint siége. Après la lecture de cette bulle, le pape jette un flambeau allumé dans la place publique, pour marque d’anathème. Dans la bulle du pape Paul III. de l’an 1536, il est énoncé dès le commencement, que c’est une ancienne coûtume des souverains pontifes, de publier cette excommunication le jour du jeudi-saint, pour conserver la pureté de la religion Chrétienne, pour entretenir l’union des fideles : mais on n’y marque pas l’origine de cette cérémonie. Les principaux chefs de la bulle in cœna Domini regardent les hérétiques & leurs fauteurs, les pirates & les corsaires ; ceux qui imposent de nouveaux péages ; ceux qui falsifient les bulles & les autres lettres apostoliques ; ceux qui maltraitent les prélats de l’Église ; ceux qui troublent ou veulent restraindre la jurisdiction ecclésiastique, même sous prétexte d’empêcher quelques violences, quoiqu’ils soient conseillers ou procureurs généraux des princes séculiers, soit empereurs, rois ou ducs ; ceux qui usurpent les biens de l’Église, &c. ce qui a donné lieu d’accuser cette bulle d’établir indirectement le pouvoir des papes sur le temporel des rois. Tous ces cas y sont déclarés réservés, ensorte que nul prêtre n’en puisse absoudre, si ce n’est à l’article de la mort.

Le concile de Tours, en 1510, déclara la bulle in cœna Domini insoûtenable à l’égard de la France, qui a souvent protesté contre cette bulle en ce qui regarde les droits du roi & les libertés de l’église Gallicane. En 1580, quelques évêques pendant le tems des vacations, tâcherent de faire recevoir dans leurs dioceses la bulle in cœna Domini. Le procureur général s’en étant plaint, le parlement ordonna que tous les archevêques & évêques qui auroient reçû cette bulle & ne l’auroient pas publiée, eussent à l’envoyer à la cour : que ceux qui l’auroient fait publier fussent ajournés, & cependant leur temporel saisi ; & que quiconque s’opposeroit à cet arrêt, fût réputé rebelle & criminel de lese-majesté. Mézer. hist. de France, sous le regne d’Henri III. (G)

Bulle d’or, (Hist. & Jurisp.) on donne en Allemagne ce nom par excellence à une pragmatique-sanction ou constitution de l’empereur Charles IV. approuvée par la diete ou l’assemblée générale des princes & états de l’Empire, qui contient les fonctions, priviléges, & prérogatives des électeurs, tant ecclésiastiques que séculiers, & toutes les formalités qui doivent s’observer à l’élection d’un empereur. Elle fut faite en 1356 en partie à Metz, & en partie à Nuremberg. La bulle d’or a toûjours été regardée depuis ce tems comme loi fondamentale de l’Empire : elle est au nombre de celles que les empereurs sont tenus d’observer par la capitulation qu’on leur fait jurer à leur couronnement. Cette constitution fut faite pour terminer les disputes, quelquefois sanglantes, qui accompagnoient autrefois les élections des empereurs, & prévenir pour la suite celles qui pourroient arriver à ce sujet, & empêcher les longs interregnes dont l’empire avoit beaucoup souffert auparavant. L’original le plus authentique de la bulle d’or, se conserve à Francfort sur le Mein ; & c’est le magistrat de cette ville qui en est le dépositaire. On a un respect si scrupuleux pour cet exemplaire, qu’en 1642 l’électeur de Mayence eut de la peine à obtenir qu’on renouvellât les cordons de soie presque usés, auxquels le sceau de la bulle d’or est attaché ; & il n’en vint à-bout, qu’à condition que la chose se passeroit en présence d’un grand nombre de témoins.

Bulle d’or de Bohème, (Hist.) c’est un privilége accordé en 1348 au roi & au royaume de Bohème, par l’empereur Charles IV. Ce prince y confirme toutes les prérogatives accordées par Frédéric II. en 1212. à Ottocare, roi de Bohème.

Bulle d’or du Brabant, (Hist. mod. & Jurisp.) on nomme ainsi une constitution de l’empereur Charles IV. donnée à Aix-la-Chapelle en 1349, par laquelle ce prince accorde aux Brabançons le privilége de ne pouvoir être traduits à aucuns tribunaux étrangers ou hors de leur pays, ainsi que de ne pouvoir point être arrêtés ailleurs que chez eux, ni pour crimes, ni pour dettes. La trop grande extension de ce privilége remarquable a quelquefois fait murmurer les états de l’Empire leurs voisins. (—)

Bulles d’eau, sont de petites boules d’eau dont l’intérieur est rempli d’air, & dont la formation vient de différentes causes. Voy. Bouteilles d’eau. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bulle »

Étymologie de bulle - Littré

Bulla, bulle, le même que boule (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bulle - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin bulla (« bulle ») À l’origine la bulla latine était une petite sphère d'or que les fils de patriciens portaient autour du cou jusqu'à l'âge de 17 ans.
(À rapprocher du lituanien bule « fesses », du moyen néerlandais puyl « sac ») ; il a pour doublet boule.
(Finance) De l’anglais bubble désignant une tromperie, et par extension, les entreprises malsaines ou spéculatives. Après le krach financier dû à la spéculation sur les titres de la South Sea Company est voté en 1720 par le Parlement anglais le « Bubble Act ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bulle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bulle byl play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bulle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bulle »

  • Suva (Fidji) (AFP) - Les Fidji, dont l'économie largement tributaire du tourisme est au point mort, veulent créer une "bulle" sans virus dans le Pacifique Sud pour accueillir les voyageurs venus d'Australie et Nouvelle-Zélande d'où provient la majorité de leur clientèle. L'Obs, Les Fidji proposent une "bulle" touristique sans virus
  • La Suissesse semble plutôt perplexe à l’idée d’être « enfermée » dans une bulle pour respecter les contraintes sanitaires. Une réflexion qu’elle ne doit pas être la seule à mener : « Je suis entrain de réfléchir. Pour les joueurs de rang inférieur, qui n’ont rien gagné depuis longtemps, c’est super de pouvoir rejouer. Mais il est presque inimaginable de jouer un tournoi du Grand Chelem dans de telles conditions. Vous ne pouvez pas rester à l’hôtel pendant 18 heures, puis jouer à un niveau élevé sur le court. Il est important de pouvoir se vider la tête. » We Love Tennis, US Open > Bencic craint la bulle de l'US Open - We Love Tennis
  • Avec l’aide d’ingénieurs, une société toulousaine, co-fondée par des dentistes, a mis au point une bulle. « Au début, elle était en plexiglas, lourde. Nous avons testé huit prototypes avant la dernière. Cette bulle se branche à l’aspiration du fauteuil et pèse 1,1 kg, contre 3 kg dans la première version », souligne Johan Bouysse, directeur général d’Occisphere. , Coronavirus : Ils créent une bulle de protection anti-Covid pour les chirurgiens-dentistes
  • Ce n’est pas seulement une question morale, c’est un danger sur le plan économique, car dans l’euphorie se créent les bulles et que les bulles sont d’autant plus grosses que les banques centrales injectent des milliards dans l’économie.  France Culture, De bulles en bulles : état des lieux en temps de Covid-19
  • Concept architectural phare des années 1960 en France, les Maisons bulle ont été popularisées par Antti Lovag. Lyonmag.com, Près de Lyon, une maison bulle en vente à 6,5 millions d’euros
  • Huit mois sans jouer, c’est long. Beaucoup trop long. C’est pourtant ce qui attend les équipes qui n’ont pas eu la chance d’être invitées par la NBA au sein de sa « bulle » à Orlando. La ligue a promis aux huit « cancres », les franchises avec les moins bons bilans, d’avoir la possibilité de jouer des rencontres afin de ne pas débarquer trop rouillées lors de la reprise de la prochaine saison en décembre prochain. Mais personne ne sait réellement quand ni comment les équipes non qualifiées vont jouer des rencontres amicales. BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, Bientôt une deuxième « bulle » NBA pour les cancres de la ligue ?
  • La naissance et la mort sont comme des bulles sur l'eau. De Râmakrishna
  • Et il ne croyait pas que l'amour soit plus fort que la mort, c'était bon pour Walt Disney. Non, on ne peut pas s'aimer dans une bulle ou sous le parapluie de Mary Poppins. De Marie Darrieussecq / Il faut beaucoup aimer les hommes
  • Les femmes : bulles de savon ; l'argent : bulles de savon ; la renommée : bulles de savon. Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons. De Yukio Mishima / Pavillon d'or
  • Les historiens arrivent à tirer plusieurs volumes d'un personnage dont on ne sait pas grand-chose. C'est une manière de contempler l'univers dans une bulle de savon. De Prosper Mérimée
  • Le son même du mot snob, qui commence en sifflement pour finir bulle de savon, le destinait à une grande carrière dans le domaine du mépris et de la frivolité. De Philippe Jullian / Dictionnaire du snobisme
  • Regardez bien au fond du flacon d’où est sortie la bulle Internet : vous verrez qu’il y reste encore beaucoup de savon ! De Jean-Pierre Raffarin / Sur la société d’information - 11 Novembre 2002
  • Les fées font leur lessive dans une bulle de savon et cuisent leur soupe sur un feu follet. De Béatrix Beck / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • Ambition : une bulle de savon qui voudrait être un peu plus grosse au moment qu’elle crèvera. De Jean Rostand / Carnet d’un biologiste
  • La situation devient sérieuse lorsque l’entreprise n’est plus qu’une bulle d’air dans le tourbillon spéculatif. De John Maynard Keynes
  • La vérité est une bulle de champagne, elle remonte toujours à la surface. De Gilles Martin-Chauffier / Une vrai parisienne
  • Le rêve est bulle De vie Un bien majuscule Utile au chagrin. De Mylène Farmer / Dessine-moi un mouton
  • L’espoir est une bulle irisée qui colore fugitivement la vie. De Jean Mauduit
  • Son âme : une bulle d’air dans une boule de chair. De Jules Renard
  • La vie, c'est comme une bulle, une petite bulle perdue dans l'atmosphère, et qui éclate un beau jour quand le temps est venu. De André Major / Le cabochon

Images d'illustration du mot « bulle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bulle »

Langue Traduction
Portugais bolha
Allemand blase
Italien bolla
Espagnol burbuja
Anglais bubble
Source : Google Translate API

Synonymes de « bulle »

Source : synonymes de bulle sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires