La langue française

Blasonner

Sommaire

  • Définitions du mot blasonner
  • Étymologie de « blasonner »
  • Phonétique de « blasonner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « blasonner »
  • Citations contenant le mot « blasonner »
  • Traductions du mot « blasonner »
  • Synonymes de « blasonner »

Définitions du mot blasonner

Trésor de la Langue Française informatisé

BLASONNER, verbe trans.

A.− Représenter, décrire, expliquer les pièces et meubles d'un écu selon les règles de l'art héraldique. Ce droit de blasonner les monuments a fait détruire bien des édifices pour en bâtir de nouveaux (Michelet, Journal,1840, p. 348).
P. métaph. :
1. La langue n'a pas forgé de mots pour exprimer cette nuance particulière de la mentalité des incurables, corporation qui sur champ de gueule blasonne saule et chardon. H. Bazin, La Tête contre les murs,1949, p. 394.
Blasonner qqc. de qqc.Faire figurer quelque chose comme blason sur quelque chose :
2. ... il [Chateaubriand] les veut [des images] faites pour parer et rehausser celui qui s'en revêt et qui en blasonne son écusson... Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe,t. 2, 1860, p. 74.
Qqc. blasonne qqc.Orner, figurer comme blason sur... :
3. Cette forme de vaisseau avait aussi frappé les scribes héraldiques; car c'est de là, et non du siège des Normands, que vient, selon Favyn et Pasquier, le navire qui blasonne le vieil écusson de Paris. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 142.
B.− P. ext., vx, inus. Louer, glorifier.
Par antiphrase, fam. Blâmer, critiquer. Il a été bien blasonné (Ac.1798-1932) :
4. ... quand on voulait s'esquiver [de chez MmeWaldor] pour sauter en face [chez MmeAncelot], de froids regards vous clouaient à la porte. Il fallait rester, jouer de la langue, blasonner le père Ancelot, s'exercer à de petites anecdotes scandaleuses. A. Daudet, Trente ans de Paris,1888, p. 98.
5. ... je vous conseille (...) de faire faire (...) une satire de maître Léonard (...) Il conviendrait de blasonner un peu notre ami qui (...) aspire (...) à la tyrannie. A. France, Les Opinions de Monsieur Jérôme Coignard,1893, p. 137.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. blasonnier, ière, adj., fam. Médisant, critique. ,,Paradis comprit que quelques remarques blasonnières sur les enfants en général et sur les chenapans de la porte d'Argenteuil en particulier eussent été accueillies avec indifférence et même impertinence`` (Queneau, Pierrot mon ami, 1942, p. 102).
Prononc. : [blɑzɔne] ou [bla-]. Cf. blason.
Étymol. ET HIST. − 1. 1389 « peindre des armoiries » (Jeh. Le Petit, Livre du Champ d'or, 1339, Le Verdier dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 294); 1530 « décrire des armoiries suivant les règles de l'art héraldique » (Palsgrave, p. 456 dans Gdf. Compl.); 2. mil. xves. « vanter, exalter » (ici inf. substantivé) (Pathelin, p. 48, ibid.) considéré comme ,,ancien`` dep. Fur.; mil. xves. par antiphrase « critiquer, blâmer » (Cent nouv., XXVI, ibid.), qualifié de ,,vieux`` par Ac. 1718, de ,,fam.`` dep. Ac. 1740. Dér. de blason* étymol. 2; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 13.

Wiktionnaire

Verbe

blasonner \bla.zɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Peindre les armoiries avec les métaux et les couleurs qui leur appartiennent.
    • Le peintre a fait ces armoiries en grisaille, il fallait les blasonner.
  2. Expliquer le sens des différentes parties des armoiries dans des termes propres à l’héraldique.
  3. (Gravure) Faire des lignes et des points (qu’on nomme hachures) pour représenter les métaux et les couleurs.
    • Le graveur n’a pas bien blasonné les armoiries sur cette vaisselle.
  4. (Figuré) Médire de quelqu’un, le railler, le critiquer.
    • Ce besoin inné de caricature, de « blasonner » son prochain, de le plaisanter sur ses difformités physiques ou morales, de faire montre d’esprit à ses dépens, on le rencontre partout à toutes les époques, à tous les âges de la vie. — (Charles Beauquier, Humour et sobriquets populaires, in Contes populaires et légendes de Franche-Comté, Presses de la Renaissance, 1978, page 21)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLASONNER. v. tr.
Peindre les armoiries avec les métaux et les couleurs qui leur appartiennent. Le peintre a fait ces armoiries en grisaille, il fallait les blasonner. Il signifie aussi Les expliquer dans les termes propres à la science du blason. Il se dit aussi de Certaines lignes et des points qu'on nomme Hachures et que les graveurs font pour représenter les métaux et les couleurs. Le graveur n'a pas bien blasonné les armoiries sur cette vaisselle.

BLASONNER signifie au figuré Médire de quelqu'un, le railler, le critiquer. Il a été bien blasonné.

Littré (1872-1877)

BLASONNER (bla-zo-né) v. a.
  • 1Expliquer le blason ou les parties des armes d'une maison ou d'une province en termes propres et suivant l'art.

    Expliquer le sens des symboles, de l'émail, des figures du blason.

  • 2 Fig. et familièrement, médire, blâmer, critiquer. On l'a blasonné à la cour et à la ville. Ainsi l'ont dit les malins huguenots, Qui du papisme ont blasonné l'histoire, Voltaire, Mule du pape.
  • 3Se blasonner, v. réfl. Être expliqué suivant le blason. Les armes de France se blasonnaient ainsi : trois fleurs de lis d'or en champ d'azur, deux en chef et une en pointe.

HISTORIQUE

XVe s. Luy remontrant le droit qu'il avoit en ce beau royaume de Naples, qu'il luy sçavoit bien blasonner et louer, Commines, VII, 2. Par sainte Marie la belle, Je l'ay armé et blasonné, Si qu'il le m'a presque donné, Patelin. Mademoiselle, dit-il, vous blasonnez très bien mes armes ; je ne sais qui vous meut, car je ne vous ai pas fait deloyauté que je sache, Louis XI, Nouv. XXX. Les vertus ne doivent estre celées ne esteintes, mais en commune audience publiquement blasonnées, Louis XI, ib. XXXIV.

XVIe s. De moy mesdit par tout injustement, Et me blasonne, Marot, I, 379. Onc ne voulut Charicles luy donner Dix escus seuls, pour ne le blasonner D'estre l'aisné des enfans de sa mere, Amyot, Nicias, 7. Je vous recommande par testament que vous ne laissiez point perdre les vieux mots et que vous les défendiez contre ces marauds qui ne tiennent pas elegant ce qui n'est point ecorché du latin et de l'italien, et qui aiment mieux dire collauder, contemner, blasonner, que louer, mepriser, blasmer, D'Aubigné, Préface des Tragiques.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « blasonner »

Blason ; ital. blasonare. On voit que d'Aubigné blâme blasonner, au sens de dire du mal (ou du bien), comme un mot nouveau tiré de langues étrangères. Il se trompait en cela, et le mot est beaucoup plus ancien qu'il ne croyait.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

→ voir blason
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « blasonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blasonner blazɔne

Évolution historique de l’usage du mot « blasonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blasonner »

  • «Le Blason langage de l'héraldique» entraîne les lecteurs dans une enquête passionnante, «celle de notre nom à blasonner, même s'il faut pour cela bousculer quelques gardes endormis dans les couloirs du temps…» ladepeche.fr, Villefranche-de-Rouergue. Le blason, une carte de visite - ladepeche.fr
  • En vieux français, « blasonner » signifiait ridiculiser, médire et autrefois, tous les villages de Nord-Picardie avaient leurs blasons populaires. L'origine de ces surnoms offre souvent de savoureuses histoires, comme pour les habitants de Bourseville et de Naours. France 3 Hauts-de-France, Une histoire de picard : l'origine des surnoms des habitants de Bourseville et de Naours - France 3 Hauts-de-France
  • Les armes de l'Île de Sein peuvent se blasonner ainsi : "D'azur à un besant d'argent chargé d'une moucheture d'hermine, accompagné de trois homards d'or appointés en pairle." Les armes d'Audierne peuvent se blasonner ainsi: "D'or à une ancre de marine de sable accostée de deux homards de gueules et accompagnée en pointe d'un merlu d'azur, au chef d'hermine plain." Le Telegramme, Le Télégramme - Bretagne - Légion d’honneur. Plusieurs Bretons dans la nouvelle promotion

Traductions du mot « blasonner »

Langue Traduction
Espagnol blasonar
Italien occorre blasonarlo
Source : Google Translate API

Synonymes de « blasonner »

Source : synonymes de blasonner sur lebonsynonyme.fr
Partager