Boutonner : définition de boutonner


Boutonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BOUTONNER, verbe.

A.− Emploi intrans. Se couvrir, être couvert de boutons.
1. [Le suj. désigne un arbre, une plante, etc.] Les premiers pissenlits boutonnaient (Colette, En pays connu,1949, p. 81).
Au fig. :
1. Il faut que les pensées de cette terre montent, boutonnent, s'ouvrent, fleurissent... Barrès, Mes cahiers,t. 12, 1919, p. 75.
2. [Le suj. désigne une pers. ou une partie du corps hum.] Le visage boutonne. L'épiderme plus susceptible d'Amédée se rebiffait, s'enflammait, boutonnait (Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 761).
3. Fam. [Le suj. désigne un vêt.] Être muni de boutons (et donc fermer à l'aide de boutons). Des guêtres de drap boutonnant sur le côté (Ramuz, La Grande peur dans la montagne,1926, p. 15).
B.− Emploi trans.
1.
a) Boutonner un vêtement. Attacher, fermer un vêtement avec les boutons dont il est muni. Il (...) chercha machinalement à croiser et à boutonner sa blouse (Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 136).
Emploi pronom. à sens passif. [Le suj. désigne un vêt.] Se boutonner. (Pouvoir) être fermé à l'aide des boutons dont il est muni :
2. On ne s'en tire pas en une heure sans femme de chambre avec un corset, un cache-corset, et un pantalon vareuse qui se lacent ou se boutonnent par derrière. J'ai été chez les sœurs Callot pour qu'elles m'y adaptent des fermetures éclair. Giraudoux, La Folle de Chaillot,1944, I, p. 69.
b) Au fig. Cacher, dissimuler un sentiment, un état d'âme, etc. (cf. boutonné B 3 b) :
3. Comme autrefois pâle et serein Je vis, du moins on peut le croire, Car sous ma redingote noire J'ai boutonné mon noir chagrin. T. Gautier, Poésies,1872, p. 301.
2. P. méton., fam. Boutonner qqn.Lui fermer son vêtement avec les boutons dont celui-ci est muni.
Emploi pronom. réfl. Se boutonner.Fermer son vêtement à l'aide des boutons dont il est muni. Boutonnez-vous. Cet enfant ne sait pas encore se boutonner (Ac.) :
4. ... le ministre de Bavière s'enferme dans un grand habit rouge à plastron jaune, enrichi d'une paire d'épaulettes de colonel; le ministre de Prusse se boutonne dans un frac bleu, tout brillant de passementeries... About, La Grèce contemporaine,1854, p. 369.
3. ESCR. Boutonner un adversaire. Le toucher avec le bouton dont est muni un fleuret :
5. ... j'eus l'honneur de faire des armes avec vous, monsieur le comte, et de vous boutonner trois fois, sans que vous me touchiez une seule. A. Dumas Père, Paul Jones,1838, I, 4, p. 131.
Rem. La docum. ou les dict. attestent en outre boutonnage, subst. masc. Action de boutonner un vêtement; manière dont un vêtement se boutonne. Les modes d'accrochage, de boutonnage (L. Marin, Les Ét. ethniques en 1950, 1954, p. 59); boutonnement, subst. masc., bot. Formation de boutons (attesté dans de nombreux dict.).
PRONONC. ET ORTH. : [butɔne], (je) boutonne [butɔn]. Fér. 1768 : ,,on écrit deux nn et on n'en prononce qu'une boutoné``. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. boutoner (cf. aussi bouton).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1160 part. passé adjectivé botonné « (d'un habit) qui a des boutons » (Eneas, 4024 dans T.-L.); 1344 « fixer un habit par des boutons » (Tut. des enfants de Hanicotte de Cunfraing, A. Tournai dans Gdf. Compl.); 2. fin xiies. « bourgeonner » (Sermons de St Bernard, 148, 38 dans T.-L.); 3. 1542 « se couvrir de boutons (en parlant de la peau) » (Rabelais, Pantagruel, ch. 1, éd. Marty-Laveaux, I, 221). Dér. de bouton*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 137.
BBG. − Wexler (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 216.

Boutonner : définition du Wiktionnaire

Verbe

boutonner \bu.tɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se boutonner)

  1. Pousser des boutons.
    • Les rosiers commencent à boutonner.
    • Son visage boutonne.
  2. (Transitif) Fixer au moyen d’un ou de plusieurs boutons.
    • Boutonner son veston, son gilet.
  3. Cacher un défaut, un sentiment.
    • C’est qu’il s’agit de jouer serré : un prétendu doit boutonner ses petits défauts... — (Eugène Labiche et Marc- Michel, Mon Isménie, 1852, scène 6)
  4. (Transitif) (Escrime) Donner un coup de bouton de fleuret.
    • Boutonner quelqu’un.
  5. (Pronominal) Fermer ses vêtements au moyen des boutons.
    • Cet enfant ne sait pas encore se boutonner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Boutonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOUTONNER. v. intr.
Pousser des boutons. Les rosiers commencent à boutonner. Son visage boutonne. Il est aussi transitif et signifie Fixer au moyen d'un ou de plusieurs boutons. Boutonner son veston, son gilet.

SE BOUTONNER signifie Fermer ses vêtements au moyen des boutons. Cet enfant ne sait pas encore se boutonner. En termes d'Escrime, Boutonner quelqu'un, Lui donner un coup de bouton de fleuret. Fig. et fam., C'est un homme toujours boutonné, boutonné jusqu'à la gorge, jusqu'au menton, C'est un homme qui a grand soin, lorsqu'il parle ou qu'on l'interroge, de ne pas laisser pénétrer sa pensée, ses desseins.

Boutonner : définition du Littré (1872-1877)

BOUTONNER (bou-to-né)
  • 1 V. n. En parlant des plantes, se mettre en boutons. Les poiriers boutonnent.
  • 2 V. a. Attacher, arrêter un vêtement au moyen des boutons. Boutonner son habit.

    V. n. La duchesse de Bourgogne vint au sermon en habit de chasse qui boutonnait jusqu'au menton, Courier, II, 235.

    Se boutonner, v. réfl. Attacher ses boutons. Cet enfant ne sait pas se boutonner.

    Être attaché par des boutons. Cet habit ne peut se boutonner. Cette robe se boutonne.

  • 3 Terme de marine. Boutonner la bonnette, lacer la bonnette maillée.

REMARQUE

Boutonner, dans le premier sens, se conjugue avec l'auxiliaire avoir, si l'on veut indiquer l'acte même : les poiriers ont boutonné de bonne heure ; avec l'auxiliaire être, si l'on veut indiquer l'état : les poiriers sont déjà boutonnés.

HISTORIQUE

XIIIe s. Barbier, or viennent les groiseles ; Li groiselier sont boutoné ; Et je vous raport les noveles Qu'el front vous sont li borjon né, Rutebeuf, 216. Desous un haistre rameit, Boutonneit, Ai [j'ai] un doulc cant escouteit De gentille pastorelle, Hist. litt. t. XXIII, p. 559. Cil qui ont goute rose et malvaise coleur rouge et boutonnée, Alebrand, f° 14.

XIVe s. Il y a difference entre les queux [cuisiniers] entre boutonner et larder ; car boutonner est de giroffle, et larder est de lart, Ménagier, II, 4. Langue de beuf, boutonnée de clous de giroffle, ib. II, 5. Quant vint à lendemain que Bertran se leva, Un bon gippon ouvré vesti et boutonna, Guesclin. 1732-1749.

XVIe s. L'arbrisseau franc qui fleurit et boutonne, D'en voir le fruit esperance nous donne, Marot, I, 237. Le roy, qui avoit la face plombée et boutonnée, l'haleine puante, et autres mauvais signes de santé, D'Aubigné, Hist. I, 89. Les premieres semences de la ligue commencerent à boutonner, et bientost après à esclorre, D'Aubigné, ib. II, 416. Advisez, je vous prie, ce poirier boutonne desja, Palsgrave, p. 672.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BOUTONNER. Ajoutez :
4 Terme de salle d'armes. Toucher de coups de fleuret. Fonblanche : Ne faites pas attention ! vieux jeu ! (il le boutonne) touché, dix louis (à chaque coup de fleuret, une tache blanche sur l'habit)… voilà une garniture de boutons qui ne vous va pas mal, Bayard Et Jaime, le Réveil du lion, II, 7. (Cette locution vient de ce que le bouton du fleuret, étant frotté de craie, marque de ronds blancs comparés à des boutons celui qui est touché.)
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Boutonner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BOUTONNER la bonnette. Quelques Marins se servent de ce terme pour la bonnette maillée. Ils disent aussi déboutonner. Voyez Bonnette & Délacer. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « boutonner »

Étymologie de boutonner - Wiktionnaire

(fin XIIe siècle) Dénominal de bouton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de boutonner - Littré

Bouton ; provenç. et catal. botonar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « boutonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
boutonner butɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « boutonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe boutonner

Évolution historique de l’usage du mot « boutonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « boutonner »

  • Avec les tubes d’échantillon insérés dans le rover le mois dernier, les équipes du Kennedy Space Center ont commencé à boutonner le vaisseau spatial dans sa configuration de lancement. Après avoir fermé le rover à l’intérieur de son bouclier thermique, les équipes ont prévu de monter le véhicule sur une étape de croisière qui transportera le rover de la Terre à Mars et d’affiner la trajectoire du vaisseau spatial avant d’entrer dans l’atmosphère martienne. Breakingnews.fr, Équipé de tubes d'échantillons ultra-propres, le prochain rover Mars de la NASA approche de la date de lancement
  • À l’ère de Covid, il a dû entièrement retravailler sa façon de réaliser les ajustements. Pour éviter de s’approcher trop près des clients, les clients doivent maintenant boutonner ou épingler leurs propres costumes, tandis qu’un Anderson socialement distant prend des notes et des photographies au lieu de marquer le tissu à la craie. JAPANFM, De Savile Row aux montres suisses, les règles du luxe ont changé – JAPANFM
  • L’expert style du GQ Britannique nous explique quand on doit boutonner son bouton du haut et quand on doit éviter. GQ France, Les règles à respecter quand on boutonne sa chemise jusqu’en haut | GQ France
  • Pour apporter une touche de personnalisation, tous les vêtements et accessoires de la collection sont dotés de trois petit boutons, pour y boutonner des poches décoratives personnalisables. Le but est de palier à ce côté parfois « trop » basique, et de pouvoir porter son propre style. On peut alors changer de look en un rien de temps, et garder ce désir pour nos vêtements même après des années ! POSITIVR, Robustes, éthiques et durables, ces vêtements sont respectueux de l'humain et de l'environnement
  • Ils ont du mal à boutonner leur manteau, à découper leur viande ou à lacer leurs chaussures, à prendre le bus dans la bonne direction… Tout geste qui requiert une coordination fine, tout repérage dans l’espace est pour eux un défi quotidien. Ecrire, en particulier, reste une épreuve, pour des résultats souvent décourageants. «Lorsque ma fille découpait des bonshommes, ils n’avaient ni tête, ni jambes, ni bras», témoigne Marianne Delétang, présidente de la fédération française Dyspraxique mais fantastique. Le Temps, Mieux repérer la dyspraxie pour venir en aide aux enfants concernés - Le Temps
  • Chemise blanche et jeans. Malgré son titre de directeur de Rhône FM, poste qu’il occupe depuis le 1er janvier, Sébastien Rey continue à adopter une tenue décontractée. «Les cravates, ce n’est pas mon truc. D’ailleurs, je déteste boutonner le dernier bouton de ma chemise. J’ai l’impression d’être étranglé. A la RTS, on a trouvé un compromis: la costumière cousait une pression juste avant le dernier bouton», confie le Valaisan qui quitte la RTS après vingt ans.  , Sébastien Rey fait ses adieux à la RTS

Traductions du mot « boutonner »

Langue Traduction
Portugais abotoar
Allemand zuknöpfen
Italien abbottonarsi
Espagnol abrochar
Anglais button
Source : Google Translate API

Synonymes de « boutonner »

Source : synonymes de boutonner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « boutonner »



mots du mois

Mots similaires