La langue française

Bûcher

Définitions du mot « bûcher »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÛCHER1, subst. masc.

A.− Rare. Amas de bois destiné à être brûlé dans une cheminée, dans une galerie de mine, etc. Des vases où fumaient des bûchers d'aloès / Pour embaumer la nuit la brise des palais (Lamartine, La Chute d'un ange,1838, p. 977):
1. ... le bûcher qui flambait clair et la cheminée, l'ample chancelière où plongeaient, accotés, les pieds de M. de La Hurmerie, trahissaient les goûts de bien-être, toute la douilletterie frileuse du personnage. Courteline, Messieurs-les-Ronds-de-cuir,1893, 1ertabl., 2, p. 32.
2. ... dans les mines profondes du Hartz, on employait (...) pour le travail régulier par le feu, des bûchers dressés le long de la paroi. J.-N. Haton de La Goupillière, Cours d'exploitation des mines,1905, p. 303.
P. méton., usuel. Dépendance, réduit où l'on entrepose la provision de bois de chauffage. Aller chercher du bois au bûcher (Ac.1835-1932) :
3. L'hiver au pauvre fut rigide, Il en a compté les longs jours, En mesurant son bûcher vide Quand la neige tombait toujours. Murger, Les Nuits d'hiver,Printanière, 1861, p. 88.
Région., rare. Hangar-bûcher. Votre maison, avec votre écurie et votre grand hangar-bûcher (R. Martin du Gard, Le Testament du Père Leleu,1920, p. 1143).
B.− Amas de bois sur lequel sont brûlés des êtres ou des objets.
1. [Le bûcher a une signif. princ. relig., rituelle]
a) [Pour offrir un holocauste, dans certains rites anc.] ... sur ce bûcher, on offrit les bœufs en sacrifice. Ils furent consumés en holocauste à Jéhovah (Renan, Drames philos., L'Eau de jouvence, 1881, p. 491).
P. compar. :
4. Que Paris s'effondrât, qu'il brûlât comme un immense bûcher d'holocauste, plutôt que d'être rendu à ses vices et à ses misères, à cette vieille société gâtée d'abominable injustice! Zola, La Débâcle,1892, p. 590.
b) [Pour incinérer les morts, chez les Anciens et dans certaines sociétés primitives] Dresser un bûcher (Ac. 1798-1932); bûcher funèbre. Le bûcher était haut d'un mètre environ; on disposa dessus le corps (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Bûcher, 1884, p. 1304):
5. ... ces bûchers dont parle Lucrèce et que les Athéniens frappés par la maladie élevaient devant la mer. On y portait les morts durant la nuit, ... Camus, La Peste,1947, p. 1247.
2. [Le bûcher comme instrument de répression, de supplice, servant à brûler des pers. ou des obj. condamnés au feu, dans l'Antiquité, ou au temps de l'Inquisition] Le bûcher des martyrs, des hérétiques; monter sur le bûcher :
6. Quant à nous, les Chrétiens, nous irons nous agenouiller devant la croix que la pieuse victime baisait avec tant d'ardeur sur son bûcher, ... Coppée, La Bonne souffrance,1898, p. 151.
7. Nous usons comme de dons gratuits, de mille choses qui ont été payées par des vies humaines, de perles dont le pêcheur a vomi le sang, de livres échappés au bûcher... Valéry, Littérature,1930, p. 90.
P. métaph. :
8. Un esprit ne peut supporter un autre esprit, son égal, son semblable, qui ne pense pas comme lui. Ce travers, où il y a de l'estime, et même de l'amour trompé, a fait les bûchers d'autrefois, et les grands bûchers d'aujourd'hui, qui sont les guerres. Alain, Propos,1931, p. 993.
P. méton. Le supplice lui-même. Condamner au bûcher, être passible du bûcher. Vouer son assassin à l'estrapade, à la roue et au bûcher (Farrère, L'Homme qui assassina,1907, p. 280).
PRONONC. ET ORTH. : [byʃe]. Fér. 1768 indique : ,,1rebrève`` et propose en conséquence d'écrire bucher. ,,L'Acad. met l'accent quoique la syllabe soit brève. C'est une inattention``.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Fin xiies. buscier « bosquet » (Naiss. du Chev. au Cygne, 1380 dans Gdf. Compl.), attest. isolée; 2. 2emoitié xiiies. buchier « tas de bois » (Fabliaux, II, 149 dans T.-L.); av. 1630 « pile de bois sur laquelle on fait brûler les cadavres ou les condamnés au supplice du feu » (D'Aubigné d'apr. FEW t. 15, 2, p. 26b); av. 1650 « pile de bois où l'on faisait brûler les morts » (Vau[gelas], Quin. 1. x. dans Rich.); 1674 (Rac., Iphig., V, 2 dans Littré); 3. [xiiies. dans FEW]. av. 1544 « lieu où l'on garde le bois à brûler » (Desper., Contes, XXXI dans Gdf. Compl.). Dér. de bûche1* « morceau de bois »; suff. -er (-ier*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 626. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 956, b) 881; xxes. : a) 1 173, b) 667.

BÛCHER2, verbe trans.

I.− TECHNOLOGIE
A.− Emploi abs. Abattre des arbres, couper des branches et les débiter en bûches :
1. Esdras et Légaré prirent leur hache et bûchèrent pendant trois jours; ... Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 112.
B.− P. ext., BÂT., CHARPENT. DE NAVIRE
1. Détruire une poutre qui doit être remplacée.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du xixes. ainsi que dans Ac. 1932 et Quillet 1965.
2. Dégrossir une pièce de menuiserie ou de charpente.
P. anal.
a) Dégrossir, tailler toute pièce de bois. ... il bûchait son fauteuil avec son canif pour faire croire qu'il travaillait (Balzac, Les Employés,1837, p. 279).
b) MAÇONN. Enlever les parties saillantes d'un bloc de pierre.
Rem. Attesté dans Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., ainsi que dans la plupart des dict. du xxesiècle.
II.− Au fig.
A.− [P. réf. à l'action de frapper] Pop., région. Battre, frapper quelqu'un. Synon. fam. rosser.... le chasseur s'emporta, menaça de bûcher l'autre (Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Pavillon des amourettes,1930, p. 231).
Emploi abs. :
2. félix. − Le général n'a qu'un défaut (...) il est jaloux. (...) Dès qu'il a un soupçon, il bûche. Et ça lui a fait tuer deux hommes, là, roide sur le coup... Balzac, La Marâtre,1848, II, 1, p. 38.
Emploi pronom. réciproque. Se bûcher.Se battre. Synon. fam. se bagarrer :
3. Oh! mes enfants, ce qu'on s'est bûché là, ce qu'il y a eu de ventres ouverts et de cervelles écrabouillées, c'est à ne pas croire! ... Zola, La Débâcle,1892, p. 63.
B.− [P. réf. à l'idée d'effort]
1. Fam. [En parlant d'une activité intellectuelle en vue d'un examen, d'une production, etc.] Travailler d'une manière acharnée. Synon. pop. potasser.Bûcher ferme, dur. ... je vais à la bibliothèque Sainte-Geneviève bûcher mon droit et mon arithmétique (Verlaine, Correspondance,t. 3, 1869-96, p. 270).
2. P. ext., emploi abs., fam. [En parlant de toute activité] Travailler avec ardeur, sans répit. Synon. pop. trimer.Bûcher comme un furieux, bûcher comme un ours. Tout l'atelier, maintenant, n'ayant plus de distraction bûchait ferme, tapait dur (Zola, L'Assommoir,1877, p. 515).
Rem. La plupart des dict. gén. du xixes. et Lar. 20e, Lar. encyclop., Quillet 1965 enregistrent le sens (en fauconn.) « mettre l'oiseau sur la perche ».
PRONONC. : [byʃe], (je) bûche [byʃ].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1200-06 buskier « frapper (à la porte) » (R. de Clary, Constantinople, 78 dans T.-L.); 2. 1360-70 buscher « travailler le bois à la hache » (Baudoin de Sebourc, II, 67 dans Littré); 1835 spéc. (Ac. : Bûcher. Détruire une pièce qu'on veut remplacer par une meilleure); 1866 constr. (Lar. 19e: Bûcher une pierre, En abattre les saillies); 3. p. ext. 1856 fam. « travailler beaucoup » (Flaubert, Correspondance, p. 108). Dér. de bûche1* « morceau de bois »; dés. -er; v. aussi buquer.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 40.
DÉR.
Bûchement, subst. masc.a) Action de dégrossir une pièce de charpente (cf. bûché, ée, ex.). b) Action d'enlever les parties saillantes des pierres sur un mur. c) Action de mettre le bois en bûches. Seule transcr. dans Littré : bu-che-man. 1reattest. 1863 constr. (Littré); dér. de bûcher2, suff. -ment1*.
BBG. − Duch. 1967, § 8. − Richter (E). Etymologisches. Boche. Z. fr. Spr. Lit. 1919, t. 45, p. 129. − Sain. Lang. par 1920, p. 367, 445.

Wiktionnaire

Nom commun

bûcher \by.ʃe\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Tas de bois que l’on brûle pour se chauffer.
    • De là, le tortueux sarment gagnait le mur, s’y attachait, courait le long de la maison et finissait sur un bûcher où le bois était rangé avec autant d’exactitude que peuvent l’être les livres d’un bibliophile. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
    • Il pleuvait fin et il faisait froid. Nous brûlions des pins entiers en de grands bûchers, autour desquels chacun épluchait son linge. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 129)
  2. Lieu où l’on range le bois à brûler.
    • […] c’est une faute que nous avons commise, d’avoir construit un bûcher non contigu à la maison et sans communication directe avec elle. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  3. Amas de bois sur lequel on mettait anciennement les cadavres pour les brûler.
    • Mais avant de mettre le feu au bûcher, ou avait grand soin de déposer dessus, avec le corps du mort, un compte exact de ses affaires, afin qu’il pût s’en servir dans l’autre vie. — (Latapie, « Des funérailles chez les peuples de l’antiquité », dans L’Investigateur, t. 5, 2e série, 1845)
  4. Amas de bois sur lequel on plaçait ceux qui avaient été condamnés au supplice du feu.
    • Aucune classe d’hommes n’alimenta de plus de victimes les bûchers du moyen âge. Les Vaudois d’Arras eurent leurs martyrs, comme ceux de Lyon. — (Jules Michelet, « Tableau de la France », dans Histoire de France, vol. 2, Hetzel, 1831 ; Les Belles Lettres / Lehrmittel, Paris / Offenbourg/Mayence, 1947, p. 65)
    • L’Église romaine des bûchers, des massacres pieux, des guerres de religion, ose nous demander la liberté, que son Syllabus aujourd’hui nous refuse encore. — (Georges Clemenceau, « Article du 14 juin 1899 », paru dans Justice militaire, 1901)
    • Le jour de l’exécution arrivé, l’on conduisit la vieille Barbara, au milieu d’une foule immense, à la place du Marché, et on la fit monter sur le bûcher dressé à cet effet. — (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, traduit par Henry Egmont)
    • Les malheurs vulgaires émouvaient peu cette âme qui voulait éteindre les bûchers de ces martyrs souvent ignorés de leur vivant. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  5. (Parfois) Amas de bois pour faire un feu de joie.
    • Le soir, on dressait dans la ville et sur les rives de la Moselle des bures, sortes de bûchers dont le bois avait été recueilli de maison en maison par les jeunes gens de la ville. Le soir où on les flambait, chaque bure était transformée en « autel de l’Hyménée ». — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
  6. (Religion) Les flammes de l’Enfer.
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […] — (Louis Pergaud, « Le Sermon difficile », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Verbe

bûcher \by.ʃe\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle) (pronominal : se bûcher)

  1. Travailler à faire des bûches. Dégrossir à coups de hache.
  2. (Figuré) (Québec) Battre, rosser.
    • Il s’est fait bûcher.
  3. (Maçonnerie) Enlever à un bloc ou une surface de pierre ce qui fait saillie.
    • Il fut arrêté, sous la Terreur, pour n’avoir pas fait bûcher ses armoiries au fronton de son château. — (Roger Peyrefitte, Les Juifs, quatrième partie, chap. IV, Éditions Flammarion, Paris, 1965, p. 389)
    • Sculptures bûchées à la Révolution, à grands coups de marteau, pioche ou d'herminette. — (Christian Montenat, Marie-Laure Guiho-Montenat, Serge Ramond, Prières des murs, GEMOB, 2003,p. 20)
  4. (Charpenterie de marine) Détruire une pièce qu’on veut remplacer par une meilleure.
  5. (Intransitif) ou (Transitif) (Figuré) (Familier) Travailler dur, avec acharnement.
    • Pourquoi ne ferions nous pas bûcher davantage nos citoyens afin de pouvoir dorloter nos citoyennes ? Cela serait profondément naturel et juste. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  6. (Pronominal) Se battre.
    • On se bûchera ! fit observer Soudry, c’est selon. Si le préfet et le général, qui sont ses amis envoient un escadron de cavalerie, les paysans ne bûcheront rien… On peut à la rigueur avoir raison des gendarmes de Soulanges ; mais essayez donc de résister à une charge de cavalerie. — (Honoré de Balzac, Les Paysans, 1823)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÛCHER. n. m.
Lieu où l'on serre le bois à brûler. Aller chercher du bois au bûcher. Il se dit aussi d'un Amas de bois sur lequel on mettait anciennement les cadavres pour les brûler. Dresser un bûcher. Il se disait également de l'Amas de bois sur lequel on plaçait ceux qui avaient été condamnés au supplice du feu. Il fut brûlé vif et l'on jeta au vent les cendres du bûcher.

Littré (1872-1877)

BÛCHER (bu-ché ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : des bu-ché-z allumés) s. m.
  • 1Lieu où l'on serre le bois à brûler.
  • 2Amas de bois sur lequel les anciens mettaient les morts pour les brûler. Cet époux si cher A-t-il reçu de toi les honneurs du bûcher ? Corneille, Pomp. V, 1. Romains, priverez-vous des honneurs du bûcher Ce père, cet ami qui vous était si cher ? Voltaire, M. de Cés. III, 8. Déjà Troie en alarmes Redoute mon bûcher et frémit de vos larmes, Racine, Iphig. V, 2. Sur un autel sanglant l'affreux bûcher s'allume, La foudre dévorante aussitôt le consume, Rousseau J.-B. Cantate, Circé. Il fait de tous ces arbres un bûcher sur le sommet de la montagne, Fénelon, Tél. X.
  • 3Amas de bois sur lequel on brûlait les personnes condamnées au feu, les livres réprouvés. Un tribunal impuissant Au bûcher livra l'Émile, Béranger, Muse en fuite.

    Fig. Elle avait dressé de ses propres mains le bûcher où elle devait consommer son sacrifice, Fléchier, Mar. Th.

HISTORIQUE

XVIe s. Une petite garse qui couchoit au buscher, s'en aperçut, Despériers, Contes, XXX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bûcher »

(Date à préciser) → voir bûche
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bûche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bûcher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bûcher byʃe

Évolution historique de l’usage du mot « bûcher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bûcher »

  • En Algérie, les génies ne brillent pas, ils brûlent. Lorsqu'ils échappent à l'autodafé, ils finissent sur le bûcher. De Yasmina Khadra / Qu'attendent les singes, 2014
  • C'est en bûchant qu'on devient bûcheron. De Pierre Dac
  • L'hérétique n'est pas celui que le bûcher brûle, mais celui qui l'allume. De Francis Bacon
  • Seigneur, pourquoi la terre a-t-elle tant de prix Pour vous qui nourrissez le beau bûcher des âmes ? De Luc Estang / Les quatre éléments
  • Toute vertu a des privilèges, par exemple celui d'apporter au bûcher d'un condamné son petit fagot à soi. De Friedrich Nietzsche
  • Autodafés, toujours mauvais présages. Hérauts du bûcher, du four, des fosses communes. De Geraldine Brooks / Le Livre d'Hanna, 2008
  • Au fond, quelle différence y a-t-il entre mourir brûlé et attendre que le temps allume cet autre bûcher qu'est la vieillesse, la maladie ? De Yvon Rivard / L'ombre et le double
  • Le noir est comme un bûcher éteint, consumé, qui a cessé de brûler, immobile et insensible comme un cadavre sur qui tout glisse et que rien ne touche plus. De Vassily Kandinsky / Du spirituel dans l’art
  • Les plaisanciers utilisent l'étoile polaire, les bûcherons repèrent le nord grâce au lichen sur les troncs et les citadins savent où est le sud en repérant l'orientation des antennes paraboliques sur les balcons. De Alain Dautrat / Pensées de sel
  • Pendant la journée, des personnes sont venues sur la plage du village pour glisser dans le bûcher les messages d’espoir et de paix, comme le veut la tradition. Grâce au travail réalisé par les membres de Barc’anime, chacun a pu repartir avec son petit porte-bonheur confectionné à partir de sarments de vigne. lindependant.fr, La fête de la Saint-Jean diffusée en live au Barcarès - lindependant.fr
  • Il aurait trop aimé la bonne chère, la chair tout court et la chasse, en particulier à la bécasse. Même après avoir démissionné, il attirait encore un peu trop l’attention. Le 13 juillet 1757, il était arrêté, jugé deux semaines plus tard et condamné au bûcher : les habitants de Ludres avaient témoigné contre lui, l’accusant de divers crimes. , Insolite | Savez-vous pourquoi les habitants de Ludres étaient des « rôtisseurs » ?
  • Pas de fêtes de la Saint-Jean autour du grand bûcher cette année. Mais cette tradition n’en est pas oubliée pour autant. La 1re adjointe, Catherine Levy, était présente avec une importante délégation d’élus, devant le parvis de l’hôtel de ville, pour réserver l’accueil qu’il se devait à la flamme du Canigou. lindependant.fr, La tradition de la flamme du Canigou à Pollestres - lindependant.fr
  • A.F. : Le but du livre n’était pas de jeter des auteurs au bûcher. Chacun a le droit de prendre ces infos et de les digérer comme il veut. , « Les bons gros bâtards de la littérature » : « Le but n'est pas de jeter les écrivains au bûcher », assurent les auteurs de la BD
  • La croix présentée à Jeanne d’Arc sur le bûcher sera exposée Cette célébration de la statue Notre-Dame du Vœu sera aussi l’occasion de découvrir une pièce historique : la croix présentée à Jeanne d’Arc au moment de sa mort sur le bûcher. En cette année du 100e anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, le public pourra donc découvrir cette pièce exceptionnelle qui sera exposée dans l’église de Pont-Saint-Pierre. , Eure. Gardienne de Pont-Saint-Pierre, la statue Notre-Dame du Vœu fête ses 100 ans samedi | L'Impartial
  • Une frêle jeune fille se dressa contre eux. Elle ne voulait pas que la France devienne leur colonie. La malheureuse fut faite prisonnière. On la traîna à Rouen, ville normande. Là elle fut jugée avec l’aide d’un traître local, l’évêque Cauchon, et périt sur le bûcher. En pensant à elle, notre cœur se serre. Atlantico.fr, Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent | Atlantico.fr

Traductions du mot « bûcher »

Langue Traduction
Anglais stake
Espagnol hoguera
Italien rogo
Allemand scheiterhaufen
Portugais fogueira
Source : Google Translate API

Synonymes de « bûcher »

Source : synonymes de bûcher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bûcher »

Bûcher

Retour au sommaire ➦

Partager