La langue française

Béjaune

Définitions du mot « béjaune »

Wiktionnaire

Nom commun

béjaune \be.ʒon\ masculin

  1. (Fauconnerie) Oiseau jeune, qui a encore sur le bec une petite peau jaune et qui n’est pas dressé.
  2. (Masculin ou féminin) (Figuré) Jeune personne sotte et niaise.
    • De quelle engeance es-tu donc né,
      béjaune, pour couper ma sente,
      et m’accrocher sans crier gare ?
      — (Elias Lönnrot, Le Kalevala, Chant 3 — Traduction de Gabriel Rebourcet)
    • Ce n’est qu’un béjaune, mais je le chéris comme un frère. Sa mort me ferait grand peine. — (George R. R. Martin, Le trône de fer, 1996 - traduit par Jean Sola, 1998)
  3. (Par extension) Bêtise, fait d’être sot.
    • Mais je suis sûr qu’au fond de l’âme il espérait bien que son gentleman à lui allait faire voir à l’autre gentleman son béjaune, et ne tarderait pas à le renvoyer tout penaud. — (Charles Dickens, Le Magasin d’antiquités traduction Des Essarts, 1876)
  4. (Histoire) Au Moyen Âge, étudiants novices nouvellement arrivés à l’université de Paris. Les jeunes gens, nouvellement arrivés dans l’université de Paris, formaient une confrérie particulière et avaient pour chef l’Abbé des Béjaunes. Le jour des Innocents, cet abbé, monté sur un âne, conduisait sa confrérie par toute la ville. Le soir, il réunissait tous les béjaunes et les aspergeait avec des seaux d’eau. C’était ce qu’on appelait le baptême des béjaunes. On forçait aussi les nouveaux étudiants à payer une bienvenue aux anciens ; on nommait cette taxe droit de béjaune. Un décret de l’Université abolit cet usage, en 1342, et il fut défendu d’exiger le droit de béjaune, sous peine de punition corporelle.
    • Tantôt c’était un béjaune (on appelait ainsi les nouveaux débarqués à l’Université) qu’il avait houspillé pour sa bienvenue. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  5. (Vieilli) Clerc qui entre dans une des basoches.

Adjectif

béjaune \be.ʒon\ masculin et féminin identiques

  1. Niais.
    • J’avais été beaucoup plus rarement bombardé du haut des airs, et je me trouvai, devant ce danger-là, presque aussi béjaune que mes conscrits. — (Marc Bloch, L’étrange défaite : La déposition d’un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, p.86)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÉJAUNE. n. m.
T. de Fauconnerie. Oiseau jeune, qui a encore sur le bec une petite peau jaune et qui n'est pas dressé. Il se dit figurément d'un Jeune homme sot et niais.

BÉJAUNES, au pluriel, se disait autrefois des Clercs qui entraient dans une des basoches.

Littré (1872-1877)

BÉJAUNE (bé-jô-n') s. m.
  • 1 Terme de fauconnerie. Bec jaune
  • 2Oiseau jeune et niais, qui a encore le bec jaune.

    Fig. et familièr. Montrer à quelqu'un son béjaune, lui prouver sa sottise, son ignorance. Souffrez que je lui montre son béjaune, et le tire d'erreur, Molière, Mal. imag. III, 16. C'est fort bien fait d'apprendre à vivre aux gens et de leur montrer leur béjaune, Molière, Am. méd. II, 3.

    Fig. et familièrement. Un béjaune, un jeune homme sot et inexpérimenté.

  • 3 Fig. Se disait de l'ouvrier qui passait compagnon ou maître, et du régal payé en ces circonstances.

    Payer son béjaune, payer sa bienvenue ; locution tirée de ce qu'à Paris une des fonctions les plus importantes des trésoriers de la Basoche était de recevoir les béjaunes et de leur faire payer la bienvenue.

    Lettres de béjaune, lettres données autrefois aux clercs par la basoche, et qui marquaient le commencement de la cléricature.

HISTORIQUE

XIIIe s. Sans faille, ce n'est pas merveille, S'ous [si vous] n'en savés quartier ne aune ; Car vous avés trop le bec jaune, la Rose, 13018.

XVe s. Payer leur fauldra les usaiges De leurs becz jaunes, sans faillir, Orléans, Rondeau. Qu'esse cy ? estes vous bejaulne ? Vuidez moy mon broc vistement, Je demande du vin de Beaulne, Qui soit bon et non aultrement, Villon, Repues franches. Ce sont six aulnes ; ne sont mie ? Et non sont ; que je suis bec jaulne ! Patelin.

XVIe s. Cagnars, bejaulnes, descongneuz, Marot, J. V, 304. Ce dyable de Pantagruel, qui ha convaincu tous les resveurs et bejaunes sophistes, à ceste heure aura son vin, Rabelais, Pant. II, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BÉJAUNE, sub. m. se dit, en Fauconnerie, des oiseaux niais & tout jeunes, qui ne savent encore rien faire ; béjaune ou bec-jaune signifie ignorance. Ce terme, béjaune, vient des petits oiseaux qui, avant d’être en état de sortir du nid, ont le bec jaune.

* BÉjaune ou Becjaune, (Hist. mod.) c’est ainsi qu’on nomme communément le régal qu’un officier donne à ses camarades en entrant dans un régiment : on dit payer son béjaune.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « béjaune »

Contraction de « bec » et « jaune ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bec, jaune ; le bec jaune étant l'attribut du jeune oiseau de proie, encore sans éducation ni expérience.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « béjaune »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
béjaune beʒon

Évolution historique de l’usage du mot « béjaune »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « béjaune »

  • QUIZ - «Pusillanime», «béjaune»... Connaissez-vous le sens de ces mots? Le Figaro vous propose de faire le test. Le Figaro.fr, Ferez-vous un sans-faute à ce test sur les synonymes et antonymes?
  • Prenez l’«aranteloir»: un «objet utilisé pour décrocher les toiles d’araignée». Fabuleux, non? Et le «béjaune», cet «homme, souvent jeune, sot et inexpérimenté. Le terme est né du rapprochement de deux autres mots: «bec» et «jaune», qui rappelle la couleur du bec de très jeunes oiseaux. Une «carabinade» est une «plaisanterie de mauvais goût». L’expression est née au XVIe siècle et désignait alors un soldat de cavalerie légère, un «carabin». Enfin, le charmant «lovelace» qui désigne un «séducteur», issu de l’anglais «love» (amour) et «lace» (lien). Le Figaro.fr, Si vous connaissez ces mots rares, vous êtes un fou de langue française
  • Quelques exemples. Un «aranteloir» est un «objet utilisé pour décrocher les toiles d’araignée». Un «béjaune» est un «jeune homme sot, inexpérimenté». Une «carabinade» est une «plaisanterie de mauvais goût». Le Figaro.fr, Dix mots anciens ou rares dont vous ne pourrez plus vous passer
  • Nous déplorons, Madame, que le roi, notre despote, n’ait point daigné reconnaitre votre talent à faire gober les fagots les plus costauds: son règne s’en serait assurément trouvé grandi. Mais peut-être aurait-il pris ombrage de votre gloire, béjaune qu’il se serait trouvé à subir les foucades d’une indomptable douairière. Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné, Ségolène Royal: « Banco sur la banquise » | Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné

Traductions du mot « béjaune »

Langue Traduction
Anglais bejaune
Espagnol bejaune
Italien bejaune
Allemand bejaune
Chinois 贝贾恩
Arabe بيجون
Portugais bejaune
Russe bejaune
Japonais ベジョーン
Basque bejaune
Corse bejaune
Source : Google Translate API

Synonymes de « béjaune »

Source : synonymes de béjaune sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « béjaune »

Béjaune

Retour au sommaire ➦

Partager