La langue française

Autodafé

Définitions du mot « autodafé »

Trésor de la Langue Française informatisé

AUTODAFÉ, subst. masc.

A.− Cérémonie expiatoire au cours de laquelle étaient lues et exécutées les sentences prononcées par l'Inquisition (princ. en Espagne et dans l'empire espagnol de la fin du xves. au début du xixes. mais surtout au xvies.), qui, le plus souvent, condamnait à périr par le feu les hérétiques, les juifs et plus généralement toute personne déclarée coupable d'avoir enfreint les lois religieuses :
1. Cette guerre [la croisade des Albigeois] vit naître l'Inquisition, et se distingua par ses auto-da-fés. Chateaubriand, Ét. hist.,1831, p. 316.
2. ... lui [Charles-Quint] qui a éprouvé les inconvénients de n'avoir pas étouffé en Allemagne le Luthérianisme au berceau, il n'a de cesse qu'on ne fasse leur procès aux hérétiques d'Espagne et qu'on ne les brûle. Il a ainsi sa part jusque dans les auto-da-fé qui n'eurent lieu qu'après sa mort. Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 3, 1863-69, p. 212.
3. Notez qu'il n'y a pas de juifs dans toute l'Espagne, sinon une paire de banquiers à Madrid. « Nous leur faisons peur, » disent en riant les Espagnols, qui sont de bonnes gens et très doux. Mais c'est vrai : l'Inquisition et les autodafés ont laissé chez les israélites une réelle répugnance à passer la Bidassoa. Barrès, Mes cahiers,t. 3, 1902-04, p. 319.
B.− P. ext. Toute destruction par le feu faite de propos délibéré (en partic. de livres jugés dangereux) :
4. ... Vous prîtes possession du château (...) Vous fîtes un immense auto-da-fé de nos titres et de nos archives. G. Sand, Consuelo,t. 1, 1842-43, p. 245.
5. Plutarque a menti, la destruction des capitales antiques est l'œuvre des militaires et l'autodafé des livres dans les temps historiques est le produit de l'officialité, de l'intolérance, de l'intransigeance, du fanatisme, quel que soit le régime ou l'idéologie de l'état moderne qui veut ça, et non de la barbarie. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 323.
PRONONC. ET ORTH. : [ɔtɔdafe] ou [otɔ-]. Également [oˑtɔ-] (Passy 1914) et [oto-] (Dub.) a) Attesté sous la graph. auto-da-fé ds Ac. 1798, 1835, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré (cf. aussi ex. 1, 2, 4). Attesté sous la graph. autodafé ds Ac. 1878, 1932, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., DG, Pt Lar. 1906, Rob., Lar. encyclop., Quillet 1965, Dub. et Lar. Lang. fr. (cf. aussi ex. 3, 5). b) L'expr. auto-da-fé ,,tirée d'une langue étrangère ne prend point de s au pluriel`` (Lav. Diffic. 1846). (Cf. aussi ex. 2; cf. toutefois l'ex. 1). Sous la forme francisée, autodafé prend normalement s au plur. (cf. ex. 3).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1714 auto-da-fé « lecture et exécution publique de la sentence par laquelle l'Inquisition condamnait les hérétiques au supplice du feu » (Lesage, Gil Blas, XII, 1 ds Rob. : Seigneur cavalier, vous venez apparemment dans cette ville pour voir l'auguste cérémonie de l'auto-da-fé [...] Vous verrez, reprit-il, une des plus belles processions qui aient jamais été faites : il y a, dit-on, plus de cent prisonniers parmi lesquels on en compte plus de dix qui doivent être brûlés); 1759 autodafé « id. » (Voltaire, Candide, VI, ibid). Empr. à l'esp. auto de fe « id. » (Brunot, t. 6, 2, II, 1240; Rupp., p. 84; en raison du texte d'où est tirée la 1reattest., influencé par plusieurs romans esp.) croisé avec le port. auto da fe « id. », tous deux signifiant proprement « acte de foi » (acte* et foi*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 36.
BBG. − Bach.-Dez. 1882 (s.v. auto-da-fé). − Foi t. 1 1968. − Marcel 1938. − Pol. 1868. − St-Edme t. 2 1825 (s.v. auto-da-fé). − Tondr.-Vill. 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

autodafé \o.to.da.fe\ masculin

  1. Cérémonie dans laquelle l’Inquisition faisait exécuter ses jugements.
  2. Exécution des jugements qui condamnaient au supplice du feu.
    • Ordonner un autodafé.
    • Assister à des autodafés.
  3. (Par extension) Acte de brûler des livres ou des bibliothèques.
    • Mais il semble qu’avec les autodafés du Vatican et le taux d’usure des parchemins, il ait disparu de la surface de la terre. — (Dan Brown, Anges et démons, page 221, 2000, traduit par Daniel Roche, 2005, J. C. Lattès)

Nom commun

autodafé \ˈɒu.to.dɒ.feː\

  1. Autodafé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AUTODAFÉ. n. m.
Mot emprunté du portugais et qui signifie Acte de foi. Il se dit de la Cérémonie dans laquelle l'Inquisition faisait exécuter ses jugements. Il s'emploie surtout en parlant de l'Exécution des jugements qui condamnaient au supplice du feu. Ordonner un autodafé. Assister à des autodafés.

Étymologie de « autodafé »

(1687) Du portugais auto-da-fé (« acte de foi ») du latin actus fidei.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « autodafé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
autodafé otɔdafe

Évolution historique de l’usage du mot « autodafé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « autodafé »

  • En Algérie, les génies ne brillent pas, ils brûlent. Lorsqu'ils échappent à l'autodafé, ils finissent sur le bûcher. De Yasmina Khadra / Qu'attendent les singes, 2014
  • Il faut garder à l'autodafé ses racines : jugement, inquisition, acte de foi, pénitence publique, exécutions d'hérétiques. Il faut encore une fois le rappeler pour alerter des esprits : on ne brûle pas de livres, on ne censure pas des œuvres, on ne déboulonne pas des statues uniquement parce qu'on a raison, mais parce qu'on le croit absolument. Ce qui suffit pour se tromper avec enthousiasme et inaugurer de nouveaux tribunaux d'opinion. Car, avec le grand élan de l'antiracisme, l'autodafé est de retour. On l'a connu, il y a quelques décennies, d'abord sous forme d'un fascisme (ou totalitari... Le Point, Kamel Daoud – Déboulonner n'est pas construire - Le Point
  • - « Livres interdits et autodafé ». L’analphabétisme religieux et doctrinal des masses a facilité l’installation du Coran comme « Le livre ». Jusqu'au début du XXème siècle, cette exclusive a évité le débat public sur la séparation du politique et du religieux. L’écrivain, particulièrement s’il organise la vie et la mort de personnages, mêmes imaginaires, prend le risque d’être considéré comme un «anti-prophète». Atlantico.fr, "L’Inconscient de l’Islam" de Malek Chebel : un nouvel éclairage aux contradictions de l’Islam aux prises avec le monde contemporain | Atlantico.fr
  • Je vais aller faire le plein de DVD car ça commence à sentir la bienpensance à outrance. Et un autodafé aussi, tant qu'on y est ? ladepeche.fr, Etats-Unis : grand et petit écran victimes collatérales du racisme et des violences policières - ladepeche.fr
  • La presse et l’opinion publique s’est indignée devant ce qu’elle a considéré comme un autodafé, et tout le monde, le salon, les écrivaines, les écrivains, la littérature, les féministes et les commentateurs se sont dilués dans ce nouveau débat, pour former ce qui pourrait ressembler en définitive aux personnages hybrides d’un roman contemporain.... France Culture, Mexique : la littérature, le réel, et l'autodafé
  • Saviez-vous par exemple qu’au XIXe siècle, un «biberon» pouvait désigner un «ivrogne»? Que le terme «autodafé» vient du portugais auto da fe, «acte de foi»? Que le verbe «tarabuster» signifie «harceler», «traiter rudement» ou encore, «houspiller»? Le Figaro.fr, Aurez-vous 10/10 à ce test de français?

Images d'illustration du mot « autodafé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « autodafé »

Langue Traduction
Anglais autodafe
Espagnol autodafe
Italien autodafé
Allemand autodafe
Chinois 自动数据
Arabe أوتوداف
Portugais autodafe
Russe аутодафе
Japonais autodafe
Basque autodafe
Corse autodafe
Source : Google Translate API

Synonymes de « autodafé »

Source : synonymes de autodafé sur lebonsynonyme.fr

Autodafé

Retour au sommaire ➦

Partager