La langue française

Bigot

Sommaire

  • Définitions du mot bigot
  • Étymologie de « bigot »
  • Phonétique de « bigot »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bigot »
  • Citations contenant le mot « bigot »
  • Images d'illustration du mot « bigot »
  • Traductions du mot « bigot »
  • Synonymes de « bigot »
  • Antonymes de « bigot »

Définitions du mot bigot

Trésor de la Langue Française informatisé

BIGOT1, OTE, adj. et subst.

A.− Adj., péj. Dont la dévotion étroite se fourvoie dans des manifestations formelles et/ou superstitieuses. Un moine bigot, une éducation bigote :
1. ... on me feroit connoître comme un chrétien bigot, un esprit superstitieux, un ennemi de la raison et des lumières. Chateaubriand, Essai sur les Révolutions,préf., 1797, p. XXXI.
2. Elle n'était point du tout pieuse alors et se gaussait des curés, voire d'autre chose, avec une liberté extrême. À la Restauration, elle devint dévote (...). C'était en somme, une excellente femme, sans préjugés au temps où je l'ai connue, et je ne pense pas qu'elle soit jamais devenue bigote et intolérante. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 311.
SYNT. Un roi bigot; une bourgeoisie, une ville bigote; une hypocrisie, une influence bigote; avoir une figure bigote.
B.− Emploi subst. Un vieux bigot; une bigote enragée. Synon. bondieusard, cagot, grenouille de bénitier, papelard :
3. Ils sont un tas de vieilles ganaches en gilet de flanelle, et de bigotes à chaufferette et à chapelet, qui continuellement nous chantent aux oreilles : « Le devoir! le devoir! » Flaubert, Madame Bovary,t. 1, 1857, p. 165.
4. ... il [Bernard] en eut pour dix minutes, (...) accusant la province de lui avoir changé sa femme, d'en avoir fait une prude, une bigote et une oie... Courteline, La Conversion d'Alceste,Margot, 1890, p. 89.
SYNT. Une bigote d'église, de province; une affreuse, une vieille bigote; d'affreux bigots.
Péj. (au xixesiècle). Faux dévot, qui imite la dévotion. Synon. hypocrite, pharisien, tartufe.
PRONONC. : [bigo], fém. [bigɔt]; Passy 1914 admet [bigɔ].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1165 surnom injurieux donné aux Normands (Wace, Rou, 3ep., 4777 dans Gdf. Compl.); v. aussi Les Gr. Chron., V, p. 53, SHF dans Fr. mod., t. 4, p. 340; attesté jusqu'en 1672 (J. Moisant de Brieux, Orig. de quelq. coutumes anc., Caen, p. 7); 2. 1425 subst. et adj. « personne qui montre une dévotion outrée » (A.N. JJ 173, pièce 199 dans Gdf. Compl.). Terme d'orig. germ. mais dont il est difficile de préciser la lang. véhiculaire. Bigot dans Wace est prob. une adaptation de l'ags. be gode! « par Dieu! », juron ou invocation prob. fréq. chez les Normands avant et après leur romanisation, seulement attesté en m. angl. 1300 bi godd (NED, s.v. god § 13), ca 1330 be gode (MED, ibid. § 6b). Il est difficile de dire si 2 représente une extension de 1 ou est issu d'un nouvel empr. à une autre lang. germ. : m. h. all. bî got, m. néerl. bi gode. Cf. les jurons du m. fr. : ca 1456-ca 1463 brulare bigod (Villon, Testament, éd. Thuasne, vers 1585); 1552 Tout est prelore, bigoth (Rabelais, Quart Livre, éd. Marty-Laveaux, t. II, p. 337).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 97.
BBG. − Baist (G.). Bigot und bigote. Rom. Forsch. 1893, t. 7, pp. 407-413. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 209. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], t. 2 1972 [1925], t. 3, 1972 [1930], passim.

BIGOT2, subst. masc.

MAR. Pièce de bois plate faisant partie du racage d'une vergue de hune. Les bigots étaient rangés selon la quantité de trous qu'ils avaient (Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 270).
Rem. Donné au fém. par l'Ac. Compl. 1842, Lar. 19eet Besch. 1845; au masc. plur. par Lar. 19eet Nouv. Lar. ill.
Prononc. : [bigo]. Étymol. et Hist. 1687 (Desroches dans Jal2). Prob. dér. de bigue*; suff. -ot*; peut-être à rapprocher de bigota « id. » (1268 Contrat d'affrét. dans Jal1; v. aussi Jal2).

BIGOT3, subst. masc.

Pioche à deux fourchons.
Rem. Ac. Compl. 1842 et Besch. 1845 donnent bigote, subst. fém. Guérin 1892 donne les 2 formes, masc. et fém.
Prononc. et Orth. : [bigo]. Var. graph. bigaut (Nouv. Lar. ill., Rob., Quillet 1965). Étymol. et Hist. 1366 (B. Prost, Inventaires mobiliers ... des ducs de Bourgogne, I, 540 dans Vox rom., t. 6, no1-2, p. 168). Orig. obsc.; le mot semble partic. bien attesté dans les domaines prov. et fr.-prov., FEW t. 1, p. 310a; à rapprocher de l'a. prov. bigos « id. » (Pt Levy) latinisé en bigo, -onis (1220 dans Du Cange).

Wiktionnaire

Adjectif

bigot \bi.ɡo\ masculin

  1. Dévot de façon outrée et superstitieuse.
    • Un moine bigot.
    • Une éducation bigote.
    • Un chrétien bigot, un esprit superstitieux, un ennemi de la raison et des lumières. — (François-René de Chateaubriand, Essai sur les Révolutions, 1797)
    • Dans ces sinistres et implacables maisons, la bigoterie se peint dans les meubles, dans les gravures, dans les tableaux : le parler y est bigot, le silence est bigot et les figures sont bigotes. — (Honoré de Balzac, Une double famille, 1832)
    • C’est un cordon… Je vous jure… Oui, un cordon de scapulaire. Pourtant, elle n’était pas bigote. Des soirs, elle courait l’homme. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)

Nom commun 1

bigot \bi.ɡo\ masculin (pour une femme on dit : bigote)

  1. (Religion) Dévot affichant une religiosité affectée.
    • Guerrier redoutable, bigot ascétique, ses traits maigres et sévères conservaient l’expression farouche du soldat, et ils étaient également remarquables par la maigreur, fruit de l’abstinence, et par l’orgueil religieux du dévot satisfait de lui-même. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Hé, face de pet ! Carrie la bigote ! crie Tommy Erbter, un petit garçon de maternelle dont Carrie est le souffre-douleur. — (Stephen King, Carrie, 1974)

Nom commun 2

bigot \bi.ɡo\ masculin

  1. (Marine) (Vieilli) Bois troué pour passer les cordages.
    • Bigot de racage.
    • Les bigots étaient rangés selon la quantité de trous qu'ils avaient. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)

Nom commun 3

bigot \bi.ɡo\ masculin

  1. (Vieilli) (Agriculture) Sorte de pioche à deux fourchons.
    • Les pluies abondantes du printemps avaient encouragé le chiendent et la traînasse. Une fois les rangs décavaillonnés, il fallait tirer l'herbe à la main, soigneusement, là où le bigot ne pouvait passer, au risque de blesser les ceps de vigne. — (Jean-Paul Malaval, Histoires de familles : Les vignerons de Chantegrêle, Omnibus, 2013, chap.5)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIGOT, OTE. adj.
Qui est d'une dévotion outrée et superstitieuse. Il est bigot. Elle est très bigote. Il se dit aussi de l'Air, des manières, etc. Affectation bigote. Il est aussi nom. Faire le bigot. C'est un vrai bigot. Une vieille bigote.

Littré (1872-1877)

BIGOT (bi-go, go-t' ; le t se lie : un bigot insensé, dites : un bi-go-t insensé ; au pluriel l's se lie : des bigots insensés, dites : des bi-go-zinsensés ; bigots rime avec repos, dos, faux, travaux, etc.) adj.
  • 1Qui est livré à une dévotion étroite et superstitieuse. La différence est totale entre une armée fanatique et une armée bigote, Montesquieu, Rom. 22.
  • 2 Substantivement. Un bigot, une bigote. L'un, défenseur zélé des bigots mis en jeu…, Boileau, Épît. VII. Vous moquez-vous des gens d'avoir fait ce complot ? Votre fille n'est point l'affaire d'un bigot, Molière, Tart. II, 2. Les soubrettes sont comme les bigotes, elles font des actions charitables pour se venger, Lesage, Turc. I, 9. Sais-tu bien cependant, sous cette humilité, L'orgueil que quelquefois nous cache une bigote ? Boileau, Sat. X.

HISTORIQUE

XIIe s. Moult ont Francheis Normans laidis Et de meffais et de mesdis ; Souvent lor dient reproviers, Et claiment bigos et draschiers ; Souvent les ont meslez au roi ; Souvent dient : Sire, pourquoi Ne tollez la terre as bigos ? Wace, Rou, dans DU CANGE, bigothi.

XVe s. Des bigotz ne quiers l'accointance, Ne loue leur oppinion, Orléans, Bal. 78. Icelui Rebours en appelant l'abbé de Creste bigot, qui est un mot très injurieux selon le langage du pays, Du Cange, bigothi.

XVIe s. Cette Roxolane fit la devotieuse, et cognoissant Soliman bigot et grand bastisseur de chapelles…, D'Aubigné, Hist. I, 31. [L'hypocrisie] Qui parle doucement et sur son dos bigot Va par zèle porter au bucher un fagot, D'Aubigné, Tragiques. Bigot denote celui qui avec une trop grande superstition s'adonne au service divin, Pasquier, Recherches, liv. VIII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. BIGOT. - ÉTYM. Ajoutez : Ce mot est d'origine assez douteuse pour qu'on en rapproche tout ce qui paraît y tenir. M. Ch. Nisard, Parisianismes, Paris, 1876, p. 22, rapporte le verbe bigotter au sens d'impatienter ou de s'impatienter : là bigotte tout ton soûl. Bigotter pourrait avoir des relations avec l'espagnol hombre de bigote, homme ferme, et bigote, moustache.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BIGOT, adj. pris sub. (Hist. & Mor.) nom qu’on donnoit à une personne opiniatrément attachée à une opinion. Ce mot vient de l’Allemand bey-Gott, ou de l’Anglois by-God, qui signifient également par Dieu.

Camden rapporte une origine assez singuliere de ce mot : il dit que les Normands furent appellés bigots, à l’occasion du duc Raoul ou Rollon, qui recevant en mariage la princesse Gissa ou Gisele, fille de Charles le simple, roi de France, & avec elle l’investiture du duché de Normandie, refusa de baiser les piés du roi en signe de vasselage, à moins que le roi lui-même ne l’aidât à faire cette action ; & que pressé de rendre l’hommage en la forme ordinaire, il répondit : no by God, non par Dieu ; & que de-là le roi prit occasion de l’appeller bigod ou bigot ; nom qui passa ensuite à ses sujets.

Dans un sens moral bigot est un terme odieux, qui signifie un faux dévot, une personne qui scrupuleusement attachée aux pratiques extérieures de la Religion, en viole les devoirs essentiels. (G)

Bigot, en Marine, c’est une petite piece de bois percée de deux ou trois trous, par où l’on passe le bâtard pour la composition du racage : il y en a de différentes longueurs. Quelques-uns prononcent vigots ; & d’autres les appellent versaux, ou berceaux. (Z)

Bigot, (Commerce.) en Italien bigontia ; mesure pour les liquides dont on se sert à Venise. Le bigot est la quatrieme partie de l’amphora, & la moitié de la botte. Il faut quatre quartes ou quartoni pour le bigot, & quatre trichaufera pour la quarte. Voy. Amphora. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bigot »

(Adjectif, nom 1) (XIIe siècle)[1] Apparait en français, comme terme de mépris envers les Normands (voir l’ancien français bigot), étymologie discutée :
  1. de l’anglo-saxon by God (« par Dieu »)[1] ; les jurons sont parfois substantivé pour décrire ceux qui les profèrent → voir goddam. Contre cet étymon, le fait que bi godd n’est attesté en moyen anglais qu’au XIIIe siècle.
  2. Apparenté[2] à l’italien sbigottire (« sidérer »).
  3. Apparenté[2] à l’espagnol bigote (« moustache »), à bigoudi. Voir l’italien bacchettone (« bigot »).
  4. Avec changement de suffixe, il pourrait être apparenté à bégard (« membre d'une secte chrétienne du XIIIe siècle qui refusait l'autorité de l'aristocratie et du clergé ») et béguin (« franciscain qui s’opposa, durant le Moyen Âge, à l’Église ») ; voir begart pour l’étymon et bigardie (« hypocrisie ») pour la forme en \biɡ-\.
Il est difficile de dire si le sens moderne représente une extension du sens de l’injure envers les Normands ou est issu d'une autre racine[1].
(Nom commun 2) (Date à préciser) Dérivé de bigue avec le suffixe -ot.
(Nom commun 3) (Date à préciser) De l’occitan bigot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas lat. bigoti. Une vieille chronique latine (DUCHESNE, III, 360) dit que Rollon, sommé de baiser le pied du roi Charles, s'écria : Ne se bi god, jamais par Dieu, et que le sobriquet de bigot vint de là aux Normands : by, par, et god, Dieu. On peut soupçonner que l'anecdote (ce qui arrive souvent) a été imaginée pour expliquer le mot. Remarquez (et cela s'oppose à l'étymologie) que le mot est commun aux langues romanes : espagn. ligote, moustache (dans le Dictionnaire de l'Académie de 1696 : bigotelle ou bigotere, pièce d'étoffe ou de cuir dont on se sert pour tenir la moustache relevée), hombre de bigote, homme d'un caractère ferme ; ital. s-bigottire, effrayer, ôter le courage. Fr. Michel a proposé visigothus, visigoth. Cette étymologie n'est pas sans probabilité ; car elle permet, dans bigot, à la fois un terme de mépris et un terme d'éloge ; ayant pu, selon le point de vue, exprimer ou un homme méchant ou un homme brave et courageux ; d'où l'italien s-bigottire ; et le changement du v en b, toujours difficile en français, a pu se faire dans les autres langues romanes, qui le comportent davantage. Le sens moderne de bigot ne commence, d'après l'historique, qu'au XVe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bigot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bigot bigo

Évolution historique de l’usage du mot « bigot »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bigot »

  • L'anticléricalisme et l'incroyance ont leurs bigots tout comme l'orthodoxie. Julien Green, Journal, Plon
  • Il y a des bigotes qui prient comme les lapins mangent de l'herbe. De Ramon Gomez de la Serna / Incongruités
  • Que doit penser Dieu des bigots qui pensent savoir ce qu'Il pense ? De Jean Dion / Le Devoir - 19 Octobre 1999

Images d'illustration du mot « bigot »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bigot »

Langue Traduction
Anglais bigoted
Espagnol fanático
Italien bigotto
Allemand frömmler
Portugais fanático
Source : Google Translate API

Synonymes de « bigot »

Source : synonymes de bigot sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bigot »

Partager